Notre vie en Angleterre (semaine 4) : RDV avec les maîtresses, les maths et les visites !

Une semaine bien chargée encore, qui a commencé avec l’anniversaire de mon Ticoeur puis la visite de mon père donc nous avons fait un peu de tourisme dans la région. Mais comme toujours, ce qui nous (pré)occupe le plus, c’est l’école et surtout l’apprentissage de l’anglais donc voici nos petites news anglaises de la semaine…

Ticoeur et Titpuce au Portchester Castle (Hampshire – Angleterre)

Rendez-vous avec les maîtresses : lundi soir, l’école a organisé une sorte de speed meetings avec les maîtresses pour que les parents sachent comment a démarré l’année. Les deux maîtresses ont été très positives sur les débuts de Ticoeur et Titpuce en anglais et sur leur intégration dans leurs classes. Mais en discutant avec la maîtresse de Titpuce, je me suis rendue compte que nous avions tellement focalisé sur l’anglais que nous avions oublié les maths ! Or, pour la maîtresse de Titpuce c’est la priorité du moment : elle trouve que Titpuce apprend très vite à lire et à écrire mais par contre, elle nous a parlé de son retard en math… et pour cause ! Je vous explique ça…

Les maths : voici le soucis… Comme je vous l’avais dit, Titpuce aurait dû rentrer au CP en France… Or, ici elle est en Year 2… et au Royaume-Uni, ils commencent les apprentissages académiques avant nous. A 5 ans, en Year 1, ils font grosso modo le programme du CP. A 6 ans, c’est comme si Titpuce débarquait en CE1 ! J’avais bien compris que les camarades de classe de Titpuce savaient lire mais je n’avais pas réalisé qu’en math aussi ils avaient de l’avance. La maîtresse m’a expliqué qu’en sortant de Year 1 les petits Anglais savent manipuler les nombres jusqu’à 100 : les additionner, les ordonner, les décomposer… Elle a vu que Titpuce ne savait pas faire d’additions or cette semaine ils ont commencé les multiplications : le stress ! La maîtresse nous a donc demandé d’être son relai à la maison et de trouver un maximum d’occasions de faire des additions de manière concrète (additionner l’argent, les fruits, etc…). Cette manière de faire je la connais bien car c’est ainsi que nous avions appris les maths à Ticoeur pendant notre Tour du Monde donc on s’y recolle ! La maîtresse nous a aussi dit que pour elle, il était plus difficile d’expliquer à Titpuce des maths en anglais que de l’anglais en anglais donc elle a besoin de notre aide. Ainsi, dès mardi, nous avons fait un peu de math tous les soirs. J’ai eu peur que cela soit pénible pour ma puce qui a déjà pas mal de travail pour apprendre ses mots d’anglais et faire ses lignes décriture mais à ma grande surprise elle adore et en redemande ! Et puis, je lui fais travailler les maths en français donc ça, ça lui plaît ! Elle m’a bien précisé : « maman, je n’aime pas les maths, j’aime les maths EN français ! ». Au cas où vous vous poseriez la question, Ticoeur n’a pas le même soucis en math car si les Anglais démarrent la plupart des apprentissages avant les Français, ensuite ils semblent ralentir le rythme. J’en reviens toujours au même constat : arriver au Royaume-Uni en Year 2 (à 6 ans) c’est pas le bon plan ! Evitez si vous pouvez !

