Deux anniversaires fêtés à Barcelone

Ma puce et moi sommes nées à 2 jours d’intervalle (le 12 et le 14 février) avec quelques années entre nous bien sûr ! Cette année, c’est à Barcelone que nous avons soufflé nos bougies. Quand je pense que l’an dernier à la même époque nous étions  en Australie ! Vous vous souvenez ? Ah qu’il me paraît loin notre Tour du Monde ! Mais bref, Barcelone c’est très très bien aussi, d’autant plus qu’à part le jour de l’anniversaire de Titpuce, nous avons eu un grand soleil !

Comment avons-nous marqué le coup ? Pour Titpuce un des jolis cadeaux c’est qu’Omi et Opa sont arrivés d’Allemagne pour nous rejoindre à Barcelone à l’occasion des 5 ans de notre princesse. J’avais réservé un appart avec vue sur la Sagrada Familia donc côté décor c’était quand même la grande classe de souffler ses bougies avec cette folie architecturale sous nos yeux. Titpuce avait emmené son déguisement de fée dans nos valises, parce OUI, nous voyageons léger (nous n’avions encore une fois que deux valises cabines !) mais il y a quand même des essentiels pour faire plaisir à ma chérie ;-).

Après avoir enfilé son déguisement, Titpuce a eu un court moment de déception : elle pensait que ses copines de classe allaient débarquer à Barcelone au moment du gâteau… Elle n’avait pas compris que les petites invitations que nous avions distribuées à l’école avant de partir étaient pour notre retour… Heureusement, le sourire est vite revenu sur son visage quand elle s’est retrouvée devant les bougies. Elle était si fière d’avoir 5 ans !

Elle m’a fait rire aussi quand elle a déclaré qu’elle était une grande fille maintenant mais que lundi, de retour à l’école elle voudrait quand même rester dans la classe des moyens ;-). Néanmoins, elle nous a prouvé qu’elle était devenue une « plus grande » fille car elle a sacrément bien marché dans Barcelone ! Pourtant, d’habitude, marcher en ville n’est pas du tout son truc (elle préfère 4h de rando au milieu de l’Australie ;-)).

***

Et mon anniversaire ? Comme toujours cela tombe pendant la fête des amoureux donc je ne suis pas fan d’aller au restaurant ce soir-là car c’est souvent l’arnaque côté « menu de la Saint Valentin » et tout le monde est là pour ça donc cela ne fait pas trop anniversaire pour moi… A la place, nous sommes allés au Spa et quel Spa ! C’est un ami qui m’avait donné l’adresse (Spa Aire, Paseo Picasso, 22, Barcelone) et nous n’avons pas été déçus ! Le cadre est superbe avec des lumières tamisées, des bains dans de jolies salles voûtées, une ambiance à la fois orientale et romaine je dirais et puis un personnel très pro… En tout cas c’était un beau cadeau ! (Et apparemment il y a un Spa Aire qui va ouvrir à Paris en 2018 : à surveiller !).

spa barcelone

Pour ceux qui me suivent sur Twitter, vous savez que je me demandais si on trouverait un bon pâtissier pour acheter nos gâteaux d’anniversaire à Barcelone car je n’ai jamais eu l’impression que la pâtisserie soit un point fort en Espagne. Et bien, nous avons trouvé une excellente adresse que je partage ici au cas où vous auriez besoin d’acheter un bon gâteau dans le quartier de la Sagrada (c’est notre hôte Airbnb qui m’a donné l’info) : Turro, Plaça de la Sagrada Família, 3, Barcelone. Peu de choix mais c’était délicieux (je recommande le gâteau au citron).

***

vue Barcelone

Voilà ! C’est ainsi que ma puce et moi avons pris une année de plus, fêtant encore une fois nos anniversaires à l’étranger. Nous avons bien profité de Barcelone en famille et donc je vous reparle très vite de nos aventures espagnoles avec les enfants. Bon week-end à tous !

***


Billet classé dans : Ma vie de maman

Ainsi s’achève l’année de notre Tour du Monde…

Clairement 2016 va rester une année mémorable dans l’histoire de notre petite famille. 2016 est l’année de notre Tour du Monde, ce grand voyage qui nous a tant apporté et tant rapprochés. En 2016, nous avons profité d’un interminable et merveilleux été, en commençant par l’Asie, puis l’Océanie avant de boucler par l’Amérique Latine. Mais ça ce n’était que le décor. Je ne le répèterai jamais assez : peu importe les destinations, c’est d’entreprendre et de vivre un tel grand voyage avec les enfants qui nous a empli de bonheur.

