Roadtrip

Articles dans cette catégorie :

Notre semaine de road trip en Cornouailles

En juillet, nous étions partis dans un comté d’Angleterre qui se situe à quelques heures à l’ouest de chez nous : les Cornouailles. En fait, c’est même l’extrême sud-ouest de l’Angleterre. Un peu l’équivalent de la Bretagne en version anglaise… C’est vrai qu’il y a pas mal de points communs : une côte sauvage magnifique, des criques avec des eaux turquoises et émeraudes, une impression de bout du monde, une grande fierté des habitants, de jolies maisons en pierre, du très bon poisson… Mais c’est différent de la Bretagne : la végétation, les reliefs, l’ambiance, le style d’architecture, la langue bien sûr !

Kynance Cove

Les Cornouailles est une région réputée pour sa beauté, appréciée des Anglais mais aussi des touristes étrangers. A l’origine, pour éviter d’avoir trop de monde, nous souhaitions y aller au printemps mais avec le confinement, nous avons dû changer nos plans et reporter notre voyage à l’été. Finalement, il n’y avait pas grand monde : les touristes étrangers n’étaient pas présents. Les locaux étaient d’ailleurs surpris en nous entendant parler français et comprenaient mieux notre présence dès que nous expliquions vivre dans le Hamphire. Bref, nous avons visité les Cornouailles dans des conditions idéales ! Un gros coup de cœur ! Nous sommes partis en campervan et avons essentiellement dormi dans notre camper mais pas toutes les nuits car nous avions envie d’un peu de confort après tant de vadrouille (nous avons enchaîné les Cornouailles après nos randos dans le Dartmoor National Park).

Avant de vous parler des coins merveilleux que nous avons découverts, je tiens à préciser que nous n’avions absolument rien préparer. Ni itinéraire, ni liste d’endroits à voir (à part un ou deux), ni idée d’où dormir ! Avec le campervan, c’est l’avantage, nous savions que nous pouvions improviser ! Nous nous sommes souvent arrêtés totalement au hasard… Nous avions vaguement décidé de commencer par Newquay et de tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre mais finalement nous avons fait des zigzags car nous avons passé plusieurs nuits au même spot.

Notre itinéraire à la découverte des Cornouailles :

Les lieux suivis d’un petit cœur sont ceux que nous avons préférés. Voici notre itinéraire improvisé, histoire de vous inspirer mais surtout n’hésitez pas à vous perdre en Cornouailles car c’est juste beau partout !

Newquay : après notre étape dans le Dartmoor National Park, nous avons roulé directement jusqu’à Newquay en Cornouailles. « Papa Voyage » y avait déjà séjourné avec des amis surfeurs à l’époque où il était étudiant à Londres. Newquay est en effet réputée pour le surf et si cela vous intéresse vous pourrez y suivre des cours à tout âge et en famille. Dans ce cas, vous choisirez sans aucun doute la plage de Fistral. Par contre, pour une baignade tranquille, je vous conseille la rivière Gannel qui commence à la plage de Crantock (voir photo ci-dessous) :

Attention : pour se baigner dans la rivière, il faut éviter la marée basse, sinon, vous n’aurez qu’une pataugeoire ! Cela dit, avec de très jeunes enfants cela peut être pratique ! A marée haute, vous verrez les locaux en paddle board. En surplomb de la rivière, il y a un super café, The Fern Pit Café, où la vue est incroyable et on vous pourrez déguster la langouste locale : j’ai adoré cet endroit !

Pas mal la couleur de l’eau non ? Et bien ce n’est que le début !

Holywell : non loin de Newquay, nous faisons halte sur cette plage que les enfants ont adoré ! Non seulement c’est une immense plage de sable fin avec ces jolis rochers dans la mer mais surtout, il y a de petites grottes cachées qui ont ravi Ticoeur et Titpuce ! Vraiment petites, donc ne vous attendez pas à grand chose mais c’est quand même l’aventure pour nos petits chéris ! Attention : il faut éviter la marée haute pour accéder et repartir des grottes.

