Sorties parisiennes #26

Voici un nouvel épisode de nos sorties parisiennes pour vous parler de mes coups de cœur culturels de ces trois derniers mois. Au programme : spectacle, pièces de théâtre, films et un sentiment de vraiment profiter de la beauté de Paris grâce à mes déplacements quotidiens à vélo. Car tous les jours de la semaine, depuis trois mois, je suis un très beau trajet à vélo pour me rendre au bureau (et oui, j’ai repris le chemin du boulot après nos mois en Tour du Monde… Réalité quand tu nous rattrapes ! ;-). Tous les matins, j’ai donc la chance de saluer la Dame de Fer de très près et je ne m’en lasse pas… Et puis même si je suis moins sortie depuis que je travaille, j’ai quand même bien profité de la Capitale et j’ai de belles découvertes à partager avec vous aujourd’hui.

Sorties à Paris sans les enfants :

Mon plus gros coup de cœur des ces derniers mois…

Reversible, le dernier spectacle des 7 doigts de la main : je vous parle chaque année de la troupe des 7 doigts de la main dont je ne rate aucun passage. De talentueux artistes qui viennent de Montréal et qui mêlent avec poésie les arts du cirque et la danse sur une superbe sélection musicale. Comme chaque année, j’ai retrouvé leur fraîcheur et leurs talents d’acrobates, jongleurs, équilibristes ; j’aime aussi la profondeur humaine de leur présence sur scène. Chacun de leur spectacle a toujours soulevé une question. Cette fois-ci le fil conducteur est la retour à nos racines (« Et si le passé était la clé de notre avenir ? »…). C’est Gypsy Snider qui a mis en scène Reversible. Elle avait déjà participé à la direction de Traces donc ce n’est sans doute pas un hasard que ces deux créations soient mes préférées. Les musiques, uniquement composées par des artistes de Montréal ont tout spécialement été créées pour ce spectacle ; elles sont vibrantes, puissantes (je viens de m’acheter la musique du spectacle tant j’ai accroché !). J’ai d’ailleurs apprécié l’excellente qualité du son dans la salle. Les plus belles parties du spectacle selon moi ? La danse avec les cerceaux, les acrobaties sur le mât chinois et le duo aérien et féminin avec corde et rubans. Je vous laisse découvrir la bande-annonce. Dernière précision : prenez des places près de la scène ou au premier rang au balcon ou encore le long des allées car sinon on est vite gêné par les personnes devant nous (il n’y a pas de pente et la scène n’est pas assez haute je trouve).

Reversible c’est jusqu’au 1er avril 2017 au Bataclan. Alors oui, forcément c’est très émouvant de se retrouver au Bataclan. J’ai vécu la poésie des 7 doigts de la main comme un hymne à la vie qui continue, sans jamais oublier le passé…

 

Crédit photos : Alexandre Galliez

La Peur de Stefan Zweig au théâtre Michel : si comme moi vous aimez l’univers de Zweig, allez-y car cette version de La Peur est très réussie. Résumé : « La pièce se déroule au rythme haletant des angoisses d’Irène, jeune femme adultère traquée par l’étrange compagne de son amant ». Pas une pièce pour se détendre mais une pièce qui fait réfléchir et nous hante longtemps après car elle décrit avec force les rouages psychologiques de la peur. Cette sortie était l’occasion d’une soirée avec Magalie, une lectrice que j’ai donc eu la chance de rencontrer grâce au blog et que j’ai plaisir à retrouver le temps de soirées filles. Promis, la prochaine fois on ira voir une pièce plus légère ;-). Jusqu’au 30 avril 2017.

