en voilier à Corfou

Notre semaine en voilier du côté de Corfou

La passion pour la voile c’est Papa Voyage. Il est skipper à ses heures perdues. Il a pris beaucoup de cours de voile depuis le plus jeune âge et si je l’avais écouté, on aurait fait notre tour du monde en voilier ! Sauf que moi je n’ai pas trop le pied marin, ni l’expérience pour ce genre d’aventure alors on se contente de louer un voilier de temps en temps. Avant d’avoir des enfants, nous avons navigué le long des côtes en Croatie et, avec enfant, nous avons réalisé un  tour de l’île d’Elbe avec Ticoeur. Par contre, depuis la naissance de Titpuce nous n’avions pas renouvelé l’expérience car on trouvait que les enfants étaient trop petits. Début juillet, nous nous sommes lancés et nous avons choisi la mer ionienne pour naviguer et nous avons loué un voilier à Corfou, en Grèce. Pourquoi avons-nous choisi Corfou ?

  • Nous avons aimé notre dernier voyage en Grèce (l’ambiance, les gens, le poisson et le budget !).
  • J’étais déjà allée à Corfou avec une amie il y a longtemps et j’avais de bons souvenirs de cette île côté paysages (île très verte même en été).
  • Papa Voyage a beaucoup navigué le long de la Croatie donc là finalement c’était dans le prolongement, donc même style de navigation.
  • Nous avions pensé aux Cyclades mais le fameux meltem (vent local) peut être violent et difficile à gérer quand on n’a pas l’habitude, alors avec des enfants, bof, bof… mieux vaut y aller si vous prenez aussi les services d’un skipper qui connaît très bien le coin.
  • Corfou est bien connectée à Paris et à Stuttgart, or comme les grands-parents allemands venaient avec nous, c’était important.

en voilier à Corfou

Notre itinéraire en voilier sur la mer ionienne à partir de Corfou :

J1 : On récupère notre voilier à la marina de Gouvia (à 15 min de taxi de l’aéroport de Corfou). Départ vers le sud. Vent faible. Nuit au mouillage à Petriti. Super resto de poissons : Limnopoula Fish Taverne.

J2 : Direction le sud – déjeuner au niveau des îlots près de Mourtos – baignade – nuit au mouillage à Parga. Super resto : Villa Rossa.

J3 : Direction Paxos – Déjeuner et baignade près de l’îlot Nicolaos – Nuit dans le port de Gaïos. Resto : La Vista.

J4 : Direction Antipaxos – très belles falaises et grottes devant nos yeux. Nuit au mouillage à Lakka. Resto : Paxoimida.

J5 : Baignade à Orkos beach (très beau). Cap sur le continent, vers Syveta. Baignade à End Bay. Nuit dans le port de Syveta. Resto : Blue cost.

J6 : Direction le nord – on cible Kassiopi – il y a beaucoup de vent – notre foc se déchire ! J’ai bien stressée ! Super resto : Chez Kami.

J7 : Direction Kouloura avec uniquement la grand voile (donc trois fois plus lentement), puis retour à Gouvia et nuit au port.

Après avoir rendu le voilier, nous avons passé deux jours dans la ville de Corfou, avec le mal de terre !

itinéraire voile corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

        en voilier à Corfou  en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Et les enfants sur le voilier c’est comment ?

