Ainsi s’achève l’année de notre Tour du Monde…

Clairement 2016 va rester une année mémorable dans l’histoire de notre petite famille. 2016 est l’année de notre Tour du Monde, ce grand voyage qui nous a tant apporté et tant rapprochés. En 2016, nous avons profité d’un interminable et merveilleux été, en commençant par l’Asie, puis l’Océanie avant de boucler par l’Amérique Latine. Mais ça ce n’était que le décor. Je ne le répèterai jamais assez : peu importe les destinations, c’est d’entreprendre et de vivre un tel grand voyage avec les enfants qui nous a empli de bonheur.

Après huit mois sur les routes, notre dernier trimestre a été consacré à notre réinstallation et ré-acclimatation. Et en cette fin d’année, je voulais partager avec vous quelques réflexions en vrac.

Autour du monde, le temps est passé trop vite…

Tout d’abord, je reçois souvent des messages de parents désireux de se lancer dans un tour du monde en famille et la question qui revient le plus souvent est si nous n’avons pas trouvé le temps trop long. Je peux vous assurer une chose : non seulement nos huit mois autour du Monde me donnent l’impression d’être passés à folle allure mais en plus, après seulement trois mois à Paris, j’ai l’impression que toutes nos aventures ont eu lieu il y a bien longtemps, il y a bien trop longtemps, presque dans une autre vie ! Alors, non, je ne m’inquièterais pas pour la durée d’un tour du monde en famille. Que vous partiez 4, 6, 8, 12 mois ou plus, dans tous les cas, je pense que vous comprendrez à quel point en tournant autour de notre planète vous allez hélas accélérer le temps, avec heureusement une grande consolation : le temps ainsi trop vite passé sera tout de même plus intense, d’une intensité incroyable qui vous comblera d’une grande richesse en terme d’expériences.

 

Ticoeur gardien de précieux détails et souvenirs de notre voyage…

Évidemment, étant donné l’âge de nos petits chéris, tout ce que nous avons vécu ne restera pas gravé indéfiniment dans leurs mémoires. Là encore, je me répète mais qu’importe ? Ce qu’ils ont vécu restera gravé en eux d’une autre façon, encore plus forte que via la mémoire. Ils sont ce qu’ils sont aussi grâce à ce voyage. Et ça ils le resteront. Mais, à court terme, celui qui a le plus de souvenirs précis de nos aventures c’est Ticoeur ! Il est capable de se rappeler des détails qui pour le coup ont complètement déserté nos mémoires d’adultes. Ainsi, vous pouvez lui demander où nous avons mangé une fondue pour la dernière fois (au bord du Mékong au Vietnam !) ; il peut vous dire la couleur du sable sur telle plage à Bali, le nom d’un hôtel, dans quel désert il a vu quel animal, ou encore la marque de notre camping-car. Il se souvient avec précision de notre itinéraire et peut dessiner les contours des pays que nous avons visités.

Les expériences plutôt que les jouets : deux enfants très raisonnables à Noël.

Avant de voyager je n’étais pas très matérialiste mais ce voyage m’a rendue encore plus sensible à l’inutilité de certaines choses. J’ai aimé de nombreux aspects de notre retour à Paris car notre Capitale est si belle et si active culturellement mais, au début, j’ai ressenti un vrai dégoût face aux nombreux magasins et face à toutes ces personnes chargées de sacs (après le choc des premières semaines, ça va mieux et j’ai même fait un peu de shopping !). Finalement, en trouvant le juste équilibre je survis ;-). Je vais donc vous épargner mes « nausées consuméristes » pour en venir au fait : j’ai été très touchée quand Ticoeur et Titpuce écrivant au Père-Noël n’ont émis que deux souhaits chacun alors que nous n’avions rien dit au départ. Nous avons osé lancer un « c’est tout ? » et leurs petites têtes ont acquiescé. Nous avons attendu plusieurs semaines avant d’envoyer la lettre au Père-Noël pour être certains qu’ils ne voudraient rien rajouter. Mais non rien. Alors nous leur avons dit qu’en plus de leurs souhaits, le Père-Noël leur apporterait quelques surprises car ils avaient été bien sages. Ticoeur a alors répondu « oui mais pas trop sinon, il n’y aura pas assez de jouets pour tous les enfants ! ». Une telle réponse était un beau cadeau en soi, non ? La magie de Noël opère même sans montagnes de jouets car la magie de Noël c’est aussi l’ambiance, le sapin, la famille et les journées à rire, s’amuser et inventer !

