Quel pays d’Asie choisir pour un voyage en famille ?

Nous sommes de grands fans de l’Asie, depuis toujours, et en devenant parents, l’Asie est un continent qui nous a particulièrement paru adapté pour nos premiers grands voyages en famille, surtout en Asie du sud-est. Pourquoi ? L’Asie du sud-est offre un grand dépaysement, des pays plutôt sûrs, et la vie sur place est souvent très économique. Ainsi, pour notre premier voyage en Asie avec enfant, Ticoeur avait 18 mois et nous sommes partis en Malaisie. Depuis, nous avons visité beaucoup d’autres pays d’Asie, dont je vous ai parlé sur le blog et aujourd’hui je souhaitais faire un petit bilan de tous nos séjours en Asie du sud-est parce qu’une question que vous me posez souvent par mail est : quel pays d’Asie conseilles-tu pour un voyage en famille ? Voici donc le fruit de notre expérience, après avoir visité quasi tous les pays d’Asie du sud-est dont une grande partie avec enfant :

Vietnam : du nord au sud, de beaux paysages à découvrir…

Visiter Hoi An

Les + :

  • Facilité d’organisation de son voyage en avance ou sur place.
  • Dépaysement culturel, architecture coloniale, plages.
  • Souvent des chambres avec 2 grands lits doubles donc idéal à 4.
  • Grand choix d’hébergements pour tous les budgets.
  • Une de mes cuisines préférées en Asie (bon, c’est très personnel…).

Les – :

  • Villes à la circulation très chaotique. Faire attention en tant que piéton.
  • Je n’ai pas aimé Ho Chi Minh et je n’ai pas trouvé Sapa exceptionnelle.

Infos pratiques :

  • Mes coups de cœur : Hoi An, Delta du Mékong, Hanoi et puis il y a la région de Danang que j’aimerais beaucoup découvrir / La Baie d’Halong est plus adaptée en amoureux qu’en famille.
  • La saison : de novembre à avril.
  • Heures de vol : 11h à l’aller / 13h au retour.

Mon avis en conclusion : Un voyage facile à gérer en famille. Ne pas passer trop de temps dans les grandes villes. Se déplacer en avion.

Thaïlande : un grand classique, très apprécié des familles…

Les + :

  • Facilité d’organisation de son voyage car pays habitué au tourisme.
  • On croise de nombreuses familles qui voyagent avec enfants en Thaïlande.
  • Dépaysement et jolies îles.
  • Possibilité de se déplacer en avion à bas prix.
  • Grand choix d’hébergements pour tous les budgets.

Les – :

  • Trop de touristes sur certaines îles en février.
  • Je recommande d’éviter l’extrême nord à cause du paludisme.
  • Personnellement je n’ai pas aimé Chiang Mai.
  • Bien sûr il faut voir Bangkok mais ne pas y rester longtemps car la ville est un peu oppressante avec des enfants.

Infos pratiques :

  • Visites que je recommande : Bangkok, Koh Phi Phi (hors saison), Koh Lipe, Koh Samui, Koh Tao…
  • La saison : de novembre à avril mais possible en été dans les îles côté oriental.
  • Heures de vol : 11h15 à l’aller / 12h au retour.

Mon avis en conclusion : Un voyage facile en famille. Je privilégierais les îles, avec des déplacements en avion.

Bali (Indonésie) : une île à taille humaine avec de belles traditions…

Voyage à Bali en famille

Les + :

  • Dépaysement culturel, rizière, végétation luxuriante.
  • Beauté des temples, snorkeling, belle ambiance traditionnelle.
  • Une île à taille humaine.
  • Possibilité de coupler avec les îles Gilis (Lombok).
  • De très jolies villas ou hôtels avec piscine à petits budgets.

Les – :

  • Beaucoup trop de touristes dans le sud de l’île (zone Kuta).
  • De belles plages mais pas paradisiaques.
  • Attention si vous louez une voiture. C’est pas simple de conduire à Bali !

Infos pratiques :

  • Mes coups de cœur : Amed, les rizières dans la région de Munduk. Relire notre itinéraire à Bali.
  • La saison : de mai à septembre.
  • Heures de vol : Pas de vol direct. Passer par Singapour ou Kuala Lumpur donc compter 16h30 au mieux.

Mon avis en conclusion : Un voyage facile et très agréable avec de petites distances à parcourir.

Birmanie : un voyage plus aventureux, pour voyageurs avertis…

sunrise-Shwesandaw

Les + :

  • Le sourire des habitants !
  • L’héritage culturel, les rizières, les traditions plus conservées qu’ailleurs.
  • La beauté naturelle du pays.
  • Pas trop de touristes.

Les – :

  • Tourisme familial pas développé (donc nous avons trouvé peu d’hébergements avec 4 couchages).
  • Trajets très longs en bus. Difficulté de se déplacer en général.
  • La belle zone de plages est peu accessible (route en mauvais état ou avion plutôt très cher).

Infos pratiques :

  • Mes coups de cœur : Bagan ! Et puis le lac Inle et les petites villes autour de Mandalay.
  • La saison : de novembre à mars.
  • Heures de vol : pas de vol direct. Passer par la Chine ou Kuala Lumpur donc 15h de vol au mieux, environ.

Mon avis en conclusion : J’ai trouvé que c’était le pays le moins simple en famille côté logistique (à cause des trajets et des hébergements). Si vous y allez quand même, prendre un chauffeur est sans doute une bonne idée.

