Préparatifs Tour du Monde : 1 mois avant le départ (cadeau dedans !)

Dans un mois exactement nous commencerons notre Tour du Monde. Départ le 1er janvier pour Hanoï. Or, nous n’avons pas beaucoup avancé dans nos préparatifs depuis le mois dernier. En plus, décembre va passer très vite avec les fêtes. Nous serons d’ailleurs en Allemagne pour Noël. Ce sera notre dernier voyage avant le grand départ. Autant dire que cette année notre calendrier de l’Avent est également un compte à rebours avant notre Tour du Monde.

Hanoï lors de notre dernier passage en 2006

En novembre, qu’avons-nous fait pour préparer notre Tour du Monde ?

Santé :

  • Nos vaccins sont à jour. Il manquait la 2iè injection du vaccin hépatite A pour les enfants et le rappel du DTP Polio pour Ticoeur. Par contre, nous n’avons pas tranché sur l’utilité dans notre cas du vaccin contre la typhoïde et du vaccin contre la fièvre jaune (par rapport à notre itinéraire). Nous allons demander conseil à un deuxième médecin.
  • J’ai réussi à voir l’ophtalmo qui a renouvelé mon ordonnance de lentilles. Au début j’ai eu peur quand la secrétaire m’a annoncé que le premier rendez-vous possible était pour mars 2016. Finalement j’ai appelé tous les jours et j’ai profité d’une annulation pour me glisser dans l’agenda chargé du médecin (c’est fou dès qu’on veut voir un spécialiste à Paris c’est l’enfer !). Bref, je vais pouvoir acheter mon stock de lentilles pour 8 mois.

Déménagement :

  • J’ai fait quelques cartons (16 exactement) donc autant dire que nous sommes loin d’avoir tout emballé.
  • J’ai déjà commencé à prêter certaines affaires à des amis, des lectrices et des blogueuses. Je cherche encore des personnes qui voudraient utiliser notre remorque vélo et/ou nos sièges-vélo en notre absence.

L’école :

  • Pour que Ticoeur s’entraîne à lire, nous emportons dans nos valises de petits livres que Maman on bouge nous a offerts (merci, merci !), notamment la collection « Mes premières lectures » de Nathan.
  • J’ai reçu le courrier de l’Académie qui a bien pris note de notre projet et de notre engagement à gérer l’école sur les routes.

L’itinéraire :

  • Je vous rappelle les premières étapes : Vietnam – > Birmanie – > Australie – > Nouvelle-Zélande.
  • Nous ne réservons pas d’avions au-delà de la Nouvelle-Zélande pour l’instant car nous souhaitons rester libres de changer de route selon nos envies.
  • Nous avons été ravis d’apprendre le résultat des élections en Birmanie. Ce pays reste donc sur notre itinéraire.

Que reste-t-il à préparer avant notre départ en Tour du Monde ?

Tout le reste ! En relisant la to-do list du mois dernier j’ai le vertige : assurances, permis de conduire pour mon chéri, démarches administratives,… Encore tout à faire ! Il faut dire que dernièrement, comme beaucoup d’entre vous, je n’ai pas le moral. Cela n’aide pas à se motiver… Moi qui rêvais de profiter un maximum de Paris avant notre départ…

Au lieu de finir sur une note pessimiste et sur la longue liste des choses qu’il nous reste à faire, je préfère vous proposer un petit cadeau. Et oui, c’est quand même bientôt Noël, premier jour du mois de décembre oblige… Et donc :

Un cadeau à gagner pour des enfants voyageurs :

Je vous propose un lot en rapport avec les voyages bien sûr. Mon Ticoeur est fan des drapeaux. Il demande toujours quel est le drapeau des pays dont il entend parler. Avec ce jeu Drapeaux du Monde les enfants peuvent apprendre un maximum de drapeaux et de capitales tout en s’amusant. En plus il est possible de jouer seul ou à plusieurs et il existe différents niveaux de jeux (à partir de 6 ans pour le niveau le plus simple). Pas mal non ? Un jeu de société parfait pour les voyageurs en herbe et les fans de géographie. Comment participer pour tenter de gagner ce cadeau ?

