Notre Tour du Monde 2016

Articles dans cette catégorie :

cité interdite Hué

Hué au Vietnam : notre balade impériale en famille

Après notre séjour à Hoi An, nous sommes partis pour Hué, l’ancienne ville impériale. Dès notre arrivée cela a été un petit choc car nous nous étions bien habitués à l’ambiance calme de Hoi An. A Hué, c’est retour dans le bruit et dans le chaos des motos. Nous nous sommes tout de suite mis en quête de vélos pour sortir de la ville dès le lendemain, sachant que dans les environs de Hué se trouvent de très jolis sites à visiter : les tombeaux des empereurs. Nous avons bien dû interroger une dizaine d’agences et d’hôtels avant de trouver des vélos. Finalement on réussit à en réserver deux mais personne n’avait de petit siège-vélo pour Titpuce. Nous décidons de les prendre quand même et d’utiliser notre Ergobaby pour porter notre princesse pendant la balade.

cité interdite Hué La Cité Interdite de Hué

Ainsi le lendemain matin après le petit-déjeuner nous sommes allés chercher nos vélos et nous sommes partis en direction des mausolées. En chemin, nous avons traversé plusieurs villages. C’était très agréable. Nous n’avons pas regretté notre choix de partir à l’aventure !

Dans plusieurs villages croisés, les habitants fabriquent des bâtons d’encens. De beaux bouquets colorés !

visiter hué

visiter Hué Vietnam

Quels tombeaux voir dans les environs de Hué ?

Nous vous conseillons trois sites :

  • Le mausolée de Minh Mang : C’est le plus éloigné de Hué. Nous avons parcouru 15km pour y arriver. Le site est très agréable. Les enfants étaient plein d’énergie (heureusement car les marchés sont nombreuses et hautes !). Il y avait très peu de monde. Quand les frangipaniers sont en fleurs ce doit être exceptionnel.

visiter hué

  • Le mausolée de Khai Dinh : c’est celui que j’ai préféré car je l’ai trouvé très différent de tout ce que nous avions vu avant. Ce mausolée est haut perché : il faut gravir de très grandes marches pour l’atteindre. Les enfants ont aimé les sculptures situées à l’entrée.

visiter hué

 

visiter Hué Vietnam  

  • Le mausolées de Tu Duc : très joli également, surtout le pavillon sur pilotis qui était l’endroit préféré de l’Empereur Tu Duc mais aussi de Ticoeur et Titpuce qui sont restés bavarder et jouer avec moi pendant que mon chéri a fait le tour du site ; puis nous avons échangé les rôles. En effet, visiter deux mausolées c’était parfait. Trois ça commence à être long ;-). Mais ils ont passé un très bon moment à l’air frais en s’imaginant Empereur et Impératrice :-).

visiter hué

 

visiter hué

Entre chaque mausolée nous avons bien pédalé. Nous avons déjeuné dans une gargote en chemin. En tout, nous avons parcouru 30 kilomètres. D’habitude c’est une distance qu’on trouve facile mais là, il y avait constamment de petits dénivelés et j’avais Ticoeur derrière moi tandis que mon chéri portait Titpuce dans l’Ergo sur le dos… Heureusement les routes de campagne étaient bien calmes :

visiter hué

 

visiter hué

visiter hué

Visiter les mausolées dans les environs de Hué : guide pratique.

