En campervan

Articles dans cette catégorie :

etretat en campervan

La Normandie en campervan : week-end à Etretat

Maintenant que nous avons acheté un campervan, nous comptons bien en profiter le temps de quelques beaux week-ends en famille ! Pour l’instant, nous avons testé la Normandie en campervan, car forcément, de Paris c’est une région très accessible qui a l’avantage de nous conduire à la mer ; et ces derniers temps, qu’est-ce que j’ai vraiment envie de voir la mer !

Le week-end dernier, c’est à Etretat que nous avons fait escale, installant notre campervan au sommet des falaises face au célèbre arche et à l’aiguille creuse. Quelle chambre avec vue incroyable ! Alors oui, il y avait du vent et il faisait frais mais c’était un doux sentiment de liberté. Prendre de la hauteur, entendre le fracas des vagues et de regarder au loin, très loin… le rêve !

Comme à chaque fois que nous allons à Etretat, nous nous baladons le long de la plage, puis nous montons la falaise pour de belles vues en surplomb. Ma Titpuce nous a déclaré qu’elle avait le vertige mais disons qu’à Etretat ça peut bien se comprendre. J’avoue rester bien éloigner du bord moi aussi !

etretat en campervan

week-end en normandie

week-end a etretat

arche a etretat

normandie en campervan

Nous avons cuisiné dans notre campervan le midi mais le soir nous sommes allés à la crêperie dans le centre d’Etretat. Avant de dormir, j’ai admiré encore et encore la vue depuis « notre maison sur roue ». A la nuit tombée, les falaises sont éclairées. C’est romantique comme tout ! Ticoeur et Titpuce se sont couchés amusés dans leur tente sur le toit. Nous avons dû mettre le chauffage toute la nuit étant donné les températures et donc ça chauffe bien.  Le lendemain matin, nous avons pris un petit-déjeuner face à la mer avec une amie retrouvée par hasard au sommet d’une falaise (elle a aussi un campervan mais bon, quand même, le monde est petit !). Puis, nous sommes partis du côté de Fécamp pour visiter le Palais Bénédictine. Une visite que je vous conseille pour l’architecture des lieux. On y apprend aussi l’histoire de la liqueur Bénédictine, pas une boisson que j’apprécie particulièrement mais la visite est agréable et se termine par une dégustation dans un très joli salon du palais (il y a des jus de fruits pour les enfants, je vous rassure).

palais benedictine

Pour le déjeuner, nous nous sommes garés au sommet d’une falaise avec vue sur Fécamp. Nous y avons pique-niqué et les enfants ont apprécié la balade le long des bunkers… certes un épisode fort triste de l’Histoire mais ces drôles de blocs de béton ont éveillé leur curiosité et nous avons donné quelques explications. Et puis, nous avons encore admiré les falaises et la mer.

falaise fecamp

En rentrant un peu dans les terres, après quelques kilomètres, nous avons visité une ferme typique du pays de Caux, avec sa masure, son colombier, ses petites oies normandes et surtout ses pommiers puisque la famille qui vit dans cette ferme produit du cidre comme c’est souvent le cas dans la région. La visite était très intéressante donc n’hésitez pas si vous passez par là-bas (Eco-Musée de la Pomme et du Cidre à Bretteville du Grand Caux – attention aux horaires et jours de visite ! Le mieux c’est d’y aller en mai au moment de la floraison des pommiers). Nous avons acheté quelques bouteilles de cidre mais aussi de jus de pommes pour Ticoeur et Titpuce. Enfin, direction Paris après une belle escapade normande à bord de notre campervan !

En tout cas nous l’aimons bien notre campervan même s’il n’est pas aussi chou que celui des années 70. Nous pensons à le redécorer pour l’égayer un peu (si vous avez des idées ??) et aussi nous lui cherchons un petit nom. Nous allons peut-être juste l’appeler Cali puisqu’il s’agit du modèle California de Volkswagen… A voir, si on trouve plus original, mais Cali ça nous plaît bien…

Nos bonnes adresses à Etretat :

La crêperie Lann-Bihoué : accueil sympa, cadre soigné, parfait pour un repas avec les enfants. J’ai préféré leurs crêpes sucrées à leurs crêpes salées (45 Rue Notre Dame, 76790 Étretat).

