Articles avec l'étiquette Alpes:

Courchevel : au-delà des clichés, une station coup de cœur !


Vous le savez, je suis souvent partie au ski : enfant, j’y allais trois fois par an : en février, à Pâques et en juillet ! Pour une Parisienne disons que c’est pas mal ! J’ai donc testé de nombreuses stations de ski que ce soit dans ma jeunesse ou depuis quelques années en famille avec les enfants. Pourtant, il y a une célèbre station de ski ou je n’avais jamais mis les pieds : Courchevel !


Alors quand l’an dernier mes cousins lorrains (oui, ma mère est lorraine ;-)) nous ont proposé de les rejoindre à Courchevel, la première idée qui m’est venue à l’esprit était : « euh, mais c’est sympa Courchevel ? ». J’avais une image de station guindée, hors de prix et pas mieux que les autres pour le ski. Qu’en est-il ?

Suite de l’article

Notre semaine de ski dans la vallée de Chamonix

Et en plus ça rime !
Avec un peu de retard voici le récit de notre semaine de ski en famille à Vallorcine, dans la vallée de Chamonix où nous étions entre Noël et le Jour de l’an.


Depuis que nous vivons en Angleterre, nous allons au ski pendant les vacances de fin d’année plutôt qu’en février car les petits Anglais n’ont qu’une semaine de vacances en février (pas de culture du ski ici) donc cela fait un peu juste pour atteindre les montagnes, sans parler des tarifs exorbitants des transports pour rejoindre les Alpes depuis le Royaume-Uni en février.
Ainsi, l’an dernier, nous sommes allés skier à Montgenèvre, station facilement atteignable depuis l’aéroport de Turin. Cette année, nous avons choisi Vallorcine où nous sommes allés en voiture depuis Stuttgart (5h de trajet) car nous avons passé Noël chez mes beaux-parents qui vivent là-bas. La station est sinon facilement reliée à l’aéroport de Genève. Nous avons passé cette semaine de ski avec un couple d’amis de Paris et leurs enfants. Je trouve toujours sympa d’être entre amis ou en famille agrandie quand on part à la montagne. C’est tellement plus convivial !

Cela faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans la Vallée de Chamonix ! Plus jeune j’y suis allée quelques étés pour faire de la rando. Je gardais d’excellents souvenirs de la Mer de Glace (à l’époque elle était impressionnante ! Ce n’est hélas plus le cas !!!), d’Argentière et de randonnées face au Mont-Blanc.

La version hivernale est tout aussi magique. Et lors de notre séjour pour les fêtes de fin d’année, les conditions étaient extraordinaires ! Un bel enneigement ! En plus, nous avons eu un grand soleil tous les jours de la semaine sauf le premier jour où il a neigé.

Suite de l’article

Montgenèvre : mon séjour au ski, seule avec les enfants…

Pendant les vacances scolaires de Noël, nous sommes partis à Montgenèvre, petite station familiale des Hautes-Alpes. Ce séjour était pour moi le séjour des premières fois ; première fois que je me retrouve au ski en mode maman solo avec deux enfants ; première fois que nous partions au ski à Noël ; première fois à Montgenèvre ! Par le ski à Noël et par la station de Montgenèvre j’ai été conquise ; mais par un séjour au ski en maman solo… ? Disons que c’est sport ! Je vous raconte tout et j’en profite pour vous donner des conseils si, vous aussi, vous envisagez de partir seul(e) au ski avec vos enfants.

