Royaume-Uni

Trouvez tous les articles sur la carte:

Articles avec l'étiquette Royaume-Uni:

Visiter Portsmouth en famille

Voici un petit guide qui vous permettra d’organiser votre programme pour un, deux ou trois jours en famille à Portsmouth. C’est une destination idéale pour un grand week-end à l’anglaise. Comme vous le savez, nous habitons juste à côté donc nous y allons régulièrement. Ainsi, nous avons fait le tour des visites possibles donc j’aimerais partager avec vous une liste des lieux que nous avons préférés ainsi que quelques conseils pratiques pour bien profiter de Portsmouth avec les enfants :
 

Visiter le Portsmouth Historic Dockyard :

C’est clairement l’endroit le plus visité de Portsmouth et c’est parfait pour les enfants ! Le Historic Dockyard c’est beaucoup de bateaux à découvrir : il y aurait même de quoi y passer plusieurs jours ! Les billets ne sont pas donnés mais il y a tant à voir que ça vaut le coup. Voici, dans notre ordre de préférence, les visites à mettre sur votre programme :

  • La bateau de l’Amiral Nelson : Le HMS Victory. C’est le plus beau bateau et le plus intéressant ! Nous l’avons visité plusieurs fois et nous ne nous en lassons pas. Pour les enfants, cela permet de bien s’imprégner de la bataille de Trafalgar (1805), la plus grande bataille navale de l’Histoire ! Les Anglais l’ont gagnée contre la France et l’Espagne. C’était donc une grosse défaite pour l’armée de Napoléon Bonaparte. Pour les Anglais, cette bataille correspond aussi à la mort de leur héros national puisque l’Amiral Nelson y a perdu la vie. Dans le navire (incroyablement bien entretenu), on voit les lieux où dormaient les marins, on voit les armes, les cordages, l’ancre, les cuisines, les appartements du commandant, l’infirmerie et l’endroit exact où est mort Nelson. Le bateau est superbe ! Un incontournable ! A noter que l’audioguide est excellent et qu’il y a une version pour les enfants. Pour la petite histoire, quand j’étais ado, en voyage linguistique dans la banlieue de Londres, j’ai pris un bus dans le mauvais sens, pensant aller dans le centre de Londres mais à la place je suis arrivée à Portsmouth ! J’avais 15 ans ! Mon premier gros stress de voyageuse alors inexpérimentée ! Heureusement, le chauffeur du bus, un papa adorable et gentil (je suis bien tombée !) a téléphoné à l’organisme avec lequel j’étais partie et s’est engagé à me ramener à mon point de départ sur son trajet du retour. Par contre, comme il avait une longue pause à Portsmouth, il m’a fait visiter le HMS Victory ! Ce bateau est donc très particulier pour moi…

  • Le bateau de la Reine Victoria : Le HMS Warrior 1860. Il est très intéressant de monter à bord de ce bateau juste après la visite du HMS Victory pour voir l’évolution des intérieurs et de la technologie en un peu plus de 50 ans. Généralement, comme nous sommes un peu fatigués par la longue visite du bateau précédent, nous traversons rapidement celui-ci, juste pour nous imprégner du style différent. Pas d’audioguide mais des personnes déguisées prêtes à vous renseigner (en anglais) si vous avez des questions.

  • Un sous-marin de la Seconde Guerre Mondiale : le HMS Alliance. Pour se rendre vers ce sous-marin, vous prendrez un bateau pendant quelques minutes pour rejoindre la rive en face du Dockyard. Les enfants ont aimé visiter l’intérieur de ce sous-marin. C’est chouette et intéressant mais si vous êtes un fan de sous-marins, je préfère prévenir que ce n’est pas aussi impressionnant que Le Redoutable à Cherbourg. En même temps, ce n’est pas la même époque… Dans la partie musée, on peut découvrir un autre sous-marin plus petit et plus ancien ainsi que toute l’histoire des sous-marins de la Royal Navy.

  • La balade en bateau dans le port de Portsmouth : votre ticket d’entrée vous donne aussi la possibilité de faire un petit tour en bateau moteur pour longer le Dockyard depuis la mer. Cela donne un autre point de vue. Je trouve que ça vaut le coup si les porte-avions sont là car c’est le seul moyen de les voir, sinon, ce n’est pas incontournable. Cela dit, s’il fait beau, un petit tour en mer peut être agréable.
  • Autres attractions dans le Dockyard : un musée de la marine, un bateau de la première guerre mondiale (le HMS M33) et un musée des explosifs (Explosion Museum). Pas mes parties préférées. A faire uniquement selon vos centres d’intérêt.

  • L’épave du Mary Rose : c’est beau et j’adore les épaves ! Mais attention  : cette visite ne fait pas partie du billet d’entrée ! Depuis quelques années, il faut payer un supplément conséquent et c’est bien dommage ! Aussi, je trouve que cette visite est plus adaptée aux adultes qu’aux enfants. Enfin ce n’est pas aussi impressionnant que l’épave du Vasa que nous avions visitée lors de notre week-end à Stockholm. Après tous ces bémols, faites votre choix. Si vous avez le budget et que vous êtes passionnés d’épaves alors ça vaut le coup. Le Mary Rose est un bateau de l’époque des Tudors (16iè siècle) et il a été repêché au large de Portsmouth aux débuts des années 80. Le Prince Charles a participé à l’expédition.

  • Juste en dehors du Dockyard, vous pouvez admirer (gratuitement) l’extérieur du HMS Warrior dont j’ai parlé plus haut. Peut-être vous le demanderez-vous : que veut dire HMS ? Her Majesty’s Ship !

