La valette en famille

Notre vie en Angleterre (semaine 8) : quand on part une semaine à Malte… !

Où a été prise cette photo ? En Angleterre ? Non, à Malte ! A La Valette plus exactement… En effet, à Malte, on voit encore quelques traces de la période où l’île était une colonie britannique (de 1814 à 1964), avec notamment quelques cabines téléphoniques, des boîtes aux lettres mais surtout la langue puisque l’anglais est la deuxième langue officielle parlée à Malte après le maltais. Alors, est-ce un hasard si nous avons passé une semaine de vacances dans cette île anglophone ? Pas du tout ! C’est totalement lié à notre expatriation dans le sud de l’Angleterre, car voyez-vous, une des premières questions que je me suis posée quand j’ai su que nous partions vivre dans la province anglaise c’est « mais comment allons-nous faire pour voyager autant qu’avant ?« . Parce qu’à Paris, nous étions vraiment gâtés en terme de connexions entre les trains et les avions ; on pouvait aller presque partout ! Et souvent, depuis la Capitale, les vols ne sont pas très chers par rapport aux aéroports de province… Alors, dès que nous avons quitté Paris, j’ai regardé quelles destinations internationales étaient desservies depuis Southampton et Bournemouth et j’ai pleuré !!! Pour résumé, depuis Southampton je peux surtout aller à Paris (c’est déjà pas mal pour une Parisienne !) et de Bournemouth et bien il y a des vols pour… Malte ! Parce que beaucoup d’Anglais passent leurs vacances à Malte justement pour la langue… Alors, comme nos critères étaient de partir dans le sud de l’Europe pour prolonger l’été et profiter de nos derniers bains de mer, et bien Malte c’était juste parfait ! En plus, on s’est dit que le côté ex-colonie britannique nous permettrait de prolonger notre expérience anglaise : nous avons conduit à gauche avec grande facilité :-)… Et bien sûr, partout, on pouvait parler anglais (même si, entre eux, les Maltais parlent plutôt maltais).

C’est ma troisième fois à Malte, donc j’avais une idée du programme pour la semaine afin de revoir des coins que nous aimons et en découvrir de nouveaux. Je vous raconte tout cela bientôt dans un article dédié à Malte ! Je peux déjà vous dire que notre coup de coeur a été Gozo ! Vous pouvez voir nos photos sur Instagram

Et pour le côté anglais de l’île : et bien, en vrai, à Malte on se croirait plus en Sicile qu’en Angleterre, surtout côté paysages et gastronomie ! Cependant, les enfants ont pu pratiquer un peu d’anglais au restaurant et surtout ils n’arrêtaient pas de nous demander « comment on dit ça en anglais ? »… Je les ai même surpris en train de tout le temps dire « sorry » comme de vrais petits Anglais !!  La maîtresse de Titpuce lui avait donné à lire un livre par jour et j’ai été ravie de voir l’enthousiame de ma puce pour cette session de lecture quotidienne en anglais ! Donc même en vacances, il faut croire qu’ils n’en avaient pas marre d’apprendre leur nouvelle langue ! Et puis, Ticoeur et Titpuce sont toujours en train de s’inventer des histoires et des chansons à longueur de journée et bien figurez-vous que certaines étaient en anglais !

Mais je vous rassure : nous n’avons pas trop pensé à l’école, ni à l’Angleterre et nous avons vraiment été dépaysés par nos vacances sour le soleil de Malte avec de belles baignades et de belles balades en famille !

vacances à Malte

Excellente semaine à tous et à bientôt pour le récit de nos aventures à Malte !

Un parc d’attractions avec Peppa Pig ! (Angleterre)

Peu de temps après notre installation en Angleterre, nous avons emmené les enfants au Paultons Park, élu plusieurs fois « meilleur parc d’attractions du Royaume-Uni » et surtout, c’est juste à côté de chez nous :-). La particularité de ce parc c’est qu’il contient tout un espace dédié à Peppa Pig. Et Peppa Pig, Ticoeur et Titouce connaissent vraiment bien ! Ils regardent ce dessin animé depuis des années ! Je me répète mais du point de vue de l’apprentissage de l’anglais il n’y a pas mieux. La langue de Shakespeare est parfaite, l’accent aussi. Alors n’hésitez pas à faire découvrir Peppa Pig à vos enfants même si c’est gnangan, c’est pour leur bien… Bref, Titpuce était ravie d’aller à Peppa Pig World avec les jolis décors et les petits manèges. Ticoeur est maintenant trop grand pour être encore fan mais il a adoré les autres parties de Paultons Parks, surtout les espaces Lost Kingdom et Critter Creek où se trouvent les manèges à sensations. Au final, il y a des manèges pour toute la famille et tous les âges. Si vos enfants sont déjà trop grands pour Peppa Pig, il y a largement de quoi passer la journée dans le reste du parc. Au total, c’est 70 manèges dans ce parc vraiment très soigné, avec de beaux jardins et un personnel adorable. Nous avons beaucoup aimé l’ambiance sereine et les files d’attente très courtes voire inexistantes (sauf pour la partie Peppa Pig où il y y avait 10 à 15 minutes d’attente). Il paraît qu’il faut juste éviter le mois d’août. Chez nous, c’est une habitude d’aller dans les parcs d’attractions en septembre car les gens sont occupés avec la rentrée scolaire (ça m’a toujours intrigué d’ailleurs… mais bon tant mieux…). Même à Disneyland Paris, nous avions trouvé septembre agréable niveau remplissage. Paultons Park c’est plus petit. Les attractions avec l’eau et l’espace dédié aux plus jeunes m’ont fait penser au Parc Astérix mais la déco est davantage comme chez Nigloland, très nature. En tout cas, cette sortie a été un gros succès ! Nous y avons passé la journée et les enfants étaient ravis ! Nous voulions vraiment leur faire plaisir pour les soulager un peu de la pression liée à leur rentrée scolaire en Angleterre. Mission accomplie !

