Nos carnets de voyage avec l’Atelier Rosemood

Vous le savez déjà : il n’y a pas que sur le blog que je raconte nos voyages. Depuis toujours, je tiens des carnets parce que j’aime le contact avec le papier, j’aime écrire avec de l’encre, j’aime pouvoir poser mes pensées sur le vif et tenir un journal avec tous les petits détails de nos voyages, au jour le jour, détails que j’utilise ensuite pour écrire mes articles sur le blog. Dans mes carnets, je confie également des impressions plus personnelles que je ne partage pas ici. C’est mon jardin secret :-).

Pour nos futurs voyages, j’ai commandé nos carnets chez Atelier Rosemood. Si vous ne les connaissez pas encore, il s’agit d’une papeterie nantaise très haut de gamme, une petite entreprise française qui travaille artisanalement avec des papiers de haute qualité, agréables au toucher, avec un fort grammage et des designs très esthétiques. L’Atelier Rosemood propose des carnets mais aussi des faire-parts, des cartes de vœux, des tirages photos… etc.

Je viens de tester leurs tout nouveaux carnets personnalisés. Il est possible de choisir la photo que l’on souhaite, la couleur du papier et du texte pour les couvertures. J’ai réalisé les deux carnets souples monochromes suivants que j’offrirai à Ticoeur et Titpuce pour la St Nicolas (et oui, nous fêtons la St Nicolas ici… avec un papa allemand !). Mes petits amours pourront eux-mêmes tenir leurs journaux lors de nos prochains voyages (si, si il faut y croire !).

J’ai légèrement retouché la photo afin de remplacer les vrais prénoms des enfants par Ticoeur et Titpuce 🙂

C’est pendant notre Tour du Monde que Ticoeur avait commencé à tenir un journal de voyage. Comme nous faisions l’école sur les routes et que théoriquement il était au CP, j’avais choisi ce format pour lui apprendre à écrire (relire mon article sur le compte-rendu de notre tour du monde). Depuis, je continue d’encourager les enfants à rédiger ne serait-ce qu’une phrase ou deux par jour ; entre-temps, ils ont pris goût à l’exercice. Vous remarquerez que dans mon choix de personnalisation, j’ai écrit en anglais pour Titpuce car mademoiselle n’écrit plus qu’en anglais quand elle écrit pour elle. Ticoeur, lui écrit plus volontiers en français ou alterne selon son humeur :-).

Et pour moi, j’ai personnalisé un carnet tissu photo. Le textile est superbe ! J’ai choisi la couleur « bleu pétrole » mais il y en a d’autres et j’ai sélectionné une photo de notre roadtrip en Australie.

Les découpes de papier ont été réalisées avec précision. Vraiment très pro ! Un travail d’orfèvre ! Je vous recommande donc fortement l’Atelier Rosemood pour leur savoir-faire en papeterie made in France !

atelier rosemood

Juste un petit point à signaler : les délais de réalisation peuvent être longs. Cela a pris un peu plus de trois semaines pour moi (j’imagine que cela cela dépend des produits et du planning), justement parce qu’il ne s’agit pas d’une multinationale et que l’Atelier Rosemood travaille avec un maximum de contrôle qualité, de relecture et que certaines tâches sont manuelles. Le délai de livraison vous sera annoncé au moment de la commande donc faites-bien attention au cas où vous viseriez Noël.

Un cadeau pour vous ! Un carnet personnalisé :

A propos de cadeaux, je vous propose de gagner un carnet souple monochrome que vous personnaliserez vous-même ! Il s’agit d’un carnet comme ceux que j’ai réalisés pour Ticoeur et Titpuce. (Valeur du carnet : 19€). Vous pourrez l’utiliser en carnet de voyage ou carnet de recettes ou tout autre selon vos envies ! Comment participer ?

  • Laissez-moi un message en commentaire pour me dire à qui vous souhaiteriez offrir ce carnet ?
  • Merci de vous abonner au compte Instagram @atelier_rosemood ou à leur compte Facebook.
  • Le ou la gagnante sera annoncé(e) ici le jour de la St Nicolas ! Donc ce dimanche soir 6 décembre, à minuit.
  • Bonne chance à tous !

Et vous ? Amoureux de papeterie ?

