nounou

comme il n’y a pas assez de places en crèches…

Articles avec l'étiquette nounou:

En préparation de la garde partagée…

En préparation de la garde partagée...Si vous avez suivi, vous savez que nous avons trouvé une super nounou, « Sissi » et qu’au bout de 2 semaines j’affirme haut et fort que nous en sommes très contents : Ticoeur lui fait de grands sourires tous les matins, c’est la meilleure des preuves ; rien de tel pour bien me rassurer. Depuis le début du mois, Ticoeur est gardé tout seul, à notre domicile, mais la semaine prochaine, la maman de l’autre famille reprendra le travail donc nous alternerons le lieu de garde (1 semaine sur 2) et nous commencerons donc la garde partagée.

Voici une petite check-list de ce que nous avons préparé à cet effet :

Achat d’une poussette double (la maman de l’autre famille avait repéré un super modèle et a réussi à la trouver d’occasion sur ebay. Voir photo : pas mal non ? C’est la poussette »looping tango Sicile » pour ceux que ça intéresserait… On verra à l’usage mais elle semble parfaite !

Achat d’un lit parapluie pour accueillir la petite fille de la co-famille.

Les produits pour le lange seront fournis par la famille qui accueille – il se trouve que nous utilisons exactement les mêmes produits (liniment + cotons, eau et lingettes quand nécessaire).

Les repas (lait, légumes, fruits…) sont également fournis par la famille qui accueille : nos 2 enfants n’ont que 2 mois d’écart donc ce n’est pas trop compliqué à gérer. D’ailleurs, pour l’instant, ils ne sont qu’au lait…

– Le sac pour la journée : quand nous irons dans la co-famille, nous prévoirons le sac avec les affaires pour la journée (body et vêtements de rechange, couches, ses 2 ou 3 jouets préférés, blouson, bonnet, bavoir, lange)

Voilà, nous sommes prêts ! Enfin… Pour l’instant… A l’usage, nous verrons bien si nous avons oublié quelque chose… Des conseils ?

Quand maman reprend le boulot…

Quand maman reprend le boulot...Reprendre le travail après 6 mois avec Ticoeur c’est :

De la fatigue !!!! J’ai jamais été autant fatiguée qu’après ces deux jours de boulot ! Heureusement que j’avais choisi de reprendre un jeudi, je n’aurais jamais tenu 5 jours de suite ! C’est simple, j’avais l’impression de subir un énorme décalage horaire comme si je revenais tout droit du Japon. J’étais dans un semi-coma, fatiguée certainement par les nuits avec réveils-tétées mais aussi par le rythme au bureau : mails, réunions, dossiers urgents, nouvelles têtes dans l’équipe, systèmes d’info en plein changement… Bref, un vrai tourbillon d’information et d’activité. Je n’y étais plus habituée ; j’étais, on peut le dire, un peu larguée 😉

Du stress : Là, je ne parle pas du stress habituel lié aux projets urgents mais du stress de la maman qui a laissé son Ticoeur d’amour à la maison avec une nounou et qui se demande si tout se passe bien, si son chéri n’est pas malheureux, s’il mange, s’il n’est pas trop perdu et surtout si la nounou est bien gentille avec lui. Alors on adopte de nouveaux réflexes : on ne se sépare jamais de son téléphone portable au cas où la nounou appellerait et surtout, on n’hésite pas à partir du bureau en laissant des dossiers brûlants, brûler tout seuls 😉 On rentre à la maison avec des ailes dans le dos en lançant dans l’open space un « bon, je prends l’ordi, je finis à la maison, appelez-moi s’il y a une urgence » (qu’il faut traduire ainsi : « vous êtes tous bien gentils mais mon bébé d’amour m’attend, les réunions après 18h vous oubliez… si vous n’êtes pas contents c’est pareil »).