  • La version routard : comme nous, vous pouvez louer des vélos MAIS je le conseille aux personnes qui ont l’habitude du vélo. De plus, avant d’arriver sur les petites routes de campagne, il faut quand même faire 15 minutes de vélo dans Hué et c’est un peu pénible avec les motos. Coût de la location de vélo : environ 1,50€ par vélo pour la journée (oui, c’est économique !).
  • Le plus classique et confortable : réserver un chauffeur auprès d’une des nombreuses agences de la ville. Prix : environ 30€ la journée pour 4. C’est pas très cher et pour le coup c’est le plus simple avec des enfants. Vous aurez la clim dans la voiture et vous choisissez vos arrêts.
  • Autre tour proposé : l’aller en bateau jusqu’au mausolée Minh Mang puis retour à vélo : environ 20€ pour 2 adultes et 2 enfants.
  • Astuce pour les billets d’entrées : pour visiter les différents mausolées c’est 100 000 VND (4€) par personne (gratuit pour les moins de 7 ans) mais le mieux est de prendre un billet combiné au guichet du premier site que vous ferez, ça vaut le coup. La meilleure combinaison selon moi : les trois mausolées dont j’ai parlé + la Cité interdite de Hué.
  • Avec les enfants ? Ces visites se font très bien car les sites ne sont pas très grands. En tout cas Ticoeur et Titpuce ont bien aimé.

Et à Hué alors ?

Nous avons fait la balade sur la Rivière des Parfums jusqu’à la Pagode de la Dame Céleste. Nous nous y sommes pris un peu tard, c’était agréable mais la pagode était dans le noir. On a raté le coucher du soleil du coup…

visiter hué

En ville, il y a un quartier chinois, un grand marché et nous avons fait une pause à la fondation d’art Lê Ba Dang : c’était intéressant de voir de la peinture moderne vietnamienne (photos interdites).

Enfin, le site culturel principal à visiter c’est la Cité Interdite. Elle m’a un peu fait penser à celle de Pékin, en moins impressionnante mais déjà grande avec de belles parties. Par contre, à cause des distances entre les salles, pavillons et palais, c’est pas évident pour les petits du coup nous avons choisi quelques parties et nous n’avons pas tout visité. Par contre, avec le billet de la Cité Interdite on a également accès aux Musée des Antiquités Royales qui nous a plu à tous les quatre : c’est pas très grand, le bâtiment est superbe et la collection intéressante. La Cité Interdite en images :

visiter Hué Vietnam

visiter Hué Vietnam 

visiter hué

visiter hué

Détails pratiques pour visiter Hué :

  • Comment y aller ? Nous y sommes allés de Hoi An en voiture avec chauffeur avec quelques pauses en chemin : les Marble Mountains, Le Col des Nuages et la plage. C’est assez cher (50€ – départ 8h et arrivée 15h) et comme nous avons surtout aimé les Marble Mountains, nous conseillons de visiter les Marble Mountains depuis Hoi An (30 minutes) et de faire le trajet Hoi An -> Hué en bus (3-4h). Évidemment, si vous n’avez pas un budget serré, la voiture c’est très confortable avec les enfants.
  • Combien de temps rester à Hué ? Deux jours plein au minimum (un jour Hué même dont une demi-journée pour la Citadelle ; et un jour pour les tombeaux). Un troisième jour permettrait de profiter des villages environnants : nous en avons vu certains en nous baladant à vélo mais il y en a beaucoup d’autres qui semblent intéressants avec des artisanats locaux à découvrir.
  • Température : nous avons eu 26 degrés (en janvier donc). C’est agréable. Il faut éviter la saison des pluies autour d’octobre.
  • Hébergement/restaurants : nous n’avons pas eu de coup de cœur donc n’hésitez pas à partager vos bonnes adresses en commentaires…

visiter hué En chemin entre Hoi An et Hué…

J’espère que vous avez aimé le récit de notre balade « impériale » en famille à Hué et dans ses environs. Prochaine étape de notre voyage : le Delta du Mékong ! Et pour nous suivre au quotidien c’est sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MamanVoyageWT2016

A bientôt !

 

Visiter Hoi An

Notre coup de cœur pour Hoi An, Vietnam

Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que nous avons eu un gros coup de cœur pour Hoi An, ville située au centre du Vietnam. C’était notre première grande étape dans le pays. Nous y avons passé 5 jours et nous sommes totalement tombés sous le charme. J’aimerais donc vous donner tous les détails pratiques pour visiter cette ville et ses environs et je vous conseille vivement d’y aller. Une ville adaptée à un voyage avec enfants !

Un coup de cœur pour Hoi An pourquoi ?