La Dame Blanche au théâtre de la Renaissance : La pièce mérite son succès pour la qualité de la mise en scène, le jeu des acteurs et surtout les effets spéciaux qui ne sont sans doute pas simples à créer dans un théâtre. Par contre, l’histoire ne m’a pas intéressée plus que ça. Résumé : « Cette nuit là , Malo Tiersen n’aurait jamais dû prendre sa voiture. Il n’aurait jamais dû aller dans cette maison au milieu des bois. Il n’aurait jamais dû avoir cet accident. Et vous vous n’auriez jamais dû pousser la porte du Théâtre. » Petit conseil : regardez bien dernière vous, même avant que la pièce ne commence !!! Jusqu’au 29 avril 2017.

Rapidement, côté cinéma…

La La Land : j’ai adoré la musique et je ne voulais pas manquer ce film de Damien Chazelle car j’avais été très touchée par son Whiplash mais là j’avoue que j’ai été déçue car malgré les couleurs et les chansons que je continue d’écouter en boucle je trouve que le film manque de profondeur, qu’Emma Stone et Ryan Gosling sont certes tout beaux tout mignons mais un peu fades. L’histoire ne m’a pas transportée, sauf au tout début et les dix dernières minutes. En tout cas, pour avoir la pêche, je vous conseille d’écouter la première musique du film : « Another Day of Sun ».

Manchester by the sea : superbe mais grave. Le ton, la sensibilité et le milieu social m’ont rappelé les films de Ken Loach mais là il s’agit d’un film américain indépendant. C’est très dur, très vrai, très réaliste, très humain. Si j’avais vraiment connu la raison du drame qui est au cœur de ce film je n’y serais sans doute pas allée mais je ne regrette pas de l’avoir vu car ce film est une perle. Un film qui souligne avec humilité la fragilité et complexité de la vie.

Dalida : le jeu est très juste, l’actrice très émouvante et j’ai aimé retrouver tous les tubes de Dalida tout au long du film. Souvenirs, souvenirs de mon enfance…

Neruda : j’y suis allée car je suis fan de l’acteur mexicain Gael Garcia Bernal mais ce n’est ni son meilleur rôle ni son meilleur film. Des longueurs, des scènes un peu étranges mais au moins cela m’a permis de voir Neruda sous un autre angle que d’habitude (angle moins flatteur que juste son image de poète…).

Your Name : j’ai beaucoup aimé, pas mal de rebondissements dans l’histoire et de très beaux dessins qui m’ont replongée dans mes souvenirs de Tokyo et du Japon en général.

Lion : très beau, même s’il faut trop souvent sortir les mouchoirs parce qu’en plus c’est une histoire vraie. Un film qui comme l’Inde (où se passe une grande partie du film) permet de relativiser et de réfléchir aux chemins de vie… Et puis il est trop mignon le petit Saroo ! (Le grand aussi !? ;-)).

et au ciné avec les enfants…

Vaiana :  c’était sympa pour Noël et dépaysant. Les enfants ont aimé, moi sans plus : je n’ai pas du tout apprécié la musique et j’ai trouvé que le personnage de Te Ka faisait trop peur (ma puce m’a pressé bien fort la main.)

Ballerina : magnifique ! J’ai trouvé que c’était le meilleur dessin animé de ces derniers mois avec de très belles images de Paris et une histoire touchante, pour les petites filles qui rêvent de danser…

Les animaux fantastiques : Ticoeur est allé le voir avec son papa. Les deux ont beaucoup aimé mais il paraît que ce n’est pas un film pour moi ;-).

***

J’espère que vous aurez trouvé quelques idées de sorties dans cette sélection. Avec le tourbillon de la reprise du boulot (qui va de paire avec pas mal de fatigue) j’ai loupé tout plein d’expos : Chtchoukine, Disney, Magritte, le Lab14 et Circulation(s)… C’est que même à Paris les journées ne font pas plus de 24h ! Bref, pour les semaines à venir je me donne comme objectif plus d’expos, plus de sorties avec les enfants et au moins une sortie Spa avec les copines ;-).

Et vous ? Des coups de cœur de sorties sur Paris ou ailleurs ?