– Une nounou adorable : Ticoeur a commencé à s’habituer à sa nounou. Il a joué bien sagement avec elle, l’a écoutée raconter des histoires en anglais et a découvert le plaisir des balades en poussette. Quel soulagement de voir que la nounou lui plaît (les sourires que Ticoeur lui fait ne trompent pas…). Par contre, il n’a pas voulu prendre de biberons en mon absence, donc il m’a attendu, le ventre vide… gros pincement au coeur… A mon retour, il était épuisé mais super heureux de me voir (il n’a pas fait la tête) et il a appris un nouveau geste, absolument adorable : il tend les bras vers moi pour que je le prenne… Trop craquant. Comme il m’a manqué pendant la journée de boulot ! J’espère qu’on va s’habituer tous les deux à ce nouveau rythme…

– Quelques points positifs : Je reprends le travail dans de très bonnes conditions car je suis à 5 minutes en vélo du bureau. Du coup, j’en profite pour rentrer le midi, allaiter Ticoeur et jouer avec lui… ça nous fait du bien à tous les deux et comme ça, j’apprends aussi à connaître la nounou, ce qui m’a bien rassurée. J’occupe le même poste qu’avant donc je n’ai pas trop de choses à apprendre et la personne qui me remplaçait va rester quelques semaines avec moi. Petite cerise sur le gâteau, l’équipe a investi dans une Nespresso (ça aide pour se remettre de l’effet « décalage horaire ») et tout le monde est bien sympa me demandant évidemment des nouvelles de mon bébé ; j’ai même eu le droit à un petit déj d’accueil organisé par mon chef. J’ai aussi redécouvert ce qu’était le sentiment de joie à l’approche qu’un week-end de 3 jours  😉

Voilà – je dédie ce post à toutes les jeunes mamans qui retournent travailler car ce n’est vraiment pas facile de laisser son p’tit bout pour partir au boulot… Va falloir un peu de temps pour s’adapter… A suivre… En attendant : Joyeuses Pâques !

Adaptation express avec la nounou !

Adaptation express avec la nounou !Demain matin, c’est le Grand Jour : retour au boulot ! Misère, misère… Je suis dans un état de stress ! Un peu comme lorsqu’il y a de grosses perturbations pendant un vol en avion… J’aime pas l’avion… J’aime pas la fin du congé parental !!!!

Au lieu de m’apitoyer sur mon sort… Quoique… ça me ferait du bien…  Non, allez, faut que je sois courageuse… Comme lorsqu’enfant, je décidais de monter sur le grand plongeoir de la piscine et que finalement, arrivée au bout de la planche, c’était la panique, la peur du vide, la peur de la chute mais l’impossibilité de revenir en arrière… Voilà, je suis sur le plongeoir…. Celui qui fait 10 mètres de haut bien sûr ! Vous voyez le stress ? Mais faut plonger… Plouf !

Non, faisons un post utile 😉

Voilà, je voulais raconter comment nous avions organisé une adaptation en 3 jours avec la nounou. C’est un peu rapide mais 1/ la nounou finissait vendredi dernier dans la précédente famille 2/pour une garde à domicile, c’est plus facile de s’adapter qu’en crèche car l’environnement est connu et calme 3/je crois aussi que je voulais profiter de mon Ticoeur pour moi toute seule le plus longtemps possible 😉

Donc, ce programme d’adaptation avec « Sissi » ?

Jour 1 :

  • arrivée de la nounou à 10h
  • je reste à la maison avec elle mais je change de pièce pour que Ticoeur ne me voit pas et joue tranquillement avec « Sissi » (j’ai pu faire un sacré ménage d’ailleurs ! Et j’en ai profité pour cuisiner un peu)
  • j’ai allaité Ticoeur comme d’hab mais on a aussi essayé (sans succès) de lui faire goûter une purée et une compote
  • balade pour montrer à « Sissi » où se trouvent les squares…
  • Fin de la journée à 16h. Tout s’est bien passé. Ticoeur a surtout joué avec « Sissi » et ne s’est pas inquiété quand j’étais dans une autre pièce. Grosse sieste de Ticoeur avant le dîner… ça l’a bien crevé le p’tit bout.

Jour 2 :

  • idem jour 1 mais avec une absence de 30 minutes le matin et d’1h l’après-midi (j’ai choisi des moments où j’étais certaine qu’il n’aurait pas faim)
  • Fin de la journée à 17h. Tout s’est bien passé, comme hier. Grosse fatigue.

