Articles avec l'étiquette chaise haute:

Au resto avec de jeunes enfants

J’avais envie de partager avec vous quelques conseils si vous envisagez d’aller au restaurant avec de jeunes enfants. Que ce soit en vacances ou juste le week-end à Paris, lors de nos nombreuses escapades ou sorties, nous sommes souvent allés au resto avec les petits. Notre règle d’or : le respect des autres. Je vais vous expliquer tout ça en détails…

montenegro_resto

Ticoeur dans un restaurant avec terrasse au Montenegro

Tout d’abord, certains se disent : « mais pourquoi emmener un enfant au resto ? C’est plus galère qu’autre chose ! » Pas forcément, vous dirais-je… Cela dépend de vous, des enfants et du resto !

…de vous :

condition sine qua non : il faut que vous en ayez envie. C’est un peu comme avec le voyage avec enfant : si vous stressez d’avance ou si vous n’êtes pas tentés, il ne faut pas se forcer. Le but est de passer un moment agréable en famille tout en se faisant plaisir, pas de galérer !

…des enfants :

je dois avouer qu’il y a des enfants que je n’imagine pas du tout dans un restaurant !  Le pire que j’ai vu : un enfant qui s’est mis à boire l’eau de l’aquarium d’un resto chinois puis qui a pêché un joli poisson avec ses mains, le tout sans que les parents n’interviennent !

… du restaurant :

Alors là, le choix du restaurant est vraiment crucial ! Il ne s’agit pas d’emmener vos têtes blondes à La Tour d’Argent, ni dans un restaurant ultra romantique avec ambiance tamisée… Le mieux est de choisir :

  • un restaurant à l’ambiance familiale, une sympathique adresse de quartier (crêperie, chinois, japonais, brasserie, bonne table etc…)
  • un restaurant calme : si la musique est trop forte ou l’ambiance trop bruyante, les enfants vont être énervés
  • un restaurant avec terrasse car manger à l’extérieur est encore le plus simple quand le temps le permet.
  • un resto au service efficace car vous ne pourrez pas rester 4h à table avec les p’tits
  • un restaurant qui est ravi de recevoir des enfants (je préviens toujours le personnel et je demande toujours si ça ne dérange pas : ils connaissent leur clientèle et sauront vous dire si le resto est adapté).
  • les chaînes de restaurants sont souvent mieux équipés que les autres mais il faut aimer…

resto_kids

Titpuce à Stockhom à l’heure du brunch – Ticoeur déjeunant à Fès au Maroc

Une fois le restaurant choisi, voici une petite liste de conseils qui j’espère vous seront utiles :

  • gérer la logistique : les chaises hautes sont rares mais vous pouvez demander s’il y assez d’espace pour la poussette ou vous pouvez venir avec un siège nomade ultra léger pour installer bébé sur une chaise (je vous en parlerai prochainement).
  • demander des infos sur le menu enfant ou prévenir que vous emmenez tout ce qu’il faut pour le repas des petits
  • venir au tout début du service pour être servi en premier et pour qu’il n’y ait pas trop de monde
  • je ne vais pas vous dire de ne pas prendre de dessert mais entrée+plat c’est le timing idéal pour nous… au dessert, les enfants se lassent
  • si bébé se met à pleurer, un des deux parents sort de la salle avec l’enfant car encore une fois, je pense que l’essentiel est le respect des autres… Et puis ne pas oublier la tétine !
  • prévoir des petites activités : coloriages, petit livre, jouet… et si grande impatience, nous sortons l’iPad
  • en attendant d’être servis, faîtes manger les enfants

Et voici, chez Rose & Cook, un point de vue intéressant sur l’expérience du restaurant avec les enfants.

resto_stockholm

Ticoeur à l’heure du dîner dans un restaurant à Stockholm

En bref, pour nous, les restaurants c’est surtout lors de nos voyages mais à Paris j’aime dénicher des petites adresses de quartier, « kid friendly » histoire de s’accorder une belle petite sortie en famille et se faire plaisir dans son assiette sans avoir besoin de baby-sitter ! Au passage, je pense que cela permet aux enfants de découvrir d’autres goûts et de voir autre chose. Globalement, je trouve que c’est plus simple d’emmener les enfants au restaurant en province et dans certains pays plus que d’autres : Allemagne, Suède, Danemark, Ecosse, île Maurice… Finalement presque partout sauf Paris 😉

Et vous ? Quelles ont été vos expériences de sorties au resto avec les enfants ?

