Articles avec l'étiquette maternité:

Chronique d’une césarienne plus ou moins annoncée

Voilà ce qui s’est passé…

En 2009, Ticoeur naît par césarienne avec 8 jours de retard. Personne ne sait, ne comprend pourquoi… Je reste avec ma césarienne, sans explication, déçue et perplexe. Pendant 2 ans, mon gynécologue m’affirme que la prochaine fois, je pourrai essayer un accouchement par voie basse car aucune raison à ma césarienne…
Il me fait même pratiquer un scanner du bassin pour vérifier.

Je tombe enceinte de Titpuce et pendant 8 mois on m’explique que la voie basse est possible. C’est juste qu’avec une précédente césarienne à mon actif, il ne faut pas que le travail soit trop long, ni trop difficile (risque au niveau de la cicatrice de l’utérus). On m’explique aussi que cette fois-ci, on ne me laissera pas dépasser le terme. Je suis prête dans ma tête : ravie de pouvoir tenter la VB mais consciente qu’il faut que tout se passe parfaitement bien, sinon direction le bloc à nouveau…

J-15 : je rencontre la gynéco de la maternité. Elle est pessimiste. Le bébé est très haut. Elle ne pense pas que le travail puisse se déclencher dans les temps. Elle me fixe un RDV pour une césarienne le jour de ma DPA, m’expliquant que si bébé vient avant alors on tente la VB, sinon, la césarienne sera déjà dans le planning. Bon, ok… A ce stade, je ne comprends juste pas comment à J-15 on peut affirmer que le travail ne se déclenchera pas dans les temps, mais bon… Je reste confiante, Titpuce sortira avant.

J-8 : la maternité m’appelle et me signale que le scanner de mon bassin manque à mon dossier. J’apporte donc le scanner fait il y a deux ans et là surprise : « mais ça ne va pas ! ça ne passe pas ! Ce bassin est rétréci ! On ne peux pas autoriser la voie basse… » Je ne comprends pas ce revirement de situation et je demande à ce qu’on appelle mon gynécologue de ville qui m’avait assuré que tout allait bien. Et là, tout penaud, mon gynéco s’excuse, me dit que la maternité a raison et qu’il n’avait pas dû voir les résultats de mon scanner !!! Quoi ?? Soit il les a vus mais les a mal interprétés, soit il ne les a pas vus mais alors comment oser me certifier que c’est ok pour une VB ? Dans tous les cas, erreur professionnelle monsieur le docteur ! J’étais en colère. RDV pris pour une césarienne à J-6 car il ne sert à rien d’attendre : ça ne passera pas !

J-7 : je vais à la soirée Samsung parce que c’est ma dernière soirée avant longtemps et je revois les copines blogueuses 😉

J-6 : je rentre à la maternité mais oh problème : j’ai attrapé un gros rhume donc dangereux de pratiquer l’anesthésie. Et une césarienne sans anesthésie c’est pas le top 😉 Je reste une nuit en observation à la mater et je rentre chez moi pour le week-end avec pour consigne de rester sous la couette et de guérir vite. RDV pour la césarienne fixé à J-2 soit le 14 février, jour de mon anniversaire… bon, nous serons deux Valentines dans la famille…
J-5 : je comate dans mon lit
J-4 : toujours pas d’amélioration, je dors.

17h : je suis réveillée par des rayons de soleil. Je retrouve un peu d’énergie. Je suis même motivée pour commander des sushis car l’appétit revient. Ma mère allait rentrer mais je lui propose de rester dîner.
18h : Ticoeur prend un bain et je commence à sentir des contractions plutôt douloureuses.
18h30 : je compte, je compte et ça va drôlement vite…à peine deux minutes entre les contractions. Je demande à ce que mon frère passe avec la voiture au cas où.
18h45 : mon frère est là et clairement mes contractions sont les bonnes, les vraies, faut vite y aller (qui disait que jamais le travail ne se déclencherait ? ah les médecins !). Ma mère reste avec Ticoeur. Je pars à la mater avec mon chéri et mon frère.
19h : la SF m’annonce que le col est dilaté à 6 cm, il faut faire vite pour vérifier par une prise de sang que l’anesthésie est possible tandis que l’équipe s’affaire pour préparer le bloc. Quoi ? « On pourrait pas tenter la VB à ce stade ? – Non, ça passera pas… » Le travail se poursuit… Je fais tout le boulot sans péridurale ; trop fière sur ce coup là ! Il faut dire que ça va très vite…
19h15 : tout est prêt au bloc ; on autorise mon chéri à venir avec moi ce qui nous permet d’avoir une dernière discussion concernant le choix du prénom 😉 C’est bon, à quelques secondes de l’incision on s’est décidé !
19h28 : Titpuce est née ! Et c’est elle qui a choisi son jour, pas le planning de la maternité 😉 Maman a fait tout le travail pour rien mais bon, ça m’a à moitié donné l’impression d’accoucher naturellement ce qui m’a fait du bien psychologiquement. La VB aurait-elle été possible, pas possible ? On ne saura jamais… D’après les mesures, il manquait 3 millimètres… mais un bassin peut s’élargir pendant la grossesse et pendant l’accouchement tandis que le diamètre de la tête de bébé peut diminuer pour faciliter le passage… Au final, c’est plus une question de protocole et de prudence…

La nature et la médecine restent mystérieuses à mes yeux… Le plus grand et plus beau mystère restant ce miracle qui nous permet de donner la vie. Bienvenue à ma Titpuce !

