Articles avec l'étiquette vivre en Angleterre:

Notre vie en Angleterre #64 : We’ll meet again!

Les semaines du 1er et du 8 mai nous rappellent ces ponts dont nous profitions tant, pour partir en van ou à vélo. Ils commencent à me paraître loin ces moments d’insouciance et de liberté ! A la place, cette année, nous avons sillonné les alentours de notre maison, à la recherche du muguet perdu ! Puis, la semaine a été rythmée par l’arrivée des fraises produites dans notre petit village anglais et bien sûr par l’école des enfants qui a organisé tout un programme afin de célébrer les 75 ans de la fin de la 2iè Guerre Mondiale. Il y a d’ailleurs quelques petites similitudes avec notre contexte de confinement même si bien sûr, la paix n’a pas de prix !

Voici notre semaine en images :

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #58 : à 6 pieds les uns des autres…

Quand j’ai commencé cette rubrique sur notre vie en Angleterre, je pensais vous parler des différences à l’école, au boulot, dans l’assiette et autres sujets de la vie quotidienne. Je ne savais évidemment pas ce que nos quotidiens allaient nous réserver ! Me voilà à présent en train de vous raconter comment se passe la crise du coronavirus de l’autre côté de la Manche ! Crazy ! Isn’t it? Quand la semaine dernière je vous disais me sentir isolée car la seule compagnie aérienne qui assurait la liaison Southampton-Paris a fait faillite, je ne me doutais pas encore de tout ce qui allait suivre…

Heureusement, que je les ai eux, mes amours !

Comme toujours, l’Angleterre ne fait pas comme les autres !

Lundi dernier, au boulot, nous avons reçu un e-mail qui nous demandait de nous tenir à 6 pieds (6 feet) de nos collègues. 6 feet, pour ceux qui auraient un doute, c’est deux mètres. En France ou en Allemagne, la recommandation de distance sociale est d’1m50. Décidément, ces Anglais sont vraiment plus distants ;-). Ou alors, c’est juste de l’humour noir par rapport à la série 6 feet under !!! Jusque là, j’ai souri. Puis, nous avons eu notre grosse réunion d’équipe et là j’ai été bluffée par la discipline de mes collègues ! Chaque personne qui est entrée dans la salle de réunion s’est assise en laissant une chaise vide entre elle et son voisin ! Impressionnant non ? Oui, on a de la place dans nos locaux ;-)…

Je trouvais donc que c’était bien parti mais en fait non !

A part annuler les rencontres sportives et donner des conseils, le UK ne prend pas assez de mesures et ça c’est un gros gâchis ! Nous avons une chance précieuse : nous avons beaucoup moins de cas que nos voisins européens. Ne serait-ce pas l’occasion d’anticiper et de mettre en place plus rapidement des mesures plus drastiques ? Par exemple, au boulot, bravo pour les 6 feet mais pourquoi ne pas arrêter les déplacements à Londres de mon équipe ? N’est-ce pas de la folie d’aller deux ou trois jours au bureau de Londres, dans la ville la plus touchée du pays alors que nous avons la chance de bosser dans un bled où il n’y a aucun cas ? Alors, voilà : j’ai décidé que je n’allais plus à Londres mais je suis la seule. Et quand j’entends mes collègues râler à propos de l’annulation des matchs de foot et de rugby ça me me saoule ! Mes pensées sont avec ma famille, mes amis à Paris ; avec ma belle-famille en Allemagne et avec ma famille paternelle en Italie ! Tous dans de bonnes galères !

