Notre vie en Angleterre (semaine 27) : le plein de soleil, la fin de l’école et la fête des mères !

Depuis que nous avons emménagé dans le sud de l’Angleterre, je suis vraiment bluffée par la météo ! Je vais finir par croire que la pluie est une légende inventée par les Anglais pour qu’on ne vienne pas les embêter sur leur île ! En tout cas, que de soleil ici et tout particulièrement cette semaine où il a fait entre 15 et 17 degrés. Tout le monde sort les T-shirts et nous aussi car nous devenons un peu anglais à la longue… Un papa à l’école m’expliquait que pour lui la règle était simple : short tous les jours à partir du 1er février, quelque soit la météo et tongs le week-end !

La marina de notre village

Avec ces beaux jours, j’ai repris mes balades en bord de mer et les enfants profitent enfin de notre jardin quand ils rentrent de l’école. Nous pouvons enfin utiliser notre salon de jardin pour le thé et l’apéro et puis dîner dans notre véranda. Une petite parenthèse pour dire que moi j’adore l’heure d’été car j’aime les longues soirées et donc j’espère bien qu’on ne la supprimera pas ! Sinon, nous irons vivre à Brest ou en Cornouailles !

Voici pour le contexte, 100% ensoleillé et sinon, voici les autres news de la semaine :

A l’école anglaise

  • A l’école c’était déjà une ambiance de Pâques car cette semaine était la dernière semaine de cours avant les vacances ! Oui déjà ! Cette fois-ci, nous sommes en vacances avant vous je pense ! Alors, pendant l’Assembly de mercredi, les parents étaient conviés pour écouter les chants de Pâques qu’avaient préparés les enfants avec la prof de musique. Dans les classes de maternelles, les petits ont défilé en portant des Easter Bonnets. C’est une tradition ici (tradition que j’avais déjà vue aux US) : les enfants décorent de grands chapeaux sur le thème de Pâques (avec des œufs, des poussins, de la paille…) et défilent avec.
  • Théâtre : Comme à l’école des fans, tout le monde a gagné car il y a 53 enfants qui participent à la pièce de théâtre de fin d’année (4 classes complètes) et il y a 53 rôles ! Certains personnages n’ont qu’une phrase ou deux. Dans tous les cas, tout le monde participe aux chants et aux danses qui font partie de la mise en scène. Bref, tout est pensé pour que chaque enfant puisse s’impliquer. Vous vous souvenez que Ticoeur voulait un des 5 rôles principaux, c’est-à-dire qu’il voulait être un des enfants-héros qui fuient Londres au début de la Seconde Guerre Mondiale pour se mettre à l’abri à la campagne, en bord de mer dans le Devon (et le Devon on connaît !). Finalement, mon Ticoeur a obtenu un gros second rôle (Capitaine du Port de l’endroit où se réfugient les enfants). Contrairement aux premiers rôles, il ne sera pas tout le temps sur scène, mais dans les actes où il apparaît, il a énormément de tirades. Il a même plus de texte à apprendre que certains premiers rôles donc il est tout content de l’importance de son personnage. A mon avis, la maîtresse a repéré son excellente mémoire ! Maintenant, nous allons commencer à les apprendre et à les travailler ces dialogues. Je vais donc d’urgence lire la pièce et lui donner la réplique pendant les vacances. Ce sont d’ailleurs les seuls devoirs pour les vacances de Pâques.
  • Les bulletins de fin de trimestre : je suis trop fière de mes amours ! Ils n’ont que des A et des B (A pour tous les deux en… anglais !) avec de super commentaires des maîtresses.
  • Les Interhouses : comme à chaque fin de demi-trimestre, les trois maisons de l’école s’affrontent lors d’épreuves sportives. Cette fois-ci, il s’agissait de courses à pied avec des distances variables selon les classes. Ce n’est pas ce que mes loulous préfèrent. Et c’est un euphémisme ! La course avait lieu sur le domaine de l’école, à travers les pelouses et les bois. Les parents étaient invités à jouer les supporters. J’ai cru que ma Titpuce s’était perdue car elle ne sortait pas du bois mais mademoiselle a juste pris tout son temps parce qu’il y avait de jolies jonquilles sur le chemin ! Ticoeur n’est d’habitude pas à l’aise en course non plus mais il m’avait demandé quelques conseils pour s’améliorer. Je lui ai fait un petit coaching le week-end dernier et il est arrivé en plein milieu du classement au lieu d’être parmi les derniers donc je crois que je vais me reconvertir ! Une vraie preuve que dans la course d’endurance, l’essentiel c’est le mental ! Mon tuyau ? « Ne pense pas à tes jambes, respire et regarde uniquement la personne devant toi car ton objectif est de la dépasser. Ensuite, évidemment, il y a aura une autre personne devant toi… « . Et bien, j’ai eu le droit à « il est super ton tuyau maman ! »… :-).