Billet classé dans : À Paris

Sorties parisiennes #25

 A présent que nous sommes de retour à Paris, je continue ma rubrique Sorties parisiennes car bien sûr nous avons repris notre rythme de sorties et nous sommes bien décidés à profiter au maximum des avantages de la vie à Paris pour contrer les inconvénients ;-). Pendant notre Tour du Monde, pas de cinéma, pas de théâtre mais beaucoup de musées quand même. En septembre et en octobre, nous nous sommes donc rattrapés en découvrant notamment de belles expos et de beaux spectacles, avec ou sans enfants. Voici donc des idées de sorties qui j’espère vous inspireront… N’hésitez pas à partager vos coups de cœur en commentaires !

Sorties à Paris avec les enfants :

Pendant les vacances de la Toussaint j’avais concocté un petit programme pour Ticoeur et Titpuce.

Expo Mexique (1900-1950) au Grand Palais : une très belle expo où 90% des œuvres sont adaptées à tous (nous avons juste évité de passer devant quelques tableaux obscurs à la fin de l’expo). Globalement les œuvres des peintres mexicains sont colorées et plaisent aux enfants. Le tableau préféré de Titpuce (et aussi le mien) est une œuvre de Diego Rivera (voir ci-dessous). Petite déception concernant l’expo : peu d’œuvres de Frida Kahlo. Jusqu’au 23 janvier 2017.

expo Mexique en famille

Le Bossu de Notre Dame au Théâtre de la Gaîté Montparnasse : c’est notre coup de cœur famille des vacances de la Toussaint. Franchement, une belle surprise. Ce n’est certes pas une grosse production avec de gros moyens mais c’est frais, drôle, aussi amusant pour les enfants que pour les parents ; les comédiens jouent bien et les chansons sont de qualité. Ma puce a adoré Esmeralda ! Bref, je recommande chaleureusement ce petit spectacle qui joue jusque fin décembre 2016. Billets à 10€.

bossu-gaite-aff-40x60

Musée de l’Homme : nous n’y étions pas retournés depuis sa réouverture. Le musée a énormément changé. Je ne l’ai pas reconnu. Il y a pas mal de choses intéressantes, parfois curieuses. Je pense que nous aurions dû participer à une visite guidée en famille car il n’est pas simple d’expliquer les différents squelettes préhistoriques aux enfants. Dans tous les cas, le musée propose une ouverture aux différentes cultures. Vers la fin de l’expo, ce bus nous a bien amusés et nous a rappelé quelques bons souvenirs de voyage…

Lire la suite


Billet classé dans : À Paris

Sorties parisiennes #24 : profiter de Paris avant notre départ

Mes sorties parisiennes du mois de novembre ont été limitées, assombries et marquées par les événements. Malgré tout, j’ai essayé de profiter de notre belle Capitale, encore et toujours. D’autant plus qu’avant de partir pour l’autre bout du Monde dans moins d’un mois, j’ai vraiment envie de « vivre » Paris. Vivre.

Notre Dame de Paris

Sorties parisiennes : un restaurant en amoureux.

Comme je vous l’ai déjà raconté, nous avons ce petit rituel avec mon chéri : nous nous sommes fixés de passer au moins une soirée en amoureux par mois. Mais exceptionnellement, en octobre, nous n’avons pas tenu notre promesse. Du coup, nous nous sommes rattrapés en novembre en dînant dans un de nos restaurants préférés à Paris : l’AG (initiales d’Alain Geeam, le chef). Nous connaissions déjà l’AG à Saint-Germain-des-Prés dans le 6iè arrondissement. Cette fois-ci, nous avons testé la nouvelle adresse aux Halles. C’était tout aussi bon et le cadre est vraiment spacieux, tamisé, élégant. Dans l’assiette, j’ai tout aimé. En entrée, je vous conseille le tartare de bar et huître avec granny smith, fenouil, pistache & yuzu. Je trouve que cette table parisienne est un excellent rapport qualité-prix (E+P+D : 39€). Vous m’en direz des nouvelles.

