Nous partons vivre en Angleterre !!!

Je l’ai annoncé il y a quelques jours sur Facebook : nous partons vivre en Angleterre ! Vos réactions ont toutes sous-entendu qu’il s’agissait d’une bonne nouvelle et ça l’est mais j’ai quand même envie de vous raconter les dessous de l’histoire et les émotions qui m’ont envahie depuis le soir où « Papa Voyage » est rentré à la maison en me disant qu’il était muté en Angleterre. Car contrairement à ce que certains pensent, ce départ en Angleterre a été une surprise pour moi et toute ma petite famille…  Alors oui, on voulait vivre une expérience d’expatriation depuis longtemps… « Papa Voyage » et moi nous nous sommes rencontrés aux Etats-Unis alors qu’on était tous les deux expatriés donc je connais les pleurs des premiers jours, la fatigue de ne rien comprendre, les gaps culturels, la nostalgie de la France, les proches qui vous manquent mais je connais aussi la magie de se sentir en vacances tout le temps, de découvrir tous les jours quelque chose de nouveau, de partir explorer de nouvelles terres tous les week-ends, de progresser en anglais à vitesse grand V, de se faire de nouveaux amis, compagnons de galères et/ou d’aventures selon les jours… Nous souhaitions clairement revivre l’expatriation, en famille cette fois-ci… Nous avons guetté l’occasion de nous faire muter par nos boulots : il y a eu des pistes pour Munich, pour Helsinki, pour Amsterdam, pour Milan et elles nous ont toutes séduites (bon, pour Helsinki, on n’a pas tout de suite aimé l’idée hein… !)… Bref, il y a eu des pistes mais à chaque fois, ça a planté pour des raisons diverses et variées… Et puis, il y a eu notre Tour du Monde, que nous avons adoré et pendant lequel la refléxion sur l’expatriation a été ravivée à chaque fois que nous avons eu un coup de coeur pour une ville (et moi j’ai tellement aimé Sydney ! … L’expatriaton cela permet une réelle immersion dans une autre culture… C’est vraiment du super slow travel avec tous les avantages que cela comporte : on voit moins de choses mais on les voit et on les comprend mieux, on noue des liens et on a le temps d’apprendre vraiment la langue… Bref, en revenant de Tour du Monde, nous avions le souhait de vivre quelques années expatriés dans un pays d’Europe (oui, en Europe, pour ne pas être trop loin des amis et de la famille). Nous attendions donc la bonne occasion…

Donc elle tombe bien cette expatriation en Angleterre ? Oui et non… Car voyez-vous, on ne se refait pas : je suis parisienne et j’adore vivre à Paris… Ce que je veux dire par là, c’est que je ne me suis jamais imaginée vivre ailleurs que dans une grande ville… (Je vous dis pas la tête de mon employeur quand je lui disais « oui, je suis très mobile mais seulement dans les Capitales !!! ;-)). Cela ne veut pas dire que je n’aime pas la nature ; je l’adore même ! Mais en week-ends ou en voyage… Au quotidien, j’aime ma vie citadine. Alors quand mon chéri m’a dit « on part en Angleterre ! », il a d’abord vu mon sourire puis il m’a dit « mais ce n’est pas à Londres ! »… et là j’ai commencé à palir… Ah oui, bien sûr, il y a d’autres villes que Londres en Angleterre…(aren’t there?)… « Chérie on va pas dans une ville… »… Voilà le hic ! On va dans un coin paumé, un mini village perdu entre Portsmouth et Southampton, dans le Hampshire… « mais chérie, il y a la mer ! »… Euh ? C’était sensé me consoler d’avoir la Manche devant ma porte ?… La Manche !!! Encore une fois, j’adore partir en week-end sur nos belles côtes françaises au bord de la Manche (et encore, je vérifie dix fois la météo avant de partir !) mais y vivre ? Nous n’avons eu que quelques jours pour prendre une décision… On a commencé à dresser des listes de « pour » et de « contre »… et vous savez quoi ? Il y avait autant de lignes d’un côté que de l’autre… Alors, j’ai demandé conseil à des amis expatriés à Londres et ils m’ont dit « notre seul conseil est qu’il ne faut pas réfléchir plus de 5 minutes ! »… Alors, on a lâché les listes et les débats, on a lâché prise et on s’est juste dit qu’on avait envie de tenter l’aventure ! Let’s do it!…. Sauf qu’après, quand la décision prise, les listes de « pour » et « contre » et bien elles reviennent au galop ! C’est toujours comme ça… Il y a les minutes où on a hâte de vivre notre nouvelle vie et les minutes où l’on s’inquiète… Enfin surtout moi car…