  • Sécurité : la règle était stricte – les enfants avaient toujours leur gilet de sauvetage sur eux sauf en cabine (et même en cabine si forte houle et vent fort). Sur le pont, Ticoeur et Titpuce restaient dans le carré ; pas de balade sur les côtés ou à l’avant du bateau.
  • Ticoeur a adoré les pauses, pas tant pour les baignades (il n’aime toujours pas quand il n’a pas pieds même s’il sait nager…) mais pour pêcher. Et il a pêché quasi tous nos déjeuners ! J’étais impressionnée ! Titpuce, elle a toujours besoin des brassards pour nager (un jour, on y arrivera !). Dans tous les cas, nous faisions nos pauses déjeuner et baignades dans des zones vraiment paradisiques avec de l’eau limpide couleur turquoise et émeraude… le top ! Nous avions une petite échelle pour descendre dans l’eau. Et il y avait toujours quelqu’un qui restait à bord bien sûr…
  • Les petits moussaillons : ils ont aimé tenir la barre (surtout Ticoeur) mais ça les lasse au bout d’un certain temps. Ils ont aimé apprendre les différents noeuds marins. Ticoeur m’a appris pas mal de vocabulaire sur la navigation grâce à son séjour en classe de mer et aussi parce qu’il a adoré feuilleter le livre des Glénans (la bible de la voile). Il lit et retient tout ce qui lui passe sous les yeux !
  • Ils n’ont absolument pas eu le mal de mer (alors qu’ils sont facilement malades en voiture) même quand il y avait pas mal de houle et que donc je leur avais dit de rester dans la cabine.
  • Sur le pont, les enfants ont pu jouer à des jeux de société quand il y avait peu de vent (tous les matins) ou écouter Omi qui leur racontait des histoires en allemand. Ticoeur a aussi raconté pas mal d’histoires et de blagues : un vrai moulin à paroles !
  • Vers 18h nous débarquions dans un petit port ou dans une crique au mouillage et nous avons toujours dîné au restaurant (nous avions un petit dinghy pour rejoindre la côte). Mmm les calamars frits ! Les enfants adorent ça et nous aussi !
  • Les enfants ont très bien dormi mais nous avons sacrément souffert des moustiques : nous avions un anti-moustique bio qui fonctionne un peu mais la prochaine fois je prends l’anti-moustique spécial tropiques !
  • Avec deux jeunes enfants je recommande qu’il y ait au minimum deux personnes qui assurent en voilier. Pour nous, c’était Papa Voyage et Opa. Et au total c’était vraiment bien qu’il y ait 4 adultes pour 2 enfants. Je ne partirais pas avec moins d’adultes tant que les enfants sont jeunes.
  • Un moment magique ? Nous étions tous fous comme des enfants quand nous avons croisé des dauphins au large d’Antipaxos ! Quelle belle rencontre !
  • Si c’était à refaire ? Et bien je pense qu’un catamaran c’est encore plus rassurant et plus adapté à une croisière bateau avec enfants. Papa Voyage est un puriste et préfère naviguer en voilier. C’est sans doute mieux pour les sensations mais en tant que maman flippée je trouve que le catamaran c’est plus tranquille : bateau plus stable, bel espace habitable et pas le stress de la quille… Bref, pour un premier essai, et avec des enfants, je conseillerais un catamaran. Si la prochaine fois on loue un cata, je vous ferai un article comparatif voilier versus catamaran.

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Remarques sur notre voilier et sur la navigation en mer ionienne :

  • Nous avons beaucoup aimé le modèle de notre bateau : un Bavaria Cruiser 37.
  • Par contre, nous avons eu une mauvaise surprise : le foc s’est complètement déchiré quand le vent est monté à Beaufort 4. Ce n’est pas normal. Le loueur n’avait pas assez bien entretenu sa voile et nous, nous n’avions pas pris le temps d’inspecter la voile de près. Cela nous servira de leçon pour la prochaine fois ! Heureusement il n’a pas essayé de nous faire payer quelque chose. Il connaissait l’état de sa voile. Je ne vous donnerai donc pas les coordonnées de notre petit loueur indépendant, trop petit finalement… il y a de grandes compagnies de location bien établies dans le coin qui ont donc plus d’expériences et de moyens pour entretenir les bateaux.
  • Côté vent : tous les jours se ressemblaient : vent faible le matin venant du sud ; puis calme plat à midi et beau vent venant du nord l’après-midi. Nous avons dû utiliser le moteur par moment, surtout en fin de matinée, en direction d’une crique pour le déjeuner.
  • Les paysages étaient très beaux, tout particulièrement autour de Paxos et Antipaxos (deux ilôts situés au sud de Corfou). Nous nous arrêtions tantôt côté Corfou, tantôt côté Grèce continentale.
  • Il y avait beaucoup de monde et beaucoup de bateaux, avec des ports plutôt petits donc il faut gérer les approches avec beaucoup d’attention. Nous avions trouvé que c’était plus simple en Croatie. Pour Corfou, il vaut mieux cibler juin ou septembre si vous le pouvez.

