Chronique de notre installation en Angleterre

Tout est allé si vite ! Tant de personnes que je n’ai pas eu le temps de voir avant de quitter Paris ! Et nous voici arrivés dans notre petit coin du Hampshire, sur la côte, dans le sud de l’Angleterre !

Comme notre expatriation en Angleterre a été une surprise, nous avons improvisé et géré notre déménagement sans renoncer à nos vacances. En juillet, il a donc fallu :

  • trouver des déménageurs pour faire traverser nos 25m3 d’affaires outre-Manche et me rendre compte que je ne tenais qu’à deux choses : mon piano et mon vélo ;-)… Et aussi à mon citronnier !
  • harceler l’agence immobilière en Angleterre car nous avions trouvé une maison début juin et un mois après nous n’avions toujours pas de bail (on se plaint de l’administratif en France…). Finalement, bail signé la veille de l’arrivée du camion !
  • mettre en location notre appartement en meublé (donc nous avons dû racheter des meubles). Nous avons trouvé des locataires au bout d’une semaine et il s’agit d’une famille très sympa : ça compte !
  • aller chez le coiffeur à Paris (je ne vais quand même pas confier mes cheveux aux Anglais !)
  • faire des visites de contrôles pour toute la famille chez le dentiste et l’ophtalmo… il y aura bien des médecins en Angleterre mais avec la réputation du NHS (la sécu anglaise), on ne sait jamais !
  • désinscrire officiellement les enfants de l’école auprès de la mairie… Et oui, monsieur le maire c’est encore nous qui partons !
  • refaire les passeports et cartes d’identités qui approchent de la date d’expiration car ce sera plus compliqué à gérer à distance.
  • regarder les Anglais perdre au foot ;-)… En vrai, je n’aime pas du tout le foot mais autant arrivés en « champions », non ?
  • ouvrir un compte en banque au UK (c’est super simple !)
  • lire tous les articles sur le Brexit… et se dire que ça craint !
  • faire quelques stocks de bouteilles le temps d’un week-end en Champagne, de quoi tenir 2 ans 🙂
  • partir en voyage comme nous l’avions prévu  : Allemagne, voile à Corfou, la Corrèze et bientôt la Bretagne.

A présent, nous voici en Angleterre :

  • les enfants ont découvert notre immense maison et sont trop contents d’avoir un jardin ! Aussi, vu le nombre de chambres (6 !!!) ils ont décidé de dormir séparément, ce qu’ils ne faisaient pas à Paris… C’est mignon de les voir aménager leur espace.
  • la maison est si grande que nous regardons pour acheter quelques meubles supplémentaires et surtout des lits pour accueillir les amis ! Heureusement, on trouve pas mal de jolies choses chez John Lewis (sorte de BHV anglais) et Ikéa n’est jamais bien loin ;-).
  • nous apprécions les températures plus douces après la canicule en France.
  • nous comprenons déjà qu’il n’y a pas besoin d’arroser la pelouse car la pluie est toujours prévue à un moment de la journée 😉
  • nous avons parcouru notre village en trottinette jusqu’à la mer… Sommes-nous les seuls à avoir des trottinettes ? J’ai l’impression…
  • pendant que Papa Voyage est au travail, on déballe les cartons. Mauvaise nouvelle : le piano a deux rayures et un lit est abîmé (on va tester l’assurance !). Par contre, le citronnier va très bien après une semaine en container sans eau ni lumière…
  • nous sommes allés au pub avec les kids : fish and chips et aire de jeux au programme. Une bonne ambiance familiale…
  • je viens d’inscrire les enfants à la bibliothèque. Nous avons emprunté des livres mais il reste à… apprendre l’anglais !!!
  • vendredi, les enfants vont pouvoir visiter leur école car le directeur n’est pas parti en vacances et nous accueille gentiment. Nous achèterons aussi les fameux uniformes.
  • des voisins nous ont chaleureusement accueillis (ça change de Paris !)
  • nous avons mis des adaptateurs dans toutes les pièces 🙂
  • nous cherchons un opérateur pour avoir le téléphone et internet donc là en vous écrivant j’explose mon forfait Bouygues 😉
  • je viens de tester mes premiers kilomètres en roulant à gauche…  en fait c’est tout comme en France :  j’aime pas conduire !
  • nous faisons les annonces pour acheter une voiture : je pense la choisir petite et automatique pour me faciliter la tâche de « maman taxi ».
  • Titpuce a préparé une lettre pour sa copine à Paris et le texte commence ainsi : « je t’ai déjà un peu oubliée… » 🙂