Desperate housewife ou… working mum !

Je passe des entretiens car j’aimerais bien retrouver un emploi salarié. Maintenant que les enfants sont totalement dans le bain à l’école et qu’ils n’ont plus tant besoin d’aide pour l’anglais, j’ai envie de retourner en entreprise. En effet, depuis notre arrivée au UK, je travaillais en freelance, essentiellement à distance et parfois sur Paris. Travailler à distance m’avait bien plu pendant notre Tour du Monde mais cela me convient moins ici car je m’ennuie un peu par moment. La recherche d’emploi est plutôt difficile car il y a finalement pas mal de différences culturelles (façon de présenter un CV en Angleterre, titres des postes différents, diplôme…) et puis pas mal de beaux postes sont…à Londres ! En tout cas, il faut que je demande un NIN (un numéro d’immatriculation au UK). Ce numéro est accordé d’office aux Européens mais bon voilà, le Brexit… Normalement, ça ne devrait pas changer mais qui sait finalement ? J’ai lancé la démarche et j’ai appelé l’administration locale le… 29 mars ! Date symbolique ! Au téléphone en tout cas, le mec était super accueillant ! Genre « welcome in the UK!« . Je suis donc convoquée à un entretien le 16 avril (il faut prouver qu’on a un travail ou presque !) pour normalement ressortir avec un numéro. Pourvu qu’un potentiel Brexit le 12 avril ne change pas mes chances d’avoir ce fameux NIN !

Petit tout à Southampton

Cette semaine, je suis allée plusieurs fois à Southampton. Ce n’est pas une destination à mettre particulièrement sur votre liste (Portsmouth a plus à offrir pour les touristes) mais il y a quand même quelques vestiges…

La New Forest et la fête des mères

Ce week-end, pour profiter du beau temps nous sommes allés piquer-niquer dans la New Forest. C’est toujours un plaisir de se balader parmi les chevaux de cette forêt !

Et puis ici, en ce dimanche 31 mars c’est la Fête des Mères ! J’ai été bien gâtée et plus tôt qu’en France !

Sur ce, je dois boucler les valises car nous partons 9 jours en Crète !

Notre vie en Angleterre (semaine 26) : première sortie vélo pour fêter le printemps

Une petite semaine bien tranquille et fort agréable en ce début de printemps. Nous en avons profité pour réaliser notre première rando-vélo sous le soleil d’Angleterre ! Titpuce avait eu un nouveau vélo pour son anniversaire, une jolie bicyclette anglaise. Nous n’avions pas encore eu l’occasion de la tester mais cette semaine c’est chose faite ! Nous avons parcouru 20 kilomètres sur une ancienne voie de chemin de fer, à travers la campagne anglaise et le long d’une rivière.

C’était très sympa et les enfants ont assuré ! La piste est réservée aux cyclistes, aux marcheurs et aux cavaliers (le cheval c’est une grande passion dans la région !). Nous n’avons pas l’habitude de partager nos pistes cyclables avec nos amis les chevaux donc nous étions bien prudents pour ne pas les effrayer malgré les trajectoires parfois étranges de ma Titpuce :-).

Il faut dire que le vélo est encore un peu grand pour elle, donc pas simple de bien rouler en ligne droite. Évidemment, il faut conduire à gauche, mais ça on commence à avoir l’habitude !

Pour rebondir sur mon blues de la semaine dernière, je dirais qu’une bonne solution consiste à profiter de ce qu’on peut faire ici et que nous n’aurions pas pu faire à Paris, comme justement rouler en pleine nature, de villages en villages, saluant les chevaux, les poneys et les Anglais…

Les kilomètres, ça donne faim ! Les miles aussi au cas où vous auriez un doute ! L’avantage en Angleterre c’est qu’il y a toujours un pub quelque part au bord du chemin ! Nous nous sommes donc arrêtés pour déguster le fameux Sunday Roast : ici, la coutume du dimanche consiste à manger ce plat à base de viande, de sauce gravy, de légumes et d’un Yorkshire pudding (sorte de soufflé). J’aime bien cette tradition, pas tant pour la recette mais parce que j’aime cette ambiance familiale dans les pubs le dimanche.