Malaisie : plus de confort qu’ailleurs en Asie du sud-est et de belles îles…

Les + :

  • Pays multiculturel (des Chinois, des Indiens, des Malais, etc.)
  • Belles îles et villes avec architecture coloniale.
  • Pays plus riche que les autres donc infrastructure plus moderne (voitures, autoroutes, bus modernes…).
  • Trajets intérieurs possibles en avion à très bas prix.
  • Pour plus d’aventure, explorer aussi la partie Bornéo (pour la faune et la flore).
  • Possibilité de coupler avec une visite de Singapour.
  • Mmmm la cuisine !

Les – :

  • Nous n’avons pas toujours trouvé de jolis hébergements.

Infos pratiques :

  • Mes coups de cœur : Les îles Perenhtian et l’île de Tioman.
  • La saison : de novembre à mars, mais selon les îles, possible aussi l’été.
  • Heures de vol : environ 12h30.

Mon avis en conclusion : Un pays qui offre plus de confort que les autres, avec moins de touristes.

Philippines : tant d’îles paradisiaques !

Nous y sommes allés sans enfants.

  • Nous avons adoré la gentillesse des locaux, les nombreuses îles paradisiaques et les volcans.
  • Facilité car l’anglais est langue officielle.
  • Nature incroyablement belle. Coup de cœur aux Philippines : Camiguin island.
  • J’hésiterais à y aller avec de jeunes enfants car nombreux trajets en Jeepney (peu confortables et souvent longs). Et puis, globalement c’est très loin hélas. Disons qu’il vaut mieux y aller dans le cadre d’un voyage plus long dans cette partie du globe…
  • Heures de vol : minimum 16h avec escale.

Cambodge : un pays attachant mais pas le plus adapté en famille…

  • Avec Ticoeur, nous sommes allés à Phnom Penh.
  • Possible sans soucis d’aller à Angkor (et c’est magnifique !).
  • Vraiment pas cher.
  • Pour le reste, regardez bien par rapport au palu et à l’état des routes…
  • Pas de vol direct. Passer par Kuala Lumpur par exemple.

Laos : nature et sérénité mais longs trajets…

Nous y sommes allés sans enfants.

  • Nous avons adoré la gentillesse des Laotiens et la zénitude du pays.
  • Moins touristique et plus calme que les autres pays d’Asie. Le Laos c’est reposant !
  • Avec enfants j’hésiterais à cause de la longueur des trajets en bus, sur des routes sinueuses.
  • Très économique.
  • Faire attention au palu également.
  • Pas de vol direct. Passer par Bangkok par exemple.

***

Je voulais surtout me concentrer sur l’Asie du sud-est plutôt que l’Asie en général mais j’aimerais quand même faire une exception et vous parler du Sri Lanka qui, dans le même ordre de grandeur côté budget a été un grand coup de cœur pour nous en Asie et un must en terme de pays exotique à découvrir en famille !

Sri Lanka : parfait pour un premier voyage en Asie avec enfants…

Les + :

  • Beauté des paysages dans la région du thé, plages et héritage culturel.
  • De nombreux animaux surtout les éléphants.
  • Des distances pas trop grandes ( à faire en voiture avec chauffeur et en train).
  • De jolis hébergements un peu plus chers qu’en Asie du sud-est.

Les – :

  • De nombreuses plages dans la partie sud-est mais pas paradisiaques (à moins que vous en ayez à nous conseiller ?). Nous aimerions découvrir la côte ouest où il paraît que la mer est plus belle avec de jolis fonds.

Infos pratiques :

  • Mes coups de cœur : La région d’Ella, l’ambiance sur la plage à Mirissa, Kandy.
  • La saison : de novembre à mars mais possible l’été aussi dans la région du thé et sur la côte est.
  • Heures de vol : environ 13h avec escale.

Mon avis en conclusion : Nous avons adoré notre voyage avec enfants au Sri Lanla pour la diversité des paysages et la facilité logistique. Nous pensons y retourner. Nous avons préféré gérer nos trajets à chaque étape en demandant à notre hébergement de nous recommander quelqu’un plutôt que prendre un chauffeur attitré pour tout le voyage (dans un soucis de liberté).

***

Enfin, sans enfants, nous avons voyagé en Chine, au Japon et en Inde. Nous retournerons volontiers dans les deux premiers avec nos chéris. Par contre, pour l’Inde j’hésite un peu côté conditions sanitaires. Peut-être dans le Kérala un jour… A voir !

***

visiter hué

 J’espère que nos expériences de voyage en Asie avec de jeunes enfants vont vous inspirer et si vous connaissez déjà l’Asie, je serais curieuse de savoir quels ont été vos pays asiatiques préférés pour un voyage en famille ?


Billet classé dans : Roadtrip, Plages, Voyages avec enfants

Sicile : étape en famille à Castellammare del Golfo

Comme vous le savez, mes racines sont en Sicile et donc nous y allons régulièrement pour rendre visite à ma famille côté paternel. Aujourd’hui je voulais vous parler de Castellammare del Golfo, petite ville de pêcheurs située à l’ouest de Palerme car nous avons particulièrement aimé notre séjour là-bas cet été (fin juillet). En fait, ma famille vit dans le sud de la Sicile, en face des temples d’Agrigente mais comme c’est à trois heures de voiture de l’aéroport de Palerme, nous aimons faire une halte dans le nord en atterrissant, histoire de nous reposer avant de prendre la route. C’est plus confortable avec les enfants. A chaque fois, nous essayons de nous poser dans un coin différent. Le plus souvent nous allons tout simplement à Palerme mais il est vrai que la capitale est un peu oppressante, certes intéressante pour les grands (beaux musées, églises, marchés typiques…) mais moins attrayante pour les enfants. Nous sommes quelques fois passés rapidement à Castellammare lors de nos voyages en famille en Sicile mais c’est la première fois que nous y avons posé nos valises. Je recommande tout particulièrement cette étape si vous voyagez avec des enfants ou si vous recherchez le charme dépaysant d’une petite ville plutôt que le chaos palermitain (j’aime Palerme, si, si ! Mais parfois, c’est sport là-bas !). En plus, de l’aéroport jusqu’à notre chambre d’hôte à Castellammare nous n’avons mis que 30 minutes donc c’était même plus rapide que d’aller dans le centre de Palerme.