Pour la petite histoire, même si leur liste de souhaits était bien courte, ils y ont réfléchi pendant tout notre voyage ! Je ne compte pas toutes les fois, où nous les avons entendus parler de Noël lors de nos nombreux trajets. Bref, peu de souhaits mais des souhaits très réfléchis ! C’était trop chou leurs bavardages sur Noël et je pense essentiel, comme un repère.

Une maman pas très efficace en « post-production » ;-)…

Je m’étais dit qu’à notre retour :

  • J’écrirai des dizaines d’articles sur les endroits dont je ne vous ai pas encore parlé
  • Je monterai des dizaines de films avec les centaines d’heures de rush que j’ai filmés tout au long de notre voyage avec ma Go Pro,
  • Je sélectionnerai les plus beaux clichés et ferai imprimer un livre-photos de notre Tour du Monde. Pourquoi ne pas organiser une petite expo ?
  • Je mettrai  de l’ordre dans mes petites notes papier et publierai un livre…

Autant dire que j’avais un programme chargé pour le retour mais que je n’ai rien fait ! Ah si, j’ai créé une playlist des chansons qui ont marqué notre voyage… On dira que c’est un début…

Mais pourquoi n’ai-je pas avancé sur les autres projets ? Parce qu’il me semble que revivre de bons moments demande bien plus d’énergie que les vivre en direct. Donc une fois de plus, je vous invite à vivre au présent avec toute l’énergie que le présent nous offre généreusement. Ce que nous prévoyons de faire demain risque d’être remis au surlendemain ;-). Cela dit, je sais que le moment venu, c’est avec plaisir que je me replongerai dans nos photos, nos films et mes notes. Je vais juste me permettre d’attendre l’inspiration…

Quels projets voyages pour 2017 ?

Forcément, 2016 a mis la barre un peu haut mais nous profiterons de chaque occasion possible pour partir, même si ce n’est pas longtemps. L’essentiel sera de savourer chaque instant en famille, que ce soit en week-end ou pendant les vacances scolaires. Prochaine étape ? Barcelone, pour une semaine en février et j’ai bien hâte !

Joyeuses fêtes à tous et que de beaux voyages en famille viennent vous apporter tout le bonheur du Monde !

Les coulisses de notre tour du monde en famille : 8 mois, le clap de fin !

Et voilà, il est arrivé bien vite notre 8iè mois de voyage !  Nous avons l’impression d’être partis hier et en même temps, nous avons vu tellement de choses, nous avons vécu tant de bons moments dans tous les pays sur notre passage, que forcément il a bien fallu du temps pour faire tout ça !

Nous venons donc de rentrer. « Papa Voyage » a déjà repris le travail ; moi je suis dans les cartons et les enfants passent leur temps à enfiler tous les déguisements qui leur avaient manqué ! C’est donc entourée d’une fée rose et d’un chevalier bleu que je déballe les valises :-).

Dernier trajet de notre itinéraire…

Avant de vous parler de notre retour plus en détails à travers un « questions/réponses » que je suis en train de préparer, voici tout d’abord les coulisses de ce 8iè mois de Tour du Monde en famille, 8iè mois que nous avons passé en Europe, d’abord dans le sud de la France entre Aix-en-Provence et Antibes puis en Allemagne, au sud dans la région de Stuttgart et au nord au bord de la Baltique. A chaque fois, il s’agissait d’un retour à nos racines…

Du côté des enfants :

Titpuce a pu renforcer son allemand. Je l’ai même entendue parler allemand toute seule en jouant à la poupée. Il lui arrive aussi de parler en allemand à son frère, ce qu’elle ne faisait jamais auparavant.

Les enfants ont continué leur collection de coquillages et nous ramenons donc dans nos valises un petit sac avec une dizaine de coquillages de chaque endroit où nous sommes allés… Comme quoi : on voyage très léger mais il y a des priorités ;-).

