En bateau

C’est « Papa Voyage » qui m’a embarquée dans les aventures en voilier ! Skipper passionné, il essaie de nous transmettre son amour pour la mer et la navigation. En version plus accessible, nous avons également testé les balades en péniches sur les canaux de France !

Articles à ne pas manquer :

Notre tour de Corfou en voilier avec les enfants et grands-parents.

Le tour de l’Ile d’Elbe en voilier avec bébé.

Le canal Nantes-Brest en famille.

Articles dans cette catégorie :

La Croatie en voilier et en famille au large de Zadar

Voici le récit de notre semaine en voilier dans les îles Kornati et autres îles situées au large de Zadar, en Dalmatie, dans la moitié nord de la Croatie. Si vous demandez à Titcoeur et Titpuce quel a été leur meilleur souvenir de vacances, ils vous citeront sans hésiter notre croisière en voilier ! Parce qu’ils ont hérité de cette passion de « Papa Voyage », parce qu’ils font beaucoup de voile dans notre coin d’Angleterre, parce que nous avons eu des conditions de navigation incroyables ainsi qu’une météo de rêve (28 degrés dans l’air et dans l’eau) et aussi parce qu’un de mes amis du lycée et son fils (de l’âge de Titpuce) sont venus de Paris pour vivre cette aventure marine avec nous ! Bref, c’était parfait ! Du vent, du soleil et des amis !

Si passer une semaine en voilier en famille est un projet qui vous tenterait bien mais que vous n’osez pas franchir le pas, j’espère que cet article pourra vous éclairer et vous faire découvrir cette belle manière de voyager… au gré des vents et des flots… Voici donc, sous forme de questions-réponses des informations sur notre épopée !

         

Pourquoi avoir choisi la Croatie pour notre voyage en voilier ?

La Croatie, c’est la zone de confort de « Papa Voyage ». C’est le pays où il a le plus navigué dans le passé, avec ses amis et ses parents. Nos premières vacances ensemble c’était d’ailleurs une semaine en voilier en Croatie du côté de Krk. C’était alors la triple épreuve du feu pour moi : premières vacances avec « Papa Voyage », première fois que j’allais sur un voilier et premières vacances avec ma belle-famille ! Oui, « Papa Voyage » y est allé très fort, dans le genre : « ça passe ou ça casse ! »… Pas de suspens : j’ai survécu :-).

Ensuite, de manière générale, la côte adriatique est plus simple que d’autres zones de la Méditerranée (comme par exemple les Cyclades où le Meltem peut rendre les navigations très complexes). Toujours sur la côte adriatique, nous avons également testé il y a trois ans avec les enfants une semaine en voilier à Corfou (on recommande tout autant que la Croatie !).

Quel itinéraire en voilier à partir de Zadar ? A la découverte des Kornati et autres îles…

L’itinéraire ne peut pas vraiment s’anticiper. Nous savions que nous voulions voir les célèbres îles Kornati (archipel de 150 petites îles !) pour leurs paysages lunaires mais ne savions pas d’avance où nous irions car en voilier, il faut s’adapter ! L’itinéraire dépend notamment de la direction du vent et de la force du vent. Le premier matin, par rapport à la direction du vent, nous avons choisi un sens de navigation : nous avons tourné dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par mettre le cap au sud, puis en remontant via les Kornati et en rebouclant sur Zadar à la fin. Evidemment, le vent peut complètement tourner mais il fallait au moins choisir un sens. Puis, par rapport à la force du vent, nous choisissions les étapes. Nous avons eu beaucoup de chance : le Bora a soufflé toute la semaine autour de Beaufort 5 avec des pointes à Beaufort 6 en début de semaine (à 6 moi, je ne suis plus trop à l’aise mais le reste de l’équipage a adoré !). Cela nous a permis de faire de belles traversées ! Voici ce qu’a donné notre itinéraire :

Jour 1 : check-in à la marina de Sukošan (à quelques kilomètres au sud de Zadar). Nuit à la marina.

Jour 2 : Navigation vers l’île de Murter au sud – nuit à la marina de Murter.

en voilier avec enfants

location voilier croatie

Jour 3 : Navigation vers Žut – nuit au mouillage sur une bouée (c’est plus simple et plus rassurant que jeter l’ancre)

Jour 4 : Navigation dans les Kornati (penser à acheter le ticket du parc national la veille ! (Nous avons été contrôlés) – nuit sur une bouée dans le parc national.