Après huit mois sur les routes, notre dernier trimestre a été consacré à notre réinstallation et ré-acclimatation. Et en cette fin d’année, je voulais partager avec vous quelques réflexions en vrac.

Autour du monde, le temps est passé trop vite…

Tout d’abord, je reçois souvent des messages de parents désireux de se lancer dans un tour du monde en famille et la question qui revient le plus souvent est si nous n’avons pas trouvé le temps trop long. Je peux vous assurer une chose : non seulement nos huit mois autour du Monde me donnent l’impression d’être passés à folle allure mais en plus, après seulement trois mois à Paris, j’ai l’impression que toutes nos aventures ont eu lieu il y a bien longtemps, il y a bien trop longtemps, presque dans une autre vie ! Alors, non, je ne m’inquièterais pas pour la durée d’un tour du monde en famille. Que vous partiez 4, 6, 8, 12 mois ou plus, dans tous les cas, je pense que vous comprendrez à quel point en tournant autour de notre planète vous allez hélas accélérer le temps, avec heureusement une grande consolation : le temps ainsi trop vite passé sera tout de même plus intense, d’une intensité incroyable qui vous comblera d’une grande richesse en terme d’expériences.

 

Ticoeur gardien de précieux détails et souvenirs de notre voyage…

Évidemment, étant donné l’âge de nos petits chéris, tout ce que nous avons vécu ne restera pas gravé indéfiniment dans leurs mémoires. Là encore, je me répète mais qu’importe ? Ce qu’ils ont vécu restera gravé en eux d’une autre façon, encore plus forte que via la mémoire. Ils sont ce qu’ils sont aussi grâce à ce voyage. Et ça ils le resteront. Mais, à court terme, celui qui a le plus de souvenirs précis de nos aventures c’est Ticoeur ! Il est capable de se rappeler des détails qui pour le coup ont complètement déserté nos mémoires d’adultes. Ainsi, vous pouvez lui demander où nous avons mangé une fondue pour la dernière fois (au bord du Mékong au Vietnam !) ; il peut vous dire la couleur du sable sur telle plage à Bali, le nom d’un hôtel, dans quel désert il a vu quel animal, ou encore la marque de notre camping-car. Il se souvient avec précision de notre itinéraire et peut dessiner les contours des pays que nous avons visités.

Les expériences plutôt que les jouets : deux enfants très raisonnables à Noël.

Avant de voyager je n’étais pas très matérialiste mais ce voyage m’a rendue encore plus sensible à l’inutilité de certaines choses. J’ai aimé de nombreux aspects de notre retour à Paris car notre Capitale est si belle et si active culturellement mais, au début, j’ai ressenti un vrai dégoût face aux nombreux magasins et face à toutes ces personnes chargées de sacs (après le choc des premières semaines, ça va mieux et j’ai même fait un peu de shopping !). Finalement, en trouvant le juste équilibre je survis ;-). Je vais donc vous épargner mes « nausées consuméristes » pour en venir au fait : j’ai été très touchée quand Ticoeur et Titpuce écrivant au Père-Noël n’ont émis que deux souhaits chacun alors que nous n’avions rien dit au départ. Nous avons osé lancer un « c’est tout ? » et leurs petites têtes ont acquiescé. Nous avons attendu plusieurs semaines avant d’envoyer la lettre au Père-Noël pour être certains qu’ils ne voudraient rien rajouter. Mais non rien. Alors nous leur avons dit qu’en plus de leurs souhaits, le Père-Noël leur apporterait quelques surprises car ils avaient été bien sages. Ticoeur a alors répondu « oui mais pas trop sinon, il n’y aura pas assez de jouets pour tous les enfants ! ». Une telle réponse était un beau cadeau en soi, non ? La magie de Noël opère même sans montagnes de jouets car la magie de Noël c’est aussi l’ambiance, le sapin, la famille et les journées à rire, s’amuser et inventer !

Pour la petite histoire, même si leur liste de souhaits était bien courte, ils y ont réfléchi pendant tout notre voyage ! Je ne compte pas toutes les fois, où nous les avons entendus parler de Noël lors de nos nombreux trajets. Bref, peu de souhaits mais des souhaits très réfléchis ! C’était trop chou leurs bavardages sur Noël et je pense essentiel, comme un repère.