En tout cas, ça fait très bizarre de voir ses affaires partir dans le camion, de passer d’une grande ville à un petit coin perdu d’Angleterre, de se retrouver dans une grande maison en briques rouges (un peu vieillotte mais sans moquette dans toutes les pièces ouf !)… de commencer cette nouvelle vie qu’on n’avait pas anticipée… Je crois que ça me fait un effet plus étrange que notre départ en tour du monde… Finalement, nous ne sommes pas très loin (à 50 minutes d’avion de Paris !) mais je me sens sur une autre planète, très dépaysée, très décalée, plus « surprise » car moins préparée psychologiquement… Le tour du Monde a été une décision mûrie ; notre départ en Angleterre ressemble davantage à une petite folie. Aussi, la remarque du loueur de voiture m’a laissée perplexe : « What? You’re moving from Paris to here right before Brexit?? »... et il a bien ri ; moi beaucoup moins… j’espère que tout ira bien ! Mais comme dit notre ami Bob « everything’s gonna be alright! »… En attendant, on découvre, on s’installe, on s’adapte et on boit du Ricard à l’apéro ;-). Pour dire correctement au revoir à la France, nous finirons le mois d’août par des vacances en Bretagne ! Non mais !

Alors, vous nous suivez dans nos aventures anglaises ?

en voilier à Corfou

Notre semaine en voilier du côté de Corfou

La passion pour la voile c’est Papa Voyage. Il est skipper à ses heures perdues. Il a pris beaucoup de cours de voile depuis le plus jeune âge et si je l’avais écouté, on aurait fait notre tour du monde en voilier ! Sauf que moi je n’ai pas trop le pied marin, ni l’expérience pour ce genre d’aventure alors on se contente de louer un voilier de temps en temps. Avant d’avoir des enfants, nous avons navigué le long des côtes en Croatie et, avec enfant, nous avons réalisé un  tour de l’île d’Elbe avec Ticoeur. Par contre, depuis la naissance de Titpuce nous n’avions pas renouvelé l’expérience car on trouvait que les enfants étaient trop petits. Début juillet, nous nous sommes lancés et nous avons choisi la mer ionienne pour naviguer et nous avons loué un voilier à Corfou, en Grèce. Pourquoi avons-nous choisi Corfou ?

  • Nous avons aimé notre dernier voyage en Grèce (l’ambiance, les gens, le poisson et le budget !).
  • J’étais déjà allée à Corfou avec une amie il y a longtemps et j’avais de bons souvenirs de cette île côté paysages (île très verte même en été).
  • Papa Voyage a beaucoup navigué le long de la Croatie donc là finalement c’était dans le prolongement, donc même style de navigation.
  • Nous avions pensé aux Cyclades mais le fameux meltem (vent local) peut être violent et difficile à gérer quand on n’a pas l’habitude, alors avec des enfants, bof, bof… mieux vaut y aller si vous prenez aussi les services d’un skipper qui connaît très bien le coin.
  • Corfou est bien connectée à Paris et à Stuttgart, or comme les grands-parents allemands venaient avec nous, c’était important.

en voilier à Corfou

Notre itinéraire en voilier sur la mer ionienne à partir de Corfou :

J1 : On récupère notre voilier à la marina de Gouvia (à 15 min de taxi de l’aéroport de Corfou). Départ vers le sud. Vent faible. Nuit au mouillage à Petriti. Super resto de poissons : Limnopoula Fish Taverne.

J2 : Direction le sud – déjeuner au niveau des îlots près de Mourtos – baignade – nuit au mouillage à Parga. Super resto : Villa Rossa.

