Bretagne magique : le Poète Ferrailleur et la poésie des menhirs

Dans la forêt de Brocéliande, nous n’avons pas croisé Merlin l’Enchanteur mais nous sommes tombés sous le charme de deux endroits : le Poète Ferrailleur et les menhirs de Monteneuf. Les deux se trouvent près de Ploërmel, donc sur notre route lors de nos vacances en Bretagne. Nous nous y sommes arrêtés juste après notre semaine dans le Golfe du Morbihan. J’ai eu envie de vous en parler dans un seul et même article car j’ai trouvé qu’il y avait des similitudes entre ces deux lieux magiques et poétiques. J’ai ressenti la même émotion en les traversant… Pourtant, ils sont très différents aussi : chez le Poète Ferrailleur, on découvre un univers imaginé par un grand rêveur : Robert Coudray. Que c’est beau ! Et si touchant ! On croise des automates, animés d’une vie mécanique et pourtant presque palpable et on se retrouve tout petit, comme un enfant, au pied d’immenses maisons fantaisistes qui semblent tout droit sorties d’un conte de fées… On a adoré ! Tous : les enfants et les parents. A côté de chaque oeuvre, on peut lire une petite phrase de l’artiste ou des citations qu’il affectionne … Des phrases inspirantes qui reflètent sa philosophie de la vie. En les lisant je me disais : « mais je pense tout pareil ! Je m’entendrais si bien avec ce créateur fou ! ». Et je crois qu’heureusement, nous sommes nombreux à ressentir cette résonnance, parce que Robert Coudray nous parle finalement de quelque chose que nous avons tous au fond de nous : une puissance de réalisation de nos rêves. Parfois, ceux-ci sont enfouis alors il faut les réveiller, les laisser s’exprimer et c’est cet élan que l’artiste espère nous voir (re)trouver à travers la contemplation de ses oeuvres. On devrait tous se réveiller le matin en repensant à qui on rêvait d’être quand on était petit, non ? Pour réaliser ses rêves, il ne suffit pas de claquer des doigts. C’est du courage, de l’énergie, de la sagesse, du travail, de la persévérance… Le Poète Ferrailleur nous le démontre à travers sa patience, sa précision et tout le temps qu’il a consacré à ses créations. Je me suis totalement retrouvée dans ce parcours vers la réalisation des rêves. J’essaie souvent de le suivre mais parfois je m’égare. Alors merci. J’aime quand on me rappelle l’essentiel…

« La vie… comme le vent, enfermée dans un enclos de nos peurs, soucis, accaparements, vivote ou meurt…. réveillée par un sourire, une musique, un projet qui donne sens, s’envole et vibre. » Robert Coudray.

    

Et quel rapport avec les menhirs ? Et bien, finalement, les menhirs c’est une histoire remplie de mystères. Il est vrai qu’on ne sait pas vraiment pourquoi ils sont là. Mais je pense que les hommes de cette période, même si c’était il y a des milliers d’années, et bien ils ressentaient les mêmes choses que nous aujourd’hui et qu’ils avaient besoin de montrer l’élan de la vie, d’exprimer la grandeur de leurs rêves, la beauté de l’humain… de s’inscrire dans le temps, dans la durée, de toucher le ciel, de parler aux hommes des prochaines générations… Peut-être que les hommes du néolitique ont érigé ces menhirs avec la même philosophie que le Poète Ferrailleur ? Et si le message était le même ? C’est ce que je me suis demandée en découvrant les superbes menhirs de Monteneuf. Je pense même que les ancêtres du Poète Ferrailleur étaient sans doute parmi les hommes qui ont choisi de poser ces menhirs ici, dans la belle forêt de Brocéliande, comme une force qui nous ancre, une force de la nature, comme un repère aussi, et comme un rappel de ce qu’ils étaient : des hommes qui rêvaient il y 6 500 ans, tout comme nous rêvons et continuerons de rêver…

Alors ma comparaison entre les deux lieux est peut-être étrange mais moi j’ai ressenti la même chose. J’ai entendu le même message… Alors chut… écoutons-les nous murmurer à l’oreille qu’il y a tant de belles choses en nous qui ne demandent qu’à s’exprimer et imaginons un instant que ces menhirs sont des rêves, des poèmes, des forces qui nous inspirent…

***

Les tours fantaisistes du Poète Ferrailleur s’élèvent vers le ciel et semblent nous chuchuter les mêmes secrets que les menhirs, non ?