Gwithian Beach : encore une grande plage où nous sommes arrivés pour dîner au coucher du soleil avant de nous poser quelques centaines de mètres plus loin, vers les terres, pour la nuit. (Comme souvent, il n’est pas permis de rester sur le parking de la plage pour la nuit).

vanlife en cornouailles

St Ives : le lendemain matin, nous avons rejoint Saint Ives. Nous sommes arrivés très tôt vers 8h et nous avons pris notre café au port de cette célèbre petite ville de Cornouailles. Jusque là tout allait bien. Il n’y avait que des locaux qui promenaient leur chien ou venaient également boire un café face au port. Puis, nous sommes partis marcher deux heures sur le chemin côtier et à notre retour à Saint Ives, il y avait une foule de touristes ! C’est d’ailleurs le seul endroit où nous avons vu du monde ! En haute saison, ce doit juste être l’horreur ! Pour nous, c’était déjà trop bondé. Nous avons déjeuné dans un petit resto de poissons qui ne paye pas de mine mais où nous avons très bien mangé : Mermaid Seafood Restaurant. Puis nous sommes partis au plus vite. En plus, à cause du Covid, le musée que nous souhaitions visiter à Saint Ives était fermé : il s’agit du musée en plein air de l’artiste Barbara Hepworth qui présente toutes ses sculptures dans un grand jardin. Une prochaine fois ! L’après-midi, nous sommes retournés sur la plage de Gwithian et, juste à côté, nous avons fait une longue marche du côté de Godrevy point où nous avons pu observer quelques phoques en suivant le chemin qui mène vers le phare.

Falmouth : là, notre itinéraire devient erratique : au lieu de continuer notre cercle, nous sommes passés sur la côte sud des Cornouailles, à Falmouth parce que nous avions vu que la prévision météo était meilleure au sud qu’au nord pour les jours suivants :-). Bref, nous voilà à Falmouth, petite ville bien plus calme que St Ives et très agréable.

Durgan Beach : à quelques kilomètres de Falmouth, nous avons découvert au hasard de notre marche ce magnifique havre de paix ! Un mini village de pêche, une petite plage aux eaux émeraudes et une végétation très dense le long du chemin côtier. What else? Une très belle petite rando !

itinéraire cornouailles

Porthleven : notre prochaine étape, choisie au hasard a été la petite ville de Porthleven qui pour le coup m’a vraiment fait penser à la Bretagne. L’ambiance y était sympa. Nous nous sommes posés en terrasse au pub et nous avons observé la vie dans le port pour nous reposer des balades de la journée.

Sennen Cove et Land’s end : la rando à Land’s end est une des plus connues de Cornouailles car on arrive ainsi au bout du bout de l’Angleterre et on y voit donc la première et dernière maison du pays. Nous sommes partis de Sennen Cove et avons marché jusqu’à Land’s end (en aller retour). La rando est superbe comme partout sur le chemin côtier, ni plus, ni moins. Les Anglais adorent surtout le fait de pouvoir dire qu’ils ont vu la pointe de leur pays. Attention : si vous ne souhaitez pas marcher, vous pouvez arriver en voiture jusqu’à Land’s end mais le parking est coûteux et il y aura du monde. Alors que finalement, le plus beau dans tout ça c’est le chemin, où nous y étions quasi seuls ! Après la rando, nous nous sommes posés dans un petit café face à la mer pour déguster le fameux cornish pasty (sorte de chausson à la viande et pommes de terre – pas une grosse révélation mais les enfants aiment bien).

rando famille cornouailles

Sur le sentier côtier, un peu partout en Cornouailles, vous croiserez des épaves…

Porthcurno, Pedn Vounder Beach, Tryrin Dynas, Logan Rock : la raison pour laquelle nous nous sommes arrêtés dans tous ces petits coins perdus (et proches les uns des autres) c’est que nous avons passé plusieurs nuits en campervan à Treen et que tous ces lieux étaient accessibles à pied depuis notre spot. Nous avons également aperçu le Minack Theatre de très loin mais nous ne sommes pas allés le visiter car primo il aurait fallu réserver plusieurs jours en avance (à cause du covid) mais aussi nous avions l’impression que ça ne valait pas trop le coup…