Trailing wife, je ne serai pas ! C’est une amie qui m’a appris cette horrible expression ! Cette expression qui me réduit à celle qui suit son mari expatrié, comme si je n’étais qu’une remorque, comme si je n’avais pas de projets, d’envies, de questionnements, de compromis à gérer… Comme je vous ai dit, pour commencer, j’adore vivre en ville et donc l’expatriation dans un village du sud de l’Angleterre c’est loin de mon mode de vie (adieu cinéma, théâtre et expo ! Adieu vie sans voiture ! Adieu lignes aériennes pour toutes les destinations du Monde !). Les seuls spectacles que je verrai seront les spectacles de fin d’année des enfants !!! Et pour voyager, il faudra le plus souvent passer par Londres. Secondo, côté boulot, je ne suis pas du genre « à suivre »… j’avais tout plein de projets et d’opportunités à Paris, presque servies sur un plateau et en déclinant toutes les offres qui me sont faites actuellement je me demande : aurai-je autant d’opportunités à mon retour ? Car en Angleterre, il n’est pas certain que je trouve du travail… Oui, il y aura toujours le blog et j’en suis ravie, mais je travaille en parallèle, dans un bureau, avec des chiffres, des collègues et des pauses cafés ;-)… Cette histoire de travail ça me stresse beaucoup : j’avais un très bon salaire donc nous allons devoir vivre avec beaucoup moins de revenus ! (mon mari a certes un beau package d’expat comme on dit, mais ça ne compense pas mon salaire…). En Angleterre, avec le Brexit, je ne vois pas pourquoi ils embaucheraient une petite Française ? Mais qui sait ?!… ; Et puis, au début, mes enfants vont avoir tant besoin de moi que de toute façon, je ne pourrai pas travailler. Et si finalement je passe des mois, voire deux ou trois ans sans travailler, que vont penser les recruteurs à mon retour à Paris ? C’est que j’aime mon travail !… Faire le tour du Monde, c’est un discours qui passe très bien en entreprise… Mais s’arrêter deux ou trois ans car on est « femme d’expat » ?? Je me demande ! Aurai-je toujours autant de propositions ? Alors, oui, je vais profiter de mes enfants et c’est top, oui, je vais enfin ralentir un peu mon rythme de vie et ça me fera du bien, oui, je vais avoir le temps de jouer du piano, d’écrire et de me balader en forêt et puis je vais découvrir tout plein de nouvelles activités qui me plairont aussi car je suis une enthousiaste née mais la transition ne sera pas simple ; le changement ne l’est jamais, surtout quand il doit s’opérer dans une autre direction que notre vraie nature…

