Articles avec l'étiquette tour du monde en famille:

Les coulisses de notre Tour du Monde en famille : déjà 3 mois !

Je continue ce petit rendez-vous mensuel pour vous raconter les coulisses de notre Tour du Monde. Un 3iè mois de voyage vient de s’écouler pour nous et ce mois de mars a clairement été sous le signe des nombreuses rencontres avec d’autres familles : pas moins de 7 rencontres en un mois !

Petit rappel d’où nous étions ce mois-ci :

  • En plein roadtrip en Nouvelle-zélande, dans l’île du nord puis dans l’île du sud
  • Retour en Australie depuis 10 jours : nous avons découvert Sydney et où nous nous dirigeons en direction de Melbourne.

L’organisation du voyage et de l’itinéraire :

C’était très simple côté organisation car en Nouvelle-Zélande nous avions loué un campervan, ce qui permet de construire son itinéraire au jour le jour et même de changer de programme en cours de journée !

A Sydney, c’était simple aussi car nous étions chez des amis ;-). Nous avons ensuite réservé des hébergements Airbnb et des hôtels pour nos étapes entre Sydney et Melbourne. Nous avons également réservé notre campervan pour la partie Melbourne-Darwin prévue pour avril.
Et après l’Australie ?

Tout l’itinéraire est à présent fixé. Vous avez sans doute suivi que nous avons finalement décidé de traverser le Pacifique et donc de vraiment faire un tour du monde. Du coup, les prochaines étapes seront :

Bali  -> Nouvelle-Zélande (le retour !)-> Argentine -> Brésil -> Retour Europe

 

Du côté des enfants :

Ticoeur et Titpuce grandissent bien vite : est-il possible qu’ils grandissent plus vite en voyageant ? Si c’est le cas, je rentre tout de suite ! Chaque jours je ne me lasse pas d’observer leur complicité…

 

Comme je vous disais en introduction ce mois-ci a vraiment été le mois des rencontres avec d’autres familles donc forcément Ticoeur et Titpuce ont été très contents de se faire des nouveaux amis !

Aussi, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ils n’ont pas manqué d’aires de jeux !

Ils n’oublient pas leurs amis à Paris et leurs grands-parents : c’est toujours un plaisir de leur écrire des cartes postales, de leur faire des dessins ou de les appeler sur Skype.

A noter que depuis quelques temps Titpuce ne veut plus trop marcher… En fait elle a attrapé froid à la fin de notre voyage en Nouvelle-Zélande. Du coup, son papa l’a portée et depuis, alors qu’elle est à nouveau très en forme, elle réclame souvent l’Ergobaby. Je ne sais pas trop quoi penser. Elle n’a que 4 ans. A son âge la plupart des enfants ne font que le trajet entre la maternelle et la maison donc je ne veux pas trop lui en demander. En même temps, elle ne semble pas faire d’efforts et surtout elle marche beaucoup moins qu’avant… Qu’en pensez-vous ? Juste un petit coup de mou ? On n’insiste pas ? On encourage en douceur ? (j’ai écrit ces lignes hier soir et il se trouve qu’aujourd’hui elle a super bien marché ! Rien n’est perdu ;-)).

L’école en voyage :

On continue la « routine » journalière  :

  • Ecriture du journal. Ticoeur s’améliore. Son écriture est plus belle depuis quelques temps.
  • Exercices du cahier de mathématiques : tout lui semble facile donc pas de stress !
  • Poésie : on a choisi « Le chat et le soleil » de Maurice Carême (merci Mariode !) 
  • Nous avons trouvé qu’il était moins simple de trouver du temps pour l’école quand nous étions en campervan  car la tentation est grande de faire moins de pauses dans la journée : quand on a une « maison qui roule », on roule ! Au final, l’école c’était vers 17h alors que lorsque nous logeons en hôtel ou en B&B nous varions les plaisirs : école le matin, en début d’après-midi et/ou le soir. Il y a plus de moments calmes et posés quand on a un toit immobile !
  • Titpuce continue de peindre régulièrement et depuis peu elle souhaite qu’on lui apprenne à écrire quelques mots.