  • Laissez un commentaire en bas de cet article en m’expliquant pourquoi ce jeu vous intéresse et à qui vous comptez l’offrir.
  • Suivez nos aventures sur la page Facebook de Maman Voyage si vous êtes fan.
  • Le/La gagnant(e) sera annoncé(e) sur le blog vendredi 4 décembre à minuit.

501174

Bonne chance à tous ! Et je retourne à mes cartons !

EDIT du 5 décembre 2015 : Merci à tous pour vos participations. C’est PLUME qui remporte le jeu. Merci de m’envoyer ton adresse par mail (voir contact à droite).

Changement de programme

Jeudi j’ai atterri à Paris. J’avais hâte de retrouver mes enfants. J’étais très fatiguée aussi alors je suis allée me coucher tôt car je m’étais inscrite depuis longtemps pour accompagner la classe de CP de Ticoeur au théâtre des Abbesses vendredi matin.

C’était ma première sortie de classe : pourquoi ? Parce que depuis que j’ai quitté le monde de l’entreprise il n’y avait pas eu de sorties dans les théâtres parisiens. Depuis Charlie. Alors, là, c’était l’occasion. Je me disais que c’était bon signe d’ailleurs que les sorties reprennent. Pourtant, même si je ne suis pas superstitieuse, je me souviens que j’ai tilté quand j’ai vu la date : vendredi 13 et puis un théâtre très parisien. J’ai eu encore plus envie de faire partie des parents accompagnateurs car angoissée comme je suis je pense que je n’aurais pas été totalement sereine de toute la matinée. Oui, je suis parano à ce point.

Du coup, vendredi 13 au matin, malgré un insupportable décalage horaire (pour moi, à 8h30 il était 3h30 du mat ), je suis partie avec la classe de Ticoeur et j’ai été tout à fait détendue pendant toute la sortie. Je n’ai plus pensé à mes précédentes inquiétudes. Nous avons découvert un joli conte chinois joué par le Théâtre National de Pékin. C’était très beau. Les enfants étaient ravis. C’est super de faire découvrir une autre culture à nos enfants en les emmenant au théâtre. Une ouverture sur les autres. Une ouverture essentielle. Un début de tolérance.

L’après-midi, j’ai comaté. Trop fatiguée. Mais le soir j’ai eu la pêche alors j’ai trié mes photos et j’ai regardé Downtown Abbey mais soudain j’ai commencé à recevoir des messages par sms, sur Facebook, sur WhatsApp : des amis et de la famille en Belgique, en Italie, en Angleterre et au Kenya. A croire que le monde entier était au courant avant la Province, avant la plupart des Parisiens et avant moi en tout cas.  « Ça va ? » – Dix messages en un quart d’heure. Il y a un problème. Alors je m’approche de l’ordinateur et je découvre terrifiée mon fil Twitter. Je ne peux plus m’en défaire jusqu’à 1h du matin. Je pars me coucher la boule au ventre.

Et donc c’est ainsi que le week-end a commencé.

Dans la classe de Titpuce, il y a une mascotte (un P’tit loup en peluche) que les enfants ramènent à tour de rôle à la maison le temps d’un week-end pour lui faire vivre de belles aventures en famille et tout raconter dans un journal de classe avec des petites phrases et des photos. Ce week-end, la mascotte est chez nous et la tâche n’est pas facile. Au réveil, je regarde P’tit Loup et je suis aussi déconfite que lui. Qu’allons-nous faire mon grand ?

C’est que vendredi soir en récupérant la mascotte, j’ai planifié un beau week-end bien chargé et bien parisien : cinéma, expo Osiris à l’IMA (ah oui, je suis persuadée qu’ils pourraient faire sauter l’Institut du Monde Arabe aussi !), piscine et puis emmener P’tit Loup en balade pour admirer la Capitale et ses monuments. En quelques heures, tout cela est devenu impossible. Devoir tout annuler n’est pas le problème. Le problème c’est de réaliser que des choses pourtant si simples nous sont devenus inaccessibles. On est touché dans notre quotidien. C’est ce qu’ils voulaient, les monstres.