La Mer à Boire : une boutique située devant la plage qui propose un large choix de produits locaux et un grand choix de calvados. Très bons conseils et accueil chaleureux du patron (Place du Général de Gaulle, 76790 Étretat).

Nous n’y sommes pas allés cette fois-ci mais nous conseillons aussi le Domaine Saint-Clair si vous cherchez un hôtel de charme – enfin, pour le midi, quand il fait beau, nous aimons déjeuner au restaurant du golf. Relire le récit de notre précédent séjour à Etretat.

Alors ? Inspirés par la Normandie en campervan ?

Campervan en famille

On vient d’acheter un campervan !

Ah la vie en campervan ! Il y a cinq ans au Portugal, nous avions loué un Combi VW des années 70 (modèle California T2) et nous ne savions pas encore que ce serait le début d’une grande histoire ! Puis, pendant notre tour du Monde, nous avons passé un mois en campervan pour découvrir la Nouvelle-Zélande du nord au sud ; puis encore un mois pour traverser le désert en Australie. A chaque fois, c’était un gros coup de coeur pour Ticoeur et Titpuce ; à chaque fois, c’était le plaisir de voyager en liberté ! Mais tout n’est pas rose non plus ! Comme je vous l’avais raconté, me concernant, un mois en campervan c’est trop long, côté manque de confort… Suite à nos expériences, nous ne projetons pas de grands et longs voyages en campervan (pas pour l’instant en tout cas !) mais plutôt de petites escapades week-ends et quelques vacances en Europe.

Quel a été le déclic pour acheter un campervan ? Avant de nous lancer, nous avons envisagé d’investir dans une petite maison en Normandie mais cela ne nous a finalement pas semblé réaliste, entre le coût d’acquisition, l’entretien et le fait que nous ne sommes pas vraiment du genre à passer tous nos week-ends au même endroit :-).

Alors on a continué à réfléchir et on s’est dit que le format le plus économique et le plus libre de la résidence secondaire c’était le campervan ! Ensuite, il fallait choisir le modèle : le Combi Volkswagen California T2 c’était super à la location mais entre l’entretien et la consommation d’essence ce n’était pas raisonnable pour un achat. Nous avons donc opté pour la version plus récente du campervan VW : le California T6 ! Il n’a pas le charme de son ancêtre c’est certain mais c’est plus adapté à un usage régulier. On retrouve quand même le style, avec « la chambre enfants » qui apparaît en se dépliant pour que Ticoeur et Titpuce puissent dormir sur le toit. Et puis surtout le format est compact et ça c’était important car nous vivons à Paris et que le parking de notre immeuble n’est pas conçu pour accueillir des camping-cars ! L’entrée du parking fait 2 mètres de haut, le campervan VW T6 mesure 1,99 mètres de haut ! Autant vous dire que nous avons eu des sueurs froides quand nous sommes passés la première fois, surtout qu’avec la pente et l’incertitude quant à la hauteur des pneus ce n’était pas gagné (il aurait fallu le revendre !).

Campervan en familleNuit à la ferme « Boissel » après avoir découvert la fabrication du cidre

La dernière étape psychologique à franchir était celle de posséder une voiture… Nous étions une famille sans voiture, amoureux inconditionnels du vélo et nous voilà propriétaires d’un gros véhicule ! Disons que c’est une voiture spéciale, une voiture qui nous correspondra sans doute pour son côté bohème, à tester pour nous en assurer ! Au pire, ça se revend bien et c’est ce qui a fini de nous décider ! Nous avons regardé les annonces pendant trois semaines et nous avons trouvé un revendeur qui avait un T6 d’occasion en bon état. Il a seulement deux ans et c’est l’édition « Ocean » du VW California T6, avec cuisine. A l’arrière de notre campervan, bonne nouvelle : il y a de quoi fixer quatre vélos donc nous allons continuer nos roadtrips à vélo ; c’est juste que nous quitterons Paris en campervan plutôt qu’en train… Bref, voici venu le temps des projets ou pas vraiment d’ailleurs car le but est d’improviser ! Nous venons tout juste de rentrer de notre première escapade week-end et nous sommes partis vendredi soir sans organisation (avec juste l’appli Park4night pour trouver les bons spots). Malgré la grisaille c’était très sympa ! Nous sommes allés en Normandie entre Cabourg et Honfleur avec un dodo sur les terres d’une ferme cidricole en Pays d’Auge.