La vieille ville de Hoi An est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et c’est bien mérité. On y trouve d’anciennes demeures chinoises absolument superbes, des maisons coloniales dans le quartier français et le célèbre Pont Japonais… Tout le centre est fermé aux voitures et motos donc on y circule à pied et à vélo. C’est pratique avec les enfants (pas le stress de la circulation !) et très agréable malgré la foule à certaines heures. Et ce n’est pas tout… Hoi An rime avec lanternes. C’est un artisanat de la région. En journée c’est déjà très beau mais la nuit avec toutes ces lanternes éclairées au bord de la rivière Thu Bon c’est juste féérique. Ticoeur et Titpuce ont été fascinés par ces illuminations.

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

coup de cœur pour Hoi An

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

Hoi An « trop touristique » ?

C’est le reproche qui est souvent fait à Hoi An mais en même temps il est normal que de nombreux touristes viennent voir cette perle du Vietnam. Je dirais que c’est un partout pareil, non ?… Et donc oui il y a des boutiques design et des cafés un peu trop trendy mais au moins tout est joliment fait et cela n’enlève rien au charme des bâtiments historiques de la ville. La foule à certains moment de la journée c’est sans doute le plus gênant donc nous y allions de préférence tôt le matin pour les visites et nous y retournions le soir pour dîner et voir les lanternes. Après, en dehors des deux rues principales il y a des rues moins fréquentées. Donc c’est touristique mais c’est beau quand même et absolument incontournable je trouve. Pour plus d’authenticité, il suffit de se balader dans les envions à vélo (voir plus bas) mais les visites des temples et des maisons chinoises c’est forcément dans le centre.

coup de cœur pour Hoi An

Que voir à Hoi An ?

On achète un pass pour la visite de 5 sites de la ville (prix : 120 000 VND soit environ 5€ – gratuit pour nos enfants). Là où on n’avait rien compris c’est qu’il n’y a pas que 5 sites payants dans Hoi An donc il faut bien choisir ! Nous avons fait n’importe quoi le premier jour et nous sommes rentrés dans les 5 premiers bâtiments que nous avons croisés. Du coup nous avons racheté une 2iè carte le lendemain en choisissant plus soigneusement les lieux qui nous intéressaient. Ainsi nous avons fait 10 visites. Toutes les visites sont assez rapides donc c’est parfait pour les enfants (en plus Ticoeur et Titpuce aiment les temples, les bouddhas, les jardins avec les petits poissons…). Parmi les sites que nous avons vus, je vous conseille les suivants :

Suite de l’article

dans les rues de Hanoi

Premiers jours au Vietnam et début de notre Tour du Monde

Cela fait déjà une semaine que nous avons quitté Paris pour commencer notre Tour du Monde en famille. Le temps est passé vite pourtant j’ai l’impression que nous sommes partis il y a bien plus longtemps que ça… En fait j’ai toujours cette impression en voyage… C’est parce qu’on voit tant de nouvelles choses chaque jour que c’est un peu comme vivre plusieurs jours en un jour… Bref, nous sommes arrivés au Vietnam la semaine dernière et je vous redonne le contexte : nous connaissions déjà ce pays où nous sommes allés en 2006 en amoureux mais nous n’avions visité que le nord : Sa Pa, Hanoï, la baie d’Halong et Tam Coc. Comme le vol le moins cher qui partait de Paris pour l’Asie était pour Hanoï alors bingo on s’est dit qu’on y retournait mais pour visiter la partie sud.

Comme le visa n’est gratuit que pendant 15 jours, nous avons prévu 15 jours sur place : une semaine autour de Hôi An et ses environs et une semaine autour de Ho Chi Minh ville et ses environs (le delta du Mékong).