L’AG Restaurant : 14 rue Mondétour 75001 Paris – 01 42 61 37 17.

AG restaurant paris

AG restaurant paris   

Sorties parisiennes : pour les enfants.

En novembre, sur les conseils de Ma Poussette à Paris, j’ai emmené Ticoeur voir l’expo Chevaliers et Bombardes au Musée de l’Armée. Nous avons suivi la visite guidée qui était excellente. La guide a passionné les enfants pendant 1h30 en racontant des faits historiques et des anecdotes de la période 1415 à 1515, donc de la bataille d’Azincourt à la bataille de Marignan. Ticoeur était le plus jeune du groupe. La visite est normalement recommandée à partir de 7 ans. Il a adoré et a vraiment eu l’impression de plonger dans l’époque des chevaliers. Les explications sont ponctuées de jeux et de questions adaptés aux enfants. Une chouette expo pour les amoureux d’Histoire.

Jusqu’au 24 janvier 2016. Aux Invalides.

chevaliers

Musée de l'Armée

Cinéma :

Je n’ai vu que deux films ce mois-ci. Deux films très différents mais tous les deux très bien dans leur genre :

Seul sur Mars (de Ridley Scott) : Matt Damon se retrouve seul sur Mars suite à une expédition sur cette planète. Commence alors un parcours de survie que l’on suit avec tension. Les décors sont superbes. Un magnifique voyage dans l’espace. Néanmoins, par moment, j’ai eu l’impression de revoir Gravity et je reste perplexe quant à la crédibilité de l’ensemble. Je recommande quand même, pour les images, le rythme, la puissance, l’évasion et cet hymne à l’instinct de survie, plus fort que tout.

Nous trois ou rien (de Kheiron) : j’ai beaucoup aimé même si le mélange des genres m’a un peu perturbée par moment car le film oscille entre des scènes comiques voire burlesques et des scènes absolument sombres et dramatiques. Finalement, en y réfléchissant, j’ai trouvé que cette superposition des genres était intéressante et faisait ressort les idées avec beaucoup de simplicité. On suit dans le film l’histoire d’une famille qui a fui l’Iran vers la France. Les raisons de cet exil nous font réviser l’histoire et réfléchir sur l’actualité. Je n’en dis pas plus mais à voir !

sorties parisiennes

Je vous laisse avec un diapo de quelques unes de mes photos de Paris ; des photos que j’ai voulu revoir comme pour chasser un mauvais sort…

Il me reste deux semaines à passer à Paris  avant notre grand voyage et je compte bien en profiter !


Billet classé dans : À Paris

Sorties parisiennes #23

Sachant qu’il ne me reste plus que quelques semaines avant notre Grand Départ, j’essaie de profiter un maximum de Paris et donc je continue les sorties théâtre, cinéma, restaurants, bars et soirées entre amis pour me changer les idées après une journée dans les cartons. Par contre, en octobre, il n’y a eu aucune sortie en amoureux au programme. Rien ne va plus ! Pourtant, puisque nous allons passer huit mois non stop en famille, on devrait se réserver quelques soirées à deux d’ici la fin de l’année. Je vais essayer de rattraper ça en novembre.

En attendant, voici mes découvertes parisiennes d’octobre :

Une belle comédie musicale pour les enfants : La Petite Fille aux Allumettes.

Avant d’y aller je me suis demandée comment on pouvait mettre en scène un conte aussi triste que La Petite Fille aux Allumettes de Hans Christian Andersen. Avant d’y emmener Ticoeur, j’ai regardé un extrait et j’ai lu quelques critiques pour m’assurer que nous n’allions pas pleurer pendant tout le spectacle. Donc soyez rassurés : les artistes réussissent ce tour de force et savent nous divertir joyeusement tout en respectant le cœur de l’histoire. J’ai donc pu découvrir cette comédie musicale avec mon Ticoeur, si sensible et il n’a pas eu besoin de mouchoirs. La mise en scène est construite de telle manière qu’on garde le sourire tout au long du spectacle. C’est d’ailleurs ce que j’ai aimé : l’esprit du conte est là dans chacune des scènes où la petite fille allume son allumette sous la neige mais heureusement ces moments tristes sont entrecoupés de scènes colorées, féériques, joyeuses et pleines de vie correspondant à l’imagination et aux rêves de l’héroïne.