Je suis triste que l’Angleterre soit en train de griller sa chance. A moins que, comme certains pessimistes le disent, cela ne change plus rien, nous sommes tous fichus ! All fucked up! Donc les Anglais seraient fatalistes ? Depuis quand ? Dans la presse, on nous explique que le gouvernement UK ne prend pas davantage de mesures sévères car il a été prouvé par des scientifiques qu’on ne pouvait pas obliger les gens à rester plus de 12 semaines confinés chez eux. C’est pas bon pour le moral. Oui, ok mais si on vous dit : « vous préférez rester plus de 12 semaines chez vous ou risquer de mourir ? » ! Et puis, il est mignon Boris à se soucier du moral du gens, c’est quand même lui qui a fini son discours du début de semaine en nous disant qu’il fallait s’attendre à perdre certains de « love ones« . Bravo ! Tu nous as bien mis la pêche gars !

Fortement critiqué, le UK vient de conseiller aux plus de 70 ans de rester chez eux. C’est juste un conseil. Comme pour tout le reste. Toutes les comm’ que je vois passer que ce soit au boulot ou dans les journaux donnent des conseils et laissent les gens choisir. Je pensais pourtant qu’avec l’histoire du Brexit, ils auraient compris que parfois vaut mieux éviter de laisser le choix aux gens ;-)… Fallait bien que je la case ma rancœur du Brexit !

Donc comme nous sommes dans le pays des grandes libertés, moi j’ai choisi de ne plus aller à Londres. Papa Voyage a décidé de se mettre complètement au télétravail. Et l’école ?

Et oui : il y a école en Angleterre !

Encore une grosse différence avec les autres pays d’Europe : le UK estime qu’il ne sert à rien de fermer les écoles pour l’instant. Je ne sais pas quoi en penser. Mais à très court terme, Ticoeur ne souhaite qu’une chose : pouvoir monter sur les planches vendredi soir car cela fait des mois qu’il travaille son rôle, qu’il fait partie de la grosse production annuelle de l’école, qu’il joue un des personnages principaux et qu’il est passionné par le théâtre. Des heures de travail et de répétition ! J’ai quand même essayé de le préparer au fait que cela pourrait être annulé…

Aussi, si vous vous souvenez, à l’école, les enfants font beaucoup de natation. Ils ont deux séances par semaine. Et la semaine dernière c’était même trois car il y avait « interhouse » (c’est quand les trois maisons de l’école s’affrontent dans une compétition). Je me suis demandée si se baigner dans une piscine ne rajoutait pas du risque de choper ce sale virus. Et bien apparemment le chlore suffit à désinfecter l’eau…

Comme tous les parents, je suis allée encourager les enfants et j’ai été fière des gros progrès de Titpuce et Ticoeur qui ont défendu les couleurs de leurs maisons avec beaucoup d’énergie ! Dire que l’an dernier ma puce ne savait pas nager ! A présent, les deux se débrouillent super bien en crawl et ont assuré dans les relais de leurs équipes !

En Angleterre pour un moment !

Quand je pense aux fois où je vous disais que je déprimais ici en me baladant au bord de mer ou dans la nature car je n’y croisais personne ! Et bien là forcément je vois les choses autrement. C’est une chance ! Nous pouvons faire de longues balades dans des endroits déserts ou quasi déserts…

 

Et dans notre coin d’Angleterre on va y rester un bout de temps ! Primo parce que tout voyage va être compromis pour un bon moment mais aussi parce que oui, cela a été confirmé : nous resterons trois ans expatriés en Angleterre ! Nous sommes donc à la moitié. Les enfants sont ravis et donc nous aussi. D’ailleurs, un mini voyage nous attend à la fin de cette semaine car nous déménageons ! Trois kilomètres plus loin… (très modestes nos futurs voyages vous voyez !). Nous avons trouvé une maison qui nous plaît davantage alors  même si c’est un peu la folie de déménager encore, on a décidé d’être fous ! Après tout, un an et demi c’est long… Et je crois qu’on va bien en profiter de notre maison ces prochains mois !

Comme pour tout le monde, nos prochains voyages sont annulés.