On apprend « sur le tas » :

  • Les enfants ont appris plein de choses sur la faune en Nouvelle-Zélande et en Australie : manchots, lions de mer, otaries, kangourous !
  • Ticoeur aime beaucoup lire les cartes géographiques des endroits où nous allons. Il s’intéresse aux drapeaux aussi.
  • Le mois de mars a 100% été en pays anglophones donc Ticoeur a fait de gros progrès en anglais. Il faut dire qu’il va volontiers vers les autres enfants à chaque fois que nous nous arrêtons dans une aire de jeux.
  • Titpuce n’est pas intéressée par l’anglais mais progresse en allemand en discutant avec son papa et quand elle ne connaît pas un mot en allemand, elle demande « comment je dis ça si je dois parler à Omi et Opa ? »

On envoie également des mails aux maîtresses et aux camarades de classe pour garder le contact. La maîtresse de Ticoeur répond toujours par un mail écrit par toute la classe de CP. C’est très sympa !

 

Du côté des parents :

  • Très sympa pour nous aussi de rencontrer ce mois-ci d’autres parents qui voyagent comme nous autour du Monde. Cela permet d’échanger sur nos expériences.
  • Un mois entier passé en Australie et en Nouvelle-Zélande vous savez ce que ça veut dire ? Nous avons toujours eu du bon vin ! 😉
  • Malgré le vin on a réussi a un peu faire les comptes 😉 et donc voici quelques détails sur le budget de notre voyage.
  • Une chose commence à me manquer : mes sorties ciné ! Car à Paris j’y allais une ou deux fois par semaine. Du coup je lis les super critiques de film de Carole Nipette.
  • Par contre, les tristes événements en Belgique m’ont rappelé qu’à Paris je me sentais mal avant notre départ :-(. Faut que ça cesse !

IMG_8369

Les galères : rien de bien méchant mais…

  • Les blagues de ma banque continuent : ils venaient de m’envoyer ma nouvelle carte bleue en Australie (la précédente avait été bloquée pour fraude au Vietnam) mais ils me l’ont bloquée juste après car ils trouvaient bizarre qu’il y ait des retraits d’argent en… Australie ! Retour à la case départ !
  • Il y a trois jours, en quittant Sydney, on a oublié l’iPad chez nos amis. On va tester la Poste australienne : on espère le recevoir à Melbourne !

Les rencontres :

Donc je le disais en introduction : nous avons rencontré 7 familles ce mois-ci ! 

  • Mélanie et sa famille : ils sont Canadiens, on a échangé sur Facebook et on a passé deux jours ensemble au sud des glaciers. Ils ont 3 enfants. Si vous les croisez, demandez-leur qu’ils vous parlent de leur mariage en Inde. Un truc de fous ! Merci beaucoup les amis pour votre accueil à Haast et votre bel accent ! On espère vous revoir un jour !
  • Dorothée et sa famille : ils vivent en Corée, on a échangé via Facebook et on a réussi à se croiser quelque part entre le lac Wanaka et le Milford Sound, le temps d’un pique-nique très venteux ! Ils ont 3 enfants et passaient leurs vacances en Nouvelle-Zélande. Bon retour à Séoul !
  • Laurent et sa grande famille ! (4 enfants ! 4 filles d’ailleurs !). On les a rencontrés sur le bateau au Milford Sound et forcément on a parlé voyage. J’étais épatée par leurs aventures en Amérique Centrale en campervan et puis voyager avec 4 enfants : chapeau quoi ! Voir leur blog.
  • Les Petits Voyageurs : ils sont partis pour 18 mois autour du Monde. On se suivait depuis un bout de temps sur FB et on s’est retrouvé par hasard au même moment au Mont Cook ! (C’est qui ces gens avec le même van que nous ?? ;-)). Ils sont plein d’énergie et je vous conseille de croiser leur route car ils cuisinent super bien ;-). Bises à vous Alice, Fred et à vos deux petits gars ! Bonne continuation et plein  de bonnes choses pour vos jolis projets.
  • Virginie de Ensemble Ailleurs : j’avais découvert son blog quand je cherchais des informations sur le Brésil. Nos itinéraires sont proches mais on tourne dans l’autre sens. Donc forcément on pouvait se croiser ! C’est arrivé par hasard à Timaru dans le sud de la Nouvelle-Zélande alors que nous étions tous en train de chercher sans succès des blue pengouins ! Ils font le tour du monde avec 3 enfants (décidément nous sommes des petits joueurs !). On espère les retrouver à Melbourne ! A suivre !
  • Marie-Laure et sa famille : ils vivent à Christchurch (merci Olympe de nous avoir mis en relation !). En plus, comme le monde est petit, Virginie était aussi en contact avec Marie-Laure et donc nous nous sommes tous retrouvés à Christchurch le temps d’un grand pique-nique ensoleillé ! (Délicieux ton clafoutis aux kiwis Marie-Laure !).
  • Karine, Steve et leurs trois enfants : là il ne s’agit pas d’une rencontre mais de retrouvailles. Cela faisait plus de 10 ans qu’on ne les avait pas vus ! (mais ils n’ont pas pris une ride !). Entre-temps il y a eu les enfants et puis ils sont partis s’installer à Sydney où nous sommes allés leur rendre visite : un grand merci pour votre super accueil, et ce, à quelques jours de votre déménagement ! On reviendra pour voir votre nouvelle maison 😉