Que pensent les enfants de cette expatriation en Angleterre ? J’ai trop parlé de moi ;-). Mes petits amours ont aussi une grande étape devant eux. Il y a d’abord eu une phase de rejet, très brève je dois dire, mais si représentative de leurs caractères : Ticoeur a tout de suite aimé l’idée d’étudier dans une école anglaise (car dans notre coin, point d’école française of course ! Et puis tant qu’à faire, autant vivre l’expérience à 100% !) – Ticoeur s’imagine déjà la vie d’Harry Potter ! Mais il est très très triste de quitter ses amis :-(…  Titpuce, elle, a d’abord été radicale « c’est pas possible maman car je ne mettrai jamais d’uniforme et je ne parlerai pas anglais !!! »… Avec ça, c’était pas gagné ! Ah l’uniforme ! Ma chipie est si coquette et compliquée le matin (je mets plutôt ceci ou cela ?), elle aime tant les couleurs, les mélanges, elle est si artiste dans l’âme, que je ne suis pas étonnée qu’elle ait d’abord pensé à l’uniforme ! Amusant quand même ! Début juin, nous avons passé, « Papa Voyage » et moi, une semaine en Angleterre pour faire le tour des écoles et nous en avons trouvé une vraiment prometteuse, donc j’ai pu en parler en détails aux enfants et ils ont plutôt hâte… Aussi, je vois qu’ils sont bien motivés pour apprendre l’anglais. Leurs maîtresses ont bien joué le jeu aussi, en leur parlant de la chance qu’ils avaient de pouvoir devenir bilingues en anglais… Devenir bilingues ? Il paraît que les enfants sont des éponges, je n’en doute pas, mais je ne veux pas non plus sous-estimer les efforts qu’ils vont devoir faire ! Ma puce devait rentrer au CP ; là, elle va soudain devoir apprendre à lire, à écrire mais directement en anglais ! Et puis bilingue c’est une chose mais Ticoeur et Titpuce le sont déjà (ils parlent français et allemand) donc il s’agit de devenir trinlingue ! J’ai eu moins de témoignages de ce cas-là (si vous en avez je suis preneuse !)… J’aurais tendance à me dire qu’ils vont régresser en allemand mais j’espère que non, à voir… Arriveront-ils à parler français avec moi, allemand avec leur papa et passer la journée à parler anglais ? On compte sur les visites des grands-parents allemands pour maintenir cette langue… Moi je vais m’occuper du français et c’est déjà pas mal ! J’ai réfléchi et je ne vais pas opter pour les programmes du Cned ou autre… nous aurons assez de contraintes comme ça. Je vais gérer à ma manière. Après tout, je me suis déjà bien débrouillée pendant le tour du monde pour couvrir le programme de CP avec Ticoeur… J’essaierai d’en faire de même avec ma puce. Quant à Ticoeur (CE2), c’est un grand lecteur et un excellent élève donc je ne m’inquiète pas trop pour son français. En plus, comme il est né en septembre, il va devoir refaire la même année d’école en Angleterre car là-bas ils considèrent l’âge des enfants au 1er septembre et pas au 31 décémbre – comme ça, si les maths c’est trop facile, il pourra se concentrer sur l’anglais… Finalement, j’aurais préféré l’inverse : Titpuce une classe en dessous et Ticoeur dans le niveau du dessus mais ce n’est pas négociable. Ainsi, pour ceux qui connaissent, ils iront en Year 2 (Titpuce) et Year 4 (Ticoeur). Par contre, au retour en France, Ticoeur devra « sauter une classe » car la France regardera son âge au 31 décembre… Bref on va s’adapter à tous les sytèmes ! De mon côté, je vais surtout emmener de grandes malles de livres en français dans nos valises (si vous en avez trop, je suis preneuse !). Quant aux camarades de classe des enfants, on va essayer de garder le contact avec certains grâce à Skype et Facetime. On a fait une petite fête à la maison avec tous les amis d’école de Ticoeur et Titpuce. C’était important pour eux. On a aussi invité les parents pour échanger avec eux et les encourager à venir nous voir en Angleterre !

On a une maison en Angleterre ! Après une semaine à visiter des maisons qui ne nous plaisaient absolument pas (ah le style british, parfois!), nous avons trouvé à la dernière minute, une grande maison à 1km de la mer, avec un joli jardin et 6 chambres !  Au moins, dans un petit village, c’est pas les prix et les superficies de Paris (ou Londres) ! On peut voir grand ! C’est clairement un soulagement de savoir où nous poserons nos valises et savoir que l’endroit nous plaît beaucoup. Cela permet de mieux se projeter. Nous allons y retourner prochainement pour faire visiter la maison (et l’école !) aux enfants car pour eux aussi, il faut du concret pour écarter les inquiétudes… Nous pensons y passer une semaine en repérage cet été mais nous ne déménagerons que fin août car nous avions déjà organisé toutes nos vacances… au soleil ;-).

Nous vivrons donc là …. (Very charming indeed!)

