Comment j’ai fini par apprendre l’anglais…

Utile pour voyager, utile pour le boulot, oui… Mais concrètement, comment ai-je fini par savoir parler anglais ? Voilà ma petite histoire…

Pour commencer, en 6iè, j’ai choisi allemand en première langue donc pour l’anglais, tout avait mal commencé…

Arrivée en 4iè, je prends anglais LV2 et là, blocage dès le premier cours : la prof nous explique comment placer la langue pour bien prononcer le the et tout le monde se moque de tout le monde pendant les essais… ça me refroidit, je trouve que ce son est ridicule et nous rend tous ridicules… Bref, j’étais toujours mal partie pour apprendre l’anglais…

Je me serais cru dans un film de Ken Loach

J’ai continué de bloquer sur la complexité de la prononciation tandis que je me débrouillais à l’écrit. Fin de la 4iè, je fais mon premier voyage linguistique dans la banlieue de Londres. Le bilan ? Je me serais cru dans un film de Ken Loach sauf que je connaissais pas Ken Loach à l’époque… Et puis, pour aller au centre de Londres, il me fallait prendre un bus que, la première fois, j’ai bêtement pris dans le mauvais sens 😉 La conduite à gauche, tout ça tout ça… Bref, je me retrouve à Portsmouth (donc à 100km de Londres quand même !) et là j’ai eu ma première vraie longue conversation avec un autochtone : le chauffeur du bus, à côté de qui j’ai refait tout le chemin en sens inverse !!

Comment j'ai fini par apprendre l'anglais...

Pour une ado de 13 ans, c’était une sacrée aventure

Avec ce premier séjour, j’ai aussi découvert qu’on pouvait manger des petits pois explosés au micro-onde accompagnés d’une tasse de thé qui contient plus de lait que de thé et que le fromage pouvait se manger sans pain mais avec des crackers devant Mister Bean !  Et puis j’ai découvert Londres (parce que j’ai fini par savoir prendre le bus dans le bon sens) où je me suis sentie si perdue mais si curieuse de tout… Bref, en anglais, j’étais toujours pas bilingue mais cette langue était devenue une « réalité » qui m’avait permis de découvrir un nouveau pays. Il est vrai que l’on choisit souvent l’Angleterre comme destination favorite pour apprendre l’anglais et pour passer un bon séjour car cela permet de ne pas partir trop trop loin de chez soi. Et pour une ado de 13 ans, c’est déjà une sacrée aventure !

Comment j'ai fini par apprendre l'anglais...

En 3iè, je refais un voyage à Londres avec ma classe, pendant une semaine. Re-Ken Loach, re-les soirées crackers fromage, re-les laits au thé … Je me sens déjà en terre connue. L’ambiance est géniale, je suis motivée surtout parce que je découvre U2 et c’est le déclic : l’anglais c’est super utile POUR comprendre les paroles des chansons de Bono !

Comment j'ai fini par apprendre l'anglais...

Au lycée, mon vocabulaire s’est enrichi des paroles des chansons anglo-saxonnes du moment… Même Vanessa Paradis se mettait à chanter en anglais donc pas de raison que je ne m’y colle pas sérieusement !

A mon retour en France je cherchais parfois mes mots dans ma langue maternelle

Après le bac, je me dis que traverser la Manche ça ne suffit plus et je traverse l’Atlantique pour continuer l’aventure… Cette fois, je mets le paquet sur la durée : je pars faire un stage à Chicago. Coup de foudre pour la ville, plein de copines, un chef qui ne parle qu’anglais, soirées filles devant Friends. Bref, au bout de deux mois, j’ai senti que quelque chose se passait… Un déclic, un palier de passé, un niveau de validé… je commençais à devenir fluent… Au bout de six mois, je rêvais en anglais et à mon retour en France je cherchais parfois mes mots dans ma langue maternelle ! Bref, je vous conseille vraiment si vous pouvez le faire de partir en immersion totale pour accélérer votre apprentissage des langues en général. Par exemple, profitez d’un gap year avec www.esl.fr ou avec d’autres organismes proposant des voyages linguistiques pour vous ou pour vos ados.

Comment j'ai fini par apprendre l'anglais...

Le cercle vertueux avait commencé… Les progrès sont beaucoup plus faciles quand on a passé les premiers obstacles. J’enchaîne avec un premier job aux US : j’enrichissais mon vocabulaire mais la base était là, ainsi que les expressions pour faire genre. Bref, l’anglais c’était enfin mon truc !