***

EDIT du lundi 7 décembre : Bravo à Cécile C. qui remporte ce carnet personnalisé !

*Les carnets m’ont été offerts par la marque.

 

Notre vie en Angleterre #82 : au ralenti…

Cela fait quelques temps que je ne vous ai pas donné de nouvelles d’Angleterre. Ce mois de novembre me paraît très long car trop riche en incertitudes mais au moins, nous avons eu une météo plutôt clémente, je dirais même étonnante. Il y a eu beaucoup de soleil, l’idéal pour profiter de la nature qui nous entoure. D’ailleurs c’est fou ! Après deux confinements à explorer les environs, je pensais que nous avions fait le tour et que nous connaissions chaque centimètre de notre campagne mais non ! Nous avons découvert un sentier dans les hauteurs, avec un superbe coucher de soleil en prime !… Plutôt romantique notre comté du Hampshire non ? 

Suite de l’article

voyager en Angleterre

Voyager au Royaume-Uni après le Brexit

Suite à de nombreuses questions que je reçois, voici ce que le Brexit va changer pour voyager en Angleterre ou dans le reste du Royaume-Uni (donc également pour aller en Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du nord).   

Rappel des dates clefs du Brexit :

  • Le 23 juin 2016, le Royaume-Uni a décidé, après référendum, de quitter l’Union Européenne.
  • Depuis le 31 janvier 2020, c’est officiel : le Brexit a eu lieu. Le UK ne fait plus partie de l’UE.
  • Jusqu’au 31 décembre 2020, nous sommes dans la période dite de transition : même si le Royaume-Uni n’est plus dans l’Union Européenne, tout fonctionne comme s’il était encore, le temps qu’un nouveau deal (ou no deal !) soit en place. Et comme vous le savez, ils ont du mal à se mettre d’accord. Rien n’est encore clair à un mois de l’échéance.
  • Néanmoins, une date certaine a été actée concernant le tourisme : à partir du 1er octobre 2021, les Français et autres ressortissants de l’Union Européenne (et les Suisses) devront se munir d’un passeport pour voyager au Royaume-Uni. La carte d’identité ne suffira plus. Donc entre le 1er janvier 2021 et le 30 septembre 2021, même si le Brexit est en vigueur, vous pourrez encore venir sans passeport, avec votre carte nationale d’identité. Ainsi, pour mes chers amis qui n’ont pas de passeport, pas d’excuse ! Nous vous attendons au printemps ou cet été ! Enfin, cela dépendra de monsieur Covid !!!

voyager en Angleterre

Ainsi, après le 1er octobre 2021, voici les formalités pour voyager en Angleterre et dans le reste du Royaume-Uni :

Suite de l’article

Livres anglais et américains pour les 7 – 11 ans

Je vous ai promis une liste de livres pour pratiquer, entretenir ou améliorer votre anglais. Je n’imaginais pas l’exercice si difficile ! J’ai du mal à faire la sélection de mes livres anglais préférés. Alors, je me suis dit que j’allais commencer par la littérature jeunesse d’auteurs anglais ou américains, en me basant sur les coups de cœur de Ticoeur (11 ans) et Titpuce (8 ans).

Ainsi je fais d’une pierre deux coups :

  • Vous aurez des idées de lectures pour vos enfants car, même s’ils ne lisent pas encore en anglais, quasi tous les livres suivants ont été traduits en français et sont de belles références souvent très connues en France également.
  • Pour vous, lire de la littérature jeunesse en anglais est un moyen agréable et accessible pour commencer, surtout si votre anglais n’est pas encore très avancé ou juste scolaire. Et même si votre anglais est excellent, la littérature jeunesse plaît à beaucoup de grands enfants, surtout en cette période morose, non ?

