Notre vie en Angleterre (semaine 42) : everyday life

Everyday life : la vie quotidienne. Voilà de quoi je voulais vous parler aujourd’hui, de notre vie quotidienne dans le sud de l’Angleterre, de la routine qui s’est installée, de nos petites habitudes, de notre rythme de vie ici et de ces petites choses que l’on remarque de moins en moins mais qui pourtant contribuent à notre expérience anglaise.

Alors je vais vous parler d’une journée type de cette semaine, qui est elle-même une semaine type, en attendant notre prochain départ en vacances à Minorque à la fin du mois ! J’ai hâte !

Bref, quand le jour se lève dans notre petit coin d’Angleterre…

Déjà pour commencer, sachez que le jour se lève très tôt ! Plus tôt qu’en France, à cause du décalage horaire et, au printemps et en été, de la position plus au nord par rapport à Paris. Bref, le soleil tape fort dès 5h de matin. Nous avons des rideaux bien épais et bien foncés mais je sais qu’il est là. Le soleil. Il fait beau. Oui, encore. Arrêtons les clichés. L’Angleterre est grande. Il ne fait pas le même climat partout dans le pays et nous avons la chance de profiter du Gulf Stream et de la proximité de la mer. Donc, le soleil me réveille, en douceur, à travers les rideaux. Ma chambre est orientée vers l’est, ça n’aide pas… Un peu avant 7h, c’est Ticoeur qui se réveille et qui se plonge dans un livre (Percy Jackson… en anglais bien sûr), puis c’est Papa Voyage qui se lève ; puis moi ou ma puce selon les jours… La maison s’anime. Les enfants mangent salé pour le petit déj’ mais ce n’est même pas à cause de l’influence anglaise… C’est l’influence allemande de leur papa. Je suis la seule avec mon bol de yaourt (délicieux le yaourt local des fermes anglaises, d’ailleurs). Je le mange avec un peu de marmelade à l’orange, oui, comme l’ours Paddington, j’adore ça et pour le coup c’est très anglais. Je comate en buvant mon thé. Heureusement, le reste de la famille est plus réveillé que moi : Ticoeur et Titpuce se préparent tout seuls et Papa Voyage leur concocte une lunch box car pour le Summer Camp (je vous expliquais ICI en quoi consistait un Summer Camp), il faut emmener son déjeuner. Puis, Papa Voyage part à vélo. Il a 20 minutes de trajet, sur les routes de campagne, au vert, sans pollution, avec des automobilistes anglais extrêmement respectueux qui laissent au moins deux mètres de distance entre eux et les cyclistes au moment où ils doublent.

De mon côté, je me prépare rapidement et depuis deux semaines, je m’occupe aussi de mon levain quelques minutes avant de partir : je le rafraîchis et je le mets près de la chaudière afin d’aider la fermentation et pouvoir lancer mon pain dans la soirée. C’est un peu galère mais sans pain, je ne peux pas envisager de rester dans ce pays :-).

Donc je mets mon levain au chaud, j’appelle les enfants et chacun avec son sac monte dans ma petite Polo, version automatique car moi et la conduite c’est pas une histoire d’amour et je n’ai pas envie de devoir passer les vitesses de la main gauche comme le font les Anglais. Ce serait une galère de trop, déjà que je ne suis pas un as du volant ! Au moins, à présent je suis habituée à monter « du mauvais côté ». Au début, les voisins devaient bien rire en me voyant ouvrir la portière côté passager !

Nous en avons pour dix minutes de voiture. Rien de méchant. Pas de rond-points, pas d’autoroutes. Tout à fait dans mes cordes. Je dépose les enfants au Summer Camp (ou à l’école en période scolaire) et je pars au bureau. C’est seulement cinq minutes plus loin. J’ai mis du temps à trouver du travail mais au moment j’en ai trouvé un localement. Quand je pense à tous ces gens du village et des villages voisins qui partent travailler à Londres, je réalise ma chance (bon, je dois quand même aller à Londres une fois par semaine mais ça va, pas tous les jours…).

Au bureau, j’arrive à 8h30 environ. Et tout le monde arrive entre 8h20 et 8h40 je dirais. Tout le monde se prépare un thé bien sûr. L’eau bouillante sort directement de robinets spéciaux. Je suis la seule à ne pas mettre de lait dans mon thé. Ah non, l’autre jour j’ai vu une stagiaire boire son thé noir et j’ai d’abord été étonnée puis j’ai entendu son accent : elle est Tchèque et elle aussi n’a pas l’habitude de boire son thé au lait. Aussi, les gens emmènent beaucoup de choses à grignoter, des choses souvent pas très saines et bien industrielles. Ils mangent pas mal devant l’ordinateur, même le midi d’ailleurs. De temps en temps, pour les anniversaires, certains préparent des gâteaux maison, des gâteaux anglais : Victoria sponge cake, cup cakes au citron ou red velvet cake (au vinaigre !)… Le vendredi, il y a régulièrement des Donuts offerts par mon entreprise. Sinon, la journée de travail n’est pas très différente : réunions, Excel, réunions… mon métier est le même ici ou en France… Des chiffres et des chiffres… Je ne vous fatigue pas avec ça : accélérons le temps… Un peu avant 17h je sors du bureau car je dois récupérer les enfants à 17h. La plupart des gens partent entre 16h45 et 17h15. Je crois que c’est classique pour l’Angleterre (hors Londres). Par rapport à Paris, c’est une bouffée d’air ! En France, j’ai plutôt connu des conditions de travail du type : partir avant 19h veut dire « prendre son après-midi » ! Mais on ne peut pas tout avoir et mes jours de RTT me manquent ! Dans la voiture, les enfants me racontent leur journée, leurs amis, leurs activités. J’aime les voir si épanouis, si contents, à l’aise dans leur environnement anglais.

