Expatriation Angleterre

Notre expatriation en famille en Angleterre

Articles dans cette catégorie :

Notre vie en Angleterre #81 : le bel automne

Mon titre n’est là que pour la touche d’optimisme qu’il faut essayer de garder au quotidien. En vrai, j’ai l’impression que nous vivons au ralenti, que nous sommes rentrés en hibernation… Nous dirons que c’est de saison. Alors concentrons-nous sur ce que cet automne nous apporte de beau. A la base, novembre est le mois que j’aime le moins (et c’est un euphémisme) donc la barre pour me rendre heureuse n’est pas bien haute… En 2020, ça tombe particulièrement bien.

Donc positivons : nous vivons entourés par la forêt, la mer et les champs,… Je crois que j’ai écrit cette phrase une bonne dizaine de fois dans mes billets mais cela résume si bien l’essentiel de notre petite vie dans le sud de l’Angleterre. Toute cette nature nous offre du courage et de l’évasion, des horizons infinis où peuvent se perdre nos regards en rêvassant. Aucun doute sur le fait que le confinement soit plus doux dans un tel cadre. J’aimerais tellement que ma famille et mes amis soient également ici pour en profiter, même si bien sûr, nous n’aurions toujours pas le droit de nous voir, de briser les distances, ni de laisser tomber les masques. Combien de temps durera ce confinement ? Combien y en aura-t-il ? Quand reverrons-nous nos proches ? Trois questions qu’il vaut mieux se poser le moins souvent possible, ou alors le soir, tard, à l’heure où il est vain de lutter contre le sommeil.

L’optimisme ! Ah oui ! Où avais-je la tête ? Il y a plutôt pas mal de soleil pour un mois de novembre non ? Je trouve les couleurs d’automne plus belles que d’habitude. Peut-être parce que je les admire plus intensément. J’apporte plus d’attention à ces grandes petites choses… Nous vivons entourés par la forêt, la mer et les champs et « au milieu coule une rivière » !

  

C’était juste pour caser cette photo d’une belle balade en famille dans la boue mais la boue ne se voit pas ! Notez tout de même que lorsque vous viendrez en Angleterre, il ne faudra pas oublier vos bottes de pluie… Pas pour la pluie non ! Mais pour la boue ! C’est un peu l’accessoire indispensable pour vivre ici…

Quelques nouvelles de l’école anglaise :

Du changement côté sport : pour cette seconde moitié de trimestre, Ticoeur a touch rugby (au lieu du rugby normal afin de limiter les contacts trop proches). La nouveauté c’est que Titpuce a aussi touch rugby alors que d’habitude les filles font netball ! A cause du système des bulles (les classes ne doivent pas se mélanger), il n’y a pas assez de garçons dans une classe d’âge pour faire des matchs donc les profs de sport ont eu l’idée de rajouter les filles pour le plus grand bonheur de Titpuce qui soudain regrette de ne plus avoir le bras dans le plâtre ! Elle a aussi déclaré que ce jeu c’était du n’importe quoi car il fallait lancer la balle en arrière :-)… Ah la puce ! Pas prête pour le XV de France !… Dans quelques semaines, ce sera netball au programme et cette fois-ci ce seront les garçons qui devront venir agrandir l’équipe des filles. Intéressant de voir que le covid gomme la notion de sport de filles/sport de garçons qui était encore assez présente…

Parce que certains m’ont posé la question : non, ici le masque n’est pas obligatoire en école primaire ; seulement à partir du collège mais là encore c’est différent de la France car les collégiens anglais ne doivent pas le porter quand ils sont assis en classe mais uniquement quand ils sont dans les couloirs ou autres salles de l’établissement. De même, les enseignants ne sont pas obligés de porter un masque quand ils sont à leur bureau mais uniquement quand ils se déplacent dans les rangs de la classe, dans les couloirs et autres salles. Pas de masque en extérieur. Donc ici, l’idée depuis la reprise de l’école en juin c’est la gestion des classes en bulles isolées. Ticoeur et Titpuce m’ont confirmé qu’ils ne voyaient jamais les autres classes sauf de très loin. A part la gestion en bulles, l’autre consigne est que les fenêtres doivent rester ouvertes pendant les cours. Avec les températures qui descendent, nous avons été invités à davantage couvrir les enfants en rajoutant une couche en dessous de l’uniforme et le pull de l’école au-dessus. Pour l’instant, aucun rhume à signaler. C’est qu’ils sont habitués à l’air frais les petits Anglais et ils ne sont pas très frileux ! Sur ce point, Ticoeur et Titpuce sont devenus anglais eux aussi.