Voici donc notre sélection de livres lus par Ticoeur et Titpuce entre l’âge de 7 et 11 ans…

Les livres jeunesse anglais et américains recommandés par Ticoeur et Titpuce :

Je crois qu’on ne présente plus Harry Potter de J.K Rowling (auteur anglaise née en 1965). Ticoeur avait lu les tomes 1, 2 et 3 en CE1 (donc en français à l’époque) ; puis il a lu les tomes 4, 5, 6 et 7 en CE2. Depuis qu’il sait lire en anglais, il a souhaité tout relire dans le texte original. Pour varier les plaisirs, nous avons choisi de lui offrir les magnifiques livres illustrés par Jim Kay. Pour l’instant, seuls les 4 premiers volumes sont disponibles. Vous pouvez les trouver en français. C’est un très beau cadeau s’il y a des fans chez vous :

En arrivant en Angleterre, en septembre 2018, Ticoeur n’a pas tout de suite pu lire Harry Potter en anglais (mais il ne lui a fallu que 6 mois d’immersion avant de s’y coller !). Pour ses premières lectures en anglais, nous avons demandé conseil aux parents de l’école qui nous ont fortement conseillé la série Diary of a Wimpy Kid de Jeff Kinney (auteur américain né en 1971). En français, le titre est Journal d’un Dégonflé. C’était vraiment la série parfaite côté niveau d’anglais ! C’est facile, il y a beaucoup d’illustrations et c’est une lecture amusante. Il y a un côté « Petit Nicolas » à l’américaine.

Titpuce les a également lus, certains l’an dernier et la suite cette année (donc à 7 et 8 ans). C’est effectivement une série que nous recommandons pour un niveau CE1. Par contre, cela peut être sympa pour des enfants plus grands qui aimeraient commencer à lire en anglais.

Nous avons 13 des 14 livres de la série. Apparemment, on peut les lire dans le désordre et les préférés des enfants sont « Old school » (« Zéro réseau » en français) et « The long haul » (« Un looong voyage ! »).

La série facile que recommande Titpuce est The Worst Witch de Jill Murphy (auteur anglaise née en 1949). En français, cette série se nomme Amandine Malabul (c’est le nom de la sorcière). Titpuce a été amusée et captivée par toutes les bêtises réalisées par cette sorcière attachante et maladroite. Il existe 7 tomes. C’est parfait à partir du CE1 ou plus tard si vos enfants sont à la recherche d’une lecture facile en anglais.

Passons à notre cher Roald Dahl, auteur britannique (1916-1990) autant apprécié des adultes que des enfants ! Des livres de grande qualité qui sont souvent recommandés dans les écoles un peu partout dans le monde. Que ce soit pour Titpuce ou pour Ticoeur, le meilleur selon eux est Matilda. Et j’adore aussi ! Quand vous pourrez à nouveau venir à Londres, n’hésitez pas à réserver vos places pour la comédie musicale ! Superbe ! Tous les livres jeunesse de Roald Dahl sont très fantaisistes et présentent des univers très différents. Les enfants recommandent aussi : Charlie and the chocolate factory (en français : Charlie et la chocolaterie) et James and the giant peach (en français : James et la grosse pêche) et The BFG (en français BGG le bon gros géant).

Dans un style différent, mais toujours de Roald Dahl, Ticoeur a lu Going Solo (en français : Escadrille 80) qui est une autobiographie de l’auteur, racontant ses années à la guerre, en Afrique. Plutôt à partir de 10 ans ou pour les adultes qui souhaitent pratiquer leur anglais en découvrant la vie de cet écrivain de référence.

De David Walliams, auteur anglais contemporain (né en 1971), Ticoeur a particulièrement aimé Demon Dentist (en français : Diabolique dentiste) et Bad Dad (en français : Daddy bandit). Il a lu les cinq livres ci-dessous à 10 ans (donc après un an en Angleterre). A l’école, Titpuce a lu Fing (en français : Cruc) et a trouvé ça très drôle. A présent, elle vient d’emprunter Gangsta Granny (en français : Mamie Gangster) à son grand frère. Ticoeur a également trouvé que Billionaire Boy (en français : Joe Millionnaire) et The boy in the dress (en français : Le jour où je me suis déguisé en fille) étaient deux livres sympas. Toutes ces lectures sont pleines d’humour avec quelques passages émouvants. Un bon dosage pour les enfants !