Alors, elle n’est pas magique la Bretagne ?

 

 

Vue Larmor Baden

Encore le Golfe du Morbihan !

Nous venons de passer une semaine dans le Golfe du Morbihan avec toute ma belle-famille. Mais vous ne deviez pas être en Angleterre me direz-vous ? Et bien oui, on était parti mais on est vite revenu ;-).

C’est juste que notre expatriation en Angleterre n’était pas prévue et que nos vacances en famille étaient réservées depuis Noël. Pour avoir une belle loc’ pour neuf personnes, je m’y prends bien en avance ! Cette fois-ci, j’ai choisi le Golfe du Morbihan, parce que j’aime beaucoup, parce ma belle-famille a visité plusieurs coins de Bretagne mais pas celui-ci ; parce que j’y ai de beaux souvenirs, que j’aime son côté sauvage, sa baie protégée et moi, j’ai l’impression qu’il y fait tout le temps beau ! (En tout cas, plusieurs fois par jour comme on dit !). Alors, si vous suivez le blog, vous savez que, lors de précédents voyages, nous avions déjà découvert le coin de Carnac, que nous avions fait du vélo jusqu’au bout de la Presqu’île de Quiberon, que j’avais eu un coup de coeur pour l’Ile aux Moines… Donc, nous sommes retournés à ces endroits et nous en avons découvert d’autres. Cette fois-ci, nous étions basés à Larmor-Baden. Ticoeur, lui, a suivi un stage de catamaran car après son séjour en classe de mer il en redemandait ! Il a adoré ses matinées en mer. Quelle bonne mine il a mon petit marin ! Il m’a tant donné envie que j’ai voulu louer un petit voilier le dernier jour, un Laser… sauf que moi j’ai pas le pied marin et qu’il y avait beaucoup de vent alors j’ai été très impressionnée (en fait, j’ai même eu très peur !!!) parce que je m’attendais à rester tranquillement assise dans le bateau et pas du tout ! Nous avons failli chavirer toutes les deux minutes ! J’étais épuisée ! Heureusement que Papa Voyage était avec moi et qu’il a rattrappé le bateau à chacun de mes virements de bord ! A part ce passage émotion qui m’apprendra à faire mon intrépide alors que je ne le suis pas du tout quand il s’agit de la mer, on a passé une semaine en douceur entre baignades (si, si, à 19 degrés moi je me baigne volontiers), dégustation d’huîtres, balades sur les îles à pied ou à vélo, menhirs, dolmens, excellentes crêpes, pêche à pied, et ambiance sur les marchés…

Vue Larmor Baden

Et puis surtout il y a eu les couchers de soleil face à l’île aux Moines, les moments en famille, les cousins qui jouent et rient ensemble mêlant le français, l’allemand, l’anglais, le polonais… Mais vous êtes d’où nous demande-t-on souvent ? Et bien ça dépend à qui vous posez la question car dans la famille c’est le gros melting-pot ! Et encore, y avait pas mon père pour chanter en sicilien ! Bref, une très belle semaine bretonne et un Golfe du Morbihan toujours aussi magique ! Je peux déjà vous le dire : nous y retournerons encore une prochaine fois car nous n’avons toujours pas arpenté l’île d’Arz, ni celle de Houat. J’aimerais aussi faire quelques randonnées du côté de la Presqu’île de Rhyuis… Les paysages du Golfe du Morbihan, on ne s’en lasse pas, non ?