Vous remarquerez au passage que nous avons surtout rencontré des familles nombreuses donc le nombre d’enfants n’est pas un frein aux grands voyages ! A bon entendeur !

rencontres_familles

On aimerait encore rencontrer de chouettes familles en avril donc on compte sur vous pour venir nous rejoindre à Bali pendant les vacances de Pâques !

Voilà pour ce petit bilan du mois de mars. A bientôt pour la suite ! Que le voyage continue !

 

Les coulisses de notre Tour du Monde en famille : déjà 2 mois !

Un deuxième mois vient de s’écouler : c’est l’occasion de vous parler des coulisses de notre Tour du Monde en famille, car au-delà des paysages et des intérêts touristiques de chaque pays il y a une expérience, un vécu, des souvenirs… (pour le récit du premier mois c’est ICI).

Au programme de février :

  • Nous avons poursuivi notre voyage en Birmanie (voir tous les détails de notre itinéraire au Myanmar).
  • Nous avons ensuite voyagé 10 jours en Australie Occidentale, dans la région de Perth où Titpuce et moi-même avons fêté nos anniversaires. Dix jours c’est évidemment très peu pour l’Australie mais nous y retournerons fin mars pour découvrir la partie qui va de Sydney à Adélaïde ainsi que le Centre Rouge.
  • Il y a une semaine nous sommes arrivés en Nouvelle-Zélande où nous avons récupéré un campervan pour un roadtrip du nord au sud du pays.

L’organisation du voyage : réservations d’hôtels, itinéraire, avions, logistique…

En arrivant en Birmanie, nous avons été obligés de changer nos habitudes d’improvisation car février est la haute saison et l’offre hôtelière est encore assez limitée (surtout pour les familles) donc nous avons passé quelques longues soirées à réserver nos hôtels et donc à travailler notre itinéraire ce qui n’était pas simple étant donné la très mauvaise connexion internet dans tout le pays.

En Australie, retour à l’improvisation : nous avons réservé notre voiture 2 jours avant d’arriver à Perth et nous avons trouvé nos hébergements (essentiellement Airbnb) entre 24h et 48h en avance. Ainsi, nous avons avancé à notre rythme et nous pouvions choisir nos étapes plus librement… ça nous a fait des vacances 😉

En Nouvelle-Zélande, comme nous sommes en campervan cela laisse beaucoup de liberté sur l’itinéraire. Il y a de très nombreuses possibilités pour passer la nuit dans un cadre naturel de rêve. Côté organisation, nous avons quand même pris nos billets pour le ferry (entre l’île du Nord et l’île du Sud) dès notre arrivée et pour certaines visites il vaut mieux réserver car c’est la haute saison (par exemple Hobbiton). Pour le reste, on construit au fur et mesure et merci à tous ceux qui nous laissent des conseils sur Facebook !

IMG_8619

Enfin, en terme d’organisation pour la suite du voyage, nous avons réfléchi à un itinéraire en Australie et nous avons réservé hier une voiture de location (pour Sydney-Melbourne) et un campervan pour le Centre Rouge. Nous serons donc en Australie pendant un mois du 21 mars au 22 avril. Et après l’Australie ?…

Suite de l’article

Les coulisses de notre Tour du Monde en famille : déjà 1 mois !

Je me suis dit que cela pourrait être intéressant de vous parler du quotidien de notre Tour du Monde avec enfants, de vous raconter comment se passe notre grand voyage avec Ticoeur et Titpuce, vous donner mes impressions au fil de l’eau… Je vais donc essayer de faire un « mini-bilan » à chaque fin de mois pour vous montrer autre chose que les jolis paysages que nous traversons. En quelque sorte pour vous dévoiler les coulisses de notre Tour du Monde en famille !