Depuis je l’utilise tout le temps : au boulot, au ciné (je regarde toujours les films en VO) et bien sûr en voyage ! Je confesserais juste deux choses : 1/ce que je préfère c’est parler anglais avec des non anglophones, tous ces voyageurs rencontrés aux quatre coins du Monde et 2/j’ai épousé un… Allemand 😉

 Et vous, avez-vous galéré pour apprendre l’anglais ?

52 réponses pour “Comment j’ai fini par apprendre l’anglais…


  • A peu près autant que toi les premières années 😉 On n’a pas non plus toujours été gâtées avec nos profs (notamment au début de la 3ème si tu te rappelles ?), ce qui n’aide pas… Et ensuite je n’ai pas eu le déclic, ce qui fait qu’aujourd’hui tout va bien à l’écrit car je pratique quasi tous les jours au boulot, l’oral est toujours plus difficile.

  • A quelque chose près, l’histoire commence toi…j’ai appris l’anglais en 6ème ms je suis tombée sur une prof assez « nulle » que j’ai gardé jusqu’en…4ème et en 3ème, notre prof est partie en dépression et on est resté quelques mois sans prof…Lors des cours, je n’ai jamais eu le « déclic » pour la langue, surtout niveau oral…Et finalement, je ne l’ai jamais eu ce « fameux » déclic et c’est bien dommage…Je n’en ai pas vraiment besoin au boulot, mais pour les voyages, ça me manque pas mal…je me repose sur mon homme qui lui maîtrise beaucoup mieux la langue..

  • J’ai toujours adoré l’anglais que j’ai commencé à apprendre dès le CP!
    Premier voyage à Londres suivi d’un séjour linguistique en 5ème : je décide que je vivrai dans ce pays un jour!
    Nouveau séjour linguistique en seconde, puis études de langues (et virées shopping à Londres). Avec ma licence en poche, je pars étudier 3 ans à Londres (mon rêve se réalise). Depuis mon retour, j’y vais au moins une fois par an !

  • J’ai appris l’anglais à 7 ans lors des 1 an passés à Londres avec mes parents. J’étais à l’école française de Londres, et j’avais 1 h d’anglais par jour, tout à l’oral. Je suis rentrée presque bilingue, mais lorsqu’il à fallu apprendre les règles de grammaire au collège, la catastrophe! Aujourd’hui je parle anglais correctement mais je sais que je fais plein de fautes… Le plus important, c’est qu’on comprenne ce que je dis !

    • Lalydo, avec toutes les ressources que l’on trouve sur internet et la possibilité de faire des choses ludiques pour améliorer son anglais, on n’a pas forcément besoin de voyager (même si c’est peut-être le moyen le plus amusant ! )

      C’est vrai qu’il faut trouver du temps, mais même faire du « micro-learning » est mieux que rien! Par exemple, regarder des vidéos courtes (comme les miennes, par exemple sur Speak Better, Feel Great TV 😉 ou de faire une petite exercice avant de partir au boulot, d’écouter un podcast créé pour apprendre l’anglais pendant son trajet matinal, etc. Avec l’internet, on peut quasiment créer sa propre immersion, sans prendre l’avion ou le train! 

  • j’ai le même parcours, allemand LV1, pas envie d’apprendre l’anglais (pourquoi faire comme tout le monde ?), de très mauvais profs qui m’ont bloqué dès le départ.

    J’ai commencé à me débrouiller en anglais en terminale (le jour où je me suis dit que l’international c’était vraiment ça que je voulais), suis partie faire un stage à Leeds en fin de DUT et maintenant je peux brandir fièrement un TOEIC à 770 et faire un brin de causette avec les anglais. Je suis loin d’être bilingue mais au vue de mon parcours « anglais » très chaotique, c’est plutôt pas mal !

  • Comme toi Allemand LV1, anglais LV2.
    Nous n’étions pas nombreux dans mon collège à faire Allemand LV1 et donc anglais LV2, une dizaine. Et une dizaine de bons élèves timides, ce qui fait que le prof d’anglais galérait comme un fou pour nous faire participer…. Et que je n’ai pas beaucoup progressé. Pas beaucoup plus une fois arrivée en 2nde au grand lycée du centre ville, malgé le fait que mes parents m’avaient expédiée à Plymouth pour apprendre l’anglais.