Golfe du Morbihan

Golfe du Morbihan

catamaran à Baden

Quiberon la sauvage

Quiberon cote sauvage

Golfe du Morbihan

 

Auray Morbihan


Ile aux Moines

en famille dans le Golfe du Morbihan

 

vacances Golfe du Morbihan

Les meilleurs moments de notre petit programme dans le Golfe du Morbihan :

  • Balade sur l’île de Berder
  • La plage des 7 îles (merci à la lectrice qui me l’a conseillé)
  • Baignade agitée sur la côté sauvage à Quiberon
  • Le vélo sur l’île aux moines avec une pause pour déguster d’excellentes huîtres chez Ets Martin (là encore, merci à la lectrice qui m’a donné ce tuyau).
  • La crêperie La Goélette à Baden (délicieuses !)
  • Le marché de Vannes pour son ambiance et la beauté de cette ville
  • Promenade dans le port de Saint-Goustan (Auray).
  • En quittant le Golfe du Morbihan en direction de Rennes il y a le Poète Ferrailleur et les Menhirs de Monteneuf : à ne pas manquer ! (je vous en parle bientôt !)

coucher de soleil Golfe du Morbihan

D’après vos réactions sur les réseaux sociaux j’ai l’impression que vous étiez nombreux en vacances dans le Golfe du Morbihan cet été, je me trompe ?

 

Golfe du Morbihan

Escapade en famille dans le Golfe du Morbihan

Nous avons profité de notre séjour dans les arbres près de Carnac, début juillet pour explorer le Golfe du Morbihan, du moins une modeste partie puisqu’il y a quand même 42 îles dans cette « petite mer » : tout un programme !

Nous avons passé une journée sur l’île aux Moines

Golfe du Morbihan

 

A Locmariaquer, nous sommes allés visiter le site des mégalithes qui comprend le grand menhir brisé (il mesurait 21 mètres de haut pour un poids de 300 tonnes !), le tumulus d’Er Grah (caveau monumental) et le dolmen de la table des marchands (tombe à couloir). Tous ces monuments très intrigants datent du Viè et IViè siècle avant J-C. Devant le grand menhir, Ticoeur a expliqué à sa sœur qu’il s’était cassé car Obélix l’avait fait tomber (hi ! hi ! Un futur historien mon Ticoeur !). Pour nous remettre de ce voyage dans le temps, nous sommes allés faire trempette sur la plage de Locmariaquer. Un bon bol d’air breton !

menhir brisé

plage de Locmariaquer

plage de Locmariaquer

plage de Locmariaquer

Enfin, nous avons découvert Sarzeau dans le sud du Golfe. Là-bas, nous avons déjeuné dans le jardin d’une adorable et délicieuse crêperie : Les Pieds dans le Plat (un grand merci à Denis pour cette belle adresse !).  A 5 km du centre de Sarzeau, nous nous sommes baignés sur la grande et magnifique plage de Suscinio avec son sable blanc et une mer qui devait être à 20 degrés : parfait pour moi ! Géographiquement, il ne s’agit pas d’une baignade dans le Golfe mais dans l’océan puisqu’on est sur la partie sud de la Presqu’île de Rhuys. Dans notre dos, depuis la plage, on pouvait voir le château de Suscinio que nous avons visité, à la base pour nous mettre un peu au frais mais les enfants ont aimé gambader dans les immenses pièces et sur le chemin de ronde. Ce château a été construit entre le XIIIiè et XViè siècle par les Ducs de Bretagne. Pour Titpuce le meilleur moment de la visite a été quand elle a pu se déguiser en princesse du Moyen-âge !

meilleure crêperie Sarzeau

plage de Suscinio

Plage de Suscinio

château de Suscinio

déguisement Anne de Bretagne

CHâteau de Suscinio

Clairement, nous avons trouvé le temps trop court. J’ai d’ailleurs mis de côté tout plein d’articles dédiés à ce coin de Bretagne sur Wonderful Breizh. Donc pour sûr nous retournerons dans le Golfe du Morbihan ! Nous aimerions beaucoup en faire le tour en vélo ou en voilier !
Golfe du Morbihan en voilier

Et vous ? Amoureux du Golfe du Morbihan ? Des spots préférés ?

