Déjà 1 mois !

Déjà 1 mois ! L’horreur ! Ticoeur a déjà un mois ! Il grandit trop vite !!! Je le vois changer à vue d’œil ! Bon, faut dire que quand on prend plus d’un tiers de son poids en un mois ça passe pas inaperçu (imaginez si ça vous arrivait…).

Tout laisse donc à penser qu’il s’oriente vers une carrière de jardinier…
Ticoeur a donc pris un kilo – il mange avec appétit et remplit ses couches en se concentrant bien fort tandis que son visage devient rouge tomate. Le reste du temps  ? Dodo, balades en écharpes et observation des plantes… Oui, oui c’est étrange mais ce qu’il fixe avec le plus d’intérêt ce sont les plantes vertes et les arbres… Ses parents ? Ses peluches ? Non, non, pas si intéressants à regarder ! Tout laisse donc à penser qu’il s’oriente vers une carrière de jardinier…

Les nuits ? Ben, pas si difficiles : en gros, son rythme de tétées nocturnes c’est :  minuit – 4h- 8h

Et s’il pouvait parler, que nous dirait-il ?

« Aujourd’hui, ça fait un mois que j’ai quitté le paradis ! Ma petite vie est très fatigante car je dois téter toutes les trois heures et après faut digérer tout ça, ce qui me contrarie un peu. Heureusement, y a quand même des trucs sympas dans mon nouveau petit monde : le lait de maman est très bon (il est fait avec amour…), mes parents me font plein de câlins et viennent me voir dès que j’ai du chagrin ; maman me fait de gros bisous qui font plein de bruit et papa me berce en essayant d’imiter les sensations de Space Montain. Bref, je crois que je vais bien réussir à m’adapter… Je vous raconterai ! »

Mes premières vacances à la mer (by Ticoeur)

Mes premières vacances à la mer (by Ticoeur)Une bonne chose de faite sur ma longue liste des belles expériences à découvrir dans mon nouveau petit monde : j’ai vu la mer ! Et quelle mer ! La Méditerranée, habillée d’un bleu intense, dans le superbe paysage des calanques de Cassis, avec vue sur le Cap Canaille… mes parents ne se sont pas moqués de moi !

Tout le monde me regardait tout le temps en me mitraillant de photos. Dur, d’être une star…
Très important aussi : j’ai fait plus amples connaissances avec la famille : mes grands-parents, mon oncle P. et de tante A. et j’ai même rendu visite à mon arrière grand-père sicilien. J’étais un peu perdu car personne ne parle la même langue dans ma famille mais je crois que je vais devoir m’habituer 😉

Tout le monde me regardait tout le temps en me mitraillant de photos. Dur, d’être une star… Je ne sais pas pourquoi ils étaient tous en admiration devant moi ; pourtant, je ne faisais pas grand chose à part dormir, téter et remplir mes couches mais bon ils disent tous que je suis trop mignon donc ceci explique cela…

A propos de téter, c’était bizarre parce que le lait de maman avait le goût de l’ail et l’odeur de la sardine pendant toute la semaine. Ce doit être ce qu’ils appellent la cuisine provençale. Heureusement je m’y suis bien habitué et comme dit papa, le poisson ça rend intelligent donc c’est plutôt bien parti pour mon QI.

Ce n’est que le début d’une longue série de voyages car mes parents ont la bougeotte.
J’ai aussi eu la chance de faire mes premières petites randos sur les falaises : c’était papa qui me portait dans l’écharpe car maman pouvait pas avec sa cicatrice ; par contre, elle arrêtait pas de demander à papa s’il était sûr que j’allais pas tomber – je sens qu’elle s’inquiète pour un rien 😉

Un jour, y a eu vraiment beaucoup de mistral, c’est un vent super fort qui décoiffe et comme j’ai déjà des petits cheveux et bien ma coiffure en a pris un coup !

En tout cas, j’ai bien aimé mes vacances à la mer, j’ai été très sage dans le TGV et, si j’ai bien compris, ce n’est que le début d’une longue série de voyages car mes parents ont la bougeotte. Je me demande où ils vont m’emmener la prochaine fois ?

