visiter la cité de la mer

La Cité de la Mer à Cherbourg

Notre dernière visite en France avant de prendre le ferry pour l’Angleterre a été La Cité de la Mer à Cherbourg. Cela faisait longtemps qu’on avait envie d’y aller et il nous manquait juste l’occasion de passer dans cette ville normande que nous ne connsaissions pas. Nous avons consacré une journée à La Cité de la Mer tant il y a de choses à découvrir !

visiter la cité de la mer

Je commence par le coup de coeur de toute la famille : la visite du Redoutable, un immense sous-marin, le plus grand sous-marin visitable au Monde ! Le traversée de salle en salle était fascinante : on voit toutes les machines, le poste de commandes, les armes et aussi les lieux de vie (les cabines de l’équipage et les appartements du Commandant). Cela nous a semblé un vrai labyrinthe ! Nous avions tous pris un audi-guide. Pour les enfants, c’est une version allégée. Ticoeur et Titpuce ont tout écouté donc j’imagine que la version enfant était aussi passionnante que la version adulte. Nous avions déjà visité des sous-marins plus petits dans le nord de l’Allemagne, mais je dois dire que les dimensions du Redoutable rajoutent à l’intérêt de la visite. Nous avons passé une heure à l’intérieur du sous-marin. Puis, nous avons poursuivi, très logiquement par l’espace dédié aux sous-marins. Il y a de nombreuses explications et animations intéractives, grâce à des écrans et des jeux vidéos. On peut, par exemple, apprendre à piloter un sous-marin et comprendre son fonctionnement. Ticoeur et Papa Voyage étaient enchantés ! Ils sont passionnés par les profondeurs sous-marines… marqués par « Vingt-Mille lieues sous les mers » sans doute, mais aussi par la complexité de ces machines.

le redoutable sous-marin

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer  visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

Ensuite, nous avons parcouru l’espace Titanic. Cela complétait parfaitement la visite du Titanic Museum où nous étions l’an dernier à Belfast. On voit d’abord la salle des bagages, où les passagers qui partaient de Cherbourg se sont enregistrés. Ensuite, grâce à l’équipement audiovisuel et cinématographique présent dans les salles de l’expo, on revit les dernières heures du Titanic. Forcément, l’histoire étant triste, il y a des moments difficiles, pendant lesquels on comprend le sort des passagers qui n’ont pas survécu. Mais Ticoeur et Titpuce ont tout regardé avec intérêt et ont trouvé que c’était intéressant. On traverse aussi les décors des différentes cabines selon la classe des passagers. Les enfants ont aimé le poste de commandement. Moi, j’ai particulièrement aimé toute cette partie Titanic car j’ai toujours été fascinée par ce drame qui est un enchaînement d’erreurs humaines fatales. Et puis, je trouvais émouvant que le lendemain on prenne un ferry pour faire le chemin inverse du Titanic (le Titanic était parti de Southampton pour aller à Cherbourg puis en Irlande avant de prendre la direction de New York). Vous l’aurez compris, avec Le Redoutable, la partie Titanic, retour à Cherbourg est mon autre coup de coeur.

 

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

La Cité de la Mer comprend aussi une partie aquarium qui plaît beaucoup aux enfants. Ticoeur et Titpuce ont surtout aimé pouvoir filmer quelques poissons dans le bassin tactile. Et puis, requin, tortues et méduses ont toujours leur succès ! Mes amours ont voulu parcourir deux fois les aquariums : une fois avant le déjeuner et une autre fois après. Cet espace aquarium va être refait dans les semaines qui viennent pour être modernisé et donc il y aura une nouvelle version dès le printemps prochain.

aquarium cherbourg

méduses

aquarium cherbourg

Pour le déjeuner, nous sommes allés dans le centre de Cherbourg car nous avions envie de voir la vieille ville. Sinon, il y a un restaurant sur place si vous ne voulez pas sortir. En tout cas, entrer et sortir se fait sans soucis et permet de faire des pauses histoire de ne pas enchaîner les visites de tous les espaces de la Cité de la Mer d’une traite ; cela ferait long.