Bye bye Kenya ! Je sais que les girafes vont être très déçues donc je leur ai préparé un petit courrier…

Chères girafes,

Je suis certaine que vous êtes vraiment tristes que nous ne venions pas vous voir mais voyez-vous, notre espèce a quelques problèmes plus graves à régler. Alors il faut relativiser. Prendre de la hauteur comme on dit. Mais ça, vous savez faire ! Nous, on se croit toujours les plus forts du monde mais un mini virus réussit à nous abattre. Oui oui un mini virus, même pas un lion ! Je sais, j’ai honte ! Même si vous êtes déçues qu’on ne vienne pas, parce que oui c’est vrai, on est une famille super sympa avec deux petits nains adorables, je pense que vous saurez profiter de votre temps au calme dans la savane, sans humains pour venir vous déranger. Il y aura moins d’appareils photos pointés vers vous pendant quelques temps mais vous savez, la célébrité, les caméras, c’est futile tout ça… Restez naturelles et concentrées sur l’essentiel. Nous allons faire de même de notre côté. Je vous embrasse bien fort et promis : on viendra un jour !

Courage à tous ! De tout cœur. Et heureusement que ces deux-là savent me redonner le sourire !

Notre vie en Angleterre #54 : les années 20, les Cotswolds et Hayling Island à vélo

En ce début janvier, j’ai pas mal vadrouillé, entre mes habituels déplacements à Londres, un séminaire boulot dans les Cotswolds et nos sorties vélo en famille dans notre sud de l’Angleterre. Côté météo, ce n’est pas terrible en semaine mais nous avons un grand soleil le week-end : c’est mieux que l’inverse et parfait pour nos balades à vélo que nous n’espérions pas reprendre avant le printemps !

Hayling Island

Je commence par la petite vie anglaise des enfants :

  • L’école a fêté ses 100 ans. A cette occasion, les enfants pouvaient venir déguisés sur le thème des années 20. Nous avons farfouillé dans nos placards pour tenter de dénicher de quoi coller à peu près à l’époque. Les instits étaient également déguisés et ont organisé des ateliers années 20 : Titpuce était dans un groupe qui a tourné un film en noir et blanc muet et comique ! C’était trop chou !
  • A la rentrée, Titpuce a eu une nouvelle maîtresse car sa classe ayant atteint 18 élèves, le directeur a décidé qu’il était temps d’ouvrir une deuxième classe de Year 3 (équivalent CE1). Je précise qu’il s’agit d’une école privée. Dans le public les classe sont comme en France des classes de 30. Par contre, en France j’ai souvenir que les enfants sont également 30 dans le privé ce qui est impensable ici. Bref, maintenant, Titpuce est dans une classe de 9 pour les maths, l’anglais et les sciences ; les deux classes se réunissent pour les autres matières (Histoire, géo, le français, le sport…).
  • Ticoeur est toujours à fond sur les répétitions de théâtre après la classe ou à l’heure du déjeuner. La représentation sera à la fin de ce trimestre, j’ai hâte de le voir sur scène ! En piano, il est repassé à la musique classique qui semble lui convenir mieux que le jazz.
  • En sport, ce trimestre c’est hockey pour Ticoeur et netball pour Titpuce, deux sports très anglais qu’ils continuent donc de découvrir.

Suite de l’article

2020 : to be or not to be en Angleterre !

Tout d’abord belle et heureuse année 2020 à tous ! Un grand merci à vous de suivre nos aventures en Angleterre ou ailleurs !

Pour nous, les vacances ont été excellentes, avec au programme un grand roadtrip, de notre sud de l’Angleterre jusqu’à Arras ; puis direction Stuttgart dans ma belle-famille ; puis Chamonix pour le ski et enfin Paris dans ma famille ! Cela faisait un bien fou de retrouver les siens, des amis de longues dates, la cuisine française et les montagnes ! Je vous raconterai tous les détails de notre périple et notamment de notre semaine à la neige dans un prochain billet.

