Articles avec l'étiquette vivre en Angleterre:

vacances en Angleterre

Notre vie en Angleterre #69 : comme un air de vacances !

Nous avons vraiment passé une belle semaine entre la reprise de l’école qui a mis toute la famille de bonne humeur et la météo on ne peut plus estivale ! Je me souviens que lorsque je vivais à Paris, une partie de mes collègues basés à Aix-en-Provence me disaient ne pas partir en vacances car ils se sentaient en vacances toute l’année. J’étais toujours très étonnée de les entendre car quand on vit à Paris on ne rêve que d’en sortir :-). Mais à présent que je vis aussi dans le sud (de l’Angleterre il est vrai mais quand même !), je comprends tout à fait qu’il est possible de se sentir en vacances tout en restant dans sa région. Il y a tant de belles activités autour de chez nous, qu’une fois les beaux jours arrivés, on peut profiter des rivières, de la mer et de la forêt même le soir après l’école et le boulot.

vacances en Angleterre

Suite de l’article

roses

Notre vie en Angleterre #67 : le temps des roses, toujours pas d’école et la New Forest

Tout d’abord, je souhaite une belle fête des mères à toutes les mamans qui passent par ici ! En Angleterre, c’était fin mars donc je n’ai pas eu le droit à un deuxième cadeau aujourd’hui :-). Cela dit, mes plus beaux cadeaux du moment ce sont les centaines de roses qui fleurissent dans notre jardin. C’est juste incroyable ! Le couple qui vivait ici avant nous devait avoir un jardinier extraordinaire ! Chaque jour, il y a du nouveau et le choix des fleurs et de leurs emplacements semble avoir été minutieusement pensé. Un régal !

Je commence donc par cette note positive, histoire de parfumer votre lecture avec ces photos de notre jardin anglais :

roses Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #65 : nous sommes sortis de notre village !

Je continue de le penser : nous avons énormément de chance de vivre où nous vivons. Notre village a tant d’atouts : nous avons la mer, la forêt, et les champs de fraises ! C’est un village méga tranquille donc à part le facteur et le livreur que je salue depuis la fenêtre de ma cuisine, je ne vois plus d’êtres humains ! Ou alors de très très loin… Depuis le début du confinement, j’ai réalisé 27 footings sur le même chemin, un chemin bien caché qui mène à la mer. Parfois des moutons m’ont saluée, brisant ainsi ma routine et mon désert. Avec les enfants, nous avons fait quelques sorties toujours sur la plage de notre village. C’est une chance. Plus que ça même. Mais au bout de quasi deux mois, j’ai un peu l’impression d’être Bill Murray dans le film The Groundhog Day.  Pas vous ? La même routine tous les jours, le même chemin, les mêmes moutons ! J’ai l’impression de connaître chaque brin d’herbe, chaque arbre, chaque coquillage et chaque fraise ! Et puis le télétravail, l’école à distance… Tout cela s’enchaîne. Je trouve le temps trop long et trop court à la fois. Je rêve de croiser un sourire. Je rêve de l’heure de la sortie des classes. Je rêve de revoir famille et amis.

Depuis une semaine, en Angleterre, il n’y a plus de limites pour les balades et activités dans la nature donc on s’est dit que ce week-end, on allait enfin sortir de notre village ! Au programme : pêche aux crabes et château sur la plage… Tout cela à même pas 10 kilomètres de chez nous ! Dans notre coin, pas besoin d’aller bien loin pour voir de superbes endroits naturels ! 

La bonne blague : quand je vous racontais que conduire en Angleterre n’était pas si sorcier, et bien après tant de semaines sans conduire, j’ai bien failli me mettre du mauvais côté !