Les amis c’est important : certains m’ont écrit pour me dire si nous n’aurions pas pu négocier que Titpuce soit une classe en dessous mais non, ce n’est pas autorisé : nous avons essayé ! Ce n’est pas un refus de l’école mais un refus du Comté. Nous avions appelé l’équivalent de l’académie et ils nous avaient expliqué que seul l’âge comptait. Et vous savez quoi ? Il y a du positif dans ce raisonnement car quand je vois les enfants en Year 1 ce sont vraiment des « bébés » ; ma puce est de février et donc je ne l’imagine pas trop avec ces petits qui ont entre 1 an et 1 an et demi de moins qu’elle. Donc elle a beaucoup de pain sur la planche ma chérie mais au moins elle se sent très bien dans sa classe et elle a des copines (me demandez pas comment elles font avec la barrière de la langue, en tout cas, elles jouent ensemble !). Et puis tout ira mieux dans quelques mois quand nous aurons comblé le retard… Aussi, comme les maîtresses ont des assistantes, ma puce a des cours de soutien en petit groupe de 3… En tout cas, elle a le sourire ma puce, elle aime son école ; elle fait preuve de beaucoup de courage et de persévérance donc patience ! Remarque : elle trouve beaucoup plus amusant de faire ses devoirs depuis que j’ai eu l’idée de lui faire utiliser son tableau plutôt que de la coller sur une chaise, penchée sur une feuille… C’est plus ludique ainsi !

Le français  : au début, j’ai pensé que je pourrais faire tous les soirs une petite demi-heure de français avec ma puce mais avec tout le travail qu’elle a entre les maths et l’apprentissage de l’anglais, j’ai abandonné l’idée pour l’instant… Je vais attendre qu’elle soit moins sous l’eau la pauvre ! Par contre, elle continue d’aller le samedi matin dans la petite école française à Southampton. Elle adore ! Donc même si 2h par semaine c’est pas beaucoup c’est déjà ça et ça lui plaît beaucoup ! Sa maîtresse française est adorable et elle suit le programme du CP en France pour apprendre aux enfants la lecture et l’écriture du français. Quant à Ticoeur, il lit énormément de livres en français donc pour l’instant ça suffira… Pas d’école française pour lui. Aussi, il est tombé sur une super prof de français à l’école anglaise et pendant qu’elle fait cours de français aux petits Anglais de sa classe, elle lui demande de travailler dans un coin avec un cachier d’exercices spécial CM1. Ticoeur a aussi gardé le contact avec ses amis à Paris : échange de lettres, cartes postales et appels sur Skype… la France est dans la place !

Les autres activités : Titpuce aime ses cours de chant mais aussi ses cours de musique et ça c’est le drame car ils font de la flûte à bec et elle veut s’entraîner à la maison !!! Mes oreilles n’en peuvent plus ! Avec trois séances de foot par semaine, Ticoeur fait de gros progrès ! On n’apprécie vraiment la place du sport dans son emploi du temps scolaire ! En natation, il commence à apprendre le crawl car pour l’instant il ne nageait que la brasse or les Anglais ne font que du crawl…encore une petite différence. Ticoeur est la seule de sa classe à ne pas savoir nager mais elle se débrouille pour suivre les autres avec sa frite en mousse.

Les desperate housewives : j’ai eu ma première soirée entre mamans… Sortie au pub avec des mamans de la classe de Ticoeur. Bon, il faut encore que je trouve mes marques :-). Pour l’instant j’ai sympathisé avec deux… Américaines ! Elles m’ont fait rire et m’ont permis de relativiser car quand je leur ai parlé de la galère pour ma puce à cause du décalage d’un an entre le programme français et le programme au UK,  elles m’ont raconté que quand ils sont arrivés en Angleterre, leurs enfants n’avaient certes pas le soucis de la langue mais ils avaient plutôt 3 ans de retard vu le niveau aux US !… J’espère qu’elles exagéraient un peu mais elles m’ont remonté le moral !

Mon cauchemar = la conduite ! Non franchement j’en peux plus ! Faire le trajet entre la maison et l’école c’est finger in the nose mais pour le reste, je galère ! Dès qu’il faut prendre une Nationale ou une Autoroute je suis en panique et surtout je n’arrive toujours pas à comprendre le fonctionnement des ronds-points ici ! Ils sont immenses, avec plein de files et il faut vraiment suivre un chemin précis dans le rond-point ! J’aime mieux le bazar à la française ! Je préfère même le rond-point de l’Etoile  à Paris ! L’autre chose c’est qu’il faut avoir le coeur bien accroché car il y a de nombreux animaux morts au bord des routes : renards, écureuils, ratons laveurs, blaireaux… Bref, la campagne !