Porthcuno

cornouailles en famille

Minack theatre

Cadgwith : encore un joli mini village où nous avons fait une petite marche pour voir le Devils frying pan :

cornouailles en familleCadgwith

Lizard point : notre coup de cœur de la semaine ! Cette partie du chemin côtier est aussi sauvage que dans le reste des Cornouailles mais les pierres sont encore plus belles et l’arrivée à Kynance cove donne l’impression de débarquer dans un petit paradis des tropiques (à part la température !). Kynance Cove est un des spots les plus connus de Cornouailles et on comprend pourquoi ! Nous avons la chance de ne pas avoir grand monde quand nous y étions. Bref : rando magnifique et plage de rêve !

Kynance CoveKynance Cove

Les vagues ça décape ! Et l’eau est fraîche 😉

Lizard point

Mousehole : un village de pêche pittoresque, tout en pierre…

mousehole cornouailles 

Newlyn : une ville de pêche située juste après Mousehole et où nous avions décidé de nous arrêter pour déjeuner dans le super resto de poissons du coin : Mackerel Sky Seafood Bar. Un régal !

itinéraire cornouailles

meilleur resto cornouailles

Clairement, nous n’étions pas les seuls fans de poissons à Newlyn… Impressionnante rencontre dans le port :

St Michael Mont : comme je n’avais pas préparé ce voyage, j’ai vraiment été surprise quand au détour d’un virage j’ai cru voir le Mont Saint Michel ! En fait, c’est son petit cousin : St Michael Mont et il a beaucoup de charme aussi ! Je n’avais jamais entendu parler de son existence !

Newquay : et oui, on y repasse ! Nos dernières étapes sont donc sur la côte nord…

Bedruthan steps : J’ai adoré cette longue marche côtière pour admirer cette série de gros rochers inégaux…

série poldark

Daymer Bay : une pause tranquille, dans une baie tranquille…

cornouailles en famille

Port Isaac : encore un joli village où nous nous sommes arrêtés par hasard et où nous avons acheté quelques sandwichs aux crabes.

vacances en cornouailles

Tintagel : notre dernière étape en Cornouailles et je dois dire que c’est la seule qui nous a un peu déçus… Le paysage est superbe comme toujours mais le fameux châteaux de Tintagel se résume à quelques ruines peu éloquentes. Alors oui, c’est un lieu culte grâce à la légende d’Arthur mais nous n’avons pas senti la magie des lieux. Pour nous, la visite du château ne vaut pas la peine mais bon, ça reste personnel…

vacances en cornouailles

tintagel en famille

***

Au final, pendant notre semaine tout autour des Cornouailles, nous avons vu des criques incroyables et parcouru de longues sections du chemin côtier absolument spectaculaire ! Ne vous fixez pas nécessairement sur notre itinéraire car je crois que s’il y a bien une chose qui définit les Cornouailles c’est que c’est beau partout ! Franchement, des plages ou criques qui ne seraient que banales, nous n’en avons croisées aucune malgré notre itinéraire improvisé ! 

Précisons juste que le paradis a un petit prix :  il ne faut pas être frileux côté température de la mer et la météo peut être très changeante évidemment ;-).  Si cela ne vous arrête pas, alors les Cornouailles sont parfaites pour des vacances en famille et les amoureux de la nature !…

Où dormir dans les Cornouailles ?

En campervan : comme je le dis depuis deux ans, nous trouvons qu’il y a beaucoup moins de possibilités de spots sauvages en Angleterre qu’en France. Les Anglais qui ont des camper vans nous le disent aussi et aiment d’ailleurs passer leurs vacances en France pour cette raison (aussi parce que notre pays est trop beau évidemment !). Comme d’habitude, nous avons utilisé l’appli Park4night. Nous avons testé un spot juste derrière Gwithian Beach. Pas de charme particulier. Il s’agit d’un petit parking entouré de champ mais l’avantage est la proximité avec la plage où nous avons pu prendre notre dîner et petit déj. Voici le spot :

