Notre vie en Angleterre (semaine 43) : autant en emporte le vent…

Que de vent cette semaine ! Tout d’abord, il y a eu énormément de vent dans les voiles des enfants ! En effet, cette semaine, Ticoeur et Titpuce suivaient un stage intensif de voile, tous les jours de 9h30 à 16h30. Alors oui, je leur souhaitais d’avoir du vent mais pas autant ! D’après le directeur de l’école de voile c’était la semaine la plus venteuse depuis le début de la saison, donc depuis début avril. Vous le savez : j’aime la mer et le bateau mais plutôt avec une légère brise ! J’ai été super stressée en voyant les degrés Beaufort augmenter de jour en jour, surtout pour ma Titpuce inscrite au cours débutant et pas très rassurée à la base ! Entre deux réunions, je consultais toujours mon portable sur lequel j’ai installé une appli pour suivre le vent ! Finalement, cela ne vous étonnera pas : j’étais plus stressée que mes loulous qui se sont bien amusés et qui ont bien progressé avec seulement un chavirage chacun dans la semaine. Vendredi, il y a tout de même eu alerte rouge car nous avons atteint Beaufort 8 et donc les instructeurs de voile ont consacré la journée à la théorie : ouf ! A la fin du stage, je suis allée à la petite remise des diplômes : je suis trop fière de mes petits matelots qui ont passé leurs niveaux de la Royal Yachting Association (RYA) dans des conditions si aventureuses !

ça souffle !

Le vent nous a également emmené mon père qui est venu de Paris pour passer quelques jours avec nous, gérant notamment d’accompagner les enfants au club de voile. Quand mon père débarque c’est un vent d’Italie qui souffle à la maison. Il nous a cuisiné de super petits plats italiens : bruschettas, gratin d’aubergines, carbonara et pizzas ! Nous avons profité de sa présence pour sortir, Papa Voyage et moi en amoureux – et vous savez ce que nous avons fait ? De la voile ! ;-)… Nous avons rejoint une sortie voile de notre club. Il y avait une dizaine de bateaux. Papa Voyage m’a laissée diriger le voilier afin que je progresse un peu. J’étais en train d’enchaîner très scolairement et laborieusement mes virements de bord quand soudain j’ai vu quelque chose qu’il n’y a jamais par ici : une vague !!!! Une énorme vague ! Aussi haute que notre petit voilier ! Dans le Solent (notre coin), c’est justement connu parce que c’est une belle zone de vent SANS vague ! Dans ma tête, j’ai essayé de me souvenir si j’avais appris quelque chose à propos des vagues durant mon stage d’initiation mais non, pas du tout : il fallait improviser… ou pas ! Alors je n’ai rien su faire à part hurler au moment où la vague nous a engloutis nous et le bateau ! Hurler était une bien mauvaise idée car j’ai bu la tasse, le pichet et le pot ! L’enfer c’est que cette grande vague a été suivie de deux vagues secondaires qui nous ont bien abattus ! J’étais paniquée et malgré mon gilet de sauvetage j’avais l’impression que j’allais me noyer… Quand soudain, Papa Voyage me crie : « On a pieds ! » et il avait raison ! Il nous a donc suffi de poser les pieds sur le sable pour retourner le voilier et remonter à bord. Le comble ! Se noyer dans une goutte d’eau ! Mais justement, c’est sans doute à cause de ce banc de sable que la vague s’est brisée si violemment ! Tous les membres du club nous ont dit que de toute leur vie, c’était la première fois qu’ils voyaient une telle vague dans notre coin ! La seule hypothèse c’est qu’un immense bateau soit passé non loin mais en même temps nous n’avons vu aucun gros bateau passer…Ou bien le banc de sable est tout nouveau ?… Bref, c’est un mystère mais autant dire qu’au retour sur terre, ça ne parlait que de notre aventure au bar du club ! Papa Voyage et moi sommes devenus les héros du village : nous nous sommes mangés la seule vague du Solent et quelle vague !!!

Mercredi mon père est rentré à Paris et dès le lendemain, le vent nous a apporté des visiteurs : une lectrice du blog est venue dîner à la maison avec sa petite famille. C’est toujours un plaisir de rencontrer les gens en vrai et c’est une des choses que j’aime le plus avec le blog : cela me permet de faire de très belles rencontres ! Nous avons passée une chouette soirée à parler des jolis coins du Royaume-Uni car ils revenaient d’un roadtrip dans le sud-ouest du pays.