Une maman pas très efficace en « post-production » ;-)…

Je m’étais dit qu’à notre retour :

  • J’écrirai des dizaines d’articles sur les endroits dont je ne vous ai pas encore parlé
  • Je monterai des dizaines de films avec les centaines d’heures de rush que j’ai filmés tout au long de notre voyage avec ma Go Pro,
  • Je sélectionnerai les plus beaux clichés et ferai imprimer un livre-photos de notre Tour du Monde. Pourquoi ne pas organiser une petite expo ?
  • Je mettrai  de l’ordre dans mes petites notes papier et publierai un livre…

Autant dire que j’avais un programme chargé pour le retour mais que je n’ai rien fait ! Ah si, j’ai créé une playlist des chansons qui ont marqué notre voyage… On dira que c’est un début…

Mais pourquoi n’ai-je pas avancé sur les autres projets ? Parce qu’il me semble que revivre de bons moments demande bien plus d’énergie que les vivre en direct. Donc une fois de plus, je vous invite à vivre au présent avec toute l’énergie que le présent nous offre généreusement. Ce que nous prévoyons de faire demain risque d’être remis au surlendemain ;-). Cela dit, je sais que le moment venu, c’est avec plaisir que je me replongerai dans nos photos, nos films et mes notes. Je vais juste me permettre d’attendre l’inspiration…

Quels projets voyages pour 2017 ?

Forcément, 2016 a mis la barre un peu haut mais nous profiterons de chaque occasion possible pour partir, même si ce n’est pas longtemps. L’essentiel sera de savourer chaque instant en famille, que ce soit en week-end ou pendant les vacances scolaires. Prochaine étape ? Barcelone, pour une semaine en février et j’ai bien hâte !

Joyeuses fêtes à tous et que de beaux voyages en famille viennent vous apporter tout le bonheur du Monde !


Billet classé dans : Ma vie de maman, Voyages avec enfants

Perdre ou gagner du poids en voyage

Un petit billet léger en ce dimanche soir, à quelques jours des fêtes et… des grands repas ! Un billet pour partager mes observations quant au gain ou perte de poids en voyage… Depuis toutes ces longues années de grandes escapades ou d’expériences de vie à l’étranger j’ai remarqué qu’il y avait clairement des régimes qui me réussissaient mieux que d’autres. Et finalement, en m’inspirant de ce qui a contribué à mon équilibre pendant mes aventures autour du monde, j’essaie de garder un poids de forme quand je suis à Paris même si dans notre cher pays il y a bien trop de tentations !

 Voyager, manger mieux et bouger…

Voici quelques règles qui ont toujours été vraies pour moi :

En Asie : atteinte de mon poids idéal en me régalant !

En Asie, j’ai toujours rapidement perdu les 3kg de trop que je traîne régulièrement en France mais le plus important c’est que je me suis toujours régalée et que je n’ai jamais ressenti les lourdeurs, ballonnements ou autres douleurs qui m’assaillent bien trop souvent en Europe. En Asie, ce qui me convient totalement et semble plaire à mes intestins c’est :

  • Beaucoup de riz blanc avec des légumes verts très variés.
  • De petits quantités de viande
  • Du poisson frais quand je suis en bord de mer
  • Pas de pain, pas de fromage
  • Pas de desserts tentants à mes yeux
  • Toujours de bons fruits frais

A chaque fois que j’arrive en Asie, au début je sors du restaurant en ayant faim car je trouve les portions assez petites. Avec mon chéri, on était bien contents de finir les plats des enfants au Vietnam et parfois on se commandait un plat supplémentaire à partager. Et finalement, au bout de 3 ou 4 jours on s’habitue et quand on revient à un régime occidentale on trouve qu’il y a trop de tout ! Après trois semaines ou plus de vacances en Asie, j’ai toujours perdu 3 kilos. Pendant la partie asiatique de notre tour du Monde, mon chéri a même perdu 7 kilos ! (Là c’était même trop mais il faut dire que c’est un gros mangeur habituellement). Bref, avec mes 3 kilos de moins, je me sens juste à mon poids idéal et donc je sais que tout séjour en Asie rimera avec bien-être intérieur ! Là fois où j’ai passé deux semaines au Japon j’ai même eu l’impression de manger bien plus que d’habitude tant j’adorais absolument tout et finalement, là encore j’ai perdu un peu de poids… Bref conclusion très personnelle mais pour moi l’Asie c’est gagnant !