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Bref, on en a pris plein les yeux, la mer était superbe, la voile nous a offert de beaux moments de liberté, on s’est régalé côté poissons, on a passé une merveilleuse semaine en famille et… on est resté très vigilant par rapport à la mer et au vent !

Et vous ? Tentés par un voyage en voilier ?

Quand mes enfants se passionnent pour le snorkeling…

Je ne vous ai pas encore parlé d’un fait historique de haute importante : nos enfants se sont mis au snorkeling ! C’est arrivé soudain, lors de notre voyage à Bali et cela nous a bien étonnés. Du coup, je voulais partager avec vous cette expérience du snorkeling en famille et connaître également votre expérience en la matière. A partir de quel âge un enfant est-il prêt pour le snorkeling ? Utiliser un masque et un tuba, est-ce instinctif chez tous les enfants ? Faut-il savoir nager pour faire du snorkeling ? En tout cas, Ticoeur et Titpuce étaient si peu à l’aise dans l’eau que nous ne pensions pas un instant que le snorkeling puisse être une activité pour eux ! Et pourtant !

Rappel du contexte natation-piscine dans la famille : 

  • Titpuce, 4 ans : elle qui était si à l’aise aux bébés-nageurs quand elle avait quelques mois, elle a développé au fil des ans une peur de plus en plus grande pour l’eau. Depuis un an elle ne voulait pas d’eau au-dessus de sa cheville ! La pataugeoire ou rien ! Je l’ai pourtant emmenée à la piscine régulièrement mais sans succès.
  • Ticoeur, 6 ans : il a toujours eu peur de l’eau mais il s’applique avec beaucoup de motivation pour apprendre à nager. L’été dernier il a pris quelques cours et techniquement il fait très bien les mouvements de brasse ; il aurait pu se lancer… Sauf que, sans la ceinture, il perd confiance en lui et ne veut plus essayer. Si on insiste, il a les larmes aux yeux. Sa grande peur, comme beaucoup d’enfants qui ont du mal à apprendre à nager : mettre la tête sous l’eau.
  • L’hérédité dans tout ça ? J’ai mis beaucoup de temps à savoir nager et j’avais très peur de l’eau à cause d’un horrible maître-nageur qui avait décidé que la meilleure méthode pour m’apprendre à nager était de me jeter au milieu du grand bassin ! J’ai cru mourir ! J’étais au CP. C’était mon premier cours de natation. Quant à mon chéri, c’est un excellent nageur et il a toujours été à l’aise dans l’eau. Il a même pratiqué la natation en compétition quand il était petit. Bref, soit Ticoeur et Titpuce ont hérité de mes gênes soit cela n’a rien à voir avec la génétique ;-).

Le snorkeling, nouvelle passion de mes enfants, depuis notre passage à Bali !

Première étape de l’apprentissage : une petite piscine.

Comme je vous l’ai expliqué en décrivant notre itinéraire à Bali nous avions prévu une étape snorkeling dans le nord-ouest de l’île où se trouve la réserve naturelle de Pulau Menjangan. La veille de notre journée snorkeling, on profite de la piscine de l’hôtel et le personnel propose un masque et un tuba aux enfants pour qu’ils s’amusent. On accepte par politesse mais on se dit que Ticoeur et Titpuce ne vont pas en faire grand chose… On avait tort ! C’est qu’ils sont curieux les petits ! Ils nous demandent une démonstration, puis ils souhaitent mettre eux aussi leur masque et tuba… Jusque là ça les fait bien rire. Je me dis que ça va s’arrêter là car ils ne voudront jamais mettre la tête sous l’eau… Mais si ! Ticoeur se lance ! Comme il a pied dans le petit bassin de la piscine, il peut juste marcher, donc il n’a pas peur et respirer avec un tuba est tout de suite une évidence pour lui ce qui m’étonne tant j’ai pu voir d’adultes débutants galérer pour comprendre qu’il faut « juste » respirer ;-). Autre grande surprise : après une demi-heure d’observation de son grand-frère, Titpuce fait pareil et réussit elle aussi à utiliser le masque et tuba du premier coup !