Enfin, pour le week-end, le vent nous a emmené des amis de Paris. Des amis qui ont vécu à Londres quelques années avec leurs 3 enfants et qui viennent de terminer leur première année-retour à Paris. L’occasion de partager nos expériences concernant l’école en Angleterre, l’apprentissage de l’anglais, l’entretien du français et puis la gestion du retour ! Toutes ces questions que se posent toutes les familles qui partent vivre dans un pays étranger… Mais nous avons aussi refait le monde : environnement, climat, éducation et politique ! Nous avons bâti tous les plans : y a plus qu’à ! ;-)… J’aime faire de nouvelles rencontres mais les copains de longue date c’est sacré ! Cela faisait du bien de vous revoir les z’amis !

A l’école de voile

Allez, belle semaine à tous et bon vent !

Notre vie en Angleterre (semaine 42) : everyday life

Everyday life : la vie quotidienne. Voilà de quoi je voulais vous parler aujourd’hui, de notre vie quotidienne dans le sud de l’Angleterre, de la routine qui s’est installée, de nos petites habitudes, de notre rythme de vie ici et de ces petites choses que l’on remarque de moins en moins mais qui pourtant contribuent à notre expérience anglaise.

Alors je vais vous parler d’une journée type de cette semaine, qui est elle-même une semaine type, en attendant notre prochain départ en vacances à Minorque à la fin du mois ! J’ai hâte !

Bref, quand le jour se lève dans notre petit coin d’Angleterre…

Déjà pour commencer, sachez que le jour se lève très tôt ! Plus tôt qu’en France, à cause du décalage horaire et, au printemps et en été, de la position plus au nord par rapport à Paris. Bref, le soleil tape fort dès 5h de matin. Nous avons des rideaux bien épais et bien foncés mais je sais qu’il est là. Le soleil. Il fait beau. Oui, encore. Arrêtons les clichés. L’Angleterre est grande. Il ne fait pas le même climat partout dans le pays et nous avons la chance de profiter du Gulf Stream et de la proximité de la mer. Donc, le soleil me réveille, en douceur, à travers les rideaux. Ma chambre est orientée vers l’est, ça n’aide pas… Un peu avant 7h, c’est Ticoeur qui se réveille et qui se plonge dans un livre (Percy Jackson… en anglais bien sûr), puis c’est Papa Voyage qui se lève ; puis moi ou ma puce selon les jours… La maison s’anime. Les enfants mangent salé pour le petit déj’ mais ce n’est même pas à cause de l’influence anglaise… C’est l’influence allemande de leur papa. Je suis la seule avec mon bol de yaourt (délicieux le yaourt local des fermes anglaises, d’ailleurs). Je le mange avec un peu de marmelade à l’orange, oui, comme l’ours Paddington, j’adore ça et pour le coup c’est très anglais. Je comate en buvant mon thé. Heureusement, le reste de la famille est plus réveillé que moi : Ticoeur et Titpuce se préparent tout seuls et Papa Voyage leur concocte une lunch box car pour le Summer Camp (je vous expliquais ICI en quoi consistait un Summer Camp), il faut emmener son déjeuner. Puis, Papa Voyage part à vélo. Il a 20 minutes de trajet, sur les routes de campagne, au vert, sans pollution, avec des automobilistes anglais extrêmement respectueux qui laissent au moins deux mètres de distance entre eux et les cyclistes au moment où ils doublent.

De mon côté, je me prépare rapidement et depuis deux semaines, je m’occupe aussi de mon levain quelques minutes avant de partir : je le rafraîchis et je le mets près de la chaudière afin d’aider la fermentation et pouvoir lancer mon pain dans la soirée. C’est un peu galère mais sans pain, je ne peux pas envisager de rester dans ce pays :-).

Donc je mets mon levain au chaud, j’appelle les enfants et chacun avec son sac monte dans ma petite Polo, version automatique car moi et la conduite c’est pas une histoire d’amour et je n’ai pas envie de devoir passer les vitesses de la main gauche comme le font les Anglais. Ce serait une galère de trop, déjà que je ne suis pas un as du volant ! Au moins, à présent je suis habituée à monter « du mauvais côté ». Au début, les voisins devaient bien rire en me voyant ouvrir la portière côté passager !