Continuons avec de beaux livres, plus classiques, classés dans l’ordre de préférence des enfants :

Tom’s midnight garden (en français Le jardin de minuit) de Philippa Pearce, auteur anglaise (1920-2006) : Ticoeur l’a lu à 10 ans (oui, encore !) ; il adoré ce livre et son monde mystérieux et m’a même donné envie de le lire ! Je vous dirai ! Synopsis : Tom Long est contraint de passer ses vacances chez son oncle et sa tante, car son frère a la rougeole. Ils habitent un appartement, situé dans un immeuble sur cour. L’ennui s’installe… Quand soudain, une nuit, un événement étrange se produit : l’horloge du hall sonne treize coups ! La cour a laissé place à un immense jardin… Tom s’y risque, il y devient invisible sauf aux yeux d’une petite fille de son âge, Hatty, vêtue d’une tenue du siècle dernier. Elle semble vivre dans un temps qui n’obéit pas aux lois chronologiques… Quel mystère se dissimule derrière ce bouleversement temporel ?

The girl who stole an elephant de Nizrana Farook (auteur sri lankaise vivant en Angleterre) : ce livre est un gros coup de cœur de Titpuce (livre lu à 8 ans). L’histoire se passe au Sri Lanka et raconte les aventures d’une petite fille qui se rebelle contre un roi tyrannique. Hélas, ce livre n’a pas encore été traduit en français mais je suis certaine que cela ne tardera pas ! Un bien joli roman qui fait voyager, au rythme de la mousson…

Du célèbre auteur anglais Michael Morpurgo, Ticoeur a lu War Horse (en français : Cheval de guerre) et a étudié Private Peaceful (Soldat Peaceful) en classe l’an dernier (équivalent CM1). Ces deux livres se passent pendant la Première Guerre Mondiale. Des romans tristes mais réalistes pour découvrir cette période de l’Histoire, les batailles dans les tranchées, l’horreur des combats, la psychologie des soldats. Michel Morpurgo a écrit de très nombreux livres et tous sont de grands classiques donc je suis certaine que vous trouverez votre bonheur ou celui de vos enfants.

Letters from the Lighthouse d’Emma Carroll (auteur anglaise née en 1970) : un livre qui n’est pas encore traduit en français donc à découvrir si vous lisez en anglais. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, deux enfants quittent Londres pour la côte sud-ouest de l’Angleterre. Ils tombent sur un code secret qu’ils essaient de déchiffrer en espérant retrouver la trace de la grande sœur qu’ils ont perdue. Très touchant.

The Call of the Wild (en français : l’Appel de la forêt) de Jack London (auteur américain 1876-1916). Il va prochainement lire la suite White Fang (en français Croc Blanc). Personnellement, je les avais lus en 6iè (en français) et j’avais beaucoup aimé cette immersion dans le monde animal et sauvage. A l’époque j’avais également apprécié le film, surtout pour les images d’aurores boréales.

The boy at the back of the class d’Onjali Q. Rauf (auteur anglaise née en 1981) : ce roman raconte l’histoire d’un petit réfugié qui arrive en Angleterre. La narratrice est une petite fille de sa classe d’où le point de vue intéressant pour les enfants. Un livre sur la tolérance et l’amitié.

Fortunately the Milk (en français : Par bonheur le lait) de Neil Gaiman, écrivain anglais né en 1960 : si vous êtes fan du style fantaisie, vous connaissez forcément Neil Gaiman qui a beaucoup écrit pour les adultes. Ici, c’est un livre jeunesse, complètement loufoque qui a bien fait rire Titpuce (elle l’a lu cette année, à 8 ans).

The tales of Beedle the Bard de JK Rowling : Ticoeur l’a lu en CE2 en français (Les Contes de Beedle le Barde) : ce livre est lié à la série Harry Potter et donc sympa pour les fans sans être aussi bien qu’un tome Harry Potter mais l’un des contes est apparemment très important par rapport à la célèbre série.

Ticoeur a beaucoup aimé les deux livres de science fiction suivants écrits par Peter Brown, auteur américain né en 1979. Il a lu le premier tome, The wild robot (Robot Sauvage en français) à 8 ans et la suite, The Wild robot escapes, en anglais à 9 ans. Que se passe-t-il quand l’un des robots créés par les hommes devient sauvage ?

   

Du grand scientifique Stephen Hawking (1942-2018) et de sa fille Lucy Hawking, Ticoeur a lu George’s Secret Key to the universe. Il l’a lu à 8 ans, en CE1 donc en français (Georges et les secrets de l’univers). Il a beaucoup aimé. Il l’a relu en allemand l’an dernier et compte bien le relire enfin en VO :-). Un mélange de science et de science fiction pour partir à la conquête de l’espace et découvrir les grandes théories physiques. Avec un papa physicien, je ne suis pas étonnée que Ticoeur ait aimé cette lecture.

