Articles avec l'étiquette vivre le retour de voyage:

retour tour du monde

Retour de Tour du Monde en famille : questions-réponses !

Suite à notre retour de Tour du Monde en famille, j’ai reçu pas mal de questions concernant justement ce retour : comment le vivons-nous ? Est-ce que ça va côté moral ? Comment les enfants réussissent-ils à s’adapter au rythme de la rentrée ? Et tant d’autres interrogations… J’ai donc essayé de recenser vos différents questionnements et je tente d’y répondre ici en 10 points. Surtout n’hésitez pas à me poser d’autres questions en commentaires !

retour tour du monde

 

1 – Rythme de vie :

Alors là j’ai l’impression que certains croient que notre Tour du Monde était une série de grasses mat’ mais pas du tout ! N’oubliez pas que les enfants n’ont que 4 et 6 ans donc le lever tôt nous n’y avons jamais échappé ! En gros, en voyage on avait le même rythme qu’à la maison : les enfants étaient endormis à 21h maxi et se réveillaient vers 7h30, tout comme à Paris. Parfois pour certaines expéditions (balades sur le Mékong, lever du soleil sur les temples de Bagan, rencontres avec les lions de mer en Nouvelle-Zélande…), nous avons même été plus matinaux que d’habitude. Donc pas de panne de réveil à notre retour !

En plus, comme nous avons passé les dernières semaines en Europe, nous n’avons plus le soucis du décalage horaire et c’est pas mal !

Certains s’inquiètent aussi du choc entre un planning libre qui change tous les jours au gré du voyage et le planning de la routine. Alors primo je n’aime pas du tout le mot « routine » qui est très péjoratif. Je n’ai jamais vu notre vie à Paris comme une routine ennuyeuse. Même au quotidien, il y a toujours des choses à découvrir, des sorties à organiser, du sport, des rencontres avec des amis et puis des escapades bien sûr ;-). C’est vrai qu’un emploi du temps scolaire c’est différent et plus répétitif mais je pense que c’est plutôt facile de s’adapter dans ce sens-là… En tout cas, Ticoeur et Titpuce adorent voyager mais n’ont pas de soucis à suivre un programme régulier…. Il y a un côté plus reposant dans la répétition… Et puis n’oublions pas que même en voyage on avait nos « petites habitudes » : école en fin d’après-midi, jeux de société avant le repas, histoire du soir avant de dormir…

2 – Retour à l’école :

La rentrée des classes a eu lieu la semaine dernière donc je peux vous en parler très concrètement. Tout d’abord Ticoeur et Titpuce étaient contents d’aller à l’école. Nous habitons à présent à quelques rues de notre ancien appartement mais nous ne dépendons plus de la même école. Le directeur de la Primaire et la directrice de la Maternelle nous ont reçus trois jours avant la rentrée pour nous faire visiter les lieux. C’était très sympa et pro de leur part.

Et donc ces premiers jours d’école ? Impec’ pour Ticoeur qui m’a déjà dit 10 fois que l’école c’était super ! Pour Titpuce c’est un peu différent. Elle est contente d’aller à l’école mais elle a quasi tout oublié ;-). Il faut dire qu’en tout dans sa petite vie elle n’a passé que trois mois à l’école de septembre à décembre 2015 et c’est déjà loin. Alors moi le premier jour j’ai cru bien faire en ne l’inscrivant pas à la cantine histoire que sa première journée soit tranquille, sauf que la seule chose dont elle semblait se souvenir de l’école c’était justement la cantine ! Donc quand je suis allée la chercher à 11h30, elle est arrivée en larmes et m’a dit « maman, ils m’ont pas donné à manger ! ». Le lendemain, je l’ai laissée au Centre de Loisirs jusqu’à 17h. Quand je suis allée la récupérer, la directrice a fait un appel au haut-parleur comme d’habitude en disant son nom et prénom. Sauf qu’elle ne venait pas. Au bout d’un certain temps les animateurs sont allés la chercher et lui ont demandé pourquoi elle n’allait pas vers l’accueil pour retrouver sa maman et elle leur a répondu qu’elle ne savait pas pourquoi on avait dit son nom au micro ! Bref, j’ai essayé de briefer un maximum de personnes pour leur expliquer qu’il fallait lui réexpliquer les fonctionnements de base et je suis certaine que ça ira très bien dès cette semaine.

Que ce soit Ticoeur ou Titpuce ils n’ont pas de copains dans la nouvelle école mais avec tous nos voyages, ils ont l’habitude d’aller à la rencontre d’enfants qu’ils ne connaissent pas (et qui ne parlent pas toujours leur langue) donc je ne m’inquiète pas et eux non plus d’ailleurs. Ticoeur fête bientôt ses 7 ans et nous avons tout simplement préparé des invitations pour les meilleurs amis de l’ancienne école avec qui nous avons gardé le contact.