Au retour de notre déjeuner, nous avons donc retraversé les aquariums puis nous avons participé à l’animation virtuelle « On a marché sous la mer »... C’est une animation dont on est le héros. On part à la découverte des fonds marins et on devient membre de l’équipage. Un simulateur permet de nous faire vivre la descente dans les profondeurs. Cela a plu aux enfants et c’est sympa car on est en famille et par équipe.

Enfin, le bâtiment de la Cité de la Mer est lui-même un bâtiment historique aux dimensions incroyables, dans un style Art Déco. Il s’agissait autrefois de la Gare Maritime Transatlantique. Dans l’immense hall, on peut voir une exposition d’engins célèbres qui ont exploré les profondeurs. Nous avons adoré cette partie expo (qui est gratuite d’ailleurs) et que les enfants ont aimé explorer au début et à la fin. Bien sûr, nous avons terminé par un passage dans la boutique de la Cité de la Mer où il y a une très belle sélection d’articles et de livres sur le thème de la mer. Nous avons craqué pour un petit guide des coquillages.

visiter la cité de la mer

 

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

Conseils pour la visite :

  • Nous sommes arrivés à l’ouverture : cela permet de se garer très facilement près de l’entrée (parking gratuit) et d’avoir moins de monde pour la visite du Redoutable.
  • Pour entrer dans le Redoutable il faut que les enfants aient plus de 5 ans pour des raisons de sécurité car les espaces sont exigüs avec de nombreuses marches. Donc si l’un de vos enfants est plus jeune, le mieux c’est de l’emmener aux aquariums pendant que les autres enfants et un adulte visitent le sous-marin. Puis les parents inversent les rôles. A noter que l’entrée à la Cité de la Mer est gratuite pour les moins de 5 ans.
  • Pour l’animation « On a marché sous la mer », il faut réserver un créneau car les places sont limitées.
  • En tout, nous sommes restés de 10h le matin à 16h30 l’après-midi avec une pause déjeuner pour reposer les enfants.
  • L’espace aquarium sera flambant neuf à partir du printemps 2019.
  • Toutes les informations pratiques (horaires et tarifs), sur le site de La Cité de la Mer.

Donc si vous êtes de passage dans La Manche, du côté de Cherbourg, la visite de La Cité de le Mer est un incontournable que ce soit pour les enfants ou les grands ! Nous n’avons même pas exploré entièrement la partie sur les sous-marins tant il y a de vidéos et de contenus à découvrir. Ce sera pour une prochaine fois !

Et vous ? Tentés par la Cité de la Mer ?

 

*Un grand merci à la Cité de la Mer qui nous a grâcieusement invités !

Bretagne magique : le Poète Ferrailleur et la poésie des menhirs

Dans la forêt de Brocéliande, nous n’avons pas croisé Merlin l’Enchanteur mais nous sommes tombés sous le charme de deux endroits : le Poète Ferrailleur et les menhirs de Monteneuf. Les deux se trouvent près de Ploërmel, donc sur notre route lors de nos vacances en Bretagne. Nous nous y sommes arrêtés juste après notre semaine dans le Golfe du Morbihan. J’ai eu envie de vous en parler dans un seul et même article car j’ai trouvé qu’il y avait des similitudes entre ces deux lieux magiques et poétiques. J’ai ressenti la même émotion en les traversant… Pourtant, ils sont très différents aussi : chez le Poète Ferrailleur, on découvre un univers imaginé par un grand rêveur : Robert Coudray. Que c’est beau ! Et si touchant ! On croise des automates, animés d’une vie mécanique et pourtant presque palpable et on se retrouve tout petit, comme un enfant, au pied d’immenses maisons fantaisistes qui semblent tout droit sorties d’un conte de fées… On a adoré ! Tous : les enfants et les parents. A côté de chaque oeuvre, on peut lire une petite phrase de l’artiste ou des citations qu’il affectionne … Des phrases inspirantes qui reflètent sa philosophie de la vie. En les lisant je me disais : « mais je pense tout pareil ! Je m’entendrais si bien avec ce créateur fou ! ». Et je crois qu’heureusement, nous sommes nombreux à ressentir cette résonnance, parce que Robert Coudray nous parle finalement de quelque chose que nous avons tous au fond de nous : une puissance de réalisation de nos rêves. Parfois, ceux-ci sont enfouis alors il faut les réveiller, les laisser s’exprimer et c’est cet élan que l’artiste espère nous voir (re)trouver à travers la contemplation de ses oeuvres. On devrait tous se réveiller le matin en repensant à qui on rêvait d’être quand on était petit, non ? Pour réaliser ses rêves, il ne suffit pas de claquer des doigts. C’est du courage, de l’énergie, de la sagesse, du travail, de la persévérance… Le Poète Ferrailleur nous le démontre à travers sa patience, sa précision et tout le temps qu’il a consacré à ses créations. Je me suis totalement retrouvée dans ce parcours vers la réalisation des rêves. J’essaie souvent de le suivre mais parfois je m’égare. Alors merci. J’aime quand on me rappelle l’essentiel…