Vous savez quoi ? Au bout d’une semaine je me dis que nous aurions dû payer le visa qui permettait de rester plus longtemps car on se sent super bien ici. Cela nous plaît encore plus qu’en 2006. Tout est très simple avec les enfants et nous avons repéré plein d’endroits où nous aimerions aller. Mais bon, ce n’est pas seulement pour des raisons d’économie que nous avons limité notre séjour au Vietnam à deux semaines ; c’est que nous avions comme priorité de visiter la Birmanie et la Nouvelle-Zélande et que pour profiter de la bonne saison dans ces pays, il ne faut pas tarder à y aller… Donc je peux déjà vous dire que nous reviendrons une troisième fois au Vietnam. Finalement ce n’est qu’à 10h d’avion de Paris ;-).

Notre arrivée à Hanoï :

Revenons à nos premiers jours ici : nous ne sommes restés que 24h à Hanoï car nous connaissions déjà la ville et que pour le coup avec des enfants c’est un peu oppressant et chaotique. Autant dire qu’en arrivant on a tout de suite était dans le bain et que rien n’a changé en 10 ans : c’est toujours aussi compliqué de traverser une rue ! En même temps, il y a une ambiance incroyable ; ça grouille de vie, il y a des marchands ambulants tous les deux mètres et les vieilles demeures coloniales ont un charme désuet qui nous plonge dans l’histoire du pays…

Nous sommes arrivés très tôt le matin et comme nous avons peu dormi dans l’avion, nous avons comaté toute la journée. Pour commencer, on est monté dans un bus qui a mis 1h10 pour aller au centre d’Hanoï parce qu’il était omnibus et passait dans le moindre village. Normalement le trajet ne dure que 30 minutes sur une belle autoroute. Nous n’avons pas regretté notre choix car fatigués comme nous étions c’était pas mal d’être assis pendant tout ce temps et d’observer un paysage très pittoresque par la fenêtre. Titpuce a dormi tout du long dans mes bras. Une fois à Hanoï nous avons mangé, nous avons fait le tour de notre pâté de maisons, et nous avons opté pour une sieste de deux heures qui nous a fait beaucoup de bien. Au réveil, nous sommes allés au marché, au lac, à la cathédrale et nous nous sommes couchés tôt. Le lendemain on s’est baladé en rickshaw dans la vieille ville.

dans les rues de Hanoi

dans les rues de Hanoi

Hôi An et ses environs : notre expérience dans une famille Vietnamienne.

La ville de Hôi An est un gros coup de cœur ; je lui consacrerai un billet entier…

Suite de l’article

Pensées juste avant le départ

Voilà, nous y sommes. Dans quelques minutes l’avion décollera en direction du Vietnam et nous portera vers de longues, grandes et belles aventures en famille. Je crois que je commence à réaliser. Un peu en tout cas. En ce 1er janvier très symbolique pour nous, les enfants se sont réveillés tout plein d’entrain en sautillant de partout : « C’est aujourd’hui qu’on part faire le Tour du Monde maman ! ». La bonne humeur de Titpuce m’a donné le sourire. Car si Ticoeur a été enthousiaste pendant toutes les étapes de nos préparatifs, Titpuce me semblait un peu perdue ces derniers jours, surtout depuis le déménagement. Bonne année mes enfants, mes amours. Je vous promets qu’elle sera exceptionnelle.

Mes pensées sont déjà un peu au Vietnam où je ne suis pas retournée depuis 10 ans

« Quelle chance ! », nous dit-on. Clairement, je réalise la chance que nous avons d’être ensemble et en pleine santé. Une chance énorme, essentielle. On ne se sait pas de quoi sera fait demain alors il faut profiter d’aujourd’hui sans hésiter. J’ai le cœur serré en pensant à ceux qui ne peuvent pas ou à ceux qui nous ont quittés. Je compte bien honorer notre chance. Je n’aurai pas de regrets. Nous allons vivre pleinement.