Le village de Netley : sa plage, son château, son parc, ses ruines…

Samedi après-midi, nous sommes allés à Netley : sur la plage de ce village se trouve un château typique anglais, juste comme ça, au bord de l’eau ! Et c’est pas un château de sable ! C’est une demeure privée habitée. Il ne se visite jamais, même en temps normal. La balade le long de la mer était particulièrement belle. Nous avons observé les voiliers au loin. La végétation derrière la plage nous a même fait penser à la côte d’Azur ! Les bancs rendent hommages aux soldats. Tout est soigné et fleuri à Netley. Et puis quelle lumière en fin d’après-midi ! Il y avait très très peu de personnes. Globalement notre région n’est pas très connue (sauf par les fans de voile !). Des Londoniens m’ont souvent demandé où était le Hampshire ! Ce conté n’a pas l’aura du Dorset, ni du Devon et n’arrive pas à la cheville de la Cornouille. Mais tant mieux !

netley

netley castle

netley

netley

river hamble     netley   

La pêche aux crabes : comme un air de vacances…

Dimanche matin, toujours à quelques minutes de chez nous, nous sommes allés à la pêche aux crabes sur la rivière Hamble. J’adore cette rivière ! Je l’ai aimée dès le premier jour quand « Papa Voyage » et moi étions venus en repérage avant notre installation. Revenons à nos crabes. Si vous avez déjà voyagé sur la côte anglaise vous savez que la pêche au crabe c’est une institution ici ! L’activité reine pour les enfants ! On emmène son sceau, on prépare son appât avec du bacon fumé (bizarre non ? Peut-être parce que les crabes sont anglais ???!) et le tour est joué !  Il n’y a plus qu’à les remonter. A la fin, on relâche toujours les pauvres bêtes dans l’eau of course ! Pour les parents, les rires et émerveillements des enfants sont une « happy-therapy » et le décor naturel autour de nous était enchanteur ! 

 

Après ces belles aventures du week-end, nous sommes à nouveau prêts pour la routine télétravail et école à distance (Bill, sors de ce corps !). L’école à distance se passe toujours super bien. J’avais donné tous les détails ici. Titpuce a obtenu un « Show Head Master » pour son journal de confinement. C’était une petite merveille ! Peut-être une future blogueuse aussi ;-).

Ici, c’est la dernière semaine avant les vacances scolaires (en Angleterre, il y a toujours des vacances la dernière semaine de mai). Nous rêvons d’une escapade en campervan pour aller dormir en pleine nature mais contrairement à la France, ici ce n’est pas encore autorisé. Bizarre toutes ces différences entre les pays : ici, pas de limite de 100km mais obligation de dormir chez soi.

Pour Ticoeur et Titpuce nous ne savons pas encore quand l’école reprendra. Le 1er juin, certaines classes d’âges (Year 1 et Year 6) peuvent retourner en cours mais cela ne concerne pas les niveaux de nos enfants et rien n’a pas été communiqué pour l’instant concernant Year 3 et Year 5. Cela laisse le temps de voir… A suivre ! 

Pour le boulot, « Papa Voyage » et moi-même resterons en télétravail car nos métiers le permettent. « Papa Voyage » aime beaucoup ; moi pas trop mais au moins je n’ai plus besoin de perdre 5h dans les transports pour une réunion à Londres ! J’ai toujours trouvé ces déplacements assez inutiles et la période actuelle montre que cela n’était pas vraiment indispensable… Cela créera peut-être du changement positif…

Pour finir, je ne pouvais pas vous quitter sans vous montrer quelques unes des nouvelles fleurs de notre jardin anglais… : glycine blanche, iris et rosiers à l’honneur !

glycine blanche  glycine 

iris

 

rose

rosier grimpant

Et vous en France, avez-vous profité du week-end pour aller vous mettre au vert ? Pas trop compliqué ?

 

Notre vie en Angleterre #64 : We’ll meet again!

Les semaines du 1er et du 8 mai nous rappellent ces ponts dont nous profitions tant, pour partir en van ou à vélo. Ils commencent à me paraître loin ces moments d’insouciance et de liberté ! A la place, cette année, nous avons sillonné les alentours de notre maison, à la recherche du muguet perdu ! Puis, la semaine a été rythmée par l’arrivée des fraises produites dans notre petit village anglais et bien sûr par l’école des enfants qui a organisé tout un programme afin de célébrer les 75 ans de la fin de la 2iè Guerre Mondiale. Il y a d’ailleurs quelques petites similitudes avec notre contexte de confinement même si bien sûr, la paix n’a pas de prix !