    En revanche, j’adorais les US et mes parents ont accepté de m’y envoyer 1 mois en immersion totale dans une famille en fin de 1ere. Et là, début du déclic.
    J’y suis retournée tous les 2 ans l’été ensuite pendant mes années étudiantes, pour y travailler. 2è déclic.
    Evidemment, j’ai eu un petit copain 😉 encore un excellent moyen de progresser.

    et enfin, j’ai pu y retourner 1 an en programme d’échange dans une université. je me débrouillais bien en arrivant, mais écouter, prendre des notes, lire vite et beaucoup, c’est autre chose. Comme toi, au bout de 6 mois, je ne faisais plus la différence entre français et anglais. Je me souviens avoir lu un article du Monde à l’époque, qui faisait référence à un livre en anglais, avec une note en bas d’article pour la traduction. il m’a fallu quelques secondes pour réaliser que non, ils ne répétaient pas 2 fois la même chose, ils TRADUISAIENT.

    Maintenant, je n’utilise l’anglais quasiment que en voyage.
    Mais quand je me parle à moi même (non, je ne suis pas folle), je le fais souvent en anglais, et mine de rien, ca me maintient pas mal.
    Je suis tout à fait capable de soutenir une conversation courante sur des sujets courants.

    Quant à l’allemand, niveau catastrophique jusqu’en 3e, pour cause de prof catastrophique. Notre prof de 3è à qui je rend hommage m’a donné toutes les bases et a rendu l’allemand simple. Mes rencontres (huhu) lors d’échange scolaire au lycée, ont boosté mon niveau. Au sortir du bac, et surtout de la 1re année de prepa, on peut dire que j’étais allemand courant. Depuis, l’anglais a pris le dessus, et je ne sais plus. La grammaire et la syntaxe ne sont pas loin. par contre le vocabulaire….

  • Moi j’ai vraiment commencé à apprendre l’anglais courant quand j’ai commencé à travailler pour une organisation internationale. Là tous les echanges se font en anglais donc pas le choix. T’apprends super vite alors 🙂

  • J’ai fait une fac de langue et j’etais bonne a l’ecrit, le jour ou je me suis retrouvee en stage a Londres, j’avais du mal a les comprendres ces british, leur accent etait different de celui des profs (francais les profs donc forcement), puis j’ai rencontre mon copain, un anglais originaire de Newcastle, avec un accent du coup vraiment bizarre et la ca c’est vraiment decoince. Il fallait bien pouvoir lui parler 😉

    • L’enseignement est trop orienté sur l’écrit. Il faut pratiquer pour progresser à l’oral !

  • Je ne vois ce billet que maintenant, mais mieux vaut tard que jamais comme on dit! ;o)
    Pour ma part j’ai fait anglais 1ère langue et j’ai étudié 2 ans dans une université américaine dans le sud de la France après le bac, mais le déclic a été long à venir…
    Il a fallu attendre au moins 2 ans après être arrivée en Angleterre pour que je soie vraiment à l’aise, car je vivais avec un Français donc tous les matins et tous les soirs on parlait français.
    Comme tu dis, rien ne vaut l’immersion totale pour progresser rapidement…et/ou sortir avec un anglophone! ;o)

  • Salut je suis en seconde et franchement l’anglais sa n’a jamais était mon truc et j’ai jamais voulu apprendre sérieusement cette langue mais maintenant je me rend conte que j’aurais du plus la travailler par rapport à ce que mes nouveaux profs mon dit et la j’aimerais pouvoir récupéré mes année perdu mais je ne sais pas comment faire et mon niveau n’est pas si bon que sa. Est-ce que quelqu’un aurait une idée pour m’aider j(ai vraiment envie de progresser dans cette langue.

  • (je viens de commenter l’article sur les plus jeunes!)

    Moi je suis Gymglish http://www.gymglish.fr : un email par jour personnalisé. Ca ne vaut peut-être pas un cour avec un professeur mais ca permet au moins de maintenir son niveau !