Jour 3 :

  • absence 1h le matin (hors repas) –> très bien
  • absence de 2h30 l’après-midi, pendant l’heure du goûter… et là, le drame ! Il n’a pas voulu boire le biberon de lait maternel, ni manger de compote. Quand je suis rentrée, il pleurait à chaudes larmes avec des rivières sur le visage… C’est « cro » dûr !
  • Fin de la journée à 17h (en gros, je l’ai allaité et j’ai ensuite vérifié qu’il retrouvait le sourire avec « Sissi » : et oui ! Il n’est pas rancunier… Par contre, il a dû passer au moins deux heures sur mon sein et a réclamé les bras… Il avait l’air un peu triste et surtout fatigué… Au retour de mon mari, ça a été gros sourire. On a passé une bonne soirée tous les 3 et il s’est endormi… au sein ! Pauvre chou ! Et moi, je suis toute triste aussi. Franchement c’est une expérience dont je me serais bien passée. J’ai eu beaucoup de mal à m’absenter 2h30 donc j’appréhende pas mal pour demain.

Au final, je suis rassurée par rapport à « Sissi » : elle est douce, attentive, soigneuse, rassurante et surtout elle fait sourire Ticoeur… Par contre, côté repas, ça va être difficile et côté chagrin… ben on verra… Faudra qu’on soit bien courageux tous les 2 !

Plouf !

On a trouvé la nounou… Ouf !!!

On a trouvé la nounou... Ouf !!!Il était moins une ! Je reprends le travail le 1er avril et après quasi deux mois de recherche je désespérais de trouver la perle rare…

Mais comme je disais dans mon précédent post, nous avons signé la veille de nos vacances avec « Sissi », une nounou qui a réussi un sans faute à l’épreuve de l’interrogatoire, qui nous a fait une super bonne impression, qui a fait sourire les enfants, qui a d’excellentes références, et qui en plus parle anglais (ce n’était pas un critère de sélection mais why not ?). Bref, rien à dire, enfin presque… oui, parce que tout ne peut pas être totalement parfait… le seul petit hic c’est que « Sissi » habite à 45 minutes de chez nous et qu’elle a des enfants en bas âge donc on prend quand même le risque qu’elle nous quitte pour une famille qui habiterait plus près de chez elle… On lui a bien mis la pression sur le sujet d’ailleurs…

Nous voilà donc embarqués dans la périlleuse aventure de la garde partagée. Je vous ferai part de ses joies et de ses peines. On croise les doigts pour que tout se passe bien avec la nounou, avec l’autre famille, avec les soucis logistiques, les horaires, les vacances et puis gérer l’administratif : jamais je n’aurais cru qu’il  était si difficile de calculer un salaire ! Il m’a fallu des heures de travail pour bien ficeler le contrat et réaliser tous les calculs. J’ai également bénéficié de la relecture avisée de l’APEGE (association des parents employeurs) dont je recommande fortement les services. Bref, pas facile de gérer soi-même son mode de garde mais la crèche c’était juste IMPOSSIBLE malgré mon forcing (« pas de place, pas de place, pas de place ! » C’est bon, j’ai compris !).

Le plus dur dans l’histoire ça va être de laisser mon petit cœur pour aller au boulot. J’ai adoré mon congé parental et je l’aurais bien prolongé un peu… BEAUCOUP !!! D’ailleurs,  je n’ai pas dit mon dernier mot et j’en reprendrai peut-être un autre  ! Après tout, jusqu’au 3 ans de l’enfant, c’est possible et l’entreprise ne peut pas refuser. C’est juste dommage que ça ne paye pas d’être mère au foyer… mais bon, dans la famille on aime les pâtes 😉 Donc à suivre…

En attendant, je vous laisse avec le fameux questionnaire que nous avions utilisé pour recruter la nounou, l’idéal étant de poser un maximum de questions au téléphone pour ne pas perdre son temps à recevoir des cas sociaux !