                  

 
Informations pratiques pour visiter le Portsmouth Historic Dockyard :
 
  • Achat des billets pour le Historic Dockyard : surtout achetez vos billets en ligne car c’est généralement 20% moins cher. Le billet famille pour toutes les attractions (sauf le Mary Rose) coûte 68£ sur le site officiel versus 85£ sur place. Ce n’est pas donné mais vous pouvez largement y passer la journée. Aussi, les billets sont valables un an. Ce n’est pas forcément un plus pour les touristes mais cela peut vous permettre de faire deux demi-journées plutôt qu’une journée entière car c’est assez épuisant. Et si vous êtes fan et que vous voulez tout voir, vous pourrez consacrer deux jours entiers au Dockyard. Il existe aussi un billet famille pour une seule attraction au choix mais c’est déjà 49,50£.
  • Billets pour le Mary Rose : c’est aussi sur leur site officiel que c’est le moins cher : 30.80£ pour une famille.
  • Déjeuner : plusieurs options… Vous pouvez emmener vos sandwichs ; vous pouvez sortir sur Dockyard et aller manger dans un pub puis revenir ; ou enfin, pour gagner du temps vous pouvez manger sur le site dans la grande cafet’ principale (cadre sympa) ou au Boat House 4. Pas de la grande cuisine mais c’est correct.
  • Parking : le plus proche et le plus pratique est le parking du Historic Dockyard. Prévoir un budget de 5£ pour 4 heures jusqu’à 9£ pour 8 heures. Le dimanche vous pouvez trouver des places gratuites dans la rue mais il y en a très peu…

Balade en bord de mer de Southsea à Old Portsmouth :

Southsea côté mer c’est le quartier chic de Portsmouth. J’aime particulièrement la balade qui a été aménagée au bord de l’eau. Je trouve cette promenade plus agréable que celle pourtant plus célèbre de Brighton (à Brighton il y a du potentiel mais il faudrait la renover !). Je vous conseille de démarrer au niveau de South Parade Pier pour apprecier le style anglais de l’époque.
 
 
 
A marée haute, on peut se faire arroser !
 
 
 
Puis vous marcherez d’est en ouest, en direction de Old Portsmouth. En chemin, vous pouvez vous arrêter dans la tour de garde de l’époque des Tudors (Southsea castle). Il n’y a pas grand-chose à l’intérieur mais cela se visite et c’est gratuit donc cela coupe un peu la balade.
 
 
Vous croiserez ensuite le musée du débarquement dont je vous parle un peu plus bas. Plus loin, vous atteindrez le Clarence Pier : ce type de Pier aménagé avec des machines à sous, des petits manèges, des marchands de glace, etc…. c’est typiquement anglais. Il y en a dans toutes les stations balnéaires et donc c’est à voir au moins une fois (personnellement je déteste !). Les petits anglais semblent apprécier…
 
Non loin vous verrez sans doute l’hovercraft arriver ou repartir vers Isle of Wight : c’est impressionnant de le voir « voler » sur l’eau !
 
 
A partir du Clarence Pier, la balade aménagée s’appelle la Millennium promenade et vous conduira jusqu’au quartier de  Old Portsmouth
 
 
Jusqu’à la pointe…
 
 
 

The D-Day Museum

Ce musée n’est évidemment pas drôle mais il est très didactique, interactif et très bien conçu. C’est parfait si vos enfants ont la Seconde Guerre Mondiale à leur programme d’Histoire. La scénographie est très réussie. La visite est émouvante et présente de nombreux détails qui attirent l’attention des enfants : objets des soldats, tenues, armes, films…etc. Aussi bien Ticoeur que Titpuce ont été intéressés par cette visite. L’audio-guide est disponible en français. Ticket famille pour le musée : 22,50£ sur leur site.

Dans une deuxième partie du musée vous pourrez admirer une très belle fresque géante tout en textile qui relate le débarquement en Normandie (l’accès à cette partie est gratuite et cela vaut le coup).

Le monument de Portsmouth : la Spinnaker tower

Cette tour de 170 mètres de haut est le symbole de la ville. Elle a été construite en 2005 et elle rappelle la forme d’un voilier. Il est possible de monter au sommet mais nous n’avons pas été tentés car la ville de Portsmouth étant constituée de bâtiments bas on pense que ce n’est pas impressionnant. Mais bon, si vous aimez prendre de la hauteur et regarder la mer au loin en direction de Isle of Wight pourquoi pas !

Sans aller bien loin, vous pourrez prendre de belles photos du Spinnaker à quelques mètres du Historic Dockyard, ou lors de votre balade en bateau ou depuis la pointe de Old Portsmouth. Bref, vous ne pourrez pas la manquer quelque soit votre programme !

    

Au pied de la Spinnaker tower vous trouverez Gunwharf Quays, un ensemble de magasins d’usine. Personnellement je ne suis pas fan de shopping mais si vous avez envie de faire quelques achats c’est l’occasion. Je trouve que ce sont les boutiques Nike, Addidas et Ralph Lauren qui ont les meilleures offres… Et pourquoi pas un petit tour dans la boutique Lindt ? Eviter les restaurants de Gunwharf Quays : des chaînes pas terribles !
 
Récemment, nous avons eu un beau coucher de soleil de loin, en direction de Portsmouth et de sa Spinnaker Tower :
 
 

Juste en dehors de Portsmouth : Porchester Castle

 
Pour ceux qui restent un peu plus longtemps et qui ont une voiture, vous pouvez aller voir les ruines du Porchester Castle à 5km de Portsmouth. C’est un fort de l’époque romaine (IIIiè siècle). L’endroit est agréable quand il fait grand soleil (vous pouvez y pique-niquer) et les ruines à l’anglaise ont toujours du charme. (Billet famille : 18,50£ ou gratuit avec la carte English Heritage).
 