De toute façon pour le sujet de l’école il faut encore quelques semaines avant de vous dire si tout va bien. Le temps d’observer si Ticoeur arrive à suivre, si je n’ai pas loupé quelque chose en gérant son CP… Il a appris à lire, écrire, calculer (et nager !) sans oublier que grâce au voyage il a appris tant de choses qui ne sont pas au programme : la géographie, les animaux, les plantes, les climats, les cultures, l’anglais… Donc je ne suis pas inquiète mais à suivre quand même !

3 – Retour au boulot :

Pour « Papa Voyage » il s’agissait d’un congé sabbatique. Il est retourné au boulot le lendemain de notre arrivée à Paris (et ouf, il s’est rasé au passage !). Il a retrouvé le même poste dans son entreprise, avec le même chef. Il a organisé un petit pot de retour avec son équipe et son chef lui a gentiment demandé s’il fallait compter avec un 3iè congé sabbatique dans 6 ans ;-)… (je rappelle que d’après la loi il faut 6 ans entre chaque congé et que nous en sommes au 2iè. Le premier congé sabbatique c’était pour notre voyage de noces d’un an autour du Monde). Et bien oui pourquoi pas un 3iè congé sabbatique hein ?

Pour moi, côté boulot c’est le flou mais c’est indépendant du sujet « retour de voyage ». Je ne sais toujours pas ce que je veux faire dans la vie mais je ne suis pas certaine de le savoir un jour. Donc pour l’instant je continue en freelance en marketing digital et rédaction mais dans quelques semaines je vais réfléchir à faire ou pas un petit retour en entreprise (il y a aussi des considérations financières là-dedans)… Si je retourne en entreprise, reste à savoir dans quel métier !

4 – Nouvel appart :

Nous n’avons pas changé de quartier donc nous avons nos repères, de la famille et des amis près de chez nous. Nous avons rencontré pas mal de familles autour du monde qui prévoyaient un retour dans une autre ville que leur lieu d’origine et donc forcément c’est plus sport ; pour nous c’est le retour en terre connue. Nous avons quand même emménagé dans un nouvel appart et la grosse différence avec celui d’avant c’est que nous avons un balcon et ça fait du bien. Il reste que comme nous avons stocké nos affaires chez 10 personnes différentes (merci à toutes !) nous courons à gauche à droite pour récupérer un peu tout. Pas bien grave !

Pour la petite histoire, lorsque nous sommes rentrés dans notre nouvel appartement, Titpuce a demandé 10 fois si sa chambre était bien sa chambre. Nous avons dit oui. Résultat : quelques minutes plus tard nous avons découvert qu’elle avait écrit son prénom en rose fushia sur le mur : elle a marqué le territoire ! Sans doute un signe que nous sommes bien installés !

5 – Les côtés positifs du retour ?

Pour bien vivre un retour, une petite recette de base c’est de positiver. Donc voici quelques bons aspects du retour :

  • Les retrouvailles avec les gens que nous aimons (énorme point positif !).
  • Depuis que nous sommes à Paris et bien il fait beau ! Pas mal comme accueil !
  • J’ai pu remonter sur mon vélo et m’amuser à traverser tout Paris juste pour le plaisir d’admirer notre Capitale.
  • Les enfants sont ravis de retrouver certains jouets mais surtout leurs déguisements, trottinettes et vélos. Le premier soir, ils ont dormi avec TOUS leurs doudoux !
  • Je peux rejouer du piano ! (Vélo et Piano sont les deux seules choses matérielles qui m’ont manqué).
  • Nous pouvons prendre des bains quand nous voulons (rare de croiser des baignoires en voyage !).
  • Nous n’avons plus de soucis pour stocker nos photos sur l’ordinateur ;-).

6 – Les difficultés ?

