Préparation de notre voyage à Barcelone

Pour les vacances de février nous partirons à Barcelone en famille, avec les enfants mais aussi avec les grands-parents. Je connais bien Barcelone que j’ai pu découvrir en diverses occasions : week-ends en amoureux, voyage entre copines et séminaires d’entreprise. Mais j’avoue être ravie à l’idée de retourner dans cette ville que j’aime tant avec mes petits chéris. Ce sera un autre regard sur la ville, un autre rythme et de belles vacances j’en suis certaine.

  préparation voyage Barcelone   

Les endroits où nous pensons emmener Ticoeur et Titpuce :

  • MontJuic où nous irons en téléphérique et où nous ne manquerons pas le musée Miró car Ticoeur a découvert cet artiste le mois dernier avec sa maîtresse.
  • Le Marché de la Boqueria : toujours un plaisir pour les yeux et pour les papilles.
  • Parc Güell avec les sculptures folles de Gaudi qui intrigueront sans doute les enfants.
  • Parc de la Ciutadella : me semble adapté pour les jeunes enfants (zoo, barques, jeux, animations).
  • Le parc d’attraction Tibidabo : pour le coup, je ne connais pas. Quelqu’un le conseille ?

Barcelone en famille

parc guell Barcelone

Les endroits que nous avons beaucoup aimés mais où ne nous retournera pas forcément cette fois-ci avec les enfants :

  • Casa Batllo encore une architecture de Gaudi totalement incroyable !
  • Casa Mila : un peu moins fascinante je trouve mais très originale, avec une très belle vue sur les toits.
  • La Cathédrale, surtout pour le petit cloître très végétal et plein de charme.
  • Le Palau de la musica : très bel intérieur, avec un son épatant. L’idéal est d’y aller pour un concert.
  • Le quartier El Born et la jolie cathédrale Santa Maria del Mar : plein de restos, bars à tapas, super ambiance le soir.
  • Faire un tour en voilier dans la baie de Barcelone… magique !

Barcelone en famille

 

voyage à Barcelone

Enfin, tout bêtement, nous ne sommes jamais rentrés dans la Sagrada Familia donc cette fois-ci c’est au programme d’autant plus que l’appart que nous avons trouvé est juste à côté. Hâte de découvrir l’intérieur de cette folie de Gaudi !

week-end à Barcelone

***

Nos bonnes adresses à Barcelone :

  • El Rovell : dans le quartier El Born: C/Argentería, 6, Barcelona. T:+34 93 269 04 58 (faut souvent attendre pour pouvoir manger comme dans beaucoup de resto à Barcelone). Sans doute pas simple en famille.
  • La Fonda : immense resto de poissons au port olympique (y aller le midi, c’est rempli de familles locales).
  • Orio : pour manger des pintxos (tapas sur pics). Un resto dans la quartier Gothic (c/ Ferran, 38_08002 Barcelona) et un autre à El Born (Av. Francesc Cambó, 23 Barcelona).

Et bien sûr, nous espérons trouver d’autres adresses, notamment des restos kid friendly !

***

Que j’ai hâte de retourner à Barcelone, de montrer cette ville aux enfants et d’y fêter deux anniversaires : celui de ma puce et le mien. Mon chéri a réservé quelques endroits sympas pour marquer le coup dignement et en amoureux (mes beaux-parents garderont les enfants) le jour de mes….&@!?§… ans (on ne compte plus !).

Une constante de mes voyages à Barcelone c’est que j’y suis toujours allée en hiver et que j’y ai toujours trouvé un grand soleil donc j’espère que nous profiterons de la même météo dans trois semaines. Enfin, pour la première fois nous allons sortir de Barcelone quelques jours et explorer un peu les environs en voiture le long de la côte pendant que mes beaux-parents continueront les visites culturelles dans la capitale catalane.

***

Si vous êtes déjà allés à Barcelone avec de jeunes enfants je veux bien vos conseils en commentaires sur ce qui a plu ou pas à vos p’tits chéris !