La petite fille aux allumettes

On est alors transporté dans le royaume imaginaire où on croise la grand-mère, mais aussi Madame Olga (une voyante magicienne bien drôle), Monstro Falco (le monstre attachant), le cruel Fragotov (allégorie de la méchanceté) et même des pirates. Le personnage d’Olga, avec son accent slave nous a bien plu. Par contre, je trouvais que le monde des pirates n’avait pas sa place dans l’histoire. Cela dit je dois avouer que ce tableau a eu beaucoup de succès auprès des enfants dans la salle. Au final, on vit une aventure fantastique malgré le cruel destin de la douce petite Emma. Ticoeur a beaucoup aimé et n’a pas saisi toute la tristesse de la situation mais sur ce coup-là je ne vais pas m’en plaindre et je ne vais pas lui lire le conte d’Andersen prochainement. Personnellement comme je ne pouvais pas m’empêcher de penser au livre, j’étais quand même aux bords des larmes à chaque fois qu’Emma se retrouvait seule avec ses allumettes. Ainsi le spectacle peut être vécu à plusieurs niveaux et plaît aussi aux parents. Les artistes sont excellents ainsi que les chansons, les décors et les costumes. Bref, La Petite Fille aux Allumettes est une comédie musicale très réussie par les producteurs de Kid Manoir et Hansel et Gretel : David Rozen et David Rebouh.

Au théâtre du Gymnase, jusqu’au 5 mars 2016 ( à partir de 4 ans). Durée : 1h15

*les billets nous ont été offerts.

 

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES - Affiche David Kawena-Double D

 

Au théâtre : 2 bras 2 jambes pour ceux qui aiment les voyages et les voyages intérieurs.

J’ai été très touchée, émue par le témoignage de Françoise Dasque qui nous raconte son voyage en solo, à pied jusqu’en Chine. Une histoire vraie, son histoire. Celle d’une femme de 50 ans qui avance sur les routes et en son for intérieur. Qui s’ouvre aux autres, qui est prise de doutes, qui persévère mais qui peut aussi changer d’avis. Une personne dont j’ai apprécié la douce sagesse de la vie et le courage. La philosophie aussi. J’ai aimé quand elle nous a expliqué que malgré son objectif d’arriver en Chine, elle s’était gardée la liberté d’arrêter à tout moment. J’admire cette liberté. Un voyage comme je les imagine. Un voyage avec ses hauts et ses bas. Pas vraiment du théâtre en fait mais une tranche de vie, une belle personne et des messages qui m’ont interpelée. De tout cœur, je vous conseille d’aller au théâtre Ciné 13 à Montmartre faire un bout de chemin avec Françoise. Bravo ! Sur son site 2 bras 2 jambes, vous trouverez toutes les informations sur son spectacle ainsi que sur son livre. Je tiens également à remercier Magalie (chère lectrice du blog) qui a eu la très bonne idée de me proposer cette sortie et surtout de m’accompagner. Une très belle soirée.

Au Ciné 13, jusqu’au 9 janvier  – 1, avenue Junot Paris 18iè.

newflyRVodt-424x600

Sortie parisienne en famille : les quatre pavillons de Saint-Gobain

In extremis, le dernier jour d’exposition, nous sommes allés en famille sur la place de la Concorde pour admirer les installations de Saint-Gobain qui pour ses 350 ans proposait une rétrospective futuriste (si, si !). D’ailleurs, l’exposition s’appelait : « Sensations Futures ». Les quatre pavillons présentés étaient impressionnants visuellement parlant par leur taille, leur design, leurs couleurs et leur technologie. J’ai beaucoup aimé les éclairages nocturnes. Les enfants ont bien ri dans le kaléidoscope géant, véritable manège enchanté. Je suis contente que nous ayons réussi à y passer à la dernière minute. Et je remercie The Parisienne qui m’avait donné envie d’y aller suite à son article et à ses photos.