Diverses bizarreries anglaises :

  • Gâteaux : j’ai goûté au « Red Velvet » et j’aime pas tout ! Il y a du vinaigre et des épices dedans… Pas pour moi !
  • Charity : les Anglosaxons adorent les oeuvres de charité. Nous avons eu une matinée de vente de gâteaux à l’école… C’était impressionnant de voir la mobilisation de toutes les familles et des habitants du village.
  • Collège : ce week-end les camarades de classe de Ticoeur allaient visiter des collèges !?… Il n’ont que 8 ou 9 ans mais apparemment il faut s’y prendre tôt (examens, sélections, inscriptions…)… j’ai pas tout compris… j’ai même rien compris mais les mamans ne parlent que de ça !
  • Question : on me demande souvent à combien de kilomètres de la Tour Eiffel on habitait ! Marrant non ? J’avais jamais compté… Quand on aime… 🙂

Tourisme : cette semaine nous avons eu la visite de Nonno (mon père) alors comme il ne connaît que la France et sa Sicile natale il fallait bien que je le sorte un peu ;-)… Voici quelques photos de nos escapades dans les environs…

Visite du Château de Portchester

Balade à Southsea

Journée à Londres (et oui, encore Londres !)… C’est à 1h30 de train…

Et le week-end, comme les Anglais dans notre coin : c’est BBQ en forêt et balade parmi les chevaux de la New Forest… (encore ! Je ne m’en lasse pas non plus !)…

En tout cas, ils gardent le sourire mes amours en Angleterre !

Bonne semaine à tous !

Apprendre l’anglais avec une babysitter

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais quand Ticoeur et Titpuce étaient plus petits et qu’ils n’allaient pas encore à l’école, ils étaient gardés par une nounou en or qui, en plus d’avoir toutes les qualités rêvées, parlait anglais. Puis, il y a eu leur entrée en maternelle et cela a donc été la fin de la garde d’enfants en anglais… Alors quand Speaking-Agency m’a proposé de tester son service de babysitters anglophones j’ai tout de suite été tentée ! Nous essayons de ne jamais perdre une occasion de parler anglais (il faudra que je vous raconte quelque chose à ce propos… teasing, teasing…), surtout que pour moi, apprendre l’anglais a été une longue aventure ! Je vous avais tout raconté ici. Grâce à nos nombreux voyages, et notamment à notre tour du Monde, les enfants ont plusieurs fois été dans le bain de l’anglais, surtout pendant notre mois en Nouvelle-Zélande, notre périple en Australie et nos nombreux week-ends à Londres. Mais quand il s’agit d’apprendre une langue il n’y a qu’un secret pour réussir : il faut écouter et pratiquer très régulièrement, encore et toujours !… Alors, Ticoeur et Titpuce regardent les Disney en anglais (on a mis cette règle à la maison depuis le début) mais rien de tel que d’échanger avec des anglophones. Speaking-Agency a ainsi sélectionné pour nous la charmante Liberty, une étudiante australienne qui est venue après la sortie d’école pour jouer deux heures avec les enfants.

Comment s’est déroulée la séance de babysitting en anglais ?

Liberty est arrivée avec cinq minutes d’avance (c’est toujours appréciable !). Elle a fait connaissance avec les enfants et m’a demandé s’il fallait faire attention à des choses en particulier (allergies, autres soucis…). Les enfants lui ont montré leur chambre (qu’ils avaient rangée pour l’occasion, ô miracle !) puis ils ont pris leurs jeux de société préférés pour jouer avec Liberty en anglais bien sûr ! Oui, mais comment ça se passe si les enfants ne comprennent pas ?

