Londres vu du ciel

The View From The Shard : Londres vu du ciel

La semaine dernière, lors de notre séjour à Londres en famille, nous sommes montés sur la tour la plus élevée de Londres : The Shard.

C’est une œuvre de l’architecte italien Renzo Piano et on peut y monter depuis février 2013. La tour fait 310 mètres de haut. Au moment de son inauguration c’était la tour habitée la plus haute d’Europe. Nous avions suivi l’avancée de la construction de ce bâtiment au fur et à mesure de nos séjours londoniens. D’après la traduction, « the shard » évoque un éclat de verre. Un éclat de verre qui transperce le ciel sans doute ? Avec la météo idéale que nous avons eue pendant nos vacances à Londres c’était vraiment l’occasion de découvrir The View From The Shard.

Nous avons commencé par la plateforme au 69ème étage : il y a des télescopes digitaux qui permettent de s’orienter et de voir sur écran le même point de vue que sous nos yeux mais de nuit, au coucher de soleil, autrefois ou au soleil…;-). Cela amusait surtout les enfants et mon chéri. Je préfère les vraies vues, surtout avec le ciel dégagé que nous avons eu !

Ensuite, nous avons refait un tour dans l’espace en plein air au 72 ème étage. C’était plus impressionnant et plus agréable car on sentait l’air frais et qu’on pouvait aussi admirer les finitions architecturales de la pointe.Nous avons pris des photos à 360 degrés :

Londres vu du ciel

The View From The Shard en famille

The View From The Shard

The View From The Shard

The View From The Shard

The View From The Shard

The View From The Shard

bar the View from the shard

The View From The Shard

The View From The Shard

visiter The View from the shard en famille

The View From The Shard

Les enfants ont aimé les vues et les explications sur l’ipod distribué à l’entrée. La vue sur Londres est vraiment superbe. Seul bémol : c’est cher, comme toutes les visites payantes à Londres. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a également beaucoup de musées gratuits donc finalement, il vaut mieux résonner en budget moyen.

Certains m’ont demandé s’il valait mieux aller au London Eye ou monter à The View From The Shard. Je dirais que ce n’est pas comparable.

Au London Eye : il y a les sensations d’une grande roue, avec un peu d’adrénaline si comme moi vous êtes peureux ou si vous avez le vertige. La vue sur la Tamise est top (relisez le billet de ma visite au London Eye l’an dernier) mais vous ne voyez pas tout Londres car vous êtes à 135 mètres de haut. Regardez, on voit le London Eye sur cette photo :

The View From The Shard

A The View From the Shard : vous avez une vue à 360 degrés et on peut même voir à plus de 60km à la ronde par beau temps ; par contre, il n’y a pas le côté « manège » du London Eye.

Les deux visites ont plu à nos enfants (et c’est gratuit pour les moins de 4 ans). Moi aussi j’ai aimé les deux.

Pour info, nous n’avons eu que 15 minutes d’attente à la caisse, un dimanche matin.

Dans tous les cas, n’y allez pas s’il fait gris car pour le prix je trouve qu’il faut des conditions idéales ou rien ! Le mieux est de réserver ses billets la veille après avoir vérifier la météo. Au coucher du soleil, par beau temps, ce doit être le plus beau j’imagine.

Bref, je vous conseille de mettre The View From The Shard sur votre programme de visite à Londres. C’était une belle expérience qui nous a permis de voir Londres autrement !

Comment s’y rendre ?

The Shard se trouve au sud de la Tamise, en face de la City.
Métro ou bus : station London bridge

C’est également tout près du Borough Market : un marché avec de nombreux stands gastronomiques. C’est là que nous avons mangé après la visite.

Informations pratiques sur le site The View From The Shard.

Et vous ? Tentés par The Shard ?

 

*les billets nous ont été offerts.

automne à Lodnres

Nos vacances de la Toussaint à Londres

Nous venons de rentrer d’une semaine à Londres où nous avons profité de la famille et de nos amis. Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo et Londres est vraiment superbe en automne. C’était aussi une semaine de contrastes car nous avons partagé notre temps entre le quartier d’Hackney (au nord-est), populaire et cosmopolite où vivent mon beau-frère et ma belle-sœur et Wimbledon (au sud-ouest), quartier très chic où vivent mes amis du lycée. Pour Ticoeur et Titpuce les vacances étaient idéales car nous étions toujours entourés d’enfants et que nous avons choisi un petit programme très kid-friendly et surtout très tranquille ! C’était également un sacré contraste avec ma récente escapade en solo ! Souvenez-nous : j’étais partie à Londres pour la journée sur un coup de tête et j’avais réalisé un véritable marathon à travers la ville ! En un jour j’ai dû faire plus de choses qu’en une semaine en famille 😉

automne à LodnresAutomne à Kew Gardens, London

Revenons sur le programme de notre séjour à Londres avec les enfants :