Passons aux grandes et très longues séries d’aventures lues par Ticoeur :

Quand nous étions encore en France, il a lu, à l’âge de 8 ans la série Wings of Fire (en français : Les Royaumes de Feu) de Tui T. Sutherland (auteur américaine d’origine vénézuélienne). Il existe 14 tomes pour suivre de passionnantes aventures « dragonesques » ! Ticoeur a encore quelques tomes à lire pour finir la série.

Puis toujours en France, en CE2, Ticoeur a commencé Percy Jackson de Rick Riordan (auteur américain né en 1964). En français, il a lu les trois premiers tomes ; puis, à 9 ans il a lu la suite (tomes 4 et 5) en anglais. Cette série présente une version moderne et fantaisiste de la mythologie grecque.

L’an dernier, à 10 ans, Ticoeur a lu les premiers onze tomes de la série Alex Rider d’Anthony Horowitz (écrivain anglais né en 1955). Ticoeur a lu ces livres en anglais mais vous les trouverez tous en français. L’histoire ? Si j’ai bien compris c’est une sorte de James Bond version ado. Il lui reste encore 2 tomes à lire pour continuer la série et apparemment il y en aura d’autres. Il est accro !

Toujours à 10 ans, Ticoeur a découvert la série The Spook (en français L’épouvanteur) de Joseph Delaney, auteur anglais né en 1945. Etant donné le titre, vous vous doutez que ça fait peur ! Ticoeur me chuchote qu’il vaut mieux le conseiller pour les plus de 11 ans ;-)… Il n’a lu que le premier tome mais il y en a 13 en tout donc de quoi faire s’il souhaite continuer à se faire peur avec les aventures de Tom, héros adolescent destiné à combattre les forces du mal.

De toutes ces séries, Ticoeur pense que Alex Rider et peut-être Percey Jackson pourraient bien plaire à Titpuce. A noter qu’Alex Rider est étudié ici en classe donc une référence pour les anglais.

Nous finissons par le grand J.R.R Tolkien (auteur anglais 1892-1973) : Ticoeur a lu The Hobbit l’an dernier (à 10 ans, donc en anglais) et, à 11 ans, il vient tout juste de finir le premier tome du Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings). Son verdict : génial !

Comme vous avez pu le constater, Ticoeur est un très très grand lecteur ! Quand je vois le nombre de livres qu’il lit en une année, j’ai honte de lire si peu !!! Et là je ne vous ai parlé que des livres qu’il a lus en anglais. Il a également dévoré de nombreux livres français et quelques livres en allemand (la langue de son papa). Titpuce a démarré plus tard car en arrivant en Angleterre, elle devait déjà relever le double défi d’apprendre à lire ET d’apprendre l’anglais. Je ne le répète jamais assez : si vous avez moyen de choisir l’année de votre expatriation, ne choisissez pas le CP ;-). A présent, elle lit très bien, surtout en anglais et je sens qu’elle est partie pour être également une très grande lectrice car depuis quelques mois, elle enchaîne ses lectures avec beaucoup de motivation !

J’espère que notre liste de livres jeunesse vous inspirera de futures lectures, pour vous ou pour vos enfants, en anglais ou en français ! Et comme promis, je travaille sur une liste de livres, de films et de séries pour vous faire travailler votre anglais !

Notre vie en Angleterre #81 : le bel automne

Mon titre n’est là que pour la touche d’optimisme qu’il faut essayer de garder au quotidien. En vrai, j’ai l’impression que nous vivons au ralenti, que nous sommes rentrés en hibernation… Nous dirons que c’est de saison. Alors concentrons-nous sur ce que cet automne nous apporte de beau. A la base, novembre est le mois que j’aime le moins (et c’est un euphémisme) donc la barre pour me rendre heureuse n’est pas bien haute… En 2020, ça tombe particulièrement bien.