Un mois s’est écoulé : nous avons commencé par le Vietnam et nous sommes actuellement en Birmanie – Pour l’instant on pourrait dire que notre voyage ressemble à de grandes vacances mais il y a quand même quelques différences liées au mode « Tour du Monde » :

L’organisation du voyage : réservations d’hôtels, itinéraire, avions, logistique…

D’habitude, pour deux semaines de vacances à l’étranger, je prépare notre itinéraire et je réserve quasi tous les hôtels. Mais pour un voyage de plusieurs mois, réserver tout en avance serait un travail énorme et puis nous avons envie d’improviser, de pouvoir rester plus ou moins longtemps à un endroit selon nos coups de cœur. Au Vietnam (notre premier étape), nous avons géré nos réservations d’hébergements avec deux jours d’anticipation (sans aucun soucis) et nous faisions notre programme de visites et d’activités la veille pour le lendemain, parfois même le matin au petit-déjeuner ! Par contre, à notre arrivée en Birmanie, il a fallu s’organiser davantage : en effet, il y a peu d’hébergements par rapport à la demande croissante (le tourisme nous semble en plein boom dans ce pays) du coup, nous avons eu des soucis les premiers jours pour trouver une chambre d’hôtel décente. Très vite, nous nous sommes donc mis à réserver quasiment l’ensemble de nos nuitées et donc à prévoir précisément notre itinéraire ce que nous aurions aimé éviter mais bon… On s’adapte !

Donc pas de règles mais on essaye au maximum de rester libres et de gérer notre programme, notre voyage, nos hébergements selon nos envies. Pour notre prochaine destination (Perth et ses environs en Australie) nous réfléchissons aux étapes qui nous semblent incontournables et nous allons louer une voiture pour plus de liberté. Pour l’hébergement, je pense que nous verrons au fur et à mesure.

Pour les avions, je vous rappelle que nous avons nos vols jusqu’à l’Australie et que nous allons prochainement réfléchir à la suite de notre itinéraire pour ne pas payer les billets trop chers. Bientôt je vous dirai donc quelles destinations nous prévoyons à partir de mai !

Dernier point d’organisation : comme pour tout voyage au long cours, il faut gérer ses lessives (je rappelle que nous avons peu de bagages donc il faut faire laver notre linge tous les 10 jours environ… ). Nous donnons notre linge dans les hôtels ou chambres d’hôte où nous allons… Au passage, il y a toujours une chaussette de perdue évidemment !

Du côté des enfants :

Je fonds complètement à chaque fois que j’observe la complicité frère-sœur qui existe entre Ticoeur et Titpuce. J’ai déjà l’impression que ce mois de voyage a renforcé leurs liens. Ils jouent beaucoup ensemble et s’inventent des histoires. Il y a aussi des instants de chamaillerie : quand il reste un seul biscuit et qu’il faut partager ou quand ils ne sont pas d’accord sur le choix d’un jeu de société ou d’un dessin animé… Bref ce sont des enfants !

Voyager avec ses enfants, surtout pendant de longs mois c’est aussi laisser de la place à ce qu’ils aiment : jouer dans un square, se perdre dans un labyrinthe, faire de la balançoire, faire un tour de bateau-tamponneur, jouer à Dobble Kids ou encore regarder « Le Tour du Monde en 80 jours » certains soirs avant de dormir… C’est leur quotidien, leurs habitudes et forcément les attentes des enfants ne sont pas à 100% sur l’intérêt touristique et culturel d’une destination. Pour nous, c’est l’occasion de faire des pauses, de discuter avec des locaux, de découvrir d’autres aspects du voyage…

Je vois Ticoeur et Titpuce grandir de jour en jour et je suis ravie de constater tout ce qu’ils apprennent en voyage et à quel point ils s’adaptent facilement à cette nouvelle aventure :

  • Ils sont super patients et sages pendant les longs trajets en bus (nous avons fait des trajets de 7h à 8h en Birmanie) et c’est passé sans aucun soucis, sans même la question « mais quand est-ce qu’on arrive ? ». On joue, on chante, on regarde les clips de karaoké qui passent dans le bus, on fait des Pictionnary sur l’ardoise et on travaille un peu (dictée, calcul…).
  • Titpuce gère ses peurs : elle hurlait quand elle voyait chats ou chiens. Maintenant, elle évite les chiens en silence et elle commence à carrément aimer les chats 😉
  • Ticoeur et Titpuce veulent toujours les traductions en allemand et en anglais de ce que je dis en français… Ils vont assurer du côté des langues !
  • Titpuce a définitivement abandonné sa tétine en journée.