A part l’intérêt logistique de la destination, nous recommandons Castellammare del Golfo pour son ambiance, son petit port, ses restaurants de poisson, les vues panoramiques sur la baie et l’occasion d’une première baignade en Sicile….

Nous nous sommes baladés le long des bateaux de pêche ; nous sommes montés au château, nous avons visité les petits musées (tout était gratuit en plus), nous avons déambulé dans les ruelles, nous avons marché sur la plage et nous nous sommes assis en terrasse sur les quais le temps d’un dîner délicieux (car en plus les spécialités locales sont excellentes !). Côté plage, c’est très agréable pour se balader ou prendre un verre ; par contre ne vous attendez pas à une plage de rêve. C’est une plage « normale », sans charme particulier mais très spacieuse. Pour de belles plages je donne quelques tuyaux plus bas.

Castellammare del golfo

en famille a Castellammare del Golfo

en famille a Castellammare del Golfo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

terrasse Castellammare del Golfo

plage Castellammare del Golfo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

plage castellammare del golfo

en famille a Castellammare del Golfo

castellammare del golfo

Visites dans les alentours de Castellammare del Golfo :

Si vous venez pour la première fois en Sicile, à partir de Castellammare del Golfo il y a des incontournables à découvrir à quelques kilomètres…

  • Côté plages : les plus belles plages sont à Scopello, San Vito Lo Capo et surtout un peu plus loin dans la réserve Zingaro.
  • Côté histoire : les temples de Ségeste -> relire mon article sur les plus beaux temples de Sicile.
  • Côté village : plus loin à l’ouest il ne faut pas manquer Erice, le village perché.

Quant à nous, comme nous n’avions que deux jours et que nous avons déjà parcouru la région de nombreuses fois, nous avons choisi de visiter la grotte Mangiapane car c’est un des seuls endroits du nord de la Sicile où nous n’avions pas mis les pieds et c’est vrai que c’est sympa pour les enfants car ils peuvent y découvrir les métiers d’autrefois dans un ancien petit village troglodyte (voir les deux photos ci-dessous).

Pour encore plus d’idées de visites en famille sur l’île, relire mes propositions pour un itinéraire en Sicile.

grotte mangiapane

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

***

Nos bonnes adresses à Castellammare del Golfo :

  • Hébergement à Castellammare : Nous avons déniché une chouette adresse dans la vieille ville  : La Meridiana -> nous avions une suite avec deux chambres (pas mal quand les enfants ont leur espace dodo !). Déco simple mais le tout très propre et neuf. Le petit déj était super copieux (avec de délicieuses pâtisseries siciliennes) et la propriétaire était adorable. Nous avons payé 80 € la nuit. Nous y retournerons bien volontiers.

hotel famille castellammare del golfo

  • Restaurant à Castellammare : nous avons dîné chez H80 Fame et nous nous sommes régalés de pâtes maison et de fruits de mer -> H80 Fame, Marina Petrolo 23, Castellammare del Golfo.

restaurant Castellammare del GolfoCalamar grillé chez H80 Fame

restaurant Castellammare del GolfoSardines farcies : une spécialité sicilienne à ne pas manquer !

***

Comment se rendre à Castellammare del Golfo ?

  • Depuis Paris il faut compter 2h d’avion jusque Palerme. Il y a aussi des vols depuis d’autres villes en France.
  • De l’aéroport, il faut 30 minutes (45km) pour rejoindre Castellammare del Golfo.
  • A chaque fois, nous louons une voiture à l’aéroport. Prévoir un budget de 25-30€/jour.
  • Quand se rendre à Castellammare del Golfo ? Toute l’année sauf en août (ou alors juste la dernière semaine d’août). Évidemment, pour se baigner, il vaut mieux privilégier de mai à septembre mais il y a beaucoup à faire en Sicile en dehors des plages donc n’hésitez pas à y faire un tour à l’automne, ou dès le début du printemps. J’y suis même allée en décembre et c’est très agréable : la nature est plus verte qu’en été et c’est l’époque des orangers.

visiter restaurant Castellammare del Golfo

Alors ? Tentés par une escapade à Castellammare del Golfo ? Connaissez-vous déjà ?


Billet classé dans : Roadtrip, Plages, Voyages avec enfants

Louer une voiture à Bali ?

Est-ce une bonne idée de louer une voiture à Bali ? J’enlève tout de suite le suspense : pour moi c’est non mais pour mon chéri c’est oui ! Je vais donc vous lister les « pour » et les « contre » et vous vous ferez votre propre opinion. Je vais également en profiter pour vous donner quelques informations utiles (j’espère !) au cas où vous vous lanceriez dans cette aventure lors d’un voyage en famille à Bali.

louer une voiture à Bali

Louer une voiture à Bali : les avantages.