Saint Gobain 350

Saint Gobain 350

Saint Gobain 350

 

Du côté de la blogosphère :

En octobre, j’ai participé à une soirée organisée par la Franche-Comté pour faire découvrir aux journalistes et blogueurs les atouts et l’actualité de cette région. Ce que j’ai repéré et que j’ai très envie de faire quand nous serons de retour en France ? Un grand week-end à vélo sur l’Euroroute 6. En effet, 187 km de ce célèbre itinéraire se trouvent en Franche-Comté. Ce serait l’occasion de découvrir Dole, Besançon, Montbéliard sur un chemin très nature. Ce projet me plaît beaucoup puisque vous connaissez notre passion pour le vélo tourisme en famille. Du côté de la gastronomie, la soirée mettait en avant les produits locaux : j’ai goûté du Comté de tous les âges, de l’absinthe pour la première fois et j’ai craqué pour les macarons au coquelicot de Ludovic Maire (boutique Côté sucré à Belfort).
#AfterworkFC

logo

Cinéma : L’étudiante et Monsieur Henri

Un film d’Ivan Calbérac avec Claude Brasseur. Une jeune étudiante prend en location une petite chambre très économique chez Monsieur Henry mais il lui faut alors partager la vie de ce vieil homme plutôt ronchon et manipulateur au prime abord. Quand le fils de monsieur Henry et sa fiancée rentrent en scène, c’est là que la situation devient drôle. Je n’en dis pas plus. Le film est très frais, très agréable, plein de bons sentiments et ça fait du bien. Par contre, je me suis rendue compte au bout d’une heure que je connaissais cette histoire. Et oui, j’avais vu la pièce de théâtre il y a quelques années à Paris. C’est terrible, après 40 ans, la mémoire se dégrade les amis… Bref, un bon film sur une question simple mais délicate : savoir et vouloir donner du sens à sa vie. Un sujet qui me parle parce qu’on essaye bien trop souvent de rentrer dans des cases (j’ai essayé je vous assure) alors que notre épanouissement se trouve parfois sur de longues routes sinueuses, souvent difficiles mais heureusement bien éclairées par nos passions 😉

l-etudiante-et-monsieur-henri

 

Bar à cocktails : le Persifleur à Montmartre

Toujours avec Magalie, juste avant d’aller voir 2 bras 2 jambes nous nous sommes retrouvées au Persifleur pour tester leurs cocktails que m’avait recommandés Lulu from Montmartre : merci ! C’est une bonne adresse : 3 bis rue Durantin, 75018 Paris – cocktails à partir de 9€. J’ai particulièrement aimé mon breuvage à base de concombre, eau de coco (mais pas que !), ainsi que la mystérieuse création composée par le barman pour Magalie  :

cocktail le Persifleur

 

Sur ma wish-list pour les prochaines semaines, il y a :

  • Au ciné, trois films me tentent :  Nous trois ou rien, Mon Roi et Avril et le Monde truqué
  • La one man show de Baptiste Lecapelain (vous l’avez vu ? Vous conseillez ?)
  • L’expo Osiris à l’IMA (oui je sais, c’était déjà sur ma liste la mois dernier !)
  • Et un resto en amoureux !

Et vous ? Des sorties à conseiller sur Paris ?