cornouailles en van

Puis, nous avons opté pour un spot à Treen où nous nous sommes posés pour plusieurs nuit. Il s’agit d’un grand terrain privé où le propriétaire permet de dormir contre 5£ (et il y a des toilettes payantes : 20 cents). L’avantage est qu’il y a de nombreuses jolies criques accessibles depuis ce spot et que nous n’avons trouvé aucun autre coin autorisé dans cette extrême ouest de la péninsule. Des champs se trouvent tout autour et on voit la mer au loin. Vous ne serez pas seuls car le terrain est immense et le prix attractif :

cornouailles en van

A l’hôtel : nous avons passé une nuit au Penventon Park Hotel à Redruth. Un petit craquage après plusieurs jours en campervan :-). Excellent petit déj. Cadre très chic et très british :

hotel cornouailles

En chambre d’hôte : nous recommandons également The Cedars B&B pour l’accueil, le super rapport qualité-prix et l’emplacement. Si vous souhaitez vous poser plusieurs jours au même endroit c’est une excellente base !

Nos tuyaux pour visiter les Cornouailles avec les enfants :

Quand visiter les Cornouailles ? La plupart des écoles d’Angleterre finissent l’année scolaire vers le 20 juillet donc pour éviter la foule de vacanciers, je vous conseille de venir début juillet dès que les vacances scolaires françaises commencent.

Le National Trust : cette organisation entretient le chemin côtier. Sur pas mal de parkings au départ de balades ou sur certaines plages, il faut souvent payer environ 5£ à chaque fois (parfois davantage !). Si en plus vous prévoyez quelques visites de lieux historiques, sites remarquables, châteaux ou jardins gérés par le National Trust dans le tout le pays alors au final vous allez très vite amortir l’abonnement annuel qui coûte 126£ pour une famille (tarif en 2020). Alors n’hésitez pas à faire vos calculs avant de venir (voir tous les détails sur le site du National Trust).

Les routes sont étroites : et relire mes conseils pour conduire en Angleterre. Avec notre camper, nous sommes parfois passés sur des routes qu’étaient guerre plus larges que notre véhicule. Nous touchions la végétation à droite et à gauche. Il y a des axes plus spacieux que d’autres (que doivent connaître les gros campings cars que nous avons croisés) mais hélas, il n’est pas possible de briefer le GPS ! Bref, plus votre véhicule sera petit, plus simple sera votre road trip ! heureusement, comme souvent, les Anglais sont très gentlemen même sur la route et quand une voiture arrive en face elle vous facilite souvent le passage.

road trip cornouailles

Les Cornouailles depuis la France : ce n’est pas la porte à côté. Je vous conseille de faire des haltes en chemin, par exemple dans le Hampshire pour visiter la New Forest, puis dans le Dorset et enfin dans le Devon avant d’atteindre le bout du monde de l’Angleterre ! « Mais alors, il va nous falloir un bon mois de vacances ? » Oui, voilà ! C’est ce que je voulais dire ;-)…Ou même deux car en rentrant des Cornouailles vous pourriez faire un crochet par Bath et les Cotswolds bien sûr !

Série Netflix : des lectrices m’ont conseillé la série Poldark qui leur avait donné envie de visiter les Cornouailles. Nous sommes en plein milieu de la première saison et je peux juste vous dire que les paysages sont encore plus beaux en vrai :-)… Et je vous préviens : je n’ai encore croisé aucun Anglais ressemblant de près ou de loin à Ross Poldark !!!

visiter les cornouailles 

cornouailles en famille

rando cornouailles

Alors ? Qui est tenté par les Cornouailles en famille ?

 

 

alpes souabes

Notre vie en Angleterre #66 : comment nous avons retrouvé les grands-parents en Allemagne !