  • Côté autonomie et liberté c’est le top ! Vraiment ! Je pense que nous n’aurions pas visité tout ce que nous avons vu sans notre voiture (voir les détails de notre roadtrip à Bali). Sans compter la totale liberté dans le planning. Envie d’aller sur telle plage ? Allez hop on y va ! Envie de tester tel restaurant mais il est à 5 km de l’hôtel ? Allez hop, la voiture… etc.
  • C’est pas cher du tout : nous avons payé 12€ par jour pour une petite Toyota Ayla 4 portes. Je conseille vraiment de choisir une petite voiture car les routes sont étroites. C’est le tarif que nous avons observé chez la plupart des loueurs locaux. Nous avons réservé notre véhicule sur internet quelques jours avant d’arriver et le loueur est venu à l’aéroport de Denpasar avec la voiture pour le check-in. A noter : les grandes chaines internationales ont des tarifs plus élevés (peut-être une meilleure couverture en cas de soucis ? Je ne sais pas, vous me direz si vous testez).
  • On roule lentement : je le mets en avantage car étant donné les petites routes sinueuses de l’île je trouvais rassurant qu’on ne roule finalement qu’à 50km/h maximum avec pas mal de passages à 30km/h ! Comme les distances ne sont pas bien grandes, rouler lentement n’est vraiment pas gênant, au contraire donc ! A noter que dans la zone Kuta-Denpasar on roule lentement car il y a plein de bouchons !
  • De très belles routes panoramiques : notamment je vous conseille la route qui passe par Sidemen, la route qui longe la côte à l’est d’Amed, la route qui passe par le bord du cratère Batur, la route qui va de Banjar à Munduk.
  • Pas de bus à la course un peu folle : contrairement à d’autres coins d’Asie, à Bali vous ne croiserez pas de bus roulant follement à toute allure !
  • En famille c’est pratique : pour les enfants, les trajets en voiture d’un point A à un point B, donc de porte à porte c’est reposant pour eux. Pas de stress dans les transports, pas de longues distances à marcher. A noter qu’il y avait la clim dans la voiture et que c’est essentiel pour que les enfants n’aient pas trop chaud. Enfin, pour changer d’étapes nous faisions nos trajets en début d’après-midi afin que Ticoeur et Titpuce puissent faire une sieste dans la voiture.
  • « Papa Voyage » a apprécié son expérience de conduite a Bali et recommencerait sans hésiter.

louer une voiture à BaliNotre voiture pour 3 semaines à Bali

louer une voiture à BaliPhoto prise en route

louer une voiture à BaliLa très belle route à l’est d’Amed

 

Louer une voiture à Bali : les inconvénients.

Lire la suite


Billet classé dans : Roadtrip, Voyages avec enfants

Alors ? C’est comment de voyager en campervan ?

Que ce soit en Nouvelle-Zélande ou en Australie, récemment nous avons eu l’occasion de voyager en campervan avec les enfants sur des périodes assez longues. En effet, jusqu’à présent, notre unique expérience de voyage en campervan en famille avait été notre roadtrip d’une semaine au Portugal en Combi VW. Depuis, on avait envie de renouveler l’aventure campervan. Mon chéri avait même envisagé qu’on fasse un tour d’Europe en camping-car plutôt qu’un Tour du Monde. Finalement, on a opté pour un Tour du Monde avec quelques étapes en campervan (cela s’appelle faire des concessions ;-)).

Mais concrètement, comment c’est de voyager en campervan ? Vous êtes nombreux à me poser des questions pratiques sur ce mode de voyage et vous êtes également quelques uns à me dire que dormir en campervan vous semble totalement inenvisageable ! Bref, entre les enthousiastes et les réfractaires il y a les indécis ;-). Je voulais donc vous donner mon avis après notre tout récent roadtrip en Nouvelle-Zélande et notre traversée de l’Outback en campervan.

voyager en campervan

Pourquoi voyager en campervan ? Quels sont les avantages ?

1- Dormir dans des endroits de rêve, en pleine nature. Pour moi c’est LA plus grande raison pour voyager en campervan. Nous aimons la nature, nous aimons éviter la foule, nous aimons les endroits sauvages et dans ces spots merveilleux et bien il arrive souvent qu’il n’y ait pas d’hôtels.

Par exemple, dans l’Algarve au Portugal, vous avez beaucoup de choix d’hébergements sur la côte sud, très touristique et quasi rien sur la côte ouest qui est pour moi la plus belle. Avec le campervan, nous avons pu profiter de cette magnifique côte et de ses plages sauvages, souvent désertes.

En Nouvelle-Zélande, dormir au pied d’un glacier, dormir en pleine forêt, au bord d’un lac ou juste face à la mer  c’est juste une des meilleure façon d’apprécier le fabuleux cadre naturel de ce pays.

De même, en Australie, je vous l’ai montré récemment, nous avons vraiment pu dormir dans des endroits magiques en plein désert. Voici quelques exemples :

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

 

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

Amado4  

2- La liberté côté itinéraire : on peut choisir son itinéraire au jour le jour. Il nous est même arrivé de changer de programme en cours de journée. Être en campervan nous a permis plusieurs fois de nous adapter à la météo. Par exemple, quand on a vu qu’il allait faire beau au Milford Sound en Nouvelle-Zélande (ce qui est rare), on a filé là-bas !

3 – Les enfants adorent ! Ticoeur et Titpuce ont trouvé toutes ces expériences très amusantes. En plus ils ont toujours super bien dormi. Je ne sais pas si c’est la proximité avec les parents, l’espace réduit ou le grand air mais ils dorment à poings fermés. Nos nuits en Combi VW au Portugal avaient été les meilleures nuits de Titpuce à une époque où elle ne dormait pas encore sereinement.

aucamping

4- C’est plus confortable qu’en tente. Si on choisit de planter la tente on peut également profiter de dormir en pleine nature. D’ailleurs nous choisissons la version tente quand nous voyageons à vélo et que nous ne partons  que quelques jours. Par contre pour un grand roadtrip, surtout en famille, avoir un campervan c’est un vrai cran au-dessus en terme de confort ! (On ne monte pas la tente tous les jours, on est à l’abri s’il pleut ou s’il y a du vent, on a des matelas plus confortables, on a une vraie petite cuisine, etc…).

