Articles avec l'étiquette vivre en Angleterre:

Notre vie en Angleterre #93 : premier bain de mer et de culture !

Cela fait des semaines que j’hésite et que je trouve des excuses mais enfin je l’ai fait : je me suis baignée, en maillot de bain (sans combi), dans une eau indéniablement fraîche !! 14 degrès ! Pour être honnête, je n’ai pas senti le froid : ma peau et mon cerveau ont dû être complètement déboussoulés car j’ai même eu l’impression que c’était trop chaud ! Peut-être que « ça brûlait de froid », avec des petits picotements qui m’ont fait me demander s’il y avait des méduses ! Mais elles, elles ne sont pas folles les méduses ! Je ne pense pas qu’elles passent leurs vacances dans les mers anglaises :-)… Ce bain m’a fait un bien fou ! J’ai adoré nager dans cet incroyablement décor aux airs d’Algarve ! Vous ne trouvez pas que cela ressemble au Portugal ? (A part les températures of course !)… Moi, je me suis sentie en vacances :

Bien sûr, je n’étais pas la seule à me baigner. Pour les autochtones, cela fait déjà des semaines que la mer est bonne ! Par contre, Papa Voyage ne risquait pas d’être convaincu, lui qui a déjà tellement de mal à se baigner dans la Méditerranée en été ! Il a rayé la Manche de sa carte baignade depuis fort longtemps ! Et je n’ai pas réussi à lui vendre le concept de « c’est tellement froid que tu auras chaud ! ». Faut que je relise mes cours de marketing !

Ladram Bay

Où se trouve ce petit coin de paradis au fait ? A l’ouest de chez nous, dans le Devon, à côté de Sidmouth. Vous connaissez déjà notre passion pour toute la côte sud-ouest de l’Angleterre que ce soit le Dorset, le Devon ou les Cornouailles. Il faudrait que je vous prépare un itinéraire récap’ de tous nos coups de coeur : ça vous dit ?

Bref, nous avons passé deux jours en amoureux à Sidmouth dans le Devon pendant que les enfants sont restés dormir à l’école. Je vous avais déjà parlé de cette possibilité de « pension à la carte » dans leur école. A l’année, il y a une trentaine d’élèves qui restent en boarding la semaine parce que leurs parents vivent généralement à Londres pour le travail. Occasionnellement, quelques enfants peuvent rester quelques nuits. Nous avions déjà testé la formule un ou deux soirs en 2019 ; puis ce n’était plus permis dans le contexte de pandémie. Depuis début juin c’est à nouveau possible donc nous nous sommes lancés car sans baby-sitter et sans famille pour nous garder les enfants, c’est le seul moyen pour passer un peu de temps en amoureux ! En plus, connaissant tout le personnel de l’école et tout particulièrement l’adorable couple de parents qui est responsable des nuits, nous étions vraiment sereins ! Nous avons même reçu des petits mails et photos de Ticoeur et Titpuce.

Pour ces quelques jours en amoureux, nous avons donc commencé par Sidmouth pour le côté mer ; puis nous avons roulé vers Bath pour un bain de culture ! Nous avions déjà eu l’occasion de visiter Bath en famille il y a deux ans et nous avions très envie d’y retourner !

Côté culture, même si théoriquement les théâtres ont réouvert (en capacité réduite) depuis fin mai, en réalité il y a très peu de pièces ! Absolument rien dans notre coin et une offre que je trouve petite et décevante à Londres. Heureusement, nous avons trouvé notre bonheur au Théâtre Royal de Bath. Nous avons vu deux pièces l’une après l’autre donc autant vous dire que nous avons fait honneur à 100% de la programmation du théâtre ! Dans la pièce américaine Oleanna de David Mamet, on suit le parcours d’un prof victime de fausses accusations de la part d’une de ses étudiantes. Le sujet véhicule énormément de tensions mais les deux comédiens étaient si épatants que nous avons beaucoup apprécié ce dialogue infernal. Dans la pièce Copenhagen de l’Anglais Michael Frayn, nous avons assisté aux conversations fictives mais probables entre deux Prix Nobel de Physiques : le Danois Niels Bohr et l’Allemand Werner Heisenberg. Une pièce passionnante et complexe sur le rôle direct ou indirect de ces grands physiciens spécialistes de l’atome dans le triste contexte de la Seconde Guerre Mondiale. La pièce réussit à traduire les impacts pyschologiques sur la vie des ces deux scientifiques et sur leur amitié mise à l’épreuve par les événements. Rien de léger pour notre premier bain culturel de l’année mais la qualité était clairement au rendez-vous ! Les comédiens ont sacrément du mérite de jouer devant une salle à demi-vide et masquée ! Un grand bravo à eux et vivement que la culture rédémarre plus franchement ! 