« La vie… comme le vent, enfermée dans un enclos de nos peurs, soucis, accaparements, vivote ou meurt…. réveillée par un sourire, une musique, un projet qui donne sens, s’envole et vibre. » Robert Coudray.

    

Et quel rapport avec les menhirs ? Et bien, finalement, les menhirs c’est une histoire remplie de mystères. Il est vrai qu’on ne sait pas vraiment pourquoi ils sont là. Mais je pense que les hommes de cette période, même si c’était il y a des milliers d’années, et bien ils ressentaient les mêmes choses que nous aujourd’hui et qu’ils avaient besoin de montrer l’élan de la vie, d’exprimer la grandeur de leurs rêves, la beauté de l’humain… de s’inscrire dans le temps, dans la durée, de toucher le ciel, de parler aux hommes des prochaines générations… Peut-être que les hommes du néolitique ont érigé ces menhirs avec la même philosophie que le Poète Ferrailleur ? Et si le message était le même ? C’est ce que je me suis demandée en découvrant les superbes menhirs de Monteneuf. Je pense même que les ancêtres du Poète Ferrailleur étaient sans doute parmi les hommes qui ont choisi de poser ces menhirs ici, dans la belle forêt de Brocéliande, comme une force qui nous ancre, une force de la nature, comme un repère aussi, et comme un rappel de ce qu’ils étaient : des hommes qui rêvaient il y 6 500 ans, tout comme nous rêvons et continuerons de rêver…

Alors ma comparaison entre les deux lieux est peut-être étrange mais moi j’ai ressenti la même chose. J’ai entendu le même message… Alors chut… écoutons-les nous murmurer à l’oreille qu’il y a tant de belles choses en nous qui ne demandent qu’à s’exprimer et imaginons un instant que ces menhirs sont des rêves, des poèmes, des forces qui nous inspirent…

***

Les tours fantaisistes du Poète Ferrailleur s’élèvent vers le ciel et semblent nous chuchuter les mêmes secrets que les menhirs, non ?

Alors, elle n’est pas magique la Bretagne ?

 

 

Un grand week-end en Corrèze

Pour moi, la Corrèze c’est le souvenir de belles vacances d’été quand j’étais étudiante et qu’on partait entre copines (en 2 CV !) dans un hameau près de Collonges-la-Rouge car la grand-mère de ma meilleure amie avait une ferme là-bas. De ces belles journées d’été, je me souviens de paysages verdoyants et vallonnés, des potins qu’on se racontait en bronzant dans le jardin face aux vaches taciturnes, des batailles contre les chauves-souris dans la vieille grange où nous dormions, des fous rires et de nos rêves d’avenir… Alors quand on nous a proposé de participer au tournage d’un film sur la Corrèze, j’ai tout de suite été emballée, ravie de revoir ce coin de nature au milieu de la France. Pour « Papa Voyage » et les enfants c’était une première fois. Au programme, il y a eu des activités sportives pour toute la famille, de jolis villages et des paysages très verts malgré la canicule. Mes petits acteurs en herbe ont bien assuré – c’est qu’ils n’en sont pas à leur premier tournage ! Bien sûr, je vous partagerai le film sur Facebook dès qu’il sera prêt d’ici quelques semaines…

En attendant, voici quelques photos que j’ai prises pendant notre séjour, un séjour bien trop court pour faire le tour de la Corrèze mais un séjour très intense. Bref, un week-end qui bouge comme on les aime… L’occasion de sortir une nouvelle fois notre campervan en pleine nature (comptez 4h30 depuis Paris) et l’occasion de bien s’amuser pendant le tournage (le making-off pourrait être très drôle ! On compte sur toi Jonathan !).