Construire votre programme pour Portsmouth :

Voici quelques suggestions selon la durée de votre séjour :

  • 1 jour à Portsmouth : le HMS Victory, le HMS 1860 – pause déjeuner puis une balade à Southsea
  • 2 jours à Portsmouth : le HMS Victory, le HMS 1860 – pause déjeuner puis le sous-marin et une attraction du Dockyard. Le 2iè jour : grande balade de Southsea à Old Portsmouth avec une pause au D-Day Museum à mi-chemin.
  • 3 jours à Portsmouth : je dirais de consacrer une journée au Historic Dockyard puis partir une journée sur Isle of Wight et passer la 3iè journée à Southsea avec visite du D-Day museum. A la place de l’excursion sur Isle of Wight vous pouvez retourner passer encore une demi-journée au Historic Dockyard et l’autre demi-journée au Porchester Castle.
Évidemment vous modulez selon vos envies : vous pouvez passer encore plus du temps au Dockyard, visiter le Mary Rose, faire du shopping, etc…

Nos bonnes adresses à Portsmouth :

  • The Canteen : pour un petit encas dans Old Portsmouth sur la Millennium Promenade
  • Southsea Coffee Co : un petit café typique anglais avec une cuisine saine dans un cadre agréable à Southsea.

  • The Briny : un bon fish and chips version un peu chic (donc un peu cher) mais c’est bon et l’emplacement en bord de mer à Southsea est un avantage.
  • Becketts : pour découvrir le bon côté de la gastronomie anglaise (pour le dîner).
  • Hôtel : j’ai demandé autour de moi car nous forcément nous dormons chez nous ;-). Une adresse recommandée : Accudo House (chambre famille avec cuisine) et le B&B. Si votre hébergement vous propose une place de parking c’est un plus car se garer est toujours un budget en Angleterre !

Comment se rendre à Portsmouth depuis la France ?

Voici quelques options :

  • Ferry direct vers Portsmouth depuis Cherbourg, Caen, Le Havre ou Saint Malo.
  • Par l’Eurotunnel : Portsmouth est situé à 2h20 en voiture de Douvres
  • En avion : l’aéroport de Southampton est situé à 30 minutes de Portsmouth

***

J’espère que cet article vous aura donné des idées pour venir visiter Portsmouth avec les enfants. Une ville pour les amoureux de bateaux et d’Histoire. Il y a clairement de quoi y passer deux ou trois jours bien occupés ! Pourquoi pas en profiter pour venir nous rencontrer à cette occasion ? Si nous sommes disponibles, nous serons ravis de vous accueillir dans notre village pour un thé !
 
Alors ? Tentés par une visite de Portsmouth en famille ?

Un week-end à Stratford-upon-Avon sur les pas de Shakespeare

Nous habitons à deux heures de voiture de Stratford-upon-Avon. C’était donc l’escapade week-end idéale pour découvrir cette ville d’Angleterre célèbre pour le charme de ses vieilles bâtisses de l’époque des Tudors mais surtout connue car c’est la ville de William Shakespeare !

Si vous passez par ce coin d’Angleterre, entre Oxford et Birmingham, ne manquez pas de vous y arrêter. Il y a pas mal de visites possibles, adaptées aux enfants. Ticoeur et Titpuce ne connaissaient pas grand chose de l’œuvre de Shakespeare à part Roméo et Juliette ; et pourtant ils ont beaucoup aimé découvrir tous les lieux historiques de Stratford-upon-Avon. Il faut compter deux journées bien intenses pour tout visiter. Le mieux est d’acheter le billet qui donne accès à 5 lieux dédiés à Shakespeare (voir ici).

Voici les maisons et musées que nous vous conseillons à Stratford-upon-Avon :

  • La maison natale de Shakespeare ❤ : c’était bien de commencer par cette maison puisqu’elle raconte le début de l’histoire et les détails de l’enfance de Shakespeare. Il est donc né ici en 1564, fils de gantier (on peut essayer les gants). On y voit du mobilier d’époque dont le présumé berceau de Shakespeare. Dans certaines pièces, des guides nous racontent des anecdotes et répondent à nos questions. Ils sont particulièrement adorables avec les enfants mais je dois préciser que la plupart ne parlent qu’anglais.

Sans doute le premier lit de William Shakespeare

  • Hall’s Croft ❤ : c‘est la demeure où vécut la fille de Shakespeare avec son mari médecin. Par rapport à la maison natale de Shakespeare, on sent la montée en gamme, la richesse de la seconde génération. La maison est très bien conservée et contient de superbes meubles. On y voit aussi tout le matériel de médecine de l’époque.

  • Le cottage d’Anne Hathaway ❤ : Anne était la femme de Shakespeare. Elle et sa famille possédait ce charmant cottage à quelques kilomètres de Stratford-upon-Avon. La maison n’est pas bien grande mais les lieux sont vraiment jolis. Si je devais choisir une des maisons de la famille de Shakespeare au sens large, je choisirais celle-ci !