voyager en campervan

5- Le coût est normalement plus bas qu’en mode voiture+hébergement. Mais là attention car cela dépend de pas mal de choses. Pour que voyager en campervan soit économique, il faut :

  • Opter pour un petit modèle. Plus vous souhaiterez le confort d’un grand camping-car, plus ce sera cher évidemment.
  • Choisir un modèle qui ne consomme pas trop d’essence. Par exemple, notre Toyota avait une consommation raisonnable pour son gabarit (11L/100km) tandis que notre Combi VW consommait énormément car c’était un vieux modèle. 
  • Réserver en avance. Tout comme pour les voitures, le mieux est souvent de réserver son camping-car en avance.
  • Souvent il est moins cher de réserver d’un point A à un point A plutôt que d’un point A à un point B.
  • Ne pas dormir toutes les nuits dans des campings de luxe ;-). Parce que si vous allez tous les soirs dans un camping 5* avec piscine, alors clairement, la formule campervan+camping va vous coûter cher ! Cela dit, de temps en temps ça fait du bien. Quelques fois nous nous sommes posés dans un camping confortable pour avoir de super douches, une aire de jeux, du wifi ou de l’électricité. Parfois il n’y a pas le choix non plus car l’endroit est touristique et qu’il n’y a qu’un camping assez cher (par exemple à Ayers Rock).

6- On fait de chouettes rencontres : j’ai trouvé qu’entre campers l’échange était souvent fort sympathique. Au Portugal, les surfeurs trouvaient qu’on était vraiment une famille super cool avec notre Combi VW. En Australie, on a rencontré des familles australiennes avec qui on a discuté le temps d’une soirée. Il faut dire que les Australiens sont tout particulièrement « friendly ». Moins il y a de monde sur un spot, plus on engage la conversation et c’est encore plus sympa quand ce sont des familles car les enfants peuvent jouer ensemble. A chaque fois, sur les routes, quand on croise un campervan ou un camping-car on se fait un petit signe ;-).

A quoi ressemble un campervan ?

En Australie et en Nouvelle-Zélande, nous avons eu le même modèle Toyota. L’aménagement intérieur varie d’un loueur à l’autre. Chez nous, cela ressemblait à ça :

  • Les enfants dorment en hauteur.
  • Les parents dorment en bas : la banquette se transforme en lit double.
  • En journée, les enfants sont assis sur des sièges face à la route et profitent du paysage par les fenêtres (bien penser à louer également les sièges-autos ou réhausseurs).
  • Si on veut manger à l’intérieur, on peut relever une petite table entre les sièges des enfants et la banquette.
  • La cuisine est à l’arrière.
  • En Nouvelle-Zélande on avait pris l’option « self-contained » donc un circuit d’eau qui ne va pas vers l’extérieur. Cela permet de faire la vaisselle sans polluer et cela veut également dire que nous avions des toilettes à bord, cachées sous la banquette. Dans les faits, nous ne les avons jamais utilisées car il était très simple en Nouvelle-Zélande de trouver des spots de camping gratuits avec toilettes (et je n’avais pas envie de me coller au vidage-nettoyage de nos toilettes !).
  • Nous avions une douche solaire : c’est une petite poche plastique que l’on remplit d’eau et qui se réchauffe au soleil. Un petit tuyau permet d’improviser une mini-douche. En fait, nous ne l’avons utilisée que pour les enfants en dépannage. Il y a souvent des douches gratuites ou payantes à disposition en Nouvelle-Zélande et/ou en Australie. Et puis parfois un bain de mer suivi d’une douche de plage nous suffisait.
  • Nous avions pris une table et des chaises de camping – c’est en option mais c’est utile pour manger dehors au grand air.
  • Nous avions la clim mais elle ne marchait qu’à l’avant. Pour les enfants on ouvrait les fenêtres.
  • En Australie, toutes les fenêtres du campervan avaient des moustiquaires : c’est très important ! Je vous invite à vérifier ce point. Nos autres campervans n’en avaient pas.

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

Au Portugal, nous avions une version très vintage et pleine de charme puisque nous avions loué un Combi Volkswagen des années 70. L’intérieur avait été aménagé par les propriétaires. On dormait sur le toit (toit qui s’ouvre pour agrandir l’habitacle) et les enfants dormaient en bas  :

lit_combi

A chacune de nos locations, le campervan était de taille parfaite pour 2 adultes et 2 enfants. Si vous avez 3 enfants ou plus il faut soit un autre type d’aménagement (et c’est rare je pense) soit un modèle de camping-car plus grand. Par exemple, nous avons croisé des familles qui voyageaient dans ce type de camping-car :

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe campervan de nos amis Virginie et Rudy (et leurs 3 enfants !)

Nous avons eu l’occasion de rentrer à l’intérieur : c’est très confortable et très spacieux. Rien à voir avec un campervan comme on avait. Cela fait petit appartement. Par contre, c’est forcément un peu plus difficile à manœuvrer et c’est un budget plus élevé.

Et les inconvénients de voyager en campervan on en parle ?