Ticoeur nage vraiment de mieux en mieux et adore ça mais il veut soit masque et tuba sans aucun flotteur, soit la tête hors de l’eau avec flotteur… Quant à Titpuce, depuis Bali (où elle était à l’aise) elle n’a fait que retrouver sa peur de plus en plus grande chaque jour. J’ai du mal à comprendre les pas en arrière. Maintenant elle veut bouée+tenir maman… Mais bon, on y va en douceur et j’ai déjà prévu que nous irons souvent à la piscine dans les prochains mois.

L’autre chose certaine à propos des enfants c’est qu’ils ont vraiment grandi ! En tout cas d’après tous les messages que vous m’avez laissés pour me le dire ;-).

suite

Du côté des parents : 9 ans de mariage !

Si nos 8 mois de voyage ont filé à toute allure alors que dire de ces 9 dernières années ? Je ne dirais pas que j’ai l’impression que c’était hier car dans mon passé proche je me vois avec mes enfants ; la période « avant d’être maman » me semble une autre période, ni proche, ni éloignée mais différente. Mais globalement : oui, ces 9 années sont passées très vite ! Et l’équation 9 ans = 2 enfants + 2 tours du monde me paraît déjà pas mal non ?

Car en effet, il y a 8 ans exactement nous sommes rentrés de notre premier « tour du monde » – c’était notre voyage de noces… Il faudra que je vous parle des ressemblances et différences entre un Tour du Monde en amoureux et un Tour du Monde en famille. Dans les deux cas, les mêmes motivations : non pas celle de faire le Tour du Monde pour faire le Tour du Monde mais l’envie et la folie de réaliser nos rêves, le plaisir de voyager comme on aime et surtout de partager des expériences qui nous font grandir ensemble et chacun de nous… Les grandes paroles c’est bien mais un anniversaire de mariage ça se fête et donc nous avons dîné en tête à tête (merci Omi et Opa pour le babysitting) dans un super resto étoilé en Allemagne. Un repas parfait, plus proche de la cuisine française que de la cuisine allemande d’ailleurs…mais chut ;-).

Les retrouvailles avec nos familles : 

En août, nous avons revu mon grand-père, ma belle-famille et même une amie qui est venue nous voir en Allemagne avec son camping-car ! (à cause d’elle, les enfants réclament le prochain roadtrip en campervan !). A Paris, nous commençons à revoir quelques amis, au compte goutte pour l’instant car il nous faut le temps « d’attérir ». Cela fait toujours bizarre les retrouvailles après de longs mois. On ne sait pas vraiment par où commencer pour tout se raconter et au final on se raconte peut-être encore moins de choses que d’habitude… Il va donc aussi nous falloir du temps pour être à jour de tout ce que nous avons loupé !

P5251588

***

Je vous raconte très vite les détails du retour : les réactions des enfants, le vécu des parents et notre réinstallation. Je peux déjà vous dire qu’il ne faut pas s’inquiéter : le retour n’est pas un choc mais juste une étape naturelle… Oui, cela nous fait quelque chose de rentrer ; oui c’est un changement mais nous avons l’habitude de partir et l’habitude de revenir.

Et puis les voyages c’est pas terminé bein sûr ! Il ne me faut que 10 minutes pour refaire nos valises ;-).

 

 

Les coulisses de notre tour du monde en famille : 7 mois !

Les grands moments de notre 7iè mois de voyage en famille autour du monde ? Il y a d’abord eu la fin de notre étape au Brésil (voir article sur Ilha Grande et sur Rio) ; puis, courant juillet, il y a eu le retour en Europe ; pas le retour à la maison ! Certains me disent « alors comme ça le voyage est terminé ? » mais non, pas du tout : on ne rentrera à Paris que fin août pour reprendre le chemin du travail, puis de l’école en septembre. En attendant, la thématique pour nos dernières semaines de Tour du Monde c’est un Tour d’Europe de nos familles, sur les terres de nos racines. Ainsi, en juillet, après le Brésil, nous avons enchaîné avec la Sardaigne, la Sicile et Aix-en-Provence. En août, il y aura la Côte d’Azur et l’Allemagne.

Du côté des enfants : pas d’école mais plein d’activités et une Titpuce bilingue !