J3 : Direction Paxos – Déjeuner et baignade près de l’îlot Nicolaos – Nuit dans le port de Gaïos. Resto : La Vista.

J4 : Direction Antipaxos – très belles falaises et grottes devant nos yeux. Nuit au mouillage à Lakka. Resto : Paxoimida.

J5 : Baignade à Orkos beach (très beau). Cap sur le continent, vers Syveta. Baignade à End Bay. Nuit dans le port de Syveta. Resto : Blue cost.

J6 : Direction le nord – on cible Kassiopi – il y a beaucoup de vent – notre foc se déchire ! J’ai bien stressée ! Super resto : Chez Kami.

J7 : Direction Kouloura avec uniquement la grand voile (donc trois fois plus lentement), puis retour à Gouvia et nuit au port.

Après avoir rendu le voilier, nous avons passé deux jours dans la ville de Corfou, avec le mal de terre !

itinéraire voile corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

        en voilier à Corfou  en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Et les enfants sur le voilier c’est comment ?

  • Sécurité : la règle était stricte – les enfants avaient toujours leur gilet de sauvetage sur eux sauf en cabine (et même en cabine si forte houle et vent fort). Sur le pont, Ticoeur et Titpuce restaient dans le carré ; pas de balade sur les côtés ou à l’avant du bateau.
  • Ticoeur a adoré les pauses, pas tant pour les baignades (il n’aime toujours pas quand il n’a pas pieds même s’il sait nager…) mais pour pêcher. Et il a pêché quasi tous nos déjeuners ! J’étais impressionnée ! Titpuce, elle a toujours besoin des brassards pour nager (un jour, on y arrivera !). Dans tous les cas, nous faisions nos pauses déjeuner et baignades dans des zones vraiment paradisiques avec de l’eau limpide couleur turquoise et émeraude… le top ! Nous avions une petite échelle pour descendre dans l’eau. Et il y avait toujours quelqu’un qui restait à bord bien sûr…
  • Les petits moussaillons : ils ont aimé tenir la barre (surtout Ticoeur) mais ça les lasse au bout d’un certain temps. Ils ont aimé apprendre les différents noeuds marins. Ticoeur m’a appris pas mal de vocabulaire sur la navigation grâce à son séjour en classe de mer et aussi parce qu’il a adoré feuilleter le livre des Glénans (la bible de la voile). Il lit et retient tout ce qui lui passe sous les yeux !
  • Ils n’ont absolument pas eu le mal de mer (alors qu’ils sont facilement malades en voiture) même quand il y avait pas mal de houle et que donc je leur avais dit de rester dans la cabine.
  • Sur le pont, les enfants ont pu jouer à des jeux de société quand il y avait peu de vent (tous les matins) ou écouter Omi qui leur racontait des histoires en allemand. Ticoeur a aussi raconté pas mal d’histoires et de blagues : un vrai moulin à paroles !
  • Vers 18h nous débarquions dans un petit port ou dans une crique au mouillage et nous avons toujours dîné au restaurant (nous avions un petit dinghy pour rejoindre la côte). Mmm les calamars frits ! Les enfants adorent ça et nous aussi !
  • Les enfants ont très bien dormi mais nous avons sacrément souffert des moustiques : nous avions un anti-moustique bio qui fonctionne un peu mais la prochaine fois je prends l’anti-moustique spécial tropiques !
  • Avec deux jeunes enfants je recommande qu’il y ait au minimum deux personnes qui assurent en voilier. Pour nous, c’était Papa Voyage et Opa. Et au total c’était vraiment bien qu’il y ait 4 adultes pour 2 enfants. Je ne partirais pas avec moins d’adultes tant que les enfants sont jeunes.
  • Un moment magique ? Nous étions tous fous comme des enfants quand nous avons croisé des dauphins au large d’Antipaxos ! Quelle belle rencontre !
  • Si c’était à refaire ? Et bien je pense qu’un catamaran c’est encore plus rassurant et plus adapté à une croisière bateau avec enfants. Papa Voyage est un puriste et préfère naviguer en voilier. C’est sans doute mieux pour les sensations mais en tant que maman flippée je trouve que le catamaran c’est plus tranquille : bateau plus stable, bel espace habitable et pas le stress de la quille… Bref, pour un premier essai, et avec des enfants, je conseillerais un catamaran. Si la prochaine fois on loue un cata, je vous ferai un article comparatif voilier versus catamaran.