 complicite

 

 

L’école en voyage :

C’est la première fois que « je fais l’école » et tout se passe bien (pourtant, je ne voulais pas être maîtresse quand j’étais petite… Je voulais être journaliste reporter ;-)). Mais disons que le niveau CP est à ma portée et mon Ticoeur a très envie de travailler donc aucun soucis de motivation. Tous les jours nous faisons de l’écriture (sauf le week-end bien sûr !) : il tient un petit journal de bord et résume sa journée en deux phrases. Il fait des exercices de mathématiques et enfin il lit de petits livres. Nous travaillons le matin et/ou le soir à l’hôtel ou encore dans un salon de thé dans l’après-midi. Nous avons même étudié en bateau sur le Mékong ! Mais ce n’est pas tout. En dehors de ces moments où nous sommes assis avec les cahiers, livres et stylos (maximum 1h dans une journée), pendant les trajets nous travaillons également : nous faisons du calcul mental, des petits problèmes et nous épelons des mots. A chaque fois je m’inspire du contexte : « une femme veut acheter un kilo de riz. Le kilo coûte 2$, combien coûtent 5 kilos ? »… On travaille aussi sur l’heure, le décalage horaire et le calcul de la monnaie. Titpuce dessine, colorie et peint pendant ce temps-là et elle demande aussi à écrire car elle imite son grand frère évidemment !

ecole_voyage

Du côté des parents :

Nous avions déjà fait un Tour du Monde en amoureux, sans enfants donc nous voyons la différence. Cela prend plus d’énergie, il faut davantage de patience et il faut adapter le programme. Mais en même temps la version avec enfants nous plaît totalement : ce voyage resserre nos liens et nous offre la chance de profiter de nos enfants à 100%. Les petits coups de mou ?

  • Parfois j’ai l’impression qu’on passe notre temps à emmener l’un ou l’autre aux toilettes 😉
  • Quand on aimerait apprécier un coucher de soleil en silence on oublie et on écoute les enfants chanter ou bavarder 😉
  • On serait pas contre un p’tit dîner en tête à tête mais ça attendra Paris !

Et sinon ?

  • Avec tout le vélo qu’on fait en portant les enfants, on élimine et on renforce les muscles, le tout en gardant le sourire !
  • On a bien dû perdre 2 kilos (entre le vélo et le régime plus équilibré en Asie…)
  • Je fais mes débuts avec la Go Pro. C’est du boulot ! Mais j’ai 2 super petits assistants 😉
  • Après 21h c’est l’heure pour le blog, les réseaux sociaux et le boulot (et oui, je travaille un peu quand même !).

goPro

 

Internet :

Quand je pense à mes premiers voyages à l’autre bout du monde quand j’avais 20 ans, les temps ont bien changé ! A l’époque je dépensais une fortune en pièces de monnaie pour appeler mes parents une fois de temps en temps et rapidement dire que tout allait bien. De nos jours, avec internet et le wifi c’est quand même facile pour garder le contact et c’est un gros avantage. Nous avons appelé les grands-parents de Ticoeur et Titpuce mais aussi une camarade de classe de Ticoeur (c’était amusant d’écouter leur conversation ;-)). En plus, le Vietnam est un pays très connecté donc nous avons pu donner des nouvelles tous les jours. (Peut-être étions-nous trop connectés même !). En Birmanie c’est l’inverse ! Le wifi fonctionne très mal, parfois pas du tout :-(.

