Interview Voyage #4 : le Cambodge

Pour la 4iè édition des Interviews Voyages, Fabrice, très grand voyageur vient nous raconter ses aventures au Cambodge. Fabrice a réalisé plusieurs voyages au long cours. Il est cette fois-ci en Amérique du Sud pour plus d’un an. Il raconte ses voyages sur son blog Instinct Voyageur. Un blog qui lui permet de financer sa passion. Vous y trouverez interviews, réflexions, conseils pratiques et bons plans. Il y offre aussi Le Manifeste du Voyageur, un ouvrage de réflexions sur les voyages et la vie nomade.

De quel voyage souhaites-tu nous parler ? En 2009, j’ai passé six mois en Asie du sud-est, dont deux mois rien qu’au Cambodge. J’ai beaucoup aimé ce pays, il m’a vraiment charmé. Et puis, il n’est pas encore très touristique (mis à part les temples d’Ankgor) et il reste encore pas mal d’endroits où le mot aventure peut avoir encore un sens. J’y suis allé seul comme la plupart de mes voyages.

Quels sont tes plus beaux souvenirs là-bas ? Ce sont sans doute les rencontres, j’en ai fait beaucoup ! Comme souvent quand tu voyages seul. Mes plus beaux souvenirs :

-le lever de soleil sur les temples d’Angkor, inoubliable.

– observez les derniers dauphins du Mékong à Kratie, terrible.

– un trek dans les villages reculés de l’est du pays. Des régions aux noms enchanteurs : Ratanakiri, Mondolkiri…

– les balades en moto à Kampot, le long du rivage du Golf de Siam, un plaisir. J’ai d’ailleurs auto édité un ouvrage de récits et de photos : « Cambodge, le sourire khmère », disponible sur mon blog.

Une anecdote ? Une petite galère à nous raconter ? Pas de grosses galères à vrai dire. Que du bonheur. Des anecdotes, j’en ai pas mal. Surtout des rencontres. Par exemple, ce médecin à la retraite rencontré dans une petite ville du pays. Lui et sa femme parlaient très bien le français. Ce fut d’ailleurs une des raisons pour lesquelles ils furent emprisonnés des années par les khmers rouges. Ils me racontèrent cela…. Ils avaient vraiment un grand plaisir à parler français 😉

Une bonne adresse à nous donner ? A Phnom Penh, je citerais le Capitol Guest House. Pas tip top, mais vraiment pas cher, autour de 7 dollars la nuit !

Recommandes-tu cette destination pour un voyage avec bébé ? Cette destination est à mon avis aisée si on voyage avec un bébé. Il y a juste le fait que les voyages en bus peuvent être assez longs et inconfortables. Enfin, il est vrai que je ne suis pas concerné. Cela dit, j’ai croisé des familles avec des bébés  😉

Merci à toi pour le brin de causette ! Et bonne route !

Merci Fabrice. Je te confirme qu’on peut y aller avec bébé puisque nous y étions en mars avec Ticoeur à Phnom Penh (voir ici). Et pour finir, voici les photos que tu partages avec nous :
Interview Voyage #4 : le Cambodge
Interview Voyage #4 : le Cambodge
Interview Voyage #4 : le Cambodge


Billet classé dans : Interviews voyages

Les chaises hautes : problème mondial ou parisien ?

La chaise haute est une denrée si rare que je suis étonnée que sa valeur ne soit pas cotée en bourse

chaise hauteComme vous l’avez déjà compris, nous adorons voyager avec Ticoeur… Seulement, évidemment, il y a toujours des petits soucis logistiques qui peuvent apporter quelques nuages au beau tableau idyllique : chaises hautes, lits bébé, tables à langer… tous les pays n’offrent pas les mêmes facilités et loin de là ! Pour moi, le plus gênant est le manque de chaises hautes dans les restaurants. Mais savez-vous quel est le pire endroit que nous ayons vu ? PARIS ! Oui, cette ville que j’adore, où je suis née et à qui je pardonne beaucoup mais pas ça…

C’est simple : dans les restos parisiens, la chaise haute est une denrée si rare que je suis étonnée que sa valeur ne soit pas cotée en bourse ! Et ceux qui vont au restaurant avec bébé/enfants sont si peu nombreux qu’ils passent pour des extra-terrestres. Certains clients nous dévisagent comme si nous nous arrivions avec un éléphant !éléfant

Je ne réclame pas qu’il y ait des chaises hautes dans TOUS les établissements : évidemment, ce n’est pas adapté pour les restos étoilés parce que le menu à 300 euros peut rendre les clients un peu nerveux, je comprends 😉 , ni pour les restos romantiques où les amoureux souhaitent entendre le battement de leurs cœurs etc… Mais bon, il y a quand même des milliers de restos qui se targuent d’offrir une cuisine et une ambiance familiale or, dans « familiale », il y a « famille », non ? Alors oui, la plupart des grandes chaînes sont équipées mais c’est quand même triste d’être obligé d’aller manger dans une chaîne non ? Et enfin, oui, il y a des exceptions, des petites adresses sympas que je chérie mais globalement c’est juste la catastrophe !