Mais la chance ne suffit pas…

« Il faut du courage », nous disent d’autres. C’est vrai : nous avons pris des décisions et fait des compromis qui n’étaient pas forcément évidents. Côté boulot et côté confort il a fallu renoncer à certaines choses. On a tous des rêves. Certains sont heureusement réalisables mais encore faut-il l’énergie pour tout faire basculer dans la réalité, pour changer le quotidien, pour créer une dynamique qui rend les projets possibles… Et il faut faire des concessions car on ne peut pas tout avoir, alors il faut choisir. Quand j’ai quitté il y a un an la grande entreprise où je travaillais, une page s’est tournée. J’ai aussi compris où étaient mes priorités. Pour partir, nous avons mis au placard quelques ambitions professionnelles, décidé de vider une grande partie de nos économies, quitté notre agréable et confortable quotidien, tout rangé dans des cartons et nous voilà prêts à affronter l’inconnu, l’inconnu pendant le voyage et l’inconnu encore plus vaste du « après ». Ne pas avoir peur. Voilà où est le courage. Mais il ne faut pas le surestimer non plus. A l’origine, le mot « courage » se dit de ce qui est entrepris avec le cœur. C’est bien ce que nous faisons, sans nul doute et cela nous donne des ailes. Nous suivons ainsi notre cœur, une envie, plus que ça même : un besoin.

Le besoin de voyager. Mais pourquoi souhaitons-nous partir en Tour du Monde avec nos enfants ? Le Tour du Monde n’est pas un objectif en soi. J’aime voyager depuis toujours. Je crois que personnellement j’aime le mouvement que j’associe à la vie. Paradoxalement c’est en mouvement que je me sens vraiment posée (à méditer). Avec les enfants une nouvelle dimension s’est rajoutée : voyager avec eux pendant huit mois cela veut dire profiter d’eux comme jamais il n’est possible de le faire au quotidien. En voyageant ensemble on se retrouve, on resserre les liens, Nous allons voir Ticoeur et Titpuce grandir 24h sur 24h. Nous serons fatigués par moment, je n’en doute pas mais je ne passerai pas à côté d’eux, de leur enfance, de leurs émerveillements. Je ne veux pas en rater une miette. Voyage ou pas, tous les jours je suis là pour eux mais pendant notre Tour du Monde nous allons vivre une parenthèse privilégiée dans un espace-temps dédié à notre petite famille. Nous allons tous les quatre ouvrir grands les yeux sur le monde mais aussi sur chacun d’entre nous. Dans quelques années, Titpuce ne se souviendra peut-être pas de ce voyage et tout sera bien flou pour Ticoeur mais voyager avec ses enfants ce n’est pas pour créer un film de souvenirs indélébiles.

Les souvenirs. Voyager c’est vivre sur le moment une expérience qui nous change, une expérience qui laisse son empreinte en nous, au-delà des souvenirs conscients aussi précieux soient-ils. Voyager seul, à deux ou en famille ouvre un chemin intérieur qui ne s’effacera pas avec le temps. Le voyage ne se limite donc pas aux souvenirs ni aux images qu’il nous en reste même si je les chéris ces souvenirs et ces images. Pour les enfants, c’est la même chose : ils ne se nourrissent pas uniquement de souvenirs. Voyager offre à Ticoeur et Titpuce une ouverture d’esprit, un intérêt pour les différences, une grande curiosité, une façon d’être, une complicité entre eux… Et par dessus tout, les enfants se nourrissent de l’amour et de l’attention de leurs parents. Nul besoin de voyager pour cela mais partir nous rend beaucoup plus disponibles pour eux car plus libres.

La liberté. Le quotidien a cette fâcheuse tendance à vouloir nous happer tandis que le voyage nous rend notre liberté. Bien sûr, en tant que parents nous trouvons tous des moyens pour profiter de nos enfants même dans le tourbillon de nos journées mais voilà, en voyage c’est plus simple car nous avons beaucoup moins de contraintes. Nous sommes présents aux côtés des enfants, beaucoup plus disponibles et personnellement plus zen car voyager avec mes enfants est rassurant.