La gestion des bulles après les cours : certains m’ont également posé la question pour savoir comment les classes pouvaient ne pas se mélanger après l’école pendant le centre de loisirs ou l’étude. Pour l’étude, chaque classe reste dans sa salle de classe (en France aussi non ?) et pour ce qui s’appelle ici les « after school clubs », il y a eu du changement côté organisation : avant, les enfants pouvaient s’inscrire aux activités de leur choix parmi les clubs proposés à l’école après les cours (Ticoeur faisait natation et Titpuce gymnastique). A présent, les activités qui étaient proposées par des intervenants extérieurs ont été supprimées (plus de gym, judo, karaté, etc..). Il reste donc les activités qui étaient proposées par les enseignants. Parmi ces activités, les enfants n’ont plus de choix possibles puisque les classes ne doivent pas être mélangées : il a été décidé d’une rotation chaque semaine afin que les enfants ne soient pas obligés de faire longtemps quelque chose qui ne leur plairait pas. Cela ne permet pas vraiment de progresser mais c’est super pour découvrir de nouvelles choses et surtout pour continuer de faire fonctionner les bulles sur ce temps péri-scolaire. Ainsi Ticoeur a découvert et aimé l’atelier photo (mais de qui tient-il donc ??) ou encore le tir à l’arc ; Titpuce a aimé l’atelier de création musicale sur Garage Band même si, avant de savoir en quoi cela consistait, elle avait rêvé de jouer de la musique dans le garage de sa prof de musique ! Dans tous les cas, même en version covid, les « after school clubs » c’est le paradis par rapport à ce que nous avions vécu avec les centres de loisirs à Paris (mais peut-être n’avions-nous pas eu de chance…).

Les activités extra-scolaires : comme en France, elles sont toutes suspendues pendant le confinement. Pour la natation et le tennis, pas de plan B mais pour la danse, cela continue sur Zoom :

Le collège l’an prochain : comme nous ne savons pas où nous serons à la rentrée prochaine, nous devons quand même choisir un collège pour Ticoeur au cas où nous serions ici. Vraiment pas simple puisqu’à cause du covid aucune visite d’établissements n’est possible depuis mars. Tous les collèges ont créé des vidéos et visites virtuelles alors on visionne mais moi qui aime juger au feeling et aux personnes rencontrées, là c’est compliqué de devoir se limiter à des images, des discours et des résultats d’examens. Ticoeur a aussi la possibilité de rester dans son école actuelle car ils vont jusqu’à l’équivalent de la 5iè. Ce serait le plus simple. C’est juste qu’il a envie d’être avec des grands ! Tous ses amis en France sont en 6iè donc je pense que cela lui donne envie d’aller au collège. Alors on verra !

Deperate housewife in England :

  • Je joue pas mal de piano en ce moment. Si vous me suivez sur Instagram vous avez dû vous en rendre compte. J’espère que je ne vous ai pas apporté trop de pluie !
  • J’observe les coccinelles qui errent partout dans la maison ! Une invasion ! Chez vous aussi ? Pourvu qu’elles tiennent leur promesse de nous porter bonheur !
  • Nous avons ramassé des châtaignes et j’ai réalisé ma première crème de marrons (car on n’en trouve pas ici, sauf à Londres). C’est doux d’avoir un petit peu de France au petit déjeuner ! Entre le pain maison, la brioche, les chouquettes, les crêpes et maintenant la crème de châtaignes, je crois que nous pourrons survivre pas mal de temps ici… Enfin, il y a encore cette histoire de Brexit toujours aussi floue alors que l’échéance approche ! Ils doivent avoir d’autres pangolins à fouetter !