J’exclus quand même l’Inde de mon bilan positif sur l’Asie car j’y ai été si malade que la perte de poids n’était pas saine du tout ! En plus, je ne suis pas très fan de leurs plats. Enfin, aux Philippines, j’ai trouvé la cuisine plus fade qu’ailleurs en Asie.

  Dans mon assiette à Bali 

Aux Etats-Unis, heureusement que je n’aime pas la junk food !

Les US sont connus pour la junk food et les records d’obésité donc j’avais très peur de ce que je pourrais y manger mais finalement cela a été très simple pour moi : comme je n’aime rien de toute cette junk food américaine, je ne risquais pas de succomber ! Finalement, en cuisinant moi-même viandes, pâtes et légumes et en mangeant dans de bons restaurants (et les bons restos ne manquent pas à New York ou Chicago où je vivais) et bien j’ai conservé mon poids (après plus d’un an là-bas !), voire perdu un peu car je ne pouvais plus manger de baguettes ni de fromages à tous les repas (le cheddar orange fluo ne me tentant pas du tout et les autres fromages étant chers). Donc les US, pour garder la ligne, ça va si on n’est pas fan de burgers, hotdogs, brunchs gargantuesques et buffets « all you can eat ».

En Amérique Latine : de grands contrastes selon les pays mais à part au Pérou, pas terrible pour la ligne !

J’ai vécu quelques mois à Cusco et je dois vous dire que j’ai découvert avec surprise que la cuisine péruvienne est excellente ! Mention spéciale pour le ceviche mais aussi pour toutes les soupes aux légumes et céréales. A Antigua au Guatemala, nous avons super bien mangé également. Par contre, au Mexique c’était trop de cuisine à base de maïs pour mon goût et puis j’ai subi une grosse intoxication alimentaire qui m’a valu une perte de 7 kilos et une semaine sans pouvoir marcher ! En Argentine, c’était bien trop de viande ; au Brésil, à part l’açaï je n’aimais quasi rien car trop de fritures ; enfin, je crois que j’ai rarement aussi mal mangé qu’à Cuba. Par contre, même quand je n’aimais pas la cuisine, je me suis toujours régalée de fruits dans tous les pays d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud.

En Australie et Nouvellle-Zélande : mieux vaut cuisiner…

Pour des raisons budgétaires nous avons voyagé en camping-car en Australie et en Nouvelle-Zélande et nous avons donc essentiellement mangé ce que nous cuisinions très simplement à l’arrière de notre camper van et je pense que ce n’est pas plus mal car il y a quand même des influences américaines qui pourraient être un peu dangereuses. Dans ces deux pays mes petits problèmes de digestion ont repris et je ressentais souvent des lourdeurs dans l’estomac. Les Fish & Chips y sont très très bons mais c’est pas la plus sain hélas…

En Afrique : pas beaucoup d’expériences mais de bonnes expériences !

Que ce soit dans le nord de l’Afrique (Maroc, Tunisie) ou lors de nos aventures un peu folles au Cameroun, nous avons toujours aimé la cuisine maison et les bons gros poissons frais. Aussi, à l’Ile Maurice c’est comme en Asie, un gros coup de cœur au niveau des papilles et un équilibre parfait pour moi ! Là encore, que de bons fruits et jus de fruits !

Dans mon verre à l’Ile Maurice : effet detox garanti !

Mes plus grosses prises de poids ? En Espagne et en Corse !

Le pire pour ma ligne a toujours été l’Espagne ! Pourtant je n’ai pas l’impression de manger tant que ça et j’ai l’habitude de consommer pas mal d’huile d’olive au quotidien donc je crois que l’aspect qui vraiment dérange mon métabolisme c’est le fait de manger tard, très très tard ! Quand je travaillais à Madrid la plupart du temps je déjeunais à 15h et je dînais vers 23h et malgré le peu de tapas que je commandais j’ai toujours pris trois bons kilos ! Exception : les Canaries. Le top du top ! Je me répète mais le régime de la mer c’est mon truc !