Car aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’Angleterre et de 2020. Pour ceux qui suivent, cette année, en août, cela fera 2 ans que nous serons en Angleterre. Or, le contrat de « Papa Voyage » était pour 2 ou 3 ans. Donc dans les semaines qui viennent, il va falloir décider si nous rentrons en France fin août ou pas… Décision complexe qui dépend aussi de facteurs externes donc rien n’est certain à ce stade mais c’est clairement le sujet du moment.

Mes petits Anglais

Alors pourquoi rester en Angleterre ?

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #51 : le blues de novembre

Je n’aime pas le mois de novembre. Je ne l’ai jamais aimé. Je le trouve triste. Il marque le début des journées bien trop courtes ; il y a le froid ; il y a des jours de pluie. Vivre en Angleterre ne change pas grand chose à mon désamour pour novembre d’autant plus, qu’en ce début de mois, j’ai été très fatiguée par mes nombreux déplacements à Londres (partir quand il fait nuit et revenir quand il fait nuit n’aide pas…) ; j’ai eu du mal à me lever, j’ai loupé quelques trains et il n’y a même pas eu quelques jours fériés pour récupérer de ce rythme effréné ! Parce que voyez-vous, les Anglais, ils font la fête pour Halloween MAIS ils travaillent le jour des Morts… Et ils font de belles cérémonies pour rendre hommage aux soldats tombés pendant la guerre avec des événements tout le week-end MAIS ils travaillent le 11 novembre !

Et puis, il y a eu Titpuce qui a eu une étrange crise d’urticaire pendant 24h. Nous avons donc encore testé le système médical : le médecin nous a reçus et rassurés (apparemment c’était un virus non contagieux heureusement) mais j’ai fait une grosse nuit blanche pour surveiller l’évolution de cette crise visuellement impressionnante pendant que ma puce dormait sereinement, sans fièvre et sans se rendre compte de rien… Et vous savez quoi ? Les nuits blanches ça ne met pas de très bonne humeur !

Titpuce est redevenue de couleur normale le lendemain…  !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ARVZ0002.jpeg.

Remembrance Day…

Comme je le disais plus haut et comme je vous l’ai déjà raconté l’an dernier (mon dieu, je radote !), les Anglais marquent davantage le coup que les Français pour rendre hommage aux soldats des deux guerres mondiales. Il y a des cérémonies dans la plupart des villages et des écoles. Samedi dernier, nous avons participé au Remembrance Day de notre école : Ticoeur a chanté dans la chorale des enfants et j’ai chanté dans la chorale des adultes. Encore une fois, j’ai eu du mal à aligner les premières paroles car juste avant il y a eu les discours rappelant la vie des 13 anciens élèves de l’école morts au combat et le témoignage d’un grand-père ancien combattant qui a perdu tous ses camarades lors d’un bombardement en 82 (Falklands). Beaucoup d’émotions et clairement une vraie sensibilisation au devoir de mémoire auprès de nos enfants… J’ai fini par retrouver ma voix et sécher du revers de ma veste mes larmes silencieuses… (la prochaine fois j’emmène le paquet de mouchoirs !). Une belle cérémonie mais pas de quoi lutter contre le blues de novembre !

Malgré ce petit coup de mou du début de l’hiver (on n’est même pas en hiver !!!), je reste positive et même si je me suis bien plainte au début de cet article (merci de m’avoir lue, ça fait du bien !), j’ai quand même de bons moments anglais à partager avec vous…

A l’école anglaise :

  • Ticoeur est fier d’apprendre les plaquages au rugby : je ne vois pas vraiment le positif là-dedans mais lui oui donc c’est l’essentiel 😉
  • Ticoeur a eu un « Show Head of House » pour son exposé sur Napoléon (comme quoi, pas rancuniers ces Anglais !).
  • Titpuce m’a présenté son amoureux : c’est le fils du directeur ;-)… Tenant ma puce par l’épaule, d’un air protecteur, il me demande quelle langue je suis en train de parler. Je lui réponds que je parle français et il me dit « Oh, I know French very well ! » 😉