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)

Dans trois semaines BB2 sera là ! Alors forcément on commence à préparer son arrivée même si pour un deuxième enfant, c’est plus facile : on a déjà quasi tout le nécessaire. Il y a juste la garde-robe à renouveler histoire que Titpuce ne soit pas tous les jours habillée en p’tit mec ! Heureusement, les copines sont là pour me prêter un tas de jolis vêtements de fille (merci Isabelle ! Merci Karine !).

J’en profite pour vous lister mes indispensables puériculture pour bébé ; cela pourrait aider des futures mamans, car je me souviens bien qu’il est difficile de choisir et de savoir ce qui est vraiment nécessaire… Évidemment, il ne s’agit là que de mon avis et de mon expérience avec Ticoeur…

Ce que j’ai aimé…

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)Le lit bébé : Lit LEKSVIK Ikéa
Nous avons directement mis bébé dans un lit à barreaux.
Pendant 3 mois, le lit était à côté de nous, puis dans la chambre enfant.
Petite astuce : nous avions mis un coussin extra plat (à peine 1 cm d’épaisseur – une petite serviette fait aussi l’affaire…) sous le drap housse au niveau de la tête pour qu’il y ait une légère surélévation afin de favoriser le transit.
Pas de tour de lit, car je trouvais important de voir mon bébé de mon lit, sans avoir à me lever pour vérifier qu’il allait bien.
Ce que j’ai trouvé très utile avec ce lit c’est qu’il possède 2 niveaux pour régler la hauteur (d’autres marques proposent 3 niveaux). Ainsi, quand bébé est tout petit, pas besoin de trop s’abaisser pour le poser et quand il est grand, on baisse le sommier pour que l’enfant ne puisse pas sortir.
Au final, nous avons utilisé le lit à barreaux de 0 à 2 ans et 3 mois !

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)La poussette : MacLaren Quest
Là encore, pour limiter les achats et parce que nous aimions le concept du portage en écharpe, nous n’avons pas utilisé de poussette pendant les six premiers mois. Nous sommes donc directement passés à la poussette canne. Pour Paris, la MacLaren Quest est idéale car elle est légère, étroite, elle passe par les tourniquets du métro et franchit la porte du bus sans forcer. C’est également la seule qui rentre dans notre minuscule ascenseur. Enfin, elle est super robuste puisqu’elle avait déjà servi à mes deux neveux. Une valeur sûre !

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)Le siège auto : Cybex, siège auto Groupe 0+ ATON
Comme nous n’avons pas de voiture, nous voulions un siège auto ultra léger que nous pouvions emmener facilement pour prendre le taxi, pour monter en voiture avec des amis ou pour emmener en vacances sachant que bien souvent les loueurs de voitures proposent des prix si élevés sur le siège auto qu’il vaut mieux avoir le sien. On l’amortit au bout de quelques locations…
Notre modèle pèse 3,7 kg : très pratique !

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)La table à langer : Ikéa
En allant sur leur site, je ne retrouve plus le modèle que nous avons donc je vous mets la photo d’une qui y ressemble fortement (modèle Pinolino, donc beaucoup plus cher qu’Ikéa).
En tout cas, j’aime bien notre table à langer car elle prend peut de place, elle est jolie et je ne voulais pas d’un modèle mural, ni d’un modèle avec gros tiroirs par peur (sans doute exagérée) d’accidents…
Astuce : sur la table à langer, nous avons simplement utilisé le matelas à langer GULLUNGE gonflable d’Ikéa (super pas cher !)

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)Lit parapluie : BabyBjörn
Il nous est doublement utile : 1/ pour accueillir la petite voisine lorsque la garde partagée est chez nous une semaine sur deux. 2/ quand nous partons en voyage.
Son gros atout : très léger (5kg), peu encombrant et facile à plier/déplier.

 

 

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)Chaise haute : Ikea (Antilop)
Nous l’avons choisie car elle prend très peu de place et elle est vraiment pas chère ! Nous en sommes très content. Dans l’idéal, avec un plus gros budget, j’aime la chaise haute Stokke.

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)La baignoire : rien de sophistiqué !
Nous avons utilisé notre bonne vieille baignoire plastique des années 70 et elle fait très bien l’affaire.