En juillet vive les vacances ! Cela dit, comme Ticoeur et Titpuce sont très demandeurs, ils aiment s’occuper avec des cahiers d’activités. Ticoeur lit de plus en plus d’histoires à sa petite soeur et Titpuce continue son élan artistique avec des peintures de plus en plus grandes et de plus en plus belles. Ma puce a vraiment un goût pour les couleurs et pour le détail. Notre passage en Sicile lui a particulièrement plu car dans ma famille il y a plusieurs artistes donc elle a pu avoir tout le matériel qu’elle voulait et l’attention de spécialistes qui se sont fait un plaisir de l’aider (merci surtout à ma chère cousine Gemma !).

La grosse et belle surprise du mois c’est Titpuce qui est « officiellement » bilingue ! Dès qu’elle a revu ses grands-parents paternels, elle a tout de suite parlé couramment allemand ! Or, s’il est vrai que nous étions certains qu’elle comprenait tout depuis longtemps, c’est la première fois qu’elle parle avec tant de facilité et de fluidité. Pendant les 7 derniers mois, elle a eu l’occasion d’entendre tous les jours son papa lui parler allemand. Souvent elle lui répondait en français. Mais elle a emmagasiné tout le vocabulaire et voilà que ça porte ses fruits ! Bravo ma puce !

IMG_1635
Côté natation, Ticoeur nage toujours très bien mais jamais sans son masque et son tuba. Quant à Titpuce qui a si peur de la mer, tout s’est arrangé en Méditerranée où nous avons trouvé des eaux très calmes en Sardaigne, comme par exemple, sur cette plage :

Du côté des parents : notre première sortie en amoureux en 7 mois !

Je vous l’ai déjà dit : mon chéri et moi nous avons une habitude à Paris, celle de sortir une fois par mois en amoureux, généralement pour un dîner aux chandelles. Ce petit tête-à-tête mensuel nous manque pendant notre voyage. Ce n’est pas grand chose un soir par mois mais c’est très important. Passer 24h/24 avec nos enfants je trouve ça super mais passer 24h/24 avec eux en se ménageant une soirée de libre par mois, ce serait l’idéal ! Bref, tout ça pour dire qu’hier (oui c’est tout récent !) c’est la première fois que nous sommes sortis en amoureux pendant que Ticoeur et Titpuce sont restés à la maison avec mon grand-père à Aix-en-Provence. Quelle sortie en amoureux avons-nous choisie ? Une rando au sommet de la Sainte-Victoire ! Cela peut vous paraître étrange mais nous aimons tellement la rando et la nature que pour nous c’était juste la sortie idéale dont nous avions envie. Alors, oui, c’est vrai que pendant nos séjours en Asie, en Océanie et en Amérique Latine nous avons souvent eu l’occasion de partir en randonnée et il est vrai que nos chéris ont suivi comme des chefs pendant de longues randos parfois difficiles (comme le King’s Canyon en Australie) mais le truc c’est que marcher au rythme des enfants c’est la concession parentale qu’il faut faire et qui est un peu difficile pour les grands marcheurs que nous sommes.

A la Sainte-Victoire 

Les retrouvailles avec nos familles : 

De janvier à mai, nous avions eu l’occasion de croiser des familles de voyageurs (francophones) et c’était très sympa pour les enfants. Puis, à partir de juin, nous n’avons plus croisé personne (en Argentine et au Brésil). En juillet, nous avons enchaîné les retrouvailles avec nos propres familles, pour le plus grand bonheur de Ticoeur et Titpuce qui ont ainsi revu tous leurs grands-parents et même leur arrière-grand-père ! Pendant notre séjour en Sardaigne, c’est la famille d’Allemagne qui est venue nous rejoindre ; puis, en Sicile, nous sommes allés dans ma famille côté paternel et en ce moment, à Aix, dans ma famille maternelle.

A tous ceux qui envisagent un tour du monde avec les enfants, je trouve que l’idéal c’est si les grands-parents peuvent vous rejoindre sur le parcours, surtout en milieu de voyage. Heureusement, à notre époque, internet permet de garder un contact régulier avec la famille et clairement ça aide à prendre la décision de partir voyager au long cours. Il y a quelques années, il fallait se contenter d’un appel téléphonique de temps en temps, c’était une autre affaire ! Mais évidemment, les retrouvailles réelles c’est encore mieux ;-).

Des petits enfants heureux…

Qu’elles m’avaient manqué les longues soirées d’été !