 

 


Billet classé dans : À Paris

Sorties parisiennes #22

Quelques sorties sur Paris mais moins que d’habitude car je passe beaucoup de temps sur la préparation de notre Tour du Monde. Néanmoins, à part quelques rares journées pluvieuses, nous avons encore du beau temps sur Paris donc il faut quand même en profiter pour se bouger ! Je vous ai déjà parlé de notre expédition en ballon au Parc André Citroën. Voici d’autres découvertes et sorties culturelles dans la Capitale :

Théâtre : Démons au Théâtre du Rond-Point avec Romain Duris

J’avais hâte d’aller voir cette pièce pour laquelle j’ai obtenu in extremis deux places au dernier rang. J’avoue que je suis fan de Romain Duris et que je n’ai même pas lu le résumé de la pièce avant de réserver. Et donc ? Rien à dire sur le jeu des acteurs : Anaïs Demoustier, Marina Foïs, Gaspard Ulliel et Romain Duris sont parfaits dans leurs rôles. La mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo est choquante de vérité, provocante, audacieuse ; le décor moderne est également très réussi (super le plateau tournant !)… Par contre, par contre… J’ai eu du mal avec le texte et son style nordique ! Je fais peut-être un grand raccourci mais à chaque fois que je vais voir un film ou une pièce d’Europe du Nord c’est trop sombre, trop déprimant et trop violent à mon goût : c’est un dramaturge suédois, Lars Norén qui a créé la pièce en 1984. C’est vraiment un texte choc ! J’ai eu l’impression qu’il y avait sur scène non pas quatre personnages mais quatre âmes capables du pire, capables de dire ce qui ne se dit jamais. Des paroles d’une grande dureté. Des gestes aussi. Car l’histoire raconte la dérive d’un couple (Frank et Katarina) : ils se battent, se font du mal, supportent l’insupportable au nom de quoi ? Amour ? Habitude ? Ennui ? Lors d’une soirée particulièrement difficile et conflictuelle ils décident d’inviter leurs voisins Jenna et Tomas, un couple de jeunes parents qui ne se doutent pas de ce qui les attend ! J’ai eu l’impression de voir un mélange de psychanalyse et des « Liaisons Dangereuses » de Choderlos de Laclos mais avec beaucoup plus d’acidité et d’horreur humaine… Si j’avais connu Lars Norén j’aurais su à quoi m’attendre car l’écrivain affectionne particulièrement les problèmes psychiatriques et autres réjouissances. En conclusion, si le sujet ne vous effraie pas alors pourquoi pas, sinon je ne recommande pas cette pièce aux âmes sensibles (dont je fais partie) malgré la grande qualité du casting et de la performance !

Romain Duris au theatreLa déco aussi est suédoise mais pour le coup, ça me va !

Cinéma pour les enfants : Hôtel Transylvanie 2

L’année dernière avec Ticoeur nous avions vu le premier volet d’Hôtel Transylvanie et nous avions beaucoup aimé. Nous avions donc très envie de voir la suite ! Pour commencer, je vous conseille de regarder la première partie en DVD avant d’aller voir ce nouveau volet. Vous aurez ainsi le contexte : la rencontre entre Mavis, fille de Dracula et Johnny un simple humain au cœur tendre. Ce dernier avait eu du mal à plaire à beau-papa l’an dernier parce que Dracula est un papa-poule super protecteur qui veut le meilleur pour sa fille et le meilleur a forcément soif de sang ;-).

Hôtel TransylvanieRemarquez : ils emmènent trop de bagages en vacances !

Dans Hôtel Transylvanie 2 les difficultés d’acceptation réciproques entre les hommes et les monstres continuent et deviennent même de plus en plus sensibles car Mavis et Johnny ont donné naissance à un adorable petit… Petit quoi ? Vampire ? Homme ? Gros suspens pendant tout le film ! Tous les couples mixtes se retrouveront dans certaines scènes du film. Surtout quand les grands-parents s’en mêlent et veulent imposer leurs modèles d’éducation. Ils projettent leurs rêves sur l’enfant sans tenir compte de son bien-être et de sa nature : un grand classique !