Autres news de notre quotidien anglais :

  • Je profite toujours de mon footing du dimanche, en bord de mer, sous le soleil de notre sud…

  • J’ai eu une soirée sympa entre mamans au pub.
  • L’agence immobilière est venue faire la visite trimestrielle de notre maison (ils contrôlent les Anglais !) et n’a eu aucune remarque à nous faire ! D’habitude, il y avait toujours une petite phrase sur la paroi de douche pas assez détartrée ou l’évier pas assez brillant ! Heureusement, c’est Papa Voyage qui gère ces visites car cette intrusion me met mal à l’aise.
  • Je suis allée voir un excellent film au cinéma : Joker de Todd Phillips… un acteur exceptionnel, une mise en scène sombrement captivante, une histoire qui nous montre la naissance d’un personnage de plus en plus dangereux, pur produit d’une société qui hélas ressemble bien trop à la nôtre : « Is it just me, or is it getting crazier out there? ». Bref, de quoi voir la vie en rose ;-)…  Dans la salle d’à côté, Papa Voyage et les enfants sont allés voir Abominable et apparemment c’est un feel-good-movie ! A tester si vous aussi vous avez le cafard en novembre…

Guy Fawkes et les feux d’artifice :

Il y a un événement festif en Angleterre au mois de novembre : le 5 novembre, de grands feux et des feux d’artifice sont organisés de partout pour se rappeler l’échec de Guy Fawkes qui avait tenté de brûler le parlement (« Remember, remember the 5th of November! »)… Il ne s’agit pas d’énormes feux d’artifice comme chez nous au 14 juillet mais de plein de petits feux organisés par les villages, les écoles, les clubs de sport… et en fait il y a en a toute la semaine. L’ambiance est très sympa : les gens sont dehors, mangent des saucisses, boivent de la bière et puis surtout le gros avantage c’est qu’il n’y a pas besoin d’attendre 23h pour qu’il fasse nuit !

 

Comme l’école des enfants est aussi une boarding school (il y a 10% d’élèves pensionnaires), les animateurs avaient  organisé une soirée bonfire (grand feu) et fireworks (feux d’artifice) précédée d’un BBQ dans le jardin de l’école (mais oui, un BBQ en novembre ! So British!). Comme il est possible de rester en pension même pour un seul soir, nous avions inscrit Ticoeur et Titpuce ce jour-là pour 1/ qu’ils profitent de cette belle soirée Guy Fawkes et 2/ pour qu’on puisse sortir en amoureux. Alors ? Qu’avons-nous fait de beau ? Et bien, je vous l’avais déjà raconté (je me répète, je me répète !) mais il y a un théâtre à Southampton, le Mayflower qui reçoit régulièrement les grosses productions de Londres et mercredi dernier il y avait la comédie musicale Les Misérables. Comme ce spectacle ne nous semblait pas adapté à nos loulous encore trop jeunes (j’ai rapidement raconté l’histoire à Titpuce qui m’a regardée avec de grands yeux et m’a dit « tout ça pour un morceau de pain ??? »…), nous avons eu l’idée de les inscrire pour une nuit à l’école. Tout le monde a adoré sa soirée ; par contre, ce ne sont pas Les Misérables qui allaient me remonter le moral, hein ! Néanmoins, je vous conseille fortement ce spectacle émouvant, criant d’actualité (oui, comme Joker !), avec une musique et des voix qui nous transportent au temps des barricades,  le tout dans un décor impressionnant !

« Je suis tombé par terre,
C’est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C’est la faute à…

Il n’acheva point. Une seconde balle du même tireur l’arrêta court. Cette fois il s’abattit la face contre le pavé, et ne remua plus. Cette petite grande âme venait de s’envoler. » Victor Hugo.

Et vous ? Vous arrivez à apprécier le mois de novembre ? Des astuces anti-blues ?