Donc positivons : nous vivons entourés par la forêt, la mer et les champs,… Je crois que j’ai écrit cette phrase une bonne dizaine de fois dans mes billets mais cela résume si bien l’essentiel de notre petite vie dans le sud de l’Angleterre. Toute cette nature nous offre du courage et de l’évasion, des horizons infinis où peuvent se perdre nos regards en rêvassant. Aucun doute sur le fait que le confinement soit plus doux dans un tel cadre. J’aimerais tellement que ma famille et mes amis soient également ici pour en profiter, même si bien sûr, nous n’aurions toujours pas le droit de nous voir, de briser les distances, ni de laisser tomber les masques. Combien de temps durera ce confinement ? Combien y en aura-t-il ? Quand reverrons-nous nos proches ? Trois questions qu’il vaut mieux se poser le moins souvent possible, ou alors le soir, tard, à l’heure où il est vain de lutter contre le sommeil.

L’optimisme ! Ah oui ! Où avais-je la tête ? Il y a plutôt pas mal de soleil pour un mois de novembre non ? Je trouve les couleurs d’automne plus belles que d’habitude. Peut-être parce que je les admire plus intensément. J’apporte plus d’attention à ces grandes petites choses… Nous vivons entourés par la forêt, la mer et les champs et « au milieu coule une rivière » !

  

C’était juste pour caser cette photo d’une belle balade en famille dans la boue mais la boue ne se voit pas ! Notez tout de même que lorsque vous viendrez en Angleterre, il ne faudra pas oublier vos bottes de pluie… Pas pour la pluie non ! Mais pour la boue ! C’est un peu l’accessoire indispensable pour vivre ici…

Quelques nouvelles de l’école anglaise :

Du changement côté sport : pour cette seconde moitié de trimestre, Ticoeur a touch rugby (au lieu du rugby normal afin de limiter les contacts trop proches). La nouveauté c’est que Titpuce a aussi touch rugby alors que d’habitude les filles font netball ! A cause du système des bulles (les classes ne doivent pas se mélanger), il n’y a pas assez de garçons dans une classe d’âge pour faire des matchs donc les profs de sport ont eu l’idée de rajouter les filles pour le plus grand bonheur de Titpuce qui soudain regrette de ne plus avoir le bras dans le plâtre ! Elle a aussi déclaré que ce jeu c’était du n’importe quoi car il fallait lancer la balle en arrière :-)… Ah la puce ! Pas prête pour le XV de France !… Dans quelques semaines, ce sera netball au programme et cette fois-ci ce seront les garçons qui devront venir agrandir l’équipe des filles. Intéressant de voir que le covid gomme la notion de sport de filles/sport de garçons qui était encore assez présente…

Parce que certains m’ont posé la question : non, ici le masque n’est pas obligatoire en école primaire ; seulement à partir du collège mais là encore c’est différent de la France car les collégiens anglais ne doivent pas le porter quand ils sont assis en classe mais uniquement quand ils sont dans les couloirs ou autres salles de l’établissement. De même, les enseignants ne sont pas obligés de porter un masque quand ils sont à leur bureau mais uniquement quand ils se déplacent dans les rangs de la classe, dans les couloirs et autres salles. Pas de masque en extérieur. Donc ici, l’idée depuis la reprise de l’école en juin c’est la gestion des classes en bulles isolées. Ticoeur et Titpuce m’ont confirmé qu’ils ne voyaient jamais les autres classes sauf de très loin. A part la gestion en bulles, l’autre consigne est que les fenêtres doivent rester ouvertes pendant les cours. Avec les températures qui descendent, nous avons été invités à davantage couvrir les enfants en rajoutant une couche en dessous de l’uniforme et le pull de l’école au-dessus. Pour l’instant, aucun rhume à signaler. C’est qu’ils sont habitués à l’air frais les petits Anglais et ils ne sont pas très frileux ! Sur ce point, Ticoeur et Titpuce sont devenus anglais eux aussi.