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Remarques sur notre voilier et sur la navigation en mer ionienne :

  • Nous avons beaucoup aimé le modèle de notre bateau : un Bavaria Cruiser 37.
  • Par contre, nous avons eu une mauvaise surprise : le foc s’est complètement déchiré quand le vent est monté à Beaufort 4. Ce n’est pas normal. Le loueur n’avait pas assez bien entretenu sa voile et nous, nous n’avions pas pris le temps d’inspecter la voile de près. Cela nous servira de leçon pour la prochaine fois ! Heureusement il n’a pas essayé de nous faire payer quelque chose. Il connaissait l’état de sa voile. Je ne vous donnerai donc pas les coordonnées de notre petit loueur indépendant, trop petit finalement… il y a de grandes compagnies de location bien établies dans le coin qui ont donc plus d’expériences et de moyens pour entretenir les bateaux.
  • Côté vent : tous les jours se ressemblaient : vent faible le matin venant du sud ; puis calme plat à midi et beau vent venant du nord l’après-midi. Nous avons dû utiliser le moteur par moment, surtout en fin de matinée, en direction d’une crique pour le déjeuner.
  • Les paysages étaient très beaux, tout particulièrement autour de Paxos et Antipaxos (deux ilôts situés au sud de Corfou). Nous nous arrêtions tantôt côté Corfou, tantôt côté Grèce continentale.
  • Il y avait beaucoup de monde et beaucoup de bateaux, avec des ports plutôt petits donc il faut gérer les approches avec beaucoup d’attention. Nous avions trouvé que c’était plus simple en Croatie. Pour Corfou, il vaut mieux cibler juin ou septembre si vous le pouvez.

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Bref, on en a pris plein les yeux, la mer était superbe, la voile nous a offert de beaux moments de liberté, on s’est régalé côté poissons, on a passé une merveilleuse semaine en famille et… on est resté très vigilant par rapport à la mer et au vent !

Et vous ? Tentés par un voyage en voilier ?

en campervan à Veules les Roses

La Normandie en campervan : week-end à Veules-les-Roses

Depuis que nous avons notre campervan, la Normandie est régulièrement notre choix de destination pour le week-end car en partant de Paris, pour voir la mer sans faire trop de kilomètres, c’est la meilleure solution ! En juin, c’est à Veules-les-Roses que nous avons posé notre maison sur roues le temps d’un week-end. Nous aimons beaucoup ce petit village de Seine-Maritime où coule le plus petit fleuve de France (la Veules…). Mais bon, ce n’est pas vraiment la taille du fleuve qui nous attire mais le village tout mignon, la vue sur les falaises et les huîtres délicieuses du coin !

Notre spot pour la nuit, avec vue sur Veules-les-Roses et les falaises était juste magique ! Nous avons eu une superbe lumière au coucher du soleil. Les enfants ont eu un immense jardin pour eux tout seuls. Nous avons dîné dans ce cadre enchanteur, sans voisins, sans bruits, juste bercés par le son des vagues… La température était idéale. Nous n’avons pas eu besoin de mettre le chauffage, contrairement à notre week-end à Etretat quelques semaines plus tôt.