  • Bonjour, super ce blog ! Moi qui suis une fan des voyages et des langues, je suis au top ici !
    Pour ma part, j’avais aussi (décidément !) allemand première langue car je venais de Suisse (à la frontière suisse-allemande où c’était obligatoire, car j’ai grandi en Suisse), puis en 4e je me suis mise à l’anglais, ça me semblait évident. J’ai toujours adoré cette langue, bien plus que les autres. J’ai l’impression que les enseignants en langues ne sont vraiment pas doués en France, en général. Bref. Je suis partie non à Londres mais directement aux USA quand j’avais 20 ans, 1 mois inoubliable en Californie dans une école de langues : école le matin avec des étudiants du monde entier (certains restaient 1 an, les veinards !), détente l’après-midi. Ma famille était super, et j’étais avec une Espagnole dans la chambre.
    J’ai pas mal progressé déjà, et à peine revenue, j’avais envie de repartir mais cette fois pour plus longtemps. Comment ne pas payer ? J’ai donc décidé de devenir fille au pair, et j’ai rempli un dossier. Très vite, une famille m’a contactée : j’allais partir un an à St-Louis, Missouri. Mélange d’excitation, d’angoisse, et me voilà partie à nouveau seule, à un peu plus de 20 ans.
    La famille était vraiment géniale, rien à dire, mais il y avait 3 enfants en bas âge (4 ans, 2 ans et 5 mois) et j’avoue que je n’étais pas assez mûre pour assumer. Il y avait là-bas une Française au pair depuis longtemps (de ma région en plus !!) qui est devenue une amie, elle veillait sur moi car je commençais à déprimer, j’avais le mal du pays, hélas. Je suis repartie au bout de seulement 2 mois, à mes frais bien sûr, et je garde encore aujourd’hui l’amertume de cet échec. Ceci dit, ces 9 semaines m’ont permis déjà de bien progresser, et je parlais assez fluently ! Aujourd’hui, je suis maman et je rêve de partir plusieurs mois avec mon fils, car l’immersion, rien de tel, on le sait. J’ai encore progressé en lisant énormément en anglais sur le net, et que ce soit à l’écrit ou à l’oreille, je comprends vraiment beaucoup ! Par contre rédiger à l’écrit m’est encore difficile, je fais encore des tournures à la française ^^ Bon week end. Marjorie

  • Ca me rappel mon stage de 4 mois en Irlande. Mais pas à Dublin où ça grouille de français, non dans une magnifique petite ville portuaire nommée Westport. J’étais avec une camarade de classe. Et un jour on s’est apperçue qu’on parlais anglais entre nous! Qu’on rêvait anglais! Qu’on pensait anglais! Bref la classe quoi 😉

  • J ai appris l Allemand car j ai travaillé 34 ans à Bale. Au début j ai pris des cours du soir, puis j ai épousé une Suissesse et enfin j ai toujours regardé que la Tv Allemande ou Suisse alémanique. Nous avons souvent passé nos vacances en Allemagne. L anglais , avec le net je commence à comprendre quelques truc mais pas grand chose.
    Bonne soirée Latil

  • Oh comme c’est drôle.
    Je me reconnais un peu dans ton récit.
    Londres avec l’école en 3ème dans une famille d’accueil on s’était dit « chouette on va rencontrer des jeunes anglais de notre âge et apprendre des gros mots, que notre prof même sous la torture a refuser de nous en donner un ou deux.
    Et puis il y a eu Chicago, un mois chez une correspondante avec la quelle j’échangeais des lettres d’ado déjantés.
    J’avais 16 ans il y a …27 ans ! Whaou!
    La pop anglaise des années 80′ m’a bien aidé aussi à enrichir mon vocabulaire.
    J’aimais beaucoup lire les textes des chansons.
    Quant à moi c’est avec un italien que je me suis mariée….