Ce que nous allons essayer pour BB2…

Mes indispensables puériculture pour bébé (part I)Le transat : BabyBjörn
Pour Ticoeur nous avions un vieux transat de récup qui a rendu l’âme donc Titpuce aura la chance de rêvasser dans le joli transat BabyBjörn. Il prend peu de place, il a un beau design, il se met à balancer quand l’enfant bouge et quand on le plie, il est extra plat ! Titpuce vous racontera ce qu’elle en pense…

Enfin, je pense utiliser une planche à roulette compatible avec ma poussette et je réfléchis à investir dans une nacelle pour les premiers déplacements.

Ce que j’ai trouvé inutile…
– le parc : je n’aime pas du tout « la prison à bébé » 😉 et je n’en ai pas eu besoin car Ticoeur ne s’aventurait pas de partout. Je préférais le poser sur un tapis de jeu et pouvoir me tenir à côté de lui sans barreaux entre nous. Par contre, la nounou l’a utilisé donc quand même un peu utile…
– le berceau : c’est bien joli mais à moins qu’on vous en offre un, cela fait cher pour peu de semaines…
– les réducteurs de lit : Ticoeur n’était pas perturbé de dormir directement dans le lit bébé même si j’entends souvent dire qu’un bébé dort mieux dans un espace très restreint…
– le porte-bébé : ma sœur m’a prêté le sien mais je trouvais que c’était moins confortable que le portage en écharpe.

Pour la liste de mes indispensables pour voyager avec bébé c’est ici.
Et la prochaine fois, je vous parlerai de mes indispensables côté petit matériel de puériculture.

Et vous ? Des conseils ?

Les chaises hautes : problème mondial ou parisien ?

La chaise haute est une denrée si rare que je suis étonnée que sa valeur ne soit pas cotée en bourse
chaise hauteComme vous l’avez déjà compris, nous adorons voyager avec Ticoeur… Seulement, évidemment, il y a toujours des petits soucis logistiques qui peuvent apporter quelques nuages au beau tableau idyllique : chaises hautes, lits bébé, tables à langer… tous les pays n’offrent pas les mêmes facilités et loin de là ! Pour moi, le plus gênant est le manque de chaises hautes dans les restaurants. Mais savez-vous quel est le pire endroit que nous ayons vu ? PARIS ! Oui, cette ville que j’adore, où je suis née et à qui je pardonne beaucoup mais pas ça…

C’est simple : dans les restos parisiens, la chaise haute est une denrée si rare que je suis étonnée que sa valeur ne soit pas cotée en bourse ! Et ceux qui vont au restaurant avec bébé/enfants sont si peu nombreux qu’ils passent pour des extra-terrestres. Certains clients nous dévisagent comme si nous nous arrivions avec un éléphant !éléfant

Je ne réclame pas qu’il y ait des chaises hautes dans TOUS les établissements : évidemment, ce n’est pas adapté pour les restos étoilés parce que le menu à 300 euros peut rendre les clients un peu nerveux, je comprends 😉 , ni pour les restos romantiques où les amoureux souhaitent entendre le battement de leurs cœurs etc… Mais bon, il y a quand même des milliers de restos qui se targuent d’offrir une cuisine et une ambiance familiale or, dans « familiale », il y a « famille », non ? Alors oui, la plupart des grandes chaînes sont équipées mais c’est quand même triste d’être obligé d’aller manger dans une chaîne non ? Et enfin, oui, il y a des exceptions, des petites adresses sympas que je chérie mais globalement c’est juste la catastrophe !

Du coup, on voit des familles qui se posent en terrasse, avec les poussettes sauf qu’on fait quoi les jours sans soleil ? Et mon Ticoeur dans la poussette, loin de la table, il est un peu frustré donc il finit par râler. Tout ça est d’autant plus triste que pas mal de restos me disent que nous sommes vraiment les bienvenus avec bébé mais qu’ils n’ont pas de chaises. Alors, nous, dans ce cas, on emmène la nôtre…Si si ! Cette chaise Ikéa à 12 euros qui se démonte en 2 secondes, qui ne pèse trois fois rien et dont nous glissons les pièces détachées dans le panier de la poussette. Autant vous dire que tous le monde nous regarde mais bon, je ne le fais qu’avec l’accord du gérant donc sans complexe ! Sauf que je me dis, cette fameuse chaise à 12 euros, ce n’est pas hors de prix pour un resto, non ? Donc quel est le problème ? Surtout quand le patron est d’accord pour accueillir les enfants ? Je ne comprends pas ! Et je suis d’autant plus intolérante sur le sujet que lors de nos voyages nous avons vu de beaux exemples :
chaise haute
palme d’or pour l’Ecosse où les restos proposent chaises hautes et tables à langer. Nous avons même vu des aires de jeux dans certains pubs ! Oui, cet endroit où vous, parents pouvez déguster une bière, tout décontractés parce que votre bébé joue sagement aux puzzles sur de la grosse moquette.