La portion enfant du Sunday Roast

A part ça, notre jardin commence à fleurir ; nous pouvons prendre le goûter et l’apéro au soleil et dîner à nouveau dans notre véranda. Bref, les beaux jours sont arrivés ! Titpuce a même décrété qu’on se croirait en été et c’est bien vrai ! Pourvu que ça dure ! La nuit, nous profitons des étoiles… Et ça non plus, ce n’était pas possible à Paris :-).

Les autres news d’Angleterre en vrac :

  • A l’école, il y a eu la représentations de Mary Poppins qu’ont travaillé les plus grands depuis la rentrée. Le résultat était bluffant ! Les chants, la mise en scène, les décors, les costumes et surtout le jeu des enfants : c’était vraiment un spectacle de grande qualité ! Et je ne dis pas ça car je suis gaga devant les enfants ou parce que je suis en manque de culture. Non, non, dans l’absolu, c’était juste vraiment waouh ! Bravo aux maîtresses, profs d’art et de musique ! Ticoeur a de plus en plus envie de faire du théâtre ! (Résultats de son audition la semaine prochaine !).
  • Titpuce nage comme une petite sirène ! Quel contraste avec ses débuts ! Les cours de natation lui ont beaucoup apporté et à présent elle ne veut plus sortir de l’eau !
  • L’agent immobilier auprès duquel nous avons loué notre maison est venu faire son contrôle semestriel. C’est bien pour le propriétaire mais pas très agréable pour les locataires… Disons que nous ne sommes pas habitués à ce genre de visite en France. Le gros stress côté ménage et rangement ! Heureusement qu’il prévient 10 jours avant :-). En tout cas, j’ai bien ri car il n’arrêtait pas de me dire « ça va ? Vous êtes bien en Angleterre ? Vous vous sentez bien ici ? »… En fait, en voyant le peu de meubles que nous avons et les quelques cartons que je n’ai pas encore déballés, il a dû craindre que nous repartions bientôt !
  • Plus aucun doute : Theresa M. a surpassé Agatha C. dans l’art de ménager le suspens. Après tout, nous ne sommes qu’à J-5 !

Belle semaine à tous !


Notre vie en Angleterre (semaine 25) : blues de la semaine mais beau week-end à Brighton

Il y a des moments comme ça. Heureusement, ils ne sont pas nombreux. Et sans doute sont-ils naturels. Après tout, nous sommes expatriés ; un peu déracinés quand même. Et ce n’est pas l’Angleterre mon problème vous le savez. C’est notre « coin paumé ». Peut-être parce qu’il a fait gris, peut-être parce que j’avais envie d’autres horizons ou peut-être juste parce que mon Paris me manque, en tout cas, cette semaine, je me suis sentie aussi paumée que mon village. Village que j’ai donc été ravie de quitter le temps d’un week-end à Brighton… Week-end qui m’a bien redonné la pêche !

Brighton Pier

Revenons à mon village. Tout a commencé par un événement fort futile mais alors vraiment futile je vous préviens : j’ai voulu m’acheter un nouveau blush. J’ai alors vu sur internet qu’il était disponible chez John Lewis à Southampton (c’est l’équivalent des Galeries Lafayette ou du Printemps). Jusque là, rien d’étonnant. Donc je quitte mon village pour « aller en ville » et c’est parti pour 30 minutes de voiture. Je déteste conduire vous savez. Et je déteste les grands centres commerciaux. Je n’étais donc absolument pas dans mon élément. J’arrive tout de même à ne pas me perdre, à ne pas me prendre un poteau dans le parking et je débarque chez John Lewis, au rez-de-chaussée où se trouvent tous les stands de maquillage. Je tourne, je tourne et je ne vois pas la marque que je cherche. Je demande alors à une vendeuse et là surprise, elle m’annonce que les produits de cette marque sont tout à fait disponibles chez eux mais uniquement sur internet, pas dans le magasin de Southampton. Je demande donc si je peux aller dans un autre John Lewis de la région : Portsmouth, Winchester, etc… Et là, elle me dit (je traduis) : « bien sûr, sans aucun soucis, vous trouverez votre marque de maquillage chez nous, dans notre magasin à Londres ». A Londres !!! A 144km de là… Une bagatelle pour acheter un blush ! Donc en tout j’ai fait 1h de route aller-retour pour rien. Dire qu’à Paris, j’aurais juste eu à marcher 5 minutes jusqu’au prochain Sephora ;-). Là, je fais ma Parisienne, je vous l’accorde, et je comprends à présent les personnes en province qui se plaignent de ne pouvoir compter que sur la vente à distance. Mais pour choisir et essayer une couleur de blush, internet ce n’est pas pratique.