HonfleurLe port à Honfleur

Je prévois de poster bientôt un article complet avec plein de photos de notre campervan car vous êtes nombreux sur Facebook à me demander des photos de l’intérieur ! J’espère que le soleil sera au rendez-vous ! Voici une toute première photo, prise ce matin au petit-déjeuner…

Je ne resiste pas et je vous remets une photo prise en 2013 quand nous avons découvert le combi Volkswagen pour la première fois, en version vintage…

A relire : nos aventures au Portugal en Combi VW

A présent, je cherche de l’inspiration pour nos prochaines petites escapades en France ou en Europe donc n’hésitez pas à me donner vos tuyaux si vous aussi vous êtes des adaptes de la vie en campervan !

Alors ? Vous nous suivez ?

voyager en campervan

Alors ? C’est comment de voyager en campervan ?

Que ce soit en Nouvelle-Zélande ou en Australie, récemment nous avons eu l’occasion de voyager en campervan avec les enfants sur des périodes assez longues. En effet, jusqu’à présent, notre unique expérience de voyage en campervan en famille avait été notre roadtrip d’une semaine au Portugal en Combi VW. Depuis, on avait envie de renouveler l’aventure campervan. Mon chéri avait même envisagé qu’on fasse un tour d’Europe en camping-car plutôt qu’un Tour du Monde. Finalement, on a opté pour un Tour du Monde avec quelques étapes en campervan (cela s’appelle faire des concessions ;-)).

Mais concrètement, comment c’est de voyager en campervan ? Vous êtes nombreux à me poser des questions pratiques sur ce mode de voyage et vous êtes également quelques uns à me dire que dormir en campervan vous semble totalement inenvisageable ! Bref, entre les enthousiastes et les réfractaires il y a les indécis ;-). Je voulais donc vous donner mon avis après notre tout récent roadtrip en Nouvelle-Zélande et notre traversée de l’Outback en campervan.

voyager en campervan

Pourquoi voyager en campervan ? Quels sont les avantages ?

1- Dormir dans des endroits de rêve, en pleine nature. Pour moi c’est LA plus grande raison pour voyager en campervan. Nous aimons la nature, nous aimons éviter la foule, nous aimons les endroits sauvages et dans ces spots merveilleux et bien il arrive souvent qu’il n’y ait pas d’hôtels.

Par exemple, dans l’Algarve au Portugal, vous avez beaucoup de choix d’hébergements sur la côte sud, très touristique et quasi rien sur la côte ouest qui est pour moi la plus belle. Avec le campervan, nous avons pu profiter de cette magnifique côte et de ses plages sauvages, souvent désertes.

En Nouvelle-Zélande, dormir au pied d’un glacier, dormir en pleine forêt, au bord d’un lac ou juste face à la mer  c’est juste une des meilleure façon d’apprécier le fabuleux cadre naturel de ce pays.

De même, en Australie, je vous l’ai montré récemment, nous avons vraiment pu dormir dans des endroits magiques en plein désert. Voici quelques exemples :

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

 

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

Amado4

2- La liberté côté itinéraire : on peut choisir son itinéraire au jour le jour. Il nous est même arrivé de changer de programme en cours de journée. Être en campervan nous a permis plusieurs fois de nous adapter à la météo. Par exemple, quand on a vu qu’il allait faire beau au Milford Sound en Nouvelle-Zélande (ce qui est rare), on a filé là-bas !

3 – Les enfants adorent ! Ticoeur et Titpuce ont trouvé toutes ces expériences très amusantes. En plus ils ont toujours super bien dormi. Je ne sais pas si c’est la proximité avec les parents, l’espace réduit ou le grand air mais ils dorment à poings fermés. Nos nuits en Combi VW au Portugal avaient été les meilleures nuits de Titpuce à une époque où elle ne dormait pas encore sereinement.

aucamping

4- C’est plus confortable qu’en tente. Si on choisit de planter la tente on peut également profiter de dormir en pleine nature. D’ailleurs nous choisissons la version tente quand nous voyageons à vélo et que nous ne partons  que quelques jours. Par contre pour un grand roadtrip, surtout en famille, avoir un campervan c’est un vrai cran au-dessus en terme de confort ! (On ne monte pas la tente tous les jours, on est à l’abri s’il pleut ou s’il y a du vent, on a des matelas plus confortables, on a une vraie petite cuisine, etc…).