Vacances au ski en maman solo avec deux jeunes enfants :

C’était clairement la partie sportive de mon séjour ! Comme je vous l’ai déjà expliqué, Papa Voyage a moins de congés qu’avant depuis qu’il travaille en Angleterre (lire : nos aventures en Angleterre). Alors forcément, si je veux voyager autant qu’avant, il faut que je parte parfois en maman solo ! C’était le cas pour notre séjour au ski, du moins en grande partie : Papa Voyage était avec nous le premier week-end, car un de ses meilleurs amis avait décidé de fêter ses 40 ans à Montgenèvre et avait donc invité une vingtaine de personnes dans cette station qu’il adore. Alors quitte à venir de si loin, je me suis dit que les enfants et moi allions rester toute la semaine afin que Ticoeur et Titpuce puissent suivre des cours de ski et passer leurs étoiles. Ils étaient très demandeurs mes petits chéris ; c’est ce qui m’a décidée à tenter l’aventure ! J’ai prolongé la loc qu’avait faite notre ami et donc je suis restée une semaine au ski avec les enfants. Ce n’est pas la première fois que je voyage seule avec Ticoeur et Titpuce mais c’était la première fois que je tentais un séjour au ski en maman solo. Et bien, c’est plus difficile que la version city trip, plage ou montagne en été ! Pourquoi ? Et comment gérer au mieux ?

  • Il faut aider les enfants à porter leurs skis et leurs bâtons : déjà que j’ai du mal avec mon propre matériel (j’ai peu de force dans les bras !), porter les skis de Titpuce en plus des miens c’était le moment noir de la journée, celui où je me demandais ce qui m’avait pris de me lancer dans un séjour au ski en maman solo ! Nous n’avions que 300 mètres à parcourir entre le casier à skis de notre loueur et le rendez-vous aux cours de l’ESF mais ces quelques mètres m’ont semblé une éternité ! Ma chérie était prête à aider mais vraiment, elle n’avançait pas si elle essayait de porter son matériel. Aussi, c’était la première année que Ticoeur et Titpuce avaient des bâtons. Ce n’est pas le plus lourd, de loin, mais c’est encombrant et ne simplifie pas la tâche ! D’habitude, c’est Papa Voyage qui aide les enfants et pour lui, quelques centaines de mètres en portant deux ou trois paires de ski, ce n’est pas un soucis. Donc mon premier conseil si vous allez seule au ski avec les enfants c’est de trouver un logement ou un casier à skis juste devant l’ESF !
  • L’épreuve des toilettes : vous croyez que vous êtes enfin prêts à skier ? Et là, un de vos enfants chéris vous dit qu’il veut aller aux toilettes ! C’est parti pour enlever toutes les couches qu’il a fallu laborieusement enfiler ! Conseil : bien passer par la case toilettes avant d’aller aux cours de ski. Là encore, c’est surtout Titpuce qui avait besoin de mon aide.
  • Il faut réussir à veiller sur eux sur les pistes : pendant le cours de l’ESF, pas de soucis, les moniteurs de ski gèrent les enfants et ils ont une sacrée expérience en la matière ! Mais après les cours, d’habitude, avec Papa Voyage on s’organise de la manière suivante : un parent devant, les enfants en file indienne juste derrière et enfin le deuxième parent ferme le groupe. Ainsi, on sécurise l’avant, l’arrière et on surveille bien les enfants. Mais seule ? J’ai essayé toutes les combinaisons : le mieux était de laisser Ticoeur devant car il skie mieux que Titpuce et qu’il faisait davantage attention aux autres skieurs, puis Titpuce, puis moi derrière. Le hic c’est quand un enfant tombe et que l’autre ne s’en rend pas compte. Je donnais donc des repères à Ticoeur d’endroits où il devait s’arrêter et vérifier si nous étions toujours derrière.
  • Il faut s’adapter au niveau de ski de chaque enfant : là encore, quand il y a les deux parents c’est simple : on fait deux groupes. Par exemple, si Ticoeur voulait descendre une piste rouge alors que Titpuce n’avait pas le niveau, il pouvait partir avec moi ou son père. En maman solo, je devais choisir les pistes adaptées aux deux enfants et donc le choix s’orientait vers les pistes correspondant au niveau de Titpuce, pour ne pas prendre de risques. Ticoeur était donc frustré par moment, pas tant à cause du choix des pistes mais surtout par le fait que chaque jour il voulait skier plus longtemps que sa petite soeur.
  • Gérer la pause déjeuner : quand on skie en famille, avec Papa Voyage, généralement on fait une pause au chalet à midi parce que c’est plus reposant et plus économique. Mais seule avec deux enfants, étant donné la pénible logistique liée au matériel, j’ai choisi de déjeuner tous les midis au resto d’altitude, pour moins perdre de temps et moins galérer avec le matériel.
  • Montrer l’exemple et skier en toute sécurité : je suis vraiment à fond sur la sécurité quand il s’agit de vacances au ski car j’ai moi-même eu un accident de ski et que j’en ai vu pas mal d’autres lors de mes séjours en colonie. Porter le casque c’est une condition absolue. Je n’arrive toujours pas à convaincre Papa Voyage mais comme il n’était pas là, nous étions donc au top les enfants et moi avec nos casques. Aussi, me concernant, je n’ai pas osé prendre des pistes trop difficiles de peur d’une chute. Quand Papa Voyage est avec moi, il peut m’aider si je tombe et aller chercher les enfants à l’ESF si je galère après une chute mais seule, je ne voulais surtout pas prendre de risque. D’autant plus qu’il n’y avait quasi personne sur les pistes ! J’ai quand même profité des pistes noires, le week-end où Papa Voyage était là.
  • L’enfer des bagages : nous voyageons toujours légers, sauf… au ski ! Comment faire ? Avec tous les vêtements chauds qu’il faut emmener ! En plus, nous avions nos affaires pour la suite de nos vacances à Paris et en Allemagne. J’avais donc un gros sac de rando, une valise à roulettes et nous avions chacun un petit sac à dos. Bref, l’horreur pour porter les bagages ! J’ai littéralement traîné le sac de rando dans la neige en le faisant glisser. Juste un mauvais moment à passer. Pas de solution !
  • Il faut occuper les enfants après le ski : j’avais un peu peur du temps « après le ski »… D’avoir seule la pression du « maman, on fait quoi maintenant ? » mais là en fait pas soucis : Ticoeur et Titpuce étaient claqués ! Nous arrêtions le ski vers 15h30 ; nous passions acheter du pain, faire quelques courses pour le dîner (des pâtes, de la soupe, rien de compliqué !) et ensuite il est arrivé que Titpuce s’endorme tandis que Ticoeur dévorait des livres. Le soir, nous étions contents d’aller tous les trois tôt au lit.