Et tout plein de « positive attitude » pour finir : j’ai pas mal insisté sur les craintes dans mon article parce que nous avons pris une décision et fait un choix qui n’était pas une évidence pour nous, mais oui, clairement il y a tant de choses positives qui nous attendent ! …

  • J’adore la Grande-Bretagne ! C’est si beau ! Nous avons voyagé en Ecosse, en Irlande du Nord, dans le Yorkshire, dans le Dorset, et je ne compte plus nos séjours à Londres ! D’un point de vue touristique nous avons toujours été de grands fans de ces régions : la nature, la verdure, les châteaux, l’histoire, les abbayes, la lumière que je trouve spéciale là-bas… J’adore ! L’ambiance de « Downton Abbey », vous voyez ? Pour les mois à venir, nous avons très envie de découvrir la Cornouaille, Lake District, les côtes du Pays de Galles et tant d’autres endroits encore ! D’ailleurs, nous emmenons notre campervan bien sûr ! En espérant qu’il supporte bien la pluie !!! (On s’inquiète pour la tente sur le toit… si quelqu’un connaît le problème…)…
  • Les enfants vont apprendre l’anglais et profiter du système scolaire anglo-saxon qui m’a toujours plu… (j’aurai l’occasion de vous en parler…)
  • Nous allons, pour la toute première fois, vivre dans une maison avec jardin… (on croisera les doigts pour le soleil !)
  • Je vais réapprendre à conduire et directement du côté anglais ! Au moins, vu mon inexépérience en conduite, je n’ai pas de mauvais réflexes ! Je dois de toute façon réfléchir pour savoir de quel côté rouler 😉
  • Les enfants vont continuer les activités qu’ils aiment : j’ai trouvé l’école de danse, le prof de piano et le club de tennis ! Je n’ai pas chômé pour satisfaire mes loulous !Je pense en effet que les activités extra-scolaires peuvent les aider à se sentir bien au début, quand ils auront le sentiment d’être perdus à cause de la langue…
  • Nous avons rencontré une famille française lors de notre courte visite dans notre futur coin : ouf ! Au moins, une famille ! (Et sans doute, la seule !). On rêve d’immersion mais ce sera bien, surtout pour les enfants, d’avoir des échanges en français… Il y a 300 000 Français au Royaume-Uni mais ils ne vont pas dans le Hampshire ! (50% sont à Londres)
  • On va se mettre à la voile ! Si la Manche est trop froide pour la baignade, elle est néanmoins parfaite pour la voile. Tout le monde semble faire de la voile dans notre futur village alors pourquoi pas nous ? Surtout que « Papa Voyage » est déjà skippeur et que Ticoeur a adoré sa classe de mer !
  • On va vivre dans la nature, sans pollution : notre coin est tout vert et face à la mer… C’est vraiment le grand air ! Et la jolie New Forest est à deux pas !
  • Je parle déjà couramment anglais mais qui sait ? Je vais peut-être enfin réussir à me débarrasser de mon « french accent! » même s’il est « so cute! »…
  • Nous allons découvrir la culture des pubs avec les grandes aires de jeux pour les enfants 🙂
  • Je vais bien sûr continuer d’écrire sur le blog, pour vous raconter notre vie outre-Manche et les voyages que nous continuerons de réaliser, même si la logistique sera moins simple côté aéroport ! Je vais continuer les missions digitales, les blogtrips, les commandes de photos et d’articles… Ce sera mon « boulot » à plein temps comme ça a été le cas pendant notre Tour du Monde. Et puis, on verra dans quelques mois, si je trouve un travail en entreprise dans mon métier d’origine (finance), avec excel, un bureau et des pauses café…euh…tea of course!
  • Comme ce n’est pas encore le Brexit, nous allons pouvoir remplir notre campervan de Rosé de Provence, de Chablis et de Champagne pour les années à venir ! 😉
  • Je compte sur la famille et les amis pour venir nous voir : car oui, c’est un coin paumé pour y vivre mais en vacances c’est super ! Et comme nous y serons, ça vaut largement le détour !