Parmi nos souvenirs, sur le thème de l’eau, il y a eu un pique-nique au lac du Causse avec de délicieux produits locaux, une séance de catamaran en famille sur le lac ; des émotions pendant notre descente en canoë-kayak sur la Vézère avec Oxygène Sports Nature à Voutezac. Rien de difficile mais les petits rapides sont déjà bien drôles pour les enfants. Toujours sur le thème de l’eau, nous avons fait une balade en gabare sur la Dordogne à partir de Beaulieu-sur-Dordogne, un village médiéval à ne pas manquer. Le guide qui commente la croisière a vraiment un don pour raconter les histoires, à la manière d’un grand troubadour !

Sur le thème de la terre, il y a eu de belles balades dans la nature, à pied (dans le marais du Brézou et dans les villages) ou à vélo du côté d’Argentat et en VTT au Château de Sédières. Enfin, nous avons visité des fermes du Moyen-Âge à Saint Julien aux Bois : un vrai voyage dans le temps ! Les enfants ont vraiment apprécié le fait de pouvoir rentrer dans chaque ferme pour se rendre compte de la vie à l’époque.

Sur le thème de l’air, il y a une grande descente en tyrolienne géante, également au château de Sédières : c’est à la fois impressionnant (même pour les adultes !) mais accessible à toute la famille car pas trop haut.

Carnet d’adresses de notre week-end en Corrèze :

  • Restaurant Le sablier du Temps à Argentat : de jolies assiettes, un régal pour les yeux et les papilles. Le grand plus : on peut se baigner dans la piscine avant ou après le repas.

  • Le restaurant de l’Hôtel Le Beaulieu à Beaulieu-sur-Dordogne : nous avons dîné dans leur joli jardin. Le cadre est super agréable. La cuisine est très sympa, le service soigné. C’est aussi dans ce charmant hôtel situé au centre du village que nous avons passé la nuit.

  • Restaurant L’Elot : pour un déjeuner en toute simplicité avec une très belle vue sur le lac Seilhac (possibilité de baignade).
  • La maison d’hôtes La Vérénerie à Gumond : une adresse coup du cœur car les chambres sont toutes neuves dans une ancienne bâtisse de caractère. La piscine est agréablement posée devant la forêt et les hôtes sont plus qu’accueillants, absolument fans de la Corrèze ! En plus, ils font table d’hôtes ce qui est très pratique avec les enfants et permet d’échanger le temps d’un repas 100% maison.

Ce week-end en Corrèze était aussi l’occasion de se dire qu’on y retournera encore pour découvrir les chemins de randonnées le long de la Dordogne et les cascades sauvages. Il est temps de rentrer à Paris à bord de notre « Cali ». Nous avons hâte de voir le film sur la Corrèze avec Ticoeur et Titpuce en guest stars ! A suivre !

Et vous ? Vous connaissez la Corrèze ? De bons plans à partager ?

en voilier à Corfou

Notre semaine en voilier du côté de Corfou

La passion pour la voile c’est Papa Voyage. Il est skipper à ses heures perdues. Il a pris beaucoup de cours de voile depuis le plus jeune âge et si je l’avais écouté, on aurait fait notre tour du monde en voilier ! Sauf que moi je n’ai pas trop le pied marin, ni l’expérience pour ce genre d’aventure alors on se contente de louer un voilier de temps en temps. Avant d’avoir des enfants, nous avons navigué le long des côtes en Croatie et, avec enfant, nous avons réalisé un  tour de l’île d’Elbe avec Ticoeur. Par contre, depuis la naissance de Titpuce nous n’avions pas renouvelé l’expérience car on trouvait que les enfants étaient trop petits. Début juillet, nous nous sommes lancés et nous avons choisi la mer ionienne pour naviguer et nous avons loué un voilier à Corfou, en Grèce. Pourquoi avons-nous choisi Corfou ?