Le cottage d’Anne Hathaway

  • Shakespeare New Place : des 5 visites possibles avec le billet groupé, c’est l’endroit que nous avons le moins aimé. Peut-être qu’au soleil le jardin serait sympa… Pas indispensable.
  • Mary Arden’s farm ❤ : c’est là que vivait la mère de Shakespeare. De loin, c’est la maison qu’ont préférée les enfants ! Les lieux sont parfaits pour une visite en famille. On y découvre comment s’organisait la vie dans une grande ferme de l’époque. Des acteurs font vivre les lieux : déguisés en fermiers et fermières on peut les voir préparer un grand feu, cuisiner, faire le ménage, soigner les animaux. Toute la journée il y a des ateliers et activités pour les plus jeunes. Il y aurait de quoi y passer pas mal de temps ! Pour les enfants, c’est clairement la meilleure des cinq visites !

  • L’école de Shakespeare (Shakespeare’s Schoolroom and Guildhall) : le 2iè lieu préféré de Ticoeur et Titpuce. Ils ont adoré écrire avec une plume et apprendre comment se passait une journée de classe à l’époque de Shakespeare. Mon seul bémol c’est que le billet d’entrée est trop cher pour ce que c’est (cela ne fait pas partie du billet combiné). Pas de regret car les enfants ont aimé mais je ne le conseille pas forcément si vous ne parlez pas anglais car les informations les plus intéressantes sont données à l’oral par un comédien anglais qui joue le rôle du maître d’école.

La centre de Stratford-upon-Avon est parfait pour flâner entourés de maisons en colombages… On passe aussi devant le Royal Shakespeare Theatre où nous irons sans doute voir une pièce une autre fois (il est d’ailleurs possible de juste visiter l’intérieur).

Le Royal Shakespear Theatre

Nos bonnes adresses à Stratford-upon-Avon :

  • Hébergement : nous avons dormi à l’auberge de jeunesse YHA Stratford-upon-Avon. Je vous en ai déjà parlé : certaines auberges de jeunesse sont totalement adaptées aux familles, avec des chambres pour 4 ou 5, des salles communes kid friendly. Celle de Stratford-upon-Avon fait justement partie de ces auberges qui accueillent pas mal de familles. En plus, les lieux, certes un peu désuets ont quand même du cachet. Le tout est très économique. C’était vraiment une bonne option pour une nuit. En plus, pour les petits budgets, l’avantage est qu’il est possible de cuisiner. Nous avons testé le bar (excellent gin tonic !) et les enfants ont adoré le billard.

  • Restaurant : nous avons dîné au 33 The Scullery et c’était excellent ! Il faut réserver.
  • Salon de thé : nous vous conseillons de faire une petite pause dans le cadre chaleureux de Hobsons Patisseries pour une grosse part de gâteau anglais et une tasse de thé bien sûr !

***

En résumé, toute la famille a aimé Stratford-upon-Avon et nous avons tous beaucoup appris sur William Shakespeare !

Pour les fans de Shakespeare comme moi, je vous conseille en vrac :

  • Une escapade à Vérone… Très belle petite ville italienne où Shakespeare n’a d’ailleurs jamais mis les pieds !
  • Une week-end en amoureux à Londres pour aller voir Le Songe d’une Nuit d’été en ce moment au Bridge Theatre.
  • Revoir les films suivants : Shakespeare in Love de John Madden (1998) et Roméo + Juliet de Baz Luhrmann (1996). Pour les enfants, vous savez sans doute que Le Roi Lion est inspiré d’Hamlet même si je n’ai pas vu le côté « Hakuna Matata » dans Hamlet ;-).

Je terminerai par une citation de Shakespeare qui ne sera pas sans vous rappeler certains chaos politiques actuels : -).

“Tis the times’ plague, when madmen lead the blind.” King Lear, Shakespeare.
« C’est un malheur du temps que les fous guident les aveugles », le Roi Lear, Shakespeare.

Alors ? Tentés par un week-end en famille à Stratford-upon-Avon sur les pas de Shakespeare ?

L’Ecosse en famille : une semaine dans l’Argyll

Fin juillet, nous avons passé une semaine en Ecosse en famille, avec les enfants et les grands-parents. Nous avions déjà testé l’Ecosse avec bébé alors que Ticoeur n’avait que 11 mois. A l’époque, nous avions choisi de visiter les Highlands et de découvrir Edimbourg, la capitale écossaise. Pour ce deuxième voyage en Ecosse, nous avons choisi l’Argyll, la région juste au sud des Highlands. Vous en connaissez sans doute la ville principale : Oban.

L’objectif était pour nous de découvrir un coin différent et aussi d’éviter les zones les plus touristiques de l’Ecosse. En tout cas, nous étions bien tranquilles, souvent seuls ou avec peu de monde. Cela dit, dans les Highlands, et partout en Ecosse, je trouve qu’il n’est vraiment pas difficile de sortir des sentiers battus car cela ne manque pas de coins sauvages et déserts !

Kerrera Island – Argyll – Scotland

Notre programme d’une semaine dans l’Argyll :