voyager en campervan

5- Le coût est normalement plus bas qu’en mode voiture+hébergement. Mais là attention car cela dépend de pas mal de choses. Pour que voyager en campervan soit économique, il faut :

  • Opter pour un petit modèle. Plus vous souhaiterez le confort d’un grand camping-car, plus ce sera cher évidemment.
  • Choisir un modèle qui ne consomme pas trop d’essence. Par exemple, notre Toyota avait une consommation raisonnable pour son gabarit (11L/100km) tandis que notre Combi VW consommait énormément car c’était un vieux modèle.
  • Réserver en avance. Tout comme pour les voitures, le mieux est souvent de réserver son camping-car en avance.
  • Souvent il est moins cher de réserver d’un point A à un point A plutôt que d’un point A à un point B.
  • Ne pas dormir toutes les nuits dans des campings de luxe ;-). Parce que si vous allez tous les soirs dans un camping 5* avec piscine, alors clairement, la formule campervan+camping va vous coûter cher ! Cela dit, de temps en temps ça fait du bien. Quelques fois nous nous sommes posés dans un camping confortable pour avoir de super douches, une aire de jeux, du wifi ou de l’électricité. Parfois il n’y a pas le choix non plus car l’endroit est touristique et qu’il n’y a qu’un camping assez cher (par exemple à Ayers Rock).

6- On fait de chouettes rencontres : j’ai trouvé qu’entre campers l’échange était souvent fort sympathique. Au Portugal, les surfeurs trouvaient qu’on était vraiment une famille super cool avec notre Combi VW. En Australie, on a rencontré des familles australiennes avec qui on a discuté le temps d’une soirée. Il faut dire que les Australiens sont tout particulièrement « friendly ». Moins il y a de monde sur un spot, plus on engage la conversation et c’est encore plus sympa quand ce sont des familles car les enfants peuvent jouer ensemble. A chaque fois, sur les routes, quand on croise un campervan ou un camping-car on se fait un petit signe ;-).

A quoi ressemble un campervan ?

En Australie et en Nouvelle-Zélande, nous avons eu le même modèle Toyota. L’aménagement intérieur varie d’un loueur à l’autre. Chez nous, cela ressemblait à ça :

  • Les enfants dorment en hauteur.
  • Les parents dorment en bas : la banquette se transforme en lit double.
  • En journée, les enfants sont assis sur des sièges face à la route et profitent du paysage par les fenêtres (bien penser à louer également les sièges-autos ou réhausseurs).
  • Si on veut manger à l’intérieur, on peut relever une petite table entre les sièges des enfants et la banquette.
  • La cuisine est à l’arrière.
  • En Nouvelle-Zélande on avait pris l’option « self-contained » donc un circuit d’eau qui ne va pas vers l’extérieur. Cela permet de faire la vaisselle sans polluer et cela veut également dire que nous avions des toilettes à bord, cachées sous la banquette. Dans les faits, nous ne les avons jamais utilisées car il était très simple en Nouvelle-Zélande de trouver des spots de camping gratuits avec toilettes (et je n’avais pas envie de me coller au vidage-nettoyage de nos toilettes !).
  • Nous avions une douche solaire : c’est une petite poche plastique que l’on remplit d’eau et qui se réchauffe au soleil. Un petit tuyau permet d’improviser une mini-douche. En fait, nous ne l’avons utilisée que pour les enfants en dépannage. Il y a souvent des douches gratuites ou payantes à disposition en Nouvelle-Zélande et/ou en Australie. Et puis parfois un bain de mer suivi d’une douche de plage nous suffisait.
  • Nous avions pris une table et des chaises de camping – c’est en option mais c’est utile pour manger dehors au grand air.
  • Nous avions la clim mais elle ne marchait qu’à l’avant. Pour les enfants on ouvrait les fenêtres.
  • En Australie, toutes les fenêtres du campervan avaient des moustiquaires : c’est très important ! Je vous invite à vérifier ce point. Nos autres campervans n’en avaient pas.