Rassurant ? Oui, car la maman angoissée que je suis ne sera pas tout le temps en train de se demander si les enfants vont bien. Au quotidien, je m’inquiète toujours que quelque chose leur arrive à l’école, au parc ou dans la rue. La proximité et la connaissance de l’environnement ne me rassurent pas particulièrement. Certains s’inquiètent qu’il nous arrive quelque chose en voyage. Pourquoi ? Parce que la distance et l’inconnu font peur. C’est naturel mais pas rationnel. Nous avons tous besoin d’une petite fée ou d’une bonne étoile au-dessus de nos têtes, où que nous soyons à l’autre bout du monde comme à la maison. Nous serons prudents bien sûr alors ne vous inquiétez pas. Je suis sereine, très sereine alors j’espère que nos amis et nos familles aussi. Car finalement, quand on y pense, la distance et l’inconnu ne sont que deux concepts relatifs et éphémères qui s’évanouissent un peu plus à chacun de nos pas…

Je vous souhaite donc à tous d’avancer sur de beaux chemins de vie. Que 2016 soit une heureuse année pleine d’amour, de santé et d’évasion. Un grand merci à tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent et nous inspirent… Que le Voyage continue !

 

 

voyage en famille

Préparatifs Tour du Monde : J-3 !!!

Je ne réalise toujours pas que dans 3 jours nous partons pour notre Tour du Monde en famille ! Un rêve qui va se réaliser mais qui ne rime pas avec réalité pour l’instant.

Il faut dire que je suis fatiguée par ces dernières semaines. La dernière ligne droite des préparatifs c’est clairement la plus difficile mais c’est totalement de ma faute : il y a un tas de choses que j’aurais pu anticiper mais que j’ai gérées à la dernière minute (comme tout le monde non ??). Le problème de la dernière minute c’est qu’elle est particulièrement courte ;-). Non, sans rire, le problème de régler certaines affaires à la dernière minute c’est que des imprévus viennent se glisser dans l’agenda et là ça devient ingérable. Je vais vous raconter tout ça mais donc la leçon à retenir est qu’il vaut mieux avoir quasi tout fini un mois avant de partir, comme ça, il ne reste que les imprévus à gérer… Et les imprévus ça occupe, croyez-moi !

voyage en familleIle Maurice-Réunion : notre premier grand voyage avec 2 enfants en 2012

Les derniers préparatifs pour notre Tour du Monde :

Le déménagement :

Pour le coup, on ne pouvait pas déménager longtemps avant de partir. La fin de notre bail était pour le 1er janvier mais déménager le 1er janvier pour un départ le 1er janvier ça nous semblait un peu speed ;-).

Du coup, nous avons décidé de fixer le jour de notre déménagement au samedi 19 décembre avec un état des lieux le lundi 21 décembre, une remise des clefs le 22, un dodo chez des amis le 22 au soir (merci !) et un départ en Allemagne dans ma belle-famille le 23 (admirez l’enchaînement !).

Au final notre déménagement c’était :

  • 9 amis qui nous ont énormément aidés (merci, merci, merci !).
  • 60 cartons + quelques meubles
  • un camion de 20m3 rempli qu’au 2/3.
  • des ventes sur le Boncoin réalisées le jour-même du déménagement (le lave-linge, des jouets, du matériel informatique).
  • des affaires dispatchées à droite à gauche : un grand merci à la famille, aux amis et aussi aux lectrices qui prennent soin de certaines de nos affaires. Ainsi, pas de garde-meuble finalement. Juste une vraie galère au retour pour savoir où est quoi 😉

Pendant deux nuits nous avons dormi dans notre appartement vide et vous savez quoi ? ça fait un bien fou ! Il ne restait que nos matelas, mon piano, une table basse et l’ordinateur et franchement je me suis sentie bien. Très bien même. Je n’ai jamais aimé les pièces encombrées, les objets de déco, les meubles imposants mais là je suis encore plus convaincue du bien-être possible avec moins de choses autour de nous. A notre retour j’ai envie d’un appartement plus vide… Va falloir que je négocie avec mon chéri qui est un peu moins minimaliste que moi mais j’ai 8 mois pour le convaincre ;-).