Voici notre semaine en images :

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #58 : à 6 pieds les uns des autres…

Quand j’ai commencé cette rubrique sur notre vie en Angleterre, je pensais vous parler des différences à l’école, au boulot, dans l’assiette et autres sujets de la vie quotidienne. Je ne savais évidemment pas ce que nos quotidiens allaient nous réserver ! Me voilà à présent en train de vous raconter comment se passe la crise du coronavirus de l’autre côté de la Manche ! Crazy ! Isn’t it? Quand la semaine dernière je vous disais me sentir isolée car la seule compagnie aérienne qui assurait la liaison Southampton-Paris a fait faillite, je ne me doutais pas encore de tout ce qui allait suivre…

Heureusement, que je les ai eux, mes amours !

Comme toujours, l’Angleterre ne fait pas comme les autres !

Lundi dernier, au boulot, nous avons reçu un e-mail qui nous demandait de nous tenir à 6 pieds (6 feet) de nos collègues. 6 feet, pour ceux qui auraient un doute, c’est deux mètres. En France ou en Allemagne, la recommandation de distance sociale est d’1m50. Décidément, ces Anglais sont vraiment plus distants ;-). Ou alors, c’est juste de l’humour noir par rapport à la série 6 feet under !!! Jusque là, j’ai souri. Puis, nous avons eu notre grosse réunion d’équipe et là j’ai été bluffée par la discipline de mes collègues ! Chaque personne qui est entrée dans la salle de réunion s’est assise en laissant une chaise vide entre elle et son voisin ! Impressionnant non ? Oui, on a de la place dans nos locaux ;-)…

Je trouvais donc que c’était bien parti mais en fait non !

A part annuler les rencontres sportives et donner des conseils, le UK ne prend pas assez de mesures et ça c’est un gros gâchis ! Nous avons une chance précieuse : nous avons beaucoup moins de cas que nos voisins européens. Ne serait-ce pas l’occasion d’anticiper et de mettre en place plus rapidement des mesures plus drastiques ? Par exemple, au boulot, bravo pour les 6 feet mais pourquoi ne pas arrêter les déplacements à Londres de mon équipe ? N’est-ce pas de la folie d’aller deux ou trois jours au bureau de Londres, dans la ville la plus touchée du pays alors que nous avons la chance de bosser dans un bled où il n’y a aucun cas ? Alors, voilà : j’ai décidé que je n’allais plus à Londres mais je suis la seule. Et quand j’entends mes collègues râler à propos de l’annulation des matchs de foot et de rugby ça me me saoule ! Mes pensées sont avec ma famille, mes amis à Paris ; avec ma belle-famille en Allemagne et avec ma famille paternelle en Italie ! Tous dans de bonnes galères !

Je suis triste que l’Angleterre soit en train de griller sa chance. A moins que, comme certains pessimistes le disent, cela ne change plus rien, nous sommes tous fichus ! All fucked up! Donc les Anglais seraient fatalistes ? Depuis quand ? Dans la presse, on nous explique que le gouvernement UK ne prend pas davantage de mesures sévères car il a été prouvé par des scientifiques qu’on ne pouvait pas obliger les gens à rester plus de 12 semaines confinés chez eux. C’est pas bon pour le moral. Oui, ok mais si on vous dit : « vous préférez rester plus de 12 semaines chez vous ou risquer de mourir ? » ! Et puis, il est mignon Boris à se soucier du moral du gens, c’est quand même lui qui a fini son discours du début de semaine en nous disant qu’il fallait s’attendre à perdre certains de « love ones« . Bravo ! Tu nous as bien mis la pêche gars !

Fortement critiqué, le UK vient de conseiller aux plus de 70 ans de rester chez eux. C’est juste un conseil. Comme pour tout le reste. Toutes les comm’ que je vois passer que ce soit au boulot ou dans les journaux donnent des conseils et laissent les gens choisir. Je pensais pourtant qu’avec l’histoire du Brexit, ils auraient compris que parfois vaut mieux éviter de laisser le choix aux gens ;-)… Fallait bien que je la case ma rancœur du Brexit !