Nous en avons pour dix minutes de voiture. Rien de méchant. Pas de rond-points, pas d’autoroutes. Tout à fait dans mes cordes. Je dépose les enfants au Summer Camp (ou à l’école en période scolaire) et je pars au bureau. C’est seulement cinq minutes plus loin. J’ai mis du temps à trouver du travail mais au moment j’en ai trouvé un localement. Quand je pense à tous ces gens du village et des villages voisins qui partent travailler à Londres, je réalise ma chance (bon, je dois quand même aller à Londres une fois par semaine mais ça va, pas tous les jours…).

Au bureau, j’arrive à 8h30 environ. Et tout le monde arrive entre 8h20 et 8h40 je dirais. Tout le monde se prépare un thé bien sûr. L’eau bouillante sort directement de robinets spéciaux. Je suis la seule à ne pas mettre de lait dans mon thé. Ah non, l’autre jour j’ai vu une stagiaire boire son thé noir et j’ai d’abord été étonnée puis j’ai entendu son accent : elle est Tchèque et elle aussi n’a pas l’habitude de boire son thé au lait. Aussi, les gens emmènent beaucoup de choses à grignoter, des choses souvent pas très saines et bien industrielles. Ils mangent pas mal devant l’ordinateur, même le midi d’ailleurs. De temps en temps, pour les anniversaires, certains préparent des gâteaux maison, des gâteaux anglais : Victoria sponge cake, cup cakes au citron ou red velvet cake (au vinaigre !)… Le vendredi, il y a régulièrement des Donuts offerts par mon entreprise. Sinon, la journée de travail n’est pas très différente : réunions, Excel, réunions… mon métier est le même ici ou en France… Des chiffres et des chiffres… Je ne vous fatigue pas avec ça : accélérons le temps… Un peu avant 17h je sors du bureau car je dois récupérer les enfants à 17h. La plupart des gens partent entre 16h45 et 17h15. Je crois que c’est classique pour l’Angleterre (hors Londres). Par rapport à Paris, c’est une bouffée d’air ! En France, j’ai plutôt connu des conditions de travail du type : partir avant 19h veut dire « prendre son après-midi » ! Mais on ne peut pas tout avoir et mes jours de RTT me manquent ! Dans la voiture, les enfants me racontent leur journée, leurs amis, leurs activités. J’aime les voir si épanouis, si contents, à l’aise dans leur environnement anglais.

On arrive à la maison en même temps que Papa Voyage. Donc à partir de 17h15 nous sommes réunis en famille et ça, à Paris ça n’arrivait jamais ! On peut même envisager une activité : lundi, on s’est baladé en bord de mer ; mercredi on est allé écouter de la musique live au pub du village ; jeudi, nous sommes allés faire de la voile dans l’estuaire.

Papa Voyage explique la voile à Titpuce
L’heure du Pim’s au pub !

La lumière du soir est superbe. Généralement on dîne tôt, à 19h, mais pour les Anglais c’est déjà un peu tard. En ce moment, on prend l’apéro dans le jardin et on dîne dans la véranda. On utilise le BBQ quasi tous les jours. Après manger, je prépare mon pain, les enfants s’amusent et parfois je les entends parler anglais entre eux ! Papa Voyage soigne le jardin. Je m’occupe du blog, mon jardin :-)… Les enfants se couchent entre 20h30 et 21h… Quand mon pain sort du four, il est souvent 23h. Je vais une dernière fois dans le jardin pour admirer le ciel étoilé. Il fera beau demain :-).

Voilà, c’était une journée ordinaire, d’une semaine ordinaire de notre petite vie dans le sud de l’Angleterre.

Notre vie en Angleterre (semaine 41) : juste avant les vacances !

C’est avec une semaine de retard que je vous raconte notre petite vie dans le sud de l’Angleterre juste avant notre départ en vacances. Les enfants ont encore passé la semaine au summer camp car « Papa Voyage » et moi-même étions au travail. Pour Ticoeur et Titpuce, pas d’école donc mais encore une semaine d’activités extra-scolaires : ainsi, Ticoeur avait cours de tennis jeudi et Titpuce avait répèt’ de danse juste avant son petit spectacle où nous sommes tous allés l’admirer samedi. Il y avait encore natation avec un test de fin d’année. Je n’en reviens pas de voir ma puce nager le crawl et s’amuser sous l’eau quand je me rappelle son aversion pour l’eau en début d’année ! Mais étant donné le niveau des petits Anglais dans notre coin d’Angleterre (nous vivons en bord de mer donc il paraît que ceci explique cela), ma puce avait du chemin à parcourir pour se mettre au niveau de ses petits camarades.