Bébé libre, toujours tu chériras la mer…

Leçons pour maman en herbe (part 1)

Leçons pour maman en herbe (part 1)

Ticoeur adore se balader dans l’écharpe de portage
Voilà une semaine que nous sommes rentrés à la maison et j’ai déjà appris pas mal de choses :

– Quand Ticoeur ouvre grands ses yeux, c’est pas pour m’admirer mais pour me dire que c’est l’heure de téter

– Quand il fait un grand sourire, je suis la seule à penser que cela m’est destiné et que ce n’est pas un sourire aux anges

– Les pyjamas avec les boutons devant c’est bien mieux qu’avec les boutons dans le dos. On évite la moitié des pleurs car bébé n’aime pas qu’on le retourne.

– Faire les soins du cordon, c’est pas pour les âmes sensibles 😉

– C’était bien illusoire de ma part de penser que j’allais rentrer dans mes jeans en sortant de la maternité… Avec le ballon de baudruche à moitié dégonflé qui me fait office de ventre, c’est pas encore gagné…

– Finalement, je ne vois pas pourquoi certaines femmes ont recours à la chirurgie esthétique pour passer du bonnet A à E, il suffit de se lancer dans l’allaitement !

– Désolée pour la pub mais les Huggies c’est bien mieux que les Pampers… Tout est dans le petit élastique au niveau de la taille…

– Ticoeur adore se balader dans l’écharpe de portage mais comme ça le fait dormir, il est impossible de l’avoir en photo avec les yeux ouverts – il faut juste s’habituer aux regards de tous les passants et à leurs petits commentaires « Qu’il est petit ! Qu’il est beau ! »… On sait, c’est nous qu’on l’a fait !

– Qu’il soit sage, en colère, qu’il pleure ou qu’il rit c’est le plus beau bébé du monde… On aurait juste aimé la version auto-nettoyante 😉 Changer environ 6 couches par jour c’est sport… Heureusement que le papa s’y colle !

Enfin, nous avons déjà prévu une petite escapade avec lui : ce sera Cassis dans le sud de la France !

Comment nous nous sommes « évadés » de la maternité !

Comment nous nous sommes

Je garde Ticoeur et au diable le protocole !
Vous venez de vivre un des moments les plus forts de votre vie et voilà que vous vous retrouvez dans une chambre glauquissime avec des perfusions dans le bras et… une horrible voisine de chambre ! En effet, plus de place dans les chambres individuelles. Deux heures après la césarienne, on m’emmène donc dans ma chambre et on commence par m’expliquer que Ticoeur va aller dormir à la nurserie car le protocole veut que les mamans avec césarienne dorment seules pour bien se reposer de l’opération. Quoi ? Qui veut m’enlever MON FILS ???? Pas négociable ! Je garde Ticoeur et au diable le protocole ! Les infirmières cèdent et je peux dormir toute la nuit avec mon bébé sur moi. Bien sûr, je n’ai pas super bien dormi mais si j’avais été seule cela aurait été bien pire ! J’aurais essayé de rejoindre la nurserie même s’il m’avait fallu ramper !

Le lendemain, j’apprends à connaître ma « charmante » voisine, une grosse vieille peau qui passe sont temps à hurler au téléphone, à recevoir des visites de mioches et qui laisse crier sa petite fille à qui elle ne donne même pas à manger ! Elle fait venir les nurses pour qu’elles donnent les biberons à sa place. La nuit, Madame ne peut pas dormir sans la lumière (un horrible néon) et le jour, elle refuse que j’ouvre la fenêtre malgré le soleil qui tape bien fort et la bonne odeur de renfermé !

A mon premier réveil, une sympathique aide-soignante vient me faire les premiers soins et m’explique que le programme de ce matin est d’apprendre à se lever. Chic, chic ! Voilà une leçon intéressante et je me porte volontaire pour qu’elle s’occupe de moi avant de s’occuper de la dinde qui n’arrivera certainement pas à bouger un petit doigt.

Avec son aide, j’arrive donc à me lever et à marcher jusqu’au lavabo pour faire un brin de toilette et tant que j’y suis je me maquille un peu sous le regard étonné de l’aide-soignante. Ben oui mais je veux pas ressembler à un cadavre sur mes premières photos avec Ticoeur… Donc un peu de blush, un peu de gloss et le tour est joué ! Je ressors de la salle de bain et demande par où se trouve le jardin de la maternité. On me répond que le programme de la journée est terminé et qu’il faut que je me repose. Demain, on envisagera un petit tour dans le couloir. Quoi ! Elle ne m’a pas bien vue là je crois ! Je suis debout, j’y reste ! Et hors de question de retourner dans ma chambre toute triste avec ma dinde de voisine ! J’attends donc que l’aide-soignante soit partie et j’explore les lieux avec mon mari et bébé – j’essaie d’être discrète mais pas facile car je dois me trimbaler la perfusion qui roule à mes côtés. J’assiste à la première toilette de bébé et je prends un peu l’air.

