La journée d’une femme à quoi ça ressemble ?

5h30 : le réveil sonne car je dois prendre l’avion pour Marseille, déplacement boulot oblige… ça commence bien…
6h00 : je prépare le repas et les vêtements de Ticoeur avant de partir et comme beaucoup de femmes, je laisse quelques Post-its à mon mari (que deviendrait le marché du Post-it sans les femmes ? Je vous le demande ! Y aurait plus qu’à créer une journée du Post-it tiens !
6h30 : le taxi m’attend, je suis en retard – pas le temps de me coiffer, ni de me maquiller – quel drame ! Suis-je encore une femme ?!
7h00 : arrivée à Orly après une demi-heure de trajet avec un chauffeur taciturne et bougon – pour me changer les idées j’achète un magazine de mode et admire les nouvelles collections que je ne pourrai jamais porter parce que même si les entreprises font des progrès dans « l’acceptation » des femmes, je pense pas qu’il serait mal venu de venir habillée comme ça au bureau… ou peut-être dans 50 ans…

Stella McCartney Paris fashion week 2011

7h30 : décollage de mon avion majoritairement rempli d’hommes – où sont les femmes ? En train de faire des crêpes pendant que leurs maris partent en déplacement en jouant les business men intelligents alors qu’en y regardant de plus près, 80% des mâles autour de moi sont en train de lire … l’Equipe ! Je me lance plutôt dans les Echos et y découvre un articles sur 8 femmes qui ont brillamment réussi dans leur vie professionnelle… Quel est donc le sort des 31 373 000 autres femmes françaises ??? Nous le saurons peut-être dans les prochains numéros – ou pas…

9h00 : arrivée au bureau – je fais un détour par les toilettes (car je vous rappelle que je n’étais ni coiffée, ni maquillée) donc encore du boulot de fond avant de débarquer en réunion avec le sourire forcée d’une maman qui serait bien restée faire des crêpes à la maison.
9h30 : je dois animer une réunion mais suis incapable de brancher mon ordinateur au projecteur et je dois solliciter l’aide… d’un homme ! ô rage ! ô désespoir !
10h00 : pause café et là miracle : un collègue a ramené un énorme gâteau au chocolat qu’il a spécialement préparé en l’honneur de la journée de la femme ! Waou ! Il mériterait sa journée dans le calendrier celui-là ! Il a été adoré par toutes mes collègues le temps d’un café (la gloire d’un homme ne dure jamais bien longtemps finalement… rien à leur envier en fait…)
12h00 : pause déjeuner avec discussion sur les métro-sexuels ; comme quoi, mes collègues hommes avaient particulièrement envie de montrer leur côté féminin en ce « grand » jour dédié aux femmes… genre, même quand il y a une journée pour nous, il faut qu’ils s’incrustent et soient à l’honneur… genre 364 jours par an ils sont « hommes » (des vrais !) et le jour de la femme, ils nous sortent qu’eux aussi, au fond, ils se sentent un peu femmes… Bande d’opportunistes va !
13h30 : re-café mais il ne reste plus de gâteau au chocolat – les femmes sont déçues (la femme est un être difficile à satisfaire – soupirs de ces messieurs)
14h00 : les réunions recommencent – les ragots aussi. Sans femmes dans les entreprises, que deviendraient les ragots au boulot ? Est-ce que quelqu’un y a pensé ne serait-ce qu’une seconde ? Ce serait la MORT du ragot !!! Et plus personne n’aurait envie de venir au boulot !
16h30 : je retourne à l’aéroport pour tenter d’attraper l’avion de 17h. J’embarque 2 minutes avant le décollage parce qu’à la sécurité ils m’ont fait perdre mon temps en me confisquant ma pince à épiler. Ok c’est interdit à bord et je le sais mais je n’avais pas pensé à l’enlever de mon sac à main et en plus elle a réussi à voyager à l’aller donc elle méritait son retour non ? Ben, non, parce qu’il faut croire que la femme est aussi un être redoutable qui pourrait détourner un avion en menaçant l’équipage avec sa pince à épiler… Je sais, on dirait pas comme ça mais quand on s’y met… de vraies guerrières !
18h30 : re-taxi parisien, re-tête de déprimé
19h15 : je franchis le pas de la porte, mon Ticoeur court vers moi et je découvre dans la cuisine que les crêpes sont prêtes : mon homme a assuré !

crêpes



Commentaires

  1. Qui a fait les crêpes ? Je croyais qu’on devait faire des beignets le jour de mardi gras.

  2. Ici on a toujours fait des crêpes ! Je savais pas que c’était plutôt beignets : dans quelle région ?

  3. Mais est-ce vraiment lui qui avait préparé le gâteau au chocolat?????? Et non pas sa femme?

  4. Si, si, c’était un gâteau fait par homme ! J’ai confiance… Il n’aurait pas été si gras et si sucré sinon !

  5. Je sais pas la région… J’ai entendu ça.

  6. Quelle journée !
    ici pas de crèpe mais un Pater qui assure aussi !

  7. En tout cas on a bien fait de manger des crêpes avant les vacances car ici en Asie c’est plutôt régime riz… Ce qui n’est pas plus mal pour la ligne !


Laisser un commentaire

Merci de copier/coller ce code dans la case juste dessous :5tCaCR

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.