Pour finir, il n’y a pas de hasard dans la vie mais des opportunités qu’on choisit de saisir ou pas, des rêves que l’on choisit de réaliser ou pas… Pendant mes études, je voulais passer un trimestre dans un pays anglosaxon mais je n’ai été prise en échange qu’à Berlin ; j’ai voulu faire un stage à New-York mais je l’ai trouvé à Chicago ; après mes études, j’ai voulu travailler à Londres mais je me suis retrouvée aux US en Virginie ; j’ai rêvé de faire le Tour du Monde et… je l’ai réalisé deux fois !… J’ai donc l’habitude, de changer mes plans car les choses sont rarement à 100% comme on le souhaiterait et arrivent rarement au moment où on les souhaiterait… Mais je sais d’expérience que même quand ce n’était pas tout à fait le plan, c’est une aventure inoubliable et passionnante ! J’ai aimé Berlin, j’ai adoré ma vie à Chicago et j’ai rencontré mon mari en Virginie… Il y a toujours de belles surprises au détour des chemins !

Aujourd’hui, nous avons l’opportunité de partir vivre deux ou trois ans en Angleterre avec les enfants ; nous avons choisi de nous lancer dans cette folle aventure et vous savez quoi ? Cette folie nous ressemble !



Commentaires

  1. je comprends tout à fait vos appréhensions …. c’est le grand saut et j’imagine pas mal de changements en vue ! c’est très excitant tout ça !

  2. Bravo ! Est-ce à Lymington que vous partez vivre! j’y ai vécu 3 mois il y a 15 ans et c’était une super expérience – la new forest … super chouette

  3. Hannnnnn ! Mais c’est sensationnel !
    Je suis ton blog, de loin ou de près, depuis un certain temps. Mais la surprise est trop grande aujourd’hui, il faut que je commente !
    1 km de la mer… même si c’est la Manche, quelle belle qualité de vie qui s’offre à vous, aux enfants ! C’est trop bien, bon, même s’il pleut souvent en Angleterre… mais on s’en fiche, vous aurez une grande maison pour vous abriter !!!
    Je comprends cependant ton appréhension, même si vous ne serez pas loin de Paris, c’est tout de même un énorme changement, des concessions considérables, du stress inévitable… mais ce sera beau, je n’en doute pas.
    Je te/vous souhaite beaucoup de courage pour les préparatifs (mais je lis que vous avez déjà réglé sacrément de choses) et, surtout, pour le départ. Je continuerai à te lire avec plaisir, hâte de découvrir votre nouveau petit paradis 😉

  4. Mais c’est top! Il faut foncer. Je pense que les enfants se posent moins de questions que nous et s’adaptent super bien. On est partis 4 ans à Madrid avec notre fille entre ses 2 et 6 ans et c’était top. L’expat en famille apporte une autre dimension je pense. Les enfants sont un super vecteur d’intégration.

    Pour les langues, elle était certes plus jeune, mais cela s’est très bien passé : garderie presque du jour au lendemain après notre arrivée (j’avais aussi trouvé un travail) puis école maternelle, les 2 totalement espagnoles, au bout d’un mois elle comprenait tout et elle s’est ensuite très vite mis à parler. Elle considère qu’elle n’a jamais « appris » l’espagnol. Il est venu comme le français. En fin de maternelle, on ne pouvait pas la distinguer de ses petits copains.
    Le retour en France, pour le CP donc, s’est très bien passé aussi (même si elle serait bien restée à Madrid). Son contact avec le français s’est fait juste à la maison (et avec la famille). Mais quand elle apprenait qqchose en espagnol, elle cherchait à l’apprendre aussi en Francais. Du coup, sans forcer, elle est arrivée au top en CP.
    Pour la 3eme langue, je ne peux pas vraiment dire, mais je constate une chose, elle est très ouverte aux autres langues et a des facilités certaines dans ce domaine (elle faisait pas mal d’anglais dans son école espagnole, et cela ne la gênait pas pour les 2 autres langues). Avec un « léger entretien » (films, grands-parents…), il n’y a pas trop de raisons qu’ils perdent leur allemand.