On arrive à la maison en même temps que Papa Voyage. Donc à partir de 17h15 nous sommes réunis en famille et ça, à Paris ça n’arrivait jamais ! On peut même envisager une activité : lundi, on s’est baladé en bord de mer ; mercredi on est allé écouter de la musique live au pub du village ; jeudi, nous sommes allés faire de la voile dans l’estuaire.

Papa Voyage explique la voile à Titpuce
L’heure du Pim’s au pub !

La lumière du soir est superbe. Généralement on dîne tôt, à 19h, mais pour les Anglais c’est déjà un peu tard. En ce moment, on prend l’apéro dans le jardin et on dîne dans la véranda. On utilise le BBQ quasi tous les jours. Après manger, je prépare mon pain, les enfants s’amusent et parfois je les entends parler anglais entre eux ! Papa Voyage soigne le jardin. Je m’occupe du blog, mon jardin :-)… Les enfants se couchent entre 20h30 et 21h… Quand mon pain sort du four, il est souvent 23h. Je vais une dernière fois dans le jardin pour admirer le ciel étoilé. Il fera beau demain :-).

Voilà, c’était une journée ordinaire, d’une semaine ordinaire de notre petite vie dans le sud de l’Angleterre.



Commentaires

  1. Rien que de m imaginer des routes sans bouchons dans votre petit coin de verdure Anglaise je vous envie, quel bonheur ! La vie y semble si douce !

    • Oui, c’est tranquille ! Cela dit, il y a des bouchons sur l’autoroute et certaines personnes, qui travaillent plus loin que moi doivent l’emprunter. Mais en dehors de l’autoroute c’est fluide !

  2. Merci pour vos récits ! Quel est le nom de votre petit village ?

    • Quelque part dans le Hampshire :-)… Pas d’intérêt d’un point de vue tourisme en tous cas. Le village n’est pas mignon, ni spécial…c’est juste le fait d’être en bord de mer qui nous plaît !

    • Nous avons goûté la douceur de vivre dans ce petit coin d’Angleterre et avons la chance d’y être encore deux jours. Et j’aime tellement cette ambiance. 1h de décalage horaire seulement et pourtant un rythme si différent. On a eu la chance de goûter ces délicieux yaourts. Non mais c’est vrai que les laitages sont à tomber ici. Yummy !!
      Quant au pain, nous on profite du pain de mie anglais délicieux pour quelques semaines mais je comprends qu’à terme le pain français manque. J’en reviens au livre La petite boulangerie du bout du monde. Ton histoire de levain m’y a encore fait penser. Merci de nous ouvrir une petite fenêtre sur votre vie anglaise. C’est un régal.

  3. J’adore votre routine qui semble si paisible !

    • En effet, « paisible » c’est le mot 🙂

  4. Un quotidien bien différent de la région parisienne!! Ca laisse beaucoup plus de temps de détente!

    • Oui, mais comme on n’a plus de RTT, on voyage moins…

  5. Nous avons goûté la douceur de vivre dans ce petit coin d’Angleterre et avons la chance d’y être encore deux jours. Et j’aime tellement cette ambiance. 1h de décalage horaire seulement et pourtant un rythme si différent. On a eu la chance de goûter ces délicieux yaourts. Non mais c’est vrai que les laitages sont à tomber ici. Yummy !!
    Quant au pain, nous on profite du pain de mie anglais délicieux pour quelques semaines mais je comprends qu’à terme le pain français manque. J’en reviens au livre La petite boulangerie du bout du monde. Ton histoire de levain m’y a encore fait penser. Merci de nous ouvrir une petite fenêtre sur votre vie anglaise. C’est un régal.

  6. Je me souviens de tes doutes il y a un an, et je suis heureuse pour vous que les choses aient évolué ainsi. Comme tu l’écrivais à l’époque, en partant ainsi on fait un saut dans l’inconnu, mais c’est souvent très enrichissant…

    • Je me pose aussi la question de partir vivre 1 an dans un pays anglophone
      Mais j’ai peur de ne pas trouver de travail et haleter financièrement, et que mes enfants vivent mal de ne rien comprendre à la langue

      • Bonjour, je comprends votre appréhension. Devoir trouver du travail est stressant. Par contre, pour l’école, je ne connais pas d’enfants qui aient galéré ! En moyenne, il faut un trimestre pour que les enfants soient suffisamment à l’aise dans la langue. Dans tous les cas, mes enfants allaient volontiers à l’école. Je trouve globalement qu’il y a bien plus de bienveillance de la part des enseignants et des camarades de classe ici.


Laisser un commentaire

Merci de copier/coller ce code dans la case juste dessous :0QnejO

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.