Suite de l’article

visiter la New Forest

Angleterre magique : nous avons croisé une licorne dans la New Forest !

Il y a des endroits dont on n’attend pas grand chose et qui savent pourtant vous surprendre. La New Forest, dans le sud de l’Angleterre en fait partie. Au début, quand j’ai appris que l’endroit le plus connu et le plus réputé de notre région était une forêt, je me suis dit : « bon, ok, c’est pas mal une forêt, c’est toujours bien pour de belles balades en pleine nature ». Franchement, oui, j’aime la forêt mais j’avais pas mal d’images de forêts en tête et je ne voyais pas comment une nouvelle forêt allait me surprendre… Alors, forcément, pour notre première escapade week-end ici en Angleterre nous sommes juste partis à quelques minutes de chez nous pour découvrir cette New Forest. Et bien quelle surprise ! Croyez-moi, il y a forêt et forêt ! A peine notre campervan quittait l’autoroute pour rentrer dans l’immense forêt que nous avons été charmés par les paysages et les couleurs de cette fameuse New Forest. Des arbres bien sûr, mais aussi des prairies vallonées et des colines recouvertes de lavande (et/ou de bruyère ?)… ça commençait fort ! Et puis soudain nous avons vu un cheval, puis un poney, puis un cheval, puis dix poneys, puis dix chevaux ! Je sais pas vous, mais moi je n’étais jamais allée dans une forêt peuplée de chevaux et poneys en liberté ! C’est impressionnant ! Nous sommes bien sûr descendus de notre van pour marcher sur les chemins et là, rebelotte ! Chevaux, poneys, chevaux, poneys… Les enfants étaient ravis ! Et c’est pas tout ! Nous avons également vu des daims, des cerfs, des ânes et des vaches ! Que de vie ! Il paraît qu’il y a plus de 4000 poneys dans la New Forest !

visiter la New Forest
visiter la New Forest

visiter la New Forest

lavande anglaise

âne New Forest

Et puis soudain… nous sommes tombés nez à nez avec… une licorne !!! :-)…

licorne

Suite de l’article

visiter la cité de la mer

La Cité de la Mer à Cherbourg

Notre dernière visite en France avant de prendre le ferry pour l’Angleterre a été La Cité de la Mer à Cherbourg. Cela faisait longtemps qu’on avait envie d’y aller et il nous manquait juste l’occasion de passer dans cette ville normande que nous ne connsaissions pas. Nous avons consacré une journée à La Cité de la Mer tant il y a de choses à découvrir !

visiter la cité de la mer

Je commence par le coup de coeur de toute la famille : la visite du Redoutable, un immense sous-marin, le plus grand sous-marin visitable au Monde ! Le traversée de salle en salle était fascinante : on voit toutes les machines, le poste de commandes, les armes et aussi les lieux de vie (les cabines de l’équipage et les appartements du Commandant). Cela nous a semblé un vrai labyrinthe ! Nous avions tous pris un audi-guide. Pour les enfants, c’est une version allégée. Ticoeur et Titpuce ont tout écouté donc j’imagine que la version enfant était aussi passionnante que la version adulte. Nous avions déjà visité des sous-marins plus petits dans le nord de l’Allemagne, mais je dois dire que les dimensions du Redoutable rajoutent à l’intérêt de la visite. Nous avons passé une heure à l’intérieur du sous-marin. Puis, nous avons poursuivi, très logiquement par l’espace dédié aux sous-marins. Il y a de nombreuses explications et animations intéractives, grâce à des écrans et des jeux vidéos. On peut, par exemple, apprendre à piloter un sous-marin et comprendre son fonctionnement. Ticoeur et Papa Voyage étaient enchantés ! Ils sont passionnés par les profondeurs sous-marines… marqués par « Vingt-Mille lieues sous les mers » sans doute, mais aussi par la complexité de ces machines.