Oui il y en a aussi mais pour l’instant il s’agit de petites difficultés :

  • Il n’est pas simple de parler de notre voyage. Le sujet est trop vaste. Le top c’est quand les amis ont lu le blog et posent juste quelques petites questions précises ;-). Pour contre, le « alors ce voyage ? » me plonge dans une vertigineuse rêverie…
  • Je ne sais pas quoi cuisiner. Franchement j’ai perdu l’habitude. En voyage nous avons peu cuisiné ou bien des choses  super simples adaptées à la vie nomade, notamment en camping-car mais je n’ai pas vraiment préparé de bons petits plats. Je n’ai plus de réflexes en la matière donc je me replonge dans mes carnets de recettes et je redécouvre ce que je sais faire…
  • Au début on a eu du mal à réaliser que les gens autour de nous nous comprenaient donc attention : on ne peut plus dire tout et n’importe quoi ici ;-).
  • J’ai essayé de porter à nouveau des talons mais c’est dur dur… Je me laisse quelques semaines avant de regagner 7 cm ;-).
  • Quelques petits soucis administratifs mais rien de lourd (internet, impôts, changements d’adresse…)
  • Après il y a quelques difficultés qui n’ont absolument rien à voir avec notre voyage mais la vie est comme ça, parfois y a des tuiles : revenir ou pas d’un Tour du Monde ne peut rien y changer… Au moins, on a l’énergie pour y faire face.

7 – Les souvenirs dans nos têtes :

Nos souvenirs sont tout frais. Nous parlons beaucoup de notre voyage entre nous, de nos souvenirs, de ce que nous avons préféré. Ticoeur se rappelle de détails incroyables : nom de tel hôtel à tel endroit, nom de nos hôtes, nom de chaque enfant croisé, vocabulaire en birman, portugais, etc. Titpuce et Ticoeur font pas mal de dessins qui représentent notre voyage. Certaines personnes me disent que c’est dommage car les enfants oublieront ce voyage mais primo il va se passer du temps avant qu’ils l’oublient et secondo il n’y a pas que les souvenirs actifs qui comptent. Un voyage ça nous marque, ça nous change, ça nous forme… C’est la somme de toutes nos expériences dans la vie qui fait qu’un jour nous sommes qui nous sommes et peu importe qu’on se souvienne ou non de ces expériences. Nous n’avons pas fait ce voyage pour cocher des pays, pour que Ticoeur et Titpuce puissent se dire « bon, j’ai vu le Vietnam, la Birmanie, l’Australie… donc je vais aller voir autre chose… ». Non, le but de notre voyage c’était le voyage en famille, tout simplement, pas le « cochage de destinations ». Nous avons plein de beaux souvenirs et ils dureront ce qu’ils dureront. Si ce n’est pas dans nos esprits, tout au fond de nous, ils resteront ; j’en suis certaine.

8 – Nos futurs projets de voyage :

Bien évidemment qu’on va continuer à voyager ! Avant notre Tour du Monde nous avons passé six belles années à bouger régulièrement avec nos enfants (plus de 70 escapades !). C’est notre mode de vie. On ne va pas changer ça ! Par contre on ne va pas aller bien loin à la Toussaint parce qu’il faut quand même cumuler quelques congés payés ;-). On pense commencer par des escapades week-ends en France.

9 – Et sur le blog ?

Pendant notre Tour du Monde j’ai essayé un maximum d’écrire en direct et donc mes articles correspondaient à quelques jours près à l’endroit où nous étions. Cela veut également dire que je n’ai pas souvent approfondi les sujets pour privilégier les informations pratiques par destination. A présent, j’ai envie de vous parler de visites, de lieux particuliers que nous avons aimés. Pour moi ce sera l’occasion de replonger dans notre beau voyage, de trier les photos, de bosser peut-être sur toutes les vidéos que j’ai filmées ; et pour vous, j’espère qu’il y aura de belles découvertes à la clef et de nouvelles envies de voyages. En parallèle, je vous parlerai encore de notre retour à Paris et de nos escapades week-ends de la rentrée. Il y aura donc un mix entre les souvenirs de notre Tour du Monde et des articles sur de jolis endroits en France.

10 – Conclusion/ pensée du moment :

Si je dois résumer, quand on me dit si ce n’est pas trop dur le retour, j’ai surtout envie de crier notre bonheur d’avoir fait ce voyage. C’était si beau, si grand, si fort que même si c’est fini pour l’instant je n’ai aucun regret : nous avons profité de la vie, de nos enfants, de notre jolie planète ; nous en avons tellement profité que nous nous sentons bien, aujourd’hui, maintenant. J’ai vécu des frustrations après une ou deux semaines de vacances, au moment de retourner au bureau mais après 8 mois vous savez on se dit surtout que nous avons vécu quelque chose d’exceptionnel. Quand on vit la vie dont on rêve il n’y a pas de place pour la déprime. Nous avions 8 mois devant nous ; nous les avons vécus en grand ; nous sommes heureux, unis et vous savez quoi ? Nous voyagerons encore, encore, et encore !

retour tour du monde

retour tour du monde

En fait, ce n’est ni notre premier retour, ni le dernier ;-)… Et comme l’a écrit Apollinaire :

« Il faut voyager loin en aimant sa maison ».