  • Visite d’Inveraray et de son château : la petite ville historique d’Inveraray est très agréable avec ses maisons toutes blanches et sa vue sur le Loch Fyne. Nous avons visité le château qui est encore habité. Il appartient au Clan Campbell et nous avons bien aimé les intérieurs pour les meubles et les objets, témoins de l’histoire de la famille du duc d’Argyll. En plus, certaines scènes de l’épisode de Noël de Downton Abbey ont été tournées dans ce château. Petite parenthèse : nous n’habitons pas loin de « Downton Abbey » (Highclere Castle) dans notre sud de l’Angleterre mais nous n’avons pas réussi à visiter cette demeure pour l’instant car il faut réserver des mois en avance ou payer un prix conséquent (nous allons prendre nos tickets pour avril 2020 !) donc la version écossaise de l’épisode de Noël c’était parfait pour se plonger dans l’univers de la série. A Inveraray, il y a d’excellents restaurants (voir nos bonnes adresses ci-dessous).
Inveraray Castle
Inveraray Castle
Inveraray Castle
Sur la rive du Loch à Inveraray
  • Oban et notre superbe rando sur l’ile de Kerrera : la petite ville d’Oban est connue pour son whisky et ses fruits de mer. Pour nous, c’était l’occasion d’une excursion sur la petite île de Kerrera située juste en face à 5 min de ferry (que nous avons pris au sud de Oban et non au port car moins cher et plus tranquille). Nous avons adoré notre longue balade sur Kerrera, île piétonne, sauvage, comme une mini Ecosse. Nous avons opté pour le sentier qui mène aux ruines du Gylen Castle. La-bas, les vues sont à couper le souffle ! En chemin, nous nous sommes arrêtés pour manger au salon de thé que vous ne pourrez pas manquer car il suffit de suivre les théières ! Comptez une grosse demi-journée pour profiter de l’île. De retour a Oban, nous sommes montés vers l’amphithéâtre qui surplombe la ville. L’architecte s’est inspiré du Colisée à Rome… Bon, ce n’est pas encore le Colisée mais la vue vaut le coup !
Oban
Oban
Direction l’île de Kerrera
Suivez les théières pour trouver le super salon de thé sur Kerrera
Kerrera Island
Kerrera Island
Kerrera Island
Kerrera Island
Oban
Vue sur Oban depuis l’amphithéâtre
  • Le canal de Crinan et ses jolies écluses : une autre jolie balade, très facile car sans dénivelé. Nous avons marché le long de la seconde moitié du canal car nous souhaitions voir l’arrivée sur la mer. Les écluses sont très fleuries et à l’embouchure, il y avait encore un sympathique salon de thé pour nous poser.
Crinan Canal
Crinan Canal
  • Les ruines du Kilchurn castle situées en bordure du Loch Awe. J’ai adoré l’esthétique de ces ruines ! Nous étions quasi seuls en fin de journée pour admirer les lieux (accès gratuit). Non loin du château ne manquez pas de visiter l’église St Conan.
Kilchurn castle
St Conan Church
  • A Kilmartin, nous sommes aussi montés vers un petit château en ruines (ben oui c’est l’Ecosse !) et nous nous sommes baladés du côté des menhirs et autres pierres mystérieuses (sympa mais moins impressionnants que ceux que nous avions vus en Bretagne dans le Morbihan).
Kilmartin
  • La péninsule de Kintyre : à partir de cette étape, nous avons quitté notre hébergement ainsi que les grands-parents et nous continuons en campervan. Direction la péninsule de Kintyre. Nous avons commencé par le petit village de Tarbert avant d’atteindre les belles plages de la côte ouest. Je vous parlais de coins déserts en introduction de mon article : en voici un ! Plus nous allions vers le sud, plus nous avions l’impression d’être seuls au monde. Afin de nous dégourdir les jambes, nous sommes montés vers un point de vue choisi au hasard. Je suis ravie que Ticoeur et Titpuce aiment de plus en plus la rando ! Sur le retour, nous sommes passés par la distillerie de Glen Scotia : accueil très sympathique et il fallait bien voir une distillerie mais leur whisky n’est pas mon préféré… Je les préfère plus tourbés (comme le Lagavulin).
Tarbert
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre – pause déjeuner avec notre camper
La péninsule de Kintyre
La péninsule de Kintyre
Distillerie
  • Loch Lomond : toujours en campervan, nous faisons étape au Loch Lomond que nous connaissions déjà de notre précédent voyage en Ecosse. Les bords du lacs offrent de beaux panoramas pour un pique-nique !
au bord du Loch Lomond
au bord du Loch Lomond
  • Enfin, entre Loch Lomond et Glasgow, nous avons atteint le Devil’s Pulpit, un lieu absolument magique mais attention, attention c’est une balade périlleuse ! Les lieux ne sont absolument pas sécurisés ; le chemin est glissant et il ne faudrait surtout pas tomber au fond de cet espèce de ravin ! Papa Voyage est descendu seul en éclaireur (il faut compter 10-15 min de descente) ; puis, je m’y suis aventurée très lentement, avec Ticoeur, pendant que Papa Voyage est resté en haut avec Titpuce car cela nous semblait trop difficile pour elle. Nous étions équipés de bottes de pluie. Bref, ce n’est pas infaisable mais il faut être très prudent pour ne pas tomber dans l’escalier, ni depuis les bords du ravin. Ticoeur est un enfant très attentif et je suis toujours passée devant lui pour sécuriser ses pas. Pour les fans de la série Outlander : je ne le savais pas mais il parait que l’on voit le Devils’ Pulpit dans un épisode de la saison 1.
Devils’ Pulpit
la descente raide, glissante et boueuse : Devils’ Pulpit

Si vous pouvez rester plus d’une semaine en Ecosse c’est mieux :-). A l’origine, nous devions partir deux semaines mais comme je venais de trouver du travail, il n’était pas évident de poser deux semaines. Si vous restez plus de temps dans l’Argyll, le top c’est de découvrir d’autres îles : Arran me tente beaucoup ; ou pourquoi pas Mull (mais celle-ci est plus touristique).