En Corse, alors même que nous avons souvent foulé les chemins de randonnées nous avons toujours pris du poids. Sans doute que le duo coppa et brocciu cela ne nous réussit pas, même après 6 heures de marche !

En Italie c’est régulièrement un kilo ou deux de plus sur la balance car primo, comme en France il y a trop de tentations (avec les glaces italiennes en plus !) et quand je vais dans la famille ça n’arrange pas les choses ;-).

En épousant un Allemand j’avais un peu peur des excès fromages et charcuteries qui ne me réussissent pas trop mais j’ai une belle-mère qui cuisine super bien et qui est comme moi fan de poissons donc j’échappe aux choucroutes et saucisses en tout genre (sauf de temps en temps au Bier Garten bien sûr ;-)).

En voyage : manger, bouger c’est plus évident !

Je viens de vous parler essentiellement des régimes alimentaires aux quatre coins du monde mais l’autre aspect qui influence beaucoup le poids en voyage c’est le fait de ne plus avoir une vie sédentaire. En voyage, on bouge plus, on marche beaucoup pour visiter chaque endroit et si en plus, comme nous vous aimez vous balader à vélo ou faire de la rando, cela devient vite sportif et ça fait du bien ! L’exception a été en Australie et en Nouvelle-Zélande où nous avons fait trop de route : nous avons senti le manque d’exercice et nous avons récupéré une partie du poids perdu en Asie. Bref, en voyage, il faut saisir l’opportunité de renouer avec l’exercice physique et redécouvrir le bien-être lié au mouvement.

Et quand je suis à Paris ?

Comme je vous le disais en introduction, j’ai appris de nos voyages, j’ai découvert des cuisines qui me faisaient du bien, j’ai aussi appris à « décrocher » d’aliments dont j’abusais un peu comme le fromage par exemple (et le vin, oups !). Voyage après voyage, j’aime de moins en moins le fromage (quelle rime !)… Je mange énormément de légumes et je suis moins fan de desserts avec le temps. J’ai l’impression de manger de mieux en mieux et d’avoir appris dans chaque pays au niveau des habitudes alimentaires. Une grande constante pour moi c’est de choisir des produits simples et frais. Très rarement des produits industrialisés. Par contre, en France je continue de craquer pour notre riche gastronomie et pour certains de ses plats déraisonnables mais je limite ces écarts à des sorties au restaurant. Et si mes goûts changent au fur et à mesure de mes voyages, il y a quand même deux essentiels qui restent encore des irremplaçables pour moi : une bonne baguette toute fraîche et du Champagne !

Quant au fait de bouger, vous connaissez mon secret : je ne me déplace qu’à vélo et malgré la pollution et les risques j’y trouve un équilibre énorme auquel je ne peux pas renoncer.

En résumé, même si je n’ai pas de problèmes de poids, je suis très sensible au bien-être intérieur et aux sensations que renvoie notre cher organisme, donc j’essaie de trouver le régime alimentaire qui me fait me sentir en forme, bien dans mon corps et bien dans ma tête ! Mon estomac réclame donc déjà… un prochain voyage en Asie !

Et vous ? En voyage : perte ou prise de poids ? Un régime alimentaire préféré ?

 

 

 


Billet classé dans : Ma vie de maman, Voyages sans enfant, Non classé

L’après Tour du Monde : mes 10 petits plaisirs du retour à Paris

Tout le monde le dit : positiver c’est essentiel. Je trouve important d’écrire ce que j’ai plaisir à retrouver dans notre Capitale depuis notre retour de Tour du Monde. A quoi ressemble « l’après Tour du Monde » et la vie à Paris ? Tout n’est pas rose, c’est vrai, il y a des aspects complexes, des questions que je me pose et des jours moins faciles que d’autres mais globalement le moral est là et surtout l’énergie. Je me sens d’ailleurs d’une énergie débordante, justement grâce à ces derniers mois passés en voyage autour du monde avec mes enfants. C’était une cure de petits et grands bonheurs. Mais le sujet du jour c’est le retour au quotidien à Paris, quotidien qui a aussi de très bons côtés. Voici donc ces plaisirs retrouvés :

De retour de Tour du Monde mes petits plaisirs parisiens sont :