A part le sujet des différences culturelles dans une même famille, j’ai beaucoup aimé un thème qui me tient à cœur : celui du voyage ! Parce que voyez-vous, Mavis et Johnny veulent s’accorder du temps ensemble et laissent leur petit chéri à grand-père Dracula : je me suis totalement identifiée à la maman, si anxieuse de partir en voyage sans son enfant ! D’ailleurs elle fait plus fort que moi : elle ose quitter l’Europe pour les US alors que mon chéri et moi ne sommes pas allés plus loin que Versailles en amoureux ! Quand on voit ce que grand-père Dracula fait vivre à son petit-fils je crois que les parents vont encore plus hésiter à confier leurs enfants, non ?? 😉 En tout cas, Dracula m’a fait penser à mon père qui serait capable d’entreprendre des activités extrêmes comme partir pour une balade à moto avec mon fils ! Bref, je m’égare mais le sujet des voyages avec/sans enfant, forcément ça m’a plu ! L’humour lui est toujours au rendez-vous. Quant à la 3D, c’était réussi et contrairement à certaines fois, cela ne m’a pas gênée, bien au contraire, cela rajoutait à la qualité du dessin animé. Avec cet épisode 2 il y a peut-être un peu moins de surprises que dans le premier volet et le scenario est un peu moins rythmé ; par contre Ticoeur a préféré ce film car l’an dernier Dracula lui avait fait peur (vous vous souvenez de la scène au début où il se fâche ?! Ticoeur s’en souvient un an après !). En version grand-père, Dracula devient beaucoup moins effrayant 😉

Comme nous avons découvert le film en avant-première, une animation était prévue pour fêter le lancement par Sony Pictures : les enfants ont pu préparer puis goûter des pâtisseries lors d’un atelier proposé par Bogato. Ticoeur aime toujours autant cuisiner donc il était ravi d’enfiler le tablier et il était fier de ses réalisation ! Bravo Bogato pour les recettes bien gourmandes !

Bogato_atelier

 

Au cinéma, avec moi-même : Boomerang de François Favra

Là j’ai fait fort : au bout d’une heure de film je me suis rendue compte que je connaissais l’histoire et forcément puisqu’en fait j’avais lu le livre ! Il faut dire que ce roman de Tatiana de Rosnay je ne l’avais pas apprécié (je n’aime tout simplement pas cet auteur d’ailleurs). J’avais trouvé le style trop rapide, l’histoire peu crédible. Au final, si j’avais compris que j’allais voir le film inspiré de ce livre je n’y serais pas allée et c’est dommage car personnellement j’ai trouvé le film beaucoup mieux ! Comme quoi ça arrive ! On croit beaucoup plus à l’intrigue car la psychologie des personnages est mieux mis en avant grâce au jeu de Mélanie Laurent (Agathe) et Laurent Lafitte (Antoine). J’ai beaucoup aimé la fraîcheur et la franchise apportée par le personnage d’Angèle joué par Audrey Dana. Par contre, il y avait certaines longueurs dans le scenario et certains dialogues sonnaient faux. J’ai tout de même apprécié l’évasion offerte par les images de Noirmoutier. Pas un coup de cœur mais pourquoi pas.

198981.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Dîner en amoureux chez Fanfan by La Tulipe

On continue à tenir notre rythme d’un resto par mois en tête à tête. Cette fois-ci nous avons découvert Fanfan by La Tulipe à La Butte aux Cailles. C’est parfait pour siroter un excellent cocktail que l’on peut accompagner de diverses planches de tapas. 14 rue des Cinq Diamants 75013 Paris

fanfan_tulipe

 

Sur ma wish-list pour les prochaine semaines, il y a :

  • Le dernier ballet de Preljocaj à Chaillot (je suis fan !)
  • La pièce Pédagogies de l’échec au Vingtième Théâtre
  • La Comédie musicale La Petite Fille aux Allumettes au théâtre du Gymnase, pour les enfants
  • L’expo Osiris à l’IMA

Et vous ? Des sorties à conseiller sur Paris ?


Billet classé dans : À Paris