  • On est à l’étroit, surtout en famille. Nous avons vu pas mal de couples qui louaient le même type de campervan que nous mais pour deux. Là, c’est assez confortable. Mais à quatre, on se marche dessus. Une fois qu’on a organisé le campervan pour la nuit on ne peut plus s’asseoir et encore moins se mettre debout (sauf dans la cuisine mais bon….). La solution -> vivre dehors bien sûr ! Ne rentrer dans le campervan que pour dormir ou en cas de pluie pour manger. Autre solution : louer un plus grand modèle de camping-car.
  • C’est pas le confort d’un hôtel côté literie et là encore cela dépend de votre loueur. En Nouvelle-Zélande c’était le confort minimal. En Australie, au moins ils nous ont donné de super oreillers et de belles couettes (par contre, les couettes ne nous ont servi à rien étant donné les températures mais on aurait rêvé d’avoir les mêmes dans le sud de la Nouvelle-Zélande où il fait frais la nuit).
  • Devoir sortir de son campervan pour prendre une douche ou pour aller aux toilettes la nuit, c’est pas trop mon truc. Mais là c’est comme en tente par exemple. C’est juste que je ne suis pas trop camping à la base donc à la longue ça me pesait… Bien sûr, si vous louez un camping-car plus grand, vous pouvez avoir une vraie salle de bain dedans.
  • Les étapes grandes villes : pas toujours simple de stationner dans une grande ville et pas toujours évident de trouver un spot de camping qui ne soit pas trop éloigné de la ville.

voyager en campervan en famille

En conclusion : mes conseils pour voyager en campervan ?

  • Choisir ce mode de voyage sur une période de une, deux voire trois semaines mais pas au-delà. En tout cas pas dès la première fois. Allez-y par étapes. Au Portugal on avait juste opté pour une semaine et c’était parfait. En Nouvelle-Zélande, j’ai trouvé qu’un mois c’était long. En Australie, on avait le campervan pour 20 jours et j’ai trouvé ça bien, à part les trois derniers jours mais c’était surtout à cause de la chaleur tropicale.
  • Choisir une destination où il fait beau, comme ça vous profitez surtout des extérieurs du campervan ;-). Et puis avoir froid la nuit ou devoir s’abriter à cause de la pluie à l’intérieur du campervan c’est vraiment pas confortable. Ne pas choisir une région où il fait trop chaud non plus : à Darwin dans le nord de l’Australie il faisait quasi 40°C. Autant vous dire qu’on ne dort pas très bien avec une telle chaleur ! Bref, pour une première expérience, je vous conseille le sud de l’Europe.
  • Bien choisir votre loueur. Et là ce qui est important c’est de voir toutes les options offertes et surtout de voir si l’aménagement intérieur vous convient. Il existe de nombreux loueurs professionnels de camping-cars. La location entre particuliers est une autre option : Yescapa offre ce service. Des particuliers vous proposent leur camping-car à des prix avantageux. Cela permet d’avoir un grand choix en terme de modèles et d’aménagements intérieurs. On testerait bien sur une semaine un modèle un peu plus grand que le modèle campervan. Ce serait l’occasion de bien comparer les différences de confort et de voir si ce n’est pas trop difficile à manœuvrer.

 

voyager en campervan

En résumé : oui nous recommencerons l’expérience du voyage en famille en campervan ou en camping-car mais je pense que nous resterons sur de courtes durées de voyage (autour de deux semaines) et pour des destinations très nature, quand le camping-car peut offrir une véritable immersion dans le paysage. Parce qu’une chose est certaine : je ne me lasserai jamais d’une nuit face à l’océan ou d’une nuit sous les étoiles !

voyager en campervan

Et vous ? Tentés par le voyage en campervan ?

 

*Ce billet contient un lien partenaire.


Billet classé dans : Roadtrip, Notre Tour du Monde 2016, Voyages avec enfants

Petit guide de survie au pays des Kiwis

Vous prévoyez un jour ou l’autre un voyage en Nouvelle-Zélande ? Que ce soit en famille, à deux ou en solo, voici un petit guide en 20 points qui j’espère vous aidera à survivre au pays des Kiwis. Allez, je vous rassure, c’est pas bien difficile ! Et puis si ce pays, hélas trop loin n’est pas sur votre to-do list, voici un petit aperçu de ce à quoi ressemblent des vacances en Nouvelle-Zélande :

De ton anti-moustiques tu abuseras :

Je commence par le vrai fléau du pays : les sand flies ! C’est vraiment l’horreur ! Elles sont partout ces petites mouches qui piquent et après ça démange terriblement et longtemps. Alors rien de grave bien sûr et aucun danger pour la santé mais ça vous gâche certains moments, surtout si comme Titpuce et moi-même vous êtes des cibles privilégiées. Bref, tous les jours, aspergez-vous d’anti-moustiques. Prévoyez aussi une crème apaisante. Bien sûr, vous trouverez tout ce qu’il faut sur place.

A gauche tu conduiras :

Franchement c’est pas bien compliqué (dixit mon chéri parce que moi j’ai pas conduit) mais il faut rester vigilant. En plus, les routes sont parfois étroites, sinueuses et non bitumées. Quand on est deux c’est plus simple : je regardais toujours la route et deux fois j’ai pu alerter « Papa Voyage » car il était sur la mauvaise file ! Pour moi c’est assez simple de ne pas me tromper car comme je ne conduis quasi jamais, je n’ai pas d’automatismes ;-).

guide survie pays des Kiwis

Ta polaire tu emmèneras :

Alors je sais pas vous mais moi j’avais pas compris que la Nouvelle-Zélande avait un climat plus proche des pays nordiques que de la Méditerranée (j’exagère un peu je l’admets)… Au final, on n’a pas manqué de soleil (nous avons eu 25 jours ensoleillés, 3 jours de pluie et 2 jours de gris) mais dans l’île du sud nous avons eu parfois un peu froid, surtout la nuit. Bon là, ça dépend de votre hébergement. Nous étions en campervan, sans chauffage (c’était supportable quand même sinon nous serions allés dans des campings pour brancher un petit chauffage dans le van). Donc prenez polaires et coupe-vent pour toute la famille et si vous louez un campervan, vérifiez bien que le loueur n’a pas oublié de vous donner les couettes !