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

voyager en campervan

Au Portugal, nous avions une version très vintage et pleine de charme puisque nous avions loué un Combi Volkswagen des années 70. L’intérieur avait été aménagé par les propriétaires. On dormait sur le toit (toit qui s’ouvre pour agrandir l’habitacle) et les enfants dormaient en bas  :

lit_combi

A chacune de nos locations, le campervan était de taille parfaite pour 2 adultes et 2 enfants. Si vous avez 3 enfants ou plus il faut soit un autre type d’aménagement (et c’est rare je pense) soit un modèle de camping-car plus grand. Par exemple, nous avons croisé des familles qui voyageaient dans ce type de camping-car :

Le campervan de nos amis Virginie et Rudy (et leurs 3 enfants !)

Nous avons eu l’occasion de rentrer à l’intérieur : c’est très confortable et très spacieux. Rien à voir avec un campervan comme on avait. Cela fait petit appartement. Par contre, c’est forcément un peu plus difficile à manœuvrer et c’est un budget plus élevé.

Et les inconvénients de voyager en campervan on en parle ?

  • On est à l’étroit, surtout en famille. Nous avons vu pas mal de couples qui louaient le même type de campervan que nous mais pour deux. Là, c’est assez confortable. Mais à quatre, on se marche dessus. Une fois qu’on a organisé le campervan pour la nuit on ne peut plus s’asseoir et encore moins se mettre debout (sauf dans la cuisine mais bon….). La solution -> vivre dehors bien sûr ! Ne rentrer dans le campervan que pour dormir ou en cas de pluie pour manger. Autre solution : louer un plus grand modèle de camping-car.
  • C’est pas le confort d’un hôtel côté literie et là encore cela dépend de votre loueur. En Nouvelle-Zélande c’était le confort minimal. En Australie, au moins ils nous ont donné de super oreillers et de belles couettes (par contre, les couettes ne nous ont servi à rien étant donné les températures mais on aurait rêvé d’avoir les mêmes dans le sud de la Nouvelle-Zélande où il fait frais la nuit).
  • Devoir sortir de son campervan pour prendre une douche ou pour aller aux toilettes la nuit, c’est pas trop mon truc. Mais là c’est comme en tente par exemple. C’est juste que je ne suis pas trop camping à la base donc à la longue ça me pesait… Bien sûr, si vous louez un camping-car plus grand, vous pouvez avoir une vraie salle de bain dedans.
  • Les étapes grandes villes : pas toujours simple de stationner dans une grande ville et pas toujours évident de trouver un spot de camping qui ne soit pas trop éloigné de la ville.

voyager en campervan en famille

En conclusion : mes conseils pour voyager en campervan ?

  • Choisir ce mode de voyage sur une période de une, deux voire trois semaines mais pas au-delà. En tout cas pas dès la première fois. Allez-y par étapes. Au Portugal on avait juste opté pour une semaine et c’était parfait. En Nouvelle-Zélande, j’ai trouvé qu’un mois c’était long. En Australie, on avait le campervan pour 20 jours et j’ai trouvé ça bien, à part les trois derniers jours mais c’était surtout à cause de la chaleur tropicale.
  • Choisir une destination où il fait beau, comme ça vous profitez surtout des extérieurs du campervan ;-). Et puis avoir froid la nuit ou devoir s’abriter à cause de la pluie à l’intérieur du campervan c’est vraiment pas confortable. Ne pas choisir une région où il fait trop chaud non plus : à Darwin dans le nord de l’Australie il faisait quasi 40°C. Autant vous dire qu’on ne dort pas très bien avec une telle chaleur ! Bref, pour une première expérience, je vous conseille le sud de l’Europe.
  • Bien choisir votre loueur. Et là ce qui est important c’est de voir toutes les options offertes et surtout de voir si l’aménagement intérieur vous convient. Il existe de nombreux loueurs professionnels de camping-cars. La location entre particuliers est également possible – cela permet d’avoir un grand choix en terme de modèles et d’aménagements intérieurs. On testerait bien sur une semaine un modèle un peu plus grand que le modèle campervan. Ce serait l’occasion de bien comparer les différences de confort et de voir si ce n’est pas trop difficile à manœuvrer.

 

voyager en campervan

En résumé : oui nous recommencerons l’expérience du voyage en famille en campervan ou en camping-car mais je pense que nous resterons sur de courtes durées de voyage (autour de deux semaines) et pour des destinations très nature, quand le camping-car peut offrir une véritable immersion dans le paysage. Parce qu’une chose est certaine : je ne me lasserai jamais d’une nuit face à l’océan ou d’une nuit sous les étoiles !

voyager en campervan

Et vous ? Tentés par le voyage en campervan ?