Du coup, on voit des familles qui se posent en terrasse, avec les poussettes sauf qu’on fait quoi les jours sans soleil ? Et mon Ticoeur dans la poussette, loin de la table, il est un peu frustré donc il finit par râler. Tout ça est d’autant plus triste que pas mal de restos me disent que nous sommes vraiment les bienvenus avec bébé mais qu’ils n’ont pas de chaises. Alors, nous, dans ce cas, on emmène la nôtre…Si si ! Cette chaise Ikéa à 12 euros qui se démonte en 2 secondes, qui ne pèse trois fois rien et dont nous glissons les pièces détachées dans le panier de la poussette. Autant vous dire que tous le monde nous regarde mais bon, je ne le fais qu’avec l’accord du gérant donc sans complexe ! Sauf que je me dis, cette fameuse chaise à 12 euros, ce n’est pas hors de prix pour un resto, non ? Donc quel est le problème ? Surtout quand le patron est d’accord pour accueillir les enfants ? Je ne comprends pas ! Et je suis d’autant plus intolérante sur le sujet que lors de nos voyages nous avons vu de beaux exemples :
chaise haute
palme d’or pour l’Ecosse où les restos proposent chaises hautes et tables à langer. Nous avons même vu des aires de jeux dans certains pubs ! Oui, cet endroit où vous, parents pouvez déguster une bière, tout décontractés parce que votre bébé joue sagement aux puzzles sur de la grosse moquette.

médaille d’argent pour la Malaisie et pour Phnom Penh au Cambodge où tous les restos, mêmes les boui-bouis dans la rue ou sur la plage avaient des chaises hautes (même rouillées ;-)) ! Et là nous parlons de pays en développement voire sous-développés. Et bien ils auraient des leçons à donner à notre capitale ! D’ailleurs, 90% avaient justement cette fameuse chaise suédoise (ou une copie made in China ;-))…

carton rouge à l’Italie où nous n’avons pas vu l’ombre d’une chaise bébé lors de nos voyages à Rome, Elbe et Cinque Terre. Dans un mois, la Sicile : on verra si je revois mon jugement…

un prix du meilleur espoir à donner aux provinces françaises hors Paris : c’est inégal mais il y a aussi de beaux exemples à citer en France, comme à Saint Malo où toutes les crêperies où nous avons atterri étaient équipées ; ou encore les restos où nous étions allés sur la route des vins près de Bordeaux ; par contre, nous avons galéré à Marseille et à Aix-en-Provence. Après, évidemment, il ne s’agit là que de mon expérience et je serais ravie de connaître la vôtre et vos impressions sur les villes où vous vivez.

chaise haute toilettes– enfin, je décerne le prix de l’équipement le plus insolite à Singapour où en allant aux toilettes, je suis tombée nez à nez avec une chaise haute placée à côté de la cuvette afin que les mamans puissent faire ce qu’elles ont à faire sans être encombrées d’un bébé dans les bras : hallucinant non ? Mais pas bête du tout ! Regardez :

Bref, Paris a beaucoup à apprendre du reste du Monde et du reste de la France. A l’heure de la mondialisation et de la globalisation, il serait temps que ma ville préférée soit à la hauteur ! Ou aurait-elle besoin d’une chaise ?


Billet classé dans : À Paris, Voyages avec bébé, Sorties à Paris

Voyage avec bébé : les p’tits conseils

On ne peut pas se permettre d’avoir 10 sacs

images voyageAvec notre année de voyage de noces autour du monde, disons que nous sommes plutôt des voyageurs avertis, habitués au mode « routards », mais bon voilà, un bébé ça a évidemment un peu changé notre manière de voyager donc voici les petits conseils que je donnerais suite à nos vacances en Malaisie avec Ticoeur (18 mois) :

L’avion :
Nous avons eu 12h de vol à l’aller (pour la Malaisie) et 14h au retour. Mes conseils :
– choisir un vol de nuit, le temps passe plus vite
– merci à l’Ipad sur lequel nous avions mis de jolis livres pour enfant
– merci aux papis mamis qui ont joué avec notre Ticoeur
– avoir un petit gilet et une petite couverture car il fait frais dans l’avion (nous avions utilisé l’écharpe de portage)
– emmener eau et repas en plus grande quantité que nécessaire car le vol pourrait avoir du retard
– ne pas oublier la tétine (si besoin)
– donner la tétine ou le biberon d’eau au décollage et à l’atterrissage pour éviter les éventuels problèmes d’oreille…