Les galères :

Là ça peut arriver quelque soit le type de voyage mais j’avoue qu’on commence assez fort. Rien de grave car côté santé tout va bien et c’est l’essentiel mais mon chéri et moi avons été victimes de fraude au moment où nous avons retiré de l’argent d’un distributeur à Hanoi. Cela aurait pu arriver en France… Nous n’avons juste pas eu de chance. Quelqu’un a dû placer un lecteur dans le distributeur et a donc récupéré nos numéros de carte bancaire. Ensuite, des dépenses ont été faites aux Etats-Unis avec nos CBs. Notre banque a trouvé ces dépenses suspectes (puisque nous sommes au Vietnam) et nous a donc prévenus. Pour le coup, je les ai trouvé efficaces car je n’aurais pas vu des débits de 10€. Pour mon mari, c’est une autre histoire puisque la fraude se monte à 700€ ! Heureusement la banque nous a dit que nous serons remboursés (ouf !). Mais le gros soucis à court terme c’est que nous avons perdu deux cartes bleues ! Comme faire ? HSBC devait nous envoyer un nouvelle carte à Rangoon sauf qu’il n’y a pas de banque HSBC en Birmanie ! (Là le service client nous a raconté n’importe quoi !!). Bref, on retente un envoi pour l’Australie (dans 10 jours). Croisons les doigts.

Moralité de l’histoire et conseil : je pense qu’il ne faut pas que les deux personnes d’un couple retirent de l’argent dans le même distributeur. Pour l’instant on reste positifs. Si on rate notre CB en Australie ça deviendra compliqué ! Au passage, j’ai explosé mon forfait téléphonique pour appeler ma banque :-(.

Comme nous sommes partis de Paris sans avoir fini notre « to-do list », nous avons dû gérer des lettres de procuration à distance, la résiliation de notre assurance logement et l’activation de notre transfert de courrier. Il y a eu pas mal d’allers-retours de mails mais globalement on a pu tout faire…

Enfin (et j’en aurai fini avec les petits/moyennes galères), le trackpad de mon ordi m’a lâchée ! Au bout d’un an ça craint je trouve ! Heureusement j’ai trouvé une petite souris « made in China » à 3€ donc j’espère qu’elle tiendra !

Sinon rien à signaler et la santé est au rendez-vous donc tout va bien !

Le petit « craquage du mois » :

Après 30 jours à manger des plats à base de riz ou de nouilles nous avions envie d’autre chose donc nous avons craqué hier pour une pizza au feu de bois, des pancakes et des burgers maison !

Les rencontres :

Un objectif essentiel de notre tour du Monde est de faire de belles rencontres. Sur ce point notre voyage a super bien commencé :

  • Il y a eu Hoa et sa famille près de Hoi An au Vietnam : l’occasion de voir comment vit une famille vietnamienne au quotidien.
  • Il y a eu une lectrice : Daphnée et sa petite famille à Ho Chi Minh (merci à tous les 3 pour le super accueil !)
  • Il y a eu une amie d’enfance que j’ai croisée à Rangoon
  • Et hier soir encore il y a eu un couple de blogueurs voyageurs (Jeanne et Florian : The Globetroopers) que nous avons croisés à Bagan !

Nous espérons qu’il y aura encore tout plein de belles rencontres : c’est toujours un plaisir d’échanger avec les autres : des locaux, des expats, des voyageurs, des familles… Cela fait partie de la richesse du voyage et c’est une richesse que nous voulons faire découvrir à nos enfants !

rencontrres

Voilà pour ce mini point au bout d’un mois. Si vous avez d’autres questions pour moi, n’hésitez pas à me les poser en commentaire et je tenterai d’y répondre. L’objectif est de vous montrer aussi notre quotidien et pas seulement les beaux pays que nous traversons !

Je vous rappelle que sur Instagram et Twitter vous pouvez nous suivre avec le hashtag #MamanVoyageWT2016

A bientôt pour la suite ! Que le voyage continue !

 

Visiter Hoi An

Notre coup de cœur pour Hoi An, Vietnam

Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que nous avons eu un gros coup de cœur pour Hoi An, ville située au centre du Vietnam. C’était notre première grande étape dans le pays. Nous y avons passé 5 jours et nous sommes totalement tombés sous le charme. J’aimerais donc vous donner tous les détails pratiques pour visiter cette ville et ses environs et je vous conseille vivement d’y aller. Une ville adaptée à un voyage avec enfants !

Un coup de cœur pour Hoi An pourquoi ?

La vieille ville de Hoi An est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et c’est bien mérité. On y trouve d’anciennes demeures chinoises absolument superbes, des maisons coloniales dans le quartier français et le célèbre Pont Japonais… Tout le centre est fermé aux voitures et motos donc on y circule à pied et à vélo. C’est pratique avec les enfants (pas le stress de la circulation !) et très agréable malgré la foule à certaines heures. Et ce n’est pas tout… Hoi An rime avec lanternes. C’est un artisanat de la région. En journée c’est déjà très beau mais la nuit avec toutes ces lanternes éclairées au bord de la rivière Thu Bon c’est juste féérique. Ticoeur et Titpuce ont été fascinés par ces illuminations.