Ma décision est prise : hors de question de rester les cinq jours prévus par le protocole. Le lendemain, les infirmières arrivent à m’arranger un RDV avec le pédiatre pour que Ticoeur soit examiné avant que nous partions. Puis, je signe une décharge et je rentre à la maison. Je prendrai une sage-femme à domicile pour les soins quotidiens.

Pour sûr je serai mieux à la maison
Pourtant, je viens de passer deux nuits blanches à cause de la lumière du néon et des ronflements de la dinde, pour sûr je serai mieux à la maison. Les sages-femmes me comprennent et sont rassurées car elles savent que je serai suivi tous les jours par une sage-femme libérale et comme elles disent, elles n’ont jamais vu quelqu’un se remettre aussi vite d’une césarienne ! Donc, petit tour dans le jardin, signature de la décharge (ils doivent me détester dans cette maternité !) et direction la Butte aux Cailles !

Libres enfin !

Maintenant nous sommes heureux et reposés, tous les trois à la maison, nous prenons nos marques et reprenons des forces en mangeant des sushis et des steaks saignants ! Toujours mieux que le plateau repas de la maternité !

Évasion réussie !

J+8 : chronique d’une naissance mouvementée !

Ticoeur à la naissanceEnfin ! A J+8, notre Ticoeur est né à 21h18 le 24 septembre 2009 après de nombreuses tentatives pour le motiver à sortir plus tôt ! Car avec une naissance à J+8 autant dire qu’on bat des records de dépassement de terme ! (la plupart des maternités déclenchent à J+2).

J’ai fait la traversée de Paris en suivant le GR de La Villette à Montsouris
J’avais pourtant suivi tous les bons vieux conseils des sages-femmes : faire de longues marches (j’ai carrément fait la traversée de Paris en suivant le GR de La Villette à Montsouris), monter-descendre les escaliers, piscine un jour sur deux sous les yeux ébahis des maîtres nageurs ; acuponcture chez une quasi « sorcière chinoise »  et puis bien sûr la célèbre « méthode italienne » 😉 Un ami m’a aussi donné un coup de pouce pour mobiliser mon énergie et celle du bébé grâce au Riki… Et de l’énergie il m’en a fallu pour vivre la journée du 24…

9h : RDV à la maternité pour un déclenchement (gel).

9h20 : réussite fulgurante du déclenchement, l’équipe médicale n’en revient pas.  Je jongle de douleur !

11h20 : le col est à 5 cm (donc la moitié du chemin)… tout le monde y croit…! Mais le travail se ralentit soudain…

18h : col enfin ouvert après l’essai d’une petite dizaine de positions (un vrai Kama sutra !). Merci à Aude, la super sage-femme qui m’a fait vivre un travail si original et émouvant – je continue de jongler par intermittence car la péridurale ne fonctionne pas si bien, m’anesthésiant parfois que d’un côté !

19h : la gynéco repasse nous voir et explique que certes nous sommes dans le timing « normal moyen » pour un accouchement mais que dans le cas d’un dépassement de terme, il FAUT accoucher plus vite ! Encore une fois, merci aux statistiques ! Quel stress ! Elle ne me laisse plus qu’une heure pour que le bébé s’engage dans le bassin. Injection d’ocytocine pour aider.

20h : bébé essaie, j’essaie… Rien y fait. Je suis en nage et tordue de douleur… La gynéco arrive : ce sera une césarienne ! Je demande quelques minutes de plus mais pas facile de négocier entre 2 contractions !

21h : nous sommes au bloc, je suis épuisée par les 12h de travail, déçue d’être allée aussi loin mais pas jusqu’au bout. C’est comme faire un marathon et s’arrêter 100 mètres avant l’arrivée. Dur de se retrouver en compagnie du chirurgien avec le bruit des bistouris !

21h18 : Ticoeur est né ! Il est trop beau ! Je lui donne sa première tétée – C’est magique !

L’accouchement aura été une aventure étrange, mêlée de sentiments contradictoires, d’espoir, de déception. D’émotions.

Article modifié