 

 


Billet classé dans : Citytrip, Voyages avec enfants, Voyages sans enfant

Perdre ou gagner du poids en voyage

Un petit billet léger en ce dimanche soir, à quelques jours des fêtes et… des grands repas ! Un billet pour partager mes observations quant au gain ou perte de poids en voyage… Depuis toutes ces longues années de grandes escapades ou d’expériences de vie à l’étranger j’ai remarqué qu’il y avait clairement des régimes qui me réussissaient mieux que d’autres. Et finalement, en m’inspirant de ce qui a contribué à mon équilibre pendant mes aventures autour du monde, j’essaie de garder un poids de forme quand je suis à Paris même si dans notre cher pays il y a bien trop de tentations !

 Voyager, manger mieux et bouger…

Voici quelques règles qui ont toujours été vraies pour moi :

En Asie : atteinte de mon poids idéal en me régalant !

En Asie, j’ai toujours rapidement perdu les 3kg de trop que je traîne régulièrement en France mais le plus important c’est que je me suis toujours régalée et que je n’ai jamais ressenti les lourdeurs, ballonnements ou autres douleurs qui m’assaillent bien trop souvent en Europe. En Asie, ce qui me convient totalement et semble plaire à mes intestins c’est :

  • Beaucoup de riz blanc avec des légumes verts très variés.
  • De petits quantités de viande
  • Du poisson frais quand je suis en bord de mer
  • Pas de pain, pas de fromage
  • Pas de desserts tentants à mes yeux
  • Toujours de bons fruits frais

A chaque fois que j’arrive en Asie, au début je sors du restaurant en ayant faim car je trouve les portions assez petites. Avec mon chéri, on était bien contents de finir les plats des enfants au Vietnam et parfois on se commandait un plat supplémentaire à partager. Et finalement, au bout de 3 ou 4 jours on s’habitue et quand on revient à un régime occidentale on trouve qu’il y a trop de tout ! Après trois semaines ou plus de vacances en Asie, j’ai toujours perdu 3 kilos. Pendant la partie asiatique de notre tour du Monde, mon chéri a même perdu 7 kilos ! (Là c’était même trop mais il faut dire que c’est un gros mangeur habituellement). Bref, avec mes 3 kilos de moins, je me sens juste à mon poids idéal et donc je sais que tout séjour en Asie rimera avec bien-être intérieur ! Là fois où j’ai passé deux semaines au Japon j’ai même eu l’impression de manger bien plus que d’habitude tant j’adorais absolument tout et finalement, là encore j’ai perdu un peu de poids… Bref conclusion très personnelle mais pour moi l’Asie c’est gagnant !

J’exclus quand même l’Inde de mon bilan positif sur l’Asie car j’y ai été si malade que la perte de poids n’était pas saine du tout ! En plus, je ne suis pas très fan de leurs plats. Enfin, aux Philippines, j’ai trouvé la cuisine plus fade qu’ailleurs en Asie.

  Dans mon assiette à Bali 

Aux Etats-Unis, heureusement que je n’aime pas la junk food !

Les US sont connus pour la junk food et les records d’obésité donc j’avais très peur de ce que je pourrais y manger mais finalement cela a été très simple pour moi : comme je n’aime rien de toute cette junk food américaine, je ne risquais pas de succomber ! Finalement, en cuisinant moi-même viandes, pâtes et légumes et en mangeant dans de bons restaurants (et les bons restos ne manquent pas à New York ou Chicago où je vivais) et bien j’ai conservé mon poids (après plus d’un an là-bas !), voire perdu un peu car je ne pouvais plus manger de baguettes ni de fromages à tous les repas (le cheddar orange fluo ne me tentant pas du tout et les autres fromages étant chers). Donc les US, pour garder la ligne, ça va si on n’est pas fan de burgers, hotdogs, brunchs gargantuesques et buffets « all you can eat ».

En Amérique Latine : de grands contrastes selon les pays mais à part au Pérou, pas terrible pour la ligne !