Enfin, ce que j’ai le plus apprécié dès notre retour en Europe (à part les retrouvailles avec la famille bien sûr) c’est clairement la longueurs de journées. Je ne m’étais même pas rendue compte que cela m’avait manqué mais dès notre arrivée en Sardaigne ça m’a frappée et j’ai savouré chaque moment de lumière après le dîner. Car que ce soit en Asie, en Océanie ou en Amérique Latine, la nuit arrivait bien trop tôt. Rien de tel que le charme d’une longue soirée d’été en Europe !

Costa Paradiso (Sardaigne)

Voilà, c’était le petit bilan du mois de juillet, notre 7iè mois de Tour du Monde en famille et une chose est certaine : c’est fou comme le temps est passé trop vite !

 

Les coulisses de notre Tour du Monde en famille : déjà 5 mois !

Le 1er juin, nous avons fêté la fin de notre 5iè mois de voyage en famille. Clairement, si je devais qualifier ce 5iè mois de voyage autour du monde, je dirais que c’était le mois du ralentissement. Au mois de mai, nous avons ralenti notre rythme de voyage. Ce n’est ni mieux ni moins bien : c’est venu naturellement et je crois que tout voyage a ses phases : parfois on aime avoir un rythme soutenu et parfois on a envie de se poser. Précédemment nous sommes souvent restés 4 jours à chaque endroit (à part nos 8 jours à Sydney) et là nous avons fait plusieurs étapes d’une semaine. A chaque phase et à chaque personne correspond un rythme et quand on voyage avec des enfants on a de toute façon tendance à voyager plus lentement que seul ou en couple. Pour nous en tout cas, le changement de continent, notre arrivée en Amérique Latine a coïncidé avec une envie de ralentissement. On apprécie les paysages, le calme, avoir le temps dans les petits villages du nord de l’Argentine… On joue davantage à des jeux de société, Ticoeur étudie un peu plus et moi cela me permet aussi de travailler et de lire.

Les moments forts côté destinations ont été :

Petit rappel d’où nous étions au mois de mai :

  • Bali bien sûr, où 8 ans après notre voyage de noces nous avons apprécié d’y retourner avec les enfants -> lire l’article Nos 3 semaines en famille à Bali.
  • Rapide passage d’une semaine en Nouvelle-Zélande pour faire le trait d’union entre l’Asie et l’Amérique Latine. Nous sommes restés sur l’île du Nord car en février nous n’y avions consacré que 10 jours et on avait envie de voir un peu plus. 
  • Arrivée en Argentine où nous avons passé une semaine à Buenos Aires (pas un coup de coeur mais sympa) avant de rejoindre la région de Salta où nous sommes actuellement et nous adorons ! Des paysages de rêve ! Voir notre itinéraire dans le sud de Salta.

Du côté des enfants :

Quoi de neuf du côté des enfants durant ce 5iè mois de Tour du Monde ?

Suite de l’article

Les coulisses de notre Tour du Monde en famille : déjà 4 mois !

Vous savez quoi ? C’est la mi-temps ! Et oui déjà. Notre projet de voyage autour du monde est un projet de 8 mois, de janvier à fin août et donc voici que nous venons de terminer notre 4iè mois de voyage en famille !

Les moments forts en avril côté destination ? Melbourne et ses alentoursle Centre Rouge et notre arrivée à Bali (suivez-nous sur Facebook pour voir nos premières photos de Bali).

Alors, comme chaque mois, j’ai envie de vous raconter les coulisses de notre Tour du Monde pour que vous puissiez mieux cerner le quotidien d’une famille en voyage au long cours… De quoi vous parler cette fois-ci ?

Tout d’abord du 1er mai !