Ile Kornati

Iles Kornati en voilier

iles croates en voilier

la croatie en voilier

Jour 5 : Navigation dans les Kornati ; puis, on atteint un autre parc national, celui de Telašćica sur l’île de Dugi Otok (là encore, il faut acheter les billets du parc national la veille). Nous mettons pieds à terre pour randonner vers le lac intérieur et vers les superbes points de vue sur les îles. Nuit sur une bouée du parc national.

 

Jour 6 : On longe les falaises, sur la face ouest de Dugi Otok, puis on boucle au nord de l’île et on rejoint le port du village de Zverinak. Chouette ambiance locale et bon enfant dans ce petit village croate. Nuit au port.

iles croates

Jour 7 : navigation vers le sud pour rejoindre Zadar et la marina de Sukošan (check-out en fin de journée).

A noter, que nous avons utilisé l’appli Navily qui aide à choisir un spot pour s’arrêter car, pour les criques répertoriées, on peut voir le type de fond, l’équipement en bouées (ou pas), la protection au vent, etc… En gros, dès qu’on a choisi une île pour faire une halte, on regarde Navily pour avoir plus d’infos… Evidemment, on juge aussi visuellement en arrivant…

 

Organisation d’une journée type en voilier :

Au réveil, on profite d’un premier plouf ; puis, au petit-déjeuner, on consulte la météo marine (capitainerie locale + l’appli Windy sur le téléphone). On décide d’un spot à atteindre pour le déjeuner. En route, on participe tous sur le bateau, à tour de rôle et selon les envies de chacun. Parfois, Titpuce aimait juste s’asseoir et lire pendant la navigation.

Ticoeur était souvent à la barre :

A midi, on fait une longue pause pour manger, nager, faire du snorkeling, pêcher (quand c’est autorisé), sortir le paddle board, etc…

Il y avait une forte probabilité de voir des dauphins mais on n’en a pas vu ! Par contre, nous avons fait une rencontre incroyable avec une grosse tortue marine qui a repris sa respiration à quelques mètres de notre voilier ! C’était magique ! Je ne vous promets pas de voir des tortues ! C’était une grande chance ! Mais vraiment, vous devriez croiser des dauphins.

Au niveau des bouées des parc nationaux, il y a des pêcheurs ou marchands de fruits et légumes qui passent parfois. Notre stratégie c’était d’avoir assez de provisions pour être 100% autonomes sur le bateau mais d’acheter des produits frais quand l’occasion se présentait (petite épicerie de village au port ou bateaux de marchands ambulants). Côté resto, un seul soir (le sixième jour), nous avons commandé un grand plateau de poissons et fruits de mer au restaurant sur le port et nous l’avons mangé sur notre voilier. Et du côté de notre propre pêche ? Nous avons réussi à faire un repas un midi après une bonne pêche. Les autres jours, soit c’était en zone d’interdiction de pêcher (dans les parcs nationaux) soit nous n’y arrivions pas. Mais bon, les enfants ont quand même eu la fierté de pêcher un repas !     

Comment ça se passe pour louer un voilier ? Faut-il un permis ?

Je commence par le cas le plus simple : vous pouvez louer un voilier avec un skipper. C’est évidemment plus cher (voir la rubrique budget) mais cela vous permet de passer des vacances en voilier même si vous n’avez aucune expérience. Le skipper pourra vous faire participer et vous apprendre quelques bases de navigation donc c’est intéressant pour toute la famille je trouve.

« Papa Voyage » est notre skipper. Ado, il a suivi une formation de voile à l’île d’Elbe (genre la version allemande de l’école des Glénans). Il a un diplôme de voile qui est reconnu par les loueurs. Il a également, le permis bateau qui est un permis obligatoire quand il y a un moteur à bord (et il y a toujours un moteur sur les grands voiliers de location). Si vous avez passé le permis de bateau, vous savez qu’il s’agit de cours théoriques et pratiques. La pratique n’est réalisée que sur un bateau à moteur donc si vous n’avez que le permis bateau et aucune expérience en voile, vous ne pouvez pas (et ne voulez pas) louer un voilier. S’occuper des voiles ne s’improvise pas… En France, je crois qu’il n’y a pas de permis officiel de voile. Dans ce cas, le loueur de voilier, vous demandera la liste de vos expériences en voilier (log book). Certains m’ont dit qu’il suffirait de mentir…! Franchement, ce serait une dangereuse idée de s’embarquer sur un voilier si on n’a aucune expérience des bateaux à voile. Aussi, vous avez peut-être fait du dériveur mais un gros bateau à quille, c’est différent… Enfin, le permis radio est également obligatoire et permet de savoir utiliser la radio de bord pour demande de l’aide par exemple… En résumé, être skipper ne s’improvise pas mais cela ne vous empêche pas de passer des vacances en famille en voilier si vous prenez ce service en plus auprès de votre loueur.

itineraire voilier en croatie

Notre semaine de voile en Croatie : quel bateau et quel budget ?