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

coup de cœur pour Hoi An

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

Visiter Hoi An

Hoi An « trop touristique » ?

C’est le reproche qui est souvent fait à Hoi An mais en même temps il est normal que de nombreux touristes viennent voir cette perle du Vietnam. Je dirais que c’est un partout pareil, non ?… Et donc oui il y a des boutiques design et des cafés un peu trop trendy mais au moins tout est joliment fait et cela n’enlève rien au charme des bâtiments historiques de la ville. La foule à certains moment de la journée c’est sans doute le plus gênant donc nous y allions de préférence tôt le matin pour les visites et nous y retournions le soir pour dîner et voir les lanternes. Après, en dehors des deux rues principales il y a des rues moins fréquentées. Donc c’est touristique mais c’est beau quand même et absolument incontournable je trouve. Pour plus d’authenticité, il suffit de se balader dans les envions à vélo (voir plus bas) mais les visites des temples et des maisons chinoises c’est forcément dans le centre.

coup de cœur pour Hoi An

Que voir à Hoi An ?

On achète un pass pour la visite de 5 sites de la ville (prix : 120 000 VND soit environ 5€ – gratuit pour nos enfants). Là où on n’avait rien compris c’est qu’il n’y a pas que 5 sites payants dans Hoi An donc il faut bien choisir ! Nous avons fait n’importe quoi le premier jour et nous sommes rentrés dans les 5 premiers bâtiments que nous avons croisés. Du coup nous avons racheté une 2iè carte le lendemain en choisissant plus soigneusement les lieux qui nous intéressaient. Ainsi nous avons fait 10 visites. Toutes les visites sont assez rapides donc c’est parfait pour les enfants (en plus Ticoeur et Titpuce aiment les temples, les bouddhas, les jardins avec les petits poissons…). Parmi les sites que nous avons vus, je vous conseille les suivants :

Suite de l’article

Pensées juste avant le départ

Voilà, nous y sommes. Dans quelques minutes l’avion décollera en direction du Vietnam et nous portera vers de longues, grandes et belles aventures en famille. Je crois que je commence à réaliser. Un peu en tout cas. En ce 1er janvier très symbolique pour nous, les enfants se sont réveillés tout plein d’entrain en sautillant de partout : « C’est aujourd’hui qu’on part faire le Tour du Monde maman ! ». La bonne humeur de Titpuce m’a donné le sourire. Car si Ticoeur a été enthousiaste pendant toutes les étapes de nos préparatifs, Titpuce me semblait un peu perdue ces derniers jours, surtout depuis le déménagement. Bonne année mes enfants, mes amours. Je vous promets qu’elle sera exceptionnelle.

Mes pensées sont déjà un peu au Vietnam où je ne suis pas retournée depuis 10 ans

« Quelle chance ! », nous dit-on. Clairement, je réalise la chance que nous avons d’être ensemble et en pleine santé. Une chance énorme, essentielle. On ne se sait pas de quoi sera fait demain alors il faut profiter d’aujourd’hui sans hésiter. J’ai le cœur serré en pensant à ceux qui ne peuvent pas ou à ceux qui nous ont quittés. Je compte bien honorer notre chance. Je n’aurai pas de regrets. Nous allons vivre pleinement.

Mais la chance ne suffit pas…

« Il faut du courage », nous disent d’autres. C’est vrai : nous avons pris des décisions et fait des compromis qui n’étaient pas forcément évidents. Côté boulot et côté confort il a fallu renoncer à certaines choses. On a tous des rêves. Certains sont heureusement réalisables mais encore faut-il l’énergie pour tout faire basculer dans la réalité, pour changer le quotidien, pour créer une dynamique qui rend les projets possibles… Et il faut faire des concessions car on ne peut pas tout avoir, alors il faut choisir. Quand j’ai quitté il y a un an la grande entreprise où je travaillais, une page s’est tournée. J’ai aussi compris où étaient mes priorités. Pour partir, nous avons mis au placard quelques ambitions professionnelles, décidé de vider une grande partie de nos économies, quitté notre agréable et confortable quotidien, tout rangé dans des cartons et nous voilà prêts à affronter l’inconnu, l’inconnu pendant le voyage et l’inconnu encore plus vaste du « après ». Ne pas avoir peur. Voilà où est le courage. Mais il ne faut pas le surestimer non plus. A l’origine, le mot « courage » se dit de ce qui est entrepris avec le cœur. C’est bien ce que nous faisons, sans nul doute et cela nous donne des ailes. Nous suivons ainsi notre cœur, une envie, plus que ça même : un besoin.