Je me plains mais le lendemain j’avais de toute façon prévu d’aller à Londres : pas pour acheter du blush, je vous jure ! Mais pour un rendez-vous pro. Et là, ma susceptibilité a encore été mise à l’épreuve : la personne rencontrée me demande d’où je viens et quand je lui dis « from Hampshire », elle me répond : « Never heard of it, where is it? ». Incroyable ! Je n’ai pas encore croisé le Parisien qui ne connaissait pas la Normandie mais qui sait !

A Londres, la météo était morose aussi ; pas de quoi me remonter le moral (même si j’ai trouvé mon blush !). Je n’avais pas emmené de parapluie donc j’ai marché des heures sous une averse continue. Complètement lessivée, les cheveux et les vêtements trempés, je passe devant la Cathédrale St Paul. C’est l’heure de l’Eucharistie. Et ça c’est top ! Non pas que je rêvais d’assister à un service religieux mais ça voulait dire qu’il était possible de rentrer dans St Paul sans payer :-). Je précise que la visite payante vaut largement la peine car on a accès à plus de parties, au dôme, aux galeries, à la crypte… Mais là, je voulais juste un abri. La pluie donne la foi… Et un abri comme St Paul c’est le paradis ;-). St Paul est vraiment une superbe cathédrale. Pour la petite histoire, son architecture a été copiée par les Américains quand ils ont bâti le Capitole à Washington. Regardez des photos des deux édifices, on dirait des jumeaux ! Bref, j’ai admiré St Paul, ses dimensions vertigineuses, ses peintures, ses mosaïques, son silence. J’adore ! Puis je suis repartie en vadrouille dans les rues de Londres et j’ai eu le droit à une seconde douche tropicale à l’anglaise !

La Cathédrale St Paul, Londres

Pour sécher, j’ai passé vingt minutes dans la boutique Whittard (boutique de thé) au sous-sol de Covent Garden car sachez-le, dans cette boutique il fait très chaud et la soufflerie fonctionne à fond, on a l’impression d’être chez le coiffeur ! J’espère que vous appréciez les tuyaux incroyables que je vous donne sur Londres aujourd’hui ! Le pire, c’est qu’au grand désespoir des adorables vendeuses, je n’ai rien acheté car je ne fais pas d’infidélité à Fortnum & Mason moi ! Après ce brushing improvisé, j’ai erré dans les rues de Londres et le soleil m’a fait le coup de montrer le bout de son nez au moment où il me fallait reprendre le train pour mon fameux Hampshire !

De retour dans ma grande maison (je ne nie pas les avantages de la campagne !), j’ai cherché un autre remède contre le blues de la France : j’ai cuisiné. Rien de tel que quelques recettes bien françaises pour se faire plaisir, comme une tarte amandine aux poires par exemple…

Et puis rien de tel que la lecture de l’actualité pour rire un peu : donc le Brexit c’est tellement un truc génial qu’ils préfèrent le reporter :-)…

Heureusement, il y a eu de vraies choses positives cette semaine et, pour ne pas changer, c’était l’école et… le week-end !