  • Intéressant article.
    Pour partager un peu mon expérience: j’ai toujours été intéressé par l’anglais mais les profs ont toujours été très mauvais et m’ont plutôt démotivés.
    Au collège/lycée, j’étais très moyen… mais je me suis remotivé arrivé à l’université car je rêvais de maîtriser cette langue pour parler avec des gens du monde entier, pour voyager, pour avoir un meilleur travail, … mais comme je n’avais aucun repère (ou seulement la méthode cartésienne de l’éducation nationale), j’ai continué mon apprentissage seul en me bourrant le crâne de mot de vocabulaire, de règles de grammaire, … et rien! J’avais beaucoup plus de vocabulaire mais impossible de comprendre un film ou aligner une phrase.
    Comme à l’université, on ne fait presque pas d’anglais, j’ai tout doucement perdu… Je me disais même que mon cerveau ne devait pas être fait pour les langues… Ensuite, quand j’ai travaillé, j’ai demandé au directeur de ma société pour avoir une formation en anglais grâce aux DIF mais il a refusé.
    Puis, j’ai rencontré une charmante péruvienne et, comme je m’ennuyais dans mon travail, que j’avais l’impression que ma vie parisienne ne m’apportera jamais rien et que je rêvais de voyager, j’ai décidé d’aller vivre dans son pays et en moins de 6 mois, je pouvais parler (presque) couramment espagnol en partant pratiquement de 0! Et ça m’a fait connaitre des gens incroyable qui ont beaucoup voyagé et appris des langues difficiles. Ce qui fait que je me suis remis à l’anglais et ai progressé très rapidement, ainsi qu’au chinois qui ne me parait pas si difficile qu’on le dit 🙂
    L’Espagnol n’était pas la langue que je souhaitais maîtriser à la base mais ça m’a appris beaucoup sur les langues:
    – la grammaire n’a d’importance que lorsqu’on maîtrise déjà la langue, il faut l’oublier au début
    – pour apprendre, il faut parler! C’est surement le plus important. Même si on parle mal, les gens ne vont pas se moquer.
    – il ne faut pas vouloir en apprendre trop d’un coup mais apprendre un peu chaque jour. Rien que retenir quelques mots (moins de 5) chaque jour est très positif et c’est déjà difficile.
    – pour comprendre et parler de « la pluie et du beau temps », nous avons besoin que de très peu de vocabulaire (quelques centaines de mots). En fait, on utilise toujours les mêmes. Et donc, il faut peu de temps d’apprentissage pour pouvoir tenir des discutions simples.

    Enfin, bref, on peut maîtriser la base d’une langue et se débrouiller très rapidement avec un peu de volonté et surtout en utilisant des méthodes d’apprentissage d’une langue vivante et pas d’une langue morte. Conclusion: Oublier la grammaire, et parlez parlez parlez!

    • Tu as bien raison ! C’est également comme ça, que j’ai appris l’espagnol en allant au Pérou faire de l’humanitaire.

  • Pour moi qui étudie l’anglais tout seul, depuis des années, avec des méthodes du commerce (genre Assimil et autres) et aussi sur internet (Instant English, ABA, etc), mon problème est que je ne pratique absolument pas et ne comprends rien de rien quand je regarde un film en VO ! Comment pratiquer en restant en France ? Il ne m’est pas possible d’aller en famille d’accueil à mon âge, je suis retraité 🙂

  • J’adore Londres, j’y suis aller à plusieurs reprises, c’est une ville magnifique qu’il faut parcourir à pied ou alors en bus pour profiter de tout. Mais l’anglais je m’y fait pas du tout et je m’y ferais jamais.

  • Super, mais en gros faut de l’argent pour être bilingue, parce que voyager c’est pas gratuit !

  • Votre article m’a fait rire, car je suis américaine et voir quelqu’un qui trouve que le « crackers and cheese » est exotique ou bizarre m’amuse, j’adore ! (même si je suis en France depuis 10 ans et que oui, chaque fois que j’en propose à des invités à l’apéro, on dirait presque que je viens de leur apporter un plateau de sauterelles frites 🙂

    Dans votre texte, ce qui ressort le plus est le coté fun, amusant et plaisant qui vous a aidé dans l’apprentissage. Comme vous dites, si vous commencez à apprendre une langue en se sentant ridicule, ça ne va pas aller loin ! Il vaut mieux prendre plaisir (et du coup, ne pas se sentir trop complexé par ses fautes, indispensables pour apprendre ! )

    En tout cas, merci pour ce billet, qui est vraiment amusant, mais aussi utile pour ceux qui ont vécu les mêmes traumatismes dans leur parcours scolaire !