Si je devais comparer à d’autres destinations, je dirais que dans l’île du sud j’ai eu l’impression de passer un été en Norvège. Dans le nord, il faisait meilleur, on a pu s’habiller en short. Je vous rappelle que nous y étions pendant l’été là-bas donc ce serait encore plus froid en hiver.

conseil voyage Nouvelle-Zélande

Te baigner dans l’eau froide tu devras :

Là encore, je nuancerais. Dans l’île du Nord je me suis baignée sans soucis. L’eau était je dirais à 18-19°C et le reste de la famille trouvait déjà ça trop froid pour une baignade. Dans le sud, je me suis baignée à Abel Tasman mais plus au sud c’était impossible. Nous avons quand même vu une poignée de personnes courageuses qui se baignaient dans les Catlins (c’est tout au sud) pour nager avec des dauphins Hector. Enfin, concernant les magnifiques lacs, là c’était totalement inenvisageable. Pour vous donner une idée, je crois que le lac Wanaka est à 10°C. Pourtant les eaux très limpides des lacs sont très tentantes !

Tes classiques tu réviseras :

Là je veux essentiellement parler du Seigneurs du Anneaux et du Hobbit parce que de nombreuses scènes de ces films sont tournées en Nouvelle-Zélande. Pour moi qui ne connaîs pas bien ces classiques, aucun lieu ne me rappelait quelque chose mais à vrai dire les endroits sont juste très beaux. Point. Film ou pas film. J’avais juste l’impression d’être entourée de fans (dont fait partie mon chéri) et de ne pas partager les mêmes références qu’eux. Bon allez, à notre retour à Paris, je regarde à nouveaux ces films.

conseil voyage Nouvelle-Zélande

A ton confort tu renonceras (valable pour les courageux campeurs !) :

Là je pourrais écrire longuement sur le sujet et d’ailleurs je le ferai prochainement car quand on loue un campervan il faut réaliser qu’on va dormir « sous les étoiles » et pas dans un 5 étoiles ;-). Ça a ses avantages et ses inconvénients !

Le prix de l’essence tu observeras :

Tout d’abord il faut savoir que l’essence devient de plus en plus chère au fur et à mesure qu’on va dans le sud. Aussi, dans une même ville les écarts de prix peuvent être énormes. Or les prix ne sont pas affichés en grand donc il faut vraiment s’approcher de chaque station pour comparer. Enfin, pensez à garder vos tickets de caisse de supermarchés car ils offrent souvent des réductions sur l’essence. En tout nous avons parcouru un peu plus de 4000 kilomètres donc l’essence on y fait attention !

Les accès à internet tu chériras :

Nous avons été étonnés de voir que le pays n’était pas si bien connecté, surtout après notre expérience très positive en Australie on s’attendait à la même qualité côté internet. Au final, le wifi est rare par rapport à beaucoup de pays et il est souvent limité (en débit ou en temps). Les forfaits téléphoniques sont assez chers (j’ai juste prix un forfait 2Go pour 25$). Cela m’a suffit pour rapidement vérifier mes mails et poster sur les réseaux sociaux pendant un mois. Par contre, pour tenir le blog, pour lire des sites web, pour réserver nos avions, pour communiquer via Skype c’était insuffisant donc nous avons passé du temps dans les bibliothèques du pays où le wifi est presque toujours gratuit et illimité avec un accès aux prises pour recharger notre ordinateur. Il existe aussi des cabines de l’opérateur Spark  qui offrent une connexion Wifi aux clients Spark mais je trouvais leur forfait trop cher et puis les cabines c’est pas toujours pratique avec les enfants : il faut s’organiser et repérer des bornes proches des aires de jeux. Nous avons préféré le confort des bibliothèques. Par contre, comme elles sont fermées le samedi après-midi et le dimanche notre plan B c’était de trouver un joli petit café avec wifi offert.

Ton anglais tu réviseras (et l’humour qui va avec) :

En Nouvelle-Zélande, c’est l’occasion de pratiquer l’anglais. Nous n’avons pas croisé de Kiwis qui parlaient une autre langue. Côté accent c’était facile de les comprendre. Ticoeur et Titpuce ont progressé eux aussi surtout grâce à nos passages dans les bibliothèques (ils ont assisté à des lectures pour enfants).

Et côté humour on a trouvé que les Kiwis n’en manquaient pas, que ce soit dans les vidéos de présentation dans l’avion, sur leurs affiches « world-famous…in New-Zealand » ou encore sur quelques pancartes amusantes :

IMG_8975

D’endroits kid friendly tu abuseras (conseil spécial familles) :

  • Les aires de jeux : il y en a partout. Les meilleures selon Ticoeur et Titpuce sont à Wanaka, Christchurch et Invercargill.
  • Les musées : les préférés des enfants sont le Te Papa à Wellington et le Puzzling World à Wanaka. Ils ont également aimé le musée des Settlers à Dunedin et le Canterbury museum à Christchurch
  • Les cafés : nous avons trouvé de jolis cafés avec des coins jeux pour les enfants. 
  • Les bibliothèques : toujours un coin jeux et livres, parfois avec des tipis, des jouets, des peluches. Egalement des ateliers de lectures pour les enfants ou des ateliers de travaux manuels.

conseil voyage Nouvelle-Zélande

La nature tu vénèreras :

En même temps, si tu as choisi de venir en Nouvelle-Zélande je suis certaine que tu adores la nature. D’ailleurs, nous avons croisé beaucoup de touristes (c’était la haute saison) et j’ai trouvé que tout le monde était très respectueux de l’environnement. Les Kiwis le sont aussi bien évidemment. Ils pouponnent leur pays et c’est appréciable. Pour découvrir cette nature, les Néo-Zélandais ont vraiment bien aménagé les espaces, surtout pour les petites « walks » : il y a toujours un chemin en bois, des plate-formes d’observation, des panneaux d’information. On peut vraiment se balader en sécurité. Les « i-sites » regorgent d’informations utiles, de brochures, de supports d’information.