 

algarve en combi vw

Voyager en combi Volkswagen

En lisant vos premiers commentaires sur nos vacances au Portugal, j’ai compris que vous étiez très nombreux à être fan du combi Volkswagen des années 70. Aujourd’hui, je vais donc vous raconter tous les détails de notre périple à bord d’Apple (c’était son petit nom), le combi VW que nous avons loué une semaine auprès de Siesta Campers au Portugal, en Algarve. C’est Claire qui nous a reçus à la gare de Faro, le temps de quelques explications sur le van et de bons conseils sur notre itinéraire. Claire et son mari sont anglais et amoureux des combi Volkswagen depuis leur jeunesse ; ils ont beaucoup voyagé de cette manière-là, notamment avec leurs petites filles, ce qui m’a bien motivée, vous l’imaginez bien ! Ensuite, ils ont acheté d’autres combis, les ont retapés et ont lancé leur petit business de location en Algarve.

A l’origine, je cherchais des informations sur internet pour louer un camping-car moderne et j’ai trouvé que c’était bien cher. J’ai alors étendu ma recherche et je suis tombée sur ce joli combi vintage : j’ai eu le coup de foudre pour ce mode de voyage ! J’adore les véhicules avec une « bonne bouille » comme les anciennes Coccinelles, 2CVs, Fiat 500, etc. … le van Volkswagen vintage en fait partie !

algarve en combi vw

Louer un combi VW c’est avant tout un coup de cœur pour cet adorable camping-car :

Son design est superbe, il inspire tant de sympathie que tout le monde sur la route nous faisait des signes, des appels de phares, des sourires… Clairement, vous ne passez pas inaperçus et vous êtes les plus cools sur les routes 😉

Le combi Volkswagen c’est tout un symbole, c’est très « flower-power », « peace & love ». Les surfeurs, nombreux sur la côte ouest de l’Algarve sont absolument fans de ce véhicule. Bref, en Algarve, nous étions des stars !!!

Comme vous l’avez vu sur les photos, Apple a une jolie couleur vert-pomme. Siesta Campers loue aussi d’autres vans avec d’autres couleurs mais je trouvais le nôtre particulièrement beau. Il datait de 1976 donc autant dire que lui et moi on se comprenait bien 😉 Ticoeur était également absolument fan d’Apple qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Fillmore, le combi vintage du dessin animé Cars.

Algarve en combi VW

Louer un combi VW c’est aimer voyager lentement et proche de la nature :

Dans un bon vieux van VW, on ne roule pas à 130km/h sur l’autoroute ! On roule à peu près à 80-90 km/h et pour moi c’est un avantage. Je ne suis pas du tout fan de vitesse. J’ai très vite peur car tout bêtement je passe l’année à circuler en vélo donc dès que je roule en voiture, je suis impressionnée. Au rythme de notre combi, j’étais tout à fait à l’aise. De toute façon, en vacances on n’est pas pressé. Le but est de s’arrêter souvent, de profiter d’une belle vue sur la mer pour faire une pause déjeuner par exemple et de se poser là où ça nous plaît. J’ai aimé dormir tout près de la mer en camping sauvage ou à l’ombre des pins dans un vrai camping. En plus, par rapport à un camping-car moderne, le combi VW est plus petit, il passe facilement partout, même dans les petits villages blancs que nous avons traversés. C’est donc aussi plus simple pour se garer. Au début, c’est quand même un coup à prendre pour passer les vitesses avec aisance et évidemment, il n’y a pas la direction assistée !

Algarve en combi VW

Rouler en combi VW avec les enfants :

Tout comme en voiture, pendant que l’on roule, les enfants sont assis sur la banquette arrière attachés à leurs sièges autos (à louer également auprès de Siesta Campers). Vous pouvez les surveiller car l’habitacle est constitué d’un seul espace : vous vous retournez et vous les voyez. Au début, je craignais un peu le fait qu’il n’y aurait pas de clim et puis finalement, à l’ancienne, avec les fenêtres ouvertes, nous n’avions pas trop chaud (je rappelle que la température extérieure était de 26 degrès). Ce qui aurait pu être problématique c’est de se retrouver dans un embouteillage et de ne plus profiter du vent qui rentre par les fenêtre mais bien au contraire, les routes étaient vraiment peu fréquentées ! Nous avons emprunté l’autoroute de Faro à Lagos et après Lagos, vers l’ouest, il y a peu de touristes donc aucun trafic. C’était parfait !