Alors bien sûr, nous avons mangé des huîtres, nous nous sommes baladés sur la plage, dans les ruelles… Les enfants ont pu faire du cerf-volant et observer la vie à marée basse… Un week-end comme on les aime !

en campervan à Veules les Roses


en campervan à Veules les Roses

en campervan à Veules les Roses

 

en campervan à Veules les Roses

en campervan à Veules les Roses

coucher du soleil veules

Petit clin d’oeil à notre future expatriation en Angleterre : ce drapeau flottait dans le ciel juste à côté de notre campervan :-)…

Informations pratiques pour un week-end en campervan à Veules-les-Roses :

Spot pour la nuit : nous utilisons l’application Park4night pour trouver un spot qui nous plaît. Comme nous connaissions Veules (relire mon article Un week-end en amoureux à Veules-les-Roses), nous savions déjà où nous voulions nous poser. Nous étions donc sur les hauteurs, avec la plus belle vue 🙂

Trajet : depuis Paris, il faut compter 2h de route.

Les huîtres : il y a un stand les samedis et dimanches matin face à la plage (M. et Mme Gallot).

Dieppe : pour nos repas (et pour ramener à Paris), nous avons fait samedi matin le stock d’excellents produits locaux sur le marché de Dieppe qui est un très beau marché… Et nous en avons profité pour commander un superbe plateau de fruits de mer au restaurant Le New Haven (on recommande !). Entre Dieppe et Veules-les-Roses il faut compter une demi-heure. Donc depuis Paris nous avons fait un triangle : d’abord Dieppe le samedi matin puis installation à Veules et retour à Paris le dimanche soir.

***

Et vous ? Vous connaissez Veules-les-Roses ?

ville de corfou

Deux jours dans la ville de Corfou

Nous rentrons tout juste d’une semaine de croisière en voilier en Grèce sur la mer ionienne. Avant de vous raconter en détail nos aventures en bateau (cela vous intéresse ?), je vais tout simplement commencer par vous présenter la Capitale de l’île : la ville de Corfou (Kerkyra en grec). Nous y avons passé deux jours, le temps de bien profiter de cette cité marquée par les différentes influences liées à son histoire : on y retrouve notamment des traces de la domination byzantine et de la période vénitienne. En tout cas, pour nous, deux thèmes qui reviennent cette année : d’une part la Grèce, puisque nous étions dans le Péloponnèse à Pâques et d’autre part la voile, puisque Ticoeur était en classe de mer en mai.

ville de corfou

Voici une petite visite de la ville de Corfou en images…

Se balader dans la vieille ville de Corfiou est globalement très agréable et pratique avec les enfants car tout l’espace est piéton.

Le Liston est une des rues à ne pas manquer : les architectes se seraient inspirés de la rue de Rivoli à Paris… En tout cas, il y a de belles arcades. Autrefois, seuls les nobles avaient le droit de se balader le long de cette avenue prestigieuse. Ils étaient sur une liste de personnes privilégiées d’où le nom « Liston ».

liston corfou

En moins pompeux, j’ai beaucoup aimé les vieilles ruelles en général, qui ne sont pas sans rappeler l’ambiance des villes du sud de l’Italie, avec du linge aux balcons.

ville de corfou

Je vous recommande d’arpenter la rue Gkilford particulièrement jolie. Traverser le marché est également intéressant : beaucoup de poissonneries et on peut même se poser pour déguster une assiette de calamars et de sardines.

Voici l’église Saint-Spyridon… Jettez un coup d’oeil à l’intérieur (se couvrir les épaules pour cela).

La Casa Parlante est une ancienne demeure qui se visite pour découvrir l’intérieur d’une famille bourgeoise du 19iè siècle (visite adaptée aux enfants – un peu moins d’une heure).

casa parlante

Voici le Vieux-Fort et la petite marina Mandraki à ses pieds…

ville de corfou

On pénètre dans la citadelle…

ville de corfou

Et on découvre ce temple… A vrai dire, on peut aussi monter jusqu’au phare pour une très belle vue sur Corfou mais c’était fermé au moment où nous y étions.

Un lieu de baignade non loin du Vieux-Fort :

ville de corfou

Le musée des arts asiatiques : beau bâtiment de l’extérieur et belle collection d’objets asiatiques qui mériteraient une meilleure mise en valeur. A noter que juste à côté, il y a un parc très agréable et une aire de jeux pour les enfants.

visiter Corfou en famille

Et enfin notre coup de coeur restaurant : Fishalida. Nous y avons dîné deux fois tant nous avons aimé. L’adresse à ne pas manquer pour les amateurs de poissons ! Fishalida, 11 Lochagou Spiridonos Vlaikou 1, Kerkira (à deux pas du marché).