1 / Traverser Paris à vélo : vous le savez tous, le vélo est depuis toujours mon moyen de transport privilégié. C’est vrai que nous avons pu faire du vélo en famille au Vietnam et en Birmanie mais pas dans les autres pays. A peine rentrée à Paris, je suis allée récupérer mon vélo chez la lectrice à qui je l’avais prêté et depuis je ne le quitte plus ! Avec le temps magnifique que nous avons depuis la rentrée chacun de mes trajets vélo à travers Paris est un vrai plaisir ! J’admire Notre-Dame, la Tour Eiffel, le charme des quais, le Louvre et tant d’autres merveilles architecturales. Oui, je porte un casque ; oui il faut faire attention mais quel bonheur comparé au métro que j’ai d’ailleurs réussi à ne pas prendre une seule fois depuis notre retour !

retour à Paris

2 / Profiter de l’été indien : la météo nous a vraiment fait un accueil d’exception pour notre retour de Tour du Monde. Après nos longs mois au soleil, personne ne peut dire que nous sommes retournés dans la grisaille ! Quel soleil ! Évidemment ça ne va pas durer mais j’absorbe chaque rayon, chaque jour, tant que ça dure… J’ai aimé m’asseoir longuement aux Tuileries en lisant un bon roman italien ou tout simplement juste sur notre balcon car c’est le gros changement pour nous : notre nouvel appartement contrairement à l’ancien a un balcon et ces quelques mètres carrés ouverts vers l’extérieur ça change la vie ! Je me suis tout de suite achetée une chaise longue pour y lire tranquillement.

3 / Aller au cinéma : une autre de mes grandes passions c’est le cinéma. En plus, il y a vraiment de belles salles de ciné dans la Capitale. Résilier ma carte UGC illimitée avant de partir avait été un moment très douloureux ;-). Dès notre retour j’ai repris mes sorties ciné, souvent toute seule mais ça me plaît, ce calme dans une grande salle de cinéma face à de bons films riches en émotions. Je recommande notamment Divines et aussi Frantz. Je vous en parlerai prochainement. Nous sommes également allés au ciné en famille pour voir Le monde de Dory, Zoomania et Peter et Elliot (j’ai trouvé les trois sympas mais pas de coup de cœur non plus).

4 / Planifier mes prochaines sorties théâtre. J’ai déjà une belle « wish list » de pièces à aller voir et je viens tout juste d’applaudir La Traviata au théâtre des Bouffes du Nord hier soir, une merveille ! D’ailleurs, c’était complet mais j’y suis allée quand même et j’ai réussi à acheter une place donc tentez votre chance ! C’est aussi ça Paris !

Lire la suite


Billet classé dans : Ma vie de maman

Être mère, ce voyage…

J’ai beau réalisé en ce moment-même un voyage extraordinaire autour du monde avec ma petite famille, je suis tout à fait consciente que je suis embarquée dans un voyage bien plus grand depuis la naissance de Ticoeur il y a presque 7 ans, depuis que je suis maman.

maman voyageEn Australie le mois dernier devant un superbe coucher du soleil en famille

 

Être mère est un grand voyage et au cas où vous auriez quelques doutes, voici des preuves qui ne manqueront pas de vous convaincre :

Début du voyage : la grossesse et les problèmes de réservation d’hébergement ;-).

J’étais enceinte de 3 semaines quand je l’ai appris et quelques jours plus tard j’appelais la maternité des Bluets à Paris où je souhaitais accoucher. Au téléphone, une douce voix m’a alors expliqué que c’était trop tard car tout était complet pour ma date théorique d’accouchement. Peut-être faudrait-il réserver avant d’être enceinte et annuler chaque mois jusqu’à ce qu’on le soit vraiment ? Ce souci pour avoir une place à la maternité m’a rappelé les réservations de locations pour l’été au soleil en bord de mer. Pour la côte d’Azur, la Corse et autres destinations prisées il vaut également mieux s’y prendre 9 mois en avance !

Les premiers mois de grossesse ou le mal continuel des transports ;-).

Pour chacune de mes grossesses, les 4 ou 5 premiers mois m’ont donné l’impression d’être à l’arrière d’un bus qui roule sur une route de montagne… Sauf que lorsque, petite, je me sentais mal dans le bus de la colo tout le monde voulait bien me céder une place au premier rang. Enceinte, j’étais bloquée dans un bus sans aucune place à l’avant !