Dormir dans un combi VW :

Voici l’organisation pour le dodo :

la banquette arrière s’abaisse pour former un lit double qui occupe toute la place du coffre. C’est là qu’ont dormi les enfants : Titpuce tout au fond afin qu’elle soit calée par les trois bords du van et Ticoeur devant elle. Ensuite, parce qu’on ne sait jamais et que les enfants peuvent bouger pendant la nuit, on plaçait nos valises cabines (elles sont souples) devant la banquette, au cas où il y aurait eu une chute mais nous n’avons pas eu le cas. Important également : il y a de petits rideaux épais au niveau des fenêtres. Pour moi, la plus grande preuve que ce couchage convenait très bien aux enfants c’est que Titpuce a fait toutes ses nuits et ce, jusqu’à 7h ou 7h30 (c’est-à-dire 8 ou 8h30 à l’heure française) alors qu’à Paris il lui arrive souvent d’être plus matinale que ça ! Le 6h30 n’est pas rare à la maison 🙁 Bref, dormir dans Apple lui a bien réussi !

 Au réveil, sur la banquette transformée en lit

pour nous les parents, direction le toit du combi ! C’est le plus rigolo dans l’histoire d’ailleurs. Je trouve ça génial : il y a un toit ouvrant intégrant comme une grosse toile de tente. On escalade par l’intérieur pour monter sur le lit double. On a des petites « fenêtres » pour regarder vers l’extérieur et vers le bas, on peut se pencher et voir les enfants. Si on laisse les fenêtres ouvertes, on sent même la petite brise du soir : c’est très agréable pour dormir. Bon, après, vous imaginez bien qu’il ne s’agit pas du matelas d’un hôtel 5 étoiles mais c’est quand même confortable. En tout cas, nous avons bien dormi.

Algarve en combi VW

– parlons maintenant des lieux pour dormir : l’avantage du combi c’est la liberté de l’itinéraire. Nous décidions au jour le jour de l’étape suivante. Nous n’avons eu aucun problème de place dans les campings en arrivant même en toute fin d’après-midi. Je vous l’avais dit dans l’introduction, nous avons passé une nuit sur deuc en camping sauvage et une nuit sur deux en vrai camping afin de profiter de super douches, d’eau chaude, d’électricité et parfois de la piscine pour les enfants. Pour le camping sauvage, je vous l’ai déjà dit mais j’insiste : officiellement c’est interdit mais beaucoup de monde le fait et personne ne semble avoir de soucis. Siesta Campers n’a jamais eu de vacanciers qui auraient eu une amende et les voyageurs que nous avons rencontrés nous l’ont confirmé. Néanmoins, nous avons quand même eu une petite frayeur car un soir vers minuit, la police est venue nous réveiller avec une petite lampe torche, pour nous expliquer qu’il était interdit de faire du camping sauvage et que l’amende était de 250 euros ; cela dit, les policiers étaient très sympathiques, ils nous ont dit ne pas vouloir nous déranger avec les enfants et ils nous ont juste demandé de ne pas revenir dormir au même endroit le lendemain, ce que nous avons bien sûr respecté, vous imaginez !

Certains se demandent peut-être pourquoi faire du camping sauvage plutôt qu’aller au camping ? Ce n’est pas pour le budget car une nuit au camping nous a coûté autour de 20 euros par nuit, c’est raisonnable. Mais disons, que nous aimons le calme, l’espace, la liberté et que si le camping offre un certain confort, j’avoue que ce n’est pas ma tasse de thé en terme de proximité, de foule, de bruit et d’ambiance (quoique cela dépend des campings et de la saison). Ce qui me rend dingue ? Les gens qui passent leur temps à regarder la télé dans leur caravane ; et puis ceux qui mettent la musique à fond jusqu’à l’heure maximale autorisée (souvent 23h).

Algarve en combi VWUn bel emplacement de camping sauvage face au village d’Odeceixe en bord de mer

Sur les emplacements de camping sauvages que nous avons choisis, nous n’étions jamais seuls (car je suis aventureuse mais un peu peureuse quand même !). Nous nous posions là où se trouvaient d’autres campings cars qui eux aussi semblaient apprécier le calme et la nature donc nous ne nous gênions pas. A noter tout de même que la nuit que j’ai préférée, nous l’avons passée dans un camping, à Salema, un camping qui justement était différent des autres et qui affichait à l’entrée : « no TV, no music ». En plus, nous avions un emplacement tellement grand que nous ne voyions personne d’autre. Du coup, nous avions les avantages du camping sans les inconvénients.