  • Mon expérience est un peu similaire.
    Plusieurs voyages scolaires et à l’étranger avec mes parents avant de prendre goût à la pratique de l’anglais (profs de collège pas tous au top), et au final deux séjours linguistiques pendant mes années lycée (dont un de un mois en été avec l’organisme SILC), chez des familles pour goûter la « vraie immersion », en compagnie d’autres jeunes de mon âge, et là le gros déclic : ma grande, si tu veux voyager, bosser à l’international, et échanger avec des étrangers dont tu ne parles pas la langue, ben faut se mettre à l’anglais !!!
    Résultat, aujourd’hui je pratique l’anglais quasi tous les jours, oral et écrit ; je ne suis pas du tout bilingue, par exemple je ne comprends pas les expressions idiomatiques, mais je suis à l’aise dans ma pratique courante.
    Ça impose des sacrifices, mais pour moi la meilleure façon d’apprendre les langues c’est de séjourner dans un pays étranger, car la langue n’est pas que grammaire et conjugaison, mais aussi un mode de vie, une culture.

  • Vos articles et vos expérience sont très intéressants !

    Je me retrouve aussi dans tout cela quand je suis parti en Angleterre. Le meilleur moyen d’apprendre l’anglais est d’être en totale immersion dans un pays anglophone pendant un certain temps. Au début, on trime un peu il faut l’avouer mais cela devient vite très fructueux !

    Pour ma part, cela a été le meilleur moment de ma vie. Se faire des amis du monde entier, eux aussi venus pour apprendre l’anglais, la motivation a passé avant la difficulté !

    J’ai eu beaucoup de chance et je suis conscient que cela n’est pas évident pour tout le monde de partir vivre dans un pays anglophone (même pour un peu de temps).

    Pour aider les personnes n’ayant pas cette chance, j’ai associé mes compétences professionnelles (développement Web) et ma passion (l’anglais) pour créer un cours en ligne plutôt « amazing ». Depuis chez vous, vous êtes en « immersion dans la langue de Shakespeare » avec votre professeur d’anglais personnel ! Vous pouvez venir essayer en cliquant ici :
    http://virtual-concept.net/english-at-home.html
    c’est plutôt sympa. Vous m’en direz des nouvelles.

  • En effet il suffit d’avoir le déclic, pour ma part je l’ai eu en arrivant en Irlande à Dublin,
    Même si l’accent est difficile à comprendre, il a suffit de quelques semaines pour s’y habituer 😉

  • Je suis tout à fait d’accord, Je me suis lancé quand je suis parti en Irlande lors d’un stage pour mon école.
    Lors de mon voyage, j’ai développé ma propre méthode pour apprendre l’anglais car j’étais vraiment nul et aucune technique ne marchait.
    Aujourd’hui je contente de parler anglais et j’ai également appliqué ma méthode pour apprendre l’espagnol.
    PS: ton blog est vraiment joli

  • J’ai bien rigolé, super blog au passage. Moi je détestait l’Anglais jusqu’en fin de 5ème où la suite d’un film n’était sortit que en Amérique donc je me suis obligé et tout le lycée notre prof était de New York et parlait très peu français et depuis je parle couramment Anglais et possède des amis sur Skype à Seattle.

    Et maintenant j’écris un livre en anglais depuis un an déjà.

    De plus mes parents cherchent un moyen de venir aux USA avec la famille pour progresser en Anglais peu être dans une autre famille ou un quartier communautaire mais on n’a rien trouvé. Si quelqu’un sait quoi faire ce serai gentil ^^

  • Le meilleur moyen d’apprendre une langue est selon moi d’y être confronté régulièrement. Cela peut-être au travail au quotidien, en regardant des séries en version originale, ou bien en essayant de comprendre les paroles d’une musique, etc…

    Pour ma part, en plus de ces diverses méthodes, j’ai choisi d’approfondir avec un voyage linguistique auprès de l’organisme EF (Education First). Je suis ainsi parti en séjour pendant 3 semaines à Hawaï où j’ai pu travailler quotidiennement l’anglais avec des cours particulièrement bien conçus. Les professeurs et l’équipe pédagogique étaient formidables. J’ai également pu rencontrer d’autres étudiants et passer d’excellentes vacances en immersion et m’améliorer. Le but d’un tel voyage n’est pas nécessairement que l’apprentissage scolaire de la langue mais bien de découvrir la culture du pays (en l’occurence le surf et le ukulélé, par exemple, qui étaient des activités proposées par l’organisme) et également de se développer un réseau international.

    Je ne peux que recommander un tel séjour, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse [email protected] si vous souhaitez en savoir plus.

    En vous souhaitant bonne chance dans votre apprentissage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de copier/coller ce code dans la case juste dessous :rsVV1c