Côté imprévu ? Et bien moi qui ne suis quasi jamais malade j’ai eu 38 de fièvre la veille de notre déménagement. Je n’arrivais plus à faire les derniers cartons, j’ai peu dormi et j’ai enchaîné les cachets de paracétamol le lendemain pour tenir le coup avant de m’effondrer le soir. Pourquoi cette fièvre ? A cause des vaccins… (admirez les transitions ;-))

Les vaccins :

On était allé voir notre généraliste pour les vaccins en septembre (là j’étais fière de mon anticipation) mais mi-décembre j’ai soudain été prise de doute en lisant des blogs de voyage et je me suis dit qu’il valait mieux que nous allions voir un spécialiste car toutes les familles qui voyagent longtemps semblent faire plus de vaccins que nous. Sauf que des vaccins à la dernière minute c’est sport ! Pourquoi ?

  • Pour certains vaccins il y a plusieurs jours voire plusieurs semaines avant qu’ils soient efficaces.
  • Ma puce a eu une angine, rhinite et pharyngite et donc au moment où je me réveille pour cette dernière vague de vaccination et bien elle était trop affaiblie pour qu’on lui administre des vaccins.
  • Pour ne pas payer trop cher ses vaccins, il vaut mieux aller dans un hôpital qui a un département vaccinations voyage plutôt qu’à l’institut Pasteur, Fournier ou Air France. Pour certains vaccins c’est 4 fois moins cher à l’hôpital. A Paris, il y a l’hôpital Bichat, l’hôpital Saint-Louis, l’hôpital Saint-Antoine. En proche banlieue : l’hôpital Franco-Britannique (Levallois, 92).

Comment tout cela s’est fini ? J’ai pleuré au téléphone pour obtenir un rendez-vous car à la base on me proposait la date du 8 janvier… Le médecin a fait une consultation complète et nous a conseillé d’opter pour le vaccin de la typhoïde et de la fièvre jaune en plus des vaccins que nous avions déjà (les classiques + hépatite A). Pour Titpuce je suis retournée à l’hôpital cinq jours plus tard une fois qu’elle était guérie de son angine.

Mon conseil ? Prévoir les vaccins 2 à 3 mois avant le départ pour obtenir facilement un rendez-vous à l’hôpital et pour avoir le temps de décaler certaines injections en cas de maladie.

L’assurance voyage :

Je continue sur la santé avec l’assurance voyage. Là encore j’ai pas trouvé ça très simple de comparer toutes les différentes assurances car en fait les offres ne sont pas 100% identiques en terme de couverture. Nous avons quand même passé du temps à étudier tout ça car l’assurance voyage nous savons d’expérience que c’est important : mon chéri s’est blessé au genou dans la jungle au fin fond du Mexique lors de notre dernier tour du Monde (hôpital, radio, béquilles…) et j’ai eu une salmonellose au Pérou lors de mon voyage humanitaire. Alors bon, quand les frais pour se soigner sont couverts c’est un gros soulagement… En partant avec des enfants, cette couverture nous semble encore plus essentielle pour voyager sereinement.

Nous avons donc décortiqué l’offre de Chapka Assurance, de Mondial Assistance et d’AVI International. C’est cette dernière que nous avons retenue car cela nous semble le meilleur rapport qualité-prix pour une famille.

  • Nous avons souscrit le contrat Marco Polo Famille  d’AVI International pour les mois de mars à août 2016 (5 mois)
  • Pour les 3 premiers mois de notre voyage nous avons décidé de nous contenter de notre assurance carte bleue. Je dis bien « contenter » car cette assurance ne couvre pas autant de choses que les assurances voyages des spécialistes mais le minimum est tout de même décent. Pour info, nous avons une Gold Mastercard. A voir avec votre banque pour le détail de la couverture correspondant à votre carte.
  • Le tarif de notre contrat Marco Polo chez AVI International est de 138€/ mois pour nous 4. Les forfaits famille des autres assurances envisagées étaient plus chers. Dès que je trouve le temps, je vous fais un article comparatif. Le prix de l’assurance dépend de la zone géographique de votre voyage, du nombre de personnes et de la durée donc je vous laisse faire la simulation qui correspond à votre besoin.
  • Petite anecdote : hier c’était urgences dentaires pour moi. J’ai cassé ma couronne en mangeant une pâte de fruit ! Grosse galère de dernière minute mais en même temps je préfère voir un dentiste à Paris qu’au Vietnam… Donc on va dire qu’à quelques jours près j’ai eu de la chance même si cela aurait été intéressant de tester la qualité de l’assurance voyage à cette occasion :-).