Donc comme nous sommes dans le pays des grandes libertés, moi j’ai choisi de ne plus aller à Londres. Papa Voyage a décidé de se mettre complètement au télétravail. Et l’école ?

Et oui : il y a école en Angleterre !

Encore une grosse différence avec les autres pays d’Europe : le UK estime qu’il ne sert à rien de fermer les écoles pour l’instant. Je ne sais pas quoi en penser. Mais à très court terme, Ticoeur ne souhaite qu’une chose : pouvoir monter sur les planches vendredi soir car cela fait des mois qu’il travaille son rôle, qu’il fait partie de la grosse production annuelle de l’école, qu’il joue un des personnages principaux et qu’il est passionné par le théâtre. Des heures de travail et de répétition ! J’ai quand même essayé de le préparer au fait que cela pourrait être annulé…

Aussi, si vous vous souvenez, à l’école, les enfants font beaucoup de natation. Ils ont deux séances par semaine. Et la semaine dernière c’était même trois car il y avait « interhouse » (c’est quand les trois maisons de l’école s’affrontent dans une compétition). Je me suis demandée si se baigner dans une piscine ne rajoutait pas du risque de choper ce sale virus. Et bien apparemment le chlore suffit à désinfecter l’eau…

Comme tous les parents, je suis allée encourager les enfants et j’ai été fière des gros progrès de Titpuce et Ticoeur qui ont défendu les couleurs de leurs maisons avec beaucoup d’énergie ! Dire que l’an dernier ma puce ne savait pas nager ! A présent, les deux se débrouillent super bien en crawl et ont assuré dans les relais de leurs équipes !

En Angleterre pour un moment !

Quand je pense aux fois où je vous disais que je déprimais ici en me baladant au bord de mer ou dans la nature car je n’y croisais personne ! Et bien là forcément je vois les choses autrement. C’est une chance ! Nous pouvons faire de longues balades dans des endroits déserts ou quasi déserts…

 

Et dans notre coin d’Angleterre on va y rester un bout de temps ! Primo parce que tout voyage va être compromis pour un bon moment mais aussi parce que oui, cela a été confirmé : nous resterons trois ans expatriés en Angleterre ! Nous sommes donc à la moitié. Les enfants sont ravis et donc nous aussi. D’ailleurs, un mini voyage nous attend à la fin de cette semaine car nous déménageons ! Trois kilomètres plus loin… (très modestes nos futurs voyages vous voyez !). Nous avons trouvé une maison qui nous plaît davantage alors  même si c’est un peu la folie de déménager encore, on a décidé d’être fous ! Après tout, un an et demi c’est long… Et je crois qu’on va bien en profiter de notre maison ces prochains mois !

Comme pour tout le monde, nos prochains voyages sont annulés.

Bye bye Kenya ! Je sais que les girafes vont être très déçues donc je leur ai préparé un petit courrier…

Chères girafes,

Je suis certaine que vous êtes vraiment tristes que nous ne venions pas vous voir mais voyez-vous, notre espèce a quelques problèmes plus graves à régler. Alors il faut relativiser. Prendre de la hauteur comme on dit. Mais ça, vous savez faire ! Nous, on se croit toujours les plus forts du monde mais un mini virus réussit à nous abattre. Oui oui un mini virus, même pas un lion ! Je sais, j’ai honte ! Même si vous êtes déçues qu’on ne vienne pas, parce que oui c’est vrai, on est une famille super sympa avec deux petits nains adorables, je pense que vous saurez profiter de votre temps au calme dans la savane, sans humains pour venir vous déranger. Il y aura moins d’appareils photos pointés vers vous pendant quelques temps mais vous savez, la célébrité, les caméras, c’est futile tout ça… Restez naturelles et concentrées sur l’essentiel. Nous allons faire de même de notre côté. Je vous embrasse bien fort et promis : on viendra un jour !

Courage à tous ! De tout cœur. Et heureusement que ces deux-là savent me redonner le sourire !