    En tous cas, c’est génial! Et je pense qu’au bout de 2 ans, vous en redemanderez! 😉

  5. Merci de nous faire partager tes questionnements, l’article est super! Je comprends parfaitement tes réflexions. Et j’ai envie de te dire bravo pour ton enthousiasme et ta vision des choses, les optimistes sont toujours récompensés 🙂

  6. Dans tout projet, il y a des + et des -, reste à trouver les plus importants pour nous ! Une part de moi envie l’expérience qui s’annonce pour vous et une part de moi me dit que je ne sais pas si je le vivrai aussi bien ! Mais bon, curieuse de nature et road tripeuse, je cherche à muter à la Réunion ! Ouiiiiiiiiiiii, je ne change pas de langue mais je vais faire des kil et changer quand même de culture ! J’ai hâte et j’ai peur ! 😉

    A bientôt,
    Line
    https://la-parenthese-psy.com/

  7. En voilà une nouvelle ! Cela promet en effet un grand changement de vie, et je comprends que tu sois partagée entre excitation et appréhension… Je te souhaite tout plein de bonnes choses, à la fois sur le plan personnel et sur le plan professionnel. Comme tu le dis, les opportunités qui arrivent ne sont pas toujours celles que l’on espère, et pourtant… D’ailleurs tu m’as fait sourire avec ta petite parenthèse sur Helsinki, je m’y suis retrouvée en stage il y a 10 ans de manière assez inimaginable… J’y suis allée en traînant un peu les pieds, et maintenant j’y retourne dès que je peux tant j’ai aimé cette ville et ce pays. Comme quoi !

  8. Votre annonce me projette trente ans en arrière ! Ce n’était pas un petit village mais la banlieue de Birmingham. Les filles avaient 4, 8 et 12 ans, aucune ne parlait anglais. Au bout de trois mois d’immersion en école et collège, elles étaient devenues bilingues sans s’en rendre compte. J’ai dû attendre la prochaine rentrée pour la dernière, il n’y avait pas d’école maternelle. Elles non plus ne voulaient pas entendre parler d’uniforme, jurant qu’elles l’enlèveraient sitôt de retour à la maison et je les retrouvais jouant dehors avec leurs petites voisines, toujours en uniforme. J’avais fait tricoter à ma maman un gilet à la couleur de l’uniforme pour la petite : elle n’a jamais voulu le mettre sous prétexte qu’il n’était pas comme les autres !!! Elles ont adoré l’école, beaucoup plus cool qu’en France. Quand on allait voir les instits, leur première question était « Votre enfant se plait-il ici, se sent-il bien à l’école ? ». Chacun avance à son rythme, il y a des groupes de niveau, les plus forts ont plus d’exercices et avancent dans le programme, les plus faibles sont aidés. Par contre, la lecture commence à 4 ans, Titpuce aura du rattrapage à faire mais on lui affectera certainement une aide. Bon séjour là-bas à toute la famille !

  9. Wahou ! quelle grande nouvelle !! Ici nous sommes en expat au Luxembourg. Enfin moi je suis une trailing woman, (quel nom horrrible !) Nous avons 3 enfants, le plus jeune avait 18 mois quand nous sommes arrivés j’étais encore en congé parental. La grande avait 6 ans et venait de rentrer au CP, elle a d’office dit qu’elle n’apprendrait ni le luxembourgeois ni l’allemand (qu’elle parlotait pourtant) et complétement refusé de reprendre une année avant (ici aussi c’est l’âge au 1er septembre qui compte). Nous nous sommes donc donné du temps pour visiter la région (riche en musées et spectacles) avec 18 mois d’école à la maison qui ont été délicieux, même s’il pleut plus au Luxembourg qu’en Angleterre !! (en tout cas qu’à Londres !). Comme vous l’écrivez si bien, il y a des avantages et des inconvénients partout, des gros plus et des petits moins dans tout voyage. Ici nous sommes à 2h de Paris par le TGV, à 2h de Bruxelles en voiture, nous bénéficions du bassin culturel d’une Grande Région (Trèves en Allemagne, Luxembourg, Metz), il n’y a plus de pollution, tout est plus calme et moins bondé, 70 pour cent des habitants de Luxembourg ville sont étrangers (autant dire que nous ne sommes pas les seuls expats et loin d’être les seuls français), par contre les prix de l’immobilier dans notre ville de banlieue sont extrêmement chers (dire qu’on trouvait la région parisienne chère avant), la mer est très très loin pour des enfants et un papa fan de voile, peu de petits commerces, et beaucoup de grosses voitures… En tout cas avec la floppée d’institution européenne ici, il y a beaucoup de couples « billingues » et d’enfants trillingues voir quadrilingues. La plupart n’ont aucune difficultés apparemment.