Le matériel de puériculture :
– prendre un lit bébé ultra léger ou encore mieux : ne réserver ques des hôtels proposant des lits bébé (ce qui est très fréquent).
– nous avions choisi l’écharpe de portage (Ticoeur pèse 11kg) plutôt que la poussette mais nous avons croisé des familles qui avaient pris l’option poussette : ça a aussi ses avantages mais évidemment plus encombrant.
– prendre un sac à langer qui servira de sac à main, sac de plage, sac pique-nique… on ne peut pas se permettre d’avoir 10 sacs !

Dans les valises :
voiture bébéJe vous renvoie vers mon billet sur la liste de ce que nous avons emmené pour Ticoeur. J’avais bêtement oublié sa cuillère mais j’en ai trouvé une sans problème sur place au supermarché (de marque connue).

Jouets :
– nous avions fait le choix d’emmener le minimum (2 petits voitures qu’il adore) ;
– il y avait toujours des enfants pour lui prêter des jouets dans les restaurants où nous mangions, ce qui permettait de l’occuper pendant que nous finissions notre repas. Pratique car au bout d’un moment il en avait bien sûr assez de rester sur la chaise haute.

Les repas :
– emmener un stock de petits pots pour les premiers jours puis achat sur place
– une boîte de lait en poudre puis achat sur place
– toujours mettre de l’eau en bouteille pour préparer les bibs.
– parfois, Ticoeur mangeait comme nous mais nous évitions crudités, viandes pas assez cuites, fruits (sauf banane)
– nous avons rarement trouvé des yaourts donc nous lui achetions des petits pots de glace pour son dessert du midi.
– proposer de l’eau très souvent : avec la chaleur, Ticoeur buvait des biberons entiers d’eau ce qui ne lui arrive jamais à Paris.
– biscuits achetés sur place
– bonne nouvelle : il y avait des chaises hautes de partout !!!

Sieste :
piscine hôtel– RESPECTER le rythme et les habitudes de l’enfant : comme à la maison, nous l’avons mis à la sieste de 13h30 à 15h30 environ. Nous avons profité de ces pauses pour lire à l’hôtel ou surfer sur internet. Finalement ça nous faisait beaucoup de bien aussi de faire un break ; d’habitude, on a tendance à enchaîner et courir toute la journée pour voir un maximum.
– avoir un baby phone pour laisser votre bébé dormir tranquillement dans la chambre pendant que vous êtes juste à côté, dans le salon ou sur votre terrasse, balcon…
– surveiller la température de la chambre
– veiller à ce que les femmes de ménage ne passent pas pendant la sieste du petit !

Hygiène et Santé :
– aller voir le pédiatre avant de partir
– pas de vaccins supplémentaires nécessaires pour la Malaisie
– mettre de l’anti-moustique en fin de journée (pas de palu mais autant éviter quand même les nombreuses piqûres)
– ne JAMAIS oublié la crème solaire ! Vous pouvez également emporter des T-shirts anti-UV.
– prévoir le bob ou la casquette pour éviter les insolations
– aucun problème pour trouver des couches et produits sur place
– pour la trousse à pharmacie, je vous renvoie vers la liste.
– se laver souvent les mains + utiliser du gel antibactérien.

Transports intérieurs :
– pour nous déplacer d’une ville à l’autre, nous avons privilégié le taxi et l’avion pour plus de confort, les prix étant totalement abordables en Malaisie (compter 30 à 50 euros pour un vol intérieur et environ 30 euros pour 100 km en taxi longue distance)
– nous avons fait un seul trajet en bus (de Malacca à Singapour soit 3h) : routes en très bon état et Ticoeur a dormi la plupart du temps dans l’écharpe
– en ville, nous avons utilisé les taxis, ainsi que le métro à Singapour et Kuala Lumpur et le tuk-tuk à Phnom Penh

Dodo :
– aucune perturbation à noter : Ticoeur s’est tout de suite habitué au décalage horaire (6h) et il dormait en 2 minutes quelque soit l’endroit.
– j’ai utilisé mon sac en soie pour le couvrir certains soirs afin d’éviter les piqûres de moustiques et pour lui faire un lit plus douillet sans lui donner chaud.
– au moment de la réservation de l’hôtel, pensez à demander une chambre au calme
– dodo en body vue la chaleur
– encore une fois : respecter le RYTHME de l’enfant donc ça veut dire qu’à 21h nous étions toujours de retour à l’hôtel et nous finissions la soirée sur notre terrasse, dans le jardin ou dans une pièce voisine… (baby phone vraiment utile !)
coucher du soleil
Voilà pour les premiers conseils. Bon voyage !