De mon côté, c’était une semaine très tranquille mais très productive côté cuisine, ce qui n’est pas dans mes habitudes mais là j’avoue que je craque ! Il n’y a aucun pain digne de ce nom dans notre coin ! Alors oui, je vais régulièrement à Londres pour le boulot et je peux donc ramener du bon pain mais cela ne suffit pas pour tous nos repas. Entre le pain méga industriel et le pain de mie, cela donne envie de faire ses valises et rentrer en France ! Vraiment, c’est le seul point noir (et non « pain noir » hélas ! :-)) de notre expatriation… Comme nous l’apprend le vieux dicton : « on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! » donc je me suis collée aux fourneaux ! J’ai passé la semaine à « couver » mon premier levain et je me suis lancée. Le résultat était très convainquant ! A voir si j’arriverai à tenir le rythme à la rentrée ! Car ne le nions pas : c’est du boulot ! Mais je sais aussi que nombreux sont les Français à l’étranger qui préparent leur propre pain donc ma folie est clairement partagée, n’est-ce pas les co-pains ?

Après cette semaine plutôt tranquille, nous avons décollé juste après le spectacle de danse de Titpuce, samedi après-midi. Nous sommes montés dans notre campervan, prêts à traverser tout le Royaume-Uni en direction de l’Ecosse ! Prêts pour nos vacances ! Notre dernier voyage en Ecosse date de 2010 ! Ticoeur était tout bébé ! Nous avions très envie d’y retourner. Vous pouvez déjà voir des photos sur Instagram et Facebook et puis bien sûr, il y aura bientôt des articles sur nos vacances écossaises et aussi sur notre roadtrip en van à travers l’Angleterre !

En route vers l’Ecosse !
Et on n’oublie pas d’embarquer notre bon pain pour la route !

Et vous ? Déjà en vacances ?

Notre vie en Angleterre (semaine 40) : quand les enfants sont au Summer Camp

Depuis une semaine, les enfants sont en vacances mais… pas nous !!! Ô drame, ô désespoir ! Qu’ils me manquent mes nombreux jours de RTT ! En France, quand les parents travaillent, il y a généralement trois options : le centre de loisirs, la colonie de vacances ou les grands-parents. En Angleterre, le Summer Camp est un peu le mix entre le centre de loisirs et la colonie de vacances. Je dirais que c’est une colonie à la journée. Quand je discute avec des mamans anglaises de « nos jolies colonies de vacances », elles trouvent que les mamans françaises sont drôlement détendues (euh, en fait pas moi !…) pour laisser leurs bambins une à deux semaines loin de la maison (ici, de ce que j’ai vu, le max semble être une ou deux nuits avec les Scouts). En Summer Camp, les enfants ne sont pris en charge qu’à la journée ; les parents les emmènent le matin et les récupèrent le soir. Par contre, c’est mieux qu’un centre de loisirs car c’est au grand air avec des activités variées et un fonctionnement plus proche de la colo, dans un cadre agréable (fermes, manoirs, grands terrains…) …

Je reçois régulièrement des mails de lectrices qui me racontent qu’elles vont venir une ou deux semaines cet été en Angleterre et qui me demandent si j’ai des idées de ce que pourraient faire leurs enfants pour apprendre un peu d’anglais. Alors, je me suis dit que j’allais partager avec vous quelques informations sur les Summer Camps car cela me semble une option à creuser. Évidemment, dans ce cas, vous devez, vous aussi être en vacances. Mais si vous avez cette chance, vous pourriez réserver un hébergement dans un coin que vous aimeriez visiter (pourquoi pas découvrir le Dorset, le Devon, les Cotswolds, les Cornouilles, ou le Hamphire où nous vivons !… Les jolis coins anglais ne manquent pas !) ; puis, vous planifiez des jours pour les visites en famille et d’autres jours où vous inscrivez vos enfants en Summer Camp. Parce qu’en plus, le Summer Camp c’est flexible et ça se réserve à la journée ou même à la demi-journée !