  • Nous avons aimé notre dernier voyage en famille en Grèce (l’ambiance, les gens, le poisson et le budget !).
  • J’étais déjà allée à Corfou avec une amie il y a longtemps et j’avais de bons souvenirs de cette île côté paysages (île très verte même en été).
  • Papa Voyage a beaucoup navigué le long de la Croatie donc là finalement c’était dans le prolongement, donc même style de navigation.
  • Nous avions pensé aux Cyclades mais le fameux meltem (vent local) peut être violent et difficile à gérer quand on n’a pas l’habitude, alors avec des enfants, bof, bof… mieux vaut y aller si vous prenez aussi les services d’un skipper qui connaît très bien le coin.
  • Corfou est bien connectée à Paris et à Stuttgart, or comme les grands-parents allemands venaient avec nous, c’était important.

en voilier à Corfou

Notre itinéraire en voilier sur la mer ionienne à partir de Corfou :

J1 : On récupère notre voilier à la marina de Gouvia (à 15 min de taxi de l’aéroport de Corfou). Départ vers le sud. Vent faible. Nuit au mouillage à Petriti. Super resto de poissons : Limnopoula Fish Taverne.

J2 : Direction le sud – déjeuner au niveau des îlots près de Mourtos – baignade – nuit au mouillage à Parga. Super resto : Villa Rossa.

J3 : Direction Paxos – Déjeuner et baignade près de l’îlot Nicolaos – Nuit dans le port de Gaïos. Resto : La Vista.

J4 : Direction Antipaxos – très belles falaises et grottes devant nos yeux. Nuit au mouillage à Lakka. Resto : Paxoimida.

J5 : Baignade à Orkos beach (très beau). Cap sur le continent, vers Syveta. Baignade à End Bay. Nuit dans le port de Syveta. Resto : Blue cost.

J6 : Direction le nord – on cible Kassiopi – il y a beaucoup de vent – notre foc se déchire ! J’ai bien stressée ! Super resto : Chez Kami.

J7 : Direction Kouloura avec uniquement la grand voile (donc trois fois plus lentement), puis retour à Gouvia et nuit au port.

Après avoir rendu le voilier, nous avons passé deux jours dans la ville de Corfou, avec le mal de terre !

itinéraire voile corfou

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Corfou en famille

en voilier à Corfou

vacances à Corfou

        en voilier à Corfou  en voilier à Corfou

voyage à Corfou avec enfants

restaurants Corfou

Et les enfants sur le voilier c’est comment ?

  • Sécurité : la règle était stricte – les enfants avaient toujours leur gilet de sauvetage sur eux sauf en cabine (et même en cabine si forte houle et vent fort). Sur le pont, Ticoeur et Titpuce restaient dans le carré ; pas de balade sur les côtés ou à l’avant du bateau.
  • Ticoeur a adoré les pauses, pas tant pour les baignades (il n’aime toujours pas quand il n’a pas pieds même s’il sait nager…) mais pour pêcher. Et il a pêché quasi tous nos déjeuners ! J’étais impressionnée ! Titpuce, elle a toujours besoin des brassards pour nager (un jour, on y arrivera !). Dans tous les cas, nous faisions nos pauses déjeuner et baignades dans des zones vraiment paradisiques avec de l’eau limpide couleur turquoise et émeraude… le top ! Nous avions une petite échelle pour descendre dans l’eau. Et il y avait toujours quelqu’un qui restait à bord bien sûr…
  • Les petits moussaillons : ils ont aimé tenir la barre (surtout Ticoeur) mais ça les lasse au bout d’un certain temps. Ils ont aimé apprendre les différents noeuds marins. Ticoeur m’a appris pas mal de vocabulaire sur la navigation grâce à son séjour en classe de mer et aussi parce qu’il a adoré feuilleter le livre des Glénans (la bible de la voile). Il lit et retient tout ce qui lui passe sous les yeux !
  • Ils n’ont absolument pas eu le mal de mer (alors qu’ils sont facilement malades en voiture) même quand il y avait pas mal de houle et que donc je leur avais dit de rester dans la cabine.
  • Sur le pont, les enfants ont pu jouer à des jeux de société quand il y avait peu de vent (tous les matins) ou écouter Omi qui leur racontait des histoires en allemand. Ticoeur a aussi raconté pas mal d’histoires et de blagues : un vrai moulin à paroles !
  • Vers 18h nous débarquions dans un petit port ou dans une crique au mouillage et nous avons toujours dîné au restaurant (nous avions un petit dinghy pour rejoindre la côte). Mmm les calamars frits ! Les enfants adorent ça et nous aussi !
  • Les enfants ont très bien dormi mais nous avons sacrément souffert des moustiques : nous avions un anti-moustique bio qui fonctionne un peu mais la prochaine fois je prends l’anti-moustique spécial tropiques !
  • Avec deux jeunes enfants je recommande qu’il y ait au minimum deux personnes qui assurent en voilier. Pour nous, c’était Papa Voyage et Opa. Et au total c’était vraiment bien qu’il y ait 4 adultes pour 2 enfants. Je ne partirais pas avec moins d’adultes tant que les enfants sont jeunes.
  • Un moment magique ? Nous étions tous fous comme des enfants quand nous avons croisé des dauphins au large d’Antipaxos ! Quelle belle rencontre !
  • Si c’était à refaire ? Et bien je pense qu’un catamaran c’est encore plus rassurant et plus adapté à une croisière bateau avec enfants. Papa Voyage est un puriste et préfère naviguer en voilier. C’est sans doute mieux pour les sensations mais en tant que maman flippée je trouve que le catamaran c’est plus tranquille : bateau plus stable, bel espace habitable et pas le stress de la quille… Bref, pour un premier essai, et avec des enfants, je conseillerais un catamaran. Si la prochaine fois on loue un cata, je vous ferai un article comparatif voilier versus catamaran.