Quoi ? Que dit-elle ? La fête du travail lui manque alors qu’elle est en vacances ? Bon d’ailleurs, pas drôle le 1er mai qui tombe un dimanche… Le genre de chose qui m’aurait mise d’humeur noire quand j’allais au bureau ! La fête du muguet ? Bon j’adore cette petite fleur qui sent bon mais non, ce n’est pas le muguet qui me manque : ici à Bali en ce moment nous avons des fleurs de frangipaniers, des fleurs de lotus, des fleurs de nénuphars… Non, le truc c’est que le 1er mai c’est l’anniversaire de ma petite soeur ! Et elle me manque ! Non pas qu’on se voit tous les jours quand je suis à Paris mais bon, là on est vraiment loin… Alors Joyeux Anniversaire soeurette ! On pense bien à toi depuis l’autre bout du monde. Pourquoi vous parler de l’anniversaire de ma soeur ? Pour aborder un des aspects du voyage au long cours : on rate des moments importants. Des naissances, des anniversaires, des fêtes… J’aurais aimé être là pour la naissance de ma petite nièce dans quelques semaines (2iè bébé de mon petit frère), j’aurais aimé voir le bébé de ma copine, j’aurais aimé… Bref, vous voyez le tableau. Le calendrier est souvent ponctué d’heureux événements qu’on a plaisir à partager en famille ou entre amis et quand on voyage on passe à côté. On le sait, on l’accepte et ce n’est que pour 8 mois donc loin de moi l’envie de me plaindre. On profite de plein d’autres choses mais je voulais quand même souligner le manque d’occasions de boire du Champagne à l’autre bout du Monde ;-).

Fleur de Lotus – Bali

L’école en voyage et la gestion du bilinguisme.

Je continue de vous parler de l’école car c’est un gros sujet pour nous. Comme vous le savez, nous n’avons pas abandonné l’école ; juste le bâtiment ;-). Notre Ticoeur continue son CP sur les routes et nous on continue d’improviser pour qu’il acquiert la lecture et l’écriture tout en découvrant le monde. La nouveauté ce mois-ci c’est qu’on a noté une petite lassitude : Ticoeur voulait toujours faire le double de ce qu’on lui demandait, lire toujours plus, enchaîner les pages d’exercices de mathématiques. En avril, il travaille toujours sérieusement mais il ne demande pas à faire plus. Evidemment c’est pas grave et je pense que c’est aussi le coup de barre naturel de tout écolier à cette époque de l’année mais on s’est dit qu’il était peut-être temps de changer un peu de routine. Du coup « Papa Voyage » a trouvé que c’était le bon moment pour commencer à lui apprendre à lire en allemand. On a emmené avec nous une dizaine de livres en français mais on a aussi un gros livre en allemand offert par Omi. Au début j’étais réticente et je ne voulais même pas emporter ce livre en voyage et puis « Papa Voyage » m’a convaincue d’essayer. En effet, avoir un enfant bilingue à l’oral c’est une chose ; mais avoir un enfant qui maîtrise également les deux langues à l’écrit c’est plus compliqué je trouve. J’ai d’abord pensé qu’il valait mieux qu’il maîtrise totalement la lecture en français avant de se mettre à l’allemand. Tout le monde est d’accord pour dire que le CP c’est crucial et qu’il faut vraiment bien acquérir la lecture. Mais des amis français qui vivent à l’étranger m’ont dit qu’il ne fallait pas non plus commencer trop tard l’écriture de la 2iè langue sinon l’enfant aurait du mal… Trop tôt ? Trop tard ? Difficile de savoir ce qui est mieux. Donc on y va en douceur. On force pas et on va voir ce que ça donnera. Si vous avez des témoignages d’apprentissage de deux langues à l’écrit je suis preneuse !

Et sinon on continue de respecter le calendrier scolaire et donc en avril c’était deux semaines de vacances !

voyager en campervanEn Australie, il a parfois fallu travailler avec le filet anti-mouches sur la tête !

Notre artiste

L’étrange « allergie » aux pommes de Titpuce !

Alors là je vous avoue qu’on n’y comprend rien ! Titpuce a toujours mangé beaucoup de pommes. Lors de notre séjour dans la région de Perth en Australie en février dernier nous avons mangé des pommes tous les jours car c’était la saison et tout s’est bien passé. Idem en Nouvelle-Zélande. Mais, là, en avril quand on est retourné en Australie ça a commencé : soudain on a vu notre Titpuce recouverte de boutons, sur le visage, sur les bras, sur le ventre, sur les jambes, sur le dos… Bref, on a eu quelques instants d’inquiétude – elle n’a pas compris nos mines déconcertées car elle se sentait en pleine forme : « mais qu’est-ce que j’ai  ? Pourquoi tu me regardes comme ça maman ? »… Le temps qu’on la lave, qu’on vérifie qu’elle n’avait pas de piqûres d’insectes, qu’on lui change de vêtements et qu’on lui donne un antihistaminique au cas où… Bref, le temps de faire tout ça et tout avait disparu. Zéro fièvre et grande forme. Au bout de trois fois on a compris le lien avec les pommes. On a arrêté les pommes et il n’y a plus jamais eu de boutons. Sauf que c’est étrange. Pourquoi soudain cette réaction aux pommes ? En attendant on fait un voyage sans pomme et on testera les délicieuses pommes bio du jardin d’Omi et Opa à notre retour. Ensuite on ira voir un médecin si cette « allergie » se poursuit en Europe. J’espère que c’est passager, lié peut-être à une sorte de pommes ou à des pesticides. J’espère car c’est son fruit préféré. Bref une histoire à suivre ! En attendant Titpuce va très bien et profite de Bali où les fruits exotiques ne lui posent aucun problème. Ce mois-ci il est important de noter qu’elle a super bien marché ! Une vraie randonneuse du désert !