Plus concrètement, pour Ticoeur et Titpuce, j’ai choisi un Summer Camp pas loin de mon travail. C’est un Summer Camp multi-activités sportives et créatives (tir à l’arc, tennis, poterie, sorties à la mer…). Pour choisir votre Summer Camp, vous pouvez voir quelques exemples sur ce site mais fouillez sur internet et vous devriez dénicher votre bonheur. Attention : souvent les repas sont non inclus dans le tarif (les enfants emmènent une lunch box – typique anglais !). Pour vous donner une idée, dans mon coin, les deux ou trois Summer Camps se sont alignés sur un tarif de 200£ la semaine (mais vous trouverez moins cher dans d’autres coins !). Dans tous les cas, c’est plus cher qu’un centre de loisirs mais il faudrait plutôt comparer à la colonie. Les colos en France sont souvent à 600€ la semaine, il me semble (donc disons que 200£ cela semble cohérent si on enlève le coût hébergement et transport). Mais surtout (et c’est pour ça que je vous donne le tuyau du Summer Camp) : c’est beaucoup moins cher que les séjours linguistiques ! C’est un concept différent, il est vrai, mais moi j’aime bien car : 1/ avec de jeunes enfants (école primaire), je n’oserai pas les envoyer en séjour linguistique (plus adapté pour des collégiens ou lycéens) 2/ au Summer Camp, il n’y a que des Anglais donc même s’il n’y a pas de cours, c’est la chance de vivre une immersion totale ! Je précise que cette idée que je vous donne n’est qu’une idée. Il resterait à valider auprès du Summer Camp qu’ils accepteraient bien votre enfant car potentiellement, la barrière de la langue pourrait être un frein. Mais, je suis certaine que dans les milliers de Summer Camps du pays, certains sont ouverts à l’idée d’accueillir des étrangers. D’ailleurs, en août dernier, nous avions hésité à mettre Ticoeur et Titpuce en Summer Camp une semaine pour commencer à les habituer à l’anglais. Nous ne l’avions pas fait car nous avons préféré profiter de la France jusqu’au bout mais sachez qu’ils auraient été acceptés.

Enfin, si vos enfants ne sont pas fans du multi-activités, sachez qu’il y a des Summer Camps mono-thématiques : foot, danse, tennis, équitation, voile… Les tarifs sont d’ailleurs souvent plus bas pour certains sport (foot, danse par exemple). Pour dénicher ces Summer Camps mono-activité, il suffit de chercher sur internet des clubs de sport dans le coin qui vous intéresse et, le cas échéant, ils auront une section « Summer Camp » sur leur site.

Ainsi, Ticoeur et Titpuce sont pour l’instant dans un Summer Camp multi-activités pour deux semaines. Puis, nous partirons enfin en vacances ! (En Ecosse…). A notre retour, ils feront une semaine de Summer Camp voile. Puis, il nous restera encore quelques jours à couvrir : Titpuce fera quelques jours au Poney Club et Ticoeur pense faire du tennis au club du village. Ensuite, direction le Summer Camp de Omi et Opa à Stuttgart ! :-).

Bref, merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Je pense que le sujet Summer Camp n’intéresse pas tout le monde mais cette expérience fait partie de notre petite vie ici et potentiellement certains d’entre vous pourrait être tentés d’y inscrire leurs enfants à l’occasion de vacances en Angleterre !

Et chez vous ? Tentés par le Summer Camp à l’anglaise ?

PS : bon 14 juillet à tous ! Ici, y a pas :-)…

Notre vie en Angleterre (semaine 38) : sur les planches !

De Portsmouth à Bournemouth en passant par Southampton, cette nouvelle semaine anglaise a clairement été sous le signe du spectacle ! Alors en voici un petit résumé en images…

Mardi soir, nous sommes allés en famille voir la comédie musicale Matilda au Mayflower à Southampton. Cette salle de spectacle au charme d’antan propose régulièrement de très bonnes productions qui viennent tout droit de Londres, qui plus est à des prix beaucoup plus abordables ! Bref, un très bon plan ! Maltida c’est bien sûr l’histoire inspirée du roman de Roal Dahl, un roman que nos enfants aiment beaucoup (un livre à mettre d’urgence sur la liste des lectures de vos enfants si ce n’est pas déjà fait !). Bref, Matilda The Musical est un très beau spectacle avec des enfants talentueux, de super chansons et de beaux décors. Nous avons passé une excellente soirée ! Certains d’entre vous me demandent des conseils de comédies musicales à découvrir lors d’un séjour en famille à Londres. Clairement, Matilda est une option qui plaira à toute la famille mais je trouve qu’il vaut mieux comprendre l’anglais. En effet, contrairement à d’autres spectacles (comme notamment Lion King que vous pouvez aller voir sans hésitations), il y a vraiment beaucoup de textes dans Matilda. Evidemment, si vous avez lu le livre, vous arriverez à suivre mais bon… je pense que vous passeriez à côté de quelque chose…

Matilda au Mayflower, Southampton
Suite de l’article