L’Ecosse en famille : informations pratiques

  • Le transport : pour l’Argyll, l’aéroport le plus proche est Glasgow mais c’est également faisable depuis Edimbourg. Nous concernant, nous avons traversé toute l’Angleterre, depuis notre village de la côté sud, en campervan avec une nuit en chemin.
  • Le décalage horaire : 1h de moins qu’en France
  • Quand partir en Ecosse ? De mai à octobre c’est la meilleure saison. Nous étions partis en août la première fois et en juillet cette fois-ci. C’était parfait ! Surtout cette année car l’Europe souffrait de la canicule mais pas nous ! Nous avons eu 26 degrés le jour du pic de chaleur ce qui est très rare en Ecosse ! Sinon, il faisait autour de 18-20.
  • Les repas : j’adore les fruits de mer en Ecosse !
  • Les dépenses sur place : budget similaire à la province en France.
  • Les midges ! La plaie ! Sorte de mini moustiques. Les piqûres démangent beaucoup et sont souvent petites mais nombreuses. Nous y avons échappé pendant tout notre séjour sauf le dernier soir ! Titpuce et moi avons été dévorées ! Heureusement ce n’est pas dangereux et ne transmet pas de maladies. Mettez juste un répulsif par prévention (sur place, en pharmacie, on trouve des produits spécialement conçus contre les midges).
  • En campervan en Ecosse : c’était très sympa même si pas toujours évident de dénicher le bon spot. Il y a néanmoins plus de possibilités gratuites qu’en Angleterre.
  • Visite de distilleries : lors de notre premier séjour en Ecosse, dans les Highlands les enfants n’étaient pas admis dans les distilleries. Dans l’Argyll, les distilleries que nous avons croisées acceptaient les enfants. Dans tous les cas, vérifiez avant d’entreprendre la visite d’une maison de whisky.

Nos bonnes adresses dans l’Argyll :

  • Hébergement : une grande maison trouvée sur Airbnb (9 couchages) en bord de loch – c’était parfait pour un séjour avec ma belle-famille : Tigh na Bruiach lodge. Si vous n’êtes pas encore inscrits sur Airbnb, utilisez mon lien de parrainage et vous aurez une remise de 25 euros sur votre séjour. Les enfants étaient fans du jacuzzi en rentrant le soir :-).
Notre hébergement
  • Restaurant à Inveraray : The George. Un vieux pub, très typique et cuisine excellente !
  • Salon de thé sur Kerrera : Kerrera Tea garden and Bunkhouse, un lieu très mignon. Des plats légers et gourmands pour le déjeuner ou une pause sucrée. Vous pourrez vous poser au soleil ou à l’intérieur avec une déco voyage.
  • Cabane de poissons à Oban : sur le port à Oban, il ne faut pas manquer la cabane de fruits de mer (elle est verte et vous verrait du monde devant). On se pose comme on peut sur le quai pour déguster des barquettes de crevettes et de coquillages.

Alors tentés par l’Ecosse ? Et tout particulièrement par l’Argyll ?

Un grand week-end dans le Dorset

Pour le week-end de Pâques, nous sommes partis dans le Dorset, en famille, avec les grands-parents. Le Dorset est situé dans le sud de l’Angleterre, le long de la Manche, entre le Hampshire où nous habitons et le Devon que nous avions découvert en février. Pour ce week-end de 3 jours, nous étions basés dans la station balnéaire de Weymouth. Nous avons eu une météo de rêve, au point que j’ai regretté de ne pas avoir emmené mon maillot de bain ! D’ailleurs, il y avait foule sur les plages ! Le sud de l’Angleterre apporte vraiment un air de vacances !

Nos visites dans le Dorset

  • Durdle Door : sans doute l’endroit le plus connu du Dorset ! Il faut dire que c’est paradisiaque ! Je précise que pour l’atteindre il faut monter puis descendre une falaise bien raide donc pensez aux casquettes !
Durdle door
  • West Bay : célèbre plage avec de magnifiques falaises dorées que vous avez sans doute déjà vues dans la série Broadchurch.
  • Lyme Regis : c’est le spot le plus connu de la côte pour… la chasse aux fossiles ! Les enfants adorent !
Lyme Regis
  • Corfe Castle : une ruine pleine de charme dans un cadre terriblement anglais ! Un site du National Trust.
Corfe Castle
  • Weymouth : c’est la station balnéaire où nous avons choisi de nous poser pour rayonner dans le Dorset. Dans son petit port tout mignon, les enfants pêchent le crabe pendant que les parents boivent des pintes :-). Il y a aussi une grande plage qui étaient bien remplie ! Non loin, ne manquez pas de voir les dunes. Et à quelques kilomètres, le village d’Abbotsbury.
Le village d’Abbotsbury
  • Bournemouth : immense plage de sable fin, bordée de nombreuses cabanes colorées ! Il y avait un monde de dingue ! Nous y retournerons un week-end plus calme !
Bournemouth

Première sortie Campervan de l’année !

Depuis nos sorties campervan dans la New Forest à l’automne dernier, nous n’avions plus sorti notre camper. Primo, en hiver, il fait trop frais pour que les enfants dorment sur le toit car l’air passe à travers la toile ; secondo, comme notre camper est français, il a fallu faire des démarches pour l’enregistrer et l’assurer ici (les premiers mois ça allait car nous étions toujours couverts en mode tourisme mais à présent, nous sommes « Anglais » !). Bref, pour cette première sortie printanière, nous avons choisi une formule mixte. Nous avons réservé une chambre familiale dans un ferme pour Ticoeur, Titpuce et leurs grands-parents ; tandis qu’avec Papa Voyage nous avons dormi dans le camper sur le terrain de la ferme, avec vue sur la mer et nous avons rejoint le reste de la famille pour l’excellent petit déjeuner anglais de nos hôtes !