Si je résume les clefs de cette « réussite » pour l’apprentissage du snorkeling :

  • Une petite piscine qui met en confiance (l’enfant a pied).
  • Un instinct pour l’utilisation du masque et tuba (est-ce le cas pour tous les enfants ??)
  • Le pouvoir de l’imitation 😉

Deuxième étape de l’apprentissage : le snorkeling en mer !

Le lendemain, nous partons en excursion snorkeling pour la journée (de 9h à 15h avec une mise à l’eau le matin et une autre l’après-midi). Titpuce a tout de suite prévenu qu’elle ne se baignerait pas dans la mer. C’est trop profond. Nous n’insistons pas. Ticoeur lui est motivé car il est rassuré par le gilet de sauvetage et qu’il sait donc très bien nager la brasse avec cette sécurité. Au moment de se mettre à l’eau il est finalement trop impressionné. Il veut savoir s’il y a des requins, des poissons dangereux et nous demande comment c’est sous l’eau. Cette peur de l’inconnu le pétrifie et il préfère rester sur l’île avec Titpuce, tranquillement dans un hamac. Je lève régulièrement la tête pour expliquer à Ticoeur ce que je vois et je crois que je lui donne envie. Il faut dire que l’endroit est paradisiaque : il y a des poissons et des coraux de toutes les couleurs. Les enfants peuvent d’ailleurs voir certains poissons depuis la plage tant l’eau est claire. Au bout de 30 minutes Ticoeur veut venir avec nous. Il nage avec son papa qui le guide doucement en lui tenant un bras. Il est émerveillé ! Une passion est née ! Pendant la pause déjeuner il ne parle que des poissons que nous avons vus ! Il veut tout savoir et ça me rappelle la première fois que j’ai fait de la plongée – bon, moi j’avais 25 ans et ce n’était qu’au Vieux-Port à Marseille ;-). L’après-midi, Ticoeur fait aussi une partie du snorkeling avec nous puis se repose sur le bateau : je crois que ça lui a pris pas mal d’énergie ce premier snorkeling ! Mais il est super fier de lui et il a trouvé ça « trop beau » !
IMG_0100

Des conseils pour le snorkeling en mer :

  • Avoir fait un essai à la piscine avant
  • Nager avec un adulte à ses côté
  • Avoir un gilet de sauvetage (même si l’enfant sait nager)
  • C’est plus simple si l’eau est chaude 😉
  • Mettre un T-shirt et de la crème solaire car sinon on brûle vite (c’est vrai pour les parents aussi !)
  • Ne pas faire de séances trop longues : Ticoeur était épuisé après 30 minutes avec nous. A noter qu’il ne voulait absolument pas mettre de palmes, ce qui est plus fatiguant évidemment.
  • Voir de jolis poissons ça motive !
  • Apprendre le nom des poissons rencontrés, les revoir dans un livre après le snorkeling et noter leurs noms dans un cahier (ça c’est pour l’école en voyage ;-)).

Le snorkeling : une solution pour apprendre à nager ?

Je pose la question car il s’est produit un miracle pour Ticoeur : quand nous sommes revenus à l’hôtel après la sortie snorkeling, il a voulu continuer à s’amuser avec masque et tuba dans la piscine et soudain, il s’est mis à nager, VRAIMENT, sans gilet de sauvetage, sans bouée, juste parce qu’avec la tête sous l’eau la position était idéale et donc tout a naturellement bien fonctionné. Il n’en revenait pas lui même ! C’est vrai qu’on m’a toujours dit qu’un enfant qui mettait sa tête sous l’eau avait plus de chance d’apprendre à nager rapidement que les enfants qui ont peur d’aller sous l’eau mais je n’avais pas pensé au masque et tuba comme solution ! Après, ce n’est pas non plus une solution idéale car il reste une étape : savoir nager sans rien de rien. Disons que le masque et tuba auront aidé Ticoeur à avoir confiance en lui. A présent il sait qu’il sait nager ! La suite une prochaine fois !