  • Combien d’années d’expérience, combien d’enfants gardés, de quel âge ? Pendant combien d’années ?
  • Quelles étaient les raisons de la fin des contrats ?
  • Habitude des garde partagées ?
  • Comment se déroule une journée type ? (dodos, jeux, préparation repas, sortie…)
  • Comment s’organise-t-elle pour préparer le repas ? Quel serait un repas type ?
  • Que faire en cas de fièvre ? Ou si l’enfant s’étouffe en avalant un petit objet ?
  • La nounou respecte-t-elle le rythme de l’enfant ?
  • Formation particulière (formation d’aide à domicile ou cours de secourisme, etc.)
  • Qualités/Défauts, quel genre de nounou est-elle ?
  • Où va-t-elle quand elle sort faire une promenade ?
  • Ses meilleurs souvenirs avec l’ancienne famille ?
  • Lui donner l’enfant dans les bras pour voir la réaction de chacun
  • Vérifier que la personne a bien un titre de séjour et qu’elle a le droit de travailler (cf mon expérience avec la  « sans papier »)
  • Vérifier sa distance au lieu de travail, ses contraintes familiales ou horaires…
  • Demander son dernier salaire
  • Appeler ses anciens employeurs

Après, reste surtout le feeling, le feeling et le feeling !!!

Mais où se cache la nounou idéale ?

Mais où se cache la nounou idéale ?Serait-ce l’Arlésienne ? Je me demande ! Car après cinq semaines de recherche, une vingtaine de coups de fil et une bonne dizaine d’entretiens, nous n’avons toujours pas trouvé la perle !

Tout avait pourtant bien commencé car nous avons tout de suite trouvé la famille pour la garde partagée mais côté nounou, c’est plus compliqué. Voici les différents profils auxquels nous avons eu à faire :

la nounou « experte » qui croit tout savoir et vous prend de haut car vous n’êtes qu’une jeune mère sans expérience alors qu’elle, elle a élevé des dizaines d’ enfants. Du coup, quand vous lui demandez ce qu’elle ferait face à un problème (par exemple, si l’enfant ne veut pas dormir ou manger, ou s’il pleure) et bien elle vous répond tout simplement qu’avec elle c’est impossible car ELLE, elle sait y faire : « y a pas p’roblème ! », vous vous ne savez pas  mais c’est normal « vous n’avez pas l’habitude »… Bon ok, je suis nulle, une mère pas à la hauteur… super, merci pour la diplomatie madame nounou !

la nounou méga anxieuse, les ongles rongés jusqu’au sang, jeune et célibataire qui vous raconte qu’elle a choisi d’être nounou car elle a eu une enfance très malheureuse et qu’elle souhaite donc offrir du bonheur aux enfants. Ok, ça part d’un bon sentiment mais c’est pas très rassurant ce genre de profil limite dépressif qui semble rechercher dans ce métier une solution à ses propres problèmes psychologiques…

la nounou DIVA qui a un tas de propositions en même temps et qui ne s’intéresse qu’au « package » que vous pourrez lui offrir. Elle ne vous demande  pas comment s’appellent les enfants, ni quel âge ils ont, non, Madame veut avant tout savoir si on rembourse la carte orange et de combien est l’indemnité repas. Ok, nounou c’est un boulot mais pas un métier comme un autre je trouve… Un peu de tendresse voyons !

la nounou en or, super, mais alors quel est le problème ? Beh c est une « sans-papiers » ! Pas de titre de séjour, pas même de faux papiers 😉 non, rien !

la nounou affligeante qui vous décourage par son incapacité à répondre correctement à la moindre question. J’ai failli éclater de rire quand elle nous a expliqué ce qu’elle ferait en cas de fièvre : « Je lui prends la température et si c’est au-dessus de 35,5, je donne du Doliprane puis je vous appelle mais si c’est en dessous de 35 alors tout va bien, je n’appelle pas » !!!

la nounou junior : là je parle de ces jeunes filles de 18-20 ans qui n’ont que des expériences de baby sitting derrière elles et qui veulent se lancer dans la garde d’enfants à plein temps. Ah oui ? Pourquoi ma petite ? « J’en ai marre des études !  » Ah oui, évidemment mais encore ? « je veux gagner mon argent »… Là, je fais ma ringarde et leur conseille de faire des études dans le domaine de la petite enfance tant qu’elles sont jeunes c’est le moment… Un peu d’ambition jeunesse !

Dans trois semaines je reprends le boulot : nounou parfaite, où es-tu ????? Help !!!!