J’ai vécu quelques mois à Cusco et je dois vous dire que j’ai découvert avec surprise que la cuisine péruvienne est excellente ! Mention spéciale pour le ceviche mais aussi pour toutes les soupes aux légumes et céréales. A Antigua au Guatemala, nous avons super bien mangé également. Par contre, au Mexique c’était trop de cuisine à base de maïs pour mon goût et puis j’ai subi une grosse intoxication alimentaire qui m’a valu une perte de 7 kilos et une semaine sans pouvoir marcher ! En Argentine, c’était bien trop de viande ; au Brésil, à part l’açaï je n’aimais quasi rien car trop de fritures ; enfin, je crois que j’ai rarement aussi mal mangé qu’à Cuba. Par contre, même quand je n’aimais pas la cuisine, je me suis toujours régalée de fruits dans tous les pays d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud.

En Australie et Nouvellle-Zélande : mieux vaut cuisiner…

Pour des raisons budgétaires nous avons voyagé en camping-car en Australie et en Nouvelle-Zélande et nous avons donc essentiellement mangé ce que nous cuisinions très simplement à l’arrière de notre camper van et je pense que ce n’est pas plus mal car il y a quand même des influences américaines qui pourraient être un peu dangereuses. Dans ces deux pays mes petits problèmes de digestion ont repris et je ressentais souvent des lourdeurs dans l’estomac. Les Fish & Chips y sont très très bons mais c’est pas la plus sain hélas…

En Afrique : pas beaucoup d’expériences mais de bonnes expériences !

Que ce soit dans le nord de l’Afrique (Maroc, Tunisie) ou lors de nos aventures un peu folles au Cameroun, nous avons toujours aimé la cuisine maison et les bons gros poissons frais. Aussi, à l’Ile Maurice c’est comme en Asie, un gros coup de cœur au niveau des papilles et un équilibre parfait pour moi ! Là encore, que de bons fruits et jus de fruits !

Dans mon verre à l’Ile Maurice : effet detox garanti !

Mes plus grosses prises de poids ? En Espagne et en Corse !

Le pire pour ma ligne a toujours été l’Espagne ! Pourtant je n’ai pas l’impression de manger tant que ça et j’ai l’habitude de consommer pas mal d’huile d’olive au quotidien donc je crois que l’aspect qui vraiment dérange mon métabolisme c’est le fait de manger tard, très très tard ! Quand je travaillais à Madrid la plupart du temps je déjeunais à 15h et je dînais vers 23h et malgré le peu de tapas que je commandais j’ai toujours pris trois bons kilos ! Exception : les Canaries. Le top du top ! Je me répète mais le régime de la mer c’est mon truc !

En Corse, alors même que nous avons souvent foulé les chemins de randonnées nous avons toujours pris du poids. Sans doute que le duo coppa et brocciu cela ne nous réussit pas, même après 6 heures de marche !

En Italie c’est régulièrement un kilo ou deux de plus sur la balance car primo, comme en France il y a trop de tentations (avec les glaces italiennes en plus !) et quand je vais dans la famille ça n’arrange pas les choses ;-).

En épousant un Allemand j’avais un peu peur des excès fromages et charcuteries qui ne me réussissent pas trop mais j’ai une belle-mère qui cuisine super bien et qui est comme moi fan de poissons donc j’échappe aux choucroutes et saucisses en tout genre (sauf de temps en temps au Bier Garten bien sûr ;-)).

En voyage : manger, bouger c’est plus évident !

Je viens de vous parler essentiellement des régimes alimentaires aux quatre coins du monde mais l’autre aspect qui influence beaucoup le poids en voyage c’est le fait de ne plus avoir une vie sédentaire. En voyage, on bouge plus, on marche beaucoup pour visiter chaque endroit et si en plus, comme nous vous aimez vous balader à vélo ou faire de la rando, cela devient vite sportif et ça fait du bien ! L’exception a été en Australie et en Nouvelle-Zélande où nous avons fait trop de route : nous avons senti le manque d’exercice et nous avons récupéré une partie du poids perdu en Asie. Bref, en voyage, il faut saisir l’opportunité de renouer avec l’exercice physique et redécouvrir le bien-être lié au mouvement.

Et quand je suis à Paris ?