Les bagages :

Vous connaissez déjà notre liste pour voyager léger. Même liste pour notre Tour du Monde. Nous avons juste la GoPro qui est arrivée sous le sapin de Noël : avant, nous avions une Action Cam Sony dont nous n’étions pas satisfaits alors nous l’avons revendue et maintenant, sur les conseils de nombreux blogueurs, nous allons tester la GoPro Hero 4 Session (merci à Omi et Opa pour le cadeau !).

Première estimation du poids de nos bagages : 28 kg (pour nous 4). Je referai une pesée le jour J, d’autant plus que d’après vos avis sur Facebook, je dois emmener 3 paires de chaussures 😉

Nous avons le grand sac à dos de rando de mon chéri (80L), une valise cabine (40L) qui se porte aussi sur le dos, un petit sac à dos adultes, un petit sac à dos enfant pour Ticoeur et un sac à main pour ma Tipuce. Remarquez que la Reine des Neiges reçue à Noël viendra avec nous (Libérée ! Délivrée !). Heureusement, la version doudou ne chante pas…. Si j’arrive à trouver le sac Osprey Farpoint 40L avant de partir il remplacera ma valise-sac à dos : c’est le même concept mais en plus léger encore ! Je vais tenter ma chance au Vieux Campeur mais là encore j’aurais dû anticiper afin de le commander sur internet car on ne le trouve pas si facilement…

L’école :

Les maîtresses ont été adorables… Petits mots de départ, petit-déjeuner dans la classe le dernier jour… Sans faute nous allons garder le contact avec la classe de Ticoeur et la classe de Titpuce. Promis ! Ticoeur a vraiment acquis de très bonnes bases (merci maîtresse !) et il lit bien volontiers des livres à sa petite sœur… J’adore !

A part ça, j’ai hâte de commencer l’aventure de « l’école du voyage » et dans chacun de mes futurs billets j’essaierai de vous raconter comment on se débrouille.

L’itinéraire :

Je rappelle qu’après l’Australie rien n’est fixé et les billets d’avion ne sont pas réservés…

TDM2016map

La to-do list :

Il y a tout plein de petits détails à régler et de coups de fil administratifs à passer donc je vous prépare une to-do list à imprimer que je mettrai ici pour ceux qui seraient intéressés par la préparation d’un Tour du Monde… Vous verrez dans cette liste qu’il y a aussi des choses que nous n’avons pas eu le temps de faire 🙂

Le budget :

Le dernier sujet (mais pas un des moindres) c’est le budget. J’y consacrerai un billet également même si pour l’instant tout reste approximatif. Le avant/après sera intéressant. Je rappelle juste que mon chéri sera en congé sabbatique donc sans salaire mais moi par contre je vais continuer de travailler à distance. J’ai déjà quelques contrats pour du rédactionnel sur les prochains mois, un peu de community management aussi et même une mission de conseil. Nous n’aurons quasi plus de dépenses à gérer en France et je vais voir avec les impôts pour refléter notre baisse de revenu avec anticipation.

***

Voilà où nous en sommes à 3 jours du départ. Nous sommes maintenant de retour à Paris après quelques jours en Allemagne. Nous dormons chez des amis qui sont partis au ski (merci les amis !). J’ai encore quelques trucs à régler, un dernier petit Réveillon à organiser… « Trois p’tits tours et puis s’en vont » !