Dans les alentours, nous avons visité l’Achilleion, appelé également Villa de Sissi. En effet, l’impératrice Sissi a été la maîtresse des lieux. Elle était complètement fan de la civilisation hellénique (et d’Achille !). Elle aimait se retirer à Corfou loin des obligations de la cour, notamment après la mort de son fils Rodolphe qu’elle a beaucoup pleuré en admirant la superbe vue depuis son palais. Il faut absolument prendre l’audioguide pour avoir d’intéressants détails sur la vie de Sissi à Corfou. Pour se rendre à l’Achilleion, il suffit de prendre un bus bleu (ligne 10) dans le centre de Corfou pendant environ 30 minutes (10 km), jusqu’au village de Gastouri. Là-bas, nous avons déjeuné dans la Taverne Lefteris Psistaria, simple, économique et sympa. Voici le palais d’Elisabeth…

villa sissi corfou

apollon

villa sissi corfou

J’espère que vous avez apprécié la visite de Corfou. Pour moi c’était une deuxième fois dans cette jolie ville méditerranéenne. Pour nous y rendre, nous avons eu 3 heures de vol depuis Paris.

Dans mon prochain article, nous larguerons les amarres au large de Corfou et je vous emmènerai sur la mer Ioninenne à bord de notre voilier !

canal du midi étang de thau

En famille à Marseillan-Plage au camping Les Méditerrannées

Connaissez-vous Marseillan dans l’Hérault, juste après Sète au bord de la Méditerrannée ? Pour ma part, sur la côte languedocienne, j’ai passé de nombreux étés près de Perpignan ; je connais aussi la Camargue plus à l’est… Mais entre les deux, toute la zone autour de Montpellier, je ne connaissais pas du tout, jusqu’au week-end dernier, où le temps d’un reportage photos, nous avons séjourné à Marseillan-Plage dans une cabane en bord de mer. Nous étions plus précisément au Beach Garden, qui fait partie du camping haut de gamme Les Méditerrannées *****.

Arrivés au Beach Garden, nous avons d’abord posé nos affaires dans une cabane à quelques mètres de la mer. Le sable est déjà sous nos pieds ! Ticoeur et Titpuce sont ravis : la mer d’un côté et les piscines de l’autre ! Je me demande pourquoi le dicton est « heureux comme un poisson dans l’eau » ? Je pense qu’il faudrait le réinventer pour qu’il devienne : « heureux comme des enfants dans l’eau » ! Vous ne croyez pas ? Se baigner est vraiment une de leurs activités préférées et ils n’imaginent pas des vacances sans baignade au programme ! En plus, dans le sud de la France, en ce moment c’est clairement l’été : il faisait 28 degrés et la mer était à 23 degrés. Les piscines, elles sont toutes chauffées donc plus chaudes encore. Les espaces piscines sont vraiment superbes : avec plusieurs bassins, toboggans et de jolis aménagements. Il y a trois grandes zones de piscines, une dans chacun des 3 campings qui constituent Les Méditerrannées : Le Beach Garden, le Charlemagne et le Nouvelle Floride. Les trois espaces sont différents donc ça vaut le coup de passer de l’un à l’autre selon les envies… Par exemple, pour le jacuzzi, la piscine intérieure, et la piscine avec courant direction le Charlemagne… Titpuce nage encore avec les brassards (je croise les doigts pour que cet été, elle n’en ait plus besoin) donc elle a profité de tous les bassins. Ticoeur lui sait très bien nager depuis trois ans. Il nage une jolie brasse mais bizarrement, depuis quelques mois, il ne veut plus nager là où il n’a pas pied ! Plus le temps passe, plus son appréhension grandit et je n’arrive pas à le rassurer ! (Si vous avez des conseils ?). Bref, Ticoeur a donc apprécié qu’il y ait beaucoup de zones de baignade à 1m05 et n’a pas voulu les quitter sauf pour profiter des toboggans !