En tout cas, Ticoeur et Titpuce ont fait de grands progrès à Bali ! Je suis ravie que mes petits chéris aiment le snorkeling ! Cela promet de futures belles sorties en mer en famille !

Et si vos enfants ne sont pas encore prêts pour le snorkeling ?

Il n’y a sans doute pas d’âge précis pour débuter le snorkeling. Cela doit dépendre de l’enfant. Je dirais qu’il faut attendre le déclic et ne pas forcer. En attendant, pour profiter de la vie sous-marine nous avons testé plusieurs options :

  • Le bateau à fond de verre : nous avons eu une belle expérience de sortie en mer avec Ticoeur et Titpuce à l’Ile Maurice. Le bateau à fond de verre est une solution adaptée aux familles.
  • Le snorkeling à tour de rôle : on a souvent opté pour cette solution. « Papa Voyage » regarde sous l’eau pendant que je reste sur le bateau avec les enfants puis on inverse. Quand les eaux sont claires les enfants peuvent même voir pas mal de poissons depuis le bateau. Nous avions testé cette option en Malaisie.
  • Quand l’endroit est sans risque, les deux parents peuvent aller dans l’eau avec l’enfant dans une bouée. Nous l’avons fait quelques fois avec Ticoeur quand il était tout petit et que nous avions une bouée spéciale bébé (qui empêche l’enfant de passer au travers !!). Par exemple, nous avons testé cette option dans les Calanques à Cassis (nous avions pied), à l’Ile d’Elbe et en Corse.

Cette découverte du snorkeling en famille fait ainsi partie des moments magiques de notre Tour du Monde. La prochaine fois que nous aurons l’occasion de retourner sous l’eau je pense que ce sera sur Ilha Grande au Brésil au mois de juin. J’espère que le snorkeling ça ne s’oublie pas !?

Et chez vous ? Est-ce que vos enfants aiment le snorkeling ? A quel âge ont-ils appris ? Savaient-ils nager ?

Notre croisière sur le canal Nantes-Brest #2

Je continue le récit de notre week-end en famille sur le canal de Nantes à Brest. Je vous avais raconté la première partie de notre itinéraire en vous donnant tous les détails de la vie à bord avec les enfants. Aujourd’hui, je continue le journal de notre croisière…

Dimanche : nous nous réveillons à Montertelot et après le petit-déjeuner, nous partons vers le village médiéval de Malestroit où nous souhaitons nous balader puis déjeuner. En route, nous passons bien sûr quelques écluses ; certaines sont particulièrement bien fleuries. Le canal est très paisible, très vert. Reposant.

passage d'écluse

Notre accostons au port de Malestroit. La météo est juste parfaite. Nous installons donc le parasol sur la terrasse…

Suite de l’article

Notre croisière sur le canal Nantes-Brest avec les enfants #1

Début mai, nous sommes partis en Bretagne (oui encore ! Une région dont je ne me lasse pas !) pour parcourir une petite portion du canal qui va de Nantes à Brest. La croisière sur les canaux nous connaissons bien. Nous avions déjà testé en Bourgogne. Cette fois-ci, nous avons été invités par Locaboat  pour vivre la version bretonne à partir de la base de Saint-Martin-sur-Oust (c’est à 20 km de Redon).

canal Nantes Brest

 

Un grand merci à Don, le chef de base qui nous a donné de précieux conseils sur l’itinéraire et les endroits à ne pas manquer. Voici donc les détails de notre croisière à bord de notre bateau qui s’appelait Guenrouet :