ski maman solo

ski maman solo

Est-ce que je renouvellerai l’expérience du ski en maman solo ? Oui ! Surtout si c’est ça ou rien (à cause du peu de vacances de Papa Voyage). Forcément, j’ai pensé à tous les couples divorcés qui se retrouvaient aussi à devoir expérimenter le ski en parent solo. Sans doute, les vacances les moins simples de l’année ! Je comprends ceux qui choisissent d’aller au ski en hôtel-club. Une autre solution serait de partir avec une autre famille ou avec des amis. J’avais d’ailleurs proposé à mon frère de se joindre à nous mais lui non plus n’avait pas de vacances. Evidemment, la difficulté dépend aussi du nombre d’enfants et de leurs âges. Avec un seul enfant, je trouve que c’est totalement gérable. De même, si les enfants sont plus grands, c’est plus simple : ils arrivent à porter leur matériel et ils sont très à l’aise sur toutes les pistes. En tout cas, pour moi la prochaine fois, le critère numéro 1 sera la distance entre l’hébergement et le point de rendez-vous de l’ESF ! Mais au final, malgré le côté épuisant de ces vacances, j’ai été ravie de les rendre heureux mes petits chéris ! Ils ont adoré skier et passer leurs étoiles ! Si c’était à refaire, je recommencerai donc !