A Hackney, ils ont rencontré pour la premier fois leur nouveau petit cousin qui est né le mois dernier et qui est trop beau ! A croquer ! Toujours à Hackney, Ticoeur et Titpuce ont aimé l’aire de jeux du parc Victoria et Hackney City Farm, une petite ferme que nous connaissons bien car nous y allons à chaque fois ! Et à deux pas, dans le quartier voisin (Tower Hamlets) les enfants ont profité des activités et des collections de jouets au V&A Museum of Childhood (article très complet sur ce musée de l’enfance chez a taste of my life).

canaux à HackneyLes canaux à Hackney

visiter Hackney farmHackney City Farm

Children MuseumDans le musée de l’enfance à Hackney

A Wimbledon, Ticoeur et Titpuce ont pu jouer avec les trois enfants de nos amis. Cela mettait de l’ambiance que ce soit à la maison ou dans les très jolis parcs du coin. Nous avons également fait quelques kilomètres en voiture pour passer une journée à Kew Gardens, célèbre jardin royal botanique que je n’avais encore jamais vu mais où mon chéri voulait m’emmener depuis longtemps. Je vous en parlerai plus en détails car j’ai eu un gros coup de cœur !

Kew gardensKew Gardens

bouquet de paquerettesMa Titpuce <3

Kew Gardens en automneKew Gardens

parc à WimbledonCannizaro Park in Wimbledon

Pour passer d’Hackney à Wimbledon nous avons traversé tout le centre de Londres (les deux quartiers sont vraiment très éloignés !) : nous en avons profité pour aller dîner à Chinatown car oui c’est très touristique mais les enfants ont été émerveillés par les lampions dans les rues. Nous avons également fait un stop au gratte-ciel The Shard pour monter à The View From The Shard et profiter du plus haut point de vue sur Londres. Voir mon billet sur The Shard.

ChinatownChinatown London

Chinatown LondresChinatown London

Chinatown LondresChinatown London

visiter the view from the shardDepuis le sommet du Shard

***

Du côté du trajet nous avons innové cette fois-ci car nous sommes partis en voiture et nous avons pris le ferry pour la traversée Calais-Douvres. La dernière fois que j’avais pris le ferry pour cette traversée, j’étais au collège et le tunnel sous la Manche n’existait même pas. En période de vacances scolaires et en famille, l’option voiture+bateau est beaucoup plus économique. Évidemment pour une virée rapide à Londres comme j’ai fait il y a dix jours le train s’impose pour une question de timing ;-).

Pendant la traversée, j’ai adoré quand Ticoeur collé à la vitre s’est écrié : « Waouh, maman, je vois l’Angleterre ! » et Titpuce a répété la même phrase sur le même ton ! Il faut dire que l’arrivée à Douvres est belle avec les grandes falaises blanches. Nos amis nous ont même dit que Douvres valait bien la peine qu’on s’y arrête quelques heures pour justement se balader sur les falaises et pour visiter le château en famille. Une autre fois !

Ticoeur a eu l’impression qu’on allait croiser Phileas Fogg à bord du ferry mais on ne l’a pas trouvé ;-)…

On avait choisi un bateau à l’heure du déjeuner car c’est le plus pratique pour les enfants. P&O Ferries nous a invités à découvrir le Club Lounge où nous étions confortablement installés et où nous avons commandé nos sandwichs. A bord on trouve également un Family lounge, des zones de jeux pour les enfants et des salles de jeux vidéos pour les ados accros. Sur notre bateau, le Spirit of France, il y a une terrasse extérieure qui a particulièrement plu à ma Titpuce pas du tout frileuse :

ferry pour Angleterre

ferry pour Angleterre

ferry pour Angleterre

PO Ferries

PO Ferries 

ferry pour Angleterre

***

Dans le centre de Londres, nous avons surtout utilisé les bus pour profiter de la ville. En plus, les enfants adorent se mettre à la fenêtre en haut (et nous aussi en fait !). Bus et métro sont gratuits pour les enfants jusqu’à 11 ans. Pour les adultes, il faut prendre l’Oyster Card pour payer moins cher. Enfin, je vous conseille deux applis très utiles pour se déplacer dans Londres :