Vendredi 14h : on récupère le bateau, le linge, les brochures, etc. Don nous explique le fonctionnement du bateau et fait un tour rapide avec nous. « Rapide » car mon mari maîtrise mais je vous rassure, si c’est votre première fois, le chef de base vous donne toutes les informations nécessaires pour une bonne navigation et pour le passage des écluses. On décide de partir directement, direction le village de La Gacilly. Nous y arrivons après 2h30 de navigation. La moitié du trajet est sur le canal Nantes-Brest et l’autre moitié sur une petite rivière. Les enfants visitent le bateau puis viennent sur le pont avec nous. Ticoeur prend même la barre avec son papa. Titpuce pose un tas de questions « mais maman, pourquoi le canard il passe par là . » ;-). Bref, nous arrivons à La Gacilly. Ce nom vous dit peut-être quelque chose : c’est le fief d’Yves Rocher. Si vous n’êtes pas fan de cosmétiques, je vous rassure La Gacilly vous séduira quand même : village est très fleuri, avec de vieilles bâtisses en pierre aux volets colorés ; il y a de nombreux artisans à découvrir (boutique de nougats, de macarons, de couteaux, de céramiques, etc.). Après notre tour du village, nous faisons les courses pour les prochains jours car nous comptons manger à bord (grandes salades composées le midi et pâtes le soir). La personne de la supérette nous propose gentiment de nous livrer en voiture jusqu’au bateau pour que nous ne soyons pas trop chargés entre les enfants et les sacs. On ne refuse pas ! Pour notre premier soir, nous décidons de dîner dans une crêperie parce qu’on ne peut pas aller en Bretagne sans manger de crêpes quand même !

croisière fluviale

bateau

île aux Pies

 

passage d'écluse

La Gacilly

 

le port de La Gacilly

 

bateau Locaboat

croisiere fluviale

au port de La Gacilly

Suite de l’article

La Norvège de fjord en fjord

Et, non, je n’ai toujours pas fini de vous parler de notre voyage en Norvège avec les enfants ! Après vous avoir donné les détails logistiques, vous avoir montré la plus belle rando (celle au Preikestolen !) et après vous avoir emmené à Stavanger puis à Bergen, il me reste à vous présenter tous les jolis fjords que nous avons découverts. Pour commencer, savez-vous ce qu’est un fjord ?

« Un fjord est une vallée érodée par un glacier avançant de la montagne à la mer, qui a été envahie par la mer depuis la retraite de la glace ». (source Wikipedia)

Je tenais à préciser la définition car personnellement, je croyais savoir ce qu’était un fjord mais en réalité, je n’avais pas compris le lien étroit qu’il y avait entre ce paysage magnifique et les glaciers. Bref, sans glacier, pas de fjord. Et comme vous avez pu le voir sur les photos dans mes précédents articles, nous avons effectivement pu croiser de nombreux glaciers lors de notre séjour en Norvège.

Maintenant, voici un petit tour d’horizon des 5 fjords que nous avons visités. Tous magnifiques, tous différents. Je vous les montre dans l’ordre où nous les avons vus :

Le Lysefjord, où se trouve le Preikestolen…

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Eidfjord

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Le Naerofjord : ne manquez pas la vue depuis l’hôtel Stalheim…

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Le Lustrafjord, avec sa couleur émeraude : notre coup de cœur ! Ne le ratez surtout pas !

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Le Geiranger fjord, le plus touristique car les grands bateaux de croisière s’y arrêtent…

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Pourquoi est-ce que les enfants aiment les fjords ?

Ticoeur et Titpuce ont semblé apprécier notre séjour dans les fjords car ils ont aimé :

  • les balades en bateaux
  • partir à la pêche (même si nous sommes toujours rentrés bredouilles !)
  • les pique-niques au bord de l’eau
  • les courtes balades sur les sentiers autour des fjords (ah, les rencontres avec les moutons et les chèvres !)
  • le trempage des pieds dans l’eau (l’eau était très froide mais ça ne semblait pas les gêner !!)
  • les hébergements en cabanes ou en tente au bord de l’eau.

La Norvège de fjord en fjord

La Norvège de fjord en fjord

Alors ? Attirés par la Norvège et la région des fjords ? (Pas pour cet hiver bien sûr !!)