La gestion des bulles après les cours : certains m’ont également posé la question pour savoir comment les classes pouvaient ne pas se mélanger après l’école pendant le centre de loisirs ou l’étude. Pour l’étude, chaque classe reste dans sa salle de classe (en France aussi non ?) et pour ce qui s’appelle ici les « after school clubs », il y a eu du changement côté organisation : avant, les enfants pouvaient s’inscrire aux activités de leur choix parmi les clubs proposés à l’école après les cours (Ticoeur faisait natation et Titpuce gymnastique). A présent, les activités qui étaient proposées par des intervenants extérieurs ont été supprimées (plus de gym, judo, karaté, etc..). Il reste donc les activités qui étaient proposées par les enseignants. Parmi ces activités, les enfants n’ont plus de choix possibles puisque les classes ne doivent pas être mélangées : il a été décidé d’une rotation chaque semaine afin que les enfants ne soient pas obligés de faire longtemps quelque chose qui ne leur plairait pas. Cela ne permet pas vraiment de progresser mais c’est super pour découvrir de nouvelles choses et surtout pour continuer de faire fonctionner les bulles sur ce temps péri-scolaire. Ainsi Ticoeur a découvert et aimé l’atelier photo (mais de qui tient-il donc ??) ou encore le tir à l’arc ; Titpuce a aimé l’atelier de création musicale sur Garage Band même si, avant de savoir en quoi cela consistait, elle avait rêvé de jouer de la musique dans le garage de sa prof de musique ! Dans tous les cas, même en version covid, les « after school clubs » c’est le paradis par rapport à ce que nous avions vécu avec les centres de loisirs à Paris (mais peut-être n’avions-nous pas eu de chance…).

Les activités extra-scolaires : comme en France, elles sont toutes suspendues pendant le confinement. Pour la natation et le tennis, pas de plan B mais pour la danse, cela continue sur Zoom :

Le collège l’an prochain : comme nous ne savons pas où nous serons à la rentrée prochaine, nous devons quand même choisir un collège pour Ticoeur au cas où nous serions ici. Vraiment pas simple puisqu’à cause du covid aucune visite d’établissements n’est possible depuis mars. Tous les collèges ont créé des vidéos et visites virtuelles alors on visionne mais moi qui aime juger au feeling et aux personnes rencontrées, là c’est compliqué de devoir se limiter à des images, des discours et des résultats d’examens. Ticoeur a aussi la possibilité de rester dans son école actuelle car ils vont jusqu’à l’équivalent de la 5iè. Ce serait le plus simple. C’est juste qu’il a envie d’être avec des grands ! Tous ses amis en France sont en 6iè donc je pense que cela lui donne envie d’aller au collège. Alors on verra !

Deperate housewife in England :

  • Je joue pas mal de piano en ce moment. Si vous me suivez sur Instagram vous avez dû vous en rendre compte. J’espère que je ne vous ai pas apporté trop de pluie !
  • J’observe les coccinelles qui errent partout dans la maison ! Une invasion ! Chez vous aussi ? Pourvu qu’elles tiennent leur promesse de nous porter bonheur !
  • Nous avons ramassé des châtaignes et j’ai réalisé ma première crème de marrons (car on n’en trouve pas ici, sauf à Londres). C’est doux d’avoir un petit peu de France au petit déjeuner ! Entre le pain maison, la brioche, les chouquettes, les crêpes et maintenant la crème de châtaignes, je crois que nous pourrons survivre pas mal de temps ici… Enfin, il y a encore cette histoire de Brexit toujours aussi floue alors que l’échéance approche ! Ils doivent avoir d’autres pangolins à fouetter !

  • Je fais toujours mon footing en bord de mer, rien de nouveau de ce côté-là. C’est mon moment à moi, seule avec moi-même…

  • Car « Papa Voyage » est toujours en télétravail à 100% à la maison depuis mars (même cet été) comme toutes les personnes qui bossent dans des bureaux en Angleterre. Je précise juste parce que j’ai l’impression que la notion de télétravail est parfois plus théorique en France… L’essentiel c’est que du travail il en a ! Pas de risque de ce côté-là.
  • En attendant la suite de « The Crown » sur Netflix, je regarde l’excellente série « The Queen’s Gambit » : l’actrice, l’esthétique des images, les plans de la caméra, la profondeur des personnages… J’aime tout, à part qu’il ne me reste plus qu’un épisode !
  • Je vous prépare prochainement une liste de ressources (livres, séries et films) pour travailler votre anglais ou découvrir l’Angleterre : ça vous dit ?
  • Je prévois aussi des articles pour vous raconter notre parenthèse sur les îles d’Ithaque et Céphalonie ainsi que sur notre rando dans les Gorges de Cheddar en Angleterre : écrire sur nos escapades passées c’est un peu prolonger le voyage non ?

Belle semaine à vous !