A la mer, les enfants se sont bien amusés avec notre bouée pastèque et tout simplement sur la plage pour constuire des châteaux de sable et ramasser des coquillages… La plage est très étendue, spacieuse et le sable est fin et doré, comme ce que je connais du côté de Perpignan et bien plus grande que ce que je connais sur la côte d’Azur. Dans l’eau, on a pied très loin ce que Ticoeur a évidemment adoré !

Marseillan Plage

Marseillan plage

A part les piscines et les plages, l’eau est très présente à Marseillan via d’autres activités – en effet, Marseillan est connue pour la conchyliculture et plus particulièrement pour l’ostréiculture (je ne savais même pas qu’on cultivait les huîtres en Méditerrannée !) : nous avons découvert cette activité chez Coqui Thau où le patron nous a expliqué son métier et sa passion. Nous avons goûté ses huîtres bien sûr et elles sont excellentes ! Chez Coqui Thau, on peut se poser au bord de l’étang de Thau pour un moment de dégustation dans un superbe cadre (style bassin d’Arcachon….) et on peut aussi vivre une expérience locale qui nous avons beaucoup plu : la Brasucade ! Il s’agit d’un barbecue géant de moules ! C’est vraiment impressionnant et convivial : il y a de grandes tablées et on se lève pour se servir de grandes assiettes de moules à chaque fois que la cloche retentit ! C’est très copieux, d’autant plus qu’avant les moules, il y a des centaines de sardines en guise de mise en bouche ! Tout était délicieux et économique : c’est vraiment une super expérience en famille !

Brasucade coqui thau

Je continue sur le thème de l’eau, avec le Canal du Midi, que nous avons longé à vélo jusqu’à ce qu’il se déverse dans l’étang de Thau…

Et le petit port de Marseillan

Marseillan

Enfin, nous avons visité la Réserve Naturelle Nationale du Bagnas qui a des airs de Camargue. C’est à 10 minutes en vélo depuis le camping. Les enfants ont trouvé amusant d’utiliser des jumelles pour observer les oiseaux. Le guide, absolument passionné a pris soin de soulever les enfants pour qu’ils regardent dans la longue vue pour voir encore plus grand… Néanmoins, la visite est très longue pour des enfants (quasi 3 heures) donc nous sommes partis avant la fin. Bientôt, il sera possible de parcourir sans guide le chemin qui longe la réserve donc cela permettra aux familles de rester le temps souhaité. Sinon, le mieux est de réserver la visite guidée spéciale enfants. Au final, en une heure de balade, c’était parfait pour nous : nous avons vu des grèbes huppés, des foulques macroules, des hérons cendrés, des hérons pourprés, des sternes, etc…

reserve Bagnas

Au camping, après toutes nos balades à vélo, Papa Voyage et moi avons profité d’un moment en amoureux au Spa. Le Spa « Bulle des sables » est situé au Beach Garden et le service est au top ! Les masseuses étaient géniales et le cadre très agréable, très propre : une vraie parenthèse zen que nous avons prolongée au hammam. Mais alors, où étaient Ticoeur et Titpuce ? Et bien, au mini-club ! Ils étaient bien au frais (en pleine chaleur de l’après-midi c’était parfait). Les deux animatrices étaient très sympas – au programme : loisirs créatifs et bataille d’eau dans la cour ! Avec une partie des enfants, Ticoeur et Titpuce ont pu pratiquer l’anglais et l’allemand : garde d’enfants avec immersion linguistique, l’idéal ! Et juste à côté du mini-club, il y a une aire de jeux avec un grand parcours d’aventure.