  • Je fais toujours mon footing en bord de mer, rien de nouveau de ce côté-là. C’est mon moment à moi, seule avec moi-même…

  • Car « Papa Voyage » est toujours en télétravail à 100% à la maison depuis mars (même cet été) comme toutes les personnes qui bossent dans des bureaux en Angleterre. Je précise juste parce que j’ai l’impression que la notion de télétravail est parfois plus théorique en France… L’essentiel c’est que du travail il en a ! Pas de risque de ce côté-là.
  • En attendant la suite de « The Crown » sur Netflix, je regarde l’excellente série « The Queen’s Gambit » : l’actrice, l’esthétique des images, les plans de la caméra, la profondeur des personnages… J’aime tout, à part qu’il ne me reste plus qu’un épisode !
  • Je vous prépare prochainement une liste de ressources (livres, séries et films) pour travailler votre anglais ou découvrir l’Angleterre : ça vous dit ?
  • Je prévois aussi des articles pour vous raconter notre parenthèse sur les îles d’Ithaque et Céphalonie ainsi que sur notre rando dans les Gorges de Cheddar en Angleterre : écrire sur nos escapades passées c’est un peu prolonger le voyage non ?

Belle semaine à vous !

 

Notre vie en Angleterre #80 : Halloween et confinement… Même pas peur !

Pour Halloween, nous n’avons pas eu le droit à l’habituel porte à porte pour le fameux trick or treat mais heureusement que tonton Boris a pensé à nous distraire hier soir en nous annonçant, comme en France, un confinement pour un mois : était-ce un treat ou un trick ? That is the question ! Enfin bon, on s’en doutait, surtout quand on suit les news en France… Nous n’étions pas loin dernière côté chiffres, donc nous suivons !

   

Et même pas peur ! Pourquoi ? Parce qu’avant tout, il faut tenter de positiver donc positivons :

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #79 : l’école est finie !

Waouh ! Les enfants ont eu six semaines d’école ! Fin de la première mi-temps ! Autrefois, nous aurions trouvé cela normal ; aujourd’hui, cela nous apparaît comme un miracle dont nous nous réjouissons fortement ! Limite, j’ai pensé sortir le Champagne ! Mais non, je ne peux pas, car je dois bien gérer notre stock tant que nous ne savons pas quand nous pourrons retourner en France :-)…

Non seulement il y eu école mais en plus il n’y a toujours aucun cas de covid dans les écoles de notre coin. Nous avons la chance d’être dans la zone la plus verte de la zone verte…  Evidemment, ce n’est pas tout à fait l’école comme avant.

Suite de l’article

londres pendant le coronavirus

Ma balade artistique dans Londres au temps du coronavirus

Je n’avais pas mis les pieds à Londres depuis mars, depuis le début du confinement. Avant, si vous vous souvenez, j’y allais une à trois fois par semaine pour mon boulot. D’ailleurs, je pestais sur ces déplacements épuisants depuis ma campagne anglaise. Il me faut 2h15 pour aller à Londres donc ce n’est pas la porte à côté. Mais là, j’ai vraiment eu envie de m’y rendre ! Besoin d’un bain de culture, besoin de voir sa jolie architecture, besoin de marcher en ville ! Cela me trottait dans la tête depuis un certain temps mais j’avais du mal à franchir le cap, car même si je connais le chemin par cœur, disons que ces derniers temps, la motivation n’est pas bien haute quelque soit le projet… Et puis mercredi, les rayons du soleil m’ont semblé très insistants. J’ai vérifié qu’à Londres aussi il ferait aussi beau que dans mon sud de l’Angleterre et je suis partie !

londres pendant le coronavirus

Mon objectif ? Rester dehors, juste marcher à travers Londres, en prendre plein les yeux, vivre une journée citadine et culturelle avant le retour dans le grand calme de mon village. Histoire d’avoir un itinéraire, j’ai choisi d’aller d’œuvre d’art en œuvre d’art… En effet, cet automne, de nombreuses installations artistiques ont fleuri à Londres. De l’art en plein air : l’idéal par les temps qui courent ! Ainsi, j’ai tourné dans le sens des aiguilles d’une montre, démarrant au bord de la Tamise près du London Eye…

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #78 : un vent d’octobre

Pas très original mon titre. Disons que je me demande bien ce que le mois d’octobre nous réserve ! L’avantage avec le vent c’est qu’il peut tourner. Donc positivons. Rien n’est figé et vivre en bord de mer nous le rappelle tous les jours ! 

 

Hier, Ticoeur aurait dû fêter son anniversaire avec ses amis. Comme je vous l’ai raconté la semaine dernière, il avait invité neuf camarades de classe à passer l’après-midi dans notre jardin. Mais ça c’était avant que les nouvelles restrictions ne tombent en Angleterre.

Suite de l’article