theatre Bath

visiter Bath

Notre escapade en amoureux a donc été une belle parenthèse. La seule chose que nous n’avons pas réussi à faire c’est obtenir une place dans un restaurant gastronomique. Depuis la réouverture, tous les bons établissements affichent complet pour les deux ou trois prochains mois, midi et soir ! Il faut se mettre sur des listes d’attente et pour l’instant nous n’avons pas obtenu de places ici dans le sud… Il faudra que je regarde si c’est plus simple à Londres. Comment est la situation à Paris et en Province côté bons restos ?  Evidemment, nous ne nous sommes pas laissés abattre et nous avons organisé de chouettes pique-niques !

Pendant ce temps-là, Ticoeur et Titpuce avaient aussi du programme : L’école a participé à Young Voices : un événement où les chorales d’écoles se rencontrent pour chanter ensemble. Cette année, ils ont dû le faire à distance (normalement c’est à Londres dans le stade du O2). Avec la version en ligne, ils ont réussi à battre le record du monde de la chorale avec le plus grand nombre de chanteurs car les petits Américains, Australiens, … ont pu se joindre aux Anglais. Plus de 360 000 enfants ont chanté ensemble. J’ai suivi l’événement sur mon téléphone et j’ai trouvé que c’était sacrément émouvant ! Vivement l’an prochain pour une version live à Londres !

Enfin, Ticoeur a passé son exam de piano (Grade 3 de la Royal Academy of Music). On attend les résultats pour la fin de l’année scolaire. On croise les doigts !

A propos de la fin de l’année : elle arrive à grands pas ! Les parents commencent déjà à préparer les collectes pour les cadeaux aux maîtresses et l’école pense autoriser un petit concert en extérieur pour le dernier jour… A suivre ! J’ai toujours du mal à réaliser que les grandes vacances approchent car nous n’avons toujours pas de visibilité sur notre sort ! Bref, patientons encore quelques jours avant de connaître les nouvelles règles qui évoluent dans tous les sens de chaque côté de la Manche. Et vous ? Quoi de prévu ?

Belle semaine à tous !

 

bluebells

Notre vie en Angleterre #91 : au son des bluebells

Toujours pas de muguet pour nous cette année. Tout un symbole pour moi : la France me semble aussi loin que l’an dernier à la même époque. Pourtant, en octobre dernier nous avions planté du muguet en nous disant que si jamais nous étions encore coincés en Angleterre à cause de la pandémie (optimisme quand tu nous tiens !), nous aurions au moins notre petit brin de muguet pour faire vivre cette tradition française du 1er mai. La fête du travail certes, mais surtout l’anniversaire de ma petite sœur et l’habitude de mon père de nous offrir un petit bouquet. Je ne sais pas si c’est à cause de l’hiver trop rude ou parce que c’est notre première fois mais le muguet n’est pas sorti. Il n’y a même pas de jeunes pousses ! Il est peut-être timide. Ou pire : il n’a pas compris qu’il n’était plus nécessaire de rester confiné ! Cela me rappelle ce superbe film, Underground, de Kusturica. Bref : petit muguet, tu as le droit de sortir ! L’air frais c’est même très conseillé en ce moment !

Mais peut-être es-tu juste intimidé par le royaume des bluebells ! Ces petites clochettes violettes qui te font concurrence dans notre sous-bois, au fond du jardin. C’est vrai qu’elles ont la vedette en ce moment les jacinthes des bois ! Les Anglais en sont fous et nous commençons à devenir aussi fous qu’eux à force de vivre ici ! Ainsi, après deux et demi d’expatriation en Angleterre, nous nous sommes réveillés au lever du soleil (chose que nous faisons rarement !), juste pour admirer les bluebells et les photographier ! Cela mériterait presque l’obtention d’un passeport britannique, non ?

bluebells

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #77 : les 11 ans de Ticoeur !

Jeudi, notre Ticoeur a eu 11 ans. En France, j’aurais pris un coup de vieux en tant que maman car cela aurait été l’année de l’entrée au collège. Mais dans le système scolaire anglais, l’âge qui compte est celui au 31 août donc tous les enfants nés entre septembre et décembre sont une classe en dessous par rapport aux petits Français. Néanmoins, 11 ans cela fait tout de même un choc, avec toujours cette impression d’avoir dû malencontreusement monter dans une machine à accélérer le temps ! Laissez-moi descendre !!!