Cette fois-ci, nous avons loué un Dufour 382 (environ 11 mètres de long) : c’est un beau bateau. On le recommande. Il était très sympa à naviguer. Côté habitacle, il est parfait pour 6 personnes car il y a 3 cabines et deux petites salles de bain. Nous avons donc partagé la location avec nos amis. Si vous n’êtes que 4 à bord, vous pouvez prendre plus petit et donc c’est moins cher. Budget pour une semaine sur le Dufour 382 : 2200€ (pour nous 6). Nous avons toujours loué des voiliers de cette taille, dans ces prix-là, que ce soit en Croatie ou en Grèce (en France et en Italie on a payé un peu plus cher, mais pas beaucoup plus). Pour faire baisser le budget considérablement, vous pouvez louer hors saison ou aux vacances scolaires de la Toussaint par exemple. Attention : si vous préférez un catamaran plutôt qu’un voilier à quille, alors c’est à peu près le double du prix. Un catamaran c’est très confortable côté habitable mais « Papa Voyage » et les enfants préfèrent qu’un bateau gîte (sinon c’est pas drôle !). Aussi, les catamarans ont du mal à remonter au vent donc ils ne sortent pas toujours les voiles et utilisent plus souvent le moteur ce qui perd de son charme (avancer en silence grâce aux voiles c’est ça la magie… !) et ça coûte cher en essence.

Si vous devez rajouter un budget skipper, c’est un supplément de 100 à 150€ par jour. Enfin, selon vos choix pour la nuit, il faut rajouter un budget emplacement : au mouillage c’est gratuit, sur une bouée c’est gratuit ou quelques euros, dans un petit port on a payé environ 30€ la nuit mais dans une grande marina (comme à Murter par exemple) c’est 70€. On essaie toujours d’éviter les marinas pour ne pas avoir de voisins et on préfère les cadres plus sauvages et plus intimes mais parfois, il n’y a pas le choix, notamment, le soir où nous sommes allés à Murter c’était par sécurité car le vent était trop fort cette nuit-là. A noter que dans la marina de départ et d’arrivée vous ne payez pas l’emplacement car c’est inclus dans le prix de la location.

Quelque soit le bateau, je vous conseille de vérifier qu’il est équipé d’un propulseur d’étrave : cela facilite énormément les manœuvres au port.

Les deux petits détails qui nous ont moins plu sur le Dufour 382 (mais vraiment ce sont des détails) : primo, le foc était auto-vireur… donc c’est moins de travail. Or, les enfants aiment bien s’occuper du foc. Secundo, la plateforme et l’échelle pour descendre se baigner sont vraiment petites et étroites (c’est pas bien grave mais sur les Bavarias ou les Oceanis on avait toujours eu de belles grandes plateformes et des échelles plus confortables).

Pour trouver un bateau, j’utilise des plateformes qui sont comme un « Airbnb » pour bateaux :  Click & Boat, Sam Boat ou Dream Yacht Charter. Je regarde aussi sur Google Maps en tapant « loueur voilier ». Dans tous les cas,  je regarde les notes et je lis tous les avis, puis j’échange avec le loueur par mail et souvent également par téléphone pour avoir un bon feeling, je pose des questions, du type : « est-ce que les voiles ont été changées récemment ? » (depuis notre mésaventure à Corfou !).

Voici le lien vers le loueur que nous avons choisi : Asta-Yachting. Ils étaient sérieux, professionnels et les bateaux sont bien entretenus. Ils peuvent vous proposer des skippers.