Autres petites galères :

  • On a oublié l’iPad chez nos amis à Sydney : heureusement, la poste australienne a été efficace : 2 jours après l’iPad nous attendait à Melbourne où il était donc arrivé avant nous !
  • On a perdu doudou Reine des Neiges quelque part dans le désert australien. Heureusement, Titpuce a aussi emmené doudou Mini et ces derniers temps elle préférait Mini.
  • Je n’arrête pas les échanges d’e-mails avec La Poste et notre banque pour divers problèmes – rien de bien grave mais on rame pour des choses qui semblent pourtant si simples !

Et le sport en voyage alors ?

C’est le dernier sujet que je voulais aborder mais je ferai un billet complet sur le sport en voyage tant j’ai de choses à raconter. En voyage, on change nos habitudes aussi côté sport : Ticoeur allait au judo toutes les semaines. Moi j’allais courir régulièrement et je faisais du yoga devant Youtube. Alors ça donne quoi en voyage ?

  • Plus de judo évidemment. Mais ça ne lui manque pas.
  • Pour le footing ça m’arrive mais c’est rare : il faut trouver le bon spot, le bon moment et le bon climat. C’est pas simple. Récemment j’ai quand même pu faire un footing extraordinaire car j’ai couru autour de Ayers Rock dans le Centre Rouge. C’était superbe ! 11km de rêve australien ! Mais à la place du running, en voyage je fais plus de rando, de vélo et de balades. 
  • Pour le yoga, j’ai pu continuer à regarder mes vidéos favorites au Vietnam car il y avait du super wifi partout et là en avril je suis contente car c’est pareil à Bali. Par contre, en Australie et en Nouvelle-Zélande comme j’avais acheté un forfait de données, j’étais trop limitée pour regarder des vidéos. Le yoga c’est important parce que c’est une activité que j’ai toujours faite avec les enfants et ils aiment beaucoup. C’est un moment de partage qui j’espère leur permet d’acquérir quelques bases de coordination des mouvements. Pour moi du coup, le yoga en famille c’est plus de la gym douce qu’un moment de calme et de méditation car Ticoeur et Titpuce rigolent pas mal quand ils prennent les poses ;-).
  • Natation : on aimerait que Ticoeur maîtrise la brasse avant notre retour (on y est presque mais pas encore car il manque de confiance en lui). Si vous avez une recette miracle ?
  • Enfin, ce mois-ci c’est le mois des inscriptions aux activités périscolaires dans notre quartier donc on en discute avec les enfants : à la rentrée Ticoeur veut faire de l’escrime et Titpuce veut faire de la danse. A suivre !

footing ayers rock

Avril le mois des retrouvailles :

Contrairement aux mois précédents avril n’a pas été  un mois de rencontres mais un mois de belles retrouvailles ! Mon chéri a revu un collègue à Melbourne et moi une copine qui s’est installée à Bali ! Enfin, nous avons retrouvé Virginie et sa petite famille (que nous avons rencontrée le mois dernier en Nouvelle-Zélande) et nous avons parcouru un bout de chemin ensemble, sur la Great Ocean Road : c’était top ! Cinq enfants ça met de l’ambiance !

kidsSur la Great Ocean Road – Australie

Voilà ! Je vous ai tout dit des coulisses de notre 4iè mois de voyage en famille et on a hâte de profiter à fond des 4 prochains parce qu’une chose est sûre : ça passe trop vite !

Quand on pose nos valises, ça ressemble à ça !

IMG_9943

Bonne fête du muguet à tous ! Et que le voyage continue !