Partir au ski à Noël :

Je ne compte plus le nombre de fois que je suis partie au ski, que ce soit en colonie dans mon enfance ou plus tard dans ma vie d’adulte. J’ai skié en janvier, février, mars, avril et même juillet (sur le glacier des Deux-Alpes) mais je n’avais jamais skié en décembre ! La nuit qui tombe vite, la peur du froid et surtout la crainte qu’il n’y ait pas de neige étaient sans doute mes principaux freins. Après la semaine que nous avons passée à Montgenèvre, juste avant Noël, j’avoue que j’ai envie de remettre ça ! Peut-être avons-nous eu de la chance… Peut-être… Mais nos amis habitués de la station m’ont plutôt convaincue que ces conditions ne sont pas rares en décembre à Montgenèvre ! En tout cas, cette première fois était juste parfaite : énormément de neige, de la belle poudreuse et même du soleil ! En plus, il n’y avait presque personne : nous avions l’impression d’avoir les pistes rien que pour nous ! Le seul point négatif c’est qu’avant Noël, seuls les 20% du domaine étaient ouverts. C’était largement suffisant pour se faire plaisir mais j’aurais aimé pouvoir découvrir tout le domaine et notamment la partie italienne (le reste du domaine ouvrait le 21 décembre, au moment des vacances scolaires françaises). On ne peut pas tout avoir ! Et pour le peu de personnes qu’il y avait dans la station, 20% c’était déjà très sympa ! Quant aux températures, il m’est arrivé d’avoir bien plus froid en janvier, février ou même mars donc bon, c’est un peu le hasard aussi. Enfin, je n’ai finalement pas été gênée par la nuit qui tombe vite car avec de jeunes enfants la journée de ski se termine tôt de toute façon et nous étions bien fatigués au moment du coucher du soleil. Au final, j’ai tellement été enchantée par cette première fois au ski en décembre que nous referons de même en 2019 ! Si décembre n’est pas une option pour vous, je vous laisse relire mon article sur skier en février ou à Pâques.

La station de Montgenèvre : très sympa pour skier en famille

Nous avons aimé son grand front de neige, les très longues pistes vertes pour les enfants (je vous rassure, il y a de belles pistes rouges et noires pour les adultes… peut-être moins de bleues j’ai trouvé…en tout cas hors saison…), la tranquilité du village, le paysage et la possibilité d’aller manger en Italie ! Aussi, Ticoeur et Titpuce sont tombés sur de super moniteurs de l’ESF !

Voici quelques photos :

ski à Montgenèvre

Montgenèvre

ski à Montgenèvre

Montgenèvre

Montgenèvre

ski à Montgenèvre

ski en famille à Montgenèvre

Conseil : si vous pensez aller à Montgenèvre en décembre, il vaut mieux cibler les vacances scolaires françaises pour avoir accès à tout le domaine ainsi qu’à la patinoire : Ticoeur et Titpuce étaient vraiment déçus que la patinoire soit fermée ! Je pense que même pendant les vacances scolaires c’est une station qui reste agréable et pas trop bondée. Enfin, à Montgenèvre il y a un grand espace aquatique mais nous n’avons pas testé.

Pour mes conseils sur le ski en famille, vous pouvez relire : A quel âge commencer le ski ? ou encore Mes conseils pour skier avec des enfants.

Informations pratiques et bonnes adresses à Montgenèvre :

  • Transport : pour aller à Montgenèvre depuis Paris, il y a le TGV jusqu’à Oulx (4h40) puis navette (30 minutes). Pour nous, depuis l’Angleterre, nous avons pris l’avion jusque Turin en Italie (très belle ville d’ailleurs ! Voir mon article sur Turin), puis 1h30 de voiture.
  • Toutes les infos sur Montgenèvre : sur le site de la station.
  • Bonnes adresses : coup de coeur pour La Coche, restaurant situé côté italien (Clavière). Bon pain et biscuits maison à la boulangerie L’Atelier à Montgenèvre. Le resto d’altitude Les Anges était le seul ouvert. La terrasse est bien ensoleillée, les prix corrects et le personnel sympathique,… après la cuisine est juste ok sans plus (mais nous conseillons leur tartiflette très copieuse). Enfin, il est agréable de prendre un café et d’acheter des chocolats dans le bâtiment principal de la station, juste à côté de l’ESF, derrière les caisses des remontées mécaniques.