  • Here : en gros c’est Google Maps mais sans avoir besoin d’internet. On l’utilise pour tous nos voyages à l’étranger. Avant de partir il faut télécharger le plan de la destination.
  • London Bus Free – Map and route planner by Zuti : cela permet de trouver le meilleur itinéraire bus également sans connexion internet.

dans le bus à Londres

Londres by nightPhoto prise depuis le bus et les vitres n’étaient pas bien nettes 😉

Informations pratiques :

Bonnes adresses :

Maotai Kitchen (à Chinatown) : il n’y avait que des Chinois à l’intérieur et j’ai effectivement eu l’impression de manger de vraies nouilles chinoises faites maison (il y a aussi des restos de nouilles fraîches à Paris mais là les recettes m’ont semblé plus fidèles à la version chinoise). En plus, pour 8£ par personne, c’est économique pour Londres ! Maotai Kitchen 12 Macclesfild St, London

The Approach Tavern (à Hackney) : un pub très sympathique et très familial (c’était fou le nombre de poussettes et de bébés à l’intérieur). The Approach Tavern 47 Approach Road, London

Plus de bonnes adresses à Londres.

Transport :

Voiture+bateau : depuis Paris il faut compter 3h jusqu’à Calais + 1h30 de traversée (+embarquement/débarquement) + 2h jusqu’à Londres. Nous avons pris un bateau P&O Ferries (jusqu’à 46 départs par jour).

Parking à Londres :

Pour se garer dans le centre de Londres c’est limité et couteux. Nous nous sommes donc garés à Wimbledon en pleine zone résidentielle. Renseignez-vous bien sur les parkings avant de vous aventurer à Londres en voiture.

 

Et vous ? Vous aimez Londres en automne ?

 

 

Oxford

Souvenir de mon premier séjour linguistique en Angleterre

Suite à mon dernier voyage en Angleterre le mois dernier, je me suis souvenue de ma toute première fois dans ce pays : une sacrée aventure ! C’était pour un séjour linguistique. Je vous en avais déjà vaguement parlé mais l’expérience mérite qu’on s’y attarde :-). Mes parents avaient voulu bien faire. Je venais de finir mon année de 4iè. C’était ma première année d’anglais. Pour que je consolide mes connaissances et que je progresse un peu pendant les vacances d’été, ils m’avaient inscrite à un séjour linguistique à Londres. Enfin, pour commencer c’était pas à Londres mais dans la banlieue de Londres. La grande banlieue même, avec des rues remplies de maisons toutes similaires en briques rouges avec un minuscule carré de pelouse devant chaque porte. J’ai atterri dans une famille qui clairement ne faisait ça que pour l’argent, d’ailleurs ils cumulaient : ils gardaient deux chiens, un bébé, une étudiante espagnole et moi ! Tout ça dans une petite maison avec l’habituel escalier super raide pour accéder à l’étage. Je partageais ma chambre avec l’Espagnole et heureusement. Elle avait 18 ans, elle parlait bien anglais et elle m’a prise sous son aile. Elle m’a fait découvrir les livres de Stephen King et comme moi elle craquait pour George Michael.

Street_of_terraced_housingC’était un peu ce genre de décor mais en moins bien (source photo : Wikipedia)

Une journée type ? Le matin, je prenais le bus pour l’école d’anglais. C’était un stage intensif donc j’avais cours toute la journée. Pour le déjeuner, la famille me préparait des sandwichs de pain de mie à l’œuf dur et mayo ! Je jetais tout à la poubelle et allais faire quelques courses chez Tesco. Je rentrais dans ma banlieue vers 17h. On me disait à peine bonjour et on m’indiquait juste d’aller dans la cuisine où m’attendait une assiette de pommes de terre et de petits pois (explosés par une cuisson au micro-onde ) et un mug de thé au lait (mais je peux pas boire de lait !). Le père et la mère étaient affalés dans le sofa et regardaient Benny Hill en grignotant cheese & crackers (on baignait en plein cliché !). Bref, le dîner était horrible. Avec l’Espagnole on donnait les petits pois et patates au chien puis on demandait à sortir faire un tour. Elle m’emmenait au pub du coin où elle retrouvait ses amis espagnols également en séjour linguistique. Ils étaient toujours super gentils avec moi. J’étais un peu la petite sœur. Ils veillaient sur moi et ils faisaient l’effort de me parler anglais alors qu’ils auraient tous pu se parler en espagnol. C’est grâce à eux que j’ai fait des progrès et que j’ai appris à apprécier les repas au pub ! Bref, ils ont sauvé mon séjour en Angleterre et m’ont donné envie de partir en Espagne la prochaine fois 😉