Informations pratiques et bonnes adresses pour visiter le Dorset :

  • Depuis la France, pour arriver directement dans le Dorset vous pouvez prendre un ferry pour Poole, situé jusqu’à côté de Bournemouth (départ à Cherbourg). Si vous avez traversé la Manche en direction de Portsmouth, il vous faudra 3 heures de voiture pour arriver à Bournemouth. Si vous venez de Douvres, ça commence à faire loin mais pourquoi pas si vous prévoyez tout un roadtrip sur la côte sud de l’Angleterre…
  • Hébergement : je vous conseille Swallows Rest la ferme où nous avons séjourné dans la périphérie de Weymouth. Les enfants ont été amusés par la « collection » de poules et le joli jardin. Le petit déjeuner maison est excellent !

Alors , tentés par le Dorset ?

Notre vie en Angleterre (semaine 25) : blues de la semaine mais beau week-end à Brighton

Il y a des moments comme ça. Heureusement, ils ne sont pas nombreux. Et sans doute sont-ils naturels. Après tout, nous sommes expatriés ; un peu déracinés quand même. Et ce n’est pas l’Angleterre mon problème vous le savez. C’est notre « coin paumé ». Peut-être parce qu’il a fait gris, peut-être parce que j’avais envie d’autres horizons ou peut-être juste parce que mon Paris me manque, en tout cas, cette semaine, je me suis sentie aussi paumée que mon village. Village que j’ai donc été ravie de quitter le temps d’un week-end à Brighton… Week-end qui m’a bien redonné la pêche !

Brighton Pier

Revenons à mon village. Tout a commencé par un événement fort futile mais alors vraiment futile je vous préviens : j’ai voulu m’acheter un nouveau blush. J’ai alors vu sur internet qu’il était disponible chez John Lewis à Southampton (c’est l’équivalent des Galeries Lafayette ou du Printemps). Jusque là, rien d’étonnant. Donc je quitte mon village pour « aller en ville » et c’est parti pour 30 minutes de voiture. Je déteste conduire vous savez. Et je déteste les grands centres commerciaux. Je n’étais donc absolument pas dans mon élément. J’arrive tout de même à ne pas me perdre, à ne pas me prendre un poteau dans le parking et je débarque chez John Lewis, au rez-de-chaussée où se trouvent tous les stands de maquillage. Je tourne, je tourne et je ne vois pas la marque que je cherche. Je demande alors à une vendeuse et là surprise, elle m’annonce que les produits de cette marque sont tout à fait disponibles chez eux mais uniquement sur internet, pas dans le magasin de Southampton. Je demande donc si je peux aller dans un autre John Lewis de la région : Portsmouth, Winchester, etc… Et là, elle me dit (je traduis) : « bien sûr, sans aucun soucis, vous trouverez votre marque de maquillage chez nous, dans notre magasin à Londres ». A Londres !!! A 144km de là… Une bagatelle pour acheter un blush ! Donc en tout j’ai fait 1h de route aller-retour pour rien. Dire qu’à Paris, j’aurais juste eu à marcher 5 minutes jusqu’au prochain Sephora ;-). Là, je fais ma Parisienne, je vous l’accorde, et je comprends à présent les personnes en province qui se plaignent de ne pouvoir compter que sur la vente à distance. Mais pour choisir et essayer une couleur de blush, internet ce n’est pas pratique.

Je me plains mais le lendemain j’avais de toute façon prévu d’aller à Londres : pas pour acheter du blush, je vous jure ! Mais pour un rendez-vous pro. Et là, ma susceptibilité a encore été mise à l’épreuve : la personne rencontrée me demande d’où je viens et quand je lui dis « from Hampshire », elle me répond : « Never heard of it, where is it? ». Incroyable ! Je n’ai pas encore croisé le Parisien qui ne connaissait pas la Normandie mais qui sait !

A Londres, la météo était morose aussi ; pas de quoi me remonter le moral (même si j’ai trouvé mon blush !). Je n’avais pas emmené de parapluie donc j’ai marché des heures sous une averse continue. Complètement lessivée, les cheveux et les vêtements trempés, je passe devant la Cathédrale St Paul. C’est l’heure de l’Eucharistie. Et ça c’est top ! Non pas que je rêvais d’assister à un service religieux mais ça voulait dire qu’il était possible de rentrer dans St Paul sans payer :-). Je précise que la visite payante vaut largement la peine car on a accès à plus de parties, au dôme, aux galeries, à la crypte… Mais là, je voulais juste un abri. La pluie donne la foi… Et un abri comme St Paul c’est le paradis ;-). St Paul est vraiment une superbe cathédrale. Pour la petite histoire, son architecture a été copiée par les Américains quand ils ont bâti le Capitole à Washington. Regardez des photos des deux édifices, on dirait des jumeaux ! Bref, j’ai admiré St Paul, ses dimensions vertigineuses, ses peintures, ses mosaïques, son silence. J’adore ! Puis je suis repartie en vadrouille dans les rues de Londres et j’ai eu le droit à une seconde douche tropicale à l’anglaise !

La Cathédrale St Paul, Londres

Pour sécher, j’ai passé vingt minutes dans la boutique Whittard (boutique de thé) au sous-sol de Covent Garden car sachez-le, dans cette boutique il fait très chaud et la soufflerie fonctionne à fond, on a l’impression d’être chez le coiffeur ! J’espère que vous appréciez les tuyaux incroyables que je vous donne sur Londres aujourd’hui ! Le pire, c’est qu’au grand désespoir des adorables vendeuses, je n’ai rien acheté car je ne fais pas d’infidélité à Fortnum & Mason moi ! Après ce brushing improvisé, j’ai erré dans les rues de Londres et le soleil m’a fait le coup de montrer le bout de son nez au moment où il me fallait reprendre le train pour mon fameux Hampshire !