J’espère que je vous ai donné envie de tenter des vacances en voilier ! N’hésitez pas si vous avez des questions ! La prochaine fois, je vous parlerai de la charmante ville de Zadar !

voilier croatie

Une semaine de voile en Croatie du côté de Krk

Pour nous, Croatie rime avec vacances en voilier ! C’est un pays idéal pour les amoureux de voile ! La mer Adriatique est réputée pour ses côtes et pour la facilité de navigation (relativement du moins car la mer peut toujours surprendre !). Tout particulièrement en Croatie, les marinas sont très bien équipées et les locations de bateaux sont abordables. Voici le récit de notre semaine en voilier dans la région de Riejeka, plus précisément dans le golfe du Kvarner où se trouvent notamment les îles de Krk, Cres, Lošinj et Rab. Ce voyage en voilier dans le nord de la Croatie a une importance toute particulière pour moi car c’était mon tout premier voyage avec « Papa Voyage » dans les premiers mois où nous étions ensemble. Passer une semaine sur un bateau est un excellent test pour un couple ! Surtout quand… les futurs beaux-parents, beau-frère et belle-sœur sont à bord !! Alors, je vous emmène avec nous dans cette aventure familiale et marine ?

voilier croatie

Itinéraire de notre semaine en voilier à partir de Krk :

Suite de l’article

en voilier à Corfou

Notre semaine en voilier du côté de Corfou

La passion pour la voile c’est Papa Voyage. Il est skipper à ses heures perdues. Il a pris beaucoup de cours de voile depuis le plus jeune âge et si je l’avais écouté, on aurait fait notre tour du monde en voilier ! Sauf que moi je n’ai pas trop le pied marin, ni l’expérience pour ce genre d’aventure alors on se contente de louer un voilier de temps en temps. Avant d’avoir des enfants, nous avons navigué le long des côtes en Croatie et, avec enfant, nous avons réalisé un  tour de l’île d’Elbe avec Ticoeur. Par contre, depuis la naissance de Titpuce nous n’avions pas renouvelé l’expérience car on trouvait que les enfants étaient trop petits. Début juillet, nous nous sommes lancés et nous avons choisi la mer ionienne pour naviguer et nous avons loué un voilier à Corfou, en Grèce. Pourquoi avons-nous choisi Corfou ?

  • Nous avons aimé notre dernier voyage en famille en Grèce (l’ambiance, les gens, le poisson et le budget !).
  • J’étais déjà allée à Corfou avec une amie il y a longtemps et j’avais de bons souvenirs de cette île côté paysages (île très verte même en été).
  • Papa Voyage a beaucoup navigué le long de la Croatie donc là finalement c’était dans le prolongement, donc même style de navigation.
  • Nous avions pensé aux Cyclades mais le fameux meltem (vent local) peut être violent et difficile à gérer quand on n’a pas l’habitude, alors avec des enfants, bof, bof… mieux vaut y aller si vous prenez aussi les services d’un skipper qui connaît très bien le coin.
  • Corfou est bien connectée à Paris et à Stuttgart, or comme les grands-parents allemands venaient avec nous, c’était important.

en voilier à Corfou

Notre itinéraire en voilier sur la mer ionienne à partir de Corfou :

Suite de l’article

Quand mes enfants se passionnent pour le snorkeling…

Je ne vous ai pas encore parlé d’un fait historique de haute importante : nos enfants se sont mis au snorkeling ! C’est arrivé soudain, lors de notre voyage à Bali et cela nous a bien étonnés. Du coup, je voulais partager avec vous cette expérience du snorkeling en famille et connaître également votre expérience en la matière. A partir de quel âge un enfant est-il prêt pour le snorkeling ? Utiliser un masque et un tuba, est-ce instinctif chez tous les enfants ? Faut-il savoir nager pour faire du snorkeling ? En tout cas, Ticoeur et Titpuce étaient si peu à l’aise dans l’eau que nous ne pensions pas un instant que le snorkeling puisse être une activité pour eux ! Et pourtant !

Rappel du contexte natation-piscine dans la famille : 

  • Titpuce, 4 ans : elle qui était si à l’aise aux bébés-nageurs quand elle avait quelques mois, elle a développé au fil des ans une peur de plus en plus grande pour l’eau. Depuis un an elle ne voulait pas d’eau au-dessus de sa cheville ! La pataugeoire ou rien ! Je l’ai pourtant emmenée à la piscine régulièrement mais sans succès.
  • Ticoeur, 6 ans : il a toujours eu peur de l’eau mais il s’applique avec beaucoup de motivation pour apprendre à nager. L’été dernier il a pris quelques cours et techniquement il fait très bien les mouvements de brasse ; il aurait pu se lancer… Sauf que, sans la ceinture, il perd confiance en lui et ne veut plus essayer. Si on insiste, il a les larmes aux yeux. Sa grande peur, comme beaucoup d’enfants qui ont du mal à apprendre à nager : mettre la tête sous l’eau.
  • L’hérédité dans tout ça ? J’ai mis beaucoup de temps à savoir nager et j’avais très peur de l’eau à cause d’un horrible maître-nageur qui avait décidé que la meilleure méthode pour m’apprendre à nager était de me jeter au milieu du grand bassin ! J’ai cru mourir ! J’étais au CP. C’était mon premier cours de natation. Quant à mon chéri, c’est un excellent nageur et il a toujours été à l’aise dans l’eau. Il a même pratiqué la natation en compétition quand il était petit. Bref, soit Ticoeur et Titpuce ont hérité de mes gênes soit cela n’a rien à voir avec la génétique ;-).