Comme je vous le disais en introduction, j’ai appris de nos voyages, j’ai découvert des cuisines qui me faisaient du bien, j’ai aussi appris à « décrocher » d’aliments dont j’abusais un peu comme le fromage par exemple (et le vin, oups !). Voyage après voyage, j’aime de moins en moins le fromage (quelle rime !)… Je mange énormément de légumes et je suis moins fan de desserts avec le temps. J’ai l’impression de manger de mieux en mieux et d’avoir appris dans chaque pays au niveau des habitudes alimentaires. Une grande constante pour moi c’est de choisir des produits simples et frais. Très rarement des produits industrialisés. Par contre, en France je continue de craquer pour notre riche gastronomie et pour certains de ses plats déraisonnables mais je limite ces écarts à des sorties au restaurant. Et si mes goûts changent au fur et à mesure de mes voyages, il y a quand même deux essentiels qui restent encore des irremplaçables pour moi : une bonne baguette toute fraîche et du Champagne !

Quant au fait de bouger, vous connaissez mon secret : je ne me déplace qu’à vélo et malgré la pollution et les risques j’y trouve un équilibre énorme auquel je ne peux pas renoncer.

En résumé, même si je n’ai pas de problèmes de poids, je suis très sensible au bien-être intérieur et aux sensations que renvoie notre cher organisme, donc j’essaie de trouver le régime alimentaire qui me fait me sentir en forme, bien dans mon corps et bien dans ma tête ! Mon estomac réclame donc déjà… un prochain voyage en Asie !

Et vous ? En voyage : perte ou prise de poids ? Un régime alimentaire préféré ?

 

 

 


Billet classé dans : Ma vie de maman, Voyages sans enfant, Non classé

Vérone sous le signe de l’amour.

J’imagine que pour tout le monde Vérone évoque l’amour puisque Vérone est la ville des célèbres amants Roméo et Juliette dont l’histoire si passionnellement dramatique est le symbole d’un amour éternel ou d’un amour impossible, à vous de décider. Dans tous les cas, depuis que Shakespeare a repris cette légende (ou peut-être histoire vraie) qui existait déjà dans la littérature italienne et dans les récits du Moyen-Age, le monde entier a le cœur gonflé de poésie quand il pense à ces deux jeunes-gens et donc quand il pense à Vérone. Je ne déroge pas à la règle. Ainsi, si Venise est clairement la ville des amoureux ; Vérone est la ville des deux amoureux les plus inspirants, les plus parfaits, les plus absolus. Et maintenant que je suis allée à Vérone, je peux vous dire que la ville vit clairement sous le signe de l’amour mais pour bien d’autres raisons que Roméo et Juliette et j’espère vous le montrer à travers quelques photos et impressions.

visiter Vérone

Comment me suis-je retrouvée à Vérone ? Et bien, souvenez-vous que j’étais allée rendre visite à mes cousins près de Bologne début novembre. Or, un matin, mon cousin me fait la surprise de dire qu’on part à Vérone parce que je commence à avoir bien exploré la zone autour de Bologne et qu’il FAUT voir Vérone ! Alors on a changé de région, on a quitté l’Emilie-Romagne et en 1h30 de voiture nous avons atteint Vérone en Vénétie. Ah oui, parce que comme Venise sa grande sœur, Vérone est en Vénétie… Il y a vraiment quelque chose avec l’amour dans ce coin d’Italie ! J’en profite pour bien expliquer que Vérone est une petite ville. Il ne faut pas la comparer à Venise à part pour son ambiance chargée d’amour. A Venise, il vous faudra rester quatre jours minimum. A Vérone, une escapade à la journée permet de déjà réaliser un bon tour de la ville.

***

En arrivant à Vérone je suis tout de suite tombée sous le charme de son architecture. On commence par traverser l’immense Piazza Brà où se trouve le théâtre et déjà on passe devant un grand cœur. J’inscris mentalement sur ma to-do list : « aller voir un opéra dans l’arène de Vérone un soir en été »…

visiter Vérone

visiter Vérone

Puis on déambule à travers de très jolies ruelles. C’est si calme car encore une fois, comme souvent en Italie, le centre est interdit aux voitures et croyez-moi ça change la vie ! La Piazza delle Erbe est superbe, c’est la plus ancienne de la ville et elle a un charme fou !

visiter Vérone

Pour le déjeuner nous nous sommes posés à la Trattoria al Pompiere (Vicolo Regina d’Ungheria 5, Vérone) : c’était excellent. Je vous recommande cette adresse !