le redoutable sous-marin

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer  visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

Ensuite, nous avons parcouru l’espace Titanic. Cela complétait parfaitement la visite du Titanic Museum où nous étions l’an dernier à Belfast. On voit d’abord la salle des bagages, où les passagers qui partaient de Cherbourg se sont enregistrés. Ensuite, grâce à l’équipement audiovisuel et cinématographique présent dans les salles de l’expo, on revit les dernières heures du Titanic. Forcément, l’histoire étant triste, il y a des moments difficiles, pendant lesquels on comprend le sort des passagers qui n’ont pas survécu. Mais Ticoeur et Titpuce ont tout regardé avec intérêt et ont trouvé que c’était intéressant. On traverse aussi les décors des différentes cabines selon la classe des passagers. Les enfants ont aimé le poste de commandement. Moi, j’ai particulièrement aimé toute cette partie Titanic car j’ai toujours été fascinée par ce drame qui est un enchaînement d’erreurs humaines fatales. Et puis, je trouvais émouvant que le lendemain on prenne un ferry pour faire le chemin inverse du Titanic (le Titanic était parti de Southampton pour aller à Cherbourg puis en Irlande avant de prendre la direction de New York). Vous l’aurez compris, avec Le Redoutable, la partie Titanic, retour à Cherbourg est mon autre coup de coeur.

 

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

La Cité de la Mer comprend aussi une partie aquarium qui plaît beaucoup aux enfants. Ticoeur et Titpuce ont surtout aimé pouvoir filmer quelques poissons dans le bassin tactile. Et puis, requin, tortues et méduses ont toujours leur succès ! Mes amours ont voulu parcourir deux fois les aquariums : une fois avant le déjeuner et une autre fois après. Cet espace aquarium va être refait dans les semaines qui viennent pour être modernisé et donc il y aura une nouvelle version dès le printemps prochain.

aquarium cherbourg

méduses

aquarium cherbourg

Pour le déjeuner, nous sommes allés dans le centre de Cherbourg car nous avions envie de voir la vieille ville. Sinon, il y a un restaurant sur place si vous ne voulez pas sortir. En tout cas, entrer et sortir se fait sans soucis et permet de faire des pauses histoire de ne pas enchaîner les visites de tous les espaces de la Cité de la Mer d’une traite ; cela ferait long.

Au retour de notre déjeuner, nous avons donc retraversé les aquariums puis nous avons participé à l’animation virtuelle « On a marché sous la mer »... C’est une animation dont on est le héros. On part à la découverte des fonds marins et on devient membre de l’équipage. Un simulateur permet de nous faire vivre la descente dans les profondeurs. Cela a plu aux enfants et c’est sympa car on est en famille et par équipe.

Enfin, le bâtiment de la Cité de la Mer est lui-même un bâtiment historique aux dimensions incroyables, dans un style Art Déco. Il s’agissait autrefois de la Gare Maritime Transatlantique. Dans l’immense hall, on peut voir une exposition d’engins célèbres qui ont exploré les profondeurs. Nous avons adoré cette partie expo (qui est gratuite d’ailleurs) et que les enfants ont aimé explorer au début et à la fin. Bien sûr, nous avons terminé par un passage dans la boutique de la Cité de la Mer où il y a une très belle sélection d’articles et de livres sur le thème de la mer. Nous avons craqué pour un petit guide des coquillages.

visiter la cité de la mer

 

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

visiter la cité de la mer

Conseils pour la visite :

  • Nous sommes arrivés à l’ouverture : cela permet de se garer très facilement près de l’entrée (parking gratuit) et d’avoir moins de monde pour la visite du Redoutable.
  • Pour entrer dans le Redoutable il faut que les enfants aient plus de 5 ans pour des raisons de sécurité car les espaces sont exigüs avec de nombreuses marches. Donc si l’un de vos enfants est plus jeune, le mieux c’est de l’emmener aux aquariums pendant que les autres enfants et un adulte visitent le sous-marin. Puis les parents inversent les rôles. A noter que l’entrée à la Cité de la Mer est gratuite pour les moins de 5 ans.
  • Pour l’animation « On a marché sous la mer », il faut réserver un créneau car les places sont limitées.
  • En tout, nous sommes restés de 10h le matin à 16h30 l’après-midi avec une pause déjeuner pour reposer les enfants.
  • L’espace aquarium sera flambant neuf à partir du printemps 2019.
  • Toutes les informations pratiques (horaires et tarifs), sur le site de La Cité de la Mer.