en voilier à Corfou

en voilier à Corfou

Corfou en famille

Remarques sur notre voilier et sur la navigation en mer ionienne :

  • Nous avons beaucoup aimé le modèle de notre bateau : un Bavaria Cruiser 37.
  • Par contre, nous avons eu une mauvaise surprise : le foc s’est complètement déchiré quand le vent est monté à Beaufort 4. Ce n’est pas normal. Le loueur n’avait pas assez bien entretenu sa voile et nous, nous n’avions pas pris le temps d’inspecter la voile de près. Cela nous servira de leçon pour la prochaine fois ! Heureusement il n’a pas essayé de nous faire payer quelque chose. Il connaissait l’état de sa voile. Je ne vous donnerai donc pas les coordonnées de notre petit loueur indépendant, trop petit finalement… il y a de grandes compagnies de location bien établies dans le coin qui ont donc plus d’expériences et de moyens pour entretenir les bateaux.
  • Côté vent : tous les jours se ressemblaient : vent faible le matin venant du sud ; puis calme plat à midi et beau vent venant du nord l’après-midi. Nous avons dû utiliser le moteur par moment, surtout en fin de matinée, en direction d’une crique pour le déjeuner.
  • Les paysages étaient très beaux, tout particulièrement autour de Paxos et Antipaxos (deux ilôts situés au sud de Corfou). Nous nous arrêtions tantôt côté Corfou, tantôt côté Grèce continentale.
  • Il y avait beaucoup de monde et beaucoup de bateaux, avec des ports plutôt petits donc il faut gérer les approches avec beaucoup d’attention. Nous avions trouvé que c’était plus simple en Croatie. Pour Corfou, il vaut mieux cibler juin ou septembre si vous le pouvez.

en voilier à Corfou

une semaine à Corfou

Bref, on en a pris plein les yeux, la mer était superbe, la voile nous a offert de beaux moments de liberté, on s’est régalé côté poissons, on a passé une merveilleuse semaine en famille et… on est resté très vigilant par rapport à la mer et au vent !