Cette semaine, nous avons réussi à nous offrir une parenthèse. Des retrouvailles en famille pour rompre la double solitude de l’expatriation et du confinement (oui, je sais ça sonne dramatique ! C’est mon côté italien !). Voici tous les détails de l’histoire qui nous a permis de profiter d’une semaine en Allemagne chez mes beaux-parents tout en respectant les règles bien sûr ! Des retrouvailles dont nos enfants avaient tant besoin ! La fenêtre était étroite et je vous explique pourquoi….

alpes souabesLes Alpes Souabes où vivent Omi et Opa (Bade-Wurtemberg – Allemagne)

           

Suite de l’article

Conduire en Angleterre

En débarquant en Angleterre l’an dernier, une des choses que je craignais le plus c’était la conduite à gauche.
Pour vous donner un peu le contexte : je ne suis pas douée en conduite, j’ai eu mon permis au bout de la cinquième fois, j’ai peu conduit dans ma vie car à Paris nous n’avions pas de voiture et surtout : je n’aime pas ça ! Mais comme nous vivons dans la campagne anglaise, il a bien fallu que je m’y colle et finalement ce n’est pas sorcier !

Je sais que certains d’entre vous hésitent à visiter l’Angleterre en dehors de Londres par crainte de la conduite à gauche, alors j’espère partager ici quelques conseils qui vous encourageront à franchir le pas !

Conduire à gauche : nos conseils

  • La porte du chauffeur : pour commencer, montez dans la voiture en utilisant la bonne porte ;-)… Et oui, le volant est à droite et vous avez beau le savoir, vous allez souvent ouvrir la portière gauche ! Au moins, ce n’est absolument pas dangereux et cela pourra faire sourire les locaux !
  • Suivez le flux : la raison principale pour laquelle il n’est pas sorcier de se mettre à la conduite à gauche c’est que tout le monde conduit à gauche et que tout est conçu pour la conduite à gauche : vous ne risquez pas de prendre l’autoroute à l’envers ; vous ne risquez pas de chercher une sortie d’autoroute sur la droite puisqu’il n’y en a pas (elles sont sur la gauche bien sûr), et sur les routes normales, vous suivrez les autres donc il n’y aura pas de doute…Sauf… si vous êtes seuls sur la route ! Cela pourrait arriver la nuit ou dans un coin reculé. L’important est donc de bien resté concentré quand vous êtes la seule voiture. Dans ce cas, je me dis : «conduis à gauche, conduis à gauche » dans ma tête ;-). Si vous êtes deux, c’est l’idéal car votre conjoint/copilote veillera également à ce que vous soyez du bon côté. Maintenant, d’expérience, je vais vous dire quand vous allez conduire du mauvais côté : quand vous rentrerez en France ! Je ne blague pas ! C’est ce que raconte pas mal de monde et c’est exactement ce qui est arrivé à mon chéri à deux reprises ! Heureusement, je m’en suis rendue compte rapidement et aussi, on comprend vite quand au loin on aperçoit une voiture qui arrive en face ! En conclusion, j’en ai écrit tout un pavé mais vous verrez : conduire à gauche est naturel dans un pays où tout le monde conduit à gauche.
  • Attention aux trottoirs ! Vous pensez donc que le plus difficile est passé car vous voyez bien vite que penser à conduire à gauche est simple mais ensuite vient un autre soucis : votre placement sur la chaussée. Car si vous louez une voiture anglaise, le volant étant à droite, vous aurez tendance à vous placer trop à gauche sur votre voie et donc à frôler les trottoirs. Un soucis classique qui arrive aux Européens, c’est d’abîmer les pneus de la voiture. Un tuyau : j’ai cessé d’être trop près du bord quand je me suis concentrée sur ma position par rapport à la ligne qui sépare les deux voies. J’ignore donc les repères par rapport au côté gauche/au trottoir et je suis la ligne sur ma droite, ce qui est simple à suivre puisque le volant est à droite. Il est plus simple de ne pas se prendre les trottoirs avec une voiture française mais le placement sur la chaussée sera tout de même à surveiller…
  • Les ronds-points : l’épreuve des ronds-points était de loin la plus difficile pour moi. Tout le monde pense alors : ah oui, il ne faudrait pas tourner dans le mauvais sens ! C’est certain mais normalement cela ne vous traversera pas l’esprit puisque tout le monde tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, vous le ferez aussi. Non, la difficulté c’est que les gros ronds-points sont bien trop organisés pour moi ! Il y a des files et il faut bien suivre la bonne – je préfère le flou de positionnement des ronds-points en France… Après, il y a des gens qui préfèrent le style anglais. Heureusement, les Anglais conduisent plutôt en gentlemen donc ça aide si jamais on doit changer de file parce qu’on s’est trompé dans notre positionnement. L’autre chose surprenante c’est qu’il y a des feux au milieu des ronds-points mais pour le coup cela m’aide à prendre mon temps pour trouver où je dois aller ;-). En terme de priorité, avant de rentrer sur le rond-point vous laissez passer les voitures qui sont déjà dans le rond-point (même règle qu’en France). La photo ci-dessous c’est pour rire : il n’y a qu’un seul rond-point aussi dingue dans le pays (du côté de Cirencester) ! Les autres ont certes plusieurs voies mais pas plusieurs cercles !