L’école anglaise

  • Je suis allée à la soirée parents-profs pour les petites classes : la maîtresse de Titpuce a été dithyrambique sur ses progrès. C’est vrai qu’elle lit vraiment bien à présent. Elle écrit même de longs textes en anglais (avec des fautes d’orthographe à presque chaque mot, je vous rassure…;-)). Elle a inventé un conte de Pâques avec des lapins bleus (elle écoute trop Emilie Jolie à la maison !). Son écriture est très soignée. Et puis surtout, il y a eu le prof d’art qui m’a dit que de toute sa carrière, il n’avait jamais vu une enfant de 7 ans aussi douée en dessin. Nous avons remarqué ses dons artistiques depuis longtemps. Déjà, à 4 ans, pendant notre tour du monde, elle faisait de jolies aquarelles… Je me demande ce que cela donnera plus tard. Peut-être que pour notre retour en France, il faudra que je l’inscrive directement aux Beaux-Arts :-).
  • Ticoeur connaît super bien son texte pour l’audition de théâtre, audition qui aura lieu demain. Croisons les doigts ! Il a tellement envie de décrocher un rôle. Côté lecture, il a recommencé Harry Potter mais en anglais. Il en est au tome 2 et il préfère la version anglaise. Selon lui, la traduction n’est pas terrible :-). Apparemment, c’est surtout le niveau de langage d’Hagrid qui ne serait pas suffisamment rustre dans la version française. Je proposerai à J.K Rowling de laisser Ticoeur traduire ses livres :-). A part ça, Ticoeur adore déjà le hockey sur gazon qu’il vient de découvrir en cours de sport à l’école. Il a décrété que c’était son sport préféré devant le foot ! Il va falloir que j’aille regarder un match pour mieux comprendre cette nouvelle passion !
  • J’entends de plus en plus Ticoeur et Titpuce parler anglais entre eux ! Frightening!

Week-end à Brighton

Vous nous connaissez : nous ne restons pas en place ! Et pour le coup, vivre à l’étranger donne vraiment envie de bouger pour mieux connaître son pays d’adoption, non ? Ce week-end, nous avons jeté notre dévolu sur Brighton…

Brighton Pier
Les habitations du front de mer
Le Pier, Brighton
Les falaises à la sortie de la ville

« Papa Voyage » y était déjà allé quand il était étudiant à Londres (il y a quelques décennies donc) et moi je ne connaissais pas. Brighton est célèbre pour sa plage, son pier, sa promenade mais de loin ce que j’ai préféré c’est l’ambiance bohème des lanes. Il s’agit d’anciennes ruelles, très animées qui m’ont rappelé l’animation de Portobello road à Londres (relire mes conseils sur Notting Hill). Ces lanes regorgent de petits cafés, salons de thé, glaciers, fromagers (le rêve !) et de nombreuses boutiques vintage. Mais avant tout, on croise énormément de graffitis à Brighton car le street art y est roi. La balade colorée a d’ailleurs bien plu aux enfants !

La foule dans les lanes
Street Art à Brighton
Boho Gelato : idéal pour le moral ! Glaces aussi bonnes qu’en Italie !

Aussi, nous avons aimé déguster les petits pots de fruits de mer vendus dans les cabanes le long de la plage :

Enfin, nous avons pu montrer le « Taj Mahal » aux enfants ! Enfin, le Pavillon Royal bien sûr, avec son style anglo-indien du début du 19iè siècle. Quelle folie, quelle extravagance, quel exotisme ! Comme pour le Taj Mahal, ce palais cache une histoire d’amour, puisque le futur roi George IV y retrouvait sa chère maîtresse, dans le plus grand secret car elle avait le vilain défaut d’être catholique !

The Royal Pavilion, Brighton
Pavillon Royal Brighton
Comme un voyage en Inde !

Dernière remarque sur Brighton : je vous disais que ce n’est ni son front de mer, ni son Pier qui m’ont charmée (je préfère ceux de Portsmouth) mais il a quelque chose qui rendrait la promenade absolument romantique et esthétique : la rénovation de la Madeira Drive (voir photo ci-dessous) : se promener sous ces arcades du début du 19iè siècle serait un beau voyage dans le temps. Et même si aujourd’hui, l’endroit est inaccessible et délabré, on en devine clairement le potentiel :

Poster des années 20 : Brighton

Apparemment, il y a des projets pour la sauver cette élégante promenade couverte. Évidemment, ça coûte des millions. J’aurais bien suggéré aux Anglais de demander quelques aides à l’Union Européenne pour mettre en valeur ce superbe patrimoine historique but

***

A l’heure où je vous écris, nous sommes de retour dans notre petit village, au plus grand calme ; et je me sens davantage en phase avec cette quiétude après mes doses d’animation et de vie citadine à Londres et à Brighton !

Et vous ? Plutôt rat des villes ou rat des champs ? Ou comme moi en perpétuelle hésitation ?!

Notre vie en Angleterre (semaine 24) : Mardi Gras et Beachy Head

Une petite semaine bien tranquille qui s’est terminée par un week-end… vertigineux !