médaille d’argent pour la Malaisie et pour Phnom Penh au Cambodge où tous les restos, mêmes les boui-bouis dans la rue ou sur la plage avaient des chaises hautes (même rouillées ;-)) ! Et là nous parlons de pays en développement voire sous-développés. Et bien ils auraient des leçons à donner à notre capitale ! D’ailleurs, 90% avaient justement cette fameuse chaise suédoise (ou une copie made in China ;-))…

carton rouge à l’Italie où nous n’avons pas vu l’ombre d’une chaise bébé lors de nos voyages à Rome, Elbe et Cinque Terre. Dans un mois, la Sicile : on verra si je revois mon jugement…

un prix du meilleur espoir à donner aux provinces françaises hors Paris : c’est inégal mais il y a aussi de beaux exemples à citer en France, comme à Saint Malo où toutes les crêperies où nous avons atterri étaient équipées ; ou encore les restos où nous étions allés sur la route des vins près de Bordeaux ; par contre, nous avons galéré à Marseille et à Aix-en-Provence. Après, évidemment, il ne s’agit là que de mon expérience et je serais ravie de connaître la vôtre et vos impressions sur les villes où vous vivez.

chaise haute toilettes– enfin, je décerne le prix de l’équipement le plus insolite à Singapour où en allant aux toilettes, je suis tombée nez à nez avec une chaise haute placée à côté de la cuvette afin que les mamans puissent faire ce qu’elles ont à faire sans être encombrées d’un bébé dans les bras : hallucinant non ? Mais pas bête du tout ! Regardez :

Bref, Paris a beaucoup à apprendre du reste du Monde et du reste de la France. A l’heure de la mondialisation et de la globalisation, il serait temps que ma ville préférée soit à la hauteur ! Ou aurait-elle besoin d’une chaise ?

Les 4 mois !

Les 4 mois !Ben, voilà, depuis une semaine déjà, Ticoeur a 4 mois. Alors, on nous avait beaucoup parlé du cap des 3 mois, comme quoi, une fois franchi, y avait de grandes chances que bébé fasse ses nuits et ne pleure plus comme ça, sans qu’on n’y comprenne rien… Franchement ? Belle utopie ! En tout cas pour nous ! Ticoeur ne fait pas ses nuits… dans le meilleurs des cas, il ne se réveille qu’une fois vers 5h du mat mais il lui arrive de plus en plus souvent de se réveiller trois ou quatre fois !

Il rit, « parle » son jargon bébé, saisit et manie les jouets de mieux en mieux.
Avec cette intro, je ferme la paranthèse « pub mensongère de l’enfant angélique après 3 mois » pour vous parler du reste… Parce que malgré la fatigue de certains jours, c’est toujours aussi formidable de voir Ticoeur évoluer : il rit, « parle » son jargon bébé, saisit et manie les jouets de mieux en mieux. D’ailleurs, s’il y avait une association « sos hochets battus », je suis certaine que tous les hochets de Ticoeur se précipiteraient sur le numéro vert car il faut voir avec quelle énergie il les secoue 😉

A part ça, il aime toujours autant (et même de plus en plus) être en position assise ou debout… toujours avec notre aide évidemment donc ça muscle les bras…

Le week-end dernier, nous lui avons offert sa chaise haute : il est encore petit pour ça, mais il est si content d’être à table avec nous qu’on l’y laisse quelques minutes, le temps de quelques sourires mais pas trop longtemps non plus pour ne pas fatiguer son dos…

Alors, quand on regarde les photos de ses premiers mois, on ne le reconnaît déjà plus mais le bilan est le même : il était trop beau et il est toujours trop beau 😉 et sa mère toujours objective !