conseil voyage Nouvelle-Zélande

A allumer un fende camp tu apprendras :

Cela s’adresse plus particulièrement aux campeurs. Il y a vraiment l’occasion de faire quelques feux de camps. C’est sympa avec les enfants et en plus ça réchauffe ! Alors entraînez-vous avant de partir ! Attention : bien sûr, il s’agit de se lancer dans un feu de camp uniquement dans les endroits où vous verrez clairement que c’est autorisé (il y a des emplacements dédiés dans certains campings DOC). Demandez aux rangers si vous avez un doute !

conseil voyage Nouvelle-Zélande

D’honnêteté tu redoubleras :

Les Kiwis nous ont semblé très honnêtes et ils attendent la même chose des touristes. J’ai eu l’impression que ça fonctionnait bien d’ailleurs. Ainsi, en arrivant dans un camping, parfois il n’y a personne mais on trouve une honesty box pour payer. De même, au bord des routes on voit souvent des petits étals avec des fruits et légumes ou des œufs et il suffit de se servir et de déposer l’argent dans une honesty box. On a aimé le concept !

Aux bières locales tu goûteras :

Nous avons été épatés par les bonnes bières produites localement. En plus, c’est très sympa car tous les pubs proposent de tester toutes les bières dans un petit verre de dégustation afin de nous aider à choisir. Voici des adresses que nous avons aimées :

  • Goldings Free Dive à Wellington (la bière la plus originale que j’ai goûtée – top ambiance et déco).
  • The Golden Bear Brewing Company à Mapua (pour sa terrasse au soleil).
  • Point Café & Bar à Kaka Point (la bière la moins chère qu’on ait eu et ambiance très locale)
  • Speight’s Ale House à Timaru (joli bâtiment, très bonne ambiance).

conseil voyage Nouvelle-Zélande

La différence entre un manchot et un pingouin tu apprendras :

Pour les anglo-saxons, tout s’appelle « penguin» mais les adorables animaux que vous croiserez en Nouvelle-Zélande sont des manchots, que ce soit le manchot à œil jaune (yellow eyed penguin) ou le manchot bleu (blue penguin). Je vous laisse relire les différences dans vos livres. Pour nous c’était l’occasion d’un petit cours de sciences naturelles pour les enfants.

Le bon goût du camembert tu oublieras :

Bon là je fais ma Française râleuse. Pourtant je ne suis pas du genre à vouloir retrouver à l’autre bout du monde les bonnes choses de chez nous et j’adore découvrir les spécialités locales mais en Nouvelle-Zélande on trouve beaucoup de camembert et de brie au supermarché (en Australie aussi d’ailleurs) sauf que ça n’a rien à voir avec du camembert et du brie donc ça m’a un peu énervée qu’ils osent utiliser le nom ;-). Globalement c’était pas la joie les courses au pays des Kiwis mais voilà une petite liste de ce que nous avons quand même aimé au supermarché :

  • Les céréales : Je vous recommande le mélange « noix de cajou-miel et avoine » de la marque Sanitarium. 
  • Grand choix de fruits secs au détail 
  • La viande (bon marché et bien tendre) surtout l’agneau et le bœuf.
  • Les tomates, les haricots verts et les brocolis (par contre côté fruit c’était fade et cher à part les pommes).
  • Les chips « made in New Zealand » : je vous recommande celles au romarin de la marque « Proper ».
  • Ouf ! Il y avait des produits Barilla au rayon pâtes 😉
  • Les produits d’hygiène (shampoing, crème solaire, etc) sont bien moins chers qu’en Europe.
  • Le vin est top ! Nous avons pas mal testé de vins locaux et nous avons eu de belles surprises.

Mes articles tu liras 😉

Retrouvez mon billet sur notre itinéraire et nos coups de cœur dans l’île du nord et dans l’île du sud.

Ton budget tu prévoiras :

On peut vraiment voyager de manière plus ou moins « roots ». Pour nous, c’était dans un campervan tout simple, en faisant la cuisine et en choisissant très peu d’activités payantes. Nous avons dépensé 140€ par jour à 4 (campervan : 70€ / essence : 20€ / repas : 30€ / activités : 5€ /campings : 15€). Il est possible de dépenser moins en dormant uniquement sur des sites autorisés et gratuits ou en louant un campervan encore plus petit (ce que je ne recommande pas en famille). Il est possible de dépenser bien plus aussi, en louant un camping-car de grand confort, en mangeant au restaurant et en s’offrant de nombreuses activités un peu folles (tours en hélicoptères, eco-tours, sports à sensations etc).

Du temps tu prendras :

C’est peut-être le point le plus difficile. En un mois, il a fallu faire des choix. On serait bien restés deux semaines de plus : une pour explorer le nord de l’île du nord et une autre pour explorer la côte au-dessus de Christchurch. En même temps, nous avons croisé de nombreux Européens qui venaient juste pour deux semaines car pas tout le monde est en congé sabbatique ;-). Bref, on fait comme on peut mais il faut réaliser quand même que la Nouvelle-Zélande c’est à l’autre bout de la planète, avec 12h de décalage horaire !

conseil voyage Nouvelle-Zélande

Dans ce pays tu reviendras !

Pour nous ce sera une petite semaine en mai car notre vol pour l’Argentine part d’Auckland !

Alors ? Quelles seraient vos chances de survie au pays des Kiwis ?


Billet classé dans : Roadtrip, Notre Tour du Monde 2016, Voyages avec enfants