Donc si vous êtes de passage dans La Manche, du côté de Cherbourg, la visite de La Cité de le Mer est un incontournable que ce soit pour les enfants ou les grands ! Nous n’avons même pas exploré entièrement la partie sur les sous-marins tant il y a de vidéos et de contenus à découvrir. Ce sera pour une prochaine fois !

Et vous ? Tentés par la Cité de la Mer ?

 

*Un grand merci à la Cité de la Mer qui nous a grâcieusement invités !

Bretagne magique : le Poète Ferrailleur et la poésie des menhirs

Dans la forêt de Brocéliande, nous n’avons pas croisé Merlin l’Enchanteur mais nous sommes tombés sous le charme de deux endroits : le Poète Ferrailleur et les menhirs de Monteneuf. Les deux se trouvent près de Ploërmel, donc sur notre route lors de nos vacances en Bretagne. Nous nous y sommes arrêtés juste après notre semaine dans le Golfe du Morbihan. J’ai eu envie de vous en parler dans un seul et même article car j’ai trouvé qu’il y avait des similitudes entre ces deux lieux magiques et poétiques. J’ai ressenti la même émotion en les traversant… Pourtant, ils sont très différents aussi : chez le Poète Ferrailleur, on découvre un univers imaginé par un grand rêveur : Robert Coudray. Que c’est beau ! Et si touchant ! On croise des automates, animés d’une vie mécanique et pourtant presque palpable et on se retrouve tout petit, comme un enfant, au pied d’immenses maisons fantaisistes qui semblent tout droit sorties d’un conte de fées… On a adoré ! Tous : les enfants et les parents. A côté de chaque oeuvre, on peut lire une petite phrase de l’artiste ou des citations qu’il affectionne … Des phrases inspirantes qui reflètent sa philosophie de la vie. En les lisant je me disais : « mais je pense tout pareil ! Je m’entendrais si bien avec ce créateur fou ! ». Et je crois qu’heureusement, nous sommes nombreux à ressentir cette résonnance, parce que Robert Coudray nous parle finalement de quelque chose que nous avons tous au fond de nous : une puissance de réalisation de nos rêves. Parfois, ceux-ci sont enfouis alors il faut les réveiller, les laisser s’exprimer et c’est cet élan que l’artiste espère nous voir (re)trouver à travers la contemplation de ses oeuvres. On devrait tous se réveiller le matin en repensant à qui on rêvait d’être quand on était petit, non ? Pour réaliser ses rêves, il ne suffit pas de claquer des doigts. C’est du courage, de l’énergie, de la sagesse, du travail, de la persévérance… Le Poète Ferrailleur nous le démontre à travers sa patience, sa précision et tout le temps qu’il a consacré à ses créations. Je me suis totalement retrouvée dans ce parcours vers la réalisation des rêves. J’essaie souvent de le suivre mais parfois je m’égare. Alors merci. J’aime quand on me rappelle l’essentiel…

« La vie… comme le vent, enfermée dans un enclos de nos peurs, soucis, accaparements, vivote ou meurt…. réveillée par un sourire, une musique, un projet qui donne sens, s’envole et vibre. » Robert Coudray.

    

Et quel rapport avec les menhirs ? Et bien, finalement, les menhirs c’est une histoire remplie de mystères. Il est vrai qu’on ne sait pas vraiment pourquoi ils sont là. Mais je pense que les hommes de cette période, même si c’était il y a des milliers d’années, et bien ils ressentaient les mêmes choses que nous aujourd’hui et qu’ils avaient besoin de montrer l’élan de la vie, d’exprimer la grandeur de leurs rêves, la beauté de l’humain… de s’inscrire dans le temps, dans la durée, de toucher le ciel, de parler aux hommes des prochaines générations… Peut-être que les hommes du néolitique ont érigé ces menhirs avec la même philosophie que le Poète Ferrailleur ? Et si le message était le même ? C’est ce que je me suis demandée en découvrant les superbes menhirs de Monteneuf. Je pense même que les ancêtres du Poète Ferrailleur étaient sans doute parmi les hommes qui ont choisi de poser ces menhirs ici, dans la belle forêt de Brocéliande, comme une force qui nous ancre, une force de la nature, comme un repère aussi, et comme un rappel de ce qu’ils étaient : des hommes qui rêvaient il y 6 500 ans, tout comme nous rêvons et continuerons de rêver…

Alors ma comparaison entre les deux lieux est peut-être étrange mais moi j’ai ressenti la même chose. J’ai entendu le même message… Alors chut… écoutons-les nous murmurer à l’oreille qu’il y a tant de belles choses en nous qui ne demandent qu’à s’exprimer et imaginons un instant que ces menhirs sont des rêves, des poèmes, des forces qui nous inspirent…

***

Les tours fantaisistes du Poète Ferrailleur s’élèvent vers le ciel et semblent nous chuchuter les mêmes secrets que les menhirs, non ?

Alors, elle n’est pas magique la Bretagne ?