 

Notre croisière sur le canal Nantes-Brest #2

Je continue le récit de notre week-end en famille sur le canal de Nantes à Brest. Je vous avais raconté la première partie de notre itinéraire en vous donnant tous les détails de la vie à bord avec les enfants. Aujourd’hui, je continue le journal de notre croisière…

Dimanche : nous nous réveillons à Montertelot et après le petit-déjeuner, nous partons vers le village médiéval de Malestroit où nous souhaitons nous balader puis déjeuner. En route, nous passons bien sûr quelques écluses ; certaines sont particulièrement bien fleuries. Le canal est très paisible, très vert. Reposant.

passage d'écluse

Notre accostons au port de Malestroit. La météo est juste parfaite. Nous installons donc le parasol sur la terrasse…

Suite de l’article

Notre croisière sur le canal Nantes-Brest avec les enfants #1

Début mai, nous sommes partis en Bretagne (oui encore ! Une région dont je ne me lasse pas !) pour parcourir une petite portion du canal qui va de Nantes à Brest. La croisière sur les canaux nous connaissons bien. Nous avions déjà testé en Bourgogne. Cette fois-ci, nous avons été invités par Locaboat  pour vivre la version bretonne à partir de la base de Saint-Martin-sur-Oust (c’est à 20 km de Redon).

canal Nantes Brest

 

Un grand merci à Don, le chef de base qui nous a donné de précieux conseils sur l’itinéraire et les endroits à ne pas manquer. Voici donc les détails de notre croisière à bord de notre bateau qui s’appelait Guenrouet :

Vendredi 14h : on récupère le bateau, le linge, les brochures, etc. Don nous explique le fonctionnement du bateau et fait un tour rapide avec nous. « Rapide » car mon mari maîtrise mais je vous rassure, si c’est votre première fois, le chef de base vous donne toutes les informations nécessaires pour une bonne navigation et pour le passage des écluses. On décide de partir directement, direction le village de La Gacilly. Nous y arrivons après 2h30 de navigation. La moitié du trajet est sur le canal Nantes-Brest et l’autre moitié sur une petite rivière. Les enfants visitent le bateau puis viennent sur le pont avec nous. Ticoeur prend même la barre avec son papa. Titpuce pose un tas de questions « mais maman, pourquoi le canard il passe par là . » ;-). Bref, nous arrivons à La Gacilly. Ce nom vous dit peut-être quelque chose : c’est le fief d’Yves Rocher. Si vous n’êtes pas fan de cosmétiques, je vous rassure La Gacilly vous séduira quand même : village est très fleuri, avec de vieilles bâtisses en pierre aux volets colorés ; il y a de nombreux artisans à découvrir (boutique de nougats, de macarons, de couteaux, de céramiques, etc.). Après notre tour du village, nous faisons les courses pour les prochains jours car nous comptons manger à bord (grandes salades composées le midi et pâtes le soir). La personne de la supérette nous propose gentiment de nous livrer en voiture jusqu’au bateau pour que nous ne soyons pas trop chargés entre les enfants et les sacs. On ne refuse pas ! Pour notre premier soir, nous décidons de dîner dans une crêperie parce qu’on ne peut pas aller en Bretagne sans manger de crêpes quand même !

croisière fluviale

bateau

île aux Pies

 

passage d'écluse

La Gacilly

 

le port de La Gacilly

 

bateau Locaboat

croisiere fluviale

au port de La Gacilly

Suite de l’article