Juste après, nous sommes passés par la Piazza dei Signori, le Palazzo di Cansignorio et le Palazzo del Comune avec sa Torre dei Lamberti (la prochaine fois il faut que j’y monte pour la vue).

visiter Vérone

visiter Vérone

visiter Vérone

visiter Vérone

En suivant quelques touristes on se retrouve sous le pseudo balcon de Roméo & Juliette. Sans nul doute, l’endroit est charmant et la scène du balcon aurait pu y prendre place. La statut de Juliette est touchante également. Par contre, les touristes sont vraiment étranges car pour rendre hommage à ce « temple de l’amour » ils collent leur chewing-gums sur les murs !!! Et pire (oui c’est possible !), les hommes se prennent en selfies en touchant la poitrine de Juliette ! Moi je mettrais un panneau : interdit aux chewing-gums imprégnés de votre grossière salive et interdit aux grossiers goujats qui touchent et abîment la sculpture de Juliette. Vous croyez quoi les gars ? Que ça va vous rendre romantiques ? Je crois que ça commence mal pour vous ! D’après mon cousin, heureusement que nous étions en novembre car parfois il y a une queue impressionnante pour atteindre le balcon… Bref, vous l’aurez compris : passer par-là est anecdotique et vous trouverez plus d’amour dans tous les autres coins de Vérone. Petite parenthèse : il paraît que Shakespeare n’est jamais allé en Italie alors chapeau bas à ce grand homme pour avoir réussi à traduire l’âme de Vérone dans ses textes.

visiter Vérone

Juliette à Vérone

visiter Vérone

Nous avons marché jusqu’au Castelvecchio où nous avons traversé le Ponte Scaligero au-dessus du fleuve Adige…

visiter Vérone

visiter Vérone

visiter Vérone

 

Vérone romantique

Puis nous avons continué la balade vers la Basilique di San Zeno Maggiore puis vers l’église Sant’Anastasia avant d’atteindre le Ponte Pietra où les vues sur l’Adige sont absolument romantiques.

Vérone ville de l'amour

Enfin, les rayons du soleil sont devenus plus bas, plus cuivrés. Il était temps de quitter Vérone en me promettant d’y retourner avec mon chéri. Et en repassant sous le porche qui marque l’entrée de la vieille ville, il n’y avait qu’une seule question qui volait au-dessus de nos têtes : To love or not to love, that is the question ! 😉

visiter Vérone

Et vous ? Amoureux de Vérone ?

 


Billet classé dans : Voyages sans enfant

Souvenirs de Los Angeles

Je suis allée à Los Angeles au début des années 90. J’avais 17 ans et c’était mon premier voyage lointain. Il s’agissait d’un roadtrip dans l’ouest américain, pendant trois semaines avec tout un groupe d’adolescents envoyés par les parents pour progresser en anglais mais davantage motivés par la découverte d’endroits mythiques ;-). A Los Angeles, nous sommes restés trois jours avec au programme les grands classiques.

Mes visites à Los Angeles :

Une balade sur Hollywood Boulevard où se trouvent les étoiles des célébrités, une journée à Venice Beach avec son ambiance décalée et artistique, un passage à Beverly Hills où nous avons pu voir de loin des villas de millionnaires et enfin, pause photo obligée pour immortaliser les lettres d’Hollywood sur la colline. J’ai également passé une journée à Universal Studios Hollywood où j’avais été particulièrement impressionnée par l’attraction « Backdraft » car on se retrouve dans une pièce qui prend feu !!! Le dernier soir, au sommet d’un des gratte-ciel de Los Angeles j’ai bu ma première Pina Colada que notre guide-animateur nous a offert avec le budget qu’il restait avant notre retour à Paris (elle est belle la jeunesse !).

losangeleswikiLos Angeles – Source Photo : Wikipedia

phil_collins_starwikiHollywood Boulevard – Crédit Photo : mbtrama (CC Attribution 2.0)

hollywood_signwikimediaLa Colline d’Hollywood – Photo libre de droits

venice_beach_los_angelesVenice Beach – Crédit Photo : Sidvics (CC attribution 3.0)

Depuis les années 90 je sais que Los Angeles a bien changé avec notamment un grand développement du centre ville qui était déserté à l’époque. Est-ce que je reconnaîtrais encore la ville 20 ans après ?