Le snorkeling, nouvelle passion de mes enfants, depuis notre passage à Bali !

Première étape de l’apprentissage : une petite piscine.

Comme je vous l’ai expliqué en décrivant notre itinéraire à Bali nous avions prévu une étape snorkeling dans le nord-ouest de l’île où se trouve la réserve naturelle de Pulau Menjangan. La veille de notre journée snorkeling, on profite de la piscine de l’hôtel et le personnel propose un masque et un tuba aux enfants pour qu’ils s’amusent. On accepte par politesse mais on se dit que Ticoeur et Titpuce ne vont pas en faire grand chose… On avait tort ! C’est qu’ils sont curieux les petits ! Ils nous demandent une démonstration, puis ils souhaitent mettre eux aussi leur masque et tuba… Jusque là ça les fait bien rire. Je me dis que ça va s’arrêter là car ils ne voudront jamais mettre la tête sous l’eau… Mais si ! Ticoeur se lance ! Comme il a pied dans le petit bassin de la piscine, il peut juste marcher, donc il n’a pas peur et respirer avec un tuba est tout de suite une évidence pour lui ce qui m’étonne tant j’ai pu voir d’adultes débutants galérer pour comprendre qu’il faut « juste » respirer ;-). Autre grande surprise : après une demi-heure d’observation de son grand-frère, Titpuce fait pareil et réussit elle aussi à utiliser le masque et tuba du premier coup !

Si je résume les clefs de cette « réussite » pour l’apprentissage du snorkeling :

  • Une petite piscine qui met en confiance (l’enfant a pied).
  • Un instinct pour l’utilisation du masque et tuba (est-ce le cas pour tous les enfants ??)
  • Le pouvoir de l’imitation 😉

Deuxième étape de l’apprentissage : le snorkeling en mer !

Le lendemain, nous partons en excursion snorkeling pour la journée (de 9h à 15h avec une mise à l’eau le matin et une autre l’après-midi). Titpuce a tout de suite prévenu qu’elle ne se baignerait pas dans la mer. C’est trop profond. Nous n’insistons pas. Ticoeur lui est motivé car il est rassuré par le gilet de sauvetage et qu’il sait donc très bien nager la brasse avec cette sécurité. Au moment de se mettre à l’eau il est finalement trop impressionné. Il veut savoir s’il y a des requins, des poissons dangereux et nous demande comment c’est sous l’eau. Cette peur de l’inconnu le pétrifie et il préfère rester sur l’île avec Titpuce, tranquillement dans un hamac. Je lève régulièrement la tête pour expliquer à Ticoeur ce que je vois et je crois que je lui donne envie. Il faut dire que l’endroit est paradisiaque : il y a des poissons et des coraux de toutes les couleurs. Les enfants peuvent d’ailleurs voir certains poissons depuis la plage tant l’eau est claire. Au bout de 30 minutes Ticoeur veut venir avec nous. Il nage avec son papa qui le guide doucement en lui tenant un bras. Il est émerveillé ! Une passion est née ! Pendant la pause déjeuner il ne parle que des poissons que nous avons vus ! Il veut tout savoir et ça me rappelle la première fois que j’ai fait de la plongée – bon, moi j’avais 25 ans et ce n’était qu’au Vieux-Port à Marseille ;-). L’après-midi, Ticoeur fait aussi une partie du snorkeling avec nous puis se repose sur le bateau : je crois que ça lui a pris pas mal d’énergie ce premier snorkeling ! Mais il est super fier de lui et il a trouvé ça « trop beau » !
IMG_0100

Des conseils pour le snorkeling en mer :