  10. Ça va être une expérience géniale, j’en suis sûre, je suis toute enthousiaste rien que de te lire ! Moi j’adorerais vivre en Grande-Bretagne… Londres dans l’idéal, comme toi, mais ailleurs ça peut être super aussi, surtout dans une vraie maison ! Et vive Downton Abbey 😉

  11. Hello !

    Je suis trilingue, à l’école tout était en breton (sauf à partir du CE1 où j’avais 1h de français pour arriver à 4h de français par semaine en CM2), à la maison ma maman me parlait français et mon papa anglais. A l’école il m’arrivait de « mélanger » les langues mais un psycholinguiste Gilbert DALGALIAN l’explique en disant que c’est tout à fait normal ! En réalité l’enfant ne « mélange » pas les langues mais il prend les mots qu’il préfère dans chacune des langues. Et s’il veut il peut très bien ne pas faire de mélanges 🙂

    En tout cas je trouve que c’est une chance pour vos enfants mais aussi pour vous ! J’aurais tellement aimé !!

    Hâte de lire vos expériences ! Au passage en Cornouaille il y a les plus grandes serres au monde qui sont sublimes !

  12. Je rêve d’une telle opportunité car jamais je ne sauterai le pas ! Vous avez eu raison de foncer !!

  13. Je trouve ça génial !!! C’est une super expérience. ET puis tu sais que ça ne va durer que 3 ans. C’est différent que quand tu pars et tu ne sais pas pour combien de temps (genre nous à Marseille. Si j’avais su que c’était que pour 3 ans, j ‘aurais vu la chose autrement. Bon heureusement on s’en va donc c’est cool).
    Pour les kids aussi ça va être une super super super expérience. J’adorerai pouvoir vivre la vie d’expat, mais le avec le boulot de mon mari ce n’est pas possible…
    Et puis tu ne seras pas trop loin de Paris Pages Blog 😉

  14. J’adore tes articles « avant le départ ». Le mouvement, c’est la vie ! 🙂

  15. Woawwww ! Quelle nouvelle !
    J’imagine que ce n’est pas une période facile mais maintenant que la décision est prise, c’est partiiiii pour l’aventure.
    De notre côté, nous voulions aussi vivre une expérience à l’etranger et le faire en famille ne nous freinait pas. Alors je scrutais les opportunités dans ma boîte. J’ai finalement été mutée en expatriation au Japon il y a 2 mois (absolument pas le pays auxquel nous pensions). C’est donc mon maintenant mari (nous avons du nous marier pour les visas 😉) qui est le trailing man. Notre petit garçon de 18 mois va dans une creche/école en anglais car qui sait où nous serons dans 3 ans…
    Mon mari étant consultant indépendant, il continue son boulot depuis la maison et un jour par semaine dans un startup café pour rencontrer du monde.
    Peut-être qu’une option pour toi serait de te mettre aussi à ton compte et de trouver un espace de coworking dans ta ville/village pour reprendre tes tableaux Excel et tes pauses cafés.
    Hâte de lire vos aventures

  16. Bon courage! Je suis sur que cela une experience geniale pour toute la famille! Si je peux aider (perso ou pro), hesite pas a me contacter (meme si je suis pas specialiste du Hampshire!).. mais on ne sait jamais. Welcome to the UK!