Crédit photo : Wired

Suite de l’article

Visiter les Cotswolds en famille

Aujourd’hui, je souhaitais vous parler d’un coin d’Angleterre où nous sommes déjà allés deux fois en famille : les Cotswolds. Une destination que je vous conseille vivement si vous aimez la campagne anglaise (the typical english countryside !), cette campagne telle qu’on se l’imagine, soignée, verte et apaisante, ponctuée de vieux villages en pierre.

Les Cotswolds, pour vous situer un peu, c’est dans l’ouest de l’Angleterre, au nord de Bath, à l’ouest d’Oxford et à environ 2h de chez nous. Un coin d’Angleterre où les Londoniens et surtout les gens d’Oxford aiment passer le week-end au calme. Nous nous y sommes arrêtés cet été pendant quelques jours, en campervan et nous y sommes retournés à la Toussaint avec les grands-parents. Les Cotswolds, c’est une chaîne de collines, un endroit resté figé dans le passé : à cause du relief, le train ne pouvait pas traverser cette région qui est donc restée à l’écart du monde moderne et qui a conservé de vieux villages très pittoresques, tout en vieilles pierres, dans le cadre vallonné d’une belle campagne anglaise… Dans les Cotswolds, on admire les vieux cottages avec leurs toits de chaumes, la lumière dorée sur les belles pierres en fin d’après-midi ; on prend le thé avec des scones et on visite quelques lieux historiques…

Suite de l’article

L’Ecosse en famille : une semaine dans l’Argyll

Fin juillet, nous avons passé une semaine en Ecosse en famille, avec les enfants et les grands-parents. Nous avions déjà testé l’Ecosse avec bébé alors que Ticoeur n’avait que 11 mois. A l’époque, nous avions choisi de visiter les Highlands et de découvrir Edimbourg, la capitale écossaise. Pour ce deuxième voyage en Ecosse, nous avons choisi l’Argyll, la région juste au sud des Highlands. Vous en connaissez sans doute la ville principale : Oban.

L’objectif était pour nous de découvrir un coin différent et aussi d’éviter les zones les plus touristiques de l’Ecosse. En tout cas, nous étions bien tranquilles, souvent seuls ou avec peu de monde. Cela dit, dans les Highlands, et partout en Ecosse, je trouve qu’il n’est vraiment pas difficile de sortir des sentiers battus car cela ne manque pas de coins sauvages et déserts !

Kerrera Island – Argyll – Scotland

Notre programme d’une semaine dans l’Argyll :