***

JEU-CONCOURS : gagner un voyage pour 2 à LOS ANGELES

Si certains sont curieux de découvrir la Cité des Anges, Air Tahiti Nui propose une ligne Paris -> Los Angeles (en vol direct jusqu’à 7 fois par semaine). Jusqu’au 11 décembre, Bourse Des Vols et Air Tahiti Nui  organisent un concours pour vous permettre de gagner des billets d’avion pour 2 personnes en participant à leur jeu « Voyage et Cinéma » !

screen-shot-2016-11-27-at-20-01-16

***

Au-delà de mon séjour à Los Angeles, ce que j’avais adoré c’est tout ce que nous avons pu voir dans le coin (au sens large !) en trois semaines de roadtrip : San Francisco, le Grand Canyon, Las Vegas, Death Valley, Yosemite Park et la côte jusqu’à Santa Barbara en suivant la Route One. Un voyage riche en émotions et en anecdotes. Je pourrais vous raconter par exemple :

  • Comment j’ai dû remonter du Grand Canyon de nuit, sans lampe torche…
  • Comment je suis tombée dans une cascade à Yosemite Park…
  • Comment nous nous sommes perdus dans le désert où nous avons dû passer la nuit dans les voitures…
  • Comment j’ai gagné à un jeu dans un casino à Las Vegas alors que je n’avais pas l’âge pour jouer ;-)…

Et comme vous le savez, toutes ces aventures ne m’ont pas dissuadée de voyager ;-)…

Et vous ? Connaissez-vous Los Angeles ?

***

(Ce billet est rémunéré par le partenaire proposant le concours / rendez-vous sur la page du jeu pour tous les détails).


Billet classé dans : Voyages sans enfant

Mon escapade à Bologne

Début novembre, sur un coup de tête je suis partie retrouver mes cousins près de Bologne dans le nord de l’Italie. J’ai ainsi revu cette ville que j’aime beaucoup et qui mérite qu’on lui consacre un week-end, trois jours ou même une semaine si vous explorez les environs. Bologne est une ville qui offre énormément au voyageur : une belle architecture, un grand centre piétonnier, de majestueuses arcades, un voyage dans l’histoire et une ambiance étudiante très conviviale, sans oublier les délicieuses spécialités gastronomiques !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sans les enfants et sans mon chéri j’ai donc arpenté les rues de Bologne en commençant par les anciennes ruelles où se trouvent les commerces de bouche, autour de la Via Pescherie Vecchie : mortadelle, parmesan, jambon de Parme (on est juste à côté !) et tortellini (les pâtes de Bologne) ont la part belle dans les vitrines. On a envie de tout acheter et de tout goûter ! Vous ne mangerez plus de mortadelle bas de gamme après ça ;-).

visiter Bologne

visiter Bologne

Rentrer dans toutes ces délicieuses boutiques m’a ouvert l’appétit et ça tombait bien car sur la Piazza Maggiore, face au Duomo j’avais donné rendez-vous à une célèbre blogueuse italienne qui parle aussi de voyages avec enfants (Bimbi i viaggi). Nous avions beaucoup de choses à nous raconter entre deux cuillères de délicieuses pâtes fraîches maison. (Remarque : en ce moment la fontaine de Neptune située à l’entrée de la Piazza Maggiore est en travaux).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après le déjeuner, j’ai continué vers une place que j’aime beaucoup (Santo Stefano) avec ses églises, son couvent et ses terrasses de café.

visiter Bologne

Non loin se dressent les deux célèbres tours de Bologne (Asinelli et Garisenda). Cette fois-ci je ne suis pas montée au sommet de la tour Asinelli car nous l’avions fait la dernière fois avec les enfants mais si vous découvrez Bologne pour la première fois il ne faut surtout pas manquer la vue depuis là-haut.