Ski en famille

Et vous ? Vous connaissez Montgenèvre ? Vous aimez skier en décembre ? Vous êtes déjà partie au ski en maman solo ?

lama de Valloire

Notre randonnée avec les lamas de Valloire

Lors de notre séjour à Valloire, après une belle matinée de ski avec les enfants, nous avons profité d’un grand soleil printanier pour nous inscrire à une randonnée en montagne avec des lamas. C’est ainsi qu’à 13h45 nous avions rendez-vous avec d’autres familles participantes et Gilles, notre guide, pour partir en direction du camp de base où vivent les lamas.

lama de Valloire

Là-bas, Gilles nous a d’abord présenté chaque animal : son prénom, son caractère, son histoire (Névé, Tio, Tchoupi, Vivace et les autres). Les enfants leur ont donné à manger puis  ils ont choisi quel lama ils voulaient mener. Titpuce a tout de suite eu un gros coup de cœur pour Arsouille, l’alpaga (l’alpaga est le plus petit et le plus doux des camélidés – sa laine est réputée), absolument craquant il est vrai. Ticoeur s’est occupé de Névé, un jeune lama très dynamique, puis il a changé plusieurs fois de lama pendant la rando car les enfants voulaient tourner. C’est ainsi que parents, enfants, grands-parents et lamas se sont retrouvés à marcher ensemble. Parfois on ne savait plus vraiment qui menait qui entre le lama ou l’enfant ;-). Dans tous les cas, les lamas sont des animaux très doux, très gentils et moins têtus que des ânes. Randonner avec des lamas c’est vraiment confortable et adapté pour toutes les générations ! Nous avons commencé par une grande montée pendant laquelle les enfants nous ont épatés par leur énergie. Je pense que mener des lamas dédouble le courage de nos p’tits chéris. Je peux vous affirmer que sur la dizaine de bambins présents aucun n’a traîné la patte, au contraire, que d’entrain ! On devrait toujours avoir un lama avec soi pour voyager non ? Pas de « mais quand est-ce qu’on arrive ? », « je veux plus marcher »… Les lamas n’ont pas hésité à grignoter quelques plantes en chemin. Les enfants ont commencé à avoir faim eux aussi, alors on s’est installé dans une clairière et Gilles leur a préparé des tartines à la confiture de myrtilles en leur racontant tout plein d’anecdotes concernant les lamas. Nous étions tous captivés.

Randonnee avec lama   Randonnee avec lama

Randonnee en famille

Randonnee avec lamaGilles, notre guide et ami des lamas

Le spot pour notre pause était magnifique, avec une vue incroyable sur le Grand Galibier (3228m), au sommet éblouissant. Il est temps de repartir, on marche toujours face à cette montagne fascinante et bientôt nous commençons la descente. Les parents récupèrent les lamas pendant que les enfants dévalent les pentes avec Gilles. Il s’est écoulé environ trois heures et nous ne les avons pas vu passer. Nous avons la tête pleine d’histoires de lamas et de rires d’enfants. Nous retournons au camp de base ; il est temps que les lamas se reposent et nous rentrons en mini-bus à la station. 

Face au Grand Galibier

grand galibier

Nous avons vraiment trouvé que c’était une des plus belles randonnées que nous ayons faite en famille. Gilles est un super guide, passionné et passionnant. Les enfants ont été fiers de mener les lamas sur les sentiers. Ils vont se souvenir longtemps de cette belle expérience. Quant à moi qui rêve de faire plus de rando avec les enfants, j’ai trouvé la solution : il faut absolument qu’on adopte un lama !