Le premier week-end est arrivé et il était possible via l’école de langue de participer à une grande visite guidée de Londres. J’étais ravie de profiter enfin de cette capitale qui me faisait rêver et que je n’avais pas encore vue depuis mon arrivée. La famille m’a indiqué où prendre le bus pour Londres mais avec toujours aussi peu de motivation. Ils auraient pu m’accompagner à l’arrêt de bus mais non. Résultat : je me suis trompée et j’ai pris le bon bus mais… dans la mauvaise direction ! J’ai dû être perturbée par la conduite à gauche ou bien je suis juste pas douée mais bon je me suis bien trompée !… Au bout d’un moment, je m’en rends compte. Je répète plusieurs fois dans ma tête quelques phrases en anglais pour expliquer mon soucis au chauffeur. J’étais très très timide ça n’aidait pas. J’arrive quand même à me faire comprendre et ce dernier a été adorable : il me dit qu’il ne veut pas me lâcher au milieu de nulle part et me propose de finir le trajet avec lui, qu’il préviendra l’école d’anglais et qu’il me ramènera ensuite dans ma banlieue quand il rentrera le soir. J’ai eu confiance en lui et donc je suis restée dans le bus qui allait  jusqu’à… Portsmouth ! Regardez sur une carte : quand on sait que je voulais juste aller de la banlieue de Londres à Piccadilly Circus ! Je me retrouve sur la côte sud de l’Angleterre, au bord de la mer, à 2h du centre de Londres, cent kilomètres plus loin ! C’était une sacrée excursion pour le coup ! Un peu comme si une étudiante anglaise était partie d’Argenteuil pour aller à Paris et avait fini à Deauville 😉

Old_PortsmouthPortsmouth, source photo : wikipedia

A Portsmouth, le chauffeur de bus appelle mon contact à l’école de langue pour expliquer la situation (j’avais sur moi la petite carte avec le numéro de téléphone en cas de pépin). Ensuite il me dit qu’il doit faire une longue pause avant de faire le trajet en sens inverse et qu’il va en profiter pour me faire visiter les deux célèbres bateaux : Le HMS Warrior (1860) et le HMS Victory (1765). Il prend la peine de commenter les visites avec des mots simples. Il semblait passionné d’histoire et ne m’en voulait pas de venir du pays de Napoléon 😉 Il m’offre une glace (oui je sais,… L’histoire de l’ado qui fait confiance à un inconnu… mais vraiment j’avais un bon feeling… et puis nous étions entourés de touristes).

Bref, au final je passe un superbe après-midi sous le soleil de Portsmouth et je révise mes cours d’histoire.

Nous entamons ensuite le trajet retour. J’arrive vers 21h dans ma banlieue. La police est devant la maison mais pas pour moi ;-). C’est l’ado de la famille qui est mêlé à une histoire de marijuana ;-). Les parents eux sont sur le canapé en train de regarder la télé. Ils me lancent un « Hi Christine ! », genre les gars pas du tout inquiets de me voir rentrer si tard ! L’Espagnole est au pub. Je suis fatiguée. Je reste dans la famille pour me remettre de mes aventures. Soudain la mère me propose de regarder une vidéo avec eux. C’était la première fois qu’elle me proposait quelque chose. J’ai accepté. Et là, c’était parti pour… 9 semaines 1/2 ! Ok, ça va, y a pire mais quand même pas le meilleur film pour une petite collégienne bien sage non ? Bon, j’avoue : Mickey Rourke m’a bien plu quand même 😉

La deuxième semaine, encore des mésaventures : la mère de famille fait mon lit avec un drap où se trouve une grosse tache d’encre et me dit que j’en suis la coupable ! Elle m’oblige à appeler mes parents en PCV pour leur demander de l’argent ! J’en parle à l’école de langue qui paye la famille pour acheter la paix et promet de les radier du fichier des familles d’accueil ! J’espère qu’ils l’ont fait !