Beachy Head

Mardi Gras en Angleterre :

Dans le calendrier de l’école, il était noté « Fat Tuesday » ; et les mamans anglaises parlaient de « Pancake Day », alors j’ai cru que les enfants mangeraient des crêpes à l’école. Mais non ! Mardi, à la cantine, ils ont eu de magnifiques… cup cakes ! Cup Cake Day ! Un concept ! Ce n’est pourtant pas si gras que ça un cup cake !? J’ai donc fait des crêpes mercredi pour rattraper le coup :-). On ne plaisante pas avec le gras !

Par contre, côté déguisements, tout le monde était à fond à l’école, même si le prétexte n’était pas vraiment Mardi Gras, ni le Carnaval mais La Journée Internationale du Livre (World Book Day), événement suivi par toutes les écoles en Angleterre (en France, je n’ai pas souvenir qu’il y avait quelque chose pour cette journée ?). Bref, les élèves devaient se déguiser en enfants d’un autre pays du Monde ou en personnages de livres étrangers. Et bien sûr, il fallait lire encore plus que d’habitude et il y avait une mini-foire aux livres à l’école. Titpuce a choisi de se déguiser en Chinoise ; Ticoeur… en Français ! Le gros cliché ! Mais, bon, il y tenait ! D’ailleurs c’est amusant car une grande partie du staff de l’école s’est déguisée en « Français » ! Ah ! C’est qu’ils nous aiment bien ces Anglais !

Vous vous souvenez qu’en Angleterre, il y a cours de religion à l’école, même quand l’école n’est pas religieuse ? L’enseignement couvre toutes les grandes religions. Ce trimestre, c’est le bouddhisme au programme. Mais cette semaine, pour coller à l’actualité du calendrier, les enfants ont eu un cours sur le carême et c’est là que j’ai bien ri : ma Titpuce est rentrée à la maison en m’expliquant qu’elle allait suivre le carême et qu’elle avait donc décidé de ne pas tailler ses crayons pendant 4 jours et 4 nuits (gros sacrifice pour ma petite artiste !)… Alors, je lui ai expliqué que le Carême c’était non pas 4 mais 40 jours et 40 nuits. Elle a d’abord été très déçue, terriblement ennuyée ; puis elle m’a dit : « alors ce soir je vais vraiment bien tailler mes crayons ! »

Autres petites news de la semaine :

  • Ticoeur prépare son audition de théâtre pour décrocher un rôle dans la production théâtrale de fin d’année. Il est à fond !
  • Titpuce nage de mieux en mieux, surtout sur le dos bizarrement…
  • Papa Voyage était en déplacement à Londres (Desperate Housewife je vous dis ! ;-))
  • Je me suis remise sérieusement au piano et j’essaie de travailler des chansons d’Ed Sheeran pour faire plaisir aux enfants (si vous avez les partitions, je suis preneuse !).

Nos escapades en Angleterre : direction Beachy Head !

Ce week-end, nous sommes partis à Beachy Head où ma belle-soeur (qui vit à Londres) avait décidé de fêter son anniversaire. Vous allez le voir sur les photos, il y a pire endroit pour fêter son anniversaire ;-). Beachy Head se trouve dans l’East Sussex, à deux heures de chez nous, juste après Brighton. C’était une découverte pour nous et une découverte décapante ! Il y avait beaucoup de vent. La météo parfaite pour apprécier la puissance de l’endroit ! Nous étions juste à côté des Seven Sisters, une série de falaises qui nous ont rappelé celles que nous aimons tant à Veules-les-Roses et ce n’est pas si étonnant puisque c’est juste en face ! Après, c’est différent aussi car il y a des grandes étendues vertes, des centaines de moutons et de jolis cottages anglais, sans oublier… les pubs of course !

Notre cottage était très mignon et surtout il abritait une sacrée troupe cosmopolite : nous étions un groupe d’une quinzaine d’adultes de nationalités différentes… Anglais, Allemands, Polonais, Portugais, Suédois, Danois, Suisses et Français ! C’était impressionnant ! J’ai surtout été bluffée par les enfants qui avaient entre 4 et 9 ans et qui parlaient anglais entre eux, avec aisance et naturel, et qui « switchaient » dans une autre langue pour parler à leurs parents. C’était trop chou, épatant, émouvant même ! Et c’était la première fois que j’ai pu entendre mes enfants parler anglais pendant des heures puisqu’à l’école je ne suis pas présente et qu’après l’école, je parle français avec eux.