Alors, tout d’abord, il se trouve que Liberty vit en France depuis qu’elle a cinq ans. Elle est donc totalement bilingue et néanmoins j’ai apprécié qu’elle n’ait pas prononcé un mot de français en deux heures (l’immersion, il n’y a que ça de vrai !). Cela dit, forcément, elle comprenait les enfants si eux parlaient en français et donc c’était une situation confortable… Elle a ainsi pu reformuler ce qu’ils disaient, en anglais, pour leur faire répéter ensuite… Aussi, j’ai trouvé très intéressant de voir que Ticoeur et Titpuce ont réagi très différemment :

Ticoeur était à l’aise et semblait comprendre tout ce que Liberty lui disait. Il n’était pas du tout gêné pour poser une question ou répondre aux interrogations de Liberty. Mon Ticoeur est vraiment une éponge et j’avais déjà remarqué en Australie qu’il arrivait à échanger avec les enfants à force de fréquenter les aires de jeux ;-).

Titpuce, par contre, c’est une grande timide (sauf en famille !) et elle a moins absorbé l’anglais lors de nos voyages (bon, elle est plus petite aussi…). Résultat : quand Liberty lui demandait quelque chose, elle répondait en français ou demandait à son grand frère de traduire :-). Ainsi, quand ils ont joué tous les trois au 7 familles, Titpuce n’a interrogé que son frère (ah la maline !) alors que Ticoeur était tout à fait à l’aise pour demander les cartes qu’il voulait en anglais à Liberty. La babysitter a su s’adapter aux deux enfants et quand ma fille parlait anglais, elle lui disait comment le dire en anglais. Avec Ticoeur, elle a pu poser d’autres questions pour aller un peu plus dans le détail.

Je précise au passage que je suis exceptionnellement restée dans l’appartement car je voulais documenter l’expérience et écouter ce qu’il se passait, mais la prochaine fois j’irai au Spa ou au ciné ;-)…

Après les 7 familles, il y a  eu les puzzles, le Mille Borne et encore d’autres jeux… Les deux heures sont passées très vite et quand Liberty nous a quittés, Ticoeur a dit « j’aurais aimé qu’elle reste plus longtemps ! ». Autant dire que l’expérience a été très positive !

Après, pour que progrès il y ait, il faut que la babysitter anglophone garde régulièrement les enfants. Donc je pense qu’une bonne formule serait d’utiliser les services de Speaking-Agency pour une garde périscolaire : sorties d’école, mercredis ou vacances scolaires. Dans tous les cas, l’essentiel, comme pour tout babysitting c’est de tomber sur une personne sérieuse et adorable. L’agence a vraiment bien géré la sélection en recrutant Liberty. Si vous testez leurs services vous aussi, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour raconter votre expérience. Speaking-Agency est leader de la garde d’enfants en langues étrangères (regardez sur leur site : il n’y a pas que l’anglais !…) et peut trouver des babysitters sur Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Nantes, Nice, Strasbourg, Toulouse et Montpellier. Nous avons testé la formule babysitting mais ils proposent aussi des cours de langues.

A vous de jouer pour tenter de remporter une mallette d’activités en anglais !

Quand vous réservez un babysitting avec Speaking-Agency, vous recevez une mallette contenant des fiches et petits jeux en anglais et surtout un imagier très bien fait, publié par les éditions Milan :

babysitting speaking angecy

Aujourd’hui, je vous propose de vous faire gagner une mallette. Comment faire pour jouer ?

  • Racontez-moi en commentaire où en sont vos enfants côté apprentissage de l’anglais ?
  • Pour remercier Speaking-Agency de ce cadeau, merci d’aimer leur page Facebook, if you like it!…
  • Vous avez jusqu’à dimanche (17 juin 2018 à minuit) pour participer. J’indiquerai le nom du gagnant à la fin de cet article.

Good luck to everyone! And have a nice day! TGIF 😉

EDIT du 18 juin 2018 : merci à tous pour votre particiaption ! Et Bravo à Plume qui remporte la mallette !