  • Avoir fait un essai à la piscine avant
  • Nager avec un adulte à ses côté
  • Avoir un gilet de sauvetage (même si l’enfant sait nager)
  • C’est plus simple si l’eau est chaude 😉
  • Mettre un T-shirt et de la crème solaire car sinon on brûle vite (c’est vrai pour les parents aussi !)
  • Ne pas faire de séances trop longues : Ticoeur était épuisé après 30 minutes avec nous. A noter qu’il ne voulait absolument pas mettre de palmes, ce qui est plus fatiguant évidemment.
  • Voir de jolis poissons ça motive !
  • Apprendre le nom des poissons rencontrés, les revoir dans un livre après le snorkeling et noter leurs noms dans un cahier (ça c’est pour l’école en voyage ;-)).

Le snorkeling : une solution pour apprendre à nager ?

Je pose la question car il s’est produit un miracle pour Ticoeur : quand nous sommes revenus à l’hôtel après la sortie snorkeling, il a voulu continuer à s’amuser avec masque et tuba dans la piscine et soudain, il s’est mis à nager, VRAIMENT, sans gilet de sauvetage, sans bouée, juste parce qu’avec la tête sous l’eau la position était idéale et donc tout a naturellement bien fonctionné. Il n’en revenait pas lui même ! C’est vrai qu’on m’a toujours dit qu’un enfant qui mettait sa tête sous l’eau avait plus de chance d’apprendre à nager rapidement que les enfants qui ont peur d’aller sous l’eau mais je n’avais pas pensé au masque et tuba comme solution ! Après, ce n’est pas non plus une solution idéale car il reste une étape : savoir nager sans rien de rien. Disons que le masque et tuba auront aidé Ticoeur à avoir confiance en lui. A présent il sait qu’il sait nager ! La suite une prochaine fois !

En tout cas, Ticoeur et Titpuce ont fait de grands progrès à Bali ! Je suis ravie que mes petits chéris aiment le snorkeling ! Cela promet de futures belles sorties en mer en famille !

Et si vos enfants ne sont pas encore prêts pour le snorkeling ?

Il n’y a sans doute pas d’âge précis pour débuter le snorkeling. Cela doit dépendre de l’enfant. Je dirais qu’il faut attendre le déclic et ne pas forcer. En attendant, pour profiter de la vie sous-marine nous avons testé plusieurs options :

  • Le bateau à fond de verre : nous avons eu une belle expérience de sortie en mer avec Ticoeur et Titpuce à l’Ile Maurice. Le bateau à fond de verre est une solution adaptée aux familles.
  • Le snorkeling à tour de rôle : on a souvent opté pour cette solution. « Papa Voyage » regarde sous l’eau pendant que je reste sur le bateau avec les enfants puis on inverse. Quand les eaux sont claires les enfants peuvent même voir pas mal de poissons depuis le bateau. Nous avions testé cette option en Malaisie.
  • Quand l’endroit est sans risque, les deux parents peuvent aller dans l’eau avec l’enfant dans une bouée. Nous l’avons fait quelques fois avec Ticoeur quand il était tout petit et que nous avions une bouée spéciale bébé (qui empêche l’enfant de passer au travers !!). Par exemple, nous avons testé cette option dans les Calanques à Cassis (nous avions pied), à l’Ile d’Elbe et en Corse.

Cette découverte du snorkeling en famille fait ainsi partie des moments magiques de notre Tour du Monde. La prochaine fois que nous aurons l’occasion de retourner sous l’eau je pense que ce sera sur Ilha Grande au Brésil au mois de juin. J’espère que le snorkeling ça ne s’oublie pas !?

Et chez vous ? Est-ce que vos enfants aiment le snorkeling ? A quel âge ont-ils appris ? Savaient-ils nager ?

Notre croisière sur le canal Nantes-Brest #2

Je continue le récit de notre week-end en famille sur le canal de Nantes à Brest. Je vous avais raconté la première partie de notre itinéraire en vous donnant tous les détails de la vie à bord avec les enfants. Aujourd’hui, je continue le journal de notre croisière…

Dimanche : nous nous réveillons à Montertelot et après le petit-déjeuner, nous partons vers le village médiéval de Malestroit où nous souhaitons nous balader puis déjeuner. En route, nous passons bien sûr quelques écluses ; certaines sont particulièrement bien fleuries. Le canal est très paisible, très vert. Reposant.

passage d'écluse

Notre accostons au port de Malestroit. La météo est juste parfaite. Nous installons donc le parasol sur la terrasse…

Suite de l’article