Sur ce, je vous laisse avec quelques photos de Beachy Head : encore un endroit à mettre sur votre liste ! 😉

Beachy Head
The Seven Sisters
The Seven Sisters
The Seven Sisters

Belle semaine à tous !

Mottisfont

Notre vie en Angleterre (semaine 23) : retour à l’école, Londres, le Brexit et visite de Mottisfont

Cela fait à présent 6 mois que nous vivons en Angleterre. C’est passé à une vitesse incroyable ! J’avais eu la même impression pendant notre Tour du Monde. Comme quoi, expatriation et voyage ont cela en commun d’accélérer le temps. Découvrir et s’adapter, ça occupe !

Cette semaine, c’était retour à l’école après notre semaine de vacances de février (relire mon article sur notre séjour à Amsterdam et sur notre week-end dans le Devon). Avec ce half term qui commence, les enfants ont de nouvelles choses au programme.

L’école en Angleterre

Le hockey sur gazon : pour Ticoeur, fini le rugby et pour Titpuce, fini le netball. A présent, c’est le hockey sur gazon qui est à l’honneur pour ce nouveau demi-trimestre. Ticoeur aime déjà et il a même eu un match contre une autre école cette semaine.

Ticoeur veut faire du théâtre : l’apprentissage du théâtre est une des spécificités de l’école des enfants. Un des enseignants est un vrai pro de la scène et chaque année il aide l’ensemble de l’équipe à monter trois pièces de théâtre, une pour chaque tranche d’âges. Ainsi, vous vous souvenez, Titpuce a joué au moment de Noël ; pour Pâques, les grandes classes sont en train de finaliser Mary Poppins (j’entends parfois les répétitions, c’est très prometteur !) et en juin, ce sont les Year 3 et Year 4 qui monteront sur scène. Ticoeur (qui est en Year 4) vient donc d’avoir des informations précises sur la pièce qu’ils joueront. Il s’agira d’une pièce sur la seconde Guerre Mondiale pour coller à leur programme d’Histoire : Treachery at Traitors’ Quay. Apparemment, cela raconte l’histoire d’enfants qui ont quitté Londres pour se réfugier à la campagne, dans le Devon. Pour Ticoeur, cela fait écho à l’excellent dessin animé « Les grandes Grandes vacances » (sur Netflix) qui raconte la vie de deux petits Parisiens qui sont partis vivre en Normandie chez leurs grands-parents pendant la guerre. Tout ça pour dire que le sujet n’est pas très drôle, mais Ticoeur est extrêmement motivé : il veut jouer un des rôles principaux dans la pièce. Il faisait du théâtre à Paris ; il adore ça. Il va bientôt y avoir des auditions pour la distribution des rôles. Ticoeur a décidé de s’y coller très sérieusement, alors qui sait ? Son anglais est vraiment d’un très bon niveau, il a une excellente mémoire et il aime le théâtre alors je croise les doigts pour lui et je l’aiderai à préparer son audition !

Concours de math : Ticoeur et une de ses camarades de classe ont été tous les deux sélectionnés pour participer à un concours de math régional. Ils représenteront donc l’école mardi prochain. Je me répète mais je suis trop fière de lui !!!

Londres au programme pour Titpuce : après la thématique Titanic, c’est Londres qui sera au programme pour ce half term. Titpuce a déjà visité Londres une dizaine de fois donc le sujet va bien lui parler. Pour ses devoirs du week-end, elle devait d’ailleurs écrire une petite description de ce qu’elle connaissait de Londres. Je suis ravie de voir ses progrès en anglais et son texte était mignon : pour elle, Londres c’est avant tout une ville avec beaucoup de monde, de très jolies maisons et plein de marchés ! C’est vrai que nous passons pas mal de temps à arpenter les marchés londoniens à chacune de nos visites :-). En lecture, Titpuce lit mieux en anglais qu’en français (toujours les diphtongues qui lui posent problème) mais elle progresse tranquillement dans les deux langues. Ses cours de français ont recommencé hier et elle aime toujours y aller.