Chronique d'une césarienne plus ou moins annoncée

Comment nous nous sommes « évadés » de la maternité !

Comment nous nous sommes

Je garde Ticoeur et au diable le protocole !
Vous venez de vivre un des moments les plus forts de votre vie et voilà que vous vous retrouvez dans une chambre glauquissime avec des perfusions dans le bras et… une horrible voisine de chambre ! En effet, plus de place dans les chambres individuelles. Deux heures après la césarienne, on m’emmène donc dans ma chambre et on commence par m’expliquer que Ticoeur va aller dormir à la nurserie car le protocole veut que les mamans avec césarienne dorment seules pour bien se reposer de l’opération. Quoi ? Qui veut m’enlever MON FILS ???? Pas négociable ! Je garde Ticoeur et au diable le protocole ! Les infirmières cèdent et je peux dormir toute la nuit avec mon bébé sur moi. Bien sûr, je n’ai pas super bien dormi mais si j’avais été seule cela aurait été bien pire ! J’aurais essayé de rejoindre la nurserie même s’il m’avait fallu ramper !

Le lendemain, j’apprends à connaître ma « charmante » voisine, une grosse vieille peau qui passe sont temps à hurler au téléphone, à recevoir des visites de mioches et qui laisse crier sa petite fille à qui elle ne donne même pas à manger ! Elle fait venir les nurses pour qu’elles donnent les biberons à sa place. La nuit, Madame ne peut pas dormir sans la lumière (un horrible néon) et le jour, elle refuse que j’ouvre la fenêtre malgré le soleil qui tape bien fort et la bonne odeur de renfermé !

A mon premier réveil, une sympathique aide-soignante vient me faire les premiers soins et m’explique que le programme de ce matin est d’apprendre à se lever. Chic, chic ! Voilà une leçon intéressante et je me porte volontaire pour qu’elle s’occupe de moi avant de s’occuper de la dinde qui n’arrivera certainement pas à bouger un petit doigt.

Avec son aide, j’arrive donc à me lever et à marcher jusqu’au lavabo pour faire un brin de toilette et tant que j’y suis je me maquille un peu sous le regard étonné de l’aide-soignante. Ben oui mais je veux pas ressembler à un cadavre sur mes premières photos avec Ticoeur… Donc un peu de blush, un peu de gloss et le tour est joué ! Je ressors de la salle de bain et demande par où se trouve le jardin de la maternité. On me répond que le programme de la journée est terminé et qu’il faut que je me repose. Demain, on envisagera un petit tour dans le couloir. Quoi ! Elle ne m’a pas bien vue là je crois ! Je suis debout, j’y reste ! Et hors de question de retourner dans ma chambre toute triste avec ma dinde de voisine ! J’attends donc que l’aide-soignante soit partie et j’explore les lieux avec mon mari et bébé – j’essaie d’être discrète mais pas facile car je dois me trimbaler la perfusion qui roule à mes côtés. J’assiste à la première toilette de bébé et je prends un peu l’air.

Ma décision est prise : hors de question de rester les cinq jours prévus par le protocole. Le lendemain, les infirmières arrivent à m’arranger un RDV avec le pédiatre pour que Ticoeur soit examiné avant que nous partions. Puis, je signe une décharge et je rentre à la maison. Je prendrai une sage-femme à domicile pour les soins quotidiens.

Pour sûr je serai mieux à la maison
Pourtant, je viens de passer deux nuits blanches à cause de la lumière du néon et des ronflements de la dinde, pour sûr je serai mieux à la maison. Les sages-femmes me comprennent et sont rassurées car elles savent que je serai suivi tous les jours par une sage-femme libérale et comme elles disent, elles n’ont jamais vu quelqu’un se remettre aussi vite d’une césarienne ! Donc, petit tour dans le jardin, signature de la décharge (ils doivent me détester dans cette maternité !) et direction la Butte aux Cailles !

Libres enfin !

Maintenant nous sommes heureux et reposés, tous les trois à la maison, nous prenons nos marques et reprenons des forces en mangeant des sushis et des steaks saignants ! Toujours mieux que le plateau repas de la maternité !

Évasion réussie !