Au camping, l’autre coup de coeur des enfants a été le spectacle-cabaret du vendredi soir : des chansons et des chorégraphies qui nous ont fait voyager dans les années folles, les années disco, et les tubes actuels sans oublier une partie qui a eu beaucoup de succès avec une reprise des chansons du « Livre de la Jungle ». Toute l’équipe d’animation s’y colle et ils ont la pêche ! Les enfants étaient devant la scène, installés sur des tapis de yoga (pratique s’ils piquent du nez vers la fin) mais la plupart dansent en même temps que les artistes avec une énergie incroyable ! Au final, nous nous sommes couchés à 23h car Ticoeur et Titpuce voulaient absolument rester jusqu’au bout.

Du côté des parents, à part l’expérience Spa, nous avons eu un gros coup de coeur pour le restaurant Le Bistro situé au Beach Garden : c’est une cuisine gastronomique où tout est super frais et très bien présenté. Les recettes sont créatives. Nous avons trouvé le rapport qualité-prix excellent. Même le menu enfant était de grande qualité (des brochettes de boeuf très tendres, des tagliatelles délicieuses…). Le menu enfant c’est souvent le point faible des restos mais pas ici ! Bravo au chef !

Le Bistro camping Beach GardenLe Bistro – Beach Garden (seiche grillée)

Nous avons également mangé dans d’autres restaurants du camping : au Floride, nous avons aimé les pizzas maison et le poisson très frais ; au Charlemagne, il y a un petit espace jeux pour les enfants… pour une pause déjeuner à deux pas de la piscine (goûtez le plat de sèche à la sétoise).

***

Pour résumé, nous, les parents nous avons aimé le côté glamping : le confort de l’hébergement, la mer à deux pas, les espaces végétalisés, le Spa, le restaurant gastronomique… ; quand les enfants ont surtout aimé les activités (piscines, mer, spectacles) et les rencontres… Oui, parce que je crois que ce qui plaît le plus aux enfants quand nous allons au camping ce sont les autres enfants ! Même le temps d’un week-end, ils ont sympathisé avec les petites voisines de la cabane d’à côté. Ticoeur et Titpuce ont également aimé leur petite chambre qu’ils ne voulaient plus quitter à la fin !

camping les mediterrannées

Informations pratiques :

Transport : nous y sommes allés en TGV car nous ne restions qu’un week-end. Arrivée chanceuse à Montpellier (oui, un jour de grève c’était un miracle d’avoir notre TGV ! Il aurait dû nous emmener jusqu’à Agde mais il a arrêté le service à Montpellier… mais bon, cela aurait pu être pire !), puis nous avons rejoint en voiture le camping. Si vous partez pour les grandes vacances, faire tout le trajet en voiture vaut le coup et permet de bouger facilement sur place. Si vous n’êtes pas véhiculés, comme nous, louez des vélos : il y a tout plein de pistes cyclables dans le coin.

Le camping Les Méditerrannées : nous vous recommandons d’y aller hors saison ou juste au début ou à la fin de l’été – mais si vous voulez y aller en plein milieu des vacances scolaires, alors il faut réserver longtemps en avance car c’est vite complet. Pour la proximité de la mer, choisissez la partie Beach Garden ou Nouvelle Floride. Le Charlemagne c’est pour être plus au calme, à l’arrière. Dans tous les cas, vous aurez accès aux installations des trois campings et donc à toutes les piscines. Côté hébergement, il y a une offre pour tous les budgets : des emplacements tentes, camping-cars et des cabanes de différents styles et de différentes tailles. En traversant le camping à vélo, nous avons reperé des cabanes recouvertes de bambous, jolies et très design ! A l’intérieur des hébergements, il y a tout le confort nécessaire côté cuisine (avec notamment lave-vaiselle et machine à café ! Sinon, c’est pas les vacances non ?) douche et couchages confortables. C’est très propre. Pour le petit déjeuner, il y a des boulangeries sur le site : la baguette et les viennoiseries sont excellentes ! Nous avons vraiment apprécié nos petits-déjeuners pris sur la terrasse de notre cabane… Toutes les informations sur le site : Les Méditerrannées.

camping Les Mediterrannées

piscine camping

Alors clairement un week-end c’est bien trop court et il y a tant à découvrir dans la région qu’il faut absolument que nous y retournions ! Et vous ? Connaissez-vous Marseillan et ses alentours ?