  • Visite d’Inveraray et de son château : la petite ville historique d’Inveraray est très agréable avec ses maisons toutes blanches et sa vue sur le Loch Fyne. Nous avons visité le château qui est encore habité. Il appartient au Clan Campbell et nous avons bien aimé les intérieurs pour les meubles et les objets, témoins de l’histoire de la famille du duc d’Argyll. En plus, certaines scènes de l’épisode de Noël de Downton Abbey ont été tournées dans ce château. Petite parenthèse : nous n’habitons pas loin de « Downton Abbey » (Highclere Castle) dans notre sud de l’Angleterre mais nous n’avons pas réussi à visiter cette demeure pour l’instant car il faut réserver des mois en avance ou payer un prix conséquent (nous allons prendre nos tickets pour avril 2020 !) donc la version écossaise de l’épisode de Noël c’était parfait pour se plonger dans l’univers de la série. A Inveraray, il y a d’excellents restaurants (voir nos bonnes adresses ci-dessous).
Inveraray Castle
Inveraray Castle
Inveraray Castle
Sur la rive du Loch à Inveraray
  • Oban et notre superbe rando sur l’ile de Kerrera : la petite ville d’Oban est connue pour son whisky et ses fruits de mer. Pour nous, c’était l’occasion d’une excursion sur la petite île de Kerrera située juste en face à 5 min de ferry (que nous avons pris au sud de Oban et non au port car moins cher et plus tranquille). Nous avons adoré notre longue balade sur Kerrera, île piétonne, sauvage, comme une mini Ecosse. Nous avons opté pour le sentier qui mène aux ruines du Gylen Castle. La-bas, les vues sont à couper le souffle ! En chemin, nous nous sommes arrêtés pour manger au salon de thé que vous ne pourrez pas manquer car il suffit de suivre les théières ! Comptez une grosse demi-journée pour profiter de l’île. De retour a Oban, nous sommes montés vers l’amphithéâtre qui surplombe la ville. L’architecte s’est inspiré du Colisée à Rome… Bon, ce n’est pas encore le Colisée mais la vue vaut le coup !
Oban
Oban
Direction l’île de Kerrera
Suivez les théières pour trouver le super salon de thé sur Kerrera
Kerrera Island
Kerrera Island
Kerrera Island
Kerrera Island
Oban
Vue sur Oban depuis l’amphithéâtre
  • Le canal de Crinan et ses jolies écluses : une autre jolie balade, très facile car sans dénivelé. Nous avons marché le long de la seconde moitié du canal car nous souhaitions voir l’arrivée sur la mer. Les écluses sont très fleuries et à l’embouchure, il y avait encore un sympathique salon de thé pour nous poser.
Crinan Canal
Crinan Canal
  • Les ruines du Kilchurn castle situées en bordure du Loch Awe. J’ai adoré l’esthétique de ces ruines ! Nous étions quasi seuls en fin de journée pour admirer les lieux (accès gratuit). Non loin du château ne manquez pas de visiter l’église St Conan.
Kilchurn castle
St Conan Church
  • A Kilmartin, nous sommes aussi montés vers un petit château en ruines (ben oui c’est l’Ecosse !) et nous nous sommes baladés du côté des menhirs et autres pierres mystérieuses (sympa mais moins impressionnants que ceux que nous avions vus en Bretagne dans le Morbihan).
Kilmartin
  • La péninsule de Kintyre : à partir de cette étape, nous avons quitté notre hébergement ainsi que les grands-parents et nous continuons en campervan. Direction la péninsule de Kintyre. Nous avons commencé par le petit village de Tarbert avant d’atteindre les belles plages de la côte ouest. Je vous parlais de coins déserts en introduction de mon article : en voici un ! Plus nous allions vers le sud, plus nous avions l’impression d’être seuls au monde. Afin de nous dégourdir les jambes, nous sommes montés vers un point de vue choisi au hasard. Je suis ravie que Ticoeur et Titpuce aiment de plus en plus la rando ! Sur le retour, nous sommes passés par la distillerie de Glen Scotia : accueil très sympathique et il fallait bien voir une distillerie mais leur whisky n’est pas mon préféré… Je les préfère plus tourbés (comme le Lagavulin).
Tarbert
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre – pause déjeuner avec notre camper
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre
Distillerie
  • Loch Lomond : toujours en campervan, nous faisons étape au Loch Lomond que nous connaissions déjà de notre précédent voyage en Ecosse. Les bords du lacs offrent de beaux panoramas pour un pique-nique !
au bord du Loch Lomond
au bord du Loch Lomond
  • Enfin, entre Loch Lomond et Glasgow, nous avons atteint le Devil’s Pulpit, un lieu absolument magique mais attention, attention c’est une balade périlleuse ! Les lieux ne sont absolument pas sécurisés ; le chemin est glissant et il ne faudrait surtout pas tomber au fond de cet espèce de ravin ! Papa Voyage est descendu seul en éclaireur (il faut compter 10-15 min de descente) ; puis, je m’y suis aventurée très lentement, avec Ticoeur, pendant que Papa Voyage est resté en haut avec Titpuce car cela nous semblait trop difficile pour elle. Nous étions équipés de bottes de pluie. Bref, ce n’est pas infaisable mais il faut être très prudent pour ne pas tomber dans l’escalier, ni depuis les bords du ravin. Ticoeur est un enfant très attentif et je suis toujours passée devant lui pour sécuriser ses pas. Pour les fans de la série Outlander : je ne le savais pas mais il parait que l’on voit le Devils’ Pulpit dans un épisode de la saison 1.
Devils’ Pulpit
la descente raide, glissante et boueuse : Devils’ Pulpit