Algarve en combi VWLe très paisible camping de Salema

L’équipement du combi :

J’ai parlé des lits, des banquettes. Je rajouterai juste que tous les draps, oreillers et couvertures sont fournis. Voici maintenant le reste de l’équipement :

– une petite cuisine située entre la banquette arrière et les sièges avant, dans la partie centrale du van, avec deux plaques (à gaz), une bouteille de gaz, de la vaisselle, quelques condiments. Un évier et une réserve d’eau potable. Nous avons bien apprécié le petit barbecue qui nous a permis de faire de super grillades de poissons. Pour manger, il y a une petite table et deux chaises pliantes. On asseyait les enfants sur le bord du combi… ou l’inverse ! A bord, il y a également un frigo qui pour nous ne marchait qu’avec un branchement 220v au camping mais qui aurait dû fonctionner également au moteur quand nous roulions mais c’était en panne au moment de notre location. Du coup on achetait les courses au fur et à mesure chaque jour et on prenait des produits frais quand on restait au camping pour la nuit.

Algarve en combi VW

– pour la toilette, il a une sorte de « douche », comme on trouve parfois sur les petits bateaux mais je ne saurais pas vous dire si c’est pratique d’utilisation car nous ne l’avons pas testée. Nous avons préféré profiter des bonnes douches chaudes au camping une nuit sur deux et rester « salés » quand nous faisions du camping sauvage. Et encore, il y avait parfois des douches d’eau froide sur les plages pour dépanner. Mais, en tout cas, pour ceux qui veulent absolument se rincer à l’eau douce tous les soirs, c’est possible. Et puis, comme je le disais plus haut, vous avez un petit évier dans la cuisine pour le lavage de main.

– pour les WCs : là, c’est forcément dans les bois ou aux toilettes des restos, des bars ou des plages.

Le budget :

Chez Siesta Campers, la location pour la semaine (7 nuits) coûte entre 400€  en basse saison et 800€ au maximum en haute saison. En août, nous étions sur le tarif le plus élevé. Le prix inclut l’assurance. Ensuite, je dois dire que je n’avais pas forcément réfléchi au budget essence et étant donné l’âge du véhicule, ça consomme pas mal ! Nous n’avons pas fait le calcul mais clairement ce n’était pas une consommation économique. Disons qu’on ne peut pas avoir une belle veille voiture et profiter la technologie d’aujourd’hui 😉

Algarve en combi VW

Derniers détails pratiques :

Le van se récupère à Faro, capitale de la région. Le kilométrage est illimité mais vous ne devez pas quitter l’Algarve (exceptions possibles, voir avec eux). Vous pouvez trouver des vols directs pour Faro. Nous avions fait le choix de voler vers Lisbonne puis de prendre le train (3h) car c’était moins cher aux dates que nous souhaitions et parce que nous voulions passer une semaine autour de Lisbonne. Pour relire notre itinéraire, c’est dans mon premier article sur nos vacances au Portugal. Et pour la location :

Siesta Campers
Claire & Loyd
Location de combi van Volkswagen

Enfin, si vous souhaitez tenter l’expérience du combi vintage sans aller bien loin, sachez qu’il y a quelques loueurs de VW Campers dans le sud de la France pour un budget similaire.

En conclusion :

J’ai aimé découvrir ce mode original et très sympa de voyager. Je recommande pour un voyage en amoureux ou avec enfants en bas âge (si les enfants sont plus grands, je pense que vous serez un peu à l’étroit). Nous étions bien fiers à bord de notre Apple si joli. Nous avons aimé la liberté et le sentiment d’aventure. J’ai trouvé qu’une semaine c’était la durée idéale. On refera volontiers ! D’ailleurs, ce serait sympa de partir avec un couple d’amis avec enfants et donc louer deux vans.

Edit 2018 : nous nous sommes lancés et nous avons acheté notre propre campervan VW (plus moderne !). Lire tout le détail de nos aventures en famille à bord de notre Camper VW T6.

Alors tentés par l’aventure originale du voyage en combi Volkswagen ?