De retour dans ma grande maison (je ne nie pas les avantages de la campagne !), j’ai cherché un autre remède contre le blues de la France : j’ai cuisiné. Rien de tel que quelques recettes bien françaises pour se faire plaisir, comme une tarte amandine aux poires par exemple…

Et puis rien de tel que la lecture de l’actualité pour rire un peu : donc le Brexit c’est tellement un truc génial qu’ils préfèrent le reporter :-)…

Heureusement, il y a eu de vraies choses positives cette semaine et, pour ne pas changer, c’était l’école et… le week-end !

L’école anglaise

  • Je suis allée à la soirée parents-profs pour les petites classes : la maîtresse de Titpuce a été dithyrambique sur ses progrès. C’est vrai qu’elle lit vraiment bien à présent. Elle écrit même de longs textes en anglais (avec des fautes d’orthographe à presque chaque mot, je vous rassure…;-)). Elle a inventé un conte de Pâques avec des lapins bleus (elle écoute trop Emilie Jolie à la maison !). Son écriture est très soignée. Et puis surtout, il y a eu le prof d’art qui m’a dit que de toute sa carrière, il n’avait jamais vu une enfant de 7 ans aussi douée en dessin. Nous avons remarqué ses dons artistiques depuis longtemps. Déjà, à 4 ans, pendant notre tour du monde, elle faisait de jolies aquarelles… Je me demande ce que cela donnera plus tard. Peut-être que pour notre retour en France, il faudra que je l’inscrive directement aux Beaux-Arts :-).
  • Ticoeur connaît super bien son texte pour l’audition de théâtre, audition qui aura lieu demain. Croisons les doigts ! Il a tellement envie de décrocher un rôle. Côté lecture, il a recommencé Harry Potter mais en anglais. Il en est au tome 2 et il préfère la version anglaise. Selon lui, la traduction n’est pas terrible :-). Apparemment, c’est surtout le niveau de langage d’Hagrid qui ne serait pas suffisamment rustre dans la version française. Je proposerai à J.K Rowling de laisser Ticoeur traduire ses livres :-). A part ça, Ticoeur adore déjà le hockey sur gazon qu’il vient de découvrir en cours de sport à l’école. Il a décrété que c’était son sport préféré devant le foot ! Il va falloir que j’aille regarder un match pour mieux comprendre cette nouvelle passion !
  • J’entends de plus en plus Ticoeur et Titpuce parler anglais entre eux ! Frightening!

Week-end à Brighton

Vous nous connaissez : nous ne restons pas en place ! Et pour le coup, vivre à l’étranger donne vraiment envie de bouger pour mieux connaître son pays d’adoption, non ? Ce week-end, nous avons jeté notre dévolu sur Brighton…

Brighton Pier
Les habitations du front de mer
Le Pier, Brighton
Les falaises à la sortie de la ville

« Papa Voyage » y était déjà allé quand il était étudiant à Londres (il y a quelques décennies donc) et moi je ne connaissais pas. Brighton est célèbre pour sa plage, son pier, sa promenade mais de loin ce que j’ai préféré c’est l’ambiance bohème des lanes. Il s’agit d’anciennes ruelles, très animées qui m’ont rappelé l’animation de Portobello road à Londres (relire mes conseils sur Notting Hill). Ces lanes regorgent de petits cafés, salons de thé, glaciers, fromagers (le rêve !) et de nombreuses boutiques vintage. Mais avant tout, on croise énormément de graffitis à Brighton car le street art y est roi. La balade colorée a d’ailleurs bien plu aux enfants !

La foule dans les lanes
Street Art à Brighton
Boho Gelato : idéal pour le moral ! Glaces aussi bonnes qu’en Italie !

Aussi, nous avons aimé déguster les petits pots de fruits de mer vendus dans les cabanes le long de la plage :

Enfin, nous avons pu montrer le « Taj Mahal » aux enfants ! Enfin, le Pavillon Royal bien sûr, avec son style anglo-indien du début du 19iè siècle. Quelle folie, quelle extravagance, quel exotisme ! Comme pour le Taj Mahal, ce palais cache une histoire d’amour, puisque le futur roi George IV y retrouvait sa chère maîtresse, dans le plus grand secret car elle avait le vilain défaut d’être catholique !

The Royal Pavilion, Brighton
Pavillon Royal Brighton
Comme un voyage en Inde !

Dernière remarque sur Brighton : je vous disais que ce n’est ni son front de mer, ni son Pier qui m’ont charmée (je préfère ceux de Portsmouth) mais il a quelque chose qui rendrait la promenade absolument romantique et esthétique : la rénovation de la Madeira Drive (voir photo ci-dessous) : se promener sous ces arcades du début du 19iè siècle serait un beau voyage dans le temps. Et même si aujourd’hui, l’endroit est inaccessible et délabré, on en devine clairement le potentiel :

Poster des années 20 : Brighton

Apparemment, il y a des projets pour la sauver cette élégante promenade couverte. Évidemment, ça coûte des millions. J’aurais bien suggéré aux Anglais de demander quelques aides à l’Union Européenne pour mettre en valeur ce superbe patrimoine historique but

***

A l’heure où je vous écris, nous sommes de retour dans notre petit village, au plus grand calme ; et je me sens davantage en phase avec cette quiétude après mes doses d’animation et de vie citadine à Londres et à Brighton !

Et vous ? Plutôt rat des villes ou rat des champs ? Ou comme moi en perpétuelle hésitation ?!