Ma vie de « Desperate Housewife »

Avec la rentrée, j’ai repris mes petites habitudes locales : cours de tennis avec les mamies, tea time avec les mamans, chorale le jeudi soir, et pendant que ma puce est à son cours de français le samedi matin, je joue au tarot avec les autres parents français :-)… Tranquille, tranquille tout ça ! Trop ! Et quand même un peu de boulot heureusement…

Et puis, vendredi, j’ai passé la journée à Londres pour y retrouver Carole Nipette, une « copinaute » que je connais depuis le début de mon blog. Cela m’a fait trop plaisir de la revoir ! Nous avions rendez-vous dans le quartier de Notting Hill :

Le Brexit : l’humour anglais des uns, les excuses des autres..

Avec la date officielle du Brexit qui approche, la tension monte mais l’humour anglais est toujours au rendez-vous. Chaque jour, que ce soit à la radio ou dans les journaux, présentateurs, humoristes, célébrités ou artistes mettent un peu de piment en usant d’auto-dérision et d’humour sur une situation de plus en plus bloquée… Il y a pas mal de blagues sur l’aspect alimentaire : si les passages de douanes deviennent difficiles pendant la transition, cela pourrait causer une pénurie de produits frais donc tout le monde y va de sa remarque… Certaines mamans en souriant m’ont dit que leurs enfants n’en avaient rien à faire car ils pourraient ne manger que des beans en conserve à tous les repas ;-). Aussi, il nous restera les produits locaux : des pommes de terre, des champignons, du kale, du cheddar et de la rhubarbe… Et comme les enfants du village, nous irons à la pêche au crabe le week-end ! Oh, ben ça me va moi ! Je ne risque pas d’ouvrir une conserve de leurs beans ! Et puis, j’ai acheté des pots de crème de marrons quand nous sommes passés à Calais la semaine dernière en rentrant d’Amsterdam donc nous avons de quoi tenir des semaines ;-). Non, je sais, le sujet est sérieux… mais l’humour anglais est contagieux et permet de lutter un peu contre les tensions grandissantes… Enfin, il y a des Anglais qui s’excusent, c’est mignon aussi… Cette manie de s’excuser pour tout. « We are so sorry » me disent certains parents… mais bon, je les rassure : c’est partout le bordel ; cela prend des formes différentes dans chaque pays mais finalement, les problèmes de fond sont sans doute similaires, et si nous avions eu un référendum en France, ne serions-nous pas dans la même situation?

A part sur le ton de l’humour, les sujets politiques sont clairement évités et c’est tant mieux. Jeudi, à la chorale, il y a quand même une mamie à ma droite qui m’a dit « I wish we can stay at the same table » et ma voisine de gauche, avec un regard extrêmement surpris lui a dit en chuchotant : « are you talking about Brexit here?? » et ensuite, à voix basses, elles m’ont toutes les deux dit qu’il ne fallait pas trop en parler ici car la plupart des membres de la chorale sont certainement des Brexiters (dans mon coin, et étant donné l’âge moyen de la chorale, ce ne serait pas étonnant) mais j’ai trouvé amusant d’avoir à ma gauche et à ma droite les potentielles seules mamies « Remainers » de la chorale, comme des gardes du corps de l’Europe :-)… Cela dit, je vous rassure : aucune animosité, aucune remarque désagréable de la part de qui que ce soit et c’est bien l’essentiel. Chacun ses opinions, du moment que tout le monde reste tolérant, aimable et accueillant. Sur ce point, c’était une de mes craintes au moment de notre expatriation mais après six mois, je peux dire que tout le monde est adorable avec nous. Pourvu que ça dure !

Découverte des environs : visite de Mottisfont

Ce week-end, nous sommes restés dans notre Hampshire et à une heure de chez nous, nous sommes allés visiter Mottisfont : une demeure qui était autrefois une abbaye avant d’être transformée en habitation privée par la famille Russell. La visite des bâtiments est intéressante : on y découvre les sous-sols médiévaux, les salles de bain, les chambres des servantes et les pièces à vivre de la famille. De plus, en ce moment, il y a une exposition du célèbre dessinateur anglais Norman Thelwell (1923 – 2004). Je dis « célèbre » car il l’est ici mais nous, nous ne le connaissions absolument pas. C’est ce que je trouve intéressant dans le fait de vivre à l’étranger : on découvre une autre culture, d’autres référentiels. Nous avons beaucoup aimé la qualité et l’humour des dessins de Thelwell et Titpuce a adoré ses aquarelles de petites filles qui font du poney :

Aquarelle de Norman Thelwell
Mottisfont

Belle semaine à tous !