Bologne Italie

visiter Bologne

  Bologne Italie

On poursuit la balade : direction la via dell’Archiginnasio pour apprécier l’élégance des ses anciennes arcades. Puis je suis rentrée dans le Palais de l’Archiginnasio, bâtiment de la Renaissance où se trouvait le siège de l’université de Bologne. A propos d’université, la plus ancienne d’Europe est née au Moyen-Age à Bologne justement. Aujourd’hui encore, Bologne est clairement une ville universitaire.

visiter Bologne

Via Piella j’ai fait un passage obligé devant la « fenêtre » qui donne sur les anciens canaux de Bologne. Par contre, il n’y avait pas d’eau car il n’avait pas plu depuis longtemps. La photo est plus jolie avec de l’eau. Je vous laisse imaginer…

visiter Bologne

J’ai également profité de mon escapade à Bologne pour visiter la Pinacoteca Nazionale di Bologna avec ses œuvres classiques de peinture italienne. Vous y verrez des tableaux de Raffaello, Perugino, Giorgio Vasari, Bartolomeo Cesi, …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

***

Avec mes cousins, nous nous sommes baladés dans les ruelles de l’ancien ghetto juif, quartier fort animé en soirée… C’est l’endroit idéal pour dénicher une petite trattoria. Au passage, je précise que parler de « spaghettis à la Bolognaise » fait rire les locaux…  Car on ne dit pas « à la bolognaise » mais « al ragù », c’est-à-dire « au ragoût » , sous-entendu de viande et tomates. Les pâtes associées à cette célèbre recette sont les tagliatelle et non les spaghetti ! Bref, si vous ne souhaitez pas passer pour un touriste vous demanderez des tagliatelle al ragù et non des spaghettis à la bolognaise !

***

Informations Pratiques sur Bologne :

Comment s’y rendre ? Depuis Paris c’est 1h40 d’avion. J’avais pris des billets low costs à 20€ l’aller-retour !

Combien de temps prévoir à Bologne ? Je dirais que 3 jours c’est très bien si vous vous limitez à Bologne. Vous pourrez tout découvrir à pied. Son centre est piéton, c’est si reposant ! D’ailleurs, je déconseille de s’aventurer dans la ville en voiture car c’est très compliqué : il y a pas mal de zones à trafic limité. Si vous avez plus de temps, je vous conseille de prévoir une bonne semaine pour visiter d’autres villes d’Emilie-Romagne : Ferrara, Parme et Modène doivent impérativement faire partie de votre itinéraire ! Et si vous souhaitez louer une voiture pendant votre périple à Bologne, vous pouvez par exemple regarder sur AlloVoyages. En famille, je recommande clairement la voiture (comme nous l’avions fait il y a deux ans). Seul ou à deux, le train est très pratique depuis Bologne (cette fois-ci, en solo, je me suis déplacée en train).

Restaurant : Osteria dell’ Orsa,Via Mentana, 1, Bologne. Une trattoria fréquentée par les étudiants. Ambiance locale et petits prix garantis. C’est le QG de mon cousin ;-).

Hébergement : si vous connaissez de bonnes adresses à Bologne, n’hésitez pas à partager vos bons plans en commentaires. Personnellement, je logeais à Reggio d’Emilie où habite un de mes cousins. C’est une jolie petite ville située à 40 minutes de Bologne, petite vile que je vous invite à découvrir si vous passez plus de temps dans la région.

Avec ou sans enfants ? Bologne et toute la région d’Emilie-Romagne sont totalement adaptées à un voyage avec enfants. Je vous laisse relire mes billets sur notre semaine en Emilie-Romagne il y a deux ans, avec Ticoeur (5 ans) et Titpuce (2 ans). Cette année, j’ai laissé les enfants et mon chéri à la maison car c’était début novembre et donc il y avait école. Et puis, de temps en temps, c’est bien quand maman s’échappe un peu, non ? 😉

visiter Bologne

visiter Bologne

visiter Bologne

Bologne Italie

Et vous ? Vous connaissez Bologne ? Envie d’y aller ?

 

* Ce billet contient un lien partenaire.


Billet classé dans : Citytrip, Voyages avec enfants, Voyages sans enfant