Si vous pouvez rester plus d’une semaine en Ecosse c’est mieux :-). A l’origine, nous devions partir deux semaines mais comme je venais de trouver du travail, il n’était pas évident de poser deux semaines. Si vous restez plus de temps dans l’Argyll, le top c’est de découvrir d’autres îles : Arran me tente beaucoup ; ou pourquoi pas Mull (mais celle-ci est plus touristique).

L’Ecosse en famille : informations pratiques

  • Le transport : pour l’Argyll, l’aéroport le plus proche est Glasgow mais c’est également faisable depuis Edimbourg. Nous concernant, nous avons traversé toute l’Angleterre, depuis notre village de la côté sud, en campervan avec une nuit en chemin.
  • Le décalage horaire : 1h de moins qu’en France
  • Quand partir en Ecosse ? De mai à octobre c’est la meilleure saison. Nous étions partis en août la première fois et en juillet cette fois-ci. C’était parfait ! Surtout cette année car l’Europe souffrait de la canicule mais pas nous ! Nous avons eu 26 degrés le jour du pic de chaleur ce qui est très rare en Ecosse ! Sinon, il faisait autour de 18-20.
  • Les repas : j’adore les fruits de mer en Ecosse !
  • Les dépenses sur place : budget similaire à la province en France.
  • Les midges ! La plaie ! Sorte de mini moustiques. Les piqûres démangent beaucoup et sont souvent petites mais nombreuses. Nous y avons échappé pendant tout notre séjour sauf le dernier soir ! Titpuce et moi avons été dévorées ! Heureusement ce n’est pas dangereux et ne transmet pas de maladies. Mettez juste un répulsif par prévention (sur place, en pharmacie, on trouve des produits spécialement conçus contre les midges).
  • En campervan en Ecosse : c’était très sympa même si pas toujours évident de dénicher le bon spot. Il y a néanmoins plus de possibilités gratuites qu’en Angleterre.
  • Visite de distilleries : lors de notre premier séjour en Ecosse, dans les Highlands les enfants n’étaient pas admis dans les distilleries. Dans l’Argyll, les distilleries que nous avons croisées acceptaient les enfants. Dans tous les cas, vérifiez avant d’entreprendre la visite d’une maison de whisky.

Nos bonnes adresses dans l’Argyll :

  • Hébergement : une grande maison trouvée sur Airbnb (9 couchages) en bord de loch – c’était parfait pour un séjour avec ma belle-famille : Tigh na Bruiach lodge. Si vous n’êtes pas encore inscrits sur Airbnb, utilisez mon lien de parrainage et vous aurez une remise de 25 euros sur votre séjour. Les enfants étaient fans du jacuzzi en rentrant le soir :-).
Notre hébergement
  • Restaurant à Inveraray : The George. Un vieux pub, très typique et cuisine excellente !
  • Salon de thé sur Kerrera : Kerrera Tea garden and Bunkhouse, un lieu très mignon. Des plats légers et gourmands pour le déjeuner ou une pause sucrée. Vous pourrez vous poser au soleil ou à l’intérieur avec une déco voyage.
  • Cabane de poissons à Oban : sur le port à Oban, il ne faut pas manquer la cabane de fruits de mer (elle est verte et vous verrait du monde devant). On se pose comme on peut sur le quai pour déguster des barquettes de crevettes et de coquillages.

Alors tentés par l’Ecosse ? Et tout particulièrement par l’Argyll ?