Billet classé dans : Voyages avec bébé

Phnom Penh (Cambodge)

Bar du FCC
le bar le plus célèbre de PP, cadre colonial, vue sur le Mekong
http://www.fcccambodia.com/

Malis restaurant
excellents petits déjeuners cambodgiens dans un cadre très élégant
http://www.malis-restaurant.com/

Lotus Blanc
restaurant de gastronomie française, où travaillent les élèves de l’Ecole hôtelière de PSE (allez-y pour les encourager et les soutenir)
le restaurant est situé chez PSE

Friends
Même concept d’association humanitaire que ci-dessus, avec des élèves motivés et une cuisine super inventive dans un très joli cadre.
215 Ph 13, Phnom Penh

pas d’adresse de logement car nous étions chez une amie…


Billet classé dans :

Nos 4 jours à Phnom Penh en images (Cambodge suite et fin)

A la base, je rappelle que nous avions prévu des vacances en Malaisie mais nous avons choisi de faire une petite escapade de quatre jours à Phnom Penh au Cambodge (à 1h30 de Kuala Lumpur avec… Air Asia ! oui, on est fan de cette compagnie low cost ou on ne l’est pas…) pour y retrouver une amie en mission humanitaire pour un an : elle aide à la formation professionnelle de jeunes Khmers défavorisés, enfants de chiffoniers n’ayant parfois que la décharge proche de leur bidon-ville pour survivre en trouvant quelques restes abjectes de nourriture. Mal nourris, mal logés, mal aimés, mal soignés, ils sont 6000 à pouvoir profiter du soutien de l’association PSE (Pour un Sourir d’Enfant), ONG qui a pour but de nourrir leurs familles en distribuant du riz, mais aussi et surtout de les former à des métiers qui leur permettront de sortir de la misère : hôtellerie, coiffure, commerce, jardinage, mécanique… vous pouvez voir ci-dessous l’heure du déj chez PSE :
cantine PSE
De mon côté, je suis allée « sacrifier » mes cheveux pour l’apprentissage des étudiantes en coiffure… Elles étaient tout sourires et aux petits soins pour s’occuper de moi : tasse de thé, puis coupe par la prof pendant que toutes les élèves regardaient, ensuite 3 shampoings (oui 3 ! Étaient-ils si sales ???) ; j’ai même pu choisir entre un produit L’Oréal ou Schwarzkopf et j’ai évidemment choisi L’Oréal parce que je le vaux bien ! )… Bref, je ressors de là avec 15 cm de moins ( j’avais dit 5 !) mais vu la chaleur et la gentillesse des jeunes filles, je ne vais pas me plaindre ! Cette coupe aura été ma très modeste contribution à PSE ! Rien à voir avec l’implication de notre amie dont j’admire le courage et le dévouement pour aider ces jeunes gens… PSE a besoin de volontaires donc n’hésitez pas à passer le mot, ils font un travail admirable. Je ferme la parenthèse certes un peu longue mais le sujet me paraissait important. Maintenant, je vous fais une rapide visite touristique de Phnom Penh avec ses délicieux petits déjeuners dans des havres de paix (chez Malis)…
thé vert Malis
Notre escapade pour un pique-nique au bord du Mekong sur l’île de la soie…
Mekong île de la soie

Mekong île de la soie
La visite du magnifique musée des beaux-arts…
musée des beaux-arts Phnom Penh
Le Palais Royal…
Palais Royal Phnom Penh
La halle du marché central…
marché central Phnom Penh
Les balades en tuk-tuk (mot que notre Ticoeur adore !)…
tuk-tuk
Le bazar dans la rue…
porteuse
La gentillesse des Khmers…
sourire
Et le regard d’un enfant…
enfant Cambodge

Petites infos logistiques spécial voyage avec bébé : vous trouverez tout ce dont vous aurez besoin (couches Pampers, petits pots, produits Avent,…) dans les supermarchés Lucky Market. Dans les restaurants, nous avons souvent eu des chaises hautes mais sinon pas d’inquiétude car les serveurs se feront une joie de jouer avec vos enfants pour les occuper pendant que vous mangez. Globalement, on est super bien reçu quand on vient avec un bébé… Notre Ticoeur était une vraie star !

Et enfin, quelques bonnes adresses restos que vous trouverez dans le guide du routard ou le Lonely Planet : le Lotus Blanc, Friends, Malis et le FCC pour boire un verre dans une ambiance coloniale…


Billet classé dans : Voyages avec bébé