  17. Bravo bravo! C’est une sacré expérience à vivre. Tu as raison il faut foncer, moi ce qui me rassurerais c’est que tu sais que tu vas rentrer…
    Je vais suivre avec plaisir vos aventures!
    Marion

  18. Dans tous les cas, ce sera enrichissant humainement et émotionnellement, encore une aventure qu’on va pouvoir suivre bien au chaud derrière nos écrans!

  19. whaou!! c avec un grand plaisir que je continuerai à suivre votre si attachante petite famille! je vous souhaite une belle installation et encore merci pour tous ces bels articles et cette évasion par procuration que vous nous donnez!! hâte de vous suivre dans vos nouvelles aventures!

  20. Wahou !
    Moi aussi, j’ai pensé Londres quand j’ai lu Angleterre 😉
    Une belle aventure qui vous attend, même si elle porte son lot de questionnements 🙂

  21. Quelle super nouvelle! Décider de partir en famille, quelle aventure! J’admire cette belle initiative! Habiter près de la mer en plus, quel bonheur!
    Notre premier logement ensemble avec mon mari était au Pays de Galles et depuis le Royaume-Uni a une place toute spéciale pour nous. Nous avons déjà visité Londres 2 fois et avons hâte d’y retourner une 3e. Mais aussi de découvrir d’autres parties de l’Angleterre que nous connaissons finalement très peu, avec les enfants cette fois. Pour être honnête, je rêverais même d’y habiter. Nous habitons déjà en Bretagne alors le changement climatique ne serait que minime! 😉 Nous n’avons pas vraiment des métiers qui nous permettent de partir facilement, mais c’est vraiment quelque chose qui me plairait. Même si je pense que je serais hyper stressée d’un tel changement!
    En tout cas, je vous souhaite une très belle aventure et j’ai hâte de la suivre par ici!!

  22. J admire ta capacité à aller de l avant. Mon mari vient d obtenir un travail aux États Unis à côté de Boston pour 2/3 ans et pour l instant j ai du mal à remplir la colonne « pour »! Quitter mon travail et m éloigner de mes parents est un crève cœur. Je m inquiète également pour ma fille de 6 ans car il n y a pas d école bilingue là où nous devons nous installer..bref à moi de rebondir et de transformer cette nouvelle en opportunité! En te souhaitant un bel été

    • Quelle drôle de coïncidence… voici ma petite expérience : moi aussi j’étais très attachée à ma vie pro à Paris et ça n’a pas été simple mais j’ai fait le choix de ne pas craindre l’inconnu : qui sait ce que je trouverai en Angleterre ? A chaque fois qu’un chasseur de tête m’appelle pour un super job à Paris j’ai un pincement au coeur mais je sais que j’ai fait le bon choix et au retour je retrouverai quelque chose que j’aime (c’est de l’optimisme pur car évidemment ça va pas être simple !)… ça c’est pour le boulot… par contre, pour l’éloignement avec les parents, ça c’est pas l’inconnu, c’est une certitude donc c’est plus compliqué… On avait pensé partir à Sydney mais on a changé d’avis justement pour les parents… Les US côte est ce serait la limite car il y a 7h d’avion je crois…c’est plus simple que 24h pour l’Australie ! Mais ce n’est pas proche… Après cela dépend de la possibilité ou non pour tes parents de venir souvent. Nous on a déjà calé les visites pour septembre et octobre ;-). Bref, c’est un gros sujet. Après pour l’école, mon avis c’est l’inverse : il vaut mieux l’école anglaise. On n’a pas le choix c’est vrai, mais si mon mari avait été muté à Londres, j’aurais choisi une école anglaise de toute façon. Pourquoi ? Oui ça va être difficile au début (mais toutes les mamans expats parlent de 3 mois galère maximum) mais au moins l’expérience va vraiment leur servir à devenir bilingue. En allant à l’école française, certains enfants n’apprennent pas si bien la langue locale…enfin ça dépend des enfants…Et au delà de la langue, le système anglosaxon est top je trouve. Je suis dispo si tu veux en discuter davantage.

  23. J’imagine à quel point ça peut être excitant de voyager avec ses enfants. Faut que je me lance à mon tour


Laisser un commentaire

Merci de copier/coller ce code dans la case juste dessous :mFduYr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.