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #76 : et un bras dans le plâtre !

La dernière chose que j’avais envie de tester en ces temps de covid c’était un passage à l’hôpital mais ma puce a joué les intrépides à la récré ! Comme toutes les mamans, quand je vois le numéro de l’école s’afficher sur mon portable, mon cœur commence à se serrer… A l’autre bout du fil, l’infirmier me raconte que ma puce va bien mais qu’il va quand même falloir l’emmener aux urgences car il suspecte que son poignet est cassé (elle est tombée toute seule en courant « trop vite » ! « maman, je courais si vite » ! :-)). L’infirmier a appelé les urgences pour prévenir de mon arrivée (?!), leur a donné les détails du problème et vérifié qu’ils auraient de la place rapidement pour une radio. Quel service ! Il me règle aussi le GPS et hop ! Nous voilà parties pour notre première fois aux urgences en Angleterre !

Finalement, plutôt une bonne expérience : le personnel était adorable, très humain, très rassurant. La salle d’attente était pleine à craquer d’enfants qui s’étaient blessés à la récré ! A croire qu’après tous ces mois sans école, nos petits amours sont un peu rouillés ! Je m’inquiétais du fait de devoir rester des heures dans une salle bondée. La bonne surprise c’est que toutes les fenêtres étaient ouvertes ! C’est rare pour un hôpital non ? Au bout de quasi deux heures, nous sommes passés à la radio et le verdict est tombé : fracture du poignet droit (et oui, elle est droitière !) et on nous annonce 8 semaines de plâtre ! Les infirmiers ont préparé un plâtre provisoire et nous avons rendez-vous dans quelques jours pour voir un médecin, refaire une radio et obtenir le plâtre définitif dont Titpuce va pouvoir choisir la couleur. La consolation du choix de la couleur n’a pas eu un grand effet sur elle. Elle a bien compris qu’il n’y aurait pas de sport pendant les semaines à venir et ce qui l’attriste le plus c’est que les cours de danse reprenaient enfin !

Donc les deux premiers jours ont été difficiles entre la tristesse de ne pas pouvoir danser et la douleur… Et puis la douleur est partie, Titpuce s’est courageusement mise à écrire de la main gauche et tous ses amis promettent de jolis dessins sur son plâtre. Tout le monde est au petit soin à l’école, notamment l’infirmier qui passe régulièrement voir si elle n’a pas mal et me tient au courant. Il est nouveau à l’école. Avec ma puce, il a tout de suite été mis dans le bain et il a assuré ! D’autant plus qu’à l’hôpital ils m’ont dit qu’il n’était pas évident de détecter la fracture et que cela aurait pu durer quelques jours avant qu’on s’en aperçoive, ce qui aurait empiré la situation…

Pour ceux qui se souviennent de nos aventures autour du monde, je peux vous dire que se casser un poignet en Angleterre est moins stressant que s’ouvrir le crâne en Birmanie ! Mais bon, sacrée petite puce quand même !

Suite de l’article

Notre vie en Angleterre #75 : déjà notre 3iè rentrée ici !

Très émouvante cette rentrée scolaire : entre le fait que nous sommes ravis que les enfants puissent reprendre le chemin de l’école et le fait que pour nous c’est le début d’une troisième année en Angleterre, il y avait presque de quoi verser une petite larme… L’émotion est forte mais l’incertitude aussi : que va-t-il se passer cette année ? Les écoles vont-elles rester ouvertes ? Y a-t-il un espoir d’un retour à une quasi normalité (je déteste ce mot mais je n’en trouve pas d’autres !) ? Que va donner ce Brexit sur lequel aucun politique n’a vraiment le temps de se pencher ? Y a-t-il un avenir pour nous dans ce pays auquel nous nous attachons de plus en plus ? Des questions vertigineuses pour lesquelles je vais sortir la carte joker de l’autruche épicurienne ! We will see!Carpe Diem!

Avec ces deux mots de latin c’est la bonne transition pour vous parler des nouveautés à l’école…

Du côté de l’école anglaise de Ticoeur et Titpuce :

Qu’ils étaient heureux mes amours le jour de la rentrée (c’était jeudi) ! Ils avaient certes déjà eu la chance de retourner un mois à l’école à la fin de l’année scolaire mais là disons que c’est le vrai nouveau départ !

Alors quels sont les changements pour cette année ?

Suite de l’article