Les derniers mois de grossesse ou le voyage pseudo-organisé 😉

A partir du 5iè mois j’avais l’impression de passer mon temps en organisation et préparation : médecins, sages-femmes, infirmières, on voit tout plein de « Gentils Organisateurs » souriants et rassurants… Très appliquée, la première fois j’avais assisté à toutes les séances de préparation à l’accouchement. Chaque semaine, un nouveau sujet a été abordé. J’ai eu l’impression que tout était rodé, organisé et que donc tout allait se dérouler comme prévu, selon le programme du voyage, avec quelques options… Sauf que pas du tout ! Ticoeur ne voulait pas sortir, déclenchement, césarienne : personne ne m’avait parlé de ces étapes possibles et fréquentes lors des nombreuses séances de préparation (et non j’ai toujours pas avalé la pilule !). Donc le voyage n’était pas si organisé que ça. Bref, c’était comme si j’avais potassé pendant des semaines un guide de voyage auquel il aurait manqué quelques chapitres !

Quand bébé est là : les « waouh » du voyage !

Etonnement, émerveillement, amour et bonheur : j’ai la chance de n’avoir fait aucun détour par le pays du baby blues. Chaque instant avec bébé était magique, chacun de ses gestes, chacune de ses respirations. C’est la phase « waouh » du voyage ! Quand on se dit que c’est mieux qu’on ne croyait, qu’on prend 100 photos par jour et qu’on proclame que c’est le plus beau voyage de notre vie.

maman voyageJuste après la naissance de Titpuce : notre voyage à l’île Maurice

Premiers mois de bébé : le problème du décalage horaire perpétuel ;-).

Très souvent je reçois des messages de lectrices qui me posent des questions sur la gestion du décalage horaire quand on voyage avec de jeunes enfants. Je leur fais alors part de mon expérience mais personnellement je n’ai jamais vu le décalage horaire comme un problème et encore moins comme un obstacle car finalement c’est une question d’un jour ou deux en début de voyage et au retour. Alors que nous, les mamans, on a vécu bien pire dans les premiers mois de bébé ! Quand bébé se réveille à n’importe quelle heure de la nuit pour réclamer du lait vous ne savez jamais s’il va vouloir dîner à l’heure de New York, de Tokyo ou de Bangkok mais ce ne sera certainement pas à l’heure de Paris ! Et puis ça changera tous les jours ! Un décalage horaire quotidien pendant des mois… Après ça, on peut survivre à tous les décalages horaires de la planète, non ?

Les enfants grandissent : le voyage vers l’inconnu.

Quand on voyage au long court, qu’on part pour un grand voyage, on ne peut pas tout organiser. C’est impossible et non souhaitable à mon avis. C’est pareil quand on est maman : j’avance au fur et à mesure, en découvrant de nouveaux chemins chaque jour, en traversant parfois des moments d’angoisse (semblables à ma peur de traverser le Pacifique) mais j’affronte mes inquiétudes de maman, je trouve des îles paradisiaques qui sont autant de moments de bonheur et j’essaie de traverser calmement les océans en me résonnant : la route est incertaine, les vents sont changeants, l’avenir est vaste et parfois angoissant mais tout va bien se passer.

Chères mamans du monde entier, remplissons nos valises !

Alors maintenant que nous, les mamans sommes embarquées dans ce grand voyage de la maternité, sans aucune assurance annulation, remplissons nos valises ! Oui, c’est vrai je dis toujours qu’il faut voyager léger, mais pour le Grand Voyage de la vie il faut remplir nos valises d’amour à en rendre folles toutes les compagnies aériennes !

Et notre tour du monde en famille dans tout ça ?

Je l’ai déjà dit de nombreuses fois : l’important ce n’est pas l’itinéraire ni les destinations, ni même le fait d’effectuer le Tour du Monde. Le voyage est un prétexte et une belle manière de profiter de mes enfants tous les jours, de m’offrir une parenthèse de 8 mois pendant laquelle je ne veux manquer aucune miette parce qu’à Paris tout va si vite, quand on travaille, quand on court, quand chacun vaque à ses occupations,… Il y a l’école, le bureau, les rendez-vous… Pendant 8 mois je voyage avec mes enfants, je savoure la magie de chaque coucher du soleil à leur côté et je sais que c’est un voyage dans le voyage, un voyage qui fait partie d’un voyage bien plus grand…

Bonne Fête des Mères à toutes les mamans et que le Voyage continue !


Billet classé dans : Ma vie de maman, Jours de fête