Comme pour beaucoup de Parisiens, les lieux concernés par le drame je les connais bien… Ça aussi, c’est qu’ils voulaient. Le Petit Cambodge est une adresse que j’aime beaucoup ; les cafés du Xè et du XIè arrondissements sont les plus sympas, les plus vivants. C’est le quartier où j’ai fait mes études et toutes les fêtes qui vont avec. Et puis le Bataclan, et puis le Stade de France. Des symboles de jeunesse et de liberté.

Alors j’ai eu besoin de respirer un grand bol d’air, besoin de leur montrer qu’on peut toujours sortir et s’amuser. Qu’on aura toujours des Plans B.  Toujours. J’emprunte la voiture de mon père et on fait une trentaine de kilomètres direction la Ferme de Gally…. Ça faisait un bien fou : se retrouver à la campagne, cueillir des pommes, faire du pain, observer les animaux. Même pique-niquer dans le froid était sympa. Ticoeur, Titpuce et P’tit Loup ont passé une belle journée. Ils se sont assoupis dans la voiture sur le retour. Regarder un enfant qui dort met tant de baume au cœur. Sur le moment, je ne leur ai pas expliqué pourquoi nous avions changé de programme. Aujourd’hui, j’ai juste dit à Ticoeur qu’on avait pas pu suivre notre petit programme à Paris, que les musées et les monuments étaient fermés parce que des méchants avaient tiré sur des gentils mais que c’était fini maintenant. Il m’a répondu : « maman, c’était super notre sortie à la ferme ! » – il n’a pas posé de questions. Je pense que la maîtresse dira aussi quelque chose demain à l’école.

Il y avait du monde à la ferme de Gally malgré une météo peu favorable. Des familles qui avaient elles aussi envie de prendre l’air. De profiter d’un peu d’innocence avant lundi. Parce que lundi nos enfants vont retourner à l’école – il le faut. C’est mieux ainsi, mais on va pas être tranquilles (enfin moi pas). Il ne faut pas céder à la peur, je le sais mais c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on pense aux enfants. Cela va vous paraître lâche et égoïste mais j’avoue avoir même souhaité que l’on puisse avancer notre départ en Tour du Monde. Et partir demain. Je me suis même dit que ça tombait bien qu’on n’ait pas acheté nos billets retour. Je me suis dit que j’en avais assez d’entendre notre entourage s’inquiéter à chaque fois qu’on part en voyage alors qu’on n’est pas plus en sécurité à Paris. Parce que j’en ai marre que l’être humain ait toujours peur de l’inconnu. C’est cette peur qui l’empêche d’aller vers les autres, d’accepter les différences et de se remettre en cause. On devrait pourtant se méfier du confort de notre quotidien. Il est trompeur. Bref, j’ai eu plein d’idées noires. J’ai paniqué, voilà. Mais bon, je vais prendre du recul, je suis pleine d’espoir (parce que les gentils gagnent toujours à la fin) et je vais profiter un maximum de mes dernières semaines dans la plus belle ville du Monde.

Ce week-end, on a dû changer notre programme. Mais ça c’était rien, rien du tout. Je pense à ces 129 personnes qui auraient tant aimé remonter le temps et changer de programme, elles aussi.

Je pense enfin surtout à la vie, à ce ciel bleu qui nous sourit depuis ce matin. Il y a foule sur les Champs-Élysées aujourd’hui. C’est une victoire. Je pense à tous les élans de solidarité qui sont nés naturellement ce week-end à Paris, en France et dans le Monde. A tout ce programme d’amour, d’entraide, de démocratie, de liberté et de paix qui ne changera jamais, lui. Promis ?

Paris

#JeSuisParis #ParisIsAboutLife

***

I can’t believe the news today
Oh, I can’t close my eyes
And make it go away
How long…
How long must we sing this song
How long, how long…
’cause tonight…we can be as one
Tonight…

Broken bottles under children’s feet
Bodies strewn across the dead end street
But I won’t heed the battle call
It puts my back up
Puts my back up against the wall (…)

Sunday, Bloody Sunday – U2