Le besoin de voyager. Mais pourquoi souhaitons-nous partir en Tour du Monde avec nos enfants ? Le Tour du Monde n’est pas un objectif en soi. J’aime voyager depuis toujours. Je crois que personnellement j’aime le mouvement que j’associe à la vie. Paradoxalement c’est en mouvement que je me sens vraiment posée (à méditer). Avec les enfants une nouvelle dimension s’est rajoutée : voyager avec eux pendant huit mois cela veut dire profiter d’eux comme jamais il n’est possible de le faire au quotidien. En voyageant ensemble on se retrouve, on resserre les liens, Nous allons voir Ticoeur et Titpuce grandir 24h sur 24h. Nous serons fatigués par moment, je n’en doute pas mais je ne passerai pas à côté d’eux, de leur enfance, de leurs émerveillements. Je ne veux pas en rater une miette. Voyage ou pas, tous les jours je suis là pour eux mais pendant notre Tour du Monde nous allons vivre une parenthèse privilégiée dans un espace-temps dédié à notre petite famille. Nous allons tous les quatre ouvrir grands les yeux sur le monde mais aussi sur chacun d’entre nous. Dans quelques années, Titpuce ne se souviendra peut-être pas de ce voyage et tout sera bien flou pour Ticoeur mais voyager avec ses enfants ce n’est pas pour créer un film de souvenirs indélébiles.

Les souvenirs. Voyager c’est vivre sur le moment une expérience qui nous change, une expérience qui laisse son empreinte en nous, au-delà des souvenirs conscients aussi précieux soient-ils. Voyager seul, à deux ou en famille ouvre un chemin intérieur qui ne s’effacera pas avec le temps. Le voyage ne se limite donc pas aux souvenirs ni aux images qu’il nous en reste même si je les chéris ces souvenirs et ces images. Pour les enfants, c’est la même chose : ils ne se nourrissent pas uniquement de souvenirs. Voyager offre à Ticoeur et Titpuce une ouverture d’esprit, un intérêt pour les différences, une grande curiosité, une façon d’être, une complicité entre eux… Et par dessus tout, les enfants se nourrissent de l’amour et de l’attention de leurs parents. Nul besoin de voyager pour cela mais partir nous rend beaucoup plus disponibles pour eux car plus libres.

La liberté. Le quotidien a cette fâcheuse tendance à vouloir nous happer tandis que le voyage nous rend notre liberté. Bien sûr, en tant que parents nous trouvons tous des moyens pour profiter de nos enfants même dans le tourbillon de nos journées mais voilà, en voyage c’est plus simple car nous avons beaucoup moins de contraintes. Nous sommes présents aux côtés des enfants, beaucoup plus disponibles et personnellement plus zen car voyager avec mes enfants est rassurant.

Rassurant ? Oui, car la maman angoissée que je suis ne sera pas tout le temps en train de se demander si les enfants vont bien. Au quotidien, je m’inquiète toujours que quelque chose leur arrive à l’école, au parc ou dans la rue. La proximité et la connaissance de l’environnement ne me rassurent pas particulièrement. Certains s’inquiètent qu’il nous arrive quelque chose en voyage. Pourquoi ? Parce que la distance et l’inconnu font peur. C’est naturel mais pas rationnel. Nous avons tous besoin d’une petite fée ou d’une bonne étoile au-dessus de nos têtes, où que nous soyons à l’autre bout du monde comme à la maison. Nous serons prudents bien sûr alors ne vous inquiétez pas. Je suis sereine, très sereine alors j’espère que nos amis et nos familles aussi. Car finalement, quand on y pense, la distance et l’inconnu ne sont que deux concepts relatifs et éphémères qui s’évanouissent un peu plus à chacun de nos pas…

Je vous souhaite donc à tous d’avancer sur de beaux chemins de vie. Que 2016 soit une heureuse année pleine d’amour, de santé et d’évasion. Un grand merci à tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent et nous inspirent… Que le Voyage continue !