Le dernier week-end, une excursion à Oxford était organisée par mon école d’anglais. Là croyez-moi j’ai demandé dix fois à l’arrêt de bus avant de monter dedans et je n’ai pas loupé mon point de rendez-vous ! C’était super ! Une bien jolie ville ! (Contente d’y retourner bientôt !…). Le lendemain, je rentrais en France. Je m’étais fait une super amie Espagnole, je n’avais pas vu Londres et j’avais vécu deux semaines mémorables !

Oxford Oxford, crédit photo : Ed Webster

Hélas, je ne me souviens ni du nom de cette banlieue ni du nom de cette école de langue… mais alors croyez-moi avant d’envoyer mes enfants en séjour linguistique en Angleterre quand ils seront ados, je ferai de looooongues recherches pour m’assurer de la qualité de la prestation ! Ou bien je les enverrai tout simplement chez des copines blogueuses 😉

Depuis, je vous rassure j’ai eu tout plein de bons souvenirs en Angleterre : un voyage organisé par mon prof d’anglais en 3iè puis plusieurs séjours à Londres. Depuis, je suis totalement réconciliée avec cette destination !

Et mon niveau d’anglais ? Au fil de mes séjours linguistiques j’ai progressé un peu à chaque fois mais le grand déclic a été quand je suis partie vivre et travailler six mois à Chicago pendant mes études. La durée du séjour compte beaucoup forcément. Je vous raconterai une prochaine fois mon expérience américaine !

 Et vous ? Des anecdotes de séjours linguistiques en Angleterre ?

 

 

Le London Eye, finalement !

Je dis « finalement » car je ne compte plus le nombre de fois où je suis allée à Londres et que ce London Eye m’a fait de l’œil 😉 Sauf qu’il y avait toujours une bonne raison pour ne pas tenter l’expérience : c’est trop touristique, il y a une heure de queue pour prendre les billets, c’est cher… Mais quand même cette grande roue nous intriguait et elle suscitait notre curiosité à chaque fois que nous nous promenions le long de la Tamise.

Et puis l’occasion s’est présentée : lors de ma semaine à Londres avec Titpuce début novembre, nous avons eu un temps de rêve. Nous en avons profité pour nous balader sur South Bank comme j’aime toujours le faire quand je vais à Londres et là, en passant devant le London Eye, je vois qu’il n’y a pas de file d’attente pour prendre les tickets et puis ma puce me dit « maman, manège ! ». Allez ! Que ne ferions-nous pas pour faire plaisir aux enfants ! J’avais donc une bonne excuse pour faire ma touriste !

J’ai pris mon billet (21 € quand même… mais gratuit pour les moins de 4 ans) et nous sommes montées à bord d’une de ces nacelles futuristes pour décoller au dessus de la Tamise. Nous avons adoré ! Moi qui ai normalement peur de monter dans une grande roue, dans le London Eye, j’étais sereine car les bulles ne bougent pas et on ne sent pas le vent. Peut-être aussi un effet positif de mon stage contre la peur en avion…

Bref, je dois admettre que c’était vraiment une belle expérience. J’en ai ramené tout plein d’images de Londres dans la lumière hivernale.

Le London Eye, finalement ! Suite de l’article

Notre escapade mère-fille à Londres

Début novembre, je suis partie à Londres avec ma Titpuce pour rendre visite à des amis français qui sont expatriés là-bas pour quelques mois. Envisager un voyage mère-fille à Londres, avec une petite fille de seulement 2 ans et demi, c’est beaucoup plus sport que voyager en famille. C’était la première fois que je partais seule avec elle pendant une semaine. J’avais déjà emmené ma puce un week-end à Marseille chez ma mère mais là, avec Londres, c’était davantage l’aventure ! J’ai beau voyagé souvent, je dois admettre que l’aide du papa est très utile 😉 Je voulais donc partager cette expérience avec vous.

Notre escapade mère-fille à LondresDans le London Eye

Escapade mère-fille à Londres : la logistique

Pour les bagages, j’ai dû faire encore plus léger que d’habitude : il fallait quand même que j’arrive à prendre le métro jusqu’à la Gare du Nord seule avec ma fille et une poussette donc pour nos affaires, j’ai tout fait rentrer dans un sac de randonnée et j’ai mis mon sac à main à l’intérieur. Ainsi, en portant mon sac sur le dos, j’avais les mains libres pour m’occuper de Titpuce et surtout pour porter la poussette dans le métro car évidemment personne ne m’a aidée !!!

Suite de l’article