Randonnee avec lama

Randonnee avec lama

J’avais vu mes premiers lamas au Pérou et dernièrement nous avions recroisé des lamas lors de notre voyage dans le nord Argentine mais je n’avais jamais passé du temps avec eux et je n’imaginais pas leur endurance et leur caractère plutôt facile. Les lamas de Gilles sont eux originaires du Chili et de la Bolivie mais ils sont nés en France. Ils ont l’air de bien se plaire en Savoie en tout cas !

Bref, si vous venez à Valloire, ne manquez surtout pas la rando famille avec Gilles et ses lamas. Deux mamans lamas attendent un bébé donc la relève est assurée !

randonnee avec lama de Valloire

Je sais qu’il existe d’autres concepts de randonnées avec des animaux (ânes, chiens, cochons). Avez-vous déjà testé ? Ne trouvez-vous pas que c’est magique de voir comment soudain nos enfants aiment marcher ?

Un grand merci à Gilles pour cette découverte !

Informations pratiques pour la rando avec les lamas :

  • Inscriptions auprès de l’office du tourisme de Valloire.
  • Également plus d’informations sur le site des lamas de Valloire.
  • Possibilités de balades en toute saison. Ce doit être amusant de tester la rando raquettes avec les lamas !

Alors, tentés ?

Valloire en famille

Ski en famille à Valloire

Pour bien commencer les vacances de Pâques, nous sommes partis au ski à Valloire le temps d’un grand week-end de quatre jours. C’était notre troisième séjour ski en famille et encore une fois nous avons opté pour le printemps, sans aucun regret car la neige était au rendez-vous (de la bonne neige en plus !) ainsi que le soleil. Côté stations, je vous avais déjà raconté qu’enfant et ado je skiais aux vacances de février, de Pâques et même la première semaine de juillet, toujours en colonie, donc j’ai vraiment pu tester de très nombreuses stations des Alpes mais je ne connaissais pas encore Valloire. Alors quand la station nous a invités à venir y passer quelques jours, nous avons eu très envie de la découvrir d’autant plus que c’est une station qui a la réputation d’attirer les familles. Et en effet, nous y avons croisé de très nombreux couples avec de jeunes enfants donc l’ambiance familiale était clairement au rendez-vous ! C’était d’ailleurs idéal pour Titpuce et Ticoeur qui ont pu sympathiser avec d’autres enfants à l’hôtel ou lors d’activités l’après-midi après le ski.

Valloire en famille

Le ski à Valloire, pour les petits et pour les grands :

Je vous l’avais dit : lors de notre retour de tour du monde, la seule chose qui avait manqué à Ticoeur et Titpuce c’était la neige et le ski donc ils attendaient avec impatience d’y retourner. Ticoeur avait débuté le ski à 4 ans et demi et n’avait pas trop aimé ; puis, la deuxième fois, à 5 ans et demi, il a carrément adoré, et Titpuce qui avait alors 3 ans avait accroché dès le début. Cette année, à 7 ans et demi et 5 ans, j’avais deux enfants très motivés pour suivre leurs cours de ski, le matin à l’ESF, au début dans le même groupe (L’Ourson), puis Ticoeur a progressé en flèche et a changé de groupe. Dès le premier jour, après le cours, il a voulu continuer avec son papa ou avec moi sur les pistes. Pour Titpuce, le cours de l’ESF c’était juste la bonne dose et elle a beaucoup aimé (« maman c’était trop bien le ski » m’a-t-elle dit à la fin de notre séjour), c’est l’essentiel ; je la sentais trop fatiguée pour enchaîner sur les pistes comme son frère. Donc à chaque enfant son rythme… Et quand on ne veut pas skier toute la journée, le printemps c’est idéal pour le choix d’activités possibles l’après-midi (je vous parlerai de notre super rando avec des lamas ! Un coup de cœur !).

Et le ski pour les parents ?

Suite de l’article