Et vous ? Avez-vous déjà passé des vacances à Corfou en famille ? La version voilier vous tente ?

ville de corfou

Deux jours dans la ville de Corfou

Nous rentrons tout juste d’une semaine à Corfou en famille où nous avons navigué en voilier sur la mer ionienne, le long des côtes. Avant de vous raconter en détails nos aventures en bateau au large de cette belle île grecque, je vais tout simplement commencer par vous présenter la Capitale de l’île : la ville de Corfou (Kerkyra en grec). Nous y avons passé deux jours, le temps de bien profiter de cette cité marquée par les différentes influences liées à son histoire : on y retrouve notamment des traces de la domination byzantine et de la période vénitienne. En tout cas, pour nous, deux thèmes qui reviennent cette année : d’une part la Grèce, puisque nous étions dans le Péloponnèse à Pâques et d’autre part la voile, puisque Ticoeur était en classe de mer en mai.

ville de corfou

Voici une petite visite de la ville de Corfou en images…

Se balader dans la vieille ville de Corfou est globalement très agréable et pratique avec les enfants car tout l’espace est piéton.

Le Liston est une des rues à ne pas manquer : les architectes se seraient inspirés de la rue de Rivoli à Paris… En tout cas, il y a de belles arcades. Autrefois, seuls les nobles avaient le droit de se balader le long de cette avenue prestigieuse. Ils étaient sur une liste de personnes privilégiées d’où le nom « Liston ».

liston corfou

En moins pompeux, j’ai beaucoup aimé les vieilles ruelles en général, qui ne sont pas sans rappeler l’ambiance des villes du sud de l’Italie, avec du linge aux balcons.

ville de corfou

Je vous recommande d’arpenter la rue Gkilford particulièrement jolie. Traverser le marché est également intéressant : beaucoup de poissonneries et on peut même se poser pour déguster une assiette de calamars et de sardines.

Voici l’église Saint-Spyridon… Jettez un coup d’oeil à l’intérieur (se couvrir les épaules pour cela).

La Casa Parlante est une ancienne demeure qui se visite pour découvrir l’intérieur d’une famille bourgeoise du 19iè siècle (visite adaptée aux enfants – un peu moins d’une heure).

casa parlante

Voici le Vieux-Fort et la petite marina Mandraki à ses pieds…

ville de corfou

On pénètre dans la citadelle…

deux jours à corfou

Et on découvre ce temple… A vrai dire, on peut aussi monter jusqu’au phare pour une très belle vue sur Corfou mais c’était fermé au moment où nous y étions.

Un lieu de baignade non loin du Vieux-Fort :

corfou en famille

Le musée des arts asiatiques : beau bâtiment de l’extérieur et belle collection d’objets asiatiques qui mériteraient une meilleure mise en valeur. A noter que juste à côté, il y a un parc très agréable et une aire de jeux pour les enfants.

visiter Corfou en famille

Et enfin notre coup de coeur restaurant : Fishalida. Nous y avons dîné deux fois tant nous avons aimé. L’adresse à ne pas manquer pour les amateurs de poissons ! Fishalida, 11 Lochagou Spiridonos Vlaikou 1, Kerkira (à deux pas du marché).

Dans les alentours, nous avons visité l’Achilleion, appelé également Villa de Sissi. En effet, l’impératrice Sissi a été la maîtresse des lieux. Elle était complètement fan de la civilisation hellénique (et d’Achille !). Elle aimait se retirer à Corfou loin des obligations de la cour, notamment après la mort de son fils Rodolphe qu’elle a beaucoup pleuré en admirant la superbe vue depuis son palais. Il faut absolument prendre l’audioguide pour avoir d’intéressants détails sur la vie de Sissi à Corfou. Pour se rendre à l’Achilleion, il suffit de prendre un bus bleu (ligne 10) dans le centre de Corfou pendant environ 30 minutes (10 km), jusqu’au village de Gastouri. Là-bas, nous avons déjeuné dans la Taverne Lefteris Psistaria, simple, économique et sympa. Voici le palais d’Elisabeth…

villa sissi corfou

apollon

villa sissi corfou

J’espère que vous avez apprécié notre visite de Corfou en famille. Pour moi, c’était une deuxième fois dans cette jolie ville méditerranéenne. Pour nous y rendre, nous avons eu 3 heures de vol depuis Paris.

Enfin, pour découvrir le reste de l’île, je vous propose de lire mon article sur notre semaine à Corfou avec les enfants ! Nous avions choisi de nous déplacer en voilier mais bien sûr, il est également très pratique de louer